mottoth

Climats du monde

2 740 messages dans ce sujet

Il y a 4 heures, mottoth a dit :

C'est il me semble le premier cas de climat subtropical

Salut Mottoth, salut à tous,

 

Oui, effectivement, on entre ici dans le domaine subtropical. En fait, sur les côtes, je pense qu'on y rentre approximativement dès le parallèle 37°30' N environ (que ce soit au sud de Sendai, ou au sud de Niigata). C'est la raison pour laquelle j'aurais aimé voir les données d'Iwaki...  

 

Voici les indices de subtropicalité E pour les 3 dernières localités que Mottoth a faites :

- Sendai : E (1961-90) = 6920 ; E (2000-2017) = 8255

- Niigata : E (1961-90) = 9647 ; E (2000-2017) = 11115

- Maebashi : E (2000-2017) = 13728

 

Le seuil de la subtropicalité (selon mon approche) est fixé à 11000

Pour les stations japonaises (toujours très urbaines), j'avais jugé utile de prendre comme référence les données 1961-90, car celles-ci sont sans aucun doute plus en corrélation avec la nature de la végétation naturelle des campagnes environnant les centres urbains. On constate donc qu'entre les années 1961-90 et les années 2000-2017, les hausses de température dans ces centres urbains (qui sont de véritables ICU en augmentation, d'une part à mon avis plus importante que le réchauffement climatique) ont engendré une hausse importante du « niveau de subtropicalité », faisant par exemple tout juste entrer le milieu urbain de Niigata dans le domaine subtropical. Mais de là à dire que le climat de la région de Niigata soit subtropical, je n'irai pas encore jusque là.

 

Bref, pour schématiser, des climats océaniques subtropicaux au sud du 37°30'N sur les côtes , et un climat continental subtropical dans l'intérieur du pays au sud de ce même parallèle, et à une altitude pas trop élevée près de cette latitude. C'est à partir de là que la végétation feuillue sempervirente commence à s'installer parmi la végétation « tempérée classique », càd feuillue décidue.

Modifié par dann17

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Supprimer

Modifié par dann17

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 17 heures, dann17 a dit :

Salut Mottoth, salut à tous,

 

Oui, effectivement, on entre ici dans le domaine subtropical. En fait, sur les côtes, je pense qu'on y rentre approximativement dès le parallèle 37°30' N environ (que ce soit au sud de Sendai, ou au sud de Niigata). C'est la raison pour laquelle j'aurais aimé voir les données d'Iwaki...  

 

Voici les indices de subtropicalité E pour les 3 dernières localités que Mottoth a faites :

- Sendai : E (1961-90) = 6920 ; E (2000-2017) = 8255

- Niigata : E (1961-90) = 9647 ; E (2000-2017) = 11115

- Maebashi : E (2000-2017) = 13728

 

Le seuil de la subtropicalité (selon mon approche) est fixé à 11000

Pour les stations japonaises (toujours très urbaines), j'avais jugé utile de prendre comme référence les données 1961-90, car celles-ci sont sans aucun doute plus en corrélation avec la nature de la végétation naturelle des campagnes environnant les centres urbains. On constate donc qu'entre les années 1961-90 et les années 2000-2017, les hausses de température dans ces centres urbains (qui sont de véritables ICU en augmentation, d'une part à mon avis plus importante que le réchauffement climatique) ont engendré une hausse importante du « niveau de subtropicalité », faisant par exemple tout juste entrer le milieu urbain de Niigata dans le domaine subtropical. Mais de là à dire que le climat de la région de Niigata soit subtropical, je n'irai pas encore jusque là.

 

Bref, pour schématiser, des climats océaniques subtropicaux au sud du 37°30'N sur les côtes , et un climat continental subtropical dans l'intérieur du pays au sud de ce même parallèle, et à une altitude pas trop élevée près de cette latitude. C'est à partir de là que la végétation feuillue sempervirente commence à s'installer parmi la végétation « tempérée classique », càd feuillue décidue.

Oui, dans le cas présent, cela coïncide assez bien avec les 8 mois avec Tm > 10°C de Trewaertha

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

#351. Kofu.

 

Avant dernière étape de cette série au Japon. J'avais dans un premier temps décidé de garder cette fiche pour plus tard, mais j'ai finalement décidé de l'inclure à cette série car elle présente au climat similaire à Maebashi et elle est dans la même région géographique, à savoir à l'est des deux plus grandes chaines montagneuses qui scindent pratiquement Honshu en deux le long du 138e méridien est.

Kofu est une ville de 190 000h enclavée au milieu des montagnes, à 110kms de Tokyo et 95kms de Maebashi.

47638_map0.jpg

 

A part une trouée vers le nord-ouest et une autre au SSO le bassin de Kofu est vraiment bien cloisonné. Le Mt Fuji est à 37kms et est bien visible de la ville. L'océan est à 60kms de distance.

47638_dem.jpg

 

Cette petite plaine intérieure mesure 30kms dans sa plus grande longueur.

47638_map1.jpg

 

Vue vers le nord est et les premiers reliefs à 1.5kms de la station.

47638_map2_NE.jpg

 

47638_Kofu_A_v7.35.png

 

SI l'ICA est un peu moins élevé qu'à Maebashi c'est du au régime de RR, qui est un compromis entre celui de Tokyo et de Maebashi: le maximum unique est ici en septembre. Côté températures cette cuvette est vraiment continentale, avec des amplitudes thermiques diurnes inhabituellement fortes au Japon qui sont favorisée par la faiblesse du vent. Le gel est donc fréquent en hiver, avec 15 jours de plus qu'à Maebashi.

Les températures estivales (tx) font parties des plus chaudes du Japon, je crois d'ailleurs que Kofu détient le record absolu national de txx avec les 40.7°c du 10/08/2013.

 

Les stats d'hygrométrie souvent basses laissent supposer des conditions de foehn régulières, ce sont les courants de nord-ouest à NNO qui sont les plus secs. Ils correspondent à l'orientation du zonal hivernal dévié ainsi par l'ouverture du relief dans cette direction. En été le courant de mousson arrive par la vallée qui s'ouvre au sud-ouest de la cuvette.

47638_Kofu_C_v7.35.png

 

Les vents sont particulièrement faibles pour une station Japonaise, il est même souvent discret la nuit. En journée l'agitation thermique et la proximité des montagnes engendrent des subsidences qui font baisser le Td de façon assez notable. Ce phénomène s'estompe un peu en été mais l'hygrométrie est tout de même un peu moins accablante qu'ailleurs durant la saison chaude.

47638_Kofu_B_v7.35.png

 

 

Encore une fois j'ai repris exactement les mêmes exemples de saisons que pour Tokyo et Maebashi, même si parfois ils ne sont pas parfaitement équilibrés.

Revoici donc l'hiver 2004-2005, qui ressemble beaucoup à celui vécu à Maebashi avec un peu plus de neige et des gelées nocturnes plus fortes.

Ciel bleu et foehn léger restent les acteurs stars de l'hiver.

47638_DEC04-_FEB05.png

 

En bonus voici aussi l’incroyable février 2014 et son mètre de neige tombé en 24h le 14. Sur les 16 autres hivers de ma période d'étude la couche de neige au sol n'a jamais dépassé 15cms, les épisodes des 8/02/2014 et 14/02/2014 sont absolument exceptionnels tant par leur intensité que leur répétition à une semaine d'intervalle. Cela a du être un véritable chaos pour les habitants de la région (Tokyo avait été elle aussi touchée avec jusqu'à 25cms en centre-ville).

47638_FEB14.png

 

 

Le printemps est souvent plaisant avant que les nuages ne deviennent trop envahissants en mai. Durant les plus belles journées des amplitudes thermiques d'une vingtaine de degré sont courantes, ce qui au Japon n'est pas très habituel et est réservé aux vallées et cuvettes les plus enclavées.

47638_MAR-_MAY09.png

 

 

L'été 2011 a un bilan à peu près normal, à part les fortes chaleurs précoces de juin et les précipitations excédentaires. Entre les périodes moins chaudes et instables on retrouve les séquences de canicule d'une semaine à dix jours typiques de cette partie du Japon.

47638_JUN-_AUG11.png

 

 

L'automne 2007 est plus sec que la normale (-19%) mais est conforme à la valeur médiane: le principal apport de RR en cette saison venant des cyclones et tempêtes tropicales, leur irrégularité fait qu'une minorité de mois très excédentaires en précipitations compense une majorité de mois sous les normales.

47638_SEP-_NOV07.png

 

Pour finir voici le mois d'octobre 2004, dans la catégorie des mois très excédentaires: comme à Tokyo ou Maebashi la succession d'ex-cyclones et tempêtes tropicales lui a valu la palme du mois le plus arrosé de ma période d'étude.

47638_OCT04.png

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui.

 

2 personnes aiment ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, mottoth a dit :

#351. Kofu.

 

Les températures estivales (tx) font parties des plus chaudes du Japon, je crois d'ailleurs que Kofu détient le record absolu national de txx avec les 40.7°c du 10/08/2013.

 

Pas tout à fait. Il y a 41,0 °C à Shimanto et 40,8 °C à Yamagata.

 

Beau climat sinon, l'un des plus ensoleillés du Japon. Je suis passé pas très loin de là en novembre dernier.

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 3 heures, mottoth a dit :

#351. Kofu.

 

Je viens de calculer l'indice de subtropicalité de cette ville. J'obtiens : E = 14386 (pour les données 2000-2017). Donc sans doute dans les 13000 pour les données plus anciennes correspondant à la végétation naturelle.

Bref, un coin tout à fait subtropical (sans surprise), malgré l'altitude relativement « élevée ».

Le climat est donc continental subtropical à été long.

Les étés doivent être à la limite du supportable (les humidex à plus de 40 voire à plus de 45 étant sans doute monnaie courante).

Il faudrait que je calcule l'IhA pour savoir si je rajoute humide dans l'appellation. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 17/05/2017 à 03:26, Yves38 a dit :

suite à la fiche de Tokyo (publiée par mottoth il y a deux ou trois ans quand tu n'avais pas encore élaboré cet indice) , il me semble bien que tu qualifiais ce climat de continental alors que maintenant selon toi, ce climat est bien océanique ...

Effectivement. Mais c'est justement parce que j'ai - tout comme l'a fait Mottoth - beaucoup étudié le climat japonais (et entre autres celui de Tokyo) depuis lors que j'ai dû me résigner à changer d'avis. Je me suis donc rendu compte que pour déterminer le niveau de continentalité (ou d'océanicité) d'un climat donné, il était nécessaire de considérer la situation avec beaucoup plus de discernement que je ne le faisais en ne tenant compte que de l'amplitude thermique annuelle et du régime pluvio.

Sinon, je peux comprendre que le fait d'appeler le climat de Tokyo « océanique » puisse gêner. D'ailleurs, ça me gêne moi aussi. Je le désignerais plutôt sous la forme de climat maritime.

Après, il faudrait voir comment on pourrait faire la différence entre océanique et maritime. J'ai déjà ma petite idée...

 

Le 17/05/2017 à 03:26, Yves38 a dit :

De toutes façons, je te l'accorde, tout ceci est bien subjectif, à partir de quand peut-on qualifier un climat de continental, d'océanique ? Le même problème se pose avec les climats européens...

Oui, c'est subjectif... mais, à bien y réfléchir, pas tant que ça non plus. C'est plutôt « statistique ». Je te suggère de lire de nouveau les quelques explications que j'avais fournies dans le sujet s'intitulant « limites entre climats océaniques et continentaux ».

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

#352. Choshi.

 

C'est la dernière étape de cette série sur la moitié nord-est du Japon. Choshi est une ville de 64 000h construite à l’extrémité est de la grande région de Tokyo, sur un cap au bord de l'océan Pacifique.

Tokyo est à 100kms, Maebashi à 180kms, Sendai 280kms.

47648_map0.jpg

 

Nous sommes dans la continuité de la grande plaine de Tokyo. La situation très maritime va toutefois changer beaucoup de choses pour Choshi.

47662_dem.jpg

 

L'océan n'est qu'à 400m de la station.

47648_map1.jpg

 

47648_Choshi_A_v7.35.png

 

Cela fait encore beaucoup de différences en à peine 100kms dans une même plaine, l'océanicité est bien plus forte qu'à Tokyo et se manifeste autant sur une plus grande modération des températures que sur un régime pluviométrique bien plus uniforme.

L'hygrométrie en prend un coup aussi, notamment en été où la présence de l'océan donne des Td tropicaux. Voici un tableau qui rassemble des données de Choshi et de Tokyo afin de comparer plus facilement:

47648_vs_47662_a.png

 

L'ICA perds quand même 0.24 point, c'est pas mal sur une aussi courte distance: la différence n'est que de 0.20 entre Akita et Morioka, distantes elles aussi de 100km mais séparées par des montagnes.

 

Voici un autre graph pour visualiser les différences de régime pluviométrique en un seul coup d'oeil:

47648_vs_47662_b.png

 

On retrouve sur les deux villes le maximum d'automne imputable aux systèmes tropicaux.

Juillet et aout font partie des mois les moins arrosés à Choshi: sans renfort de nature convective les précipitations sont limitées par la présence de la cellule anticyclonique subtropicale.

En revanche l'hiver est bien plus arrosé à Choshi: plus éloignée de l'abri des montagnes, elle bénéficie de conditions de foehn moins fortes et moins fréquentes, et est bien plus à merci des perturbations tempérées qui évoluent sur le proche Pacifique.

L'influence du régime de mousson semble totalement absent sur le régime de RR, on doit pouvoir parler simplement de climat maritime subtropical.

 

D'ailleurs le flux de sud moussonique n'est pas aussi dominant sur les vents d'été qu'ailleurs dans la région, on trouve encore un bon pourcentage de vents de nord-est frais durant les mois les plus chauds. En hiver le zonal asséché est encore bien présent, mais ce vent de nord-est perturbé et bien plus humide est lui aussi encore de la partie.

47648_Choshi_C_v7.35.png

 

47648_Choshi_B_v7.35.png

 

 

Pour toute cette grande région de Tokyo j'ai repris systématiquement les même exemples de saisons.

Voici donc à nouveau l'hiver 2004-2005.

Il est ici excédentaire en précipitations uniquement à cause du déluge de mi-janvier.

C'est dans l'ensemble plus nuageux qu'à Tokyo et moins sec, et aussi bien plus venté.

47648_DEC04-_FEB05.png

 

Retour sur février 2014, qui avait enseveli le reste de la région sous la neige (couche maxi de 22cms à Tokyo, 78cms à Maebashi, 114cms à Kofu). Ici ce ne fut pas du tout la même histoire: Choshi s'est retrouvée dans le secteur chaud des deux perturbations qui ont donné tant de neige plus à l'ouest, si bien qu'il faisait 13°c le 14/02 alors qu'il neigeait à Tokyo et plus à l'ouest. Les lames d'eau associées à ces deux perturbations restent remarquables.

47648_FEB14.png

 

 

Le printemps est là aussi déjà plus nuageux que dans les terres, même si on retrouve des journées de foehn voire même de poussière asiatique (le 17/03).

En mai les brumes et brouillards océaniques font leur apparition, ce qui rappelle des choses vues vue sur la côte est d'Hokkaido (Kushiro).

47648_MAR-_MAY09.png

 

 

L'été la chaleur est moins forte que dans les terres, par exemple en juillet la Txm est 4°c plus basse qu'à Tokyo. Mais l'humidité accablante rend cette saison tout aussi pénible, et les épisodes de beau temps chaud sont accompagnés de Td purement tropicaux (24°c et plus). Le début de l'été est bien plus poussif sur ce cap, par exemple fin juin on n'enregistre que 28°c sur des journées où la zone Tokyo-Maebashi-Kofu chiffrait 35°c à 38°c.

47648_JUN-_AUG11.png

 

 

En automne, sur cet exemple de 2007 on retrouve les phénomènes tropicaux que j'ai déjà détaillé dans les fiches précédentes. Le typhon Fitow (le 6/09) et la tempête Faxai (27/10) sont à eux deux responsables d'une bonne partie du cumul pluviométrique de cette saison.

47648_SEP-_NOV07.png

 

Et on finit par octobre 2004, ici aussi le mois le plus arrosé de ma période d'étude avec l'enchainement des typhons Ma-on le 08/10 et Tokage le 19/10.

47648_OCT04.png

 

 

Voilà, c'est tout pour l'instant pour le Japon. Je publierais une ou deux cartes pour faire le bilan dans l'aprem.

2 personnes aiment ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Récapitulatif des fiches traitant ce secteur postée à ce jour:

47000_diagrammes_N.jpg

 

A l'exception de la presqu'ile de Choshi on voit bien la tendance aux hivers plus sec le long des côtes est.

Sur la côte ouest, celle de la mer du Japon, le régime de RR est plus flou, plus uniforme, et l'hiver devient même la saison la plus arrosée par endroits (Niigata ou Aomori).

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et voici, avec un peu de retard, un résumé de la dernière série sur le Chili:

85400_diagrammes.jpg

 

On remarque la nette opposition des régimes de RR entre Mendoza et Santiago, alors que plus au sud Bariloche et Puerto Montt ont des régimes qui présentent de grandes similitudes.

Cela donne envie d'en voir plus, l'enjeu d'une future série Argentine sera de préciser où et comment l'on fait la transition entre les régimes de Mendoza et Bariloche. D'ici la fin de l'année je tenterais de répondre à cette question.

2 personnes aiment ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je débuterais demain une nouvelle série, à vous de deviner par où je vais commencer à l'aide du tableau suivant:

9999_XXX001.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je me lance: une commune de l'Afrique du nord située à une altitude assez élevée dans les montagnes du Rif au Maroc? Dans la région de Chefchouen?

 

La moyenne des Tx en Juillet/Août n'est pas si haute que ça. Et la pluviométrie du mois novembre assez importante.

Modifié par mathias

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 50 minutes, mathias a dit :

Je me lance: une commune de l'Afrique du nord située à une altitude assez élevée dans les montagnes du Rif au Maroc? Dans la région de Chefchouen?

 

La moyenne des Tx en Juillet/Août n'est pas si haute que ça. Et la pluviométrie du mois novembre assez importante.

On a quand même une td moyenne >19° en aout et une tnm>20.0°C en été, l'altitude ne doit donc pas être très élevé ? De plus je trouve les RR hivernales bien basses .. pourquoi pas un secteur proche du littoral ?

Modifié par Gaël13

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 1 heure, Gaël13 a dit :

On a quand même une td moyenne >19° en aout et une tnm>20.0°C en été, l'altitude ne doit donc pas être très élevé ? De plus je trouve les RR hivernales bien basses .. pourquoi pas un secteur proche du littoral ?

 

Oui tu as raison, je n'avais pas pensé à regarder les points de rosée.

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est un climat qui ressemble beaucoup à celui d'Alger du point de vue des températures et de la répartition saisonnière très "méditerranéenne" des pluies, mais avec un volume moindre. Les températures estivales sont modérées en Txm mais des Txx > 40°C, les Tnn hivernales sont très peu en-dessous de zéro avec des hivers quasiment sans gel => Je dirai une station du littoral du Maghreb à l'ouest d'Alger ou du littoral sud de l'Espagne, deux régions qui présentent à peu près ces caractéristiques. 

Modifié par Yves38

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.