mottoth

Climats du monde

2 564 messages dans ce sujet

Alors, me direz-vous, pourquoi le paysage qu'on observe à Shiquanhe est-il d'aspect aussi "désertique" ? la raison, vous l'aurez devinée, provient du fait qu'en plus d'un certain niveau d'aridité, il faut ajouter un très faible niveau de "confort thermique". En d'autres termes, la quantité de chaleur disponible là-bas est très basse : hivers froids, et surtout, étés très frais et courts.

Ben oui, la période sans gel est courte: 103 jours sur ma période d'étude, soit 3 mois et demi seulement.Merci pour les photos. La première montre l'antenne VOR de Kunsha, située 14kms au SSE de l'aéroport par les coordonées suivantes: 31.982583n 80.126111e.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai sans doute dû mal m'exprimer, alors. En fait, oui, l'étalonnage de cet indice est est terminé. J'en suis désormais à une phase de validation (observations, comparaisons). C'est pour cette raison que l'échelle que je présente maintenant est celle qui prévaudra.

Alors la voici donc dans son intégralité :

(On parle bien ici de IhA, indice d'humidité annuelle, déterminant le niveau d'eau disponible, ou en encore, en partant de l'autre côté, le niveau de sécheresse écologique. Celui-ci tient compte de la température, du point de rosée (ou HR moyenne), des précipitations, du nombre de jours de précipitations, du nombre de mois de gel, de la quantité d'énergie solaire (ensoleillement, latitude, et altitude), du vent moyen. Bien entendu, il se peut que certaines variables manquent ou bien ne soient pas très fiables (notamment le vent, l'HR, ou l'ensoleillement). Dans ce cas, il est tout de même possible d'approximer ces valeurs, et cela ne donne très souvent qu'une incertitude relativement faible sur l'indice, ce dernier ne varierait alors que d'une ou 2 unités.)

IhA < -110 : végétation associée à un climat de désert hyper-aride

-110 < IhA < -90 : désert

-90 < IhA < -65 : aridité

-65 < IhA < -45 : semi-aridité

IhA = -45 : limite entre le domaine aride et le domaine tempéré ou le domaine tropical

-45 < IhA < -30 : végétation associée à un climat xérique marqué

-30 < IhA < 0 : xérique faible à modéré.

IhA = 0 : limite entre une végétation majoritairement xérophile (< 0), et majoritairement non-xérophile (> 0)

0 < IhA < 25 : végétation associée à un climat subxérique (IhA = 25 correspond notamment à une des limites du climat méditerranéen)

25 < IhA < 50 : subhumide

50 < IhA < 100 : humide

100 < IhA < 180 : perhumide

IhA > 180 : hyperhumide

Merci pour ces précisions ! Je n'avais sans doute pas tout suivi default_flowers.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Qu'il est intéressant ce fil et merci pour ces (petits) morceaux de voyage à peu de frais !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut à tous!

Je vous lisais ici avec plaisir le mois passé mais je ne pouvais pas écrire pour longtemps....Donc, maintenant je vous signale une seule chose qui me parait importante a' propos de la limite équatoriale du climat C du Koppen et les critiques que lui disait les experts en botanique (traduction rapide d'un paragraphe du livre italien "Il Paesaggio Terrestre" le Paysage terrestre de Renato Biasutti 1962):

La valeur +18 C du mois le plus froid, comme limite équatoriale, apparait effectivement un peu trop haut. L'isotherme correspondant (non réduit) se met presque vers l'isotherme annuelle de 22 C et exclut des climats tropicaux régions comme l'Inde du nord, qui a au mois le plus chaud 33-34 C et une nette "empreinte" tropicale dans leur végétation. Wissmann a proposé de changer cette limite du mois le plus froid vers +13 C, parce que dans l'Asie orientale elle constitue presque la limite méridionale du gel, qui est l'ennemi le plus sévère de la végétation tropicale. Mais lui meme il note que déja' avant de rejoindre cette limite beaucoup de fruits tropicales et quelques typiques cultures (café,etc...)manquent et ca devient convenable que la limite ne coincide pas avec la fin de toute (ou presque) la végétation tropicale, mais qu'elle tombe presque au milieu de cette "bande" (ou' ca se dégradent les espèces de "A" et s'affirment les espèces de "C" de Koppen).....La limite a' choisir est donc plus haute et peut etre fixée au +15 C du mois le plus froid. Ca va en moyenne avec l'isotherme annuelle +20 C , qui est la limite classique thermique de la zone chaude. Aussi avec les changements de limites altimétriques entre 18 et 15 ca ote des climats C quelques territoitres de l'Afrique intertropicale au sud de l'Equateur entre 800 et 1200 m, qui constituent dans les cartes de Koppen un fort contraste avec les conditions de la végétation. L'Inde avec la limite de 15 entre presque toute entière dans les climats tropicales, ou' ca passe aussi la cote méridionale de la Chine, les parties moins elevées de l'Indochine du nord et plusieurs iles de la Mer de Chine (Formose/Taiwan; Riu-Kiu, Bonin), elles sont toutes des régions ou' le caractère tropical de la végétation est encore important, dans d'autres parties du monde, la difference portée par la correction reste contenue dans des limites plus modestes. On peut ajouter aussi que Sorre, dans son essai de fixer quelques principales températures critiques pour l'homme place au +16 C le zéro physiologique, donc la temperature de l'ambiance ou' c'est presque nul ou minime le travail de défense de l'organisme humain. la température donc "optimale".

Merci. Ciao!

André

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut à tous!

Je vous lisais ici avec plaisir le mois passé mais je ne pouvais pas écrire pour longtemps....Donc, maintenant je vous signale une seule chose qui me parait importante a' propos de la limite équatoriale du climat C du Koppen et les critiques que lui disait les experts en botanique (traduction rapide d'un paragraphe du livre italien "Il Paesaggio Terrestre" le Paysage terrestre de Renato Biasutti 1962):

La valeur +18 C du mois le plus froid, comme limite équatoriale, apparait effectivement un peu trop haut. L'isotherme correspondant (non réduit) se met presque vers l'isotherme annuelle de 22 C et exclut des climats tropicaux régions comme l'Inde du nord, qui a au mois le plus chaud 33-34 C et une nette "empreinte" tropicale dans leur végétation. Wissmann a proposé de changer cette limite du mois le plus froid vers +13 C, parce que dans l'Asie orientale elle constitue presque la limite méridionale du gel, qui est l'ennemi le plus sévère de la végétation tropicale. Mais lui meme il note que déja' avant de rejoindre cette limite beaucoup de fruits tropicales et quelques typiques cultures (café,etc...)manquent et ca devient convenable que la limite ne coincide pas avec la fin de toute (ou presque) la végétation tropicale, mais qu'elle tombe presque au milieu de cette "bande" (ou' ca se dégradent les espèces de "A" et s'affirment les espèces de "C" de Koppen).....La limite a' choisir est donc plus haute et peut etre fixée au +15 C du mois le plus froid. Ca va en moyenne avec l'isotherme annuelle +20 C , qui est la limite classique thermique de la zone chaude. Aussi avec les changements de limites altimétriques entre 18 et 15 ca ote des climats C quelques territoitres de l'Afrique intertropicale au sud de l'Equateur entre 800 et 1200 m, qui constituent dans les cartes de Koppen un fort contraste avec les conditions de la végétation. L'Inde avec la limite de 15 entre presque toute entière dans les climats tropicales, ou' ca passe aussi la cote méridionale de la Chine, les parties moins elevées de l'Indochine du nord et plusieurs iles de la Mer de Chine (Formose/Taiwan; Riu-Kiu, Bonin), elles sont toutes des régions ou' le caractère tropical de la végétation est encore important, dans d'autres parties du monde, la difference portée par la correction reste contenue dans des limites plus modestes. On peut ajouter aussi que Sorre, dans son essai de fixer quelques principales températures critiques pour l'homme place au +16 C le zéro physiologique, donc la temperature de l'ambiance ou' c'est presque nul ou minime le travail de défense de l'organisme humain. la température donc "optimale".

Merci. Ciao!

André

Salut André,Merci pour ton intervention qui vient en fait tout simplement corroborer ce que je viens d'écrire à Yves dans le sujet sur la climat des Hautes-Alpes.

En effet, on voit ici un exemple du genre de problème et de casse-tête que confère l'utilisation d'un seul paramètre. Alors bien entendu, ne s'en tenir qu'à un paramètre (ici la Tm du mois le plus froid), c'est très pratique, c'est facile à comprendre, etc... et si on ne recherche pas une précision climatique de moins de 100 à 1000km parfois, alors c'est sûr que c'est l'idéal. Ou bien si on se fiche de voir un quelconque lien entre le climat et les biomes terrestres, alors en effet, pas besoin de se compliquer plus la vie !

Seulement voilà, ceux qui, comme moi par exemple, ont à coeur une bonne précision et veulent y voir clair, ceux qui veulent comprendre quels sont les vrais liens entre le climat et la végétation, ceux qui ne veulent pas se contenter d'incohérences flagrantes, eh bien ceux-là ont besoin d'avoir à disposition d'autres éléments permettant d'affiner l'analyse climato.

Alors figurez-vous que, s'agissant de ces limites du monde tropical, je viens de terminer mon expérimentation, et il me semble avoir trouvé une méthode permettant de déterminer avec pas mal de précision quels sont les régions pouvant être considérées tropicales, en vertu de la présence ou non des forêts ou des écosystèmes tropicaux.

Alors bien évidemment, vous vous en doutez, j'ai créé deux formules, pas nécessairement très "simples", mais rassurez-vous, elles sont beaucoup plus accessibles et simples et que celles qui me permettent de déterminer IhA. Je vais y venir dans un instant...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon, voici la formule que j'ai créée, qui permet en principe de déterminer avec une assez bonne précision (je l'espère) la limite réelle du domaine tropical.

Pour calculer l'« indice de tropicalité » (IT), il faut tenir compte de la température moyenne du mois le plus froid (Tmf), de l'amplitude thermique annuelle A, et de la quantité de précipitations au cours des 3 mois les plus froids (Pf).

Mais au préalable, il faut tenir compte de la latitude φ, afin de "corriger" l'amplitude thermique. Cette "amplitude thermique corrigée" est notée .

Aφ = 30A / (58 sin²(1.28φ) + 10)

Puis

IT = -260 + 10(Tmf + Aφ) - Pf(1 - Tmf/22)0.5

Si IT ≥ 0, alors le climat est tropical

Si IT < 0, il ne l'est pas.

Vous noterez qu'il est inutile de faire le calcul si Tmf ≥ 22°c, évidemment !

On constate qu'un coin comme Lahore (13°c en janvier) est une ville tropicale, alors que Rio De Janeiro (21.5°c en juillet) en fait tout juste partie ! Vous voyez donc la faiblesse de l'utilisation d'un seul critère, comme la seule Tm du mois le plus froid.

Essayez, si vous le souhaitez, pour d'autres stations. Si vous trouvez une incohérence, n'hésitez surtout pas à m'en faire part !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour mieux vous aider à visualiser l'écart incroyable qui peut résulter de la façon dont on utilise un ou des critères pour délimiter le climat tropical, notamment ici en Inde...

En blanc, la limite communément admise induite par le biais de l'isotherme du mois le plus froid égale à 18°C.

En bleu, la limite réelle (attestée par les biomes effectivement en présence) du climat tropical, limite normalement bien plus fidèlement respectée par la formule que je vous ai présentée ci-dessus.

Vous constatez une erreur correspondant à une bande de 800 à 1200km !

indetropicale.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut Gael, salut à tous!

Oui Gael, je comprends tes intentions, moi aussi j'aime la précision...

En effet l'étude des climats tropicaux est moins fournie il me semble...

et puis il faudrait augmenter les divisions de ces climats...

on a 3 grand types avec Koppen (Af Am Aw)et puis d'autres divisions moins importants...

Ta formule est toujours difficile, mais bon, on te connait bien désormais... default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" width="20" height="20">

J'avais peur que vous consideriez la ville ou' j'habite (Beyrouth) comme tropicale! une fois que la limite allait de 18 (moyenne du mois le plus froid) aux 13 et puis aux 15. Ici on est entre 13 et 14 pour Janvier....

Heureusement qu'elle ne l'est pas ici....

sinon vous auriez un climat tropical avec des pluies d'hiver! (très rare mais ca arrive!)

Quelquefois Gael c'est difficile de trouver les 3 mois les plus froids dans les climats équatoriaux surtout, ou bien tu dois voir les virgules avec les températures!....je ne sais pas si c'est la meilleure facon de prendre ce critère...

si tu veux calculer pour Beyrouth, tu sais qu'on est vers 34 lat. nord. les pluies déc 188, jan 191, fév, 158 (mais mars est peu plus froid de décembre avec 96 mm).

t mois extremes (janvier et aout) du 13 aux 26 ou du 14 aux 28 selon les stations....

Merci, ciao ciao!

André

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En effet l'étude des climats tropicaux est moins fournie il me semble...

et puis il faudrait augmenter les divisions de ces climats...

on a 3 grand types avec Koppen (Af Am Aw)et puis d'autres divisions moins importants...

Oui, je suis tout à fait d'accord avec toi : les climats tropicaux sont bien moins détaillés. Mais en même temps, c'est un peu normal, puisque la complexité climatique y est un peu moindre.
J'avais peur que vous consideriez la ville ou' j'habite (Beyrouth) comme tropicale! une fois que la limite allait de 18 (moyenne du mois le plus froid) aux 13 et puis aux 15. Ici on est entre 13 et 14 pour Janvier....

Heureusement qu'elle ne l'est pas ici....

sinon vous auriez un climat tropical avec des pluies d'hiver! (très rare mais ca arrive!)

Je viens de calculer l'indice "IT" pour Beyrouth (au passage, ce n'est quand même pas trop difficile à appliquer, comme formule, non ? Ça prend 2 minutes ! default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20"> ), et "rassure-toi", la ville n'est pas du tout tropicale, aucun risque ! En effet, je trouve IT = -324, ce qui est très, très loin de la tropicalité. En effet, les éléments qui confortent cette absence de tropicalité sont :- un hiver beaucoup trop "tempéré" (frais), sujet aux perturbations frontales donnant de fortes précipitations fraîches

- une absence quasi-totale de pluies chaudes estivales consistantes.

Ce sont d'ailleurs ces éléments qui montrent une différence avec les climats subtropicaux (tels que ceux qu'on trouve en Macaronésie, ou alors ceux qu'on retrouve dans le SE des Etats-Unis ou de la Chine, etc...). En effet, ces climats subtropicaux ont des valeurs de IT certes encore négatives, mais beaucoup plus proches de 0 que celles des climats méditerranéens.

Quelquefois Gael c'est difficile de trouver les 3 mois les plus froids dans les climats équatoriaux surtout, ou bien tu dois voir les virgules avec les températures!....je ne sais pas si c'est la meilleure facon de prendre ce critère...

En même temps, on se pose rarement la question de savoir si un climat équatorial fait partie du domaine tropical... default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">Comme je l'ai écrit au-dessous de la formule, si Tm du mois le moins chaud est supérieure ou égale à 22°c, on n'a pas à calculer IT, puisque le climat y est forcément tropical (la climat équatorial appartient nécessairement au domaine tropical).

En revanche, la question peut se poser dans les zones d'altitude des ces régions équatoriales : et là, si la Tm du mois le moins chaud est inférieure à 22°c, alors on calcule l'indice en prenant les précipitations des 3 mois les moins chauds. De toutes façons, le fait de sélectionner en fonction de la décimale près des Tm des 2 autres mois les moins chauds ne va influer que très peu sur le calcul !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon, voici la formule que j'ai créée, qui permet en principe de déterminer avec une assez bonne précision (je l'espère) la limite réelle du domaine tropical.

Pour calculer l'« indice de tropicalité » (IT), il faut tenir compte de la température moyenne du mois le plus froid (Tmf), de l'amplitude thermique annuelle A, et de la quantité de précipitations au cours des 3 mois les plus froids (Pf).

Mais au préalable, il faut tenir compte de la latitude φ, afin de "corriger" l'amplitude thermique. Cette "amplitude thermique corrigée" est notée .

Aφ = 30A / (58 sin²(1.28φ) + 10)

Puis

IT = -260 + 10(Tmf + Aφ) - Pf(1 - Tmf/22)0.5

Si IT ≥ 0, alors le climat est tropical

Si IT < 0, il ne l'est pas.

Vous noterez qu'il est inutile de faire le calcul si Tmf ≥ 22°c, évidemment !

On constate qu'un coin comme Lahore (13°c en janvier) est une ville tropicale, alors que Rio De Janeiro (21.5°c en juillet) en fait tout juste partie ! Vous voyez donc la faiblesse de l'utilisation d'un seul critère, comme la seule Tm du mois le plus froid.

Essayez, si vous le souhaitez, pour d'autres stations. Si vous trouvez une incohérence, n'hésitez surtout pas à m'en faire part !

Bonjour DannDésolé d'être moins enthousiaste qu'Andy mais :

- La formule est complexe, rien à voir avec les critères de Köppen (pour ne citer que cette classification) qui se calculent de tête

- Tu mélanges les critères pluviométriques aux critères thermiques, un peu comme quand tu définis le climat continental par le régime pluviométrique alors qu'à mon avis, seule l'amplitude devrait intervenir

- Que vient faire l'amplitude annuelle dans la définition du climat tropical ? Et le fait que les pluies se produisent en hiver ou non ? De toutes façon , selon moi, la définition du climat tropical, ce doit être l'absence d'hiver thermique et pas autre chose.

Bref tout ceci est bien compliqué et manque un peu d'explication. La précision c'est bien mais cela va vite devenir inextricable ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour Dann

Désolé d'être moins enthousiaste qu'Andy mais :

- La formule est complexe, rien à voir avec les critères de Köppen (pour ne citer que cette classification) qui se calculent de tête

- Tu mélanges les critères pluviométriques aux critères thermiques, un peu comme quand tu définis le climat continental par le régime pluviométrique alors qu'à mon avis, seule l'amplitude devrait intervenir

- Que vient faire l'amplitude annuelle dans la définition du climat tropical ? Et le fait que les pluies se produisent en hiver ou non ? De toutes façon , selon moi, la définition du climat tropical, ce doit être l'absence d'hiver thermique et pas autre chose.

Bref tout ceci est bien compliqué et manque un peu d'explication. La précision c'est bien mais cela va vite devenir inextricable ...

Bonjour Yves,Oui, la formule est "complexe", oui elle nécessite le "mélange" des critères pluviométrique avec des critères thermiques, oui elle utilise des notions (comme l'amplitude thermique) qui paraissent saugrenues... oui !

Oui on peut critiquer tout ce qu'on veut, seulement voilà, l'as-tu au moins essayée cette formule ?

Alors d'accord, je vais donner des explications que j'espère claires et complètes.

1) Les critères de Köppen (par exemple) ont en effet l'avantage d'être simples (très simples même) à comprendre et très faciles à utiliser. En effet, il s'agit ici de n'utiliser que le seuil de 18°c pour le mois le plus froid. Alors effectivement, c'est bien joli, ça "donne une bonne idée", mais bon ça s'arrête là. Par ce qu'à force de privilégier sans cesse la facilité et la simplicité à outrance, on passe souvent à côté de la justesse, de la précision, et même de la cohérence ! Je pourrais te sortir des centaines d'exemples (je l'ai déjà fait pour l'Inde) qui montrent que ce seuil est pas mal inadéquat. Alors bien entendu, on peut très se satisfaire d'une précision toute relative, et les critères de Köppen sont intéressants dans ce sens où ils définissent et délimitent des climats de façon claire, pratique et plutôt arbitraire. C'est pratique pour M et Mme "tout le monde". Mais lorsqu'on souhaite vraiment faire de la climatologie, je pense qu'on se doit de faire preuve d'un peu plus de rigueur (précision et cohérence).

2) Comme tu le sais, tout le but de mon travail est axé sur le principe fondamental suivant : les écosystèmes floristiques naturels (biomes) sont le reflet le plus direct du climat.

Comme tu le sais également, la végétation dépend de plusieurs facteurs, mais surtout, elle dépend de plusieurs facteurs dans leur ensemble, pas d'un seul à la fois ! Alors pour ce qui concerne le seuil entre la forêt subtropicale et la forêt tropicale, eh bien je le dis ici ouvertement : la corrélation entre l'isotherme 18°c du mois le plus froid et la possibilité de développement d'une forêt tropicale est très faible. Cette corrélation est déjà pas mal plus élevée avec le seul critère de gel possible. Mais ce n'est pas suffisant, "malheureusement". En fait, la végétation tropicale ne supporte pas non seulement le gel, mais également les pluies trop fraîches. C'est ce qui explique par exemple que le développement de la forêt tropicale est strictement impossible aux îles Canaries par exemple (même sur leurs côtes), malgré une Tm du mois le plus froid toute proche de 18°c. Idem pour les Bermudes. Idem pour la Floride. Etc... dans ces contrées, il se produit chaque hiver des pluies fraîches suffisamment copieuses pour imbiber le sol d'eau trop froide pour la végétation tropicale. Ces sols humides en cette saison mettent donc beaucoup plus de temps que des sols secs pour se réchauffer, ce qui ne convient pas à ce type de végétation.

En d'autres termes, il est nécessaire de tenir compte de la possibilité de gel ET des quantités de précipitations "fraîches".

Bref, étant donné que je pars du principe fondamental (je le répète) qui consiste à dire que le climat est l'image du biome en question, alors il m'a fallu trouver quelle était la combinaison de critères qui retranscrivait de la façon la plus adéquate possible cette propriété.

Ainsi, j'ai essayé plusieurs critères climato : Tnm du mois le plus froid, Tm du mois le plus froid, Tm du mois le plus chaud, amplitude thermique annuelle (en tenant compte ou non du facteur correctif de la latitude), amplitude thermique diurne, quantité de précipitations hivernale, quantité de précipitations chaudes, et j'en ai retenu trois.

En même temps, j'ai procédé à une calibration en m'appuyant sur plusieurs stations (Hong Kong, Miami, Hamilton, Ha Noi, Jaipur, New Delhi, Lahore, Dongfang, etc...) et en m'appuyant sur la "réalité terrain" que j'ai pu trouver au travers d'une revue bibliographique scientifique pour déterminer quel était le type d'écosystème forestier présent autour de chacune de ces stations.

Puis, bien évidemment, une fois que j'ai pu déterminer quels étaient les critères les plus représentatifs, je les ai ajustés pour "serrer" mon modèle.

Résultat : on obtient une formule (qui paraît certes un peu complexe) empirique, mais dont les éléments n'ont certainement pas été choisis au hasard ! Et cette formule semble bien retranscrire au mieux la limite effective du domaine tropical. En tout cas, ce qui est certain, c'est qu'elle y parvient largement mieux que le très "utile" mais très simpliste seuil de la Tm du mois le plus froid !

Je pourrais développer ce raisonnement pour expliquer aussi pourquoi, de la même façon, il ne suffit malheureusement pas de n'utiliser qu'un seul paramètre (ni même seulement 2, avec un petit calcul très simple) pour déterminer toutes les limites climatiques (je pense notamment à océanique/continental, à méditerranéen/non-médit, subtropical, etc...).

Dans ce (gros, très gros !) travail de recherche d'une nouvelle méthode de classification des climats que j'ai entrepris, je ne cherche pas à "faire plaisir" à tout le monde, c'est à dire que je ne cherche pas une méthode de classif intentionnellement simple d'utilisation, avec des cases faciles à remplir. Non, j'en suis désolé, mais je recherche vraiment la cohérence et la réalité. Et contrairement à ce qu'on pourrait me "reprocher", cette méthode n'est pas "inextricable" puisque qu'elle présente une certaine logique, pour ne pas dire une logique certaine : au fur et à mesure que j'avance, je m'aperçois des nombreuses relations qui existent dans les différents éléments et indices que je détermine et que j'utilise, et qui fonctionnent pour plusieurs types de climats --> la végétation, partout sur Terre, possède une certaine logique et réagit de façon souvent similaire en tout point de la Terre pour un même type de climat, et c'est cette logique que je suis (du verbe suivre). Et c'est grâce à cela que je découvre des choses passionnantes qui me font encore mieux comprendre les climats, LE Climat ! Et c'est cela que j'aimerais vous faire partager.

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, je suis tout à fait d'accord avec toi : les climats tropicaux sont bien moins détaillés. Mais en même temps, c'est un peu normal, puisque la complexité climatique y est un peu moindre.

Je viens de calculer l'indice "IT" pour Beyrouth (au passage, ce n'est quand même pas trop difficile à appliquer, comme formule, non ? Ça prend 2 minutes ! default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20"> ), et "rassure-toi", la ville n'est pas du tout tropicale, aucun risque ! En effet, je trouve IT = -324, ce qui est très, très loin de la tropicalité. En effet, les éléments qui confortent cette absence de tropicalité sont :

- un hiver beaucoup trop "tempéré" (frais), sujet aux perturbations frontales donnant de fortes précipitations fraîches

- une absence quasi-totale de pluies chaudes estivales consistantes.

Ce sont d'ailleurs ces éléments qui montrent une différence avec les climats subtropicaux (tels que ceux qu'on trouve en Macaronésie, ou alors ceux qu'on retrouve dans le SE des Etats-Unis ou de la Chine, etc...). En effet, ces climats subtropicaux ont des valeurs de IT certes encore négatives, mais beaucoup plus proches de 0 que celles des climats méditerranéens.

En même temps, on se pose rarement la question de savoir si un climat équatorial fait partie du domaine tropical... default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">

Comme je l'ai écrit au-dessous de la formule, si Tm du mois le moins chaud est supérieure ou égale à 22°c, on n'a pas à calculer IT, puisque le climat y est forcément tropical (la climat équatorial appartient nécessairement au domaine tropical).

En revanche, la question peut se poser dans les zones d'altitude des ces régions équatoriales : et là, si la Tm du mois le moins chaud est inférieure à 22°c, alors on calcule l'indice en prenant les précipitations des 3 mois les moins chauds. De toutes façons, le fait de sélectionner en fonction de la décimale près des Tm des 2 autres mois les moins chauds ne va influer que très peu sur le calcul !

Salut Gael, salut a' tous!

Excuse moi le retard dans ma réponse...trop de travail puis week end.....

Oui, je l'ai calculé avant ton indice pour Beyrouth et ca va.....(A propos je ne dis pas "Ma ville" car on est originaires d'une autre zone, dans la région du Chouf, vers 650 m, et puis du Kesrouan mais vers 1000 m cette fois eh eh...)

Mais je plaisantais sur le fait que jai écrit avant dans mon premier message, car certains botanistes voulaient le 13 C comme limite puis le 15 C au lieu du 18 C de Koppen et comme ca le doute y était sur Beyrouth.....

pour la selection des 3 mois, c'est vrai que les climats équatoriales d'altitude pourraient en fait avoir de petites differences en décimales (et bien sur < 22 aussi), mais si après les avoir choisi, les quantités de pluies diffèrent beaucoup entre les mois critiques, c'est ce qui me faisait penser...Mais ca va maintenant, je ne veux pas chercher toutes ces histoires la' pour le moment....c'est a' toi de le faire dans ton travail.....

Merci, ciao!

André

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Vraiment intéressant tes recherches Gaël. Tu as une formation en rapport avec le sujet, genre botaniste ?

 

#43. Tazhong.

J'ai pas eu le temps ni le courage de présenter un nouveau lieu depuis un petit moment, c'est corrigé aujourd'hui avec une localité qui a beaucoup de points communs avec Shiquanhe: Tazhong. Située au coeur du désert du Takla-Makan, Tazhong a en commun avec Shiquanhe l'isolement et un climat très inhospitalier, avec des variations de températures encore plus fortes. Ici point de débat sur l'aridité ou la tropicalité du lieu: on est dans un vrai désert, avec des hivers rudes et des étés torrides.

 

Tazhong est à ma connaissance la seule implantation humaine à l'intérieur de ce désert, elle est justifiée par l'exploration et l'exploitation des réserves de gaz naturel du bassin du Tarim. La topographie est dominée par d'importantes dunes de sable:

51747_Tazhong.jpg

 

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur ce lieu apparemment très particulier voici un journal de voyage avec quelques photos: http://blog.travelpod.com/travel-blog-entries/crowdywendy/3/1297536333/tpod.html#_

 

51747_Tazhong_A_v7_32.png

 

La première chose qui frappe à la vue du tableau et des courbes ce sont les amplitudes thermiques tant journalières qu'annuelles: L'hiver est similaire à celui de Shiquanhe, mais l'été il y fait aussi chaud qu'au Caire. La barre des -25°c est franchie aussi fréquemment que les 40°c, soit à peut prêt 2 à 3 fois par an. L'humidité est très faible à l'exception des mois de décembre et janvier où le Td se maintient aux abord de la Tn moyenne. Les rares pluies surviennent à la fin du printemps et au début de l'été, elles sont bien sur brèves et irrégulières d'une année sur l'autre.

 

Le Taklamakan est souvent sous le sable et la poussière, la fréquence étonnamment élevée des ciels couverts de février à juillet s'explique en partie par les phénomènes d’obscurcissement du ciel. En voici un exemple récent (source: MODIS, satellite Terra, 23/04/2012):

51747_taklimakan_amo_2012114_lrg.jpg

 

Au cours de l'année on retrouvera l'opposition classique entre le printemps et l'automne qui prévaut de l'Europe continentale à l’extrême orient: un printemps agité, instable, et un automne calme. Les statistiques de nébulosité attestent une fois de plus de ce trait.

 

EDIT 11/06/2014: ajout des tableaux horaires

51747_Tazhong_B_v7_32.png

 

EDIT 11/03/2015: ajout des roses des vents

51747_Tazhong_C_v7_32.png

 

 

L'hiver est très calme, les rares perturbations à pénétrer le cœur du Takla Makhan n'apportent que des saupoudrages neigeux.

Ce trou dans le désert est une machine radiative parfaite en cette saison, avec très peu de forçages extérieurs. La dernière décade de décembre et la première moitié de janvier voient donc en général les t° les plus basses de l'année.

Puis en février les choses commencent à bouger et les régimes purement radiatifs commencent à être perturbés::

- le vent reprends doucement du service, et les phénomènes de poussière généralisée avec.

- la t° commence une hausse rapide

- le Td commence à se démarquer de la tn, et l'hygrométrie plonge.

51747_DEC12_FEB13.png

 

En de rares occasions une couche neigeuse plus perenne se forme durant l'hiver, et en l’absence de perturbation extérieures les cuvettes du Takla Makhan deviennent des lacs d'air froids. Exemple avec février 2008 qui fait figure d'ovni dans l'histoire climatologique des 15 dernières années avec une anomalie de -8.0°c sur la Tm et des Tn abyssales durant le première décade:

51747_FEB08.png

 

 

Au printemps c'est souvent du pur délire comme en 2006: d'énormes variations de température et de longues périodes complètement obscurcies par le sable. L'humidité relative est à son plus bas, la combinaison air sec / poussière doit faire mal aux voies respiratoires:

51747_MAR_MAY06.png

 

 

En été: canicule, sable et orages/averses sporadiques au programme. C'est la période de l'année où les amplitudes diurnes sont les plus modérées, notamment lorsque le vent se maintien la nuit. On voit bien que l'été ne rime pas forcément avec beau fixe dans ce désert:

51747_JUN_AUG11.png

 

 

Enfin on retrouve en automne de longues séquences de beau temps calme, et dès octobre le retour d'un système radiatif "clos" rarement perturbé par des conditions synoptiques extérieures. Ceci permet à nouveau des amplitudes thermiques diurnes remarquables.

51747_SEP_NOV10.png

 

 

Voilà... je n'ai pas encore décidé de la prochaine destination, j'en ai bien sur quelques unes en réserve. Je travaille aussi à réactualiser les villes déjà postées, pour voir l'avancée (lente) de la chose merci de vous référer à la première page afin de repérer d'un coup d'oeil les mises à jour (Aujourdhui: Oslo).

 

Modifié par mottoth
Révision complète.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Vraiment intéressant tes recherches Gaël. Tu as une formation en rapport avec le sujet, genre botaniste ?

Non, je n'ai pas de formation de botaniste. Mais je lis beaucoup d'articles (publications scientifiques) sur ce thème, afin de m'appuyer dessus. J'ai surtout une formation en climato.Je te remercie de trouver mon travail intéressant !

J'ai pas eu le temps ni le courage de présenter un nouveau lieu depuis un petit moment, c'est corrigé aujourd'hui avec une localité qui a beaucoup de points communs avec Shiquanhe: Tazhong. Située au coeur du désert du Takla-Makan, Tazhong a en commun avec Shiquanhe l'isolement et un climat très inhospitalier, avec des variations de températures encore plus fortes. Ici point de débat sur l'aridité ou la tropicalité du lieu: on est dans un vrai désert, avec des hivers rudes et des étés torrides.

Ce climat et ce coin sont vraiment impressionnants, pas vraiment faits pour la vie humaine, en effet !Sans doute un des coins les plus inhospitaliers sur Terre, avec une aridité extrême et un "niveau de confort thermique" très faible.

Je trouve IhA = -110, c'est à dire que rien que du point de vue de la sécheresse écologique, on est effectivement au niveau des déserts hyper arides.

S'agissant des variations saisonnières de luminosité, de pression barométrique et de précipitations, j'ai bien l'impression que si les mois d'avril à juillet inclus sont ceux qui connaissent la plus grande nébulosité de même que les plus "fortes" précipitations, cela est sans doute dû à la combinaison des deux facteurs suivants :

- effet de la continentalité : convection thermique plus forte car le soleil est très haut

- la cellule anticyclonique subtropicale ne s'étend pas encore suffisamment vers le nord-est, si bien qu'une certaine instabilité est possible.

Alors que dès le mois d'août, cette cellule anticyclonique étend son influence jusque sur le Takla-Makan, limitant ainsi la convection qui aurait pu soulever le peu d'humidité.

D'octobre à mars inclus, la cellule anticyclonique thermique sibérienne est évidemment l'acteur principal.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut mottoth, salut a' tous!

Je commence par te remercier beaucoup mottoth pour tous ces efforts pour nous faire connaitre le climat de ces villes lointaines....

Une fois je faisais le calcul des indices climatiques classiques: indice de De Martonne, indice xérothermique de Gaussen (la' ou' ca s'applique), et la classification climatique selon Koppen....

Bon, je vois que désormais sur le tableau tu mets Koppen...

et celui de Gaussen n'est souvent pas a' faire dans les villes que tu choisis....

ca restait De Martonne mais c'est simple et évident...

C'est pour cela que je n'écris pas le résultat des calculs ici comme avant, mais je vous suis très bien.....

Si par contre je vois que ca peut porter quelque chose de nouveau, j'écrirai....

Merci encore. Ciao ciao!

André

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

#44. Bayanbulak.

 

On reste dans le Xinjiang aujourd'hui, mais avec un climat quand même bien différent de celui du Takla-Makan: Nous partons 450kms plus au nord dans les hauts plateaux du massif du Tian Shan, avec une escale à Bayanbulak. Sur ce haut plateau d’altitude moyenne 2400-2500m il y fait nettement plus frois et nettement plus humide que dans les déserts environnants, d'ailleurs le paysage est radicalement différent avec une steppe herbeuse verdoyante en été.

 

Voici un aperçu de l'environnement de la station avec les cartes habituelles, une vue 3D de Google Earth et une photo tirée de wikipédia:

51542_Bayanbulak.jpg

 

51542_Bayanbulak2.jpg

 

1024px-Bayanbulak_grassland.jpg

 

51542_Bayanbulak_A_v7_32.png

 

En moyenne annuelle il fait 15°c de moins qu'à Tazhong, et ce en toutes saisons: on conserve à peu près les même amplitudes thermiques, tant diurnes qu'annuelles.

On est en présence d'un climat très similaire à celui de Hatgal en Mongolie: températures, RR, humidité, régime nuageux... ces deux climats sont très comparables bien qu'il y ait presque 1500kms entre ces deux villages. Et les types de temps se succèdent de la même façon, à savoir que les changements de temps sont rapides et brutaux.

Pas de statistique d'enneigement (données non partagées par la Chine) mais j'imagine que là aussi la couche dépasse rarement 10 à 15cms malgré un enneigement hivernal continu de 4 mois environ.

Question pour Gaël: comment expliquerais-tu la différence de végétation entre Bayanbulak et Hatgal (Steppe vs. Taiga) alors qu'on a tant de similitudes entre ces 2 climats ?

 

EDIT 04/06/2014: ajout des tableaux horaires. Pas de relevés à 15hTU, les valeurs sont interpolées

51542_Bayanbulak_B_v7_32.png

 

EDIT 11/03/2015: ajout des roses des vents

51542_Bayanbulak_C_v7_32.png

 

 

Petit tour des saisons: L'hiver oscille entre le grand froid beau et sec et des redoux relatifs faiblement neigeux mais souvent ventés. Les -40°c ne sont pas exceptionnels, il peut même faire bien plus froid. Ici l'hiver 2003-2004, assez équilibré:

51542_DEC03_FEB04.png

 

 

Le printemps est dans un premier temps beau et calme avec une forte pente thermique, puis à partir d'avril c'est très instable avec des retours en force de l'hiver. Le vent de déchaine durant les tempêtes printanières, et L'HR descend parfois très bas, c'est la saison la plus sèche de l'année en termes d'hygrométrie:

51542_MAR_MAY01.png

 

 

En été il fait rarement chaud et le gel reste possible même en juillet. C'est la saison la plus arrosée avec de nombreuses averses - souvent orageuses - et quelques périodes franchement maussades où les tx peinent à dépasser 10°c. Les flocons peuvent revenir dès la fin aout. Voici l'été 2006, au bilan très normal:

51542_JUN_AUG06.png

Étonnant non ? Quand on sait qu'à quelques centaines de kms de là on rôti dans le Takla-Makan...

 

 

Enfin l'automne est souvent la saison la plus calme de l'année... ce qui n'empêche pas de gros changements de temps bien sur, ils sont juste un peu plus rares. Voici 2009, cette saison fut très normale thermiquement mais septembre fut particulièrement arrosé. Mi novembre on retrouve cette plongée subite dans l'hiver typique des climats mongols.

51542_SEP_NOV09.png

 

 

A la prochaine mise à jour on changera carrément de continent et d'hémisphère wink.gif

 

Modifié par mottoth
Révision complète.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

J'ai trouvé un climat particulier, dans les TAAF, à St Martin de Viviès, c'est à dire sur l'île d'Amsterdam. Cette île de taille assez modeste (7km sur 10 environ), est un climat tempéré par excelence default_tongue_smilie.gif . Ile perdue au milieu de l'Océan Indien, elle est soumise à son influence, visible au vue des statistiques climatiques default_191769.gif .

A la base, sur le nord de l'île, la Tnn s'établie à 2.0°, et la Txx à 26.1°. Il n'a donc jamais neigé, sauf au sommet des Dives (881m), où elle doit être assez rare. Très peu d'amplitude donc, et une pluviométrie plus faible que ce que j'aurais pu penser: 1135.5mm, bien répartis dans l'année. Le vent est en revanche sans surprise très présent, vent moyen annuel de 7m/s environ, soit 25/30km/h default_stuart.gif . Le record est de 176.4km/h :!: . La rose des vents est explicite, vents dominants d'ouest, et souvent violents! L'ensoleillement est exactement le même qu'à Paris, avec 1605h par an default_wacko.png (c'est dire tant il fait gris en IDF!).

Une bien belle île surement, dépourvue d'arbres, sauf dans d'ancien cratères: http://32.img.v4.skyrock.net/323/liroilleams/pics/2141034529_small_1.jpg

A noter que des falaises de 700m de haut se situent sur la côte Sud, après un glissement de terrain:

http://www.institut-polaire.fr/var/plain/storage/images/ipev/galerie/iles_australes/base_martin_de_vivies_iles_d_amsterdam_saint_paul/vue_d_ensemble_de_l_ile_amsterdam/5576-3-fre-FR/vue_d_ensemble_de_l_ile_amsterdam.jpg

A quelques dizaines de kilomètres au sud, l'île st Paul et son cratère caractéristique donnent envie default_tongue_smilie.gif : http://www.institut-polaire.fr/var/plain/storage/images/ipev/galerie/iles_australes/base_martin_de_vivies_iles_d_amsterdam_saint_paul/cratere_de_l_ile_saint_paul/5579-3-fre-FR/cratere_de_l_ile_saint_paul.jpg

La carte IGN de cette île est belle et interessante.

default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Question pour Gaël: comment expliquerais-tu la différence de végétation entre Bayanbulak et Hatgal (Steppe vs. Taiga) alors qu'on a tant de similitudes entre ces 2 climats ?

Salut mottoth,Voici ce que me donnent les indices d'humidité pour Bayanbulak :

Ihe = 39 (étés humides)

IhA = 60 (végétation associée à un climat humide !)

Par de telles températures aussi basses, il semble bien que les 312mm annuels soient largement suffisant pour empêcher toute sécheresse systématique et durable. Cependant, on constate que seule une steppe (mais une steppe humide) puisse pousser. On n'y retrouve effectivement pas la taïga.

Alors à mon avis, je pense qu'il faut chercher le problème du côté de ce que j'avais commencé à appeler le "niveau de confort thermique". Il est très, très bas ici. Plus bas encore qu'à Hatgal. En effet, par exemple, il gèle assez régulièrement l'été, en plein été à Bayanbulak, descendant un an sur deux au-dessous de -3 ou -4°c en juin et un an sur deux au-dessous de 0°c en juillet ! Autrement dit, la germination est impossible. C'est le même phénomène que dans les trous à froid puissants. D'ailleurs, on constate qu'à Bayanbulak, on est tout près de l'isotherme +10°c de juillet, ce qui correspond approximativement à la limite de la forêt. Mais ici, je le répète, c'est surtout le gel estival qui est le gros responsable.

D'ailleurs, il suffit de voir qu'un peu plus loin, sur les pentes des montagnes (mais à la même altitude environ, ou plus bas), les arbres peuvent pousser. Or, sur les flancs de montagnes, les nuits claires, dégagées et au cours desquelles le rayonnement IR nocturne est fort, il fait nécessairement moins froid que dans la vallée plate.

Je pense que le même phénomène existe à Hatgal, mais étant donné que le niveau moyen des Tn estivales est un peu moins bas, alors les arbres peuvent pousser dès les toutes premières pentes.

Il faudra que j'élabore bientôt cet indice de "confort thermique"...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Alors à mon avis, je pense qu'il faut chercher le problème du côté de ce que j'avais commencé à appeler le "niveau de confort thermique". Il est très, très bas ici. Plus bas encore qu'à Hatgal. En effet, par exemple, il gèle assez régulièrement l'été, en plein été à Bayanbulak, descendant un an sur deux au-dessous de -3 ou -4°c en juin et un an sur deux au-dessous de 0°c en juillet !

Oui c'est même plus qu'un an sur deux: sur mes stats j'ai 1.4 jours de gel en juillet à Bayanbulak contre 0.2 jours à Hatgal. Donc malgré le faible écart (1 ou 2 degrés) entre les 2 stations le gel estival est nettement plus présent à Bayanbulak et surtout systématique (i.e. chaque année). Bien vu, c'est surement ça. Sinon, se pourrait-il qu'au regard de leur éloignement les essences de la taiga n'aient pas pu essaimer jusqu'à là ? Le domaine naturel de la taiga est quand même assez éloigné, je pense que la limite sud passe par l'Altai environ 600kms plus au nord.@nicolass: bonne idée l'ile d'Amsterdam... je crois que j'avais regardé dans le passé les données disponibles et les avait trouvé de bonne qualité. A mettre dans ma 'to do' list, ça changera des climats à types de temps contrastés que je viens de passer en revue. Dans la même veine j'ai l'Ile de Pâques en projet depuis un moment.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

J'ai trouvé un climat particulier, dans les TAAF, à St Martin de Viviès, c'est à dire sur l'île d'Amsterdam. Cette île de taille assez modeste (7km sur 10 environ), est un climat tempéré par excelence default_tongue_smilie.gif . Ile perdue au milieu de l'Océan Indien, elle est soumise à son influence, visible au vue des statistiques climatiques default_191769.gif .

A la base, sur le nord de l'île, la Tnn s'établie à 2.0°, et la Txx à 26.1°. Il n'a donc jamais neigé, sauf au sommet des Dives (881m), où elle doit être assez rare. Très peu d'amplitude donc, et une pluviométrie plus faible que ce que j'aurais pu penser: 1135.5mm, bien répartis dans l'année. Le vent est en revanche sans surprise très présent, vent moyen annuel de 7m/s environ, soit 25/30km/h default_stuart.gif . Le record est de 176.4km/h :!: . La rose des vents est explicite, vents dominants d'ouest, et souvent violents! L'ensoleillement est exactement le même qu'à Paris, avec 1605h par an default_wacko.png (c'est dire tant il fait gris en IDF!).

Une bien belle île surement, dépourvue d'arbres, sauf dans d'ancien cratères: http://32.img.v4.skyrock.net/323/liroilleams/pics/2141034529_small_1.jpg

A noter que des falaises de 700m de haut se situent sur la côte Sud, après un glissement de terrain:

http://www.institut-polaire.fr/var/plain/storage/images/ipev/galerie/iles_australes/base_martin_de_vivies_iles_d_amsterdam_saint_paul/vue_d_ensemble_de_l_ile_amsterdam/5576-3-fre-FR/vue_d_ensemble_de_l_ile_amsterdam.jpg

A quelques dizaines de kilomètres au sud, l'île st Paul et son cratère caractéristique donne envie default_tongue_smilie.gif : http://www.institut-polaire.fr/var/plain/storage/images/ipev/galerie/iles_australes/base_martin_de_vivies_iles_d_amsterdam_saint_paul/cratere_de_l_ile_saint_paul/5579-3-fre-FR/cratere_de_l_ile_saint_paul.jpg

La carte IGN de cette île est belle et interessante.

default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">

Ces iles ont un climat, je pense, assez proche des iles de la Macaronésie, sujet bien étudié par notre ami Dann17 dans un autre fil. Ce climat est hyperocéanique doux, exempt de gel.La différence essentielle avec les iles de Macaronésie vient de la situation dans l'hémisphère sud : en toutes saisons, à latitude égale, le temps est plus frais et perturbé, influencé par le gigantesque inlandsis Antarctique.

Mais ce sera toujours intéressant de voir le sujet bien synthétisé par mottoth ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut mottoth,

Voici ce que me donnent les indices d'humidité pour Bayanbulak :

Ihe = 39 (étés humides)

IhA = 60 (végétation associée à un climat humide !)

Par de telles températures aussi basses, il semble bien que les 312mm annuels soient largement suffisant pour empêcher toute sécheresse systématique et durable. Cependant, on constate que seule une steppe (mais une steppe humide) puisse pousser. On n'y retrouve effectivement pas la taïga.

Alors à mon avis, je pense qu'il faut chercher le problème du côté de ce que j'avais commencé à appeler le "niveau de confort thermique". Il est très, très bas ici. Plus bas encore qu'à Hatgal. En effet, par exemple, il gèle assez régulièrement l'été, en plein été à Bayanbulak, descendant un an sur deux au-dessous de -3 ou -4°c en juin et un an sur deux au-dessous de 0°c en juillet ! Autrement dit, la germination est impossible. C'est le même phénomène que dans les trous à froid puissants. D'ailleurs, on constate qu'à Bayanbulak, on est tout près de l'isotherme +10°c de juillet, ce qui correspond approximativement à la limite de la forêt. Mais ici, je le répète, c'est surtout le gel estival qui est le gros responsable.

D'ailleurs, il suffit de voir qu'un peu plus loin, sur les pentes des montagnes (mais à la même altitude environ, ou plus bas), les arbres peuvent pousser. Or, sur les flancs de montagnes, les nuits claires, dégagées et au cours desquelles le rayonnement IR nocturne est fort, il fait nécessairement moins froid que dans la vallée plate.

Je pense que le même phénomène existe à Hatgal, mais étant donné que le niveau moyen des Tn estivales est un peu moins bas, alors les arbres peuvent pousser dès les toutes premières pentes.

Il faudra que j'élabore bientôt cet indice de "confort thermique"...

Oui, il faut aussi rappeler l'influence de l'altitude pour Bayanbulak : 2459 m, par 43°N, c'est très élevé pour la forêt, Hatgal en altitude également n'est qu'à 1669 m. Il faut bien rappeler que dans nos Alpes, par 45°N, la limite de la forêt se situe vers 2000m.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui c'est même plus qu'un an sur deux: sur mes stats j'ai 1.4 jours de gel en juillet à Bayanbulak contre 0.2 jours à Hatgal. Donc malgré le faible écart (1 ou 2 degrés) entre les 2 stations le gel estival est nettement plus présent à Bayanbulak et surtout systématique (i.e. chaque année). Bien vu, c'est surement ça. Sinon, se pourrait-il qu'au regard de leur éloignement les essences de la taiga n'aient pas pu essaimer jusqu'à là ? Le domaine naturel de la taiga est quand même assez éloigné, je pense que la limite sud passe par l'Altai environ 600kms plus au nord.

Oh excuse ! En effet, j'aurais dû voir que tu avais les stats pour le nombre de jours de gel. C'est effectivement même près de 2 jours au mois de juillet (si on regarde les données d'avant 2000).Sinon, s'agissant de l'essaimage, je ne pense pas que ce soit lié, puisqu'il existe des flancs de vallées pas loin de là (à 15 km au nord-est de Bayanbulak) qui sont bien pourvus en conifères. D'ailleurs, on retrouve ces peuplements de conifères là encore sur les pentes de ces vallées assez creuses, et à des altitudes plus basses. À mon avis, la froidure des matins d'été est vraiment la grande responsable. J'avais aussi pensé au type de sol, mais je ne crois pas.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, il faut aussi rappeler l'influence de l'altitude pour Bayanbulak : 2459 m, par 43°N, c'est très élevé pour la forêt, Hatgal en altitude également n'est qu'à 1669 m. Il faut bien rappeler que dans nos Alpes, par 45°N, la limite de la forêt se situe vers 2000m.

Je ne pense pas que l'altitude soit un facteur limitant (bon évidemment, à partir de 10000m d'altitude, là même avec les températures et les précipitations qui conviendraient, ça marcherait peut-être pas ! default_tongue.png/emoticons/tongue@2x.png 2x" width="20" height="20"> ). Regarde par exemple de nouveau vers les hauteurs d'Islamabad, à 1300km au sud-ouest. Va voir sur Google à la position suivante : 35°35'40" N / 072°31'20" E , par 3000 à 3300m d'altitude, tu trouveras une belle forêt de conifères. Et je n'ai pris que cet exemple au hasard.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, il faut aussi rappeler l'influence de l'altitude pour Bayanbulak : 2459 m, par 43°N, c'est très élevé pour la forêt, Hatgal en altitude également n'est qu'à 1669 m. Il faut bien rappeler que dans nos Alpes, par 45°N, la limite de la forêt se situe vers 2000m.

En fait la difference de latitude entre Bayanbulak et Hatgal (43°n vs 50°n) compense la difference d'altitude: en moyenne annuelle il n'y a que 0.4°c d'écart.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne pense pas que l'altitude soit un facteur limitant (bon évidemment, à partir de 10000m d'altitude, là même avec les températures et les précipitations qui conviendraient, ça marcherait peut-être pas ! default_tongue.png/emoticons/tongue@2x.png 2x" width="20" height="20"> ).

Regarde par exemple de nouveau vers les hauteurs d'Islamabad, à 1300km au sud-ouest. Va voir sur Google à la position suivante : 35°35'40" N / 072°31'20" E , par 3000 à 3300m d'altitude, tu trouveras une belle forêt de conifères. Et je n'ai pris que cet exemple au hasard.

Complètement d'accord, l'altitude en tant que telle n'est pas un facteur déterminant, elle l'est seulement par la modification des conditions qu'elle induit. Il semble que, à configuration de relief égale, plateau dans les deux cas, et à Tm égale, l'amplitude diurne est plus grande lorsque l'altitude augmente, l'atmosphère plus ténue s'échauffe plus vite dans la journée et retient moins bien la chaleur durant la nuit. A 2459 m d'altitude avec une Tm mensuelle en juillet de 11°C, le gel est possible tout au long de l'été et rares sont les arbres qui supportent du gel durant leur saison végétative semble t-il. En même temps, l'amplitude diurne de juillet n'est guère plus élevée à Bayanbulak (13,4°C) qu'à Hatgal (12,9°C), cependant cette augmentation d'amplitude liée à une Tm de juillet un peu plus basse suffit pour donner un nombre de jours de gel en juillet bien plus élevé : avec 1,4 jours de gel en moyenne en juillet, le gel se produit au moins une fois en juillet quasiment tous les ans.

A Hatgal, avec une Tm de 13.3°C, un peu supérieure donc, on a 0.2 jour de gel en juillet, le gel en juillet ne se produit qu'une fois tous les cinq ans, encore rude mais semble t-il beaucoup plus supportable pour les arbres.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   1 membre est en ligne