mottoth

Climats du monde

2 978 messages dans ce sujet

#93. Majunga.

 

Changement radical de décor aujourd'hui avec un retour dans l'hémisphère sud et dans le domaine tropical: Majunga, à Madagascar. A cette latitude où les alizés d'est dominent la situation de Majunga sous le vent va donc lui valoir un climat "relativement" sec:

67027_map0.jpg

 

La station est sur l'aéroport, à 6kms du centre ville et 2kms de l'océan:

67027_map1.jpg

 

Vue vers le SSO:

67027_map2.jpg

 

67027_Majunga_A_v7_32.png

 

C'est donc un climat tropical avec une saison sèche très marquée - 4 mois quasiment sans précipitations. Souvenez vous à La Réunion, sans l'abri de l'ile de Madagascar, on n'avait pas une telle sécheresse durant lé période de soleil bas.

L'ensoleillement est très bon, avec un ciel souvent dégagé: la pleine saison touristique peut durer 8 mois.

Dans les climats tropicaux on retrouve souvent un maximum thermique secondaire après la saison les pluie, ici il n'est même pas "secondaire" puisque aussi fort que le pic d'avant saison des pluies.

 

EDIT 2/07/2014; ajout des tableaux horaires

67027_Majunga_B_v7_32.png

 

EDIT 09/07/2015; ajout des roses des vents

67027_Majunga_C_v7_32.png

 

 

Durant la saison sèche du minimum thermique le grand beau temps est rarement contrarié, et l'hygrométrie plutôt basse quoique soumise aux bascules brises de terre / brises de mer. Voici la saison 2007, très proche des moyennes et d'une grande régularité:

67027_JUN_AUG07.png

 

 

Avant la saison de pluie la chaleur et l'humidité augmentent lentement. En novembre la chaleur est maximale mais sans connaitre d’extrêmes notables - les txx restent bien sages, assez proches des normales. Novembre est aussi le mois où le temps commence à vraiment changer avec les premiers gros orages annonciateurs de la saison des pluies:

67027_OCT_NOV03.png

 

 

La saison des pluie est relativement courte - 3 mois 1/2 - mais vraiment intense, avec une lame d'eau moyenne supérieurs à 500mm sur les 17 derniers mois de janvier. Tempêtes tropicales et cyclones sont possibles. Le déroulement de cette saison est assez irrégulier, avec de belle pauses des beau temps et des ondes de mauvais temps durable durant lesquelles les txn annuelles sont souvent atteintes.

67027_JAN_FEB07.png

 

 

Bonus: le mois très pluvieux de janvier 2004, marqué par le cyclone Elita et des rafales de 180km/h !

67027_JAN04.png

 

 

Voilà donc qui nous change bien de la Sibérie et des climats polaires... C'est tout pour aujourd'hui !

 

Modifié par mottoth
Révision complète.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour Dann

Dommage que tu qualifies de malhonnête une intervention qui ne va pas dans ton sens ...

Sinon, OK pour Tarbes mais là c'est la carte qui est mal libellée, ce devrait plutôt être "Maximum de pluie en saison sombre" (soit d'octobre à mars) versus "Maximum de pluie en saison lumineuse". Si c'est ce critère que tu veux prendre, alors ton tracé est tout de même incorrect pour nombre de villes en France hors région montagneuse comme Metz, Toulouse, Saint Auban, Carpentras et pas forcément à 50 km près..

C'est bien parce qu'il y a toutes ces exceptions qui sont dues au relief (ou non) que je pense que le régime pluviométrique ne peut pas être un critère de continentalité. D'ailleurs aucun climatologue à peu près reconnu ne le retient.

Je comprends ce que tu veux dire, et je reconnais finalement que ce n'est pas "malhonnête". Mais j'espère que, de ton côté, tu comprends aussi ma démarche (qu'on ne peut pas, je pense, "balayer" comme tu semblais l'avoir fait hier !)

En effet, dans la région Midi-Pyrénées et l'est de l'Aquitaine, les précipitations en saison lumineuse sont souvent très légèrement supérieures à celles qui tombent durant l'autre semestre.

Mais justement, cela montre bien que ces régions du "sud-ouest intérieur" possèdent une certaine dose de continentalité (qui se manifeste d'ailleurs surtout au printemps lorsque les précipitations augmentent grâce à la convection thermique, et qui se manifeste aussi un peu en hiver : précipitations plutôt faibles, dues à des occurrences de temps stable et brumeux).

Bien entendu, il serait inopportun de qualifier le climat de cette région comme étant plutôt continental ! C'est pour cette raison que, comme je le disais, je donne plus d'importance au facteur thermique (comme l'indice de continentalité thermique) pour trancher. Donc ici (Toulouse, Tarbes, Agen, etc...), il est évident que l'on se situe en climat océanique.

Je pense donc que pour déterminer si un climat est plutôt maritime (climats océaniques, méditerranéens ou maritimes selon mon approche) ou plutôt continental (climats continentaux et climats steppiques, là encore selon mon approche), il faut tenir compte des deux paramètres suivants :

- l'origine des masses d'air (l'influence atmosphérique extérieure) : c'est précisément cela qui influe sur l'amplitude thermique annuelle et donc sur l'indice de continentalité thermique.

- le "substrat" (càd les conditions locales, influencées par la nature du sol environnant, par l'éloignement ou non des côtes maritimes, etc...) : celui-ci va être le responsable principal du type de temps qui règne au quotidien, et donc c'est cela qui va influencer le régime pluviométrique.

Je pense donc qu'il est primordial de tenir compte de ces deux paramètres principaux simultanément, ou couplés.

Il me semblerait par exemple complètement absurde de vouloir mettre le climat de Tashkent (Ouzbékistan, où le climat n'est pas du tout aride ni méditerranéen (!) comme ce qu'en dit la classif de Koppen) et celui de St-John's (Terre-Neuve) dans la même catégorie (climat soi-disant "continental"), juste parce que l'amplitude thermique annuelle est supérieure à 20°c ! Les choses sont bien plus complexes que cela, c'est malheureux, mais c'est ainsi !

Mais bon, je comprends tout à fait ta réaction, étant donné que je n'ai pas encore réellement et concrètement établi les bornes permettant de dresser une classification.

ps : T'inquiète Mottoth, je vais revenir à Majunga...wink.png

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

#93. Majunga.

Changement radical de décor aujourd'hui avec un retour dans l'hémisphère sud et dans le domaine tropical: Majunga, à Madagascar. A cette latitude où les alizés d'est dominent la situation de Majunga sous le vent va donc lui valoir un climat "relativement" sec:

C'est donc un climat tropical avec une saison sèche très marquée - 4 mois quasiment sans précipitations. Souvenez vous à /topic/67917-climats-du-monde/page__st__520#entry1985267'>La Réunion, sans l'abri de l'ile de Madagascar, on n'avait pas une telle sécheresse durant lé période de soleil bas.

L'ensoleillement est très bon, avec un ciel souvent dégagé: la pleine saison touristique peut durer 8 mois.

Avant la saison de pluie la chaleur et l'humidité augmentent lentement. En novembre la chaleur est maximale mais sans connaitre d’extrêmes notables - les txx restent bien sages, assez proches des normales. Novembre est aussi le mois où le temps commence à vraiment changer avec les premiers gros orages annonciateurs de la saison des pluies:

La saison des pluie est relativement courte - 3 mois 1/2 - mais vraiment intense, avec une lame d'eau moyenne supérieurs à 500mm sur les 14 derniers mois de janvier. Tempêtes tropicales et cyclones sont possibles.

Salut,

Bon, si tu me le permets, je voudrais nuancer tes propos (ceux que j'ai mis en gras). En effet, à te lire, on a l'impression que le climat de ce coin tropical de Madagascar est globalement plus sec qu'humide. Tu insistes beaucoup et souvent sur ce terme (peut-être pour comparer avec un autre lieu), et en même temps, tu minimises la durée et l'impact de la saison des pluies.

Il est évident qu'on est ici bien loin (climatiquement parlant) du climat équatorial, on est d'accord. Cependant, de mon point de vue, je dirais plutôt que la saison des pluies (qui est effectivement très intense) dure dans les 5 mois, et non 3 et demi. Par ailleurs, si la saison sèche est plutôt longue en effet, il est nécessaire de tenir compte du niveau de l'humidité relative qui reste bien plus élevée (dans les 60 à 70% en pleine saison sèche, mine de rien !) que dans climats tropicaux d'Afrique occidentale par exemple. Cela laisse donc supposer que cette saison sèche ne doit pas être si terrible que cela, sachant surtout la générosité de la saison des pluies.

Alors j'ai appliqué mes indices d'humidité pour en avoir le cœur net.

L'indice d'humidité de la saison des pluies atteint la valeur Ihe = 172 (ce qui est beaucoup, donc très humide).

L'indice d'humidité de la saison sèche vaut Ihsec = -33 (c'est donc effectivement bien sec, mais tout de même bien loin des extrêmes).

Au bilan, sur l'année, IhA atteint 76. C'est finalement assez élevé, et cela signifie que la végétation doit être adaptée à un climat globalement humide.

Je parlerais donc d'un climat tropical humide (donc présentant une saison des pluies plus imposante que la saison sèche), où règne une forêt tropicale décidue (donc des arbres qui perdent au moins partiellement leurs feuilles en saison sèche) assez fournie (d'assez grande taille).

Par ailleurs, si les températures ne sont que rarement caniculaires il est vrai, je pense qu'il faut tenir compte des valeurs très élevées de l'HR (et donc des Td) en saison des pluies qui, couplées aux températures tout de même d'un bon niveau, doivent résulter en une chaleur (énergie) excessivement lourde. Qu'en dis-tu ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut,

Bon, si tu me le permets, je voudrais nuancer tes propos (ceux que j'ai mis en gras). En effet, à te lire, on a l'impression que le climat de ce coin tropical de Madagascar est globalement plus sec qu'humide (peut-être pour comparer avec un autre lieu)

Par ailleurs, si les températures ne sont que rarement caniculaires il est vrai, je pense qu'il faut tenir compte des valeurs très élevées de l'HR (et donc des Td) en saison des pluies qui, couplées aux températures tout de même d'un bon niveau, doivent résulter en une chaleur (énergie) excessivement lourde. Qu'en dis-tu ?

Oui t'as raison j'avais d'autres climats tropicaux en tête (et pas ceux d'Afrique de l'Ouest), où la saison des pluies est plus longue et/ou la saison sèche moins absolue, comme en Inde, en Thailande... ou encore à Darwin (Australie, prochaine étape de ce voyage) ou bien Tamatave (sur la côte est de Madagascar, que l'on verra ici à plus ou moins long terme).

Quand à la saison humide le Td moyen (24°c à 24.5°c) est typiquement celui d'une masse d'air tropicale humide, comme déjà vu à Bangkok, Hongkong, Goa, Singapour... Une bonne vraie chaleur tropicale donc, mais pas exceptionnelle.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

#94. Darwin.

 

On atterri pour la première fois en Australie depuis le début de ce voyage: Darwin est la capitale des Territoires du Nord, en zone tropicale:

94120_map0.jpg

 

La station est située sur l'aéroport, à 7kms du centre-ville et 4.5kms du bras de mer le plus proche:

94120_map1.jpg

 

Vue vers l'OSO:

94120_map2_WSW.jpg

 

94120_Darwin_A_v7_30.png

 

C'est aussi, comme Majunga, un climat tropical Aw de Köppen, c-à-d avec minimum pluviométrique vraiment marqué.

Beaucoup de similitudes entre les 2 villes: Tm annuelle, amplitudes et extrêmes thermiques voisins, ensoleillement annuel remarquable. Tempêtes tropicales et cyclones sont aussi de la partie.

 

Et quelques nuances:

- C'est plus humide (+50% de pluviométrie) à Darwin. La saison humide y est tout aussi violente qu'à Majunga mais plus longue et un peu décalée vers "l'automne".

- Mais l'hygrométrie baisse plus durant la saison sèche, en raison des vents secs en provenance des déserts du centre de l'Australie. En cette saison le Td est fortement corrélé à la direction du vent: la mer de Timor est proche et la brise de mer fait très vite remonter l'humidité.

EDIT 11/10/2014: ajout des tableaux horaires et des roses des vents.

- La baisse diurne du Td en saison sèche est bien visible sur les tableaux horaires.

- Le renforcement du vent d'ouest visible en janvier/février correspond au pic de la saison des pluies

 

94120_Darwin_B_v7_30.png

 

94120_Darwin_C_v7_30.png

EDIT 21/10/2015: ajout des tableaux annexes sur les conditions de t° et de Td en fonction du vent:

94120_Darwin_D_v7_30.png

 

 

On voit ça tout de suite en exemple avec les variations importantes de l'hygrométrie en juin 2014. Cela n'a rien d'exceptionnel, suivant les centres d'action présents plus au sud on passe régulièrement du vent du désert à une masse d'air plus tropicale. Cependant le temps reste généralement très stable et ensoleillé:

94120_JUN_JUL14.png

 

 

La chaleur culmine en octobre-novembre, et comme à Majunga et beaucoup d'autres climats tropicaux la saison pluvieuse démarre progressivement par une instabilité orageuse de plus en plus marquée. Là aussi la proximité de la mer fait que les tx ne s'envolent pas très haut.

94120_OCT_NOV03.png

 

 

Voici la saison humide 2004.Le Td s'installe à un niveau typiquement tropical, de 24°c à 25°c en moyenne:

94120_JAN_MAR04.png

 

 

Enfin je termine avec un mois de février exceptionnel, marqué par le passage du cyclone Carlos en milieu de mois, qui déposa 644mm en 3 jours:

94120_FEB11.png

 

Zoom sur ces 3 jours, avec un pic de 285mm en 12h le 15 entre 05:30UTC et 17:30UTC. D'après le wiki anglais de ce cyclone les 339.6mm en 24h du 15 constituent le record absolu pour Darwin:

94120_14_16_FEB11.png

 

Ca sera tout pour aujourd'hui.

 

Modifié par mottoth
Remise en forme

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

#94. Darwin.

C'est aussi, comme /topic/67917-climats-du-monde/page__view__findpost__p__2203634'>Majunga, un climat tropical Aw de Köppen, c-à-d avec minimum pluviométrique vraiment marqué.

Beaucoup de similitudes entre les 2 villes: Tm annuelle, amplitudes et extrêmes thermiques voisins, ensoleillement annuel remarquable. Tempêtes tropicales et cyclones sont aussi de la partie.

Et quelques nuances:

- C'est plus humide (+50% de pluviométrie) à Darwin. La saison humide y est tout aussi violente qu'à Majunga mais plus longue et un peu décalée vers "l'automne".

- Mais l'hygrométrie baisse plus durant la saison sèche, en raison des vents secs en provenance des déserts du centre de l'Australie. En cette saison le Td est fortement corrélé à la direction du vent: la mer de Timor est proche et la brise de mer fait très vite remonter l'humidité.

Bonne idée que de passer en Australie. Ce pays et ce continent (l'Océanie) font souvent rêver les Européens que nous sommes...

Oui, un climat très semblable à celui de Majunga. Mais donc là aussi, la saison des pluies est bien plus imposante que la saison sèche, bien que cette dernière soit effectivement assez marquée.

Les valeurs des indices d'humidité sont très proches de celles de Majunga :

Ih (saison des pluies) = 185 (très marquée)

Ih (saison sèche) = -34, donc à peine plus intense que celle de Majunga.

Sur l'année entière, IhA atteint 88.

Tout cela indique que l'on a affaire à un climat globalement bien humide. C'est un climat tropical humide, où règne la forêt tropicale décidue d'assez grande taille.

Ce n'est, au passage, pas du tout un climat de savane comme cela est souvent rapporté...

Le Bureau de la Météorologie australien présente des données extrêmement complètes, très à jour, et très représentatives. En effet, pour Darwin, la période considérée s'étale de 1941 à 2013. Une pléthore de données fiables sont disponibles.

À ce propos, je pense qu'il y a une incohérence dans tes données, Mottoth : celles de l'humidité relative mensuelle moyenne. Je pense que tu as reporté seulement les valeurs prises à 09h du matin. Il fallait également tenir compte des valeurs prises à 15h, et faire la moyenne des 2 créneaux horaires. je te laisse regarder :

http://www.bom.gov.au/climate/averages/tables/cw_014015_All.shtml

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le Bureau de la Météorologie australien présente des données extrêmement complètes, très à jour, et très représentatives. En effet, pour Darwin, la période considérée s'étale de 1941 à 2013. Une pléthore de données fiables sont disponibles.

À ce propos, je pense qu'il y a une incohérence dans tes données, Mottoth : celles de l'humidité relative mensuelle moyenne. Je pense que tu as reporté seulement les valeurs prises à 09h du matin. Il fallait également tenir compte des valeurs prises à 15h, et faire la moyenne des 2 créneaux horaires. je te laisse regarder :

http://www.bom.gov.au/climate/averages/tables/cw_014015_All.shtml

Ca faisait longtemps que j'avais pas surfé sur le site climato du BOM, c'est vrai qu'il est excellent, probablement le meilleurs au monde. C'est d'ailleurs pour cela que j'ai tant tardé à couvrir les climats de l'Australie - le BOM le fait déjà remarquablement bien.

En revanche il n'y a pas d'erreur dans mes données d'HR: elles sont issues des tables quotidiennes d'Ogimet, où l'HR est moyennée d'après les x observations quotidiennes... pour l'Australie c'est donc la moyenne de 16 obs à intervalles réguliers (0h30 puis 2h30), donc aucun biais puisque aucune période du jour n'est favorisée ou défavorisée.

L'HR moyenne à 15h locale est en générale voisine de l'HRn car prise à une heure proche de le tx, et de plus on observe souvent une baisse notable du Td pendant les heures les plus chaudes en saison sèche. Ce creux d'hygrométrie est en général peu durable, donc non seulement il n'est pas représentatif de la moyenne d'HR mais de plus il pèse souvent assez peu sur cette moyenne.

L'HR moyenne à 9h locale n'est pas proche de l'HRx de la journée car à cette l'heure là la t° a déjà beaucoup monté, la tn (et l'HRx) intervenant vers 6h sous les tropiques. Elle est finalement proche de l'HRm de la journée et est du coup beaucoup plus representative.

En tout cas les moyenne d'HR (et de Td) présentées ici sont vraiment des moyennes arithmétiques basée sur les observations synoptiques faite à intervalles réguliers (8 ou 24 obs par jour généralement, 16 dans le cas de l'Australie).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En revanche il n'y a pas d'erreur dans mes données d'HR: elles sont issues des tables quotidiennes d'Ogimet, où l'HR est moyennée d'après les x observations quotidiennes... pour l'Australie c'est donc la moyenne de 16 obs à intervalles réguliers (0h30 puis 2h30), donc aucun biais puisque aucune période du jour n'est favorisée ou défavorisée.

L'HR moyenne à 15h locale est en générale voisine de l'HRn car prise à une heure proche de le tx, et de plus on observe souvent une baisse notable du Td pendant les heures les plus chaudes en saison sèche. Ce creux d'hygrométrie est en général peu durable, donc non seulement il n'est pas représentatif de la moyenne d'HR mais de plus il pèse souvent assez peu sur cette moyenne.

L'HR moyenne à 9h locale n'est pas proche de l'HRx de la journée car à cette l'heure là la t° a déjà beaucoup monté, la tn (et l'HRx) intervenant vers 6h sous les tropiques. Elle est finalement proche de l'HRm de la journée et est du coup beaucoup plus representative.

En tout cas les moyenne d'HR (et de Td) présentées ici sont vraiment des moyennes arithmétiques basée sur les observations synoptiques faite à intervalles réguliers (8 ou 24 obs par jour généralement, 16 dans le cas de l'Australie).

Oui, effectivement, tu as raison.

Je trouvais suspectes, moi aussi, ces valeurs prises à 09h locales ! Enfin je veux dire, que cela me dérangeait d'établir une moyenne de HR à partir de ces données.

Je vais donc rectifier mes calculs, en me basant sur tes valeurs de HR...

ps : voilà, modifications faites. Cela n'a évidemment presque rien changé (Ihsec est passé de -36 à -34 quand même...).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'étude du Td (ou de l'HR) à heure fixe est souvent très intéressante, par exemple pour les milieux soumis à l'alternance des brises de terre et mer (je pense à /topic/67917-climats-du-monde/page__view__findpost__p__2190583'>Antalya), ou encore les stations où l'on a un "cycle de rosée" important (cf. /topic/67917-climats-du-monde/page__view__findpost__p__2196987'>Mohe). J'ai donc déjà pensé à plusieurs reprises faire ce genre de stats, c-à-d présenter le Td moyen pour 0hTU, 3hTU, 6hTU, etc... typiquement 8 valeurs pour l'ensemble de la journée.

Mais je touche là mes limites en compétences informatiques:

Sous excel ce serait facile mais fastidieux: 1. filtrer les synop par heure de relevé. 2. copier/coller dans non plus 1 mais 8 tableaux différents... très long donc, beaucoup trop long...

Donc j'ai pensé à faire une vrai base de donnée sous access, j'étais même prêt à me plonger un peu dans le langage sql pour faire des scripts de vérification de la qualité des synops... mais j'ai échoué à la première étape: une importation des pages html d'ogimet (comme ceci) dans une table access. Je peux toujours passer par excel puis importer du format xls sous acces, mais quelle perte de temps... de plus je n'arrive pas à formater date et heure comme je voudrais, pour ensuite programmer facilement des requêtes par heure de relevé.

Bref les premiers essais ne furent pas du tout encourageants, donc pour l'instant je vais m'en tenir à la formule actuelle développée entièrement sous excel et déjà suffisamment chronophage.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

#95. Alice Springs.

 

On s'enfonce dans l'outback... Alice Springs semble vraiment au coeur géographique de l'Australie. Le wiki anglais nous apprends qu'avec seulement 25000 habitants c'est la 3e plus grande ville des Territoires du Nord... ça donne une idée du faible peuplement de cette région:

94326_map0.jpg

 

La station est sur l'aéroport à 10.5kms au sud du centre ville. Le site du BOM australien est vraiment une mine d'or, on y trouve par exemple un pdf de 37 pages présentant de façon détaillée l'emplacement de la station et son histoire.

94326_map1.jpg

 

Voici une vue vers le NNO. Une crete orientée grosso-modo est-ouest se trouve entre la ville et l'aéroport et domine la plaine d'environ 200m:

94326_map2.jpg

 

Un petit panorama pris depuis la ville en regardant vers le sud-ouest:

1024px-Alice_Springs_Panorama.jpg

 

94326_Alice_Springs_A_v7_30.png

 

Pour Köppen c'est un BWh

w

... rien qu'au nombre de lettres on sent que ça va être compliqué !

- BW pour l'appartenance au domaine aride... la frontière avec la semi-aridité (selon Köppen toujours) n'est pas loin puisque avec 323mm par an on s'approche vraiment du seuil de 353mm (Il ne manque que 8.5%). Quelques mois d'été très arrosés au début de la décennie 2000 ont boosté la moyenne 2000-2012 puisque d'après les normales 1981-2010 le cumul annuel est de 291mm (86% du seuil de semi-aridité).

- h

car c'est un climat chaud avec une Tm annuelle de 21°c et un gel peu marqué en hiver.

- w

car l'hiver est sensiblement moins arrosé que l'été. Cependant les précipitations ne sont pas totalement absentes avec de sporadiques perturbations d'origines tempérées qui parviennent jusqu'à là en hiver. Les précipitations d'été sont elles d'origine tropicale.

Pour moi c'est un climat aride chaud à tendance subtropicale.

 

EDIT 14/10/2015: ajout des roses des vents et des tableaux horaires

94326_Alice_Springs_C_v7_30.png

 

94326_Alice_Springs_B_v7_30.png

 

 

En hiver le beau temps calme et la sécheresse de l'air engendrent des amplitudes thermiques marquées, avec de faibles gelées assez fréquentes. Et comme je le disais plus haut de temps en temps une perturbation venue du sud donne quelques pluies froides et un temps maussade, comme ici en milieu du mois de juillet:

94326_JUN_JUL14.png

 

 

Voici un exemple de printemps normal, qui montre bien l'importante variabilité du temps, l’absence de relief notable en Australie continentale encourageant les conflits méridiens.

Les tn connaissent des écarts importants: souvent le vent calme, le rayonnement important et la sécheresse de l'air donnent des tn bien basses, mais certaines nuits ventées connaissent un faible refroidissement nocturne:

94326_SEP_OCT12.png

 

 

Voici un été assez typique, partagé entre l'instabilité d'origine tropicale jusqu'au 20 janvier puis une période plus stable ensuite:

94326_JAN_FEB07.png

 

 

Mais même en été la variabilité reste importante, voici donc 2 exemples opposés et loin des normales: janvier 2006 est le plus chaud depuis au moins 2000, et assez sec, tandis que janvier 2015 est le plus frais et l'un des plus arrosés.

94326_JAN06_hottest_JAN15_coldest.png

 

 

Certains systèmes tropicaux peuvent venir mourir jusqu'ici, comme l'ex-cyclone Yasi qui termina sa course dans la région d'Alice Springs en donnant 2 jours bien maussades les 5 et 6/02/2011:

800px-Yasi_2011_track.png

 

Voici le suivi grâce à Ogimet, cumul total 41mm en 60 heures, et une tx d'environ 24°c seulement le 6:

94326_Yasi_05_06_FEB2011.png

 

C'est tout pour Alice Springs !

 

Modifié par mottoth
Remise en forme

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

merci pour tout ces tableaux Mottoth que je suis avec interet thumbup1.gif .

Pour Alice Springs, le "pic" pluviométrique de juillet par rapport à juin et aout m'a d'abord beaucoup étonné, mais en regardant les normales 81/10 c'est aussi le cas (mais dans dans une moindre mesure). j'imagine qu'il y a du avoir une serie de mois de juin très secs pour tirer un peu la moyenne vers le bas non?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

merci pour tout ces tableaux Mottoth que je suis avec interet thumbup1.gif .

Pour Alice Springs, le "pic" pluviométrique de juillet par rapport à juin et aout m'a d'abord beaucoup étonné, mais en regardant les normales 81/10 c'est aussi le cas (mais dans dans une moindre mesure). j'imagine qu'il y a du avoir une serie de mois de juin très secs pour tirer un peu la moyenne vers le bas non?

Le problème des régions arides ou semi-arides c'est la grande irrégularité des RR qui rend toute analyse détaillée un peu vaine.

En regardant la plus longue période disponible sur le site du BOM (1941-2013) on a encore un pic relatif en juillet... mais si on regarde la valeur médiane plutôt que la moyenne et bien juin passe légèrement devant (4mm contre 2.8mm pour juillet). Il est intéressant d'ailleurs de comparer les médianes au moyennes: elle sont nettement inférieures, signe que de nombreux mois sont complètement secs tandis qu'une poignée d'entre eux reçoivent des lames d'eau notables qui pèsent énormément dans la moyenne.

Le mois d'avril est particulièrement caricatural (données 1941-2013):

- Cumul moyen: 16.3mm

- Cumul médian: 1.2mm

- Cumul maxi: 269.2mm en 2000.

Voici ma feuille excel avec les relevés 2000-2012:

94326_RR_APR.png

Si l'on retire l'année 2000 le cumul moyen tombe à 8.6mm au lieu de 28.8mm.

On voit comment est construite la médiane sur ces 13 années:

- 6 années ont eu 0mm (un zéro sur fond jaune est un jour avec traces de précipitation).

- 1 année a eu 0.2mm (2001) -> valeur médiane

- 6 années ont eu > 0.2mm, entre 0.6mm pour 2004 et 271.4mm pour 2000 (au passage on note une légère différence avec les données du BOM).

Ce qu'il faut retenir de cette médiane quasi nulle c'est que environ 1 mois d'avril sur 2 est totalement sec, malgré un cumul moyen pas du tout insignifiant (8, 16 ou 29mm suivant la période retenue).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir à tous

Etonnantes ces gelées à une latitude aussi basse que celle d'Alice Springs, surement dues à la sécheresse de l'air. Etonnante également l'amplitude thermique annuelle (18,3°C) à cette latitude, sans doute due à la situation au coeur d'un continent.

Ce serait intéressant de comparer ce climat avec celui d'une station du Sahara à la même latitude...

Le fait que les plies soient à la fois d'origine tropicale (en été) et dues à des perturbations tempérées (en hiver) me rappelle un peu le cas de Srinagar. Cependant, la comparaison ne va pas au-delà, Srinagar n'est pas dans le domaine aride et à Srinagar ce sont les pluies tempérées qui dominent alors qu'à Alice Springs sont les pluies tropicales, la latitude beaucoup plus basse l'explique. En fait les deux situations se ressemblent du fait que ces stations ne sont ni en bordure orientale ni en bordure occidentale de continent et connaissent un "croisement" de deux régimes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je vote pour Nuuk prochainement, il est vraiment difficile de trouver des infos sur cette ville. Sur Wiki ils indiquent 744mm de moyenne annuelle pour une température moyenne de -1.4° , ça m'a l'air bien neigeux tout ça.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

#95. Alice Springs.

Pour Köppen c'est un BWhw... rien qu'au nombre de lettres on sent que ça va être compliqué !

- BW pour l'appartenance au domaine aride... la frontière avec la semi-aridité (selon Köppen toujours) n'est pas loin puisque avec 339mm par an on s'approche vraiment du seuil de 351mm (Il ne manque que 3.4%). Quelques mois d'été très arrosés au début de la décennie 2000 ont boosté la moyenne 2000-2012 puisque d'après les normales 1981-2010 le cumul annuel est de 291mm (86% du seuil de semi-aridité).

- h car c'est un climat chaud avec une Tm annuelle de 21°c et un gel peu marqué en hiver.

- w car l'hiver est sensiblement moins arrosé que l'été. Cependant les précipitations ne sont pas totalement absentes avec de sporadiques perturbations d'origines tempérées qui parviennent jusqu'à là en hiver. Les précipitations d'été sont elles d'origine tropicale.

Pour moi c'est un climat aride chaud à tendance subtropicale.

Salut à tous,

Voici ma petite contribution...

J'y vais pour commencer avec le degré de sécheresse écologique et d'aridité à Alice Springs :

Comme Mottoth l'a bien expliqué, les pluies estivales sont les plus fréquentes (les moins erratiques), et sont effectivement d'origine tropicale (on pourrait comparer avec Tamanrasset, certes plus aride encore).

Ici, Ihe vaut -31. C'est donc très sec. Je rappelle que nous sommes là (de décembre à février) en pleine "saison des pluies" (une saison toute tropicale). Mais comme vous le voyez, cette saison des pluies est très peu généreuse. Le niveau de sécheresse est le même que celui de Marseille en plein été.

L'hiver, qui est encore plus avare en pluies (qui sont, cette fois, effectivement d'origine tempérée) est néanmoins suffisamment frais pour engendrer une sécheresse écologique moindre qu'en saison des pluies estivale.

En effet, Ih(hiver) = -14.

Enfin, sur l'année entière, on obtient la valeur IhA = -57. La limite entre non-aride et semi-aride est atteinte à -45. Mais la limite entre semi-aride et aride s'établit à -65.

Nous sommes donc ici en plein climat semi-aride, selon mon approche.

Pour confirmer cette non appartenance au climat aride, une simple vue de l'aspect de la végétation alentour donne déjà une bonne idée : on aperçoit clairement que le paysage est trop fourni en arbustes et même en petits arbres pour que le climat soit désigné "aride". Cependant, il n'y a évidemment aucune forêt (selon la définition officielle de la FAO), donc on est bien dans le domaine climatique aride (qui va des climats semi-arides (ici) aux climats hyper-désertiques - aussi appelés désertiques hyper arides).

Niveau thermique :

L'indice de subtropicalité atteint une valeur très élevée (26700), le seuil entre non-subtropical et subtropical étant de 11000.

L'indice de tropicalité (IT), quant à lui, vaut tout de même -22 (la tropicalité étant atteinte à 0). À titre de comparaison, IT vaut -21 à Bagdad, -35 à Ouarzazate, -12 au Caire (climatiquement très proche de la tropicalité !), -40 à Hamilton aux Bermudes, mais +26 à Dakar, +41 à Tombouctou, etc...

Bref, Alice Springs est en plein milieu subtropical, et "l'affinité tropicale" n'est pas loin. On retrouve donc dans le biome caractéristique des peuplements arbustifs principalement, et les quelques arbres présents ont des feuilles persistantes (ce qui est caractéristique des milieux subtropicaux).

Quant à l'indice de continentalité thermique, celui-ci atteint la valeur très élevée de 0.69 (données 1942-2013), et même 0.74 (données 2000-2013). Attention : la différence est due à la méthode de calcul de la Tm mensuelle et à un décalage de la Tm du mois le plus froid. Dans mon cas, je calcule toujours les Tm mensuelles en prenant la moyenne arithmétique entre Tnm et Txm. Alors que les données de Mottoth (les Tm mensuelles) sont calculées de façon horaire. De plus, visiblement, dans les données 2000-2013, le mois de juin est plus froid que juillet. Ce qui me surprend, d'ailleurs !

Bref, au final, je parlerais d'un climat semi-aride subtropical continental.

Après des pluies...

229846AliceSprings.png

En période bien sèche...

287539AliceSprings2.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour le lien, par contre je suis très etonné des records indiqués avec un - 39.9° en Août 2012. C'est pas un peu (très) surprenant -40 en été pour une ville maritime, ça me parait être un bug.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je vote pour Nuuk prochainement, il est vraiment difficile de trouver des infos sur cette ville. Sur Wiki ils indiquent 744mm de moyenne annuelle pour une température moyenne de -1.4° , ça m'a l'air bien neigeux tout ça.

Je suis un peu embêté avec les stations groenlandaises, les heures de report des tn/tx sont calquées sur l'europe, et compte tenu de la longitude elle ne sont donc pas optimales... Je vais creuser ça.

Enfin, sur l'année entière, on obtient la valeur IhA = -57. La limite entre non-aride et semi-aride est atteinte à -45. Mais la limite entre semi-aride et aride s'établit à -65.

Nous sommes donc ici en plein climat semi-aride, selon mon approche.

Niveau thermique :

L'indice de subtropicalité atteint une valeur très élevée (26700), le seuil entre non-subtropical et subtropical étant de 11000.

L'indice de tropicalité (IT), quant à lui, vaut tout de même -22 (la tropicalité étant atteinte à 0). À titre de comparaison, IT vaut -21 à Bagdad, -35 à Ouarzazate, -12 au Caire (climatiquement très proche de la tropicalité !), -40 à Hamilton aux Bermudes, mais +26 à Dakar, +41 à Tombouctou, etc...

Bref, Alice Springs est en plein milieu subtropical, et "l'affinité tropicale" n'est pas loin. On retrouve donc dans le biome caractéristique des peuplements arbustifs principalement, et les quelques arbres présents ont des feuilles persistantes (ce qui est caractéristique des milieux subtropicaux).

Bref, au final, je parlerais d'un climat semi-aride subtropical continental.

J'étais sur que tu classerais Alice Springs dans le semi-aride... J'avais moi même un doute en m'en tenant rigoureusement à la classif de Köppen.

Par contre peut-tu rappeler ce qui pèse dans ton indice de subtropicalité ? Car pour moi cette notion reste empirique et implique de recevoir tour à tour des perturbations tempérées (en saison froide) ou tropicales (en saison chaude).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

OK, merci Mottoh et Fantomon!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'étais sur que tu classerais Alice Springs dans le semi-aride... J'avais moi même un doute en m'en tenant rigoureusement à la classif de Köppen.

Voilà ce que je pense être une autre erreur (ou incohérence) de Köppen : son système de calcul du seuil d'aridité part sur un mauvais postulat (en tout cas, c'est ce que je pense fermement).

En effet, si l'on analyse rapidement sa méthodologie, on constate que, pour lui, un climat va être plus facilement aride si la majorité des précipitations tombe durant le semestre chaud (ou de "soleil haut") que si elles tombent en saison sombre.

Or dans les faits, dans la nature, c'est précisément l'inverse qui se produit !

Prenons un exemple : comparons Alice Springs et Tripoli (Libye).

Alice Springs (1942-2013) : Tmann 21°c, Pann 286 mm.

Tripoli : Tmann 20.5°c, Pann env. 300 mm.

Bref, très légèrement moins chaud et plus pluvieux à Tripoli qu'à Alice Springs.

Pourtant, si l'on compare l'aspect du paysage, il est clair et indiscutable que l'aridité est nettement supérieure à Tripoli qu'à Alice Springs ! C'est déjà presque le désert à peine quelques kms au sud de Tripoli !

Köppen a cru que les pluies hivernales étaient plus "rentables" que les pluies estivales, car il s'est sans doute dit (et il avait raison) que les pluies d'été sont très vites évaporées, alors que les pluies d'hiver s'imprègnent dans le sol. Seulement voilà, il a "oublié" que :

- malgré l'écoulement et l'évaporation d'une bonne partie des pluies d'été, une autre bonne partie est directement utilisée par la végétation

- les pluies d'hiver ne sont quasiment pas utilisées par la végétation (il ne fait pas assez chaud), donc elles s'infiltrent dans le sol. Mais une grande partie de cette eau infiltrée s'écoule (run-off) ou s'enfonce vers les nappes. Une autre partie de l'eau tombée ruisselle directement du sol vers les rivières.

Par contre peut-tu rappeler ce qui pèse dans ton indice de subtropicalité ? Car pour moi cette notion reste empirique et implique de recevoir tour à tour des perturbations tempérées (en saison froide) ou tropicales (en saison chaude).

En gros, plus le ratio "quantité de pluies chaudes" / "quantité de pluies fraîches et froides" est élevé, et plus la Tm annuelle est élevée également (évidemment) conjointement, plus l'indice de subtropicalité augmente.

Plus les pluies chaudes le sont à une Tm mensuelle élevée (tout en étant suffisamment copieuses, relativement aux précipitations fraîches et froides), plus l'indice augmente.

Cela laisse penser que plus un climat est soumis à des pluies estivales tropicales, et/ou moins il est soumis aux précipitations hivernales tempérées, plus il a de chances d'être subtropical.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

#96. Cochabamba.

 

On reviendra plus tard en Australie à moyen terme car il y a encore plein de choses à y voir, mais ce soir on change une fois de plus de continent avec un retour en Amérique du Sud pour compléter les climats Andins vus précédemment.

Cochabamba est à 240kms de La Paz et 320kms de Santa Cruz:

85223_map0.jpg

 

85223_dem.jpg

 

La ville occupe une cuvette très enclavée au milieu des Andes, à une altitude moyenne de 2550 - 2600m. La plaine amazonienne se trouve environ 95kms au nord-est. L'imagerie satellitaire montre une très nette frontière entre le milieu humide de basse altitude et le milieu nettement plus aride de montagne:

85223_map1.jpg

 

Une vue de la cuvette de Cochabamba vers le NNO. La station se trouve sur l'aéroport:

85223_map3.jpg

 

85223_map2.jpg

 

85223_Cochabamba_A_v7_33.png

 

 

Les courbes de t° sont en tout point identiques à celle de La Paz, et l'on a là aussi affaire à un climat tropical dégradé par l'altitude.

 

Le critère de semi-aridité de Köppen est largement dépassé, et pourtant on a une saison humide assez marquée avec 3 mois de fréquentes averses... Je pense que Gaël aura son mot à dire là-dessus mais il me semble à moi aussi que c'est bien abusif de parler de semi-aridité pour ce cas là.

 

Cochabamba est connue comme "la ville du printemps éternel" en Bolivie, et il est vrai que l'altitude est idéale pour éviter les trop grosses chaleurs comme à Santa Cruz ou l'absence totale de chaleur comme à La Paz. En revanche on remarque bien sur les énormes amplitudes thermiques diurnes... l'effet cuvette joue à fond, l'enclavement et l'isolement favorisent des refroidissements nocturnes spectaculaires, bien à l'écart des perturbations et des conflits qui se jouent dans les plaines.

 

EDIT 22/07/2014; ajout des tableaux horaires

85223_Cochabamba_B_v7_33.png

 

 

EDIT 03/06/2015: ajout des roses des vents.

85223_Cochabamba_C_v7_33.png

 

Voyons en détail un mois d'hiver: lors des périodes les plus stables les amplitudes diurnes peuvent atteindre 30°c ! En revanche les changements de temps sont de faible magnitude, avec des t° très stables d'un jour sur l'autre... On est très loin des spectaculaires refroidissements de la plaine Amazonienne comme à Santa Cruz: les 100 premiers kms des Andes sont décidément une formidable barrière climatique qui isole parfaitement cette cuvette de la plupart des changement de temps à l’échelle synoptique.

On remarque beaucoup de pictos "fumée" sur ce tableau... c'est le prix à payer de cet enclavement: la pollution est piégée dans cette cuvette et la visibilité souvent médiocre:

85223_JUN_JUL12.png

 

 

Voici un exemple de séquence octobre/novembre, période la plus chaude de l'année. L'instabilité de plus en plus fréquente assure un démarrage en douceur de la saison des pluies.

85223_OCT_NOV08.png

 

 

Enfin la paire janvier/février, où le temps reste généralement très agréable entre les averses. Certaines journées sont très ensoleillées, et l'hygrométrie ne se fait pas vraiment sentir - on dépasse rarement 15°c de Td.

La journée du 25/01/2014, sans soleil et sans chaleur, fut vraiment exceptionnelle.

85223_JAN_FEB14.png

 

 

Donc c'est effectivement un climat très confortables toute l'année, avec des chaleurs sèches et modérées, et du mauvais temps peu durable lorsqu'il se manifeste.

 

Modifié par mottoth
Rajout carte topo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

#96. Cochabamba.

Donc c'est effectivement un climat très confortables toute l'année, avec des chaleurs sèches et modérées, et du mauvais temps peu durable lorsqu'il se manifeste.

Certes, juste le picto "fumées" jette un doute ... Mais que signifie t-il exactement ? Il y a un seuil de visibilité ?

Merci encore pour cette présentation flowers.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Certes, juste le picto "fumées" jette un doute ... Mais que signifie t-il exactement ? Il y a un seuil de visibilité ?

Le seuil varie selon les usages locaux, je viens de vérifier pour Cochabamba: c'est 20kms.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

#96. Cochabamba.

Les courbes de t° sont en tout point identiques à celle de /topic/67917-climats-du-monde/page__st__500#entry1880089'>La Paz, et l'on a là aussi affaire à un climat tropical dégradé par l'altitude.

Le critère de semi-aridité de Köppen est largement dépassé, et pourtant on a une saison humide assez marquée avec 3 mois de fréquentes averses... Je pense que Gaël aura son mot à dire là-dessus mais il me semble à moi aussi que c'est bien abusif de parler de semi-aridité pour ce cas là.

Cochabamba est connue comme "la ville du printemps éternel" en Bolivie, et il est vrai que l'altitude est idéale pour éviter les trop grosses chaleurs comme à Santa Cruz ou l'absence totale de chaleur comme à La Paz. En revanche on remarque bien sur les énormes amplitudes thermiques diurnes... l'effet cuvette joue à fond, l'enclavement et l'isolement favorisent des refroidissements nocturnes spectaculaires, bien à l'écart des perturbations et des conflits qui se jouent dans les plaines.

Salut !

Bon, effectivement, là j'ai été assez surpris de voir que le seuil de la semi-aridité était clairement dépassé pour Köppen ! La méthodo qu'il avait proposée (et qui est visiblement acceptée et utilisée par beaucoup de monde aujourd'hui...) est à mon avis clairement inadaptée (en tout cas c'est assez fréquemment le cas) dans bien des situations.

En effet, rien qu'un coup d'œil à la végétation en place permet de rejeter rapidement la catégorie appartenant au domaine climatique aride : des forêts - et même plutôt bien fournies - peuvent pousser sans problème. Il peut être un peu difficile de s'en rendre compte, puisque l'implantation humaine a fait reculer et se disloquer cette forêt initiale. Et surtout, les pentes des montagnes alentours sont parfois assez arides d'aspect. Mais cette aridité apparente est simplement due aux pentes assez raides qui empêchent de retenir l'eau et l'humus. La nature du sol de ces pentes montagneuses peut aussi jouer un rôle non négligeable.

Mais sinon, la plaine (une haute plaine) est clairement suffisamment humide et naturellement boisée.

659197Cuchabamba.png

Les indices d'humidité sont sans appel (si je puis me permettre) et confirment évidemment cette première impression : si l'hiver est effectivement un peu sec d'un point de vue écologique (Ih hiver = -13), il n'en demeure pas moins que l'été, lui, s'avère bien humide (Ihe = 36).

Sur l'année entière, IhA atteint tout juste +1, c'est à dire qu'on est très au-dessus de la limite de la semi-aridité (-45), et qu'on est même tout juste au-dessus de la limite xérique (IhA = 0) !

Par ailleurs, bien qu'on n'en soit pas loin, la subtropicalité n'est pas présente à Cochabamba, puisque l'indice du même nom n'atteint "que" 9630 (le seuil étant à 11000). Il doit falloir descendre de 100 à 200 m d'altitude pour rentrer dans le milieu subtropical.

L'indice de continentalité vaut, quant à lui, 0.34, ce qui signifie que malgré la faible amplitude thermique (étant donnée la latitude), ce climat possède évidemment une assez bonne continentalité thermique : les influences de l'océan Pacifique en hiver, de même que les influences indirectes de la ZCIT (dynamique équatoriale en été sur la forêt amazonienne sommes toutes assez proche) restent plutôt limitées grâce à cet effet de cuvette dont Mottoth a parlé précédemment.

Bref, au final, un climat tempéré sub-xérique doux, dû à l'altitude. En fait il s'agit d'un climat tout juste situé dans la "Puna humide" (Troll, 1959), qui est un écosystème tempéré frais d'altitude.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.