mottoth

Climats du monde

2 870 messages dans ce sujet

Merci à Mottoth de nous faire voyager. Effectivement je trouve plus interessant de coller plusieurs mois consécutifs de relevés. As-tu déjà fait une fiche sur la ville de Leh dans le Laddakh?

Leh... un des voyages les plus marquant que j'ai pu faire (reportage photo en 3 partie sur ce forum: /topic/47944-voyage-au-ladakh/'>1 /topic/47965-voyage-au-ladakh-2e-partie/'>2 /topic/47977-voyage-au-ladakh-3e-partie/'>3).. Mais un peu gaché par la neige... en 2008 la route Leh-Manali fut bloquée par la neige dès le 20/09, et j'ai du rentrer à Delhi en avion.

Leh n'est pas une stations synoptique, les données ne sont donc pas partagées sur le web en temps réel... elle ne sont pas partagée du tout d'ailleurs, même les METARs de l'aéroport. Donc pas de fiche possible. Les synoptiques les plus proches ont déjà été couvertes dans ce topic: /topic/67917-climats-du-monde/page__view__findpost__p__1829040'>Shiquanhe et /topic/67917-climats-du-monde/page__view__findpost__p__1595024'>Srinagar.

Pour revenir sur ce que Fantomon avait en tête, il semble que les records de froid de l'Himalaya proviennent de cette zone, et notamment de la région de Kargil à Drass, près de la frontière Pakistanaise. Drass aurait un record officeux de -60°c, à priori très exagéré (j'ai lu -48°c ou -45°c ailleurs sur le web)... en tout cas je vous laisse aller voir la topographie sur Google Earth Viewer, on tient là quand même un beau TAF c'est évident.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui mais au Logan ils en parlent souvent.

Pour l'Himalaya, dans les vallées situées entre plusieurs 8000, là où il y a les glaciers et des vallées à 6000m, ça doit peler quand même entre différents sommets mais pas assez de relevés.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, revenons sur Terre...laugh.png

S'agissant du As de Köppen : pour ma part, je ne fais pas de différence entre un climat "As" et un climat "Aw", car bien souvent, pour ne pas dire dans tous les cas, le climat "As" est maritime ou en tout cas très fortement influencé par l'océan. Ce qui signifie qu'il est quasiment impossible de constater une différence notoire entre les deux. En effet, dans les deux cas, l'hygrométrie reste très élevée et la chaleur est bien présente, y compris lors de la saison sèche. Donc que la saison sèche se produise lorsque le soleil monte à 60° ou à 85° au-dessus de l'horizon, cela ne va pas changer grand-chose. Voyez-vous ce que je veux dire ?

Sinon, je trouve ta méthode (qui utilise le coeff de corrélation) très intéressante, bien que je ne l'appliquerais pas pour ce genre de situation, comme je viens de l'expliquer.

D'ailleurs, et tu l'as bien souligné, ce "basculement" en "As" correspond effectivement à un décalage de la mousson (et celle-ci finit assez nettement atténuée). Ce décalage (ce retard) est de l'ordre de 2 à 3 mois.

Effectivement, les saisons étant peu différenciées thermiquement en zone tropicale, le fait que le minimum de pluie se situe en période de soleil haut ou moins haut n'est pas très différenciant pour la végétation, contrairement à la zone tempérée qui présente une différence de T notable entre hiver et été, ce qui fait qu'il y a beaucoup de différence entre Cs et Cw ou Cf.

En zone chaude, on a Af (souvent appelé équatorial mais certaines zones cotières assez éloignées de l'équateur, sous les tropiques, très exposées à l'alizé maritime peuvent connaitre ce climat) d'une part et As ou Aw (ou Am) d'autre part.

Sinon, on retrouve un climat de type As, assez rare comme le dit mottoth, à Hawaï je crois.

Bonne journée

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

#102. Bangalore.

 

Bangalore est située sur le plateau du Deccan à environ 900m d'altitude. Nous sommes à 280kms de Chennai et 490kms de Goa.

43295_map0.jpg

 

La station synoptique est située dans une zone centrale et très urbanisée, elle est enclavée dans la végétation (une rangée d'arbres à 16m vers le sud):

43295_map1.jpg

 

Vue vers le SSW. La station est dans un environnement relativement "vert", mais à l'ouest et au sud l'urbanisation est très dense:

43295_map2_SSW.jpg

 

43295_Bangalore_A_v7_33.png

 

Ce climat tropical humide et sec connait une chaleur modérée par l'altitude: on n'a jamais atteint les 40°c. Le Td est rabaissé d'autant, conférant à la saison humide un coté bien plus supportable que dans les plaines: 19°c en moyenne de mai à septembre, contre 24°c à 25°c en basse altitude.

 

De part sa situation centrale Bangalore reçoit à la fois les pluies de la mousson d'ouest (juillet-septembre) et de la mousson d'est (octobre). On remarque 2 maximums de RR (mai et septembre) qui se produisent lorsque la circulation atmosphérique se ralenti au moment de la bascule est/ouest: les précipitations convectives prennent alors un caractère plus stationnaire et donnent des abats plus importants.

 

EDIT 08/02/2015: ajout des tableaux horaires

43295_Bangalore_B_v7_33.png

 

EDIT 12/09/2016: ajout des roses des vents

43295_Bangalore_C_v7_33.png

 

 

Voici un exemple janvier/février qui montre comment l'hiver est agréable et sec: une chaleur pas trop forte en journée, un petite fraicheur la nuit, de rares précipitations, d'occasionnelles brumes matinales qui se dissipent rapidement. Dès la mi-février la hausse de t° est déjà sensible et l'HR plonge d'autant:

43295_JAN_FEB12.png

 

 

Voici une longue progression avril - juillet. Début avril le vent dominant est encore à l'est comme en hiver, puis ça devient plus hésitant en milieu de mois avec une instabilité qui progresse et qui peut déjà donner de fortes averses (le 21/04). C'est aussi le pic thermique de l'année, et cependant on ne dépasse pas beaucoup les 35°c.

En mai le vent dominant a basculé à l'ouest, les averses orageuses sont de plus en plus fréquentes mais n'enlèvent pas encore l'impression de beau temps. Il fait encore chaud.

De mi-juin à mi-juillet le vent moyen se renforce temporairement: c'est le pic de la mousson d'ouest, la période où la côte de la mer d'Arabie reçoit les pluies les plus intenses. ici nous sommes à l'abri, et bien que le temps soit souvent gris et maussade les quantités de précipitations sont très faibles... voilà comment s'explique le minimum secondaire de RR en juin.

Passé mi-juillet (date variable selon les années, bien sur), le régime de mousson d'ouest faibli et permet à de fortes pluies convectives de tomber de manière irrégulière. Notez la grande monotonie des t° une fois les chaleurs d'avril/mai terminées: les tn de juillet/aout tiennent en général dans une fourchette d'à peine 2°c.

43295_APR_JUL07.png

 

 

Ensuite la mousson d'ouest faibli encore jusqu'à s'inverser en octobre, puis le beau temps stable revient en novembre et décembre, parfois troublé par des épisodes tardifs de mousson d'est durant lesquels on enregistre les plus basses tx annuelles.

C'est tout pour aujourd'hui !

Modifié par mottoth
Remise à jour

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En zone chaude, on a Af (souvent appelé équatorial mais certaines zones cotières assez éloignées de l'équateur, sous les tropiques, très exposées à l'alizé maritime peuvent connaitre ce climat) d'une part et As ou Aw (ou Am) d'autre part.

Sinon, on retrouve un climat de type As, assez rare comme le dit mottoth, à Hawaï je crois.

Oui, mais alors, comment nommerais-tu le climat de ces zones "Af" de Koppen qui ne sont pas dans les environs de l'équateur (la plus éloignée de l'équateur étant Rio de Janeiro) ?

Parce que, mine de rien, ces climats sont pourtant bien équatoriaux : "tropicalité" effective, amplitude thermique très faible, aucune saison sèche.

Sinon, s'agissant des climats dits "As", il faut bien être conscient du fait que certains d'entre eux ne sont pourtant pas du tout tropicaux, comme c'est le cas pour les Canaries par exemple.

Mais, en effet, Hawaï est le climat "As" le plus typique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Citation
Sinon, s'agissant des climats dits "As", il faut bien être conscient du fait que certains d'entre eux ne sont pourtant pas du tout tropicaux, comme c'est le cas pour les Canaries par exemple.

Il faut quand même que tous les mois de l'année aient une Tm>18°c pour rentrer dans les climats chauds (A) de Köppen, on est quand même un peu juste aux Canaries... quoique avec le réchauffement climatique pourquoi pas pour les coins les plus chauds, faudrait regarder.

 

#103. Kolkata.

 

Kolkata est plus connue sous son ancien nom, Calcutta. Le gouvernement indien a pris la mauvaise habitude de renommer certaines villes ces dernières décennies (Madras -> Chennai, Bombay -> Mumbai, Calcutta -> Kolkata...), mais les 2 noms peuvent être employés indifféremment avec la population locale pourvu que l'on ne s'adresse pas à un officiel. La ville est construite dans la vaste plaine du delta du Gange, à l’extrémité du golfe du Bengale, distant d'environ 100kms.

42809_map0.jpg

 

La station est sur l'aéroport, 11.5kms au nord-est du centre ville:

42809_map1.jpg

 

Vue vers le sud-ouest:

42809_map2.jpg

 

42809_Kolkata_A_v7_33.png

 

C'est encore un Aw de Köppen, climat tropical humide et sec, dominé par la dynamique de la mousson Indienne. On retrouve les caractéristiques déjà vues maintes fois pour les climats tropicaux, la particularité ici c'est que l'on monte d'un cran niveau hygrométrie: Jusqu'à présent la palme du Td moyen le plus pénible était détenue par Hanoi (25.3°c en juillet), Singapour (25.4°c en mai), Mascate (25.3°c en aout) et Goa (25.3°c en juin)... mais ici on enfonce tout avec un Td moyen supérieur à 26°c entre juin et aout, jusqu'à 26.4°c en juin ! Je ne pense qu'il n'y a que les localités les plus maritimes du golfe Persique qui peuvent faire pire (sur l'ile de Bahrein par exemple, à vérifier sur une éventuelle future fiche).

 

Un petit mot sur les valeurs de vent: Calcutta est le genre de station qui m'a vraiment fait ignorer ce paramètre durant des années, car les mesures sont à l'évidence très sous-estimées. Même si ce climat n'est pas très venté, il est impossible que les moyennes restent à un niveau si bas avec autant d’énergie disponible dans l'atmosphère, des brises apparaissent forcement en journée. J'ai d'abord cru a un problème d'unité (comme des m/s confondus avec des noeuds), mais la comparaison avec les METARs de l'aéroport a permis de lever le doute: lors des journées les plus ventées (j'ai pu étudier 2 cyclones), les valeurs de vent moyen des synops sont très proches de celles des METAR, il n'y a donc pas de problème d'unité. Mais lorsque le temps est plus calme (99.9% du temps donc), le vent reporté pas les METAR est souvent bien plus fort que celui encodé dans les synops. J'en ai conclu que bien que la synoptique soit au voisinage immédiat de l'aéroport le matériel utilisé pour les mesure de vent n'est pas le même:

- les METARs utilisent probablement un anémomètre bien placé au coeur des pistes

- les synop utilisent probablement un anémomètre mal placé, enclavé dans le parc à instrument trop proches des arbres... un problème vraiment récurrent en Inde qu'on aura hélas encore l'occasion de voir. Franchement je pense que la plupart des synoptiques indiennes ne méritent pas mieux qu'une classe 4 pour la mesure du paramètre vent.

 

EDIT 26/01/2015: ajout des tableaux horaires

42809_Kolkata_B_v7_33.png

 

EDIT 11/09/2016: ajout des roses des vent, à peine présentables tellement les mesures sont approximatives.

42809_Kolkata_C_v7_33.png

 

 

 

Voici le triptyque janvier-février-mars 2011 pour montrer la progression thermique de la saison sèche.

Le coeur de l'hiver se déroule généralement sous un ciel parfaitement clair, avec de fréquentes brumes et brouillards. Les nuits peuvent être fraiches mais les journées très agréables. Dès le mois de mars il fait déjà chaud, et au milieu du mois le vent dominant bascule du nord au sud, apportant une hausse substantielle de l'hygrométrie.

42809_JAN_MAR11.png

 

 

J'ai ensuite choisi l'année 2006 pour montrer la progression avril - juillet. Les plus fortes chaleurs de l'année surviennent en avril et mai, où l'on peut atteindre voir dépasser un peu les 40°c... mais pas en 2006, où l'on ne fera pas mieux que 38.3°c le 30/04.

En avril l'hygrométrie est déjà accablante, et l'on connait les premiers bons orages de pré-mousson: ce sont les "nor'westers" (d'après wikipedia), qui proviennent du nord-ouest donc et donnent de franches baisses de températures, comme les tn du 23/04 ou 25/04.

Cette dynamique se poursuit jusqu'en juin, dans un air de plus en plus chargé d'humidité et avec des averses orageuses de plus en plus fréquentes. En mai et juin l'humidité et la chaleur sont souvent intolérables, en de rares occasions le Td peut dépasser 30°c.

En juin arrive la vraie mousson du sud-ouest, les tx baissent un peu, la nébulosité est au plus fort et des dépressions tropicales bien structurées viennent de temps en temps finir leur course ici, comme les 01-02/07 ou le 28/07. Parfois c'est même une tempête tropicale voire un cyclone, mais heureusement ils sont rares, car ces zones de basse altitude très peuplées sont très vulnérables (le Bangladesh n'est pas loin...).

42809_APR_JUL06.png

 

 

Ca sera tout pour aujourd'hui.

 

Modifié par mottoth
Remise en forme

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

#102. Bangalore.

Ce climat tropical humide et sec connait une chaleur modérée par l'altitude: on n'a jamais atteint les 40°c. Le Td est rabaissé d'autant, conférant à la saison humide un coté bien plus supportable que dans les plaines: 19°c en moyenne de mai à septembre, contre 24°c à 25°c en basse altitude.

De part sa situation centrale Bangalore reçoit à la fois les pluies de la mousson d'ouest (juillet-septembre) et de la mousson d'est (octobre). On remarque 2 maximums de RR (mai et septembre) qui se produisent lorsque la circulation atmosphérique se ralenti au moment de la bascule est/ouest: les précipitations convectives prennent alors un caractère plus stationnaire et donnent des abats plus importants.

Oui, un climat tropical humide et sec de mousson, mais atténuée.

Par ailleurs, une altitude un peu plus élevée occasionnerait une sortie du climat tropical, tant par l'augmentation des pluies hivernales que par la diminution de la température moyenne.

Ainsi, l'indice de tropicalité atteint "seulement" +16.

Quant aux indices d'humidité, ils sont :

Ihsec = -29 (saison sèche marquée mais pas excessive)

Ih(saison des pluies) = 54.

Sur l'année entière : IhA = +4, autrement dit, le climat est subxérique. Cela signifie que la végétation caractéristique est la forêt tropicale décidue assez sèche et modérément fournie.

Il est évidemment très difficile de trouver des paysages encore préservés là-bas. Mais en voici tout de même un exemple, dans la réserve de "Savanadurga State Forest", à 30-40 km à l'ouest de Bangalore, et un peu plus bas en altitude. On y aperçoit quelques xérophiles sempervirents, mais la plupart des arbres sont décidus.

784900Bangalore.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

#103. Kolkata.

C'est encore un Aw de Köppen, climat tropical humide et sec, dominé par la dynamique de la mousson Indienne. On retrouve les caractéristiques déjà vues maintes fois pour les climats tropicaux, la particularité ici c'est que l'on monte d'un cran niveau hygrométrie: Jusqu'à présent la palme du Td moyen le plus pénible était détenue par /topic/67917-climats-du-monde/page__view__findpost__p__1547953'>Hanoi (25.3°c en juillet), /topic/67917-climats-du-monde/page__view__findpost__p__1998661'>Singapour (25.4°c en mai), /topic/67917-climats-du-monde/page__view__findpost__p__1824499'>Mascate (25.3°c en aout) et /topic/67917-climats-du-monde/page__view__findpost__p__1591803'>Goa (25.3°c en juin)... mais ici on enfonce tout avec un Td moyen supérieur à 26°c entre juin et aout, jusqu'à 26.3°c en juin ! Je ne pense qu'il n'y a que les localités les plus maritimes du golfe Persique qui peuvent faire pire (sur l'ile de Bahrein par exemple, à vérifier sur une éventuelle future fiche)

Calcutta présente effectivement une saison chaude (ou une saison des pluies) absolument accablante, une des plus accablantes qui soient sur Terre ! En effet, le niveau déjà très élevé des températures couplé au niveau extrême de la teneur en vapeur d'eau confère un humidex moyen insupportable. Insupportable par son intensité, mais également et surtout par sa durabilité. À cette chaleur excessive s'ajoutent des précipitations non moins excessives. Bref, une saison des pluies on ne peut plus tropicale !

Ainsi, l'indice d'humidité estival atteint-il la valeur extrême de 154.

Signalons que si les pluies sont aussi copieuses durant cette saison, cela est effectivement dû à la mousson (comme l'a bien expliqué Mottoth), mais également à la proximité de la ZCIT. Ces 2 facteurs s'ajoutant au caractère fortement maritime de cette station (durant la saison humide).

Quant à la mousson d'hiver, celle-ci reste assez atténuée bien qu'elle dure plus de 5 mois. La valeur de Ihsec n'est donc pas très basse : -17.

Sur l'année entière, on obtient IhA = 104. Ce qui signifie que le climat est (évidemment) très humide.

Et étant donné que nous avons une saison sèche significative (Ihsec < 0), alors la végétation dominante est encore la forêt tropicale décidue. Mais celle-ci est très haute et dense.

D'ailleurs, le biome caractéristique est la "moist tropical deciduous forest".

Bref, un climat tropical humide, de mousson. Un climat qu'on peut donc différencier légèrement de celui de Bangalore (par exemple), plus sec.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il faut quand même que tous les mois de l'année aient une Tm>18°c pour rentrer dans les climats chauds (A) de Köppen, on est quand même un peu juste aux Canaries... quoique avec le réchauffement climatique pourquoi pas pour les coins les plus chauds, faudrait regarder.

Mais non plus, justement ! je voulais dire que, même si la Tm du moins le plus frais atteignait les 18-19°C (les côtes sud des îles Canaries ont une Tm de janvier souvent comprise entre 17 et 18°C, effectivement), et même si elle approchait les 20°C, le climat ne serait malgré cela toujours pas tropical ! La "faute" aux pluies hivernales bien trop copieuses et trop prépondérantes. Ces pluies (même si la Tm de janvier avoisine les 18°C) restent trop fraîches, et elles ne sont pas du tout compensées par la chaleur estivale bien trop modérée.

En d'autres termes, il est impossible de faire pousser naturellement des espèces tropicales aux Canaries. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle il n'y en a pas. Et il n'y en aura pas, malgré le réchauffement climatique.

Bref, le climat des Canaries est encore bien loin d'atteindre la tropicalité.

Donc je le répète : l'isotherme 18°C du mois le plus frais défini par Koppen ne représente en rien une quelconque limite tropicale effective.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Citation
Bref, le climat des Canaries est encore bien loin d'atteindre la tropicalité.

Oui en effet... j'avais lu un peu vite ton intervention.

 

#104. Guwahati.

 

Encore une ville rebaptisée, on la connait aussi sous le nom de Gauhati. C'est la plus grande ville du nord-est de l'Inde, une région relativement enclavée parcourue par le Brahmapoutre:

42410_map0.jpg

 

La plaine fluviale, entre l'Himalaya au nord et le massif des collines Jaintia et Khasi au sud, ne mesure que 80kms de large. Les collines de Khasi sont célèbres pour être l'un des 2 endroits au monde (avec certains coins de Colombie) où il pleut le plus, avec près 11800mm de précipitations annuelles à Cherrapunji et Mawsynram.

Guwahati ne subit pas l'effet orographique des collines de Khaisi, elle est même plutôt à l'abri, mais l'étroitesse de la vallée du Brahmapoutre et le mur Himalayen au nord retient bien l'humidité et donne un climat sensiblement différent de celui de Kolkata, à peine 500kms au sud-ouest.

42410_map1.jpg

 

La station est située sur l'aéroport à 18kms à l'OSO du centre ville.et 4kms du Brahmapoutre, qui lui même mesure 2.5kms de large. C'est une implantation à la mode indienne, bien entourée d'arbres thumbdown.gif

42410_map2.jpg

 

Encore une vue vers l'ENE, on voit que les collines sont présentes tout de suite au sud de fleuve:

42410_map3.jpg

 

42410_Guwahati_A_v7_33.png

 

Comme pour Kolkata j’émets de grosses réserves sur la qualité des mesures de vent... mais faut faire avec, au moins les variations saisonnières sont

correctes.

 

Comme la t° du mois le plus froid est inférieure à 18°c on tombe dans le subtropical d'après Köppen, mais le gel est impossible et les pluies froides chères à Gaël sont vraiment rares: on peut de connaitre des journées pluvieuses à 15° ou 17°c de tx, mais ça n'arrive pas à chaque hiver. Donc ça reste très tropical.

Par rapport à Kolkata la hausse de t° du printemps est nettement moins rapide, et le maximum thermique est décalé en aout, conséquence du relatif enclavement de la vallée qui lui confère une grande inertie thermique. Les très fortes chaleurs des plaines du nord de l'Inde ne pénètrent pas jusqu'ici, les 40°c n'ont jamais été atteints [EDIT 11/09/2016: et si, en avril 2014 ! ]. On retrouve cependant en juillet/aout une hygrométrie tout aussi extrême qu'à Kolkata, avec là aussi un Td moyen qui dépasse la barre des 26°c pendant deux mois.

 

EDIT 26/01/2015: ajout des tableaux horaires

42410_Guwahati_B_v7_33.png

 

 

 

L'hiver est très brumeux, avec un important "cycle de rosée" qui fait monter du Td en journée. Il arrive qu'une couche de grisaille persiste quelques jours sans que l'inversion ne puisse être cassée par le soleil pourtant bien vaillant sous ces latitudes, comme ici les 12 et 13/01.

Le mauvais temps est rare, les rares pluies peuvent être soit stratiformes, piégées dans la vallée, soit convectives.

Dès le mois de mars il peut faire chaud, mais on trouve encore des séquences étonnamment fraiches et perturbées que l'on ne voit nul part ailleurs en Inde du nord à cette saison (du 28 au 31/03):

42410_JAN_MAR10.png

 

 

Dès avril on rentre dans la saison des pluies. Ce n'est pourtant pas encore la mousson du sud ouest (elle arrive courant juin comme à Kolkata), mais l'instabilité des nor'westers qui après avoir traversé les plaines du nord de l'Inde se retrouvent piégés ici entre les montagnes. C'est une période de temps très variable, marqués par de bon rafraichissements pluvio-orageux:

42410_APR_MAY06.png

 

 

Enfin voici une saison typique de mousson de sud-ouest, avec chaleur et humidité fortes et durablement installées. On retrouve enfin une grande similitude avec le reste du nord de l'Inde, avec des breaks un peu moins pluvieux mais d'une chaleur vraiment moite où les 36°c à 37°c sont souvent de mise:

42410_JUN_AUG08.png

 

 

Dès septembre les averses s'espacent dans le temps, et l'on entre dans la saison sèche fin octobre. C'est une période très calme, nettement moins chaotique que le printemps, comme en témoigne ce mois de novembre:

42410_NOV05.png

 

 

Voilà c'est tout pour ce coin de l'Inde.

 

Modifié par mottoth
Remise en forme

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

#104. Guwahati.

42410_map0.jpg

Salut !

Cette région de l'extrême nord-est de l'Inde (Assam) dont Guwahati est la ville principale est en fait très singulière...

En effet, son enclavement et sa position sur le flanc sud de l'Himalaya, sa relative proximité avec l'Océan Indien chaud, et sa latitude relativement élevée font en sorte qu'elle se situe à la croisée de plusieurs climats et biomes caractéristiques. S'agissant de Guwahati, le petit clin d'œil de Mottoth à mon égard est pertinent, car effectivement, bien que cette ville et tous les alentours dans cette partie de la plaine du Brahmapoutre présente une Tm de janvier assez faiblarde (typiquement entre 16 et 17°C), il n'en demeure pas moins que les précipitations hivernales fraîches restent assez rares, alors que l'été, lui, est très chaud, humide et pluvieux.

Ainsi, l'indice de tropicalité (IT) atteint -6 (avec les données 1951-2000 issues de l'IMD) et +1 avec celles de 2000-2013 d'OGIMET. Autrement dit, la "tropicalité" est tout juste atteinte dans cette localité, on est vraiment à la limite.

Quant aux indices d'humidité, on obtient :

Ihe (saison des pluies) = 143 (évidemment très humide)

Ihsec (saison sèche) = -12, autrement dit, la saison sèche est très restreinte.

IhA, quant à lui, 116 => climat évidemment très humide.

Ce qu'il faut retenir, c'est qu'on est donc à la limite du climat et du bioclimat tropical, et que la saison sèche est presque inexistante.

Or il s'avère que, dans cette région, les stations situées très légèrement plus au nord ou à l'est de cette région Assam sont tantôt plus fraîches l'hiver (très légèrement), tantôt plus humide l'hiver. Et au contraire, certaines localités peuvent connaître un hiver tantôt très légèrement plus frais et sec, tantôt plus doux et sec.

Bref, vous comprenez que selon le lieu (selon l'enclavement, la position en latitude, la pente -sud ou nord-, selon la proximité du Brahmapoutre, et selon la faible variation d'altitude...), on passe du climat tropical au climat subtropical, et on passe d'un climat à saison sèche influente à un climat constamment humide. cela confirme le fait que cette région voit coéxister en très peu de distance des zones dont les biomes sont :

- la forêt tropicale sempervirente (donc la forêt tropicale dense humide)

- la forêt tropicale semi-sempervirente (ou semi-décidue)

- la forêt subtropicale humide

C'est la raison pour laquelle cette région (Assam) est reconnue pour sa très grande biodiversité. Elle fait partie des "hots spots" mondiaux de la biodiversité : c'est cet enclavement (et la relativement faible présence humaine) qui a permis de maintenir les conditions climatiques relativement stables au cours des millénaires passés, et donc qui a permis le maintien et le développement de tant d'espèces végétales.

Par ailleurs, je voudrais soulever une autre singularité : puisqu'on retrouve un climat entrant (tout juste) dans la tropicalité, et puisqu'on retrouve par endroit un climat tropical dépourvu de saison sèche, et puisqu'on retrouve du coup la forêt tropicale sempervirente, cela signifie qu'on est finalement dans les mêmes conditions bioclimatiques que le climat équatorial !

Le problème, c'est que nous sommes ici entre 26 et 27° de latitude nord (donc très loin de l'équateur), et par ailleurs, l'amplitude thermique annuelle atteint tout de même 12°C... donc difficile de parler d'un "climat équatorial". Mais étant donné qu'on ne peut pas parler d'un "simple" climat tropical humide (puisqu'il n'y a pas de saison sèche influente), il faut trouver un autre nom.

Cet autre nom a été donné en Côte d'Ivoire (entre autres ?), et il peut très bien s'appliquer ici : le climat sub-équatorial.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Par ailleurs, je voudrais soulever une autre singularité : puisqu'on retrouve un climat entrant (tout juste) dans la tropicalité, et puisqu'on retrouve par endroit un climat tropical dépourvu de saison sèche, et puisqu'on retrouve du coup la forêt tropicale sempervirente, cela signifie qu'on est finalement dans les mêmes conditions bioclimatiques que le climat équatorial !

Le problème, c'est que nous sommes ici entre 26 et 27° de latitude nord (donc très loin de l'équateur), et par ailleurs, l'amplitude thermique annuelle atteint tout de même 12°C... donc difficile de parler d'un "climat équatorial". Mais étant donné qu'on ne peut pas parler d'un "simple" climat tropical humide (puisqu'il n'y a pas de saison sèche influente), il faut trouver un autre nom.

Cet autre nom a été donné en Côte d'Ivoire (entre autres ?), et il peut très bien s'appliquer ici : le climat sub-équatorial.

Bonsoir Dann, bonsoir à tous

Le critère de Köppen pour qualifier un climat chaud de "dépourvu de saison sèche" soit de type "Af" c'est que les pluies du mois le plus sec soient supérieures à 60 mm, dans le cas de Guwahati, ce sont les quatre mois de novembre à février qui ont moins de 60 mm.

J'avoue que je ne comprends pas très bien comment tu peux qualifier ce climat comme étant "dépourvu de saison sèche".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir Dann, bonsoir à tous

Le critère de Köppen pour qualifier un climat chaud de "dépourvu de saison sèche" soit de type "Af" c'est que les pluies du mois le plus sec soient supérieures à 60 mm, dans le cas de Guwahati, ce sont les quatre mois de novembre à février qui ont moins de 60 mm.

J'avoue que je ne comprends pas très bien comment tu peux qualifier ce climat comme étant "dépourvu de saison sèche".

Bonjour,

Je ne qualifie pas le climat de Guwahati comme étant "sub équatorial", ni comme n'ayant aucune saison sèche. Non, je dis que Guwahati rentre tout juste, vraiment tout juste (selon mes critères, et non selon ceux de Köppen) dans la tropicalité, et puisque (encore une fois selon mes critères) Ihsec = -12, il y a donc bel et bien effectivement une saison sèche, mais peu à très peu marquée.

Lorsque je parlais de climat (tout juste) dépourvu de saison sèche, c'est bien des zones plus à l'est et plus près des collines et reliefs...

Il faut bien comprendre que la méthode de Köppen qui détermine s'il y a présence (ou non) de saison sèche (climat Af - donc équatorial - si toutes les P mensuelles > 60 mm) est très peu généralisable, et plutôt arbitraire.

En effet, prenons un cas (en climat tropical) où une Tm mensuelle est de 18°C, et il tombe 50 mm durant ce mois : il y a très peu (pour ne pas dire aucune !) de chances pour qu'il y ait une quelconque sécheresse écologique. Or, selon Köppen, un tel mois est sec. C'est absurde. Pour le cas de Guwahati, bien qu'il ne tombe que peu de précipitations en hiver, il faut savoir que le soleil est bien bas (max de 40/45° au-dessus de l'horizon), il ne brille pas bien souvent, il n'y fait pas plus chaud qu'en Normandie ou en Bretagne en été, et surtout, l'HR moyenne atteint les 80% avec de fréquents brouillards. Bref, s'il pleuvait même ne serait-ce que 50 mm par mois durant l'hiver à Guwahati, il n'y aurait vraiment aucune sécheresse possible ! Or ici, les 10-15 mm par mois n'engendrent donc en fait qu'une très légère sécheresse. Sécheresse qu'on ne retrouve plus ou quasiment plus dans les stations un peu plus humides de la région Assam dont j'ai parlé plus haut (car sans doute très légèrement plus de précipitations, et un peu plus de nébulosité). D'où mon "dépourvu de saison sèche"...

Ce 60 mm décrété par Köppen l'a été - me semble t-il - pour tenir compte des saisons sèches dans les régions équatoriales où la Tm du mois le moins chaud tourne dans les 26-28°C ! Et il a donc voulu s'assurer que si tous les mois présentaient plus de 60 mm de précipitations dans n'importe quelle station de la zone intertropicale, aucune saison sèche n'était alors possible.

Mais on comprend très vite que ce postulat n'a aucune "légitimité" climatique si les Tm sont inférieures à 22-25°C, ce qui doit correspondre à la grande majorité des saisons sèches des stations de la zone climatique tropicale...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut a' tous!

Ca fait longtemps que je n'ai pas écris ici....mais je continue a' tout lire.........merci surtout a' Mottoth!......a' dire le vrai, plusieurs fois j'ai voulu intervenir, mais j'avais peur de ne pas avoir du temps pour suivre la discussion en écrivant.....

Mais cette fois je voudrais tout juste ajouter une petite N.B. entre Yves38 et Dann17 (Gael) pour dire que Koppen a pensé aussi un peu comme disait Gael.....Car il a imaginé le Am aussi et c'est la' ou' meme en ayant un mois < 60 mm de moyenne de precip mensuelle, il pourrait ne pas etre Aw mais Am (climat tropical des moussons) et ceci se traduit avec cette formule:

10- (P/25)

les precip annulles en cm divisé par 25 et puis on fait dix moins cette valeur, on aura la limite du mois le plus sec possible pour qu'il soit admis en Am...e donc non plus Aw....donc une possible solution comme voulait Gael....

exemple: pluies annuelles 2000 mm = 200 cm on fait 200/25=8, on aurait 10-8 = 2 cm= 20 mm.......si le mois le plus sec a plus de 20 mm dans ce cas alors il est Am et non pas Aw.

Remarquez que avec 2500 mm de precip annuelles , meme un mois sec avec 0 mm ne produit pas Aw mais toujours Am (car 250/25=10 et 10-10 = 0 cm=0 mm)

mais bien sur on parle des stations qui ont toujours une moyenne du mois le plus froid > 18 C......(certains auteurs proposaient le 15 C !)

Excusez moi, merci encore, ciao!

André

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En fait le point soulevé par Gaël concerne la frontière entre Af (tropical sans saison sèche i.e. équatorial) et Am, pas entre Am et Aw.

Aw et Am sont pour moi des climat tropicaux, avec comme particularité que le Aw a une saison sèche plus marquée, souvent avec quelques mois de sécheresse absolue.

A Guwahati la saison sèche est peu marquée, ce serai donc un Am si il n'y avait pas ce seuil arbitraire de 18°c pour le mois le plus froid... de plus l'humidité ambiante reste forte durant la saison sèche, avec brouillard fréquent et rosée abondante. Et en remontant le Brahmapoutre vers le l'est ça devient encore plus humide avec une saison sèche encore moins sèche, je vous laisse comparer les normales 1971-00 de Dibrugarh par rapport à Guwahati. Il y certe une certaine fraicheur hivernale qui sort clairement le climat de la région du domaine équatorial, mais cette fraicheur, tout en abaissant le seuil de la sécheresse écologique, n'est pas suffisamment marquée pour connaitre le gel: voilà comment on en arrive à l'idée d'un climat sub-équatorial ou pseudo-équatorial.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

#105. New Delhi.

 

La capitale de l'Inde est au coeur de la grande plaine du Gange au nord du pays, son climat est donc très caractéristique de cette zone.

42182_map0.jpg

 

La station est située à environ 6kms au sud du centre-ville, au coeur de cette grande métropole sans relief notable:

42182_map1.jpg

 

J'ai un doute sur l'emplacement exact de la station. A priori elle est sur l'aérodrome de Safdarjung... mais j'ai découvert que l'India Meteorological Department est installé dans le même quartier environ 1.2kms à l'ENE, avec ce qui pourrait être un parc à instruments dans les jardins au sud de l'immeuble. Dans les 2 cas c'est urbain et enclavé... particulièrement bétonné sur le site de l'aéroport, avec une 2x3 voies juste à coté, ou particulièrement enclavé par la végétation dans les jardins de l'IMD:

42182_map2.jpg

 

Vue vers le nord:

42182_map3.jpg

 

42182_New_Delhi_A_v7_33.png

 

Selon des critères classiques de Köppen on sort largement du domaine tropical en raison de la fraicheur hivernale souvent marquée: une station moins soumise à l'ICU connaitrait probablement de faibles gelées occasionnelles en hiver. La visite sporadique de pluies d'origine tempérée en hiver renforce le caractère subtropical de ce climat.

 

Mais le pic de chaleur sèche au printemps et la saison humide assez courte rappellent les climats de savane... on a donc affaire à un climat hybride qui tient à la fois du subtropical et du tropical humide et sec.

 

EDIT 12/01/2015: ajout des tableaux horaires.

42182_New_Delhi_B_v7_33.png

 

EDIT 09/09/2016: ajout des roses des vents

42182_New_Delhi_C_v7_33.png

 

 

Voici une progression janvier-mars où l'on passe de l'hiver vers le début de la saison chaude.

En hiver les brouillards sont très fréquents et très denses, et les couches d'inversion ont parfois du mal à être cassées.

Mais dès février la t° commence à nettement remonter, et le beau temps devient plus franc et plus sec. En mars la chaleur est déjà là, le vent se fait plus présent, et des phénomènes de poussière généralisée contribuent à maintenir une visibilité médiocre malgré une humidité de basse couche moins forte:

42182_JAN_MAR12.png

 

 

Voici le coeur de la saison chaude de pré-mousson, entre avril et juin. Dès la mi-avril les 40°c sont fréquemment dépassés, et le Td a déjà tendance à remonter, bien avant le début de la saison humide. Mai et juin connaissent les plus fortes chaleurs, entrecoupées par une instabilité orageuse irrégulière. Les dernières semaines avant le coup d'envoi de la saison des pluie se déroulent souvent sous une chaleur intolérable, avec une forte hygrométrie et des tn très hautes. En général c'est autour du 20/06 que la mousson du sud-est arrive avec une baisse notable de la t°, une stabilisation du Td à des valeurs bien hautes (25°c à 26°c), et des épisodes pluvieux plus rapprochés et plus conséquents... sur cet exemple la date de début de la mousson fut le 15/06/2007:

42182_APR_JUN07.png

 

 

La variabilité inter-annuelle de la saison des pluie est forte, voici donc 2 exemples de couple juillet/aout.

En 2013 on a eu une mousson plus active que la normale, avec des t° un peu basses (surtout les tn bien impactées sous les fortes averses) et 50% d’excédent de RR. Le gros de la lame d'eau est du a une poignée de journées très pluvieuses durant laquelle la ville se transforme en une immense piscine durant quelques heures:

42182_JUL_AUG13.png

 

 

A contrario la mousson 2002 fut exceptionnellement faiblarde, en fait la saison chaude a fait plus d'un mois de rab et il fallu attendre début aout pour enfin voir s’installer une timide mousson de sud-est. Le mois de juillet 2002 est absolument hors-norme, presque constamment sous le vent du désert de Thar:

42182_JUL_AUG02.png

 

 

Enfin l'automne est la saison la plus stable, avec une baisse graduelle de la t° très bien corrélée à l’énergie solaire reçue, un ciel bleu sans partage et de rares précipitations. C'est la saison idéale pour visiter le nord de l'Inde:

42182_OCT_NOV06.png

 

 

C'est tout pour aujourd'hui !

 

Modifié par mottoth
Révision complète

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

#105. New Delhi.

Selon des critères classiques de Köppen on sort largement du domaine tropical en raison de la fraicheur hivernale souvent marquée: une station moins soumise à l'ICU connaitrait probablement de faibles gelées occasionnelles en hiver. La visite sporadique de pluies d'origine tempérée en hiver renforce le caractère subtropical de ce climat.

Mais le pic de chaleur sèche au printemps et la saison humide assez courte rappellent les climats de savane... on a donc affaire à un climat hybride qui tient à la fois du subtropical et du tropical humide et sec.

Oui, voici un des coins les plus caractéristiques où on peut clairement se rendre compte du manque de précision occasionné par le choix de l'isotherme du mois le plus frais à 18°C permettant soi-disant de délimiter les climats tropicaux...

Ainsi, dans cette région de la grande plaine du Gange, malgré des Tm de janvier comprises entre 12 et 15°C environ, il s'avère que le biome dominant est la forêt tropicale décidue sèche ou humide. Celle-ci se retrouve jusque sur le piémont de l'Himalaya orienté au sud. Bien entendu, dans les régions les plus au nord de ce biome, comme la région de Lahore (Pakistan), comme le Punjab, et toute une bande de terres de 150 km environ, adjacentes à l'Himalaya, des espèces tempérées se mêlent aux essences tropicales encore majoritaires.

Je me suis donc "amusé" à calculer les indices de tropicalité (IT) pour une quarantaine de localités afin de vous donner une meilleure idée de la situation, et de le représenter sur la carte ci-dessous.

À noter que la ligne rouge correspond à la limite entre le domaine tropical (au sud) et le domaine tempéré au nord, et celle-ci correspond à IT = 0. Cette limite correspond peu ou prou à l'extrémité sud de la présence d'espèces tempérées (subtropicales).

La zone rougeâtre (dite "zone tampon") correspond à -30 < IT < 0, autrement dit, selon mon approche, nous ne sommes ici plus dans le domaine climatique tropical. Et cela est corrélé à la présence mixte d'essences subtropicales et tropicales. Le biome correspondant est souvent appelé "forêt tropicale décidue (sèche ou humide)", bien que des espèces tempérées soient déjà présentes au nord de cette ligne rouge.

La zone dite "paléarctique" (limitée par IT < -30) correspond à l'absence totale d'espèces tropicales.

Quoiqu'il soit, on constate que, s'agissant de New Delhi, cette ville est bel et bien située dans le biome "tropical décidu", et elle est même située au sud de la limite IT = 0, c'est à dire que la tropicalité y est totale d'un point de vue floristique. Or puisque mon approche repose sur les liens très étroits entre climat et végétation climacique, alors il m'est strictement impossible d'envisager que le climat de New Delhi ne soit pas tropical ! Et ce malgré une Tm de janvier de 13-14°C seulement (moyenne arithmétique)...

Les pluies hivernales d'origine tempérée sont effectivement présentes, mais elles demeurent très faibles (surtout en regard de la chaleur extrêmes et des pluies chaudes estivales très copieuses), justement au sud de la limite rouge correspondant à IT = 0.

J'essaierai de calculer, demain, les valeurs de Ihsec et IhA...

433155limiteITInde.png

Car il faut noter que la présence de (quelques) pluies d'origine tempérée n'empêche pas nécessairement l'appartenance au domaine climatique tropical.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et au Nanga Parbat, il y a des glaciers, normal on dépasse les 8000m (8000 le plus occidental).

Sinon, que me conseilleriez-vous d'ajouter à mon site? Si je peux faire quelque chose?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

#106. Derhadun.

 

L'intervention de Gaël tombe à pic, puisqu'on la prochaine étape se situe dans le piémont de l'Himalaya, à 210kms au NNE de New Delhi. Dehradun est la capitale du petit état montagneux de l'Uttarakhand:

42111_map0.jpg

 

Dehradun est située au milieu d'une plaine orientée nord-ouest / sud-est et qui mesure environ 75kms x 20kms. Elle est séparée de la plaine du Gange par une très modeste chaine de collines (la Mohand range) qui culmine vers 700-800m, tandis qu'au nord et à l'est commence vraiment l'Himalaya. Dans le même secteur les villes de Rishikesh et Haridwar (où le Gange sort de l'Himalaya et entre dans la plaine) sont des hauts-lieux du tourisme zen et mystique... Rishikesh est rentré dans l'histoire du rock en étant le lieu où les Beatles ont composé l'essentiel du White Album.

42111_map1.jpg

 

Vue vers l'ENE depuis la Mohand range:

42111_map3_ENE.jpg

 

La station synoptique est bien urbaine, à environ 2 kms du centre... comme presque partout en Inde c'est très enclavé par la végétation et l'urbanisation, faudra donc pas tirer trop de conclusions sur les valeurs de vent:

42111_map2.jpg

 

Encore une vue, depuis le voisinage de la station en regardant vers le sud-est. Les premier contreforts de l'Himalaya visible à gauche sont distants d'à peine 6kms de la station:

42111_map4_SE.jpg

 

42111_Dehradun_A_v7_33.png

 

Seulement 210kms et 470m d'altitude séparent Dehradun de New Delhi, et pourtant on a des différences très marquées entre les 2 villes:

- C'est nettement plus humide à Dehradun, tant en hygrométrie qu'en pluviométrie.

- C'est nettement plus frais à Derhadun pendant la saison chaude et sèche, où le gradient en adiabatique sèche est respecté à la lettre: 4.7°c d'écart en Tm, soit exactement 1°c/100m.

- En revanche l'écart thermique est très resserré en hiver (1.1°c en janvier), lorsque les inversions de t° sur la plaines du Gange parviennent à se maintenir en pleine journée.

 

La présence du relief, qui accroche les perturbations et qui favorise la convection, donne en toute saisons un temps plus nébuleux qu'à New Delhi, et accentue les précipitations qui sont donc 2 fois plus fréquentes et 3 fois plus abondantes en moyenne annuelle.

 

EDIT 12/01/2015: ajout des tableaux horaires. Pas de roses des vents, les directions étant reportées avec trop d'imprécisions.

42111_Dehradun_B_v7_33.png

 

 

Pour bien effectuer la comparaison avec New Delhi j'ai choisi au maximum les même exemples. Voici donc la progression janvier - mars 2012 pour l'hiver et la transition vers la saison chaude. Les dégradation pluvio-orageuses hivernales en provenance d'Asie centrale sont nettement plus marquées que dans la capitale, avec des pluies froides non négligeables (le 6/01, 8/01, 15/01, 7/02). Puis dès le mois de mars la chaleur et un beau temps plus durable s'installent:

42111_JAN_MAR12.png

 

 

On retrouve sur la séquence avril - juin 2007 la canicule pré-mousson de début juin... ici c'est quand même plus vivable que dans la plaine du Gange, avec seulement une poignée de 40°c, des nuits nettement moins étouffantes et un Td plus sage. J'avais estimé l'arrivée de la mousson dans la région le 15/06/2007 en regardant les données de New Delhi, mais en fait il faut réviser cette date au 11/06/2007 à la vue du tableau ci-dessous, ce qui correspondait d'ailleurs à une forte hausse du Td à New Delhi:

42111_APR_JUN07.png

 

 

La variabilité inter-annuelle du mécanisme de mousson est naturellement tout aussi forte qu'à New Delhi, et cette fois-ci j'ai choisi de comparer deux mois de juin: Juin 2012 anormalement chaud et sec, puis juin 2013 marqué par un cloudburst dramatique en milieu de mois, responsable de la mort de 5700 personnes dans l'état d'Uttarakhand:

42111_JUN12_JUN13.png

 

 

La suite de la saison pluvieuse 2013 fut bien plus normale quoique qu'avec un léger excédent de RR (+10%, contre +50% à New Delhi), voici donc les mois de juillet et aout pour illustrer un pic normal de saison des pluies. Les averses orageuses quasi-quotidiennes, déversant avec une grande régularité des lames d'eau notables (les 50mm/24h sont monnaie courante), donnent des cumuls mensuels impressionnants. Si l'on compare avec New Delhi jour après jour le déroulé de cette saison 2013, on voit que les dates des épisodes de RR notables ne coïncident pas du tout, signe du caractère très local et aléatoire des pluies convectives de mousson.

42111_JUL_AUG13.png

 

 

Enfin on reprend aussi l'exemple de l'automne 2006 pour montrer la grande tranquillité du temps en cette saison. Les rares perturbations sont néanmoins de plus grande échelle puisqu'on les retrouve de façon atténuées sur les tableaux de New Delhi.

42111_OCT_NOV06.png

 

 

Voilà donc... on vient de voir comment 2 climats qui tombent sous la même classif de Köppen (Cwa) et très proches géographiquement peuvent être porteurs de tant de différences... je suis sur que Gaël aura pas mal de choses à dire sur la comparaison de ces 2 cas.

 

Modifié par mottoth
Mise à jour

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

#105. New Delhi.

Bon, j'ai calculé les indices d'humidité pour la capitale hindoue :

Ihe (saison des pluies) = 57, autrement dit une saison des pluies bien humide, mais pas excessivement humide non plus.

Ihsec = -34, soit une saison sèche (la période de mars à mai étant la plus critique) marquée.

Sur l'année entière : IhA = 21, donc le climat est globalement subxérique à subhumide.

Autrement dit, puisque le climat est tropical à New Delhi (d'après moi), nous avons affaire à un climat tropical humide et sec de mousson. Le biome correspondant étant la "forêt tropicale décidue sèche" (ici, on a 0 < IhA < 50 et Ihsec < 0).

Le bioclimat plus humide (comme à Gorakhpur par exemple) est représenté par la "forêt tropicale décidue humide" (correspondant à IhA > 50, et Ihsec < 0).

Puis, de l'autre côté, en climat xérique (ici, -45 < IhA < 0), comme à Jaipur par exemple, on a la "forêt tropicale épineuse" ou "forêt tropicale xérophile" (présentant des espèces sempervirentes souvent grasses ou succulentes).

Je reviendrai demain sur Derhadun, dont le climat est effectivement bien différent de celui de New Delhi...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

#107. Nagpur.

 

Nagpur est situé pile poil au centre géographique de l'Inde. C'est une ville de 2.4 million d'habitants, à 850kms au sud de New Delhi:

42867_map0.jpg

 

La station est située à coté de l'aéroport à 7kms du centre-ville, à la limite entre la ville et la campagne. Pour une fois l’implantation semble pas trop mal, même si certaines années la végétation autour de l'enclot semble trop envahissante. Ca reste cependant pas assez dégagé vers l'ouest à cause d'une rangée d'arbres:

42867_map1.jpg

 

Vue vers le NNE, où l'on peut voir que le quartier de l'aéroport et de la station est assez vert, à la limite de l'urbanisation:

42867_map2.jpg

 

42867_Nagpur_A_v7_33.png

 

C'est un climat tropical de mousson humide et sec, que je trouve teinté d'une certaine continentalité: le pic de chaleur à la fin de la saison sèche est très marqué, mai connait une canicule plus brève mais encore plus forte qu'à New Delhi ou Jaisalmer, dans le désert de Thar.

Les amplitudes thermiques diurnes sont souvent fortes durant la saison sèche, signe notamment du caractère relativement campagnard de cette station.

Les stats de vent moyen nous montrent que l'agitation de l'atmosphère connait un pic logique pendant le pic thermique et au début de la saison des pluies... tendance déjà observable à New Delhi.

La saison des pluie est bien marquée, avec une humidité typiquement tropicale (Td moyen de 24°c), que nul relief ne vient atténuer ou renforcer.

 

EDIT 30/01/2015: ajout des tableaux horaires

42867_Nagpur_B_v7_33.png

 

EDIT 12/09/2016: ajout des roses des vents

42867_Nagpur_C_v7_33.png

 

 

 

L'hiver est en général beau, sec et calme, avec quelques épisodes plus humides en provenance de l'est (golfe du Bengale) qui donnent de très irrégulières pluies hivenales. Les mois sans aucune précipitation sont fréquents: la lame d'eau médiane de janvier est de 0mm (contre 14.5mm de moyenne), celle de février de 1.5mm.

Dès le mois de mars la chaleur est déjà accablante avec les premiers 40°c, mais avec une hygrométrie souvent bien basse.

42867_JAN_MAR02.png

 

 

Voici un exemple normal de saison chaude et de début de saison humide. De fin avril à début juin la chaleur est excessive, avec la marque des 45°c facilement atteinte et certaines tn supérieures à 30°c. Il fait globalement beau et sec (voire très sec), mais une certaine instabilité orageuse se manifeste de temps en temps.

La saison de pluies débute autour 10/15 juin, d'abord par une hausse finale du Td jusqu'à 25/26°c, puis quelques jours plus tard par une baisse marquée les t°. Sur la période 2000-2013 l'HRm augmente rapidement de 50% à 60% en une semaine entre le 6/06 et le 13/06, tandis que la txm décroit rapidement de 40°c à 35°c durant la 2e décade.

42867_APR_JUN07.png

 

 

Durant le coeur de la saison des pluies les journées sans aucune goutte sont rares et la nébulosité est en général forte, cependant le déroulé jour par jour est irrégulier où des périodes "molles" peu arrosées alternent avec des périodes de pluie continue (avec des tx particulièrement basses). Et à tout moment un système convectif particulièrement bien placé et/ou peu mobile peu déverser des trombes d'eau en quelques heures, des lames d'eau quotidiennes supérieures à 100m sont relevées chaque année.

42867_JUL_AUG11.png

 

 

Enfin comme partout en Inde du nord octobre et novembre sont souvent d'un très grand calme. L'exemple suivant montre cependant une fin de saison pluvieuse un peu tardive mais radicale, où les nuages et l'humidité sont complètement balayés en une semaine vers la mi-octobre 2001:

42867_OCT_NOV01.png

 

 

Voilà, ce climat est celui qui règne dans une très grande zone continentale de l'Inde du nord, en devenant progressivement un peu plus sec et plus frais l'hiver en remontant vers New Delhi.

 

Modifié par mottoth
Remise en forme

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mottoh, bravo pour vos bulletins climatologiques de l'Inde exceptionnelle. Vous partez là-bas en voyage? Moi aussi je fais les bulletins de Chiang Mai à Singapour avant de partir les pays tropicals pour photographier en janvier. Le Doi Inthanon, le point culminant de Thaïlande 2565 m, la température pourra tomber au-dessous de 0°C parfois (T°n extrême est de -8°C !). Il n'y a pas de données climats de Doi Inthanon à trouver partout à l'internet, dommage.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mottoh, bravo pour vos bulletins climatologiques de l'Inde exceptionnelle. Vous partez là-bas en voyage? Moi aussi je fais les bulletins de Chiang Mai à Singapour avant de partir les pays tropicals pour photographier en janvier. Le Doi Inthanon, le point culminant de Thaïlande 2565 m, la température pourra tomber au-dessous de 0°C parfois (T°n extrême est de -8°C !). Il n'y a pas de données climats de Doi Inthanon à trouver partout à l'internet, dommage.

Merci. En Inde j'ai visité la région de Goa et le Ladakh, j'espère faire le Rajasthan dans les prochaines années. Pour la Thailande je ne connais que les iles du sud du pays, et je vais y retourner en janvier. J'ai aussi visité Singapour mais durant une période de "sécheresse" singulière, en janvier 2010.

Ma prochaine destination sera à priori le Pérou, de Lima à Arequipa, dans 10 jours ! Des destinations vues récemment dans ce fil...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci. En Inde j'ai visité la région de Goa et le Ladakh, j'espère faire le Rajasthan dans les prochaines années. Pour la Thailande je ne connais que les iles du sud du pays, et je vais y retourner en janvier. J'ai aussi visité Singapour mais durant une période de "sécheresse" singulière, en janvier 2010.

Ma prochaine destination sera à priori le Pérou, de Lima à Arequipa, dans 10 jours ! Des destinations vues récemment dans ce fil...

Bravo et merci pour ces informations très riches Mottoth! Le Pérou est un beau pays, sauf la capitale tongue.png

N'hésites pas à visiter le canyon des condors (canyon de Colca profond de 3400 mètres) flowers.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

#106. Derhadun.

- C'est nettement plus frais à Derhadun pendant la saison chaude et sèche, où le gradient en adiabatique sèche est respecté à la lettre: 4.7°c d'écart en Tm, soit exactement 1°c/100m.

- En revanche l'écart thermique est très resserré en hiver (1.1°c en janvier), lorsque les inversions de t° sur la plaines du Gange parviennent à se maintenir en pleine journée.

Très bonne remarque de ta part s'agissant du respect de l'adiabatique sèche en saison sèche !

Bon, voici :

Comme attendu, l'indice de tropicalité de Dehra Dun n'atteint que les -48. Autrement dit, le climat n'est ici aucunement tropical. C'est donc subtropical, et le biome considéré est ici la forêt subtropicale humide.

Ihe (saison des pluies) : 260 (extrêmement humide, évidemment !)

Ihsec = -16 (bien que cette saison sèche - peu marquée - n'ait plus trop d'importance, étant donné que le climat n'est pas tropical).

Sur l'année : IhA = 237 => on a affaire à un climat hyper humide.

Donc un climat tempéré subtropical humide de mousson.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.