mottoth

Climats du monde

2 564 messages dans ce sujet

#207. Burbank.

 

Le caractère peu représentatif du climat de l'aéroport de LAX n'a bien sur échappé à personne, et c'est donc assez logiquement que l'on va s’intéresser à une station de Los Angeles moins côtière. Voici donc une fiche pour l'aéroport de Burbank. Il est à 19kms du centre ville de LA, et à 29kms de LAX. L'océan est à 23kms, soit à peu près la même distance qu'entre celui-ci et les centre de LA (21kms). Cependant les collines de Beverly Hills et Hollywood vont plus couper les influences maritimes à Burbank qu'elle ne le sont à LA centre. Donc cous l'aurez compris, les conditions à LA centre seront souvent entre celles de LAX et celles de Burbank, mais penchant plus vers celles de Burbank.

72288_map0.jpg

 

Évidemment cela reste très urbanisé:

72288_map1.jpg

 

Vue vers le NE. Burbank est dans une plaine quand même bien enclavée. La station est mal située, très près du tarmac.

72288_map2_NE.jpg

 

72288_Burbank_A_v7.33.png

 

C'est ma première fiche dont la matière première n'est constituées que de METARs à 100%. On distingue 2 types de stations METARs aux Etats Unis: les stations 100% automatiques sans présence humaine et les stations automatiques enrichies ('augmented') par un observateur humain. Celle-ci tombe malheureusement dans la première catégorie, et cela a un impact visible sur les données de nébulosité: ici 'CLR' signifie que le ciel est dégagé de nuages sous 12000 pieds, soit environ 3660m d'altitude. Donc les couches de l'étage moyen plus élevées et celles de l'étage élevé seront ignorées, et les nébulosité reportées souvent inférieures à la réalité, avec un biais notable sur les statistiques. Il ne faudra donc pas comparer les stats de nébulosité de cette station avec celle d'autre fiches comme LAX. Tout juste peut-on observer les variations saisonnières.

 

Les précipitations bénéficient d'un effet orographique du aux montagnes proches et sont donc plus importantes qu'à LAX, avec un surplus d'environ 19%. Ce surplus est encore plus important sur les normales 1981-2010 (+35%): ces 15 dernières années ont été très avares en pluie, menant à la sécheresse actuelle jugée 'catastrophique'.

Au niveau des températures, Burbank est certes plus continentale mais la différence ne se ressent pas vraiment en hiver: il y fait en moyenne 0.9°c de moins qu'à LAX, ce qui est légérement inférieur à la déperdition théorique due à la différence d'altitude (1.2°c)... en considérant que la station de Burbank est moins bien implantée on peut dire que c'est kif-kif et que cette vallée n'est pas plus froide que la côte en hiver. Le gel occasionnel qu'il s'y produit vient surtout d'amplitudes thermiques diurnes bien plus fortes.

 

L'été c'est évidemment tout autre chose, avec des tx qui montent bien plus haut que dans l'air marin côtier. Les 3°c en Tm de surplus ici sont dus exclusivement aux tx qui sont généralement sans aucun rapport avec celles de la côte. Il n'y a qu'à comparer le nombre de jours de chaleur annuels:

181 jours de chaleur à Burbank, 57 à LAX

85 jours de forte chaleur à Burbank, 9 à LAX.

 

Les roses des vents montrent 3 vents dominants:

- le vent de NNW est présent en hiver à l'arrière des perturbations océaniques, il est souvent très sec et se confond au Santa Ana.

- le vent de SE est la brise continentale qui provient de l'est dans la vallée de Los Angeles.

- le vent de S est la brise maritime d'ouest qui s'engouffre par le sud après avoir contourné les collines d'Hollywood.

Les épisodes les plus "purs" de Santa Ana proviennent du NE et ne sont pas assez fréquents pour figurer sur les roses des vents.

72288_Burbank_C_v7.33.png

 

 

Avec des vents donc souvent orientés grosso modo S à SE les variations de brises sont subtiles, on peut néanmoins en déceler au printemps (avril, mai) et en automne (novembre) où le secteur 150° est assimilé au vent de terre et le 180° à la brise marine.

72288_Burbank_B_v7.33.png

 

 

J'ai repris exactement les même exemple de saisons que pour LAX, afin de voir les différences au jour le jour.

L'hiver 2008-2009 est là aussi très normal, le plus normal depuis 2000 (tn +0.1°c, tx -0.1°c, RR -0.2%). Cliquez ici pour ouvrir le résumé de LAX.

On retrouve le mois de janvier très sec et chaud qui avait caractérisé cet hiver. Notez comme les amplitudes thermiques diurnes sont élevées quand le temps est beau, il n'est pas rare d'approcher 20°c dans ce milieu pourtant très urbanisé.

Je mentionnais plus haut les coups de Santa Ana "purs", de NE: en voici quelques bons exemples en janvier. Lorsque le vent se maintient la nuit on peut récolter des tn particulièrement hautes.

72288_DEC08-_FEB09.png

 

 

Voici maintenant mai et juin 2001. Contrairement à LAX, ces deux mois ont des anomalies de t° assez prononcées vers le haut (tn +0.8°c, tx +1.7°c).

On y retrouve le dernier coup de Santa Ana du printemps le 3/05, et la grisaille du june gloom qui se manifeste environ du 10/05 au 10/06 avant le décollage de l'été à partir du 14/06.

72288_MAY-_JUN01.png

 

 

Enfin l'été 2013, de aout à octobre. Si aout et octobre sont proches des normales, septembre s'en écarte significativement vers le haut (+2.0°c en Tm).

Après un milieu d'été moyen marqué par une chaleur sèche modérée à forte, la t° s'emballe durant 10 jours entre fin aout et le 07/09, avec notamment une petite vague de moiteur et des tn remarquables les 2 deniers jours d'aout.

Début octobre on a un bon coup de Santa Ana le 4, qui amène un air très sec durant quelques jours. On retrouve cet épisode sur la fiche de LAX.

72288_AUG-_SEP13.png

 

Voilà pour Burbank, la suite arrive très bientôt !

 

Modifié par mottoth
Remise à jour

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

#208. Ontario.

 

On poursuit l'exploration de l'agglomération de Los Angeles.

L'aéroport d'Ontario est très en retrait de l'océan, à 79kms, mais sans relief important qui se dresse entre. Le centre ville de LA est à 61kms, et LAX est à 76kms:

72_ONT_map0.jpg

 

Malgré l'éloignement du centre-ville cette zone est toujours aussi urbanisée, le tissus urbain est notamment fait d'énormes entrepôts de logistique, Ontario étant le premier aéroport de fret de la région. Cet aéroport est également l'aéroport de déroutement de LAX, donc on y trouve une station METARs enrichie par des observations humaines.

72_ONT_map1.jpg

 

Vue vers le nord et l'imposante sierra qui débute à 12kms de la station et qui culmine à plus de 3000m. La station est très bien dégagée mais hélas proche du béton.

72_ONT_map2_N.jpg

 

72_ONT_Ontario_A_v7_21.png

 

Ontario n'ayant pas d'identifiant OMM d'attribué j'ai du bricoler: cette station s'appelle '72ONT' sur les cartes et '72999' sur ma fiche, car j'ai besoin un identifiant numérique rattaché aux bloc des Etats Unis pour ma feuille de calcul.

 

Là encore j'ai un énorme déficit entre le cumul annuel moyen de RR depuis 2000 et celui de la période 1981-2010: -34%, similaire à celui de Burbank (-35%).

Il est a noter qu'avec les normales 1981-2010, Ontario ou Burbank passaient au dessus du seuil de semi aridité de Köppen, qui est de 366mm/an pour Ontario.

C'est très ténu, mais il faut le souligner: la sécheresse estivale en juillet et aout n'est pas aussi absolue (1.7mm de RR) qu'à Burbank (0.3mm) ou LAX (0.5mm). Un premier pas timide vers la subtropicalité due à d’épisodiques débordements de la mousson nord-américaine.

 

Encore une fois les t° hivernale ne sont pas plus basses ici malgré la position encore plus continentale, on se retrouve au même niveau que Burbank avec une altitude comparable (289m vs. 226m). C'est encore en été que l'écart se creuse, et toujours sur les tx. Reprenons le comparatif du nombre de journées annuel de chaleur:

Chaleur (>25°c): LAX 57j, Burbank 181j, Ontario 202j.

Forte chaleur (>30°c): LAX 9j, Burbank 85j, Ontario 126j.

 

On retrouve une écrasante majorité de vent d'ouest en été, il ne s'agit plus ici de brise marine à proprement parler mais d'un vent thermique de grande échelle qui traverse tout le bassin de LA, engendré pas l'énorme écart de température entre l'océan froid à l'ouest et le désert surchauffé à l'est. Ce courant très constant fait que les tx de cette zone ne sont au final pas si élevées que cela, je m'attendais à une différence supérieure aux 3°c d'écart moyen entre les tx estivales d'Ontario et celles de Burbank.

72_ONT_Ontario_C_v7_21.png

 

72_ONT_Ontario_B_v7_21.png

 

 

Je reprend à nouveau l'hiver 2008-2009 comme exemple, qui reste bien dans les clous ici aussi (tn +0.7°c, tx -0.1°c, RR -8%).

Les épisodes de Santa Ana sont encore plus violents et plus secs qu'à Burbank. Et comme à Burbank ce vent est majoritairement de NE, ignorant les reliefs.

Certaines amplitudes thermiques dépassent allègrement les 20°c, malgré le milieu très urbanisé.

Lorsque le Santa Ana n'est pas présent les phénomènes de brumes voire de brouillards sont assez fréquents, encouragés par la pollution.

72_ONT_DEC08_FEB09.png

 

 

Voici un exemple extrême de printemps sec et chaud, pris en 2014, avec des anomalies de t° élevées (tn +1.8°c, tx +2.5°c), avril et mai 2014 étant les mois plus chauds depuis 2000 dans leur catégorie. Je veux montrer pas cet exemple deux occurrences exceptionnelles de Santa Ana, marquées par des tn remarquables (les tnx d'avril et mai sur la période 2000-2015), un vent soufflant parfois en tempête et une HR au plus bas.

Si le Santa Ana souffle plus souvent durant l'automne et l'hiver, c'est durant le printemps qu'il produit les situations les plus remarquables à l'image de celles survenues en 2014.

72_ONT_APR_MAY14.png

 

 

Enfin j'ai repris l'été 2013, mais j'ai décalé la période d'étude à juillet-septembre.

C'est presque un copier/collé des conditions de Burbank, avec des tx un peu plus chaudes.

On retrouve la même vague de chaleur de 10 jours en fin d'été, avec cette invasion humide accompagnée de nuages élevés et de tn exceptionnelles à la charnière de aout et septembre.

En juillet on a quelques journées voilées et légèrement pluvieuses en marge de la mousson, qui au final ne cumulent presque rien (0.8mm).

72_ONT_JUN_SEP13.png

 

Voilà, c'est tout pour l'instant.

 

Modifié par mottoth
Remise en forme

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut à tous,

Ca fait longtemps que je ne participe pas ici, mais aujourd'hui j'ai lu un peu ce 3D que j'aime beaucoup,.et j'ai vu que il y avait entre autres la ville de Milan! Moi j'y ai vécu 16 ans (1990-2006) et j'ai plein de données climatiques sur Milan, le nord de l'Italie, et le pays tout entier évidemment.......

Hélas que vous n'avez pas pu exprimer les choses d'une facon complète par manque de données, ce n'est pas votre faute, pour cela permettez moi d'écrire quelque notes brièvement:

En effet Milan est hors du domaine méditerranéen, car elle a beaucoup d'orages d'été (parfois avec grele) donc pas de mois secs du tout, en plus comme vous dites, l'hiver est assez peu pluvieux, avec brouillard et gel fréquents. La neige est très variable selon les années (ca peut etre très neigeux certaines années mais avec le GW parfois on n'en voit rien de rien!) voici les moyennes de cm de neige mais au centre ville:

janvier 15.27 cm

fevrier 8.17

mars 2.09

avril 0.08

novembre 0.96

decembre 6.38

moyenne annee 32.96 cm

jours avec chute de neige

janvier 3.17

fevrier 2.01

mars 0.93

avril 0.11

octobre 0.01

novembre 0.48

decembre 2.03

moyenne annee 8.74

les saisons les plus pluvieuses sont le printemps et l'automne, mais c'est vrai qu'on va de 800-900 aux 1000 mm selon les périodes et la station choisie de la ville...quand meme pas mal

le vent manque en effet, sinon l'hiver aurait semblé encore plus froid. l'été par contre est étouffant (chaud et humide). quand meme avec une HR haute toute l'année.....

C'est vrai que près de la Mer Adriatique et près des lacs l'hiver devient un peu plus doux (mais toujours froid par rapport au reste du pays), et en colline et montagne (Alpes) on a souvent l'été la saison plus arrosée......

on appelle souvent ce climat à Milan sub continental......avec Koppen on est en Cfa et non pas Csa bien sur........personne je crois a de doutes que ce climat est hors du climat médit....

P.S.

l'hiver aux centre de la plaine du Po est plus froid qu'aux extrémités.....voyez Piacenza par exemple....

le paysage médit ne se retrouve au nord de l'Italie qu'en Ligurie (seule région avec une vraie douceur au nord de l'Italie à cause d'une double protection, les montagnes la protègent du nord meme si elles sont peu hautes et mer très profonde du Golfe de Genes) mais c'est vrai que le Cfa et Csa font une sorte de "bataille" en Ligurie et certains auteurs otent la région du climat médit meme pour la ville de Genes, ca dépend aussi des stations de la ville et les périodes choisies.

tout près des lacs pré-alpines parfois ca semble avec paysage médit mais le climat n'est pas du tout ainsi (zone arrosée et l'été c'est le plus pluvieux!), c'est que l'influence des eaux des lacs peuvent faire croitre parfois des oliviers! qu'on ne trouve pas dans les plaines du nord.....

A Turin il neige plus qu'à Milan et ca dure de plus au sol (ville plus froide été comme hiver et effet mineur du microclimat urbain), et meme Genes recoit certaines années beaucoup de neige, mais ca ne dure pas beaucoup (comme en plaine du Po à quelques km de la').......c'est vrai que c'est stupéfiant mais c'est comme ca......

souvent la neige fond dans la ville de Milan le meme jour de chute tandis que sa périphérie la conserve d'une facon nettement plus longue, en effet l'effet urbain est fort en ville. Grosso modo les moyennes des mois extremes de janvier et juillet avaient ces valeurs: 1 et 22 à Malpensa 2 et 23 à Linate et 3 et 24 au centre ville de Milan..........

Pour le moment je m'arrete ici, excusez moi d'avoir ouvert à nouveau ce sujet....

Ciao!

André

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est nettement plus "continental" déjà, ces deux stations. Je dirais qu'on est toujours dans le milieu méditerranéen semi-aride !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

S'agissant de la grande agglomération de LA, je tacherai de vous dresser les isothermes ramenés au niveau de la mer, demain.

Ceci pour vous montrer que l'influence de l'océan reste tout de même prépondérante, même en plein Los Angelès, avec évidemment quelques degrés de plus que vers les plages.

Mais il n'y a vraiment qu'au-delà de la limite (approx) que j'avais tracée (il y a quelques jours) qu'on change vraiment de climat.

Car je rappelle tout de même qu'on est à 20-21°C vers LAX, vers 23-24°C en plein centre-ville (malgré l'effet urbain extrême, avec "seulement" 29°C en Txm), ce qui n'est vraiment pas cher payé pour une ville aussi méridionale (34°N) et aussi largement ensoleillée en été.

Car à la même latitude, à 170 km à l'est, à Palm Spring, la Tm de juillet atteint 33,5°C, ce qui n'a plus rien à voir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Citation

Car à la même latitude, à 170 km à l'est, à Palm Spring, la Tm de juillet atteint 33,5°C, ce qui n'a plus rien à voir.

Très belle transition, comme à la télé:

 

#209. Palm Springs.

 

Palm Springs est à 100kms de Ontario et 175kms de LAX. on est aussi à 107kms de l’océan, mais avec 2 chaines de montagnes qui se dressent entre.

Sur cette image on voit bien que nous sommes au début de la zone désertique, on ne trouve plus de vert à l'est de Palm Springs:

72_PSP_map0.jpg

 

En fait si, on trouve un peu de vert au sud est de Palm Springs en allant vers la Salton Sea, ce sont des surfaces irriguées artificiellement:

72_PSP_map1.jpg

 

Le bassin de LA et cette vallée communiquent par un col situé à Beaumont, à environ 790m d'altitude et 45kms de Palm Springs.

72_PSP_map2.jpg

 

La station est bien sur sur l'aéroport de la ville, elle est pas très bien située, un peu trop près du tarmac à mon gout.

Voici une vue vers le NO de la vallée qui remonte vers Beaumont et le bassin de LA derrière. Immédiatement à l'ouest de la ville le massif du Mt San Jacinto - visible à gauche - culmine à 3300m d'altitude et va matérialiser une frontière climatique très marquée:

72_PSP_map3_NW.jpg

 

72_PSP_Palm_Springs_A_v7_21.png

 

Par rapport au bassin de LA on conserve des t° hivernales similaires, aussi bien en Tm qu'en tnn (excepté de la bande côtière). On converse aussi un maximum de RR hivernal, bien atténué par les barrières montagneuses si bien que l'on tombe dans le domaine aride avec 100mm/an - un déficit de 19% par rapport aux normales 1981-2010 de la NOAA.

 

Par contre ce qui se passe en été n'a plus rien à voir avec le bassin de LA, même l'intérieur:

- la chaleur est à peu près 10°c plus forte, on n'avait pas un tel écart entre l'intérieur du bassin et la côte.

- un léger maximum secondaire de RR, ténu, est discernable et juillet et aout. Il est en lien avec la mousson nord américaine que j'évoquais hier. A cette époque des pointes de Td au dessus de 20°c sont d'ailleurs régulièrement enregistrées, et le Heat Index peut être boosté par cette humidité.

Pour synthétiser ce qu'il se passe en été:

- on a une élévation importante des tx sur les 20 à 30 premiers kms entre la côte et l'intérieur du bassin de LA.

- au sein du bassin, l'élévation de t° en allant vers l'est est ensuite régulière mais peu rapide - voir la différence pas si forte entre Burbank et Ontario - et ne se joue toujours que sur les tx.

- après le col de Beaumont en pénétrant dans la vallée de Palm Springs on passe une barrière climatique et l'élévation de t° est brutale, elle concerne aussi bien tn et tx.

 

Les vents dominant sont bien sur canalisés par la vallée, et le vent de NO sec est majoritaire. C'est le courant d'ouest qui traverse le bassin de LA et qui descend du col et des montagnes.

72_PSP_Palm_Springs_C_v7_21.png

 

Le creux de Td durant l'après midi est typique des milieux continentaux sec, en conjonction avec la mise en branle des brises thermiques diurnes.

72_PSP_Palm_Springs_B_v7_21.png

 

 

On conserve l'hiver 2008-2009 en exemple, qui ici encore est bien normal (tn -0.2°c, tx -0.3°c) sauf les RR excédentaires (+34%) - mais sur d'aussi petites quantité soumises à une très forte variabilité interannuelle une telles anomalie est banale.

L'excédent de RR est du à un seul épisode de 3 jours mi décembre, un épisode remarquablement frais d'ailleurs puisqu'on y trouve la txn de la période 2000-2015.

On retrouve aussi la chaleur sèche de janvier que le bassin de LA a connu, ainsi que la période perturbée de mi-février. Donc en hiver Palm Springs et LA connaissent sensiblement les mêmes changements de temps.

72_PSP_DEC08_FEB09.png

 

 

Voici un exemple de mois d'avril pour montrer les variations de t° du printemps. On commence à s'éloigner du temps de LA où il a tendance à s'uniformiser à cette période, avec des coups de Santa Ana de plus en plus rares et une grisaille de plus en plus tenace.

Ce mois d'avril 2002 est tout à fait normal, et connait donc les première chaleurs de l'été.

72_PSP_APR02.png

 

 

On termine avec un exemple d'été, pris en 2014. La période est recentrée sur juillet, contrairement à LA. Nous sommes dans un autre monde qu'à LA, avec un beau temps quasi constant qui n'est coupé que par quelques averses de mousson sporadiques à partir du mois de juillet. C'est début aout que l'on trouve la plus nette dégradation, avec un temps quasi tropical pendant 2 jours.

72_PSP_JUN_AUG14.png

 

Voillà, pour l'anecdote c'était ma première fiche à présenter une txx de 50°c, valeur atteinte le 29/06/2013, à 1°F du record absolu.

 

Modifié par mottoth
Remise en forme
1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Palm Springs est typiquement un climat tropical aride continental . La chaleur estivale est insupportable. Ça change radicalement de Los Angeles!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour cette série de fiches de Los Angeles à Palm Springs, fort intéressant.

On remarque que la continentalité croissante se traduit par une augmentation des températures moyennes d'été, les Tm d'hiver sont quasiment les mêmes que l'on soit près de l'océan ou loin, il n'y a que les records de froid qui sont abaissés lorsqu'on s'éloigne du littoral.

C'est presque l'inverse de ce qui se passe en Europe et je peux essayer d'expliquer ceci par le fait que la latitude est nettement plus basse, le rayonnement solaire reste élevé en hiver et le continent n'est guère plus froid que l'océan, ceci d'autant plus que l'océan est refroidi par les remontées d'eau profonde.

On remarque d'autre part que cet éloignement de 100 km de l'océan (mais avec le franchissement d'une chaîne de montagnes) est suffisant pour que le minimum et le maximum de Tm retrouvent leurs "places" habituelles, respectivement janvier et juillet.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Citation

On remarque que la continentalité croissante se traduit par une augmentation des températures moyennes d'été, les Tm d'hiver sont quasiment les mêmes que l'on soit près de l'océan ou loin, il n'y a que les records de froid qui sont abaissés lorsqu'on s'éloigne du littoral.

C'est presque l'inverse de ce qui se passe en Europe et je peux essayer d'expliquer ceci par le fait que la latitude est nettement plus basse, le rayonnement solaire reste élevé en hiver et le continent n'est guère plus froid que l'océan, ceci d'autant plus que l'océan est refroidi par les remontées d'eau profonde.

Oui en effet, tu dois voir juste: aussi bas en latitude le bilan radiatif n'est plus aussi défavorable que sous nos latitudes, et les zones continentales ne se refroidissent pas trop.

 

#210. Phoenix.

 

Depuis Palm Springs on trace 420kms vers l'est pour arriver à Phoenix. LA centre est à 580kms, le golfe de Californie à 260kms et l'océan libre à 470kms. De l'autre côté des Rocheuses Denver est à 970kms.

72278_map0.jpg

 

C'est une immense agglomération qui mesure 50kms dans sa plus grande diagonale et regroupe près de 4.5 millions d'habitants. Je me demande ce qui pousse autant de monde à aller se frotter à un climat aussi hostile, c'est un peu comme Yakutsk et ses 400 000h, c'est une ville qui défie le bon sens.

La station est sur l'aéroport Sky Harbor Intl, qui occupe une position centrale dans cette agglomération. Le "downtown" se trouve 7kms à ONO.

72278_map1.jpg

 

Vue en direction du sud-ouest, où à 30kms de là la Sierra Estrella culmine à 1375m. La station est bien située, assez bien écartée du béton de l'aéroport. Mais on l'a vu plus haut on est tout de même en plein centre d'un très large ICU:

72278_map2_SW.jpg

 

72278_Phoenix_A_v7_21.png

 

Encore une fois les t° hivernales restent dans la lignée de ce que l'on a depuis LAX, le degré perdu par rapport à Palm Springs étant surtout imputable à la différence d'altitude.

L'été on gagne encore un cran par rapport à Palm Springs, mais c'est probablement du en grande partie à l'ICU, notamment les tn qui restent élevées - elles ont du mal à passer sous les 30°c en juillet !

 

L'évolution du régime pluviométrique est elle plus marquée: le maximum estival dépasse le maximum hivernal, de pas beaucoup certes mais c'est aussi visible sur les normales 1981-2010 de la NOAA. J'ai encore une baisse notable du cumul annuel (-18%) par rapport aux mêmes normales. L'empreinte de la mousson nord américaine est visible aussi sur les stats de nébulosité - essentiellement des nuages moyens et élevés - et sur la hausse du Td centrée sur aout. Remarquez d'ailleurs comme le Td monte subitement entre juin et juillet, alors qu'à Palm Springs la montée est progressive avec un Td bien mieux corrélé à la Tm tout au long de l'année: Palm Spring est ventilée par de l'air qui provient en partie du bassin de LA, alors qu'ici nulle source d'humidité jusqu'à l'arrivée de l'air subtropical en provenance du Mexique.

 

Les roses des vents montrent une opposition à peu près constante entre vent d'est et vents d'ouest, le vent d'ouest ayant tendance à prendre le dessus durant la saison de soleil haut, à priori en conjonction avec le courant d'ouest bien établi en Californie.

72278_Phoenix_C_v7_21.png

 

Les tableaux horaires nous montrent la cohabitation des vent d'est et ouest comme une alternance de brises, le vent d'ouest étant présent surtout en fin de journée. On retrouve bien sur le creux de Td aux heures les plus chaude, bénéfique pour les indices de chaleurs.

72278_Phoenix_B_v7_21.png

 

 

Comme d'habitude on retrouve l'hiver 2008-2009 comme exemple, puisque là encore il est pas mal dans les normes (tn +0.4°c, tx +0.5°c, RR +10%).

On distingue a nouveau les même changements de temps que ceux vus depuis la fiche de LAX ou Burbank, avec les dégradations pluvieuses de mi-décembre, noël et mi-février, le coup de froid bref de fin décembre et la longue pause douce de janvier et début février.

72278_DEC08_FEB09.png

 

 

Petit exemple de milieu de printemps avec avril 2007, un mois au bilan archi-normal qui montrent pourtant de bonnes variations de températures et un temps parfois instable.

Notez la survenue de vents de sable/poussière, qui même s'ils sont rares représentent une menace et un désagrément à prendre au sérieux.

72278_APR07.png

 

 

Voici l'été 2010. normal sur les t° (tn 0°c, tx -0.2°c) et les RR (+30%, pas très significatif en regard de la modestie des lames d'eau).

Passé le mois de juin très sec, le temps oscille entre des phases séches et torrides et des épisodes orageux moins chauds dans un air subtropical.

Notez l’impressionnante série de 15 jours avec tn>30°c en juillet - voilà pourquoi je parlais en introduction de "climat hostile".

72278_JUN_AUG10.png

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !

NB: j'ai remis à jours les tableaux d'exemples mensuels de Chicago avec la dernière génération (v7.21) que je vous présentais hier, allez voir je trouve que ça enrichi vraiment les choses.

 

Modifié par mottoth
Remise en forme
1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le climat de Phoenix est vraiment atroce. Je dirais qu'on entre le climat tropical et subtropical (du moins l'été est très long) et bien entendu, dans le milieu aride!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Difficile de faire plus infernale comme climat en effet ! Phoenix doit être une des mégapole les plus chaudes de la planète en période estivale... (peut être certaines villes indiennes sont encore plus chaude, mais au printemps car l'été il y la mousson là bas)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le climat de Phoenix est vraiment atroce. Je dirais qu'on entre le climat tropical et subtropical (du moins l'été est très long) et bien entendu, dans le milieu aride!

Par contre avec une tnm de 7.8°C

"l'hiver" et une amplitude annuelle de 22.7°C

, je ne pense que l'on puisse l'approcher d'un climat tropical aride. A noter tout de même un gain de +2°C dans les td moyennes en Juillet à Phoenix, par rapport à Palm Springs. Bref sinon je comprends qu'il y ait la clim partout là bas scared.gif ... Phoenix, la ville du feu ermm.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le climat de Phoenix est vraiment atroce. Je dirais qu'on entre le climat tropical et subtropical (du moins l'été est très long) et bien entendu, dans le milieu aride!

La climatisation est obligatoire, d'autant plus qu'ils font très peu d'effort pour adapter leur architecture ou même l'urbanisme des villes à ces conditions.

Pour y être allé c'est assez édifiant de traverser des petits villes au milieu du désert écrasées par la chaleur où des gens vivent dans des mobile-home! Sans parler de ces grands building aux immenses façades de verres, ou ces immenses zones pavillonnaires aux pelouses aussi vertes qu'en Normandie (et truffées de piscines), bonjour l'emprunte carbone liée à la consommation d'eau et d'électricité!

Pour en revenir aux contrastes entre littoral et intérieurs, il sont effectivement saisissant. J'étais dans l'ouest américain il y a quelques années au mois de juin, nous étions partie de San-Francisco avec pull obligatoire par 15° sous abris et une bonne brise fraîche direction le Nevada. J'avais bien évidemment un oeil régulièrement sur le thermomètre de la voiture de location pour voir son évolution très rapide. La climatisation était obligatoire un peu après Berkley pour atteindre 36° à l'ombre à Sacramento à 1h de voiture San-Francisco.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La climatisation est obligatoire, d'autant plus qu'ils font très peu d'effort pour adapter leur architecture ou même l'urbanisme des villes à ces conditions.

Pour y être allé c'est assez édifiant de traverser des petits villes au milieu du désert écrasées par la chaleur où des gens vivent dans des mobile-home! Sans parler de ces grands building aux immenses façades de verres, ou ces immenses zones pavillonnaires aux pelouses aussi vertes qu'en Normandie (et truffées de piscines), bonjour l'emprunte carbone liée à la consommation d'eau et d'électricité!

J'y suis aussi allé, en juillet 1992, il faisait 44°c le jour où je suis arrivé, et c'est saisissant: personne dehors, et bien sur gaspillage d'eau et d'électricité à tout les étages: ces tours de verre à climatiser, les brumisateurs en pleine rue, les pelouses vertes...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'y suis aussi allé, en juillet 1992, il faisait 44°c le jour où je suis arrivé, et c'est saisissant: personne dehors, et bien sur gaspillage d'eau et d'électricité à tout les étages: ces tours de verre à climatiser, les brumisateurs en pleine rue, les pelouses vertes...

Mon maximum 120°F (48/49°c) dans la vallée de la mort avec un vent incroyable un véritable enfer sur Terre et cette impression d'être dans un véritable four ou sous l'effet d'un sèche cheveux géant. Les mecs ont qd même réussit à y construire un hotel de luxe avec un golf...ce sont de grands enfants ces américains biggrin.png .

Les conditions y sont si rude que même les amérindiens n'y séjournaient pas durant la période estivale. En revanche à la fin du 19ème siècle et au début du 20ème des hommes y travaillaient à l'année pour exploiter du Borax et dormant des baraquements...il faut s'imaginer les conditions de vie sans doute atroces.

Dans le style il y a également une ville fantôme à visiter en Californie, Bodie où était extrait de l'or et située à 2500m et qui a compté jusque 10 000habitants! La aussi il faut imaginer les conditions de vie à la fin du 19ème à 2500m d'altitude sans doute charmant..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Voilà donc les isothermes d'août dans la grande région de Los Angelès.

Source : http://ggweather.com/normals/CA.html

Ces isothermes ont été ramenées au niveau de la mer.

Notons également que l'effet urbain joue un très grand rôle dans la ville, notamment du centre-ville à Anaheim, avec sans doute un effet réchauffant de 2°C supplémentaires environ.

En d'autres termes, s'il n'y avait pas de ville, à la place du 23,9°C du centre-ville de LA , on aurait sans doute du 22°C, soit pas beaucoup plus que vers le littoral.

La frontière climatique (entre les zones vraiment concernées par la masse d'air « fraîche » océanique et l'intérieur subméditerranéen) se situe approximativement aux alentours de l'isotherme 25°C (sans doute 24°C sans l'effet urbain).

Une autre zone climatique (foncièrement différente des deux précédentes) se trouve au nord-est et à l'est au-delà de la barrière montagneuse située à l'est et au nord-est de San Bernardino, et au-delà du col de Beaumont. On trouve là-bas un climat aride subtropical.

Je détaillerai plus tard.

150625043125586238.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le climat de Phoenix est vraiment atroce. Je dirais qu'on entre le climat tropical et subtropical (du moins l'été est très long) et bien entendu, dans le milieu aride!

Ville pourtant réputée pour attirer les retraités des USA, sans doute un eldorado pour les installateurs de système de climatisation whistling.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ville pourtant réputée pour attirer les retraités des USA, sans doute un eldorado pour les installateurs de système de climatisation whistling.gif

Ils sont peut-être attirés par l'ensoleillement exceptionnellement élevé, 3871 h, c'est un tout petit peu plus qu'à Assouan au coeur du Sahara !

Et puis l'humidité moyenne est très basse, 31%, ça reste très bas même en été malgré le phénomène de la "mousson américaine". Une chaleur aussi sèche est relativement facile à supporter par l'être humain.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La climatisation est obligatoire, d'autant plus qu'ils font très peu d'effort pour adapter leur architecture ou même l'urbanisme des villes à ces conditions.

Pour y être allé c'est assez édifiant de traverser des petits villes au milieu du désert écrasées par la chaleur où des gens vivent dans des mobile-home! Sans parler de ces grands building aux immenses façades de verres, ou ces immenses zones pavillonnaires aux pelouses aussi vertes qu'en Normandie (et truffées de piscines), bonjour l'emprunte carbone liée à la consommation d'eau et d'électricité!

Même si je suis anticlim', là-bas comme dans tout le sud des États-Unis, elle est effectivement obligatoire. Soit c'est la fournaise (ouest), soit ce sont les Tropiques (est), et c'est difficilement supportable sur la durée (même pour moi qui aime la chaleur).

Après, oui, globalement les Américains ne sont pas les meilleurs exemples concernant la protection de l'environnement et les économies d'énergie. Mais il ne faut pas non plus généraliser (je ne dis pas ça pour toi) ; il y a des coins très « verts », dans le Nord-Ouest (Portland, Oregon par exemple) ou le Nord-Est (Nouvelle-Angleterre).

Dans le style il y a également une ville fantôme à visiter en Californie, Bodie où était extrait de l'or et située à 2500m et qui a compté jusque 10 000habitants! La aussi il faut imaginer les conditions de vie à la fin du 19ème à 2500m d'altitude sans doute charmant..

Ouais, Bodie est dans les plans de mon futur voyage dans l'Ouest américain, un jour... whistling.gif

Ils sont peut-être attirés par l'ensoleillement exceptionnellement élevé, 3871 h, c'est un tout petit peu plus qu'à Assouan au coeur du Sahara !

Et puis l'humidité moyenne est très basse, 31%, ça reste très bas même en été malgré le phénomène de la "mousson américaine". Une chaleur aussi sèche est relativement facile à supporter par l'être humain.

Yuma, un peu plus au sud, fait encore mieux avec près ou plus de 4 000 h. Bien sûr que les gens sont attirés par le soleil (et pas par les Îles Féroé), et ce depuis la nuit des temps. Moi le premier, si je pouvais, j'irais m'installer en Califonie ou dans l'Oregon...

Quant au % d'HR, j'aimerais rappeler une nouvelle fois - à tout le monde - que c'est une donnée relative (par définition). 30 % d'HR, dans l'absolu, c'est bas, nous sommes d'accord. Mais s'il fait 0 °C ou 35 °C, eh bien disons que ces 30 % ne seront pas les mêmes... Ce qui compte plus que tout, c'est le Td (rapport direct entre la T et l'humidité absolue). Pour parler de Phoenix, si mai et juin, bien que torrides, sont largement supportables (HR et Td très bas), juillet et surtout août le sont beaucoup moins (HR basse mais Td nettement plus élevé)...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ouais je sais pas trop comment on peut être attiré par ce genre de climat enfin bon. Après l'hiver est agréable faut le reconnaître mais c'est la seule saison a peu près supportable!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

LAX :

Indice hydrique annuel IhA (1970-2010) = -61 => climat semi-aride , mais sans doute aride en 2000-2015.

Indice de continentalité Ic = 0,17

Indice de subtropicalité E < 11000

Tm juillet ou août < 22°C

=> Climat semi-aride océanique

Burbank :

IhA = -60/-65 (estimation) => semi-aride

Ic = 0,27

E < 11000

Tm juillet ou août > 22°C

=> Climat semi-aride subméditerranéen

Ontario :

IhA = -65/-70 (estimation) => aride

Ic = 0,31

E < 11000

Tm juillet ou août > 22°C

=> climat aride à tendance subméditerranéenne

Palm Springs :

IhA = -104 => désertique

Ic = 0,52 (continentalité assez élevée)

E = 20000 environ => nettement subtropical

Indice de tropicalité IT = -7 (la limite étant à 0)

=> climat désertique subtropical continental

Phoenix :

IhA probablement entre -65 et -90 => aride

Ic = 0,58 (forte continentalité)

E = 26000 environ => très nettement subtropical

IT = -1 => tout près de la limite des climats d'affinité tropicale

=> climat aride subtropical continental, tout près de aride continental d'affinité tropicale

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quant au % d'HR, j'aimerais rappeler une nouvelle fois - à tout le monde - que c'est une donnée relative (par définition). 30 % d'HR, dans l'absolu, c'est bas, nous sommes d'accord. Mais s'il fait 0 °C ou 35 °C, eh bien disons que ces 30 % ne seront pas les mêmes... Ce qui compte plus que tout, c'est le Td (rapport direct entre la T et l'humidité absolue). Pour parler de Phoenix, si mai et juin, bien que torrides, sont largement supportables (HR et Td très bas), juillet et surtout août le sont beaucoup moins (HR basse mais Td nettement plus élevé)...

Et bien justement, le point de rosée n'est pas très élevé en août à Phoenix, 13,8°C c'est légèrement moins qu'à Toulouse (14°C) ou Perpignan (14,4°C) et bien moins qu'à Nice (17°C) ou Gênes (18,9°C).Dans la gamme de climats désertiques, torrides en été, le plus étonnant reste Assouan avec une Tm à plus de 35°C en août et un point de rosée moyen à 8°C !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Palm Springs :

IhA = -104 => désertique

Ic = 0,52 (continentalité assez élevée)

E = 20000 environ => nettement subtropical

Indice de tropicalité IT = -7 (la limite étant à 0)

=> climat désertique subtropical continental

Phoenix :

IhA probablement entre -65 et -90 => aride

Ic = 0,58 (forte continentalité)

E = 26000 environ => très nettement subtropical

IT = -1 => tout près de la limite des climats d'affinité tropicale

=> climat aride subtropical continental, tout près de aride continental d'affinité tropicale

Ces deux dernières villes ne sont pas tropicales non plus car il y gèle, peu certes mais les Tnn sont inférieures à 0°C.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Même si je suis anticlim', là-bas comme dans tout le sud des États-Unis, elle est effectivement obligatoire. Soit c'est la fournaise (ouest), soit ce sont les Tropiques (est), et c'est difficilement supportable sur la durée (même pour moi qui aime la chaleur).

Obligatoire selon la logique nord-américaine d'aujourd'hui mais il existe des méthodes plus respectueuses de l'environnement, plus durables, plus intelligentes il faut le dire pour s'adapter.

Je me souviens de cette maison dans une oasis saharienne que j'avais visitée et qui restait très agréable, très fraîche malgré la canicule extérieure, il n'y avait pas la clim. Mais ce n'était pas une 'maison mobile', c'était une maison traditionnelle aux murs très épais.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et bien justement, le point de rosée n'est pas très élevé en août à Phoenix, 13,8°C c'est légèrement moins qu'à Toulouse (14°C) ou Perpignan (14,4°C) et bien moins qu'à Nice (17°C) ou Gênes (18,9°C).

Détrompe-toi, un Td moyen de près de 14°C, ça commence à faire beaucoup dans un climat désertique aux températures caniculaires.

Il faut bien te dire que cette valeur est une moyenne. Ce qui signifie que, grosso-modo, près de la moitié des journées auront un Td compris entre 0 et 13°C (donc un faible apport calorifique dû à la teneur en vapeur d'eau, donc des chaleurs « sèches »), mais près de l'autre moitié des journées subiront un Td compris entre 15 et 22°C environ. Or, un Td de 15 à 20°C par une température de 40-42°C, c'est un humidex compris entre 44 et 50 ! Donc, je ne pense pas que tu (et nous, les « Blancs ») pourrais vivre là-bas sans clim dans cette chaleur que tu qualifies de « supportable », lorsque près de la moitié des journées de juillet et août connaissent ce niveau de chaleur (humidex entre 44 et 50). Sachant, en plus, qu'il n'y a pas d'ombre là-bas, et que le soleil tape très fort 85-90% du temps !

Ces deux dernières villes ne sont pas tropicales non plus car il y gèle, peu certes mais les Tnn sont inférieures à 0°C.
Je n'ai pas dit que Phoenix (ni encore moins Palm Springs) étaient tropicales.

Je dis simplement - et je le maintiens - qu'il s'en faudrait de peu, de très peu, pour que Phoenix passe en climat d'affinité tropicale. Alors attention, comme l'a signalé Mottoth, la station météo concernée est somme toute très urbaine. Il est donc fort probable que la campagne environnante connaisse des Tn plus basses de plusieurs degrés, ce qui écarte sans doute assez nettement cette campagne de toute « tropicalité », nous sommes bien d'accord.

Mais donc, s'agissant de l'agglomération urbaine de Phoenix, là on y est presque ! Par ailleurs, les gelées y sont très rares : généralement, il y gèle en moyenne 1 jour par an (c'était 2/3 jours par an en 70-00), et lorsqu'elles se produisent, ces gelées atteignent 0 à -4°C seulement, et ce depuis 1973 (et désormais péniblement les -1°C)... par ailleurs, les pluies fraîches et froides hivernales sont très peu fréquentes et copieuses et ne refroidissent dons presque pas suffisamment le sol. Quant aux étés, les quelques pluies d'origine directement tropicale sont les bienvenues pour les plantes tropicales. Bref, c'est pas loin.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   1 membre est en ligne