Wilfried63

Tendance automne 2015

165 messages dans ce sujet

L'été météorologique étant déjà entamé il est temps d'ouvrir le topic pour les prévisions saisonnière de l'automne 2015:

Bonne Prévision default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" width="20" height="20">

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Autant le topic hiver est attendu comme le messie, autant l'automne n'aura pas beaucoup de succès.

Pour ma part 2 options s'offrent à nous:

Soit le traditionnel prolongement de l'été en pente douce comme ces dernières années pour septembre octobre.

Soit comme cette année 2015 nous avons un vrai été chaud et sec, l'automne à venir pourrait être plus précoce, plus frais et plus pluvieux que ces dernières années.scared.gif

Je rajouterai également que les T° de la mer MED vont être élevées, et que le potentiel épisode Cévenol ou Méditerranéen devrait être également au RV.

Ce n'est que du feeling et en aucun cas issu d'une recette magique ou scientifique.blushing.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai voulu écrire en plaisantant que la seule certitude qu'on pouvait avoir c'est que dans quelques semaines MétéoConsult / La Chaîne Météo nous feront leur article annuel pour annoncer un risque d'épisodes cévenols / méditerranéens dans le sud cet automne ... Mais je ne pensais pas que ce serait toi Sky qui nous ferait le premier la petite répétition annuelle sur la liaison directe entre les températures de surface de la Méditerranée et les occurrences d'épisodes dans les régions concernées.

Allez, on va chatouiller un peu certaines légendes urbaines tenaces : saviez-vous que dans le Languedoc-Roussillon, ces 45 dernières années, on a observé légèrement plus d'épisodes pluvieux intenses (respectivement, 8.1 jours en moyenne durant l'automne avec au moins 100 mm / 24 heures sur un poste et 2.5 jours avec au moins 200 mm / 24 heures) les années où la Méditerranée occidentale était particulièrement froide en surface en sortie d'été (anomalie d'au moins -0,3°), que les années où elle était particulièrement douce (anomalie d'au moins +0,3°) qui n'ont connu en moyenne que 7,5 et 2,0 jours sur ces mêmes critères ?

Ça met un coup de pied dans la fourmilière, n'est-ce pas ? zorro.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai voulu écrire en plaisantant que la seule certitude qu'on pouvait avoir c'est que dans quelques semaines MétéoConsult / La Chaîne Météo nous feront leur article annuel pour annoncer un risque d'épisodes cévenols / méditerranéens dans le sud cet automne ... Mais je ne pensais pas que ce serait toi Sky qui nous ferait le premier la petite répétition annuelle sur la liaison directe entre les températures de surface de la Méditerranée et les occurrences d'épisodes dans les régions concernées.

Allez, on va chatouiller un peu certaines légendes urbaines tenaces : saviez-vous que dans le Languedoc-Roussillon, ces 45 dernières années, on a observé légèrement plus d'épisodes pluvieux intenses (respectivement, 8.1 jours en moyenne durant l'automne avec au moins 100 mm / 24 heures sur un poste et 2.5 jours avec au moins 200 mm / 24 heures) les années où la Méditerranée occidentale était particulièrement froide en surface en sortie d'été (anomalie d'au moins -0,3°), que les années où elle était particulièrement douce (anomalie d'au moins +0,3°) qui n'ont connu en moyenne que 7,5 et 2,0 jours sur ces mêmes critères ?

Ça met un coup de pied dans la fourmilière, n'est-ce pas ? zorro.gif

Ahaha je ne savais pas mais effectivement c'est fort intéressant.

C'est la différence entre un facteur aggravant et une corrélation directe.

La seule chose que je croirai (et encore ! et encore !) en faveur d'un risque de phénomènes cévenols accrus c'est quand (comme l'année dernière) on me montrera des anomalies prévus de Z500 sur SON propices à des flux de sud-ouest récurrents...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est la différence entre un facteur aggravant et une corrélation directe.

Je crois que tout est la wink.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai voulu écrire en plaisantant que la seule certitude qu'on pouvait avoir c'est que dans quelques semaines MétéoConsult / La Chaîne Météo nous feront leur article annuel pour annoncer un risque d'épisodes cévenols / méditerranéens dans le sud cet automne ... Mais je ne pensais pas que ce serait toi Sky qui nous ferait le premier la petite répétition annuelle sur la liaison directe entre les températures de surface de la Méditerranée et les occurrences d'épisodes dans les régions concernées.

C'est normal 13V, LCM m'a embauché cet été comme emploi saisonnier.laugh.png

Un CSDD (contrat sénior à durée déterminé)thumbup.gif

Pour le reste, je fais confiance à tes recherches sur le sujet.smile.png

Franchement, je n'y connais pas grand chose aux épisodes MED, malgré le fait que mon père habite depuis 25 ans sur le littoral Varois.blushing.gif

Dès que le potentiel arrive, je lis Christophe30 et d'autres très bons intervenants sur le topic des sudistes. thumbup.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour

En fait la moyenne des températures de l année doit toujours être la même donc plus l été est chaud comme v est le cas en ce moment plus l automne ou l hiver prochain sera froid ?

En montagne l automne dernier avait été assez doux après un été pourri en 2014 . donc en 2015 si l été est aussi chaud que maintenant l automne sera froid et neigeux ?

Bonne journée

Franck derrien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En fait la moyenne des températures de l année doit toujours être la même

Pourquoi ?

Bien sûr que non que la température moyenne annuelle n'est pas constante, certaines années sont plus froides, d'autres sont plus chaudes - par exemple 2014 a été la plus chaude relevée car les mois froids n'ont certainement pas compensé les mois chauds :

Janvier : +2,7°

Février : +2,1°

Mars : +1,1°

Avril : +1,9°

Mai : -0,3°

Juin : +1,3°

Juillet : +0,0°

Août : -1,5°

Septembre : +1,6°

Octobre : +2,4°

Novembre : +2,8°

Décembre : +0,7°

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour moi, rien de neuf sous le soleil.

Septembre agréable et plutôt sec comme depuis au moins 10 ans. Puis octobre et novembre assez doux pour la saison et assez pluvieux.

Prévisions personnelles sans prétentions scientifiques et valables pour le NE.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Septembre agréable et plutôt sec comme depuis au moins 10 ans. Puis octobre et novembre assez doux pour la saison et assez pluvieux.

Ce sont également les prévisions de G Séchet.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour

Concernant les épisodes cévenols y a til un risque d en avoir autant que l an dernier ? Peut on prévoir les phénomènes comme les épisodes cévenols de l automne a l avance ?

Bonne journée

Franck derrien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un tour des modèles montre un accord qui m'a franchement surpris, à savoir la persistance d'une anomalie du z500, de la t850 et de la t2m sur la partie de nord de l'Atlantique nord.

Cela se traduirait chez nous par un temps plus chaud et plus sec que la normale.

Dans le détail, si on y incorpore l'avancée saisonnière, le jet retrouvant un peu de vigueur, et pour des raisons peut être d'eddy driven jet, la zone dépressionnaire de départ au Sud du Groenland pourrait étendre son influence assez facilement jusqu'à l'UE de l'Ouest.

Des éléments sans grande prétention mais qui vont dans le sens des derniers automnes effectivement, avec une nuance perturbée peut être un peu plus précoce malgré tout.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bref un automne classic de plus en vue et a cette échéance c'est tout ce que l'on peut dire...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'y vais de ma petite tendance personnelle, issue bien modestement de quelques analyses des modèles disponibles pour mon amateurisme.

Septembre: mois assez ensoleillé (précipitations déficitaires) et un bilan thermique proches des normales.

Octobre: Idem que septembre pour la majorité de la France, sauf peut-être une légère anomalie thermique négative sur le flanc Nord-est (Ardennes, Meuse, Haut-Rhin)

Novembre: Ce mois pourrait renouer avec des conditions zonales donc une bonne pluviométrie mais aussi des chutes de neiges précoces, dans les encore rares précipitations (vu la sécheresse!), pour les massifs du flanc Est. Ailleurs, c'est à dire pour le Sud et l'Ouest du pays le bilan thermique serait proche de 0°c en terme d'écart.

Donc pour les deux-tiers de cet automne, la sécheresse perdurait mais dans un bilan thermique plus raisonnable (anomalie positive inférieure à 0.5°c des moyennes). Novembre marquerait tout de même une transition (zonal) avec les premiers frimas plus marqués pour les montagnes de l'Est (Vosges, Jura).

Qui vivra verra ! sorcerer.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mise à jour de ECMWF pour Aout et septembre

Aout

FwSmJTD.png

FONv2aJ.png

septembre

Xu7Z9Sk.png

sZoB6vO.png

Blocage Scandinave , doux et sec sur l’Europe du nord chaud et humide voire très humide en méditerranée ( Orageux et épisodes méditerranéens )

dans l'album ci-joint

fig 1 : anomalie des SST en méditerranée ( température de surface de la mer )

fig 2 : prévisions des SST pour le trimestre ASO selon Arpège

fig 3 : prévisions :anomalie des Z500 selon Ecmwf et Meteofrance ( ASO )

fig 4 : prévisions : anomalie positive du régime BL ( Blocage Scandinave )

fig 5&6 : prévisions des t° et des RR selon Arpége pour ASO

http://imgur.com/a/3LBnz

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci Momo de faire vivre ce topic, de faire vivre cette saison même ! (en hiver, on en serait à 50 pages....)alors que nous sommes à 3 semaines de l'automne météo.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Cinq étés caniculaires depuis 1947 , en oubliant 1983 , surtout au bord de la Méditerranée ....aie!

ça pique !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

et surtout en oubliant les autres régions méditerranéennes, qui subissent elles aussi des inondations et des canicules, et pas forcément les mêmes années qu'en languedoc-roussillon!

donc cette "étude" est tout juste valable pour le LR (et encore...).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Voila une étude intéressante qui permet de vite faire taire certaines légende urbaine a propos de l'impact des canicules et des SST de la méditerranée sur les épisodes pluvieux en méditerranée:

http://www.meteolanguedoc.com/actualites-meteo-languedoc/quels-liens-entre-ete-caniculaire-et-automne-pluvieux/p69

Merci, c'est quand même intéressant.

Ca montre qu'un été chaud induit une mer chaude qui induit un potentiel d'évaporation plus important.

Après, un potentiel n'a jamais suffit à faire un évènement....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Vers un automne en deux temps : d'abord doux (voire chaud) et sec au nord mais agité au sud, puis devenant océanique avec son lot de pluie (sauf sud-est sous mistral / tramontane) et de douceur relative ?

Si la question mérite d'être posée, c'est que je trouve assez étonnante la convergence entre les prévisions saisonnières issues de modèles numériques, et le schéma assez régulièrement observé en automne à l'échelle Atlantique / Europe lors lorsqu'un épisode Niño significatif se met en place dans le Pacifique.

Ce schéma général des automnes "Niño en développement", il se résume en effet à deux séquences bien distinctes :

- D'abord, sur la première moitié de l'automne, des blocages anticycloniques bien plus fréquents sur le nord / nord est de l'Europe (AB - ou Anticyclone britannique et AS - Anticyclone scandinave), tandis que les anomalies froides d'altitude ont s'infiltrer vers le sud "sous la jupe des hauts géopotentiels" et ainsi gagner le bassin Méditerranéen,

- Puis, en seconde partie d'automne, à la mise en place de régimes zonaux marqués (flux d'ouest entre des bas géopotentiels récurrents côté Islande et hauts géopotentiels méditerranéens).

Une image valant mieux qu'on long discours :

[align=center]post-2200-0-57727100-1439051188_thumb.png[/align]

[align=center] [/align]

[align=center]Corrélation entre les géopotentiels et les anomalies de température en zone Niño 3.4,[/align]

[align=center]pour les mois de septembre (haut), octobre (milieu) et novembre (bas).[/align]

[align=center]Données issues des réanalyses du NCEP[/align]

On retrouve assez clairement ce signal sur les corrélations calculées par la NOAA, signal dont on a déjà en partie parlé d'ailleurs dans le topic spécifique aux relations de l'ENSO avec nos hivers européens (section climatologie du forum). Je reposte par exemple ce graphique issu de l'étude de G.Plaut et de V.Moron :

[align=center]post-2200-0-88932900-1436961955.png[/align]

[align=center] [/align]

Ce graphique représente les fréquences d'observations des différents types de grands régimes par mois (NO = novembre, DE = décembre, etc) selon les années Niño (étoile) ou Niña (rond). Le signal est clair : en automne Niño, on observe deux fois plus de régimes ZOnaux, et logiquement bien moins de régimes de blocage nord Atlantique (West BLocking).

Maintenant, petite comparaison rapide, voici ce que le modèle saisonnier CFS entrevoit en terme d'anomalies de positionnement des géopotentiels pour les 3 mois de notre automne :

[align=center]post-2200-0-83138900-1439051682_thumb.gif[/align]

[align=center] [/align]

[align=center]post-2200-0-70867300-1439051686_thumb.gif[/align]

[align=center] [/align]

[align=center]post-2200-0-08818900-1439051691_thumb.gif[/align]

[align=center] [/align]

[align=center] [/align]

Dans les grandes lignes, le signal envoyé par CFS est plus que ressemblant à celui que l'on pourrait anticiper d'un automne Niño.

Et si vous remontez un peu aux cartes de Momo postées ci-dessus, vous noterez que les anomalies de températures et de précipitations de septembre de la version saisonnière du CEP sont aussi concordantes avec ce schéma d'ensemble - dommage que l'on ne puisse aller voir plus loin.

Quels seraient concrètement les conditions à attendre si ce scénario venait à se produire ?

Sur la première partie de l'automne, la moitié nord du pays pourrait connaître de véritables conditions d'été indien : ensoleillement plus présent que la normale, précipitations beaucoup plus faibles, températures plutôt douces encore qu'il y aurait potentiellement une nuance entre les nuits devenant de plus en plus fraîches au fil des jours, et les températures maximales qui pourraient rester d'un bon niveau si l'ensoleillement le permet. Flux dominants entre sud-ouest / sud / sud-est et est, même si bien entendu on ne pourra jamais écarter la possibilité de quelques séquences zonales.

Sur un tiers sud du pays, programme bien différent, avec un temps plus régulièrement nébuleux voire agité, au gré des infiltrations de gouttes froides d'altitude en direction du bassin méditerranéen en dessous des hauts géopotentiels récurrents plus loin au nord. Les températures minimales seraient plus souvent douces du fait d'une couverture nuageuse plus souvent présente et des influences marines, et les températures maximales à l'inverse plus ternes.

On peut parfaitement envisager de ce point de vue une fréquence accrue de dégradations automnales typiques de la saison dans le sud-est, encore que je pense qu'il faut aussi rester prudent sur cet aspect. Les corrélations de précipitations (prévision statistique) sont bien plus significatives sur le signal "sec" de la moitié nord qu'elles ne le sont sur un signal "humide" en Méditerranée - c'est bien davantage la péninsule ibérique qui est concernée. Cela étant, les modèles (prévision dynamique) sont plus enclins à modéliser un signal "humide" au sud qu'un signal "sec" au nord. En gros, on aura probablement des précipitations déficitaires au nord et excédentaires au sud, mais impossible de dire si l'un de ces deux traits sera plus important que l'autre.

Si je devais donner un avis personnel -mais c'est juste du feeling et c'est très subjectif-, je dirais que le meilleur potentiel pour des épisodes significatifs en Méditerranée pourrait davantage se trouver sur la première quinzaine d'octobre, quand l'activité des bas géopotentiels va commencer à devenir vraiment active et entamer la libération progressive (ou non) des hauts géopotentiels nordiques.

Sur la seconde partie de l'automne, et particulièrement en novembre, on peut envisager la mise en place d'un régime océanique marqué. Sur les deux tiers du pays, cela se résume souvent à des passages perturbés fréquents, apportant des précipitations régulières et au final importantes, dans une ambiance souvent assez sombre mais douce. Des coups de vent ne sont pas du tout à exclure, d'ailleurs à ce sujet j'ai été comparer le nombre de jours avec fort vent d'ouest à 850 hPa dans le nord-ouest du pays en novembre chaque année en fonction de la température en zone Niño 3.4 depuis les années 1950.

Les années où on a eu des conditions Niño très significatives (anomalies d'au moins +1,5° en zone Niño 3.4), on a observé en moyenne 13.0 jours dans le mois avec un vent zonal d'au moins 10 m/s à 850 hPa, dont 6.0 jours avec 15 m/s et 1.4 jours avec 20 m/s. Pour comparaison, la moyenne climatologique 1981-2010 sur ces trois critères est respectivement de 8.1, 2.9 et 0.7 jours, on est donc significativement au dessus. Et pour anecdote, dans le sens inverse, les années avec Niña significative les moyennes observées sur ces trois critères tombent à 3,0, à 0.8 et 0.0 jours. Je n'irais certainement pas écrire que l'on peut s'attendre avec certitude à un mois de novembre marqués par des tempêtes vers le nord-ouest du pays, on ne peut se permettre des certitudes en prévision météo et à plus forte raison en prévision saisonnière, mais le fait est que le potentiel est bien présent.

Dans un tiers sud-est du pays, en général, ces conditions zonales actives sont plutôt synonymes d'un temps plutôt clair, souvent lié à une tramontane récurrente et colérique en Languedoc Roussillon et un mistral régulier dans la basse vallée du Rhône qui altèrent grandement la sensation de douceur et de beau temps. Par contre, cela peut être la promesse d'une très belle toute fin de saison côté Côte d'Azur et Corse.

Affaire à suivre maintenant .. Gardez cependant à l'esprit qu'on parle de prévision saisonnière, ce sont donc seulement des ébauches de perspectives qui ont toutes les chances ne de pas se réaliser. Peut-être que les observations colleront à ce schéma général, peut-être aussi qu'on aura un zonal en septembre et une patate en novembre même si je ne pense pas que ce soit le scénario le plus probable. Qui plus est, nous vivons depuis une poignée d'année des grands schémas complètement atypiques à l'échelle de l'hémisphère et en toutes saisons. On doit faire avec un changement climatique qui bouleverse bien des équilibres, poussant la machinerie climatique dans des extrêmes inédits de plus en plus fréquents et des situations que l'on pouvait penser improbables - la moisson de phénomènes climatologiques extrêmes étant sans commune mesure depuis une dizaine d'années par rapport à ce que l'on a pu observer au siècle dernier. Ce que je veux juste vous faire toucher du doigt, c'est que quand on parle de corrélations (ici, c'est le cas : je me sers des observations du passé sur les rapports Niño / automnes européens pour en dégager d'éventuelles liaisons), on se compare à des années où notre climat était moins perturbé qu'il ne l'est actuellement. Et que peut-être que dans un climat changeant, le même phénomène de départ (ici El Niño) n'aura peut-être pas les mêmes résultantes qu'il aurait pu avoir dans un climat plus stable.

EDIT : correction d'un bug lors de l'envoi de mon message qui avait dupliqué le post.

57794b8a0e3dc_ENSOAutomne.png.af77821b08

Septembre.gif.a86e5238da087059c171f41988

Octobre.gif.3c4a581ed473ef945e47bf771d8d

Novembre.gif.4b55e68d0146dd85c22f2faeee2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Post plus sommaire que le précédent :

Superbe 13 !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

VCe que je veux juste vous faire toucher du doigt, c'est que quand on parle de corrélations (ici, c'est le cas : je me sers des observations du passé sur les rapports Niño / automnes européens pour en dégager d'éventuelles liaisons), on se compare à des années où notre climat était moins perturbé qu'il ne l'est actuellement. Et que peut-être que dans un climat changeant, le même phénomène de départ (ici El Niño) n'aura peut-être pas les mêmes résultantes qu'il aurait pu avoir dans un climat plus stable.

euh çà veut dire quoi que nous serions dans un climat plus perturbé qu'avant?

tu parles de la France?

si oui sur quels paramètres climatiques de bases-tu pour l'affirmer?

ou alors tu veux dire que le climat est plus variable?

bref, pour moi, c'est pas clair.

et je ne dis pas çà pour polémiquer ni ronchonner bien sûr, c'est pour voir si par hasard il y aurait des éléments corroborant des observations très peu quantifiées que j'ai faites à ce sujet.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

euh çà veut dire quoi que nous serions dans un climat plus perturbé qu'avant?

tu parles de la France?

si oui sur quels paramètres climatiques de bases-tu pour l'affirmer?

ou alors tu veux dire que le climat est plus variable?

bref, pour moi, c'est pas clair.

et je ne dis pas çà pour polémiquer ni ronchonner bien sûr, c'est pour voir si par hasard il y aurait des éléments corroborant des observations très peu quantifiées que j'ai faites à ce sujet.

Il me semble bien que TreizeVents parle de la France même si ce constat peut s'appliquer à toute l'Europe je pense.

Il dit tout simplement qu'il y a de plus en plus de phénomènes extrêmes : crues/inondations (automne 2014), tempêtes (hiver 2014), canicule (juillet 2015), VDF (février 2012)...

Comme tu le dis, on peut aujourd'hui penser que le climat est plus variable qu'avant mais seulement au niveau des extrêmes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il me semble bien que TreizeVents parle de la France même si ce constat peut s'appliquer à toute l'Europe je pense.

Il dit tout simplement qu'il y a de plus en plus de phénomènes extrêmes : crues/inondations (automne 2014), tempêtes (hiver 2014), canicule (juillet 2015), VDF (février 2012)...

Comme tu le dis, on peut aujourd'hui penser que le climat est plus variable qu'avant mais seulement au niveau des extrêmes.

Il faudrait pouvoir quantifier, et je ne suis pas sûr que l'on puisse le faire.

Mais :

-Plus de canicules ? c'est évident puisque les 3 étés les plus chauds sont concentrés sur les 15 dernières années

-Plus de VDF non, c'est en très nette régression. Février 2012 fait pâle figure comme VDF la plus sévère depuis près de 30 ans. Les 30 ans auparavant, il y avait 56, 63 et 85, les 30 années plus tôt 29, 41, 42 etc..

-Plus de pluies exceptionnelles ? Il y a eu certes des phénomènes méditerranéens de grande ampleur ces dernières années, mais pour les plus forts il faut remonter à Nîmes en 88, l'Ouvèze en 92, le Vidourle en 2002.

-Sècheresse ? Les 3 plus grandes sècheresses depuis 1900, c'est par ordre décroissant 21, 76 et 49. Ca fait longtemps.

Tempêtes ? La tempête du siècle a été 99 c'est encore récent mais ça fait plus de 15 ans.

A voir a voir tout ça....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.