Sam79

Suivi de l'englacement au pôle sud

533 messages dans ce sujet

Encore un peu tôt pour le dire, mais il se pourrait que l'embâcle vienne de débuter, si tel est le cas ce ne sera pas le minimum le plus bas des dernières années.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 50 minutes, sebb a dit :

Encore un peu tôt pour le dire, mais il se pourrait que l'embâcle vienne de débuter, si tel est le cas ce ne sera pas le minimum le plus bas des dernières années.

 

A bon Sebb ? O.o 

 

Je ne vois pas où tu vois cela, au contraire, après avoir bien freiné (mais continué à décliner), la débâcle a quasiment égalé hier le record de faible extension absolue de 2011, avec un décrochage en une journée d'environ 400 000 milles kilomètres carrés (du 7 au 8 Février) !

 

vishop_sic_extent (5).png

 

https://ads.nipr.ac.jp/vishop.ver1/vishop-extent.html?S

 

Et au vu des anomalies de température prévues dans la semaine qui vient, je ne vois pas comment le record de 2011 ne pourrait pas être battu demain ou dans les jours qui viennent...

 

60.png

 

http://cci-reanalyzer.org/wx/fcst/#GFS-025deg.ANT-LEA.T2_anom

 

Certes, certains secteurs commencent à connaitre un début d'embâcle mais cela reste pour l'instant minime comparé à l'inexistence de la banquise en mer de Ross et à sa disparition rapide en mer de Wedell (où une concentration très faible de glace est d'ailleurs relevée) :

 

CLIMATE_IC0_20000208_1DMED_PS_0900_0900_SHM_100.pngCLIMATE_IC0_20000208_1DMED_PS_0900_0900_SHM_100.png

vishop_IC0_20170208.png

 

https://ads.nipr.ac.jp/vishop.ver1/vishop-monitor.html?S

 

Yoann 

https://docuclimat.com/

Modifié par Yoann44

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Après avoir bien cherché sur le web, j'ai retrouvé les données journalières de l'extension de la banquise Antarctique depuis la surveillance par les satellites à partir de 1979 :

 

https://neptune.gsfc.nasa.gov/uploads/files/SH_IceExt_DailyValues_1978-2012.txt

 

2011 n'est finalement que 3ème sur le podium du record de faible extension de la banquise Antarctique avec 2 318 847 km2 de plus faible extension relevée, vient ensuite 1993 avec 2 280 783 km2 et enfin 1997 avec 2 264 152 km2. (n'hésitez pas à me dire si je me suis trompé dans ce que j'ai relevé ;) )

 

Mais le relevé satellite pour hier met déjà l'extension minimum à la deuxième place du podium à 2 279 405 km2, or la saison de la débâcle n'est pas fini ! Il reste environ une semaine à 15 jours de possible débâcle, ce qui laisse augurer que le record sera bel et bien battu ! 

 

https://ads.nipr.ac.jp/vishop.ver1/vishop-extent.html?S

 

Après il ne s'agit que d'un record, et ce sur une année, tandis que l'Antarctique a connu ces dernières années des extensions maximales record. Pourtant, cela est inquiétant puisque les plateformes de glace sont déjà particulièrement fragilisées depuis le début des années 2000 et le fait qu'il manque beaucoup de banquise par rapport à la normale ne va aider le sort de ces barrières de glace (je pense particulièrement à celles de l'Antarctique Ouest, dont  Filchner-Ronne où la banquise restante est très peu concentrée et celle de la Barrière de Ross d'où  la banquise est particulièrement absente... :

 

https://ads.nipr.ac.jp/vishop.ver1/vishop-monitor.html?S

 

A voir jusqu'où va nous mener ce début d'année 2017 exceptionnel en Arctique et aussi assez remarquable en Antarctique, mais je crains que le pire ne soit pas derrière nous... d'autant plus que de plus en plus de modèles anticipent un nouvel el nino à la fin de l'année 2017 après cette nina quasi inexistante (la nina 2016-2017 aura été la deuxième plus courte depuis le début des relevées), or les années el nino sont connus pour provoquer des courants chauds marqués qui peuvent déstabiliser les barrières de glace de l'Antarctique...

 

Le début de l'emballement ?...

 

Yoann 

http://docuclimat.wordpress.com/

 

 

 

Modifié par Yoann44

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une étude scientifique intéressante mais plus qu'inquiétante... Cette étude confirme que nous pourrions bel et bien connaitre une élévation du niveau des océans bien plus élevée et rapide que prévue, jusqu'à plusieurs mètres en 2100 !

 

http://www.inquisitr.com/2946112/antarctic-melt-could-drown-the-worlds-coastal-cities-much-sooner-than-we-thought/

 

Les scientifiques qui ont participé à cette étude ont intégré les fruits des dernières recherches scientifiques sur l'Antarctique (notamment l'Antarctique Ouest, calotte polaire fragile puisque étant posé majoritairement sur un plateau continental se situant sous le niveau de la mer et pouvant contribuer à plus de 7 mètre d'élévation du niveau des mers ) afin d'effectuer des modélisations informatiques pour le futur... et ce qu'ils ont trouvé n'est pas du tout rassurant !

L"équipe de recherche a d'abord comparée les dernières modélisations de la fonte de la calotte polaire Antarctique avec les connaissances que nous avons de fontes partielles de cette dernière dans le passé climatique de la Terre, or les modélisations ne collaient pas avec les températures de ces époques de fonte. En effet, les modélisations indiquait qu'il faudrait des températures allant bien au dessus de ce qui est possible en Antarctique et de ce qui a été relevé par le passé, pour atteindre la fonte que la calotte polaire a connu lors des dernières périodes de réchauffements naturels...

Les chercheurs en sont donc parvenus à la conclusion que l'Antarctique était bien plus fragile que nous le pensions à une hausse même limitée des températures, et ils ont alors tenté de comprendre quel en était le mécanisme. En parcourant les dernières connaissances que le monde scientifique a sur la glace, les calottes polaires, leur évolution et leur sensibilité climatique, ils en ont conclu que la fusion de la glace (passage de l'état solide à l'état liquide de la glace) dû au réchauffement de l'antarctique, était le principal phénomène amplificateur de la déstabilisation rapide de la calotte. 
Cette fusion de la glace lors de l'été austral provoque l'apparition de lacs glaciaires à la surface de la calotte puis déstabilise cette dernière par infiltration de l'eau liquide en créant alors des crevasses dans les glaciers, or ce phénomène commence déjà à être observée... 

 

En cet été austral 2016/2017, de nombreux lacs de surface ont été relevés en de nombreux points de l'Antarctique du fait d'anomalies importantes (mais heureusement passagères) et pour l'instant surtout cantonnées aux barrières de glace (déjà très importantes en soi puisqu'elles retiennent le vêlage des immenses glaciers de l'Antarctique) :

http://leclimatoblogue.blogspot.fr/…/chaleur-anormale-en-an… 

 

Si l'on rajoute à cela la stratification des eaux, dû au réchauffement climatique et à la fonte des glaciers, autour de l'Antarctique qui risque à son tour d'accélérer la fonte et la fracturation des glaciers... 
En effet, la fonte des glaciers entraîne beaucoup d'eau douce (et donc plus légère) aux abords des côtes Antarctique. Les courants chauds salés sont alors repoussés en profondeur et peuvent alors approcher des glaciers et des barrières de glace par stratification des eaux, ce qui les rogne par le dessous jusqu'à plusieurs kilomètres de distance et les fragilise... ce mécanisme a été observé sur de nombreux glaciers de l'Antarctique Ouest et s'est amplifié depuis les années 2000... Ce mécanisme est de plus une boucle de rétroaction positive, c'est à dire que plus la fonte des glaciers sera importante, plus la stratification des eaux sera plus prononcé, plus la fonte s’accélérera, etc et etc...
Les scientifiques ont aussi observé que les années suivant un fort el nino sont connus pour accroître la puissance et la distance parcourue par ces courants chauds vers l'Antarctique... Or, nous serions peut-être rentrés dans une oscillation naturelle du climat favorisant l'apparition de nombreux el nino :

 

Sur cette stratification des eaux antarctiques, je vous conseille vivement l'excellent article de Johan Lorck du blog global climat :

https://global-climat.com/…/le-rechauffement-moderne-repro…/

 

Yoann
https://docuclimat.com/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Voilà, c'est fait, le record absolu de plus faible extension de la banquise Antarctique a été dépassé hier, le 10 Février 2017 !

 

Après un décrochage notable depuis 3 jours :

 

 The latest value: 2,255,361 km2(February 10, 2017)

 

vishop_sic_extent (6).png

 

https://ads.nipr.ac.jp/vishop.ver1/vishop-extent.html?S

 

Et l'été austral 2016-2017 risque bien d'exploser le record au vu des anomalies exceptionnelles prévue en Antarctique dans les prochains jours ! Grande crainte aussi pour la résistance des plateformes glaciaires... On va relever jusqu'à +10°C d'anomalies sur plusieurs jours sur une grande partie de L'Antarctique Est et au niveau de la barrière de Ross ! Le seul espoir est que l'anomalie froide en mer de Wedell suffise à permettre de reprendre l'embâcle en cette région cruciale de l'Antarctique Ouest :

 

62.png

 

Yoann

https://docuclimat.com/

Modifié par Yoann44

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sur les données NSIDC, pour l'instant on se situe en 3e position des extensions minimales les plus basses. La première place ne se joue pas à grand chose.

 

C4Ze9EPUoAAXWMP.jpg

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ADS indique que l'extension de la banquise Antarctique continue à plonger et que le record précédent est de plus en plus dépassé...

 

 The latest value: 2,226,844 km2(February 12, 2017)

 

vishop_sic_extent (7).png

 

https://ads.nipr.ac.jp/vishop.ver1/vishop-extent.html?S

 

Higurashi, j'ai essayé de retrouver le graphique du NSIDC, mais je ne le trouve pas. Sais-tu où ils placent l'extent actuellement ? Je suis d'ailleurs curieux de savoir quelle est la différence dans les mesures satellites qui fait que les deux instituts affichent des extent aussi différents ?

 

Merci d'avance à toi,

 

Yoann

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 30 minutes, Yoann44 a dit :

Higurashi, j'ai essayé de retrouver le graphique du NSIDC, mais je ne le trouve pas. Sais-tu où ils placent l'extent actuellement ? Je suis d'ailleurs curieux de savoir quelle est la différence dans les mesures satellites qui fait que les deux instituts affichent des extent aussi différents ?

 

Ce n'est pas encore un record, mais ça s'en rapproche dangereusement. 

 

584472jde.png

 

Pour les écarts entre les différents organismes, ça vient du fait qu'ils n'utilisent pas les mêmes capteurs ni les mêmes algorithmes de traitement des données. Mais globalement la différence reste faible.

Sur ton graphique on ne voit pas individuellement les années avant 2000, par exemple l'année 1997 qui avait un minimum très bas. Est-ce que ça ne renforce pas l'impression de record assez largement battu ?

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 6 minutes, Higurashi a dit :

 

Ce n'est pas encore un record, mais ça s'en rapproche dangereusement. 

 

 

Pour les écarts entre les différents organismes, ça vient du fait qu'ils n'utilisent pas les mêmes capteurs ni les mêmes algorithmes de traitement des données. Mais globalement la différence reste faible.

Sur ton graphique on ne voit pas individuellement les années avant 2000, par exemple l'année 1997 qui avait un minimum très bas. Est-ce que ça ne renforce pas l'impression de record assez largement battu ?

 

Le problème c'est qu'ADS ne permet pas de visualiser les autres années (ou en tout cas je n'ai pas trouvé). Selon eux, en tout cas, le record de 97 a bien été battu par contre. Merci pour le graphique Higurashi, on voit d'ailleurs un plateau d'extent sur NSIDC qui ne se retrouve pas chez ADS, je me demande si cela ne se joue pas au niveau de la mesure de la concentration de glace (certains secteurs étant très faiblement concentrés en glace, or j'ai l'impression que NSIDC les prend en compte ) :

 

S_daily_concentration.pngS_daily_extent.png

 

N'hésites pas à me dire si je me trompe, ce qui doit surement être le cas ;) J'ai encore beaucoup à en apprendre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'extent ne diminue presque plus en tout cas :

 

308069antarcticextent.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 4 heures, Yoann44 a dit :

Le problème c'est qu'ADS ne permet pas de visualiser les autres années (ou en tout cas je n'ai pas trouvé). Selon eux, en tout cas, le record de 97 a bien été battu par contre. Merci pour le graphique Higurashi, on voit d'ailleurs un plateau d'extent sur NSIDC qui ne se retrouve pas chez ADS, je me demande si cela ne se joue pas au niveau de la mesure de la concentration de glace (certains secteurs étant très faiblement concentrés en glace, or j'ai l'impression que NSIDC les prend en compte ) :

 

C'est possible, souvent les situations borderline avec une glace très dispersée et/ou fine mettent en exergue les écarts entre les différents traitements satellite. 

Sinon, les plus récentes données du Nsidc semblent indiquer que le record a été battu, ou au moins atteint. A confirmer dans les prochaines mises à jour.

 

 

Modifié par Higurashi
1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Effectivement, à deux jours de décalage, les deux organismes sont aujourd'hui d'accord pour dire que le record de 1997 a été battu, et la période de débâcle n'est pas encore finie. Il reste potentiellement encore une à deux semaines de débâcle, je ne sais pas quelles vont en être les conséquences pour les plateformes glaciaires (notamment pour celles débouchant sur la Mer d'Amudsen et de Ross) mais cela ne risque pas d'aider à leur stabilité... Courants chauds et tempêtes peuvent bien plus facilement y faire des dégâts sans la protection de la banquise...

 

Antarctica has broken its sea ice record today: 2.246.000 km². The sea ice extent is still shrinking. 1997: 2.264.000 km². @Zlabe

 

 

Antarctic sea ice extent has reached a new record low, still going down.

 

C4jUbYxWYAANJdX.jpg

Modifié par Yoann44

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quand je disais que le record ne serait pas battu, c'est en effet sur le minimum qui finalement se trouvera dans la fourchette des plus basses, l'imprécision ne permettra pas vraiment de départager si les choses restent en l'état, ce qui a peu d'importance.

En revanche, sur l'englacement moyen de la saison, c'est d'ores et déjà un record net et sans bavures...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 3 heures, Yoann44 a dit :
 

 

C4jUbYxWYAANJdX.jpg

 

 

Bonsoir Yoann,

 

Ton graphique montre surtout une tendance globale à la hausse.

Il montre aussi des minimum très stables entre 2,2 et 2,4 mais surtout très cycliques.

Je vais te décevoir mais ton lien me rassure d'avantage qu'il ne me fait peur.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 46 minutes, franckdemline a dit :

Je vais te décevoir mais ton lien me rassure d'avantage qu'il ne me fait peur.

 

Cela dépend sur quoi on veut être rassuré. Pour les manchots Adélie l'extension très élevée de 2013/14 a fait l'effet d'une hécatombe; quasiment aucun nouveau né n'a survécu. Les grandes extensions de banquise ne leur sont pas favorables puisqu'ils doivent parcourir de bien trop grandes distances pour se nourrir. 

Maintenant, par rapport à la tendance, on sait que la banquise Antarctique est soumise à des oscillations décennales marquées (en relation directe avec le pacifique tropical) et il est probable que l'enregistrement satellite soit trop court pour discerner la tendance de fond (i.e le signal d'émergence apparaît bien moins vite qu'en arctique). Les données paléoclimatiques suggèrent une baisse de l'extension mais sur une échelle plus large que la période satellite. http://science.sciencemag.org/content/302/5648/1203

 

  The key to the issue of determining sea ice decline is that the length of the record must be considerably longer than the period of the superimposed variability

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 43 minutes, franckdemline a dit :

 

 

Bonsoir Yoann,

 

Ton graphique montre surtout une tendance globale à la hausse.

Il montre aussi des minimum très stables entre 2,2 et 2,4 mais surtout très cycliques.

Je vais te décevoir mais ton lien me rassure d'avantage qu'il ne me fait peur.

Mon lien n'a pas volonté à faire peur  ! :) Si c'était mon but, dans ce cas j'aurais été publié dans le topic el nino les nouvelles estimations NCEP CFS.v2 Forecast du bulletin hebdomadaire de la NOAA : http://www.cpc.ncep.noaa.gov/products/analysis_monitoring/lanina/enso_evolution-status-fcsts-web.pdf

 

Il faut surtout replacer le record actuel dans le contexte de fragilisation accéléré des barrières de glace Antarctique depuis quelques années. Ne pas oublier non plus que la tendance à l'augmentation de la banquise (dû d'ailleurs en partie au réchauffement climatique, oui cela est contre-intuitif mais a été prouvé par mal de scientifiques) ne va pas durer et que le courant circumpolaire et le vortex polaire Antarctique ne pourront isoler longtemps le continent blanc du réchauffement atmosphérique et océanique mondial (notamment avec des années el nino importantes corrélées à une PDO et IPO positive, cycle dans lequel nous serions peut-être rentré...).

Donc oui, 2017 pourrait n'être qu'un épiphénomène symbolique ou tout simplement le début d'une nouvelle tendance. On ne verra de toute manière cela qu'avec le recul ;)

 

Yoann

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 34 minutes, Higurashi a dit :

 

Cela dépend sur quoi on veut être rassuré. Pour les manchots Adélie l'extension très élevée de 2013/14 a fait l'effet d'une hécatombe; quasiment aucun nouveau né n'a survécu. Les grandes extensions de banquise ne leur sont pas favorables puisqu'ils doivent parcourir de bien trop grandes distances pour se nourrir.

 

 

 

Oui, et quand les glaciers les plus vieux s'effondrent en mer, ça fait le bonheur du MNHN qui va étudier les fossiles amenés par ces derniers.

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui franck, malheureusement. Les populations sont de plus en plus exposées aux extrêmes en tout genre.

 

Il y a 1 heure, Yoann44 a dit :

 les nouvelles estimations NCEP CFS.v2 Forecast du bulletin hebdomadaire de la NOAA : http://www.cpc.ncep.noaa.gov/products/analysis_monitoring/lanina/enso_evolution-status-fcsts-web.pdf

 

Ce sera intéressant à suivre, tous les modèles semblent converger vers un état neutre-chaud dans un premier temps. On pourrait ne pas en avoir fini avec la propagation d'anomalies chaudes vers l'antarctique. 

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La banquise Antarctique se met maintenant à jouer au yoyo, en se situant toujours en dessous du record de 1997... 

 

The latest value: 2,199,214 km2(February 18, 2017)

 

 

vishop_sic_extent (8).png

https://ads.nipr.ac.jp/vishop.ver1/vishop-extent.html?S

 

L'embâcle ne prend pas, les anomalies de températures parfois exceptionnelles relevées ces derniers temps dans certaines régions côtières du continent n'aidant pas à sa reprise saisonnière. Et ce ne sont pas les anomalies encore marquées prévues durant les 7 prochains jours qui vont aider à la reprise de l'extension de la banquise...

Pendant ce temps là une grande partie de l'Antarctique Ouest, mais aussi des glaciers majeurs de l'Antarctique Est, se retrouvent directement exposés aux eaux océaniques et donc aux vagues issus de tempêtes, ainsi qu'à des masses d'air particulièrement "chaudes" (cf climate reanalyzer)...

Ce n'est pas bon du tout pour les plateformes glaciaires, notamment l'immense barrière de glace de la Mer de Ross...

 

38.png

 

Affaire à suivre, mais les conséquences se feront surement sentir durant le reste de l'année.

 

De plus, un el nino, surtout majeur, est souvent suivi de l'arrivée de courants chauds profonds vers l'Antarctique Ouest, et cela malheureusement on ne peut le voir sur aucune carte, seuls les sous-marins téléguidés des scientifiques pourront en faire un état des lieux sous les plateformes glaciaires et glaciers de l'Antarctique... Or après celui de 2015-2016, nous pourrions bel et bien avoir un autre el nino en route pour la fin de l'année... J'ai bien peur que l'Antarctique n'ai connu qu'un bref (et relatif) répit durant les années 2000. 

 

La PDO et l'IPO, repassés en mode positif depuis peu, risquent bien d'accélérer radicalement la fonte et débâcle de la calotte polaire Antarctique !

 

Yoann

https://docuclimat.com/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La banquise antarctique continue de diminuer très faiblement, le dernier pointage du Nsidc se situe à 2,18 millions de km². 

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le redémarrage de l'embacle prend du retard cette année. Alors qu'elle aurait du démarrer, l'extend evolue toujours peu en perdant encore quelques milliers de km², résultat des eaux anormalement douces autour du continent

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L’embâcle est repartie.

Mais de très bas .......S_stddev_timeseries.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.