Sam79

Suivi de l'englacement au pôle nord

4 642 messages dans ce sujet

Posté(e) (modifié)

Même si on s'éloigne du sujet initial, je pense néanmoins qu'il faut commencer raisonnablement à parler de décroissance, tant économique que démographique, n'oublions pas que notre Planète vie à crédit, de plus en plus tôt chaque année les ressources sont épuisées. 

https://www.lesechos.fr/08/08/2016/LesEchos/22250-023-ECH_ressources---la-planete-vit-desormais-a-credit.htm

C'est pas très vendeur pour les politiques de prôner de la décroissance, mais bon.-_-

Modifié par Sky Blue
5 personnes aiment ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Posté(e) (modifié)

Le 05/03/2017 à 23:31, bernardt60 a dit :

 

A relire avec intérêt !

Ce que nous devons éviter c'est la mort de l'humanité.

Modifié par franckdemline

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On revient au sujet s'il vous plait et non pas discuter  sur ses propres solutions " très humanistes" style café du commerce (  le concept chinois :/), sinon je pense que d'autres  tergiverseront moins que moi pour déclencher des previews, ou suspendre temporairement ce topic !

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 27 minutes, Higurashi a dit :

Je suis assez d'accord avec franck, c'est encore une histoire de bricolage pour tenter d'éviter de traiter le(s) vrai(s) problème(s). De toute manière, cette seule technique ne servira  pas à grand chose sans mesure pour atténuer la tendance drastique au réchauffement. 

 

 

C'est vraiment très surprenant cette proposition, sur le principe je ne vois pas très bien comment ça peut marcher d'autant qu'on injecte de l'énergie dans le système avec ces éoliennes.

En pratique, ce qui me semble clocher :

- utilisation d'eau salée comme le dit Sky, ce qui diminue considérablement le point de fusion de la glace et va faciliter la fonte de la glace douce sous-jacente. Avec en plus formation de lac d'eau salée sur la glace à des températures bien plus basses qu'avec de l'eau douce, donc plus tôt dans la saison. Or ces lacs absorbent bien plus le rayonnment solaire, se réchauffent  et facilitent la fonte en dessous

- même sans la fusion impact direct sur l'albédo si on remplace la surface de neige fraîche par de la neige tassée ou de la glace, qui sont moins réfléchissantes. Globalement, avec ce point et le précédent, on va largement faciliter la fonte de printemps/été

- et enfin la solidification de l'eau pour former la glace est exothermique, on libérerait de la chaleur. En fait on transforme de l'énergie éolienne en chaleur et on la libére au niveau des pôles, pas exactement ce q'on cherche !

Globalement, pas évident que le bilan soit positif. Mais je n'ai pas vu le papier, peut-être que tout ceci a été pris en compte.

4 personnes aiment ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'englacement du pôle doit rester naturel quoi qu'il en coûte.

Une fois encore, modifier les choses de façon artificielle est bien plus risqué que de laisser faire la nature.

3 personnes aiment ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le suivi du jour ...... pas très brillant puisque la débâcle pointe déjà le bout de son nez !

 

N_stddev_timeseries.png

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Non mais c'est juste qu'en Arizona il fait déjà très chaud. Cette chaleur leur tape sur le système. Avec le manque d'eau, ils voient des mirages! ^_^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A termes, de toutes façons, ça risque d'être les glaces du Groenland qui s'échouent dans l'océan arctique ce qui reviendrait à augmenter considérablement les volumes de glaces flottantes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 8 heures, James a dit :

J'ignore si ça a été posté avant mais je pose ici ce lien : https://sciencepost.fr/2017/02/chercheurs-annoncent-plan-recongeler-larctique/

 

Intéressant et peut-être faisable, surtout si on arrête de se taper dessus entre pays. Une coopération internationale est nécessaire...

http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/2016EF000410/pdf

C'est publié mais

1) c'est un "journal" de la mode d'accès libre (quel jury de validation ?)

2) un titre pas très clair

3) une équipe de co-signataires provenant TOUS de la même institution

 

On peut se demander si ce n'est pas un coup de publicité pour l'institution plus qu'un projet réellement mûri.

4 personnes aiment ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'extension de banquise plafonne juste en-dessous des maximums de 2015 et 2016 jusqu'à présent, ici sur les données Jaxa.

 

C7Ar1vLVAAQdRND.jpg

 

ZLabe

3 personnes aiment ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le maximum n'a-t-il pas déjà été atteint ? Serait-ce un record bas ?:cry:

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'extent amorce-t-il la saison de fonte ?

 

Selon l'universität Bremen, il se pourrait :

extent_n_running_mean_amsr2_regular.png

 

 

C'est moins net selon le NORSEX :

 

ssmi_ice_ext.png

 

Et selon Jaxa

VISHOP_Extent.jpg

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Avec le jour qui revient sur le pole, http://www.arctic.io/explorer/

on peut déjà voir de grosses fractures déjà présentes sur au dessus du Groenland jusqu'au pole Nord. En plus de celles, le long des côtes sibériennes.

 

 

3 personnes aiment ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le maximum de 2017 sera donc un record bas, avec les années 2015 et 2016. 

 

33663611ju.png

4 personnes aiment ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Posté(e) (modifié)

Le 07/03/2017 à 10:35, Higurashi a dit :

Quelques soucis à se faire les prochaines années concernant la continuité des données de suivi des banquises. L'année dernière le Nsidc a commencé à avoir des problèmes avec son capteur F-17, ce qui les a obligé à opérer une transition vers le capteur F-18. Le capteur F-19 a également été perdu, réduisant ainsi au nombre de deux les capteurs actifs dans le suivi de la banquise (F-16 et F-18). Ces derniers sont assez vieux et ont déjà dépassé la durée de fonctionnement pour laquelle ils étaient prévus. De leur côté l'agence Japonaise (Jaxa) dispose bien d'un capteur mais celui-ci arrivera à ses 5 ans en mai prochain. Il y'a donc nécessité de mettre en place de nouvelles missions, déjà proposées par les Etats-unis, l'agence japonaise et l'agence spatiale européenne mais ces nouveaux instruments ne seront certainement pas opérationnels avant au moins 2022. Le risque d'avoir un "trou" dans les données entre 2017 et 2022 est donc important même si, le cas échéant, le Nsidc et la Nasa tenteront autant que possible de le limiter (via l'utilisation des images visibles ou IRs par exemple). 

 

Figure5.png

http://nsidc.org/arcticseaicenews/

Il faut tout de même ajouter le satellite Saral (franco indien) qui a été lancé en 2013.

https://spacegate.cnes.fr/fr/glaces-de-mer-3-ans-defilent-sous-vos-yeux

 

"Pour Nicolas Picot, responsable des traitements scientifiques et de la qualité des produits des missions altimétriques au CNES, ces cartes sont surtout une ''grande première''. ''Nous sommes maintenant capables de fournir des indicateurs quantitatifs des superficies en glaces de mer observées par un satellite altimétrique. Jusqu'à présent, seuls les satellites américains équipés d'imageurs passifs en donnaient. Nous allons prochainement affiner ces indicateurs en intégrant les données de 2 autres satellites altimétriques européens : Cryosat et Sentinel-3A. Leurs données compléteront à merveille celles de Saral, ces 3 satellites sont en effet placés sur des orbites différentes.'' Dans le contexte du réchauffement climatique, suivre la ''respiration des banquises'' est essentiel. "

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Sentinel-3

Modifié par sebb
1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui évidemment qu'il y'a d'autres satellites dédiés au suivi de la banquise, mais le Nsidc parle bien de la continuité de son enregistrement. Je pense qu'il ne mentionne que le capteur Japonais car les autres sont trop différents et dégraderaient la qualité et l'homogénéité de leur série. 

 

 As noted last year, the sensor that NSIDC had been using for sea ice extent,

the Special Sensor Microwave Imager and Sounder (SSMIS) on the Defense Meteorological Satellite Program (DMSP)..... The only other similar sensor currently operating is the Japan Aerospace Exploration Agency (JAXA) Advanced Microwave Scanning Radiometer 2 (AMSR2).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Citation
Il y a 11 heures, Higurashi a dit :

Oui évidemment qu'il y'a d'autres satellites dédiés au suivi de la banquise, mais le Nsidc parle bien de la continuité de son enregistrement. Je pense qu'il ne mentionne que le capteur Japonais car les autres sont trop différents et dégraderaient la qualité et l'homogénéité de leur série. 

 

Ce ne serait pas possible de traduire/calibrer les données des autres sats pour prolonger leurs observations en cas de panne ?

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

Alors que ces derniers jours nous observions une assez bonne stagnation de la quantité de glace sur la banquise avec un rapprochement vers la moyenne:

 

Capture.PNG

 

Cette situation ne va sans doute pas durer comme on l'observe par les anomalies particulièrement forte actuelle et prévue (c'est me^me assez marqué sur GEFs à TLT):

Capture 2.PNG

 

gensnh-21-5-300_jqy7.png

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Posté(e) (modifié)

en attendant les données de volume qui sortiront en debut de semaine, et qui seront forcement mauvais, je vous mets un instantanée du bassin arctique.

J'ai entouré en noir la glace qui restait en septembre 2016 qui est donc pluriannuelle.

les conditions synoptiques ont fait que cette glace a derivé vers le nord des iles canadiennes et le groenland.

on peut voir egalement que les zones : KARA/BARENTS/LAPTEV/EST SIBERIAN SEA, présentent une epaisseur de glace anormalement peu epaisse. il manque quasiment 1 metre.

D'autre part, depuis quelques jours on observe un gros export de glace pluriannuelle via FRAM le long de la cote est du groenland, ce qui ne va forcement pas arranger les choses.

arcticictnnowcast.gif

Modifié par serge26
3 personnes aiment ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sorties des dernières données estimant le volume de glace et comme prévu rien de bon!!

Le décrochage est assez net par rapport aux dernières années que ce soit en volume ou en épaisseur moyenne.

Comme en 2010 2011 ou 2012, on devrait sortir des 2 sigmas l'été prochain pour la tendance de fond

Bpiomas_plot_daily_heff.2sst.png

BPIOMASIceVolumeAnomalyCurrentV2.1.png

BPIOMASIceVolumeAnomalyCurrentV2.1_CY.png

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En terme d'extension, nous sommes pour l'instant au même niveau que 2016.

 

65337320ar.png

 

Une intrusion douce devrait se mettre en place vers la fin de semaine par le pacifique, à voir comment l'extension réagira. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Record de basse extension en arctique pour un mois de mars, malgré des anomalies de température moins marquées que les mois précédents (voir plus loin).

monthly_ice_03_NH_v2.1.png

Un résumé complet des conditions météorologiques du mois dernier près du pôle nord est disponible ici : http://nsidc.org/arcticseaicenews/2017/04/another-record-but-a-somewhat-cooler-arctic-ocean/ Quelques illustrations ci-dessous avec l'anomalie de température à 925 hpa par rapport à la moyenne 81/10 (première figure). Les anomalies positives les plus importantes se situaient au niveau de la Russie/Sibérie tandis que l'Alaska et une partie du Canada étaient en anomalie négative. Les anomalies de pression en surface (seconde figure) laissent apparaître une anomalie dépressionnaire sur la majorité du bassin arctique, symptomatique d'un vortex polaire assez concentré (circulation type ao+). 

 

Mar_925t_anom.png

Mar_925_slp_anom.png

7 personnes aiment ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Depuis quelques jours, la banquise arctique est malmenée par la circulation atmosphérique, notamment en mer des Tchouktches comme illustré ci-dessous. L'extrême minceur de la glace suite à l'hiver dernier la rend très facile à faire bouger et à fracturer, même sans conditions très défavorables. 

 

 

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Outre les menaces climatiques, l'arctique est aussi exposé à la menace grandissante de la pollution aux déchets plastiques. Le 19 avril dernier, une publication parue dans la revue Science Advances (http://advances.sciencemag.org/content/3/4/e1600582) a traité la question en utilisant les mesures les plus récentes. 

 

Même si une fraction des plastiques trouvés dans l'Arctique provient de sources locales, principalement du fait de l'augmentation de l'activité maritime dans cette zone, les charges élevées retrouvées résultent en majeure partie du transport à grande échelle de déchets, provenant des côtes densément peuplées de l'Atlantique Nord, générées par les courants océaniques. Ce transfert de plastique vers les pôles est lié à la circulation méridienne de retournement dans l'Atlantique, un « tapis roulant » connu jusqu'à présent pour redistribuer la chaleur des latitudes les plus chaudes vers les pôles. (...) "

Une pollution plastique générée dans un endroit peut souiller d'autres régions isolées et exercer ainsi des effets dévastateurs sur un écosystème vierge tel que l'Arctique. Cette zone forme un cul-de-sac, une impasse où les courants laissent les débris à la surface. Nous assistons peut-être à la formation d'une autre poubelle de la planète, sans comprendre totalement les risques encourus pour la faune et la flore locales."

 

 

http://www.futura-sciences.com/planete/actualites/pollution-marine-dechets-plastique-accumulent-arctique-60233/

http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/04/19/dans-l-arctique-aussi-les-dechets-plastiques-s-accumulent_5113687_3244.html

4 personnes aiment ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.