Thomas_35

Le rapport 1mm de pluie = 0.7 cm de neige

27 messages dans ce sujet

Bonjour,

La question est dans le titre ^^

Le rapport 1mm de pluie = 0.7 cm de neige ?

Je crois que ce rapport varie en fonction du type de neige.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

c'est faux, cela varie beaucoup selon l'aspect de flocons...mais je pense que nos amis les montagnards vont nous en dire plus.

Bonne année 2009, meilleures vœux ect...ect....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le rapport 1mm de pluie = 0.7 cm de neige ?

Je crois que ce rapport varie en fonction du type de neige.

Peut-être en cas de neige très lourde car plus la couche augmente, plus le tassement est important. Mais dans ce cas il faudrait déjà une bonne épaisseur de blanche pour que cette conversion se vérifie.

Habituellement, on utilise plutôt 1mm de pluie pour 1cm de neige (mais peut-être s'agit-il d'une approximation grossière). Et puis pour de la neige sèche (effet d'affaissement moindre) : 1mm = 1,2cm.

Ce qui serait intéressant ce serait de savoir par quelle équation les modèles calculent-ils l'accumulation de neige en un point (qui est un paramètre composite) ? Par exemple s'ils tiennent comptes du type de neige ou alors ils utilisent simplement 1mm = 1cm là où la T2m <= 0 (en situation de masse d'air négative, je précise) ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il me semble effectivement que l'augmentation est plus importante dans un premier temps. En revanche au bout de deux ou trois jours elle se tasse tout de meme. Je me rappelle il y a trois ans en décembre 2005 il avait neigé une bonne vingtaine de centimètres de neige légere, mais au bout de trois jours il ne restait que 6 ou 7 cm de neige tassée. Et pourtant il n'y avait pas eu de redoux du tout.

Dites moi si je me trompe.

QUOTE (Mammatus68 @ 3/01/2009 - 15:17)

Ça dépend de beaucoup de paramètre (vent, nébulosité, température...) mais pour l'exemple que tu cites, ça me paraît beaucoup, surtout s'il n'y a pas eu de dégel. A moins de conditions très particulières (vent fort et grand soleil) qui peuvent réduire la couche directement exposée au soleil, et même dans ce cas on aurait plus à faire à une fonte qu'à un tassement.

Il s'agissait du 27 décembre 2005. J'ai régardé sur les archives de la station météo de Nancy Essey. Ce qui m'interpelle surtout c'est que sur ce jour la la station a rélévée seulement 6mm de précipitation pour une hauteur de neige mesurée de 15cm! Ceci explique peut etre le tassement subit dans les jours suivants. Mais cela signifie aussi qu'avec une neige légère (lors de cet épisode la température était entre -2° et -4° pendant les chutes de neige) la règle de 1mm pour 1 cm peut ne pas etre du tout respectée...

Je met ce post dans ce sujet qui est plus adapté

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et peut on prévoir le type de neige qu'il va tomber ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et peut on prévoir le type de neige qu'il va tomber ?

Certainement, essentiellement en fonction des températures prévues à différentes altitudes.

Mais à mon avis, les conditions de vent peu avant qu'elle n'arrive au sol doivent influer considérablement.

Sinon, j'aimerai bien savoir où trouver les infos de la station MF de Nancy durant l'épisode neigeux par tès basse température qui avait eu lieu aux alentours de la nuit du nouvel an en 1997 ? default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">

Parce que là on aurait une base de compraison pour des chutes de neige lors de froid intense. Si ma mémoire est bonne, il y avait aussi un sacré vent la nuit là default_rolleyes.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En fonction des T° au sol, en moyenne et haute altitude, le type de neige varie grandement.

Le rapport hauteur de neige (cm) / équivalent en eau (mm) varie d'autant.

Ici, au Canada, la neige est souvent très sèche (impossible de faire une boule de neige) et le rapport peut être 10/1, voire moins.

Mais en France, en plaine, elle est au contraire souvent lourde, donc on dit que 1 cm = 1 mm, ce qui n'est pas loin de la réalité le plus souvent.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En fonction des T° au sol, en moyenne et haute altitude, le type de neige varie grandement.

Le rapport hauteur de neige / équivalent en eau varie d'autant.

Ici, au Canada, la neige est souvent très sèche (impossible de faire une boule de neige) et le rapport peut être 1/10, voire moins.

Mais en France, en plaine, elle est au contraire souvent lourde, donc on dit que 1 cm = 1 mm, ce qui n'est pas loin de la réalité le plus souvent.

Ce n'est pas plutôt le contraire, un rapport de 10/1 (pour de la neige "très sèche"), voire moins, si l'on respecte l'équivalent "hauteur de neige / équivalent en eau varie d'autant" plus haut ? default_rolleyes.gif

Dommage pour les boules de neige... default_tongue.png/emoticons/tongue@2x.png 2x" width="20" height="20">

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce n'est pas plutôt le contraire, un rapport de 10/1 (pour de la neige "très sèche"), voire moins, si l'on respecte l'équivalent "hauteur de neige / équivalent en eau varie d'autant" plus haut ? default_rolleyes.gif

Oui j'ai inversé, mais tu m'avais compris. default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il s'agissait du 27 décembre 2005. J'ai régardé sur les archives de la station météo de Nancy Essey. Ce qui m'interpelle surtout c'est que sur ce jour la la station a rélévée seulement 6mm de précipitation pour une hauteur de neige mesurée de 15cm!

Je met ce post dans ce sujet qui est plus adapté

Je déplace également ma réponse:Attention,

Il ne faut pas oublier que les pluviomètres des stations météo sont réchauffés. Il y a donc une évaporation importante des précipitations surtout avec une neige légère et froide. Dans ce cas la c'est probablement la moitié des précipitations qui s'est évaporée...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je déplace également ma réponse:

Attention,

Il ne faut pas oublier que les pluviomètres des stations météo sont réchauffés. Il y a donc une évaporation importante des précipitations surtout avec une neige légère et froide. Dans ce cas la c'est probablement la moitié des précipitations qui s'est évaporée...

Ah bon? le réchauffage des pluviomètres entrainent une telle évaporation? Dans ce cas je me demande pourquoi il a été installé si c'est pour donner une précision aussi médiocre...

Je ne dis pas que c'est pas vrai car je n'en ai pas la preuve, je suis juste sceptique. Ou est ce que tu as eu ces informations?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Aie aie aie beaucoup de bêtises dans ce sujet... Je vais humblement essayer de corriger certains points.

L'histoire de la comparaison pluvio/hauteur de neige à Nancy est à prendre avec des pincettes pour les deux raisons suivantes :

1/ Etes vous bien surs que le pluvio de Nancy est réchauffé ? Je n'en sais rien, mais la majorité des pluvio du réseau ne le sont pas ! Du coup on ne sait jamais trop ce qu'on mesure, parfois on mesure plutôt la neige qui fond dans le pluvio... donc plutôt le lendemain que le jour de la précipitation. Souvent ces données sont corrigées dans les bases de données mais évidemment on perd en qualité.

Ensuite il y a beaucoup plus de perte si le pluviomètre n'est pas réchauffé que s'il l'est, car la surface de la neige qui reste longtemps dans le pluviomètre subit une sublimation importante. Le fait de faire fondre la neige ne fait bien évidemment pas en évaporer la moitié (on verrait pas bien pourquoi d'ailleurs !) : essayez de ne pas raconter n'importe quoi si vous n'avez aucune notion de thermodynamique car sinon un lecteur n'arrive plus à démêler le vrai du faux

2/ Lorsqu'il neige il y a énormément de pertes par effets aérodynamiques sur la surface de captation du pluviomètre. Avec un vent de 15 km/h tu peux perdres sans problème la moité de la précipitation par cet effet là !

Je l'ai déjà dit dans d'autres sujets mais il faut prendre les données des pluviomètres lorsqu'il neige avec BEAUCOUP DE PRECAUTIONS. On peut faire des erreurs de 50 à 100% sans problème.

Conclusion : on ne peut pas tirer grand chose de cette comparaison pluvio/ hauteur de neige si on n'a pas plus d'infos sur le pluviomètre, sur le vent et la température pendant les chutes.

Ensuite concernant le message de Canada Goose quand on prend 1mm =1 cm (neige à 100kg/m3) ça n'est certainement pas de la neige lourde ! De la neige lourde c'est plutôt 200 kg/m3 donc 2 mm de precip qui donnent 1 cm de hauteur de neige.

En gros les valeurs de masse volumique peuvent varier de 50 kg/m3 (1mm de precip donne 2 cm) pour de la neige très froide et non ventée, et jusqu'à 250 kg/m3 (2,5 mm de precip donnent 1 cm) pour une neige très humide. Plus la neige est froide et dendritique, plus il y a d'air emprisonné dans les flocons et plus la neige est légère. L'effet du vent est de casser les cristaux (donc en effet une neige travaillée par le vent sera plus dense).

Enfin il faut être prudent avec ces calculs 1mm <--> 1 cm car si il neige pendant 12 heures, il est bien évident que ça ne marche plus du tout. En effet les couches tombées pendant les premières heures se tassent sous le poids des couches qui tombent pendant les heures suivantes.

D'autre part si le sol est trop chaud une partie va fondre rapidement donc la couche ne se constituera pas du tout aussi vite.

Pour conclure je dirais que si en prévision tu prévois 1 mm de precip en plaine avec des sols suffisamment froids et une température proche de 0, et que tu attends 0.7 cm de neige, c'est une moyenne qui, bien qu'imparfaite, ne doit en général pas être trop loin de la vérité. Les erreurs sur la prévision de précipitations sont de toute façon plus importantes que l'erreur que tu fais avec cette approximation.

Si par contre tu attends 1 mm en montagne par -15°C et sans vent là avec les 0.7 cm tu as tout faux.

Enfin si tu attends 100 mm sur 48 heures n'en déduis pas que tu auras 1 mètre de neige car cela va se tasser au fur et à mesure.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ah bon? le réchauffage des pluviomètres entrainent une telle évaporation? Dans ce cas je me demande pourquoi il a été installé si c'est pour donner une précision aussi médiocre...

Je ne dis pas que c'est pas vrai car je n'en ai pas la preuve, je suis juste sceptique. Ou est ce que tu as eu ces informations?

http://www.infoclimat.fr/archives/index.ph...-27&s=07180La paroi du pluvio chauffée à +4 degrés (il me semble).

Un point de rosée entre-3 et -5 degrés

17 heures de précipitations faibles en quantité (0,7 mm par heure en moyenne sur la base d'un total de 12 mm).

Une situation très favorable à l'évaporation mais relativement rare en plaine en France.

Le chauffage évitant tout de même de mesurer les précipitations au moment du dégel.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

http://www.infoclimat.fr/archives/index.ph...-27&s=07180

La paroi du pluvio chauffée à +4 degrés (il me semble).

Un point de rosée entre-3 et -5 degrés

17 heures de précipitations faibles en quantité (0,7 mm par heure en moyenne sur la base d'un total de 12 mm).

Une situation très favorable à l'évaporation mais relativement rare en plaine en France.

Le chauffage évitant tout de même de mesurer les précipitations au moment du dégel.

Non.Le fait de chauffer n'a aucun rapport avec l'évaporation. Si l'air était sec, il y aurait beaucoup plus de sublimation de la neige (passage solide-->vapeur d'eau) sans le réchauffage que d'évaporation de l'eau avec réchauffage.

Tu chauffes les parois à 4°C et alors ? L'eau qui s'écoule est alors à 0°C et pas à 4°C. Tu pourrais chauffer à 15°C ça ne changerait pas grand chose. Et avec des humdités relatives de l'air aussi élevées l'évaporation est probablement très faible pendant toute la durée de la précip.

Le fait de réchauffer le pluvio diminue au contraire fortement la transformation en vapeur d'eau, en faisant écouler l'eau tout de suite.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Non.

Le fait de chauffer n'a aucun rapport avec l'évaporation. Si l'air était sec, il y aurait beaucoup plus de sublimation de la neige (passage solide-->vapeur d'eau) sans le réchauffage que d'évaporation de l'eau avec réchauffage.

Tu chauffes les parois à 4°C et alors ? L'eau qui s'écoule est alors à 0°C et pas à 4°C. Tu pourrais chauffer à 15°C ça ne changerait pas grand chose. Et avec des humdités relatives de l'air aussi élevées l'évaporation est probablement très faible pendant toute la durée de la précip.

Le fait de réchauffer le pluvio diminue au contraire fortement la transformation en vapeur d'eau, en faisant écouler l'eau tout de suite.

Merci pour toutes ces explications pinthotal.

En ce qui concerne le tassement de la neige est il normal d'avoir aprés tassement de la neige une couche qui passe en trois jours de 20 cm à moins de 10 cm? Ceci sans dégel mais aprés une chute de neige légère par des températures de -3 à -4°.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Donc, si un pluvio chauffant ne provoque pas d'évaporation, ce qui se comprend bien, on a une bonne mesure de la quantité d'eau tombée (c'est quand meme bien le but pour un pluvio), si il n'y a pas trop de vent évidemment, mais c'est pareil pour la pluie.

Pour la conversion, elle dépend de trop de facteurs pour avoir quelque chose de fiable (tassement, tenue au sol et j'en passe). Impossible d'extraire une constante, c'est certain.

Pour les 20cm qui se transforment en 10, sans dégel, es tu sûr qu'il n'y a pas dégel sous la couche?

La neige est un excellent isolant, et parfois la fonte se fait par le dessous...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Non.

Le fait de chauffer n'a aucun rapport avec l'évaporation. Si l'air était sec, il y aurait beaucoup plus de sublimation de la neige (passage solide-->vapeur d'eau) sans le réchauffage que d'évaporation de l'eau avec réchauffage.

Tu chauffes les parois à 4°C et alors ? L'eau qui s'écoule est alors à 0°C et pas à 4°C. Tu pourrais chauffer à 15°C ça ne changerait pas grand chose. Et avec des humdités relatives de l'air aussi élevées l'évaporation est probablement très faible pendant toute la durée de la précip.

Le fait de réchauffer le pluvio diminue au contraire fortement la transformation en vapeur d'eau, en faisant écouler l'eau tout de suite.

On peut passer aux chiffres si tu veux:2 postes climatologiques qui me semblent sérieux. Sérieux veut dire déjà qu'ils déshabillent le pluvio par temps de neige en ne laissant que la cuve. Changement de cuve tous les matins où il y a de la neige. La cuve enneigée est mise à fondre souvent près d'un radiateur au domicile de l'observateur. Le relevé de précipitation peut-être fait dans l'heure. La méthode permet d'obtenir un relevé le plus proche de la réalité avec une évaporation minimale.

Les chiffres donc pour l'épisode neigeux des 26 et 27 décembre 2005:

1) Malancourt la Montagne (Pays-Haut)

- Le 27 au matin: 3 cm de neige fraiche (pour le 26) neige au sol à 6h = 3 cm

- Le 28 au matin: 14 cm de neige fraiche (pour le 27) neige au sol à 6h = 17 cm

Précipitations cumulées sur les 2 jours = 12,9 mm ce qui donne 0,76 mm environ pour 1 cm de neige.

2) Sarrebourg (près des Vosges)

- Le 27 au matin: 2 cm de neige fraiche (pour le 26) neige au sol à 6h = 2 cm

- Le 28 au matin: 11 cm de neige fraiche (pour le 27) neige au sol à 6h = 12 cm (1cm de tassement)

Précipitations cumulées sur les 2 jours = 10,0 mm ce qui donne 0,77 mm environ pour 1 cm de neige.

Pour Nancy entre le 26 à 18h et le 28 à 6h je compte 5,6 mm de précipitations mesurées pour 15 cm de neige.

Ce qui donne 0,37 mm pour 1 cm.

Sur la base du ratio des 2 postes clim on aurait dû relever environ 11,5 mm

Il manque donc presque 6 mm de précipitations à Nancy avec un pluvio réchauffé.

Si ce n'est pas l'évaporation c'est quoi?????? le pastis de l'observateur????? default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20">

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Réponse à fsd8tr :

Je maintiens et je répète que le chauffage d'un pluvio n'augmente pas l'évaporation de la précip par rapport à une neige qui resterait de longues heures dans le pluvio.

Le fait que tu manques de précipitations dans le pluviomètre de Nancy peut sans problème s'expliquer par un déficit de captation par effets aérodynamiques. Je vois que le vent souffle fort (15 à 30 km/h, la neige est probablement très légère (-3 à -4°C)) donc les conditions sont très favorables pour que la mesure du pluvio soit complètement fausse. Ensuite attention aux comparaisons : comment ont été mesurés ces 15 cm ? Dans une zone sans transport de neige par le vent ? Proche du pluvio ?

Réponse à 30100 :

Attention même avec un vent relativement faible la mesure de précipitation peut être très sous-estimée lorsqu'il neige. Tu ne peux pas dire que c'est pareil pour la pluie : les flocons sont déviés beaucoup plus facilement que les gouttes de pluie. Pour la pluie, ce genre d'erreur reste en général inférieur à 5%, pour la neige c'est 50% sans problème.

Réponse à LUD_001 :

Tu trouveras dans un message du 26/11 de ce sujet quelques explications sur le tassement :

/index.php?showtopic=29479&st=0'>http://forums.infoclimat.fr/index.php?show...=29479&st=0

après une chute de neige légère le tassement est rapide dès les premiers jours surtout pour les grosses chutes de neige (poids important). Passer de 20 à 10 cm en 3 jours ça paraît un peu fort quand même. Tu peux détailler un peu plus les conditions météo de ces trois jours (vent, nébulosité, etc) ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Réponse à fsd8tr :

Le fait que tu manques de précipitations dans le pluviomètre de Nancy peut sans problème s'expliquer par un déficit de captation par effets aérodynamiques. Je vois que le vent souffle fort (15 à 30 km/h, la neige est probablement très légère (-3 à -4°C)) donc les conditions sont très favorables pour que la mesure du pluvio soit complètement fausse.

Sur cette photo de la station de Trappes

1.jpg

Tu peux remarquer que le pluvio Poste Clim non réchauffé (à gauche) a sensiblement la même forme que le pluvio réchauffé. Les effets aérodynamiques sont donc les mêmes. Il faut trouver une autre explication à la différence de mesure de ces 2 types de pluvios.

Je maintiens et je répète que le chauffage d'un pluvio n'augmente pas l'évaporation de la précip par rapport à une neige qui resterait de longues heures dans le pluvio.

J'ai trouvé en accès libre cette note de la DSO:http://www.ccrom.org/documentspublics/2007...tion-note42.pdf

4. CAUSES D’ERREUR POUR LES PRECIPITATIONS SOLIDES

Toutes les causes d’erreurs citées pour les précipitations liquides sont applicables, certaines

étant amplifiées. C’est l’erreur de captation qui est de loin la plus importante.

4.1. ERREUR DE CAPTATION

Les flocons de neige étant moins denses que les gouttes d’eau, ils sont plus facilement déviés

par les mouvements de l’air autour du pluviomètre. Un brise vent est particulièrement utile pour

les précipitations solides, mais Météo-France n’en utilise pas (encore) dans son réseau. Les

erreurs dues au vent documentées dans la littérature dépendent de la forme du pluviomètre. Les

ordres de grandeur des erreurs par défaut sont les suivants :

-10 % pour des vents de 2 m/s ;

-30 % pour des vents de 5 m/s ;

-45 % pour des vents de 10 m/s ;

-80 % pour des vents de 20 m/s.

4.2. PLUVIOMETRES SANS CHAUFFAGE

C’est le cas des pluviomètres à relevés manuels et d’une bonne partie des pluviomètres installés

dans des réseaux régionaux. Si les précipitations ne sont pas trop importantes (pas de

débordement du cône) et sans vent, la neige peut rester dans le cône et être mesurée lorsqu’elle

fond. Avec du vent, la neige peut être chassée du cône. Il est difficile d’évaluer l’erreur

commise, mais un chiffre de 50 % (ou plus) est possible.

4.3. PLUVIOMETRE AVEC RECHAUFFAGE

C’est le cas de la plupart des pluviomètres des stations professionnelles et d’une partie des

pluviomètres des réseaux régionaux. Jusqu’à présent, le réchauffage utilisé n’est pas optimisé, la

puissance mise en jeu étant tout ou rien. Le chauffage peut donc amplifier certaines erreurs

citées au paragraphe 3 : mouillage, évaporation, captation. Un nouveau pluviomètre possédant

un chauffage régulé va être mis en place dans les années à venir dans le réseau RADOME.

En dehors des erreurs de captation dues au vent, l’erreur liée à l’efficacité du chauffage est

estimée à 10 ou 20 %.

Si je comprends bien l'erreur liée à l'évaporation pour un pluvio réchauffé est de 10 à 20% (en moyenne?) hors erreurs de captation.

Ce qui peut donner par exemple pour une chute de neige donnant réellement 15 mm

Une évaporation de 1,5 à 3 mm en moyenne.

Avec un vent de 5 m/s en on va avoir une erreur de captation de 30%.

Un pluvio qu'il soit réchauffé ou non devrait donc mesurer environ 10,5 mm (avant évaporation)

En appliquant l'erreur due à l'évaporation l'on obtient:

10,5 mm pour le pluvio poste clim (évaporation 0)

7,5 à 9 mm pour le pluvio réchauffé

Maintenant si l'on considère que la chute de neige du 27/12/2005 s'est déroulée dans des conditions vraiment exceptionnelles (en plaine et en France):

- Précipitations faibles et durables (20 heures au total): environ 2,3 cl dans le pluvio par heure en moyenne pour une captation de 400 cm2.

- Températures froides -2 à -4 degrés.

- Point de rosée de -3 à -5 °C.

- Vent modéré (favorisant l'évaporation)

On peut très bien envisager une évaporation allant jusqu'à 30% (c'est de la petite cuisine mais le chiffre me semble assez plausible)

Ce qui pourrait donner:

15 mm en réel.

10,5 mm avec pluvio non réchauffé (mon estimation était de 11,5 mm)

6 mm avec un pluvio réchauffé (5,6 mm mesurés à Nancy)

Un nouveau pluviomètre possédant

un chauffage régulé va être mis en place dans les années à venir dans le réseau RADOME

Reste à savoir si le pluvio de Nancy était un modèle RADOME en 2005????

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu peux remarquer que le pluvio Poste Clim non réchauffé (à gauche) a sensiblement la même forme que le pluvio réchauffé. Les effets aérodynamiques sont donc les mêmes. Il faut trouver une autre explication à la différence de mesure de ces 2 types de pluvios.

Sauf que toi tu compares deux pluvios qui ne sont pas au même endroit ! Tu ne peux pas dire que les effets aérodynamiques sont les mêmes si tu n'es pas au même endroit ! Ce sont des effets de micro-échelle.

Pour la suite je suis désolé mais je ne suis pas tout à fait d'accord avec ton raisonnement. Tu n'as pas l'air de vouloir comprendre que si tu laissais la neige longtemps dans le pluviomètre il y aurait de la sublimation, si elle s'écoule plus vite au contraire, tu la mesures rapidement en lui laissant moins le temps de s'évaporer, même si en effet tu es obligé de lui apporter un peu de chaleur pour cela. Quand tu dis poste clim : évaporation 0 je ne vois pas pourquoi !

Sinon tu seras d'accord avec moi pour dire que tes calculs sont quand même assez grossiers car appliquer des erreurs moyennes sur un cas particulier ça ne veut pas dire grand chose. Ni toi ni moi ne savons vraiment la vraie cause du problème de mesure. Même si toi et moi sommes d'accord sur le fait qu'il y a un problème puisque la densité qu'on obtiendrait n'est pas plausible. Je cherchais juste à mettre en avant les choses suivantes :

- Selon moi l'erreur de captation est en général plus importante que l'erreur liée à l'évaporation

- Le fait de réchauffer un pluvio permet d'éviter que la neige stagne longtemps dans un pluviomètre et qu'une partie soit perdue par sublimation, ou par transport, ou par débordement (c'est pas le cas ici bien sûr). En outre elle permet d'enregistrer automatiquement une précipitation à peu près en temps réel et pas complètement décalée comme en l'absence de chauffage.

- Certains dans d'autres parties du forum font des raccourcis un peu hâtifs en convertissant les données des pluvios de montagne (comme Chamrousse) en hauteur de neige compte tenu de la très mauvaise qualité des mesures de précipitations neigeuses, et de la variabilité de la densité de la neige fraiche.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Es que que le pluvio rechauffé est il bien calibré? Ma vantage est rechauffé ,la difference entre le spiea et la vantage est la meme par temps de neige ou de pluie donc pas d'evaporation enorme.Le pluvio ne fume pas quand il est rechauffé par temps de neige default_laugh.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour la suite je suis désolé mais je ne suis pas tout à fait d'accord avec ton raisonnement. Tu n'as pas l'air de vouloir comprendre que si tu laissais la neige longtemps dans le pluviomètre il y aurait de la sublimation, si elle s'écoule plus vite au contraire, tu la mesures rapidement en lui laissant moins le temps de s'évaporer, même si en effet tu es obligé de lui apporter un peu de chaleur pour cela. Quand tu dis poste clim : évaporation 0 je ne vois pas pourquoi !

Il se trouve que mon raisonnement va dans le même sens que la note technique de la DSO.Reprise du lien et du texte en question

http://www.ccrom.org/documentspublics/2007...tion-note42.pdf

4. CAUSES D’ERREUR POUR LES PRECIPITATIONS SOLIDES

Toutes les causes d’erreurs citées pour les précipitations liquides sont applicables, certaines

étant amplifiées. C’est l’erreur de captation qui est de loin la plus importante.

4.1. ERREUR DE CAPTATION

Les flocons de neige étant moins denses que les gouttes d’eau, ils sont plus facilement déviés

par les mouvements de l’air autour du pluviomètre. Un brise vent est particulièrement utile pour

les précipitations solides, mais Météo-France n’en utilise pas (encore) dans son réseau. Les

erreurs dues au vent documentées dans la littérature dépendent de la forme du pluviomètre. Les

ordres de grandeur des erreurs par défaut sont les suivants :

-10 % pour des vents de 2 m/s ;

-30 % pour des vents de 5 m/s ;

-45 % pour des vents de 10 m/s ;

-80 % pour des vents de 20 m/s.

4.2. PLUVIOMETRES SANS CHAUFFAGE

C’est le cas des pluviomètres à relevés manuels et d’une bonne partie des pluviomètres installés

dans des réseaux régionaux. Si les précipitations ne sont pas trop importantes (pas de

débordement du cône) et sans vent, la neige peut rester dans le cône et être mesurée lorsqu’elle

fond. Avec du vent, la neige peut être chassée du cône. Il est difficile d’évaluer l’erreur

commise, mais un chiffre de 50 % (ou plus) est possible.

4.3. PLUVIOMETRE AVEC RECHAUFFAGE

C’est le cas de la plupart des pluviomètres des stations professionnelles et d’une partie des

pluviomètres des réseaux régionaux. Jusqu’à présent, le réchauffage utilisé n’est pas optimisé, la

puissance mise en jeu étant tout ou rien. Le chauffage peut donc amplifier certaines erreurs

citées au paragraphe 3 : mouillage, évaporation, captation. Un nouveau pluviomètre possédant

un chauffage régulé va être mis en place dans les années à venir dans le réseau RADOME.

En dehors des erreurs de captation dues au vent, l’erreur liée à l’efficacité du chauffage est

estimée à 10 ou 20 %.

Cette note fait l'inventaire de toutes les erreurs possibles dans la mesure des précipitations. Y compris l'erreur de mouillage du pluvio qui est estimée à 0,1mm

En 4.2 dans le cas des précipitations solides pour un pluvio "poste clim" à mesure directe. Il n'est fait à aucun moment mention d'une erreur due à l'évaporation de la neige. Cette erreur est donc considérée par la DSO comme négligeable. Et c'est normal puisque la neige ne traine dans le pluvio que pendant 12h en moyenne et 24 heures au maximum. Avec 15 heures de nuit et donc une humidité ambiante élevée.

En 4.3 pour un pluvio réchauffé il est indiqué une erreur moyenne de 10 ou 20% liée à l'évaporation hors erreur de captation.

Je reprends donc mon calcul pour une situation très "typée":

Précipitation réelle de 20 mm par 10 m/s de vent donne une erreur de captation de 45% donc 9 mm et une évaporation de 2 à 4 mm en moyenne toujours.

Avec comme résultat une mesure de:

11 mm avec un pluvio non réchauffé. (Cette mesure représente la valeur officielle de référence pour l'épisode pluvieux et c'est elle qui devrait normalement figurer dans la base de donnée de Météo-France.)

7 à 9 mm pour un pluvio réchauffé. Soit une erreur qui passe maintenant de 18 à 36 % par rapport à la valeur officielle.

On a donc, selon cette note de la DSO, une différence de mesure liée à l'évaporation qui va se situer entre 10 et 40 % entre un pluvio à mesure directe et un pluvio réchauffé pour une vitesse de vent allant de 0 à 12 m/s environ.

Si tu n'es pas d'accord je te propose de traiter directement avec la DSO...

Je rajoute enfin qu'à mon avis le chiffre de 10 ou 20 % d'évaporation, évoqué dans cette note, n'est qu'une moyenne et que dans la réalité il doit y avoir des écarts bien plus importants.

- Une très forte précipitation de neige mouillée, tombant à gros flocons par une température et un point de rosée de 1 degré n'aura pas le temps de se perdre en évaporation. Quelques % au maximum. L'eau pouvant ruisseler très rapidement dans le système de mesure. Sachant qu'en plus une forte valeur en peu de temps ne peux pas produire de % en évaporation

- A l'inverse, une très faible précipitation du genre 0,2 mm par heure en très fins flocons et par une température de -5 °C aura tout le loisir de s'évaporer (il faut déjà attendre 30 minutes pour mouiller le pluvio... de l'eau qui a également jusqu'à 30 minutes pour s'évaporer). Une faible valeur sur une longue durée pouvant produire de gros % en évaporation. Dans ce cas ou pourrait atteindre assez facilement 50 % voire plus et peut-être même 100 % d'évaporation.

Pour revenir au sujet et à la question de départ, à savoir le rapport précipitation/ hauteur de neige...On n'a toujours pas la réponse!

Quelle précipitation prendre:

- Les valeurs modèles sont imparfaites.

- Les valeurs pluvio réchauffé sont imparfaites.

- Il reste les valeurs pluvio à lecture directe qui peuvent être optimales en l'absence de vent.

Mesures à faire ou à trouver....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si tu n'es pas d'accord je te propose de traiter directement avec la DSO...

Ca tombe bien j'y ai plein de potes. Au Centre d'Etudes de la Neige aussi d'ailleurs.

Pour revenir au sujet et à la question de départ, à savoir le rapport précipitation/ hauteur de neige...On n'a toujours pas la réponse!

Si on a déjà répondu en disant que ce rapport est très variable, mais que en mode prévi pour la plaine, si ton modèle prévoit 10 mm tu peux t'attendre à avoir en gros 5 à 10 cm et que l'erreur sur la précipitation prévue est au moins aussi importante que l'erreur sur la densité de la neige.

En mode observation, je persiste à dire qu'il ne faut pas convertir une donnée pluvio en hauteur de neige car les mesures des pluvio sont trop mauvaises.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

j'avais lu que le rapport maxi neige pluie était de 26/1

c'est à dire que 1mm d'eau correspond à 2.6cm de neige.

c'est surement dans le cas d'une neige bien négative avec des cristaux de neige intacts (étoiles)

au moment de tomber au sol. il faut donc une absence total de vent.

si le vent détruit en l'air ou au sol les cristaux , la couche peut vite diminuer.

on peut comparer cela à une caisse remplie d'araignées vivantes avec d'énormes membres qui se marchent dessus

en laissant entre elle une énorme quantité d'air et une autre caisse remplie avec le même nombres d'araignées mais cette fois ci , elles ont mortes et démembrées (Désolé pour la métaphore , mais c'est la seule que j'ai trouvée).le volume de l'air sera alors bien moindre.

mais il existe encore différentes formes de cristaux de neiges et même avec des températures très négatives , la couche sera encore bien différente mais moins importante.Le cristaux en étoile est le plus favorable pour avoir une couche importante (je pense).

j'habite au pied du Vercors et je fais souvent l'aller retour (avec la pluie en bas et la neige en haut) et j'ai souvent un rapport bien supérieur à 10 (l'effet orographique joue un peu bien sur) et c'est bcp mieux qu'un pluvio.

Je crois que je l'avais lu ça dans un bouquin de l'anena (neige et avalanche) , il y 'a quelques années .... je vais jeter un coup d'oeil

A+

fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.