Invité

Conseils photographiques

473 messages dans ce sujet

Pour faciliter la MAP de nuit, tu peux utiliser le live view et ajuster la MAP en visant un point lumineux au loin (un lampadère par exemple) et en zoomant sur l'écran pour être plus précis. Sans repère lumineux au loin c'est plus délicat, il va falloir ajuster la MAP au fur et à mesure des prises de vue...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci Alex pour ta réponse.

 

Je vais m'y essayer dès demain soir je pense. On verra bien!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu peux toujours faire la MAP je jour et te placer un repère sur le fût de l'objectif avec un coup de crayon par exemple, tu gagnes en temps et en qualité la nuit default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" title=":)" width="20" />

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le 21/05/2016 à 11:38, guillaume67 a dit :

Tu peux toujours faire la MAP je jour et te placer un repère sur le fût de l'objectif avec un coup de crayon par exemple, tu gagnes en temps et en qualité la nuit default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" title=":)" width="20" />

Bonjour. J'ai une technique un peu différente. Je coupe un petit bout de papier au ciseau, large de 1 mm et long de 1 cm, que je fixe avec un bout de scotch transparent, au bout de l'objectif, sur les crans, après avoir fait la mise au point sur les nuages, le jour. Le trait de papier machine coïncide alors, avec le point blanc qui permet de régler la longueur de focale, et du blanc sur du noir, ça se voit facilement. Sinon, j'aurai mis un point de blanco, à la place du papier, mais ça ne tiens pas avec l'eau.  Aussi, j'ai plus confiance en mes yeux, qu'à l'autofocus, car parfois, il fait la mise au point sur un objet plus proche et cela fausse pas mal la netteté de l'image. La mise au point avec le D5200 en live view ... c'est une catastrophe.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour. J'en profite pour demander des conseils. J'aimerai savoir quelle technique serait la meilleure pour capturer un orage en plein jour, sachant que je n'ai pas de cellule de déclenchement.

La meilleure que j'ai trouvé pour l'instant, est de passer en jpeg, à 6 Mpixel, et ça arrive à tenir la cadence, mais le buffer sature rapidement. Je ferme toujours à F/8 pour ne pas perdre en piqué, car le D5200 est plutôt médiocre avec l'objectif de base. J'ai pensé à investir dans un sigma 18-35 F/1,8 HSM, mais pour un tarif de près de 700 euros, l'on a droit à un objectif d'une solidité catastrophique, si bien que cela peut donner l'impression d'avoir un objectif "Carl Zeiss" en version low cost. Bon, si je suis prudent avec cet objectif, je pense ce cela devrait aller, car la qualité optique est très bonne, même avec de grandes ouvertures, ce qui est pas mal pour un DX. C'est vraiment l'idéal pour capturer un orage, cela ne fait aucun pli. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a 13 heures, steph44 a dit :

Bonjour. J'ai une technique un peu différente. Je coupe un petit bout de papier au ciseau, large de 1 mm et long de 1 cm, que je fixe avec un bout de scotch transparent, au bout de l'objectif, sur les crans, après avoir fait la mise au point sur les nuages, le jour. Le trait de papier machine coïncide alors, avec le point blanc qui permet de régler la longueur de focale, et du blanc sur du noir, ça se voit facilement. Sinon, j'aurai mis un point de blanco, à la place du papier, mais ça ne tiens pas avec l'eau.  Aussi, j'ai plus confiance en mes yeux, qu'à l'autofocus, car parfois, il fait la mise au point sur un objet plus proche et cela fausse pas mal la netteté de l'image. La mise au point avec le D5200 en live view ... c'est une catastrophe.

C'est une alternative, personnellement j'ai choisi le crayon, plus discret, visible avec un petit coup de lampe frontale la nuit et s'enlève facilement. Ne jamais faire confiance à l'autofocus, même sur un boitier à 4000€, parfois ça patine sur les sujets peu contrastés.

Faites confiance à vos yeux et à votre visée sur écran, c'est le seul moyen d'avoir une MAP quasiment parfaite. 

 

Il y a 13 heures, steph44 a dit :

Bonjour. J'en profite pour demander des conseils. J'aimerai savoir quelle technique serait la meilleure pour capturer un orage en plein jour, sachant que je n'ai pas de cellule de déclenchement.

La meilleure que j'ai trouvé pour l'instant, est de passer en jpeg, à 6 Mpixel, et ça arrive à tenir la cadence, mais le buffer sature rapidement. Je ferme toujours à F/8 pour ne pas perdre en piqué, car le D5200 est plutôt médiocre avec l'objectif de base. J'ai pensé à investir dans un sigma 18-35 F/1,8 HSM, mais pour un tarif de près de 700 euros, l'on a droit à un objectif d'une solidité catastrophique, si bien que cela peut donner l'impression d'avoir un objectif "Carl Zeiss" en version low cost. Bon, si je suis prudent avec cet objectif, je pense ce cela devrait aller, car la qualité optique est très bonne, même avec de grandes ouvertures, ce qui est pas mal pour un DX. C'est vraiment l'idéal pour capturer un orage, cela ne fait aucun pli. 

Tu veux avoir un buffer plus conséquent tout en gardant ta résolution initiale ? Prend une carte mémoire puissante, une Sandisk Extreme Pro qui avoisine les 80-90Mb/s d'écriture, mais prend le soin de prendre une UHS-I car la technologie UHS-II est à ma connaissance pas encore reconnue par les reflex actuels, tu peux en prendre une mais tu auras aucun gain de vitesse par rapport à une UHS-I. 

Le Sigma 18-35 pour l'avoir eu est un objectif très très bon ! Sans doute le meilleur zoom que j'ai pu avoir entre les mains. Par contre après quelques mois la peinture à vite commencer à s'écailler sur le fût de l'objectif, c'est une caractéristique à ne pas négliger, surtout que je le traitais avec soin et qu'il retournais systématiquement dans ça housse après utilisation. La qualité optique de ce Sigma arrive aux chevilles de mes focales fixes actuelles. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a 2 heures, guillaume67 a dit :

Tu veux avoir un buffer plus conséquent tout en gardant ta résolution initiale ? Prend une carte mémoire puissante, une Sandisk Extreme Pro qui avoisine les 80-90Mb/s d'écriture, mais prend le soin de prendre une UHS-I car la technologie UHS-II est à ma connaissance pas encore reconnue par les reflex actuels, tu peux en prendre une mais tu auras aucun gain de vitesse par rapport à une UHS-I.

Bonsoir. En carte mémoire j'ai une UHS-I (Kingston ultimate) et c'est vrai qu'avec un débit théorique de 45 mo/s, ce n'est pas extraordinaire, comparé à la Sandisk Extreme Pro, avec ses 80-90 Mo/s. En fait, je pense que le processeur (expeed 3) épaulé par 4go de ram, devrait, normalement, gérer les rafales, environ 8 fois mieux que ce que j'ai constaté, même en raw, sachant que les photos en raw, font entre 21 et 29 Mo, chacune, au moins avec un débit théorique de 45 mo/s, mais quand il sature, ça tombe à une image toute les 1,5 secondes. Aussi, ces 80-90 mo/s, sont théoriques et dépendent de la largeur du bus mémoire, et avec ce reflex grand public je ne me ferai pas beaucoup d'illusion sur la qualité de l'électronique. Quand j'aurai le budget, je compte m'orienter vers un Nikon D750 (Full Frame), et j'ai comme un dilem avec un nouveau boitier, le Nikon D500, qui est également tentant, surtout que j'ai déjà les optiques et c'est du pro, avec une construction sérieuse, en plus. Dans le cadre de la météo, mon choix se portera, à coup sûr, sur le Nikon D750, qui est plus adapté à cette discipline, tandis que le D500 serait plus utile à un photographe sportif. En ce moment, la météo devient de plus en plus étrange, avec un printemps précoce, en plein mois de décembre, des orages violents dignes d'un mois d'août, au printemps, en ce moment, des inondations (qui me rappellent les évènements de Vaison-La-Romaine, du 22 septembre 1992), et j'attends d'être surpris, pour la suite. Je sens que cette année, il va y avoir de l'action et pas mal de sujets dont je pourrait traiter ici, ... après le déménagement. Mon nouvel emplacement, est plus dégagé, il y a beaucoup moins d'arbres, cependant, il y a une des poteaux avec des câbles électriques, et je vais devoir me creuser la tête pour trouver un meilleur point de vue.

 

Merci à toi, pour les conseils. J'en prends note, en priorité, car, peut être que mon D5200 peut gérer les 90 mo/s, et que je pourrai investir en premier lieu, dans le sigma 18-35, avant de me tourner vers le Nikon D750.

Des photos bien nettes à une ouverture de F/1.8, ... ça fait rêver.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a 17 heures, steph44 a dit :

Bonsoir. En carte mémoire j'ai une UHS-I (Kingston ultimate) et c'est vrai qu'avec un débit théorique de 45 mo/s, ce n'est pas extraordinaire, comparé à la Sandisk Extreme Pro, avec ses 80-90 Mo/s. En fait, je pense que le processeur (expeed 3) épaulé par 4go de ram, devrait, normalement, gérer les rafales, environ 8 fois mieux que ce que j'ai constaté, même en raw, sachant que les photos en raw, font entre 21 et 29 Mo, chacune, au moins avec un débit théorique de 45 mo/s, mais quand il sature, ça tombe à une image toute les 1,5 secondes. Aussi, ces 80-90 mo/s, sont théoriques et dépendent de la largeur du bus mémoire, et avec ce reflex grand public je ne me ferai pas beaucoup d'illusion sur la qualité de l'électronique. Quand j'aurai le budget, je compte m'orienter vers un Nikon D750 (Full Frame), et j'ai comme un dilem avec un nouveau boitier, le Nikon D500, qui est également tentant, surtout que j'ai déjà les optiques et c'est du pro, avec une construction sérieuse, en plus. Dans le cadre de la météo, mon choix se portera, à coup sûr, sur le Nikon D750, qui est plus adapté à cette discipline, tandis que le D500 serait plus utile à un photographe sportif. En ce moment, la météo devient de plus en plus étrange, avec un printemps précoce, en plein mois de décembre, des orages violents dignes d'un mois d'août, au printemps, en ce moment, des inondations (qui me rappellent les évènements de Vaison-La-Romaine, du 22 septembre 1992), et j'attends d'être surpris, pour la suite. Je sens que cette année, il va y avoir de l'action et pas mal de sujets dont je pourrait traiter ici, ... après le déménagement. Mon nouvel emplacement, est plus dégagé, il y a beaucoup moins d'arbres, cependant, il y a une des poteaux avec des câbles électriques, et je vais devoir me creuser la tête pour trouver un meilleur point de vue.

 

Merci à toi, pour les conseils. J'en prends note, en priorité, car, peut être que mon D5200 peut gérer les 90 mo/s, et que je pourrai investir en premier lieu, dans le sigma 18-35, avant de me tourner vers le Nikon D750.

Des photos bien nettes à une ouverture de F/1.8, ... ça fait rêver.

Les 80-90mb/s ne sont pas théoriques, c'est justement ce que mesurent les utilisateurs dans les différents avis que l'on peu lire à droite et à gauche. Je suis passé du D800 au D750, le D750 est un boitier nerveux et réactif, je vois pas trop l'intérêt de prendre un D500 pourvu d'un AF de dingue, alors qu'aux orages on est très souvent en manuel. En bref le D750 est un superbe boitier. Mais attention le sigma 18-35 n'est pas compatible avec du plein format default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" title=":)" width="20" />  

Le D750 est synonyme de grande réussite chez Nikon malgré les quelques soucis sur les premiers modèles (obturateur et compagnie) 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a 4 heures, guillaume67 a dit :

Les 80-90mb/s ne sont pas théoriques, c'est justement ce que mesurent les utilisateurs dans les différents avis que l'on peu lire à droite et à gauche. Je suis passé du D800 au D750, le D750 est un boitier nerveux et réactif, je vois pas trop l'intérêt de prendre un D500 pourvu d'un AF de dingue, alors qu'aux orages on est très souvent en manuel. En bref le D750 est un superbe boitier. Mais attention le sigma 18-35 n'est pas compatible avec du plein format default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" title=":)" width="20" />  

Le D750 est synonyme de grande réussite chez Nikon malgré les quelques soucis sur les premiers modèles (obturateur et compagnie) 

 

Bonsoir. Je sais très bien que le sigma 18-35, est un objectif DX et que ce n'est pas compatible default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" title=":)" width="20" /> J'ai assez d'expérience en photo pour ne pas faire une erreur aussi grossière. J'ai commencé la photo en août 2008, et l'année d'après, j'ai feuilleté un livre de Chris Weston, où il parle justement des objectifs, donc je suis bien assez informé de ce côté là. Je parlais clairement dans mon message précédent, de monter mes objectifs DX actuels, sur un D500, qui est doté d'un capteur APS-C, ... comme solution provisoire, en attendant d'acheter le 18-35. Comme je ne vais pas prendre ce boitier, il est inutile d'en débattre plus longtemps.

 

Aussi, je dis dans mon message précédent que si je suis assuré que mon boitier actuel tient bien les 80-90 mo/s, que j'allais m'orienter vers l'achat de la fameuse carte mémoire et du Sigma. Aussi, ce que mesurent (ou "expérimentent") les utilisateurs ne m'intéresse pas vraiment, ce qui m'intéresse ce sont les donnés du constructeur pour savoir avec exactitude si rien n'est gaspillé dans mon investissement, et je trouve que c'est assez décevant, car ce n'est pas très renseigné, côté technique, alors que ça devrait l'être. Il y a aussi que j'observe certains tests de boitiers récents, et je vois les testeurs médusés de voir que certains boitiers sont encore en usb 2.0 (peut être, le seul point noir du D750), et cela me donne une idée du contenu, mais ça ne veut rien dire, car c'est encore à l'usage sur des cartes mère récentes, ça me laisse juste une mauvaise impression, c'est psychologique. Aussi, c'est légitime, de mon point de vue, pour un photographe de connaître son matériel de fond en comble, et le comble chez Nikon, c'est que leurs réflex ont une interface qui fourmille d'une multitude de détails, mais côté technique, une discrétion presque déroutante. Bon, mon choix s'orientera vers le D750, car cela fait déjà presque un an, que mon choix s'est porté sur ce produit, et dans trois mois, minimum, je vais en faire l'acquisition, car je veux m'assurer également d'avoir assez de côté pour avoir un objectif FX correct, en grand angle.

 

Pour le Nikon D750, je compte prendre un objectif FX, avec une focale fixe, en grand angle et j'ai vu qu'au niveau rapport qualité/prix, Nikon se défend bien et surtout, ... le nikkor, c'est du solide ! Je comprends pourquoi Chris Weston affectionne cette marque. En cas d'achat du boitier nikon D750, j'envisage de monter cet objectif: http://www.ldlc.com/fiche/PB00179214.html

 

J'ai aussi été tenté par un boitier Canon, le EOS 6D:

http://www.lesnumeriques.com/appareil-photo-numerique/canon-eos-6d-p14469/test.html

Pour environ 400 euros de moins, c'est tentant, sauf que, ... où est le flash ?

1600 euros, à peu près et ... pas de flash. C'est cher payé ... default_sad.png/emoticons/sad@2x.png 2x" title=":(" width="20" />

Hypothèse: En fait, il gère tellement bien les iso qu'ils se sont dit, ... "Finalement, ... on a pas besoin de flash."

Au moins, ils ont le sens de l'humour, chez Canon, pour nous avoir fait un réflex nyctalope, ... sans flash

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le D750 possède tous les derniers raffinements technologiques que l'on est en droit d'attendre en 2016 pour un reflex FF, par contre je persiste à penser que le D610 reste le meilleur rapport qualité/prix à ce jour sur le segment du plein format (hors mirrorless). Le seul inconvénient du D610: tous les collimateurs AF regroupés au centre du viseur et... franchement c'est tout. Le D750 rajoute en plus une poignée plus creuse, un AF plus sensible en faible luminosité, écran inclinable et c'est tout il me semble. Côté qualité d'image brute les RAW d'un D610 et D750 sont quasi identiques, même en hauts ISO il faut y regarder en plusieurs fois pour déceler des différences, en même temps le capteur est le même, seul le processeur interne change et améliore très légèrement les hauts ISO sur le D750. 

 

On trouve des D610 neufs à 1250€ aujourd'hui, c'est vraiment une super affaire... à toi de voir si tu veux rajouter 600€ de plus pour les quelques différences apportées par le D750 et disposer du "dernier modèle". En effet le 20mm f1.8 est un bon choix (bien qu'il faille un peu le diaphragmer pour avoir un beau piqué jusqu'au coins), par contre il faudra la compléter avec quelque chose de plus standard car le 20mm en FF reste très large comme cadrage.

 

L'offre Canon ne manque pas d'intérêt également, le 6D possède de bons retours, la légende prétend que la dynamique des capteurs Canon est plus faible que celle des capteurs Nikon/Sony, c'est vrai en effet mais il ne faut pas s'arrêter à ce seul critère. Canon a par exemple le mérite de proposer un 24-70 f2.8 de grande qualité qualité, sur ce point Nikon est encore à la ramasse (et c'est pas son nouveau 24-70 f2.8 VR blindés de défauts qui va changer la donne à priori default_sleep.png/emoticons/sleep@2x.png 2x" title="-_-" width="20" />). Bref y'a du bon des deux côtés, faut choisir à partir d'une prise en main et de la gamme optique qui t'intéresse le plus. 

 

En tout cas le plein format c'est la vie, surtout pour le viseur et la latitude en post-traitement, retour en arrière difficile (voire impossible) après y avoir gouté.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

il y a une heure, cirrus007 a dit :

Le D750 possède tous les derniers raffinements technologiques que l'on est en droit d'attendre en 2016 pour un reflex FF, par contre je persiste à penser que le D610 reste le meilleur rapport qualité/prix à ce jour sur le segment du plein format (hors mirrorless). Le seul inconvénient du D610: tous les collimateurs AF regroupés au centre du viseur et... franchement c'est tout. Le D750 rajoute en plus une poignée plus creuse, un AF plus sensible en faible luminosité, écran inclinable et c'est tout il me semble. Côté qualité d'image brute les RAW d'un D610 et D750 sont quasi identiques, même en hauts ISO il faut y regarder en plusieurs fois pour déceler des différences, en même temps le capteur est le même, seul le processeur interne change et améliore très légèrement les hauts ISO sur le D750. 

 

On trouve des D610 neufs à 1250€ aujourd'hui, c'est vraiment une super affaire... à toi de voir si tu veux rajouter 600€ de plus pour les quelques différences apportées par le D750 et disposer du "dernier modèle". En effet le 20mm f1.8 est un bon choix (bien qu'il faille un peu le diaphragmer pour avoir un beau piqué jusqu'au coins), par contre il faudra la compléter avec quelque chose de plus standard car le 20mm en FF reste très large comme cadrage.

 

L'offre Canon ne manque pas d'intérêt également, le 6D possède de bons retours, la légende prétend que la dynamique des capteurs Canon est plus faible que celle des capteurs Nikon/Sony, c'est vrai en effet mais il ne faut pas s'arrêter à ce seul critère. Canon a par exemple le mérite de proposer un 24-70 f2.8 de grande qualité qualité, sur ce point Nikon est encore à la ramasse (et c'est pas son nouveau 24-70 f2.8 VR blindés de défauts qui va changer la donne à priori default_sleep.png/emoticons/sleep@2x.png 2x" title="-_-" width="20" />). Bref y'a du bon des deux côtés, faut choisir à partir d'une prise en main et de la gamme optique qui t'intéresse le plus.

 

En tout cas le plein format c'est la vie, surtout pour le viseur et la latitude en post-traitement, retour en arrière difficile (voire impossible) après y avoir gouté.

 

Bonsoir. Là, je trouve que ça devient intéressant, car l'on aborde un sujet sur lequel je me suis creusé la tête, celui du D610.

 

C'est vrai que le Nikon D610 semble également intéressant, techniquement, cependant, je me souviens encore des retours au sujet du Nikon D600. Je ne sais toujours pas si ce problème de poussière a été vraiment résolu dans cette mise à jour, et ce détail m'a toujours laissé sceptique. Ma préférence s'oriente vers le D750, parce qu'il est, sans mauvaises surprises. Ce qui compte, il est vrai, ce n'est pas d'avoir le meilleur boitier, mais les meilleurs optiques qui exploitent au mieux le potentiel du boitier. Je compte m'orienter vers des focales fixes que des zooms, car sur mes zooms, j'utilise pratiquement toujours la même longueur de focale, donc autant prendre des optiques FX qui correspondent à peu près aux longueurs de focale que j'utilise en DX.

 

J'ai justement hâte de goûter à cette immersion au plein format, ... ce sera un vrai baptême pour moi, car ce sera la première fois que je me lance dans cette expérience.

 

Finalement, si il n'y a pas ce problème de poussière, pour le D610, et que c'est psychologique, je vais m'orienter à coup sûr, sur ce produit, et je vais lui mettre cet optique:

http://www.ldlc.com/fiche/PB00193653.html

Le soucis, c'est que le D610 est en rupture de stock sur digit photo, à boulanger aussi, et sur LDLC, il est inexistant. Si je vois que c'est impossible de me le procurer, je vais prendre le D750 avec le 24 mm (équivalent 35 mm), ce qui montera le prix à presque 2840 euros, donc oui, 600 euros de plus.

 

Merci pour les conseils, car c'est vrai que pour pratiquement le prix du D750 nu, je peux avoir un plein format avec une bonne optique, et c'est le plus important default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" title=":)" width="20" />

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

il y a une heure, steph44 a dit :

Merci pour les conseils, car c'est vrai que pour pratiquement le prix du D750 nu, je peux avoir un plein format avec une bonne optique, et c'est le plus important default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" title=":)" width="20" />

 

Je pense aussi default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" title=";)" width="20" />

 

Le problème du dustgate qui a tant fait couler d'encre à l'époque du D600 a été totalement résolu avec le D610, encore heureux car ça aurait achevé l'image de marque de Nikon qui a tout de même largement abusé en ne reconnaissant pas dès le départ le problème du D600 et en le rééditant l'année suivante en version "corrigée" en laissant les pauvres utilisateurs du D600 sur le carreau pendant un long moment (il me semble qu'ensuite une procédure d'échange était possible, mais bon ce cirque a duré plus d'un an !). Je possède ce D610 et absolument aucun problème de poussières, aucun problème pour la revente car il est reconnu de tous que ce modèle a été la version "aboutie" de ce qu'aurait du être dès le départ le D600. Pour sa distribution il était encore dispo sur le site de la Fnac il y a quelques jours à 1249€, j'suis sur qu'en magasin physique ils en ont encore quelques un (même si en effet il se raréfie le bougre! dommage). 

 

Le 24mm f1.8, très récent, reçois de très nombreuses éloges et semble bien être l'un des meilleurs fixes Nikkor à l'heure actuelle en version f1.8 (avec le 85mm). 

Si je devais me constituer une triplette de fixes en standard: 24mm f1.8; 35 mm f1.8 ; 85 mm f1.8 tout en Nikkor; à compléter par un 20mm f1.8 pour l'UGA ou un téléobjo à f4 ou f2.8 si besoin d'isoler des détails (plus utile qu'on ne le pense en paysage!); m'enfin ça fait déjà un bon prix default_tongue.png/emoticons/tongue@2x.png 2x" title=":P" width="20" /> Perso j'ai préféré la polyvalence avec un zoom UGA/GA couplé à un télézoom f2.8; polyvalence et qualité optique n'étant pas en reste! (sans atteindre le summum proposés par des fixes bien entendu). 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le 17/5/2016 à 21:03, Kenjiz a dit :

Bonjour à toutes et tous,

Mon objo 10-22 étant en réparation pour une durée indéterminée, j'ai décidé de m'offrir le 50 mm 1.8 de Canon, au prix très abordable et aux qualités indéniables (semble-t-il...). J'ai eu l'occasion de tirer quelques portraits et le rendu est effectivement très satisfaisant.

 

Néanmoins, je souhaite être prêt si une situation orageuse se présente. Puisque je n'ai jamais eu l'occasion d'utiliser une focale fixe lors des mes peu nombreuses mais sympathiques chasses (dont celle, un soir de juillet 2013, avec Jérémy "Meteo78"), je suis à l'écoute de vos conseils concernant cet objo par temps de chasses nocturnes. Comment l'utiliser au mieux? La bague n'ayant pas de blocage, comment trouver l'infini? Bref, je suis preneur de toute info concernant les réglages techniques. Je suis équipé d'un 70d. 

 

Par avance, merci!!!

 

Bonjour à tous ! default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" title=";)" width="20" />

 

Je ne suis qu'un photographe (très) amateur pour le moment, mais peut être que mes conseils pourront aider certains débutants. A cette question que je me suis moi même posé : comment faire de la photo d'orages/foudre (ou tout autre style de photos d'ailleurs), de nuit comme de jour, tout en obtenant une profondeur de champs la plus étendue, si possible sur toute la photo, et le meilleur piqué possible ?

 

Pour moi il existe une seule solution "miracle" : l'hyperfocale ! default_tongue.png/emoticons/tongue@2x.png 2x" title=":P" width="20" />

 

 Je possède depuis un an mon premier reflex (mon premier appareil photo d'ailleurs), un Nikon D3100 (le bas de gamme du bas de gamme donc...mais pour un débutant, largement suffisant ^^) équipé d'un objectif kit (le 18-55). Je me suis tout de suite intéressé au mode manuel, aux différents paramètres (vitesse, iso, ouverture), etc.. mais étant passionné de photo de paysage principalement, je me suis vite senti limité par le rapport "profondeur de champs/qualité d'image". Est-ce que j'aurais loupé quelque chose d'un point de vue technique ? Possible. A f/8 le piqué est le meilleur de cet objectif, mais la profondeur de champs trop faible à mon gout...à f/16 et f/22, on aperçoit le phénomène de diffraction, et si la profondeur de champs est acceptable, le qualité de la photo est pas mal amochée, le piqué beaucoup moins bon... 

 A noter que je n'ai pas de "marquage" infini sur la bague de mise au point de mon objectif...pas de marquage du tout d'ailleurs, et ma bague de mise au point va au delà de l'infini (ah ben c'est vachement pratique ça dites moi messieurs de Nikon ! ^^). Donc je n'ai pas pu tester l'infini, mais d'après ce que j'ai lu ce n'est de toute façon pas la meilleure "technique" à utiliser. (?)

 

Pour ce qui est de comprendre l'hyperfocale, je vous encourage à chercher un peu sur Youtube ou sur le web, il y a quantité de vidéos/articles intéressants. default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" title=";)" width="20" />

 

Un peu de lecture simple ici => http://apprendre-la-photo.fr/lhyperfocale/

 

Par exemple : sur mon boitier APS-C (et non Full-Frame), en faisant la mise au point à deux mètres précis à 18mm et une ouverture de f/8, ma profondeur de champs s'étend à partir d'un mètre de moi jusqu'à l'infini, tout en gardant le meilleur piqué, le meilleur détail possible !

 

Bref, les avantages de l'hyperfocale :

 

- la distance hyperfocale se calcule une seule fois (pour une focale et une ouverture donnée, par exemple 18mm f8), et sera toujours la même !

- permet une profondeur de champs très étendue tout en profitant de l'ouverture la plus "piquée" de l'objectif, donc d'une qualité d'image optimum.

- permet d'être sûr de sa mise au point en condition de basse voire très basse lumière (alors que l'auto-focus galère logiquement). 

 

Inconvénients :

 

- pour ceux qui, comme moi, n'ont ni fenêtre de mise au point sur l'objectif, ni "marquage"...c'est un peu galère ! Mais on peut toujours "bricoler". ^^

- il faut calculer la distance hyperfocale pour chaque focale et ouverture donnée...ce qui peut être long et fastidieux...mais encore une fois, il y a des astuces. ^^

 

Donc pour la photo d'orage de nuit, ou même la photo de paysage de jour comme en basse lumière voire de nuit, je trouve ce procédé particulièrement intéressant et efficace. D'une part la mise au point est faite et est sûre en une demi seconde en manuel alors qu'elle serait impossible en comptant sur l'auto-focus (surtout en campagne lorsqu'il n'y a aucune source de lumière proche style lampadaire). Et d'autre part, notre sujet (la foudre) pouvant tomber à 50 mètres comme à 10 km sans prévenir, ce procédé permet d'être sûr de l'avoir "net" tout en conservant une ouverture relativement grande (nécessaire pour laisser passer suffisamment de lumière dans le capteur !).

 

Comment calculer sa distance hyperfocale ?

 

Il existe des calculs complexes pour trouver sa distance hyperfocale précise pour une focale et ouverture donnée...mais honnêtement, j'ai essayé, j'ai réussi une fois...je m'y suis repenché dessus, et j'ai pas réussi...j'ai trouvé ça trop compliqué ! Les calculs, ça n'a jamais été mon truc...default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" title=":D" width="20" />

 

Beaucoup plus simple, il existe des tableaux bien plus lisibles et simple à appréhender, comme celui ci par exemple : 

 

5757fb945441c_Hyperfocaletableau.jpg.13cea6266c42b214d904471d0a2c36e6.jpg

 

(attention toute fois, celui ci est un tableau pour capteur APS-C il me semble, donc les valeurs sont à diviser par 1.5 pour les full-frame si je ne dis pas de bêtises  ! Il existe peut être des tableaux dédiés aux plein format différents des tableaux dédiés au crop sensor...à voir sur le web

)

 

Tableau plutôt simple à lire ! Par exemple à 24mm et une ouverture de f/5.6, pour bénéficier de l'hyperfocale je dois faire ma mise au point à 5.1 mètres ! Ainsi la zone de netteté s'étendra à partir d'environ 2.5 mètres de moi, jusqu'à l'infini. Et la grande ouverture utilisée me permet de capturer beaucoup de lumière. default_cool.png

 

Alors pour ceux qui ont une fenêtre de mise au point, comme dit plus haut, ça semble plutôt aisé. Par contre pour ceux qui comme moi, n'ont ni fenêtre ni marquage...il faut faire des tests ! Pour ma part je souhaitais connaître ma distance hyperfocale à 18mm f/8, j'ai donc consulté le tableau, qui me donne une distance de...(on va voir si vous suivez ! ^^)...2 mètres. Super, le seul mètre que j'ai va jusqu'à 2 mètres. default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" title=":D" width="20" />

 Je pose mon trépied dans le salon (le plus bas possible), mon appareil photo dessus, j'étale le mètre le plus précisément possible jusqu'à atteindre la distance voulue (en l'occurrence deux mètres). Je pose au sol, à deux mètres de mon objectif donc, un objet sur lequel je puisse faire ma mise au point (une chaise de dos, c'est pas mal), je retourne à l'appareil photo, me mets en Live View, et fais ma mise au point manuellement le plus précisément possible sur l'écran en zoomant dans Live View s'il le faut. 

 Une fois ma mise au point faite, une fois que je suis sûr de mon coup...bah il faut faire un repère sur l'objectif ! Sacrilège diront certains...je sais...mais j'y suis allé au blanco, en attendant de trouver mieux. Juste deux petits points. En attendant, ça dépanne et ça s'enlève très facilement si besoin une fois sec...

 

FormatFactoryDSCF5117.jpg.d13e4a4a8a27cdd7085c13726895318d.jpg

 

Je me mets donc en focus manuel, et en alignant les deux "points", à 18mm f/8, j'ai mon hyperfocale, en un tout petit coup d'oeil ! Super pratique, super efficace, surtout dans l'obscurité même la plus totale.

 

 

Du concret ? 

 

Ca peut paraître un peut barbant ce que j'écris, je vous l'accorde volontiers...alors voici un exemple en photos !

 

Je vais me baser sur une photo que j'ai prise il y a quelques jours...ma toute première photo de foudre...séquence émotion, sortez les violons...hihihi default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" title=":D" width="20" />

 

Une petite cellule surprise, juste le temps de monter le trépied, de poser l'appareil dans l'obscurité la plus totale en pleine cambrousse, vite vite, pas le temps de s'attarder sur la composition, hop hop on se met à 18mm f/8, j'aligne mes deux points de blanco manuellement en deux secondes chrono', et voilà le résultat : 

 

57580604871a5_BournacStorm800x600.jpg.5c3431a8504b3ad15a449d54001450e1.jpg

 

En zoomant à environ 100-150% : 

 

5758065f59e19_Foudref8100crop(1).jpg.2571c3648c960e0eb2961c1ac56485bd.jpg

57580677772e7_Foudref8100crop(2).jpg.67c707031cdb26f2a1cbeb8825f00938.jpg

 

La foudre est tombée à environ 10-15km, et pourtant mon pseudo premier plan (arbre à environ 5-7 mètres) est bien net (zoom à 100%-150% environ) :

 

57580830db823_Foudref8100crop(3).jpg.9beb4e8abd683ba6b81bc7e0a43b1346.jpg

 

Pour la photo de paysage également c'est intéressant, voici quelques tests shots que je viens de faire pour l'occasion :

 

Les photos qui suivent ont été prises à caractère d'exemple, aucune retouche n'a été faite, du RAW brut de décoffrage...n'y voyez rien d'artistique hein...  default_laugh.png

 

- à 18mm f/8 en utilisant l'hyperfocale :

 

57580c0424989_Testf8.jpg.dfec104ec64c39dfa61a0e18d807bfa4.jpg

 

- à 18mm f16 sans utiliser l'hyperfocale (mise au point autofocus sur la maison juste en face) :

 

57580c9dc45d0_Testf16.jpg.ea37dcfb9409bfc97e520b53ed050758.jpg

 

A priori, pas de grosse différence ! L'arrière plan est à peu près identique sur les deux photos au niveau du détail, même en zoomant à 100%. On peut tout de même constater qu'à f/8, le piqué est meilleur, le contraste plus présent entre les zones d'ombre et de lumière. Par contre en zoomant sur le premier plan (arbre) ou même sur la maison en face ou en contrebas (environ 100-150%): 

 

- à f/8 hyperfocale 100-150%

 

57580d050be29_Testf8100crop(2).jpg.80827a7c260514c1534a5ea95884dae2.jpg

 

- à f/16 100-150% :

 

57580d375bc91_Testf16100crop(2).jpg.d6216edc9179edd94858959ff1d3cae2.jpg

 

Avec l'hyperfocale mon premier plan est bien plus net qu'à f/16, plus de détail, plus piqué, plus mieux quoi ! default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" title=":D" width="20" />

 

Et encore, avec un premier plan plus proche et une vraie composition digne de ce nom, ce devrait être bien plus flagrant...j'essaierais faire un exemple plus parlant.

 

Bref, si vous êtes débutants comme moi, que vous êtes passionnés de paysages, de photos d'orages, que vous cherchez à avoir la meilleure qualité d'image possible et la plus grande profondeur de champs possible, je vous encourage vivement à essayer l'hyperfocale ! 

 

Désolé d'avoir été si long...et surtout, si des photographes aguerris passent par ici, n'hésitez surtout pas à corriger certaines choses, à donner vos avis, à dire si j'ai tout faux si réellement je suis à côté de la plaque...ça m'arrive...et ce serait pas cool de me laisser déblatérer mes bêtises...default_tongue.png/emoticons/tongue@2x.png 2x" title=":P" width="20" />

 

En espérant que ça serve à quelqu'un ! 

 

Bonne journée à tous. default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" title=";)" width="20" />

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour cet exposé détaillé et convaincant sur utilisation de l'hyperfocale. C'est toujours un atout d'avoir des connaissances détaillées en technique, même si on ne s'en sert pas systématiquement, ça na peut pas faire de mal.

 

Cependant, dans le cadre de la photo d'orage nocturne, sans vouloir te casser la baraque, j'ai l'impression que c'est rentrer dans un luxe de détails superflus, voir inapplicables. D'un part le sujet principal, l'éclair, peut largement être considéré comme systématiquement à l'infini : même si tu as la chance (rare !) d'avoir un impact dans le cadre à 50m, ce sera en grand angle, et d'autre part il est quand même peu fréquent dans ce contexte d'avoir un élément de premier plan assez important et proche pour que le manque de netteté d'une mise au point à l'infini soit visible et gênant.

En plus, tu parles d'un seul couple focale / ouverture, mais comment procéder si on veut changer les réglages ? Il ne faut pas oublier que dans le cas de la photo d'orage nocturne, toute la durée de l'éclair est captée pendant la pose qui est largement plus longue que lui, donc on ne choisit pas l'ouverture : elle doit s'adapter à la luminosité des éclairs, et ça peut aller d'un extrême à l'autre. Pour revenir sur le cas de l'impact à 50m, la photo sera peut-être nette en théorie, mais sûrement très surexposée à f8 ! Du coup en pratique, ça me semble compliqué s'il faut changer la mise au point à chaque fois qu'on change l'ouverture, déjà que c'est assez contraignant de le faire quand on change de focale sur un zoom.

 

Encore une fois, c'est une technique très intéressante pour la photo de paysage en général, mais qui me semble difficilement applicable pour la photo d'orage nocturne.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir Arkus ! default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" title=";)" width="20" />

 

Merci pour ta réponse. En effet, tes remarques sont très justes ! En fait à l'origine je m'y étais intéressé surtout pour la photo de paysage en effet, et finalement je m'aperçois qu'elle me convient très bien pour la photo d'orage pour le moment (à confirmer toutefois, si quelques aimables cellules veulent bien se manifester par ici, je les accueillerais avec grand plaisir default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" title=":D" width="20" />).

 

Disons qu'en situation réelle, si je te suis (parce que oui, c'est vrai que mon post au dessus est certainement très axé théorie...trop même !), l'hyperfocale pourrait être plus intéressante qu'une mise au point à l'infini dans l'unique cas où nous avons un sujet en premier plan très proche à mettre en valeur (grosse pierre au ras du sol par exemple). J'ai juste ? 

 

En fait, vu que je n'ai pas l'infini sur mon objectif, je ne peux pas comparer ! Je sais à peine à quoi ça ressemble, quelle est la profondeur de champs proposée, ect...default_happy.png/emoticons/happy@2x.png 2x" title="^_^" width="20" />

 

Pour ce qui est de l'ouverture par contre, c'est intéressant ce que tu dis. Mais une ouverture à f/8 est plutôt commune pour de la photo d'orage nocturne non ? Que l'orage soit proche ou lointain ? C'est plutôt la vitesse qui va gérer l'exposition de la foudre, ou je loupe quelque chose ? ^^

 

Par contre évidemment, quand je parle de calculer l'hyperfocale, ce n'est pas pour toutes les focales...ce serait beaucoup trop fastidieux ! Mais pour deux ou trois focales que chacun jugera "clef", les focales courantes quoi, ça me semble intéressant.

 

Merci d'avoir pris le temps de répondre ! default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" title=":)" width="20" />

 

PS : Le contenu de mes messages doit toujours "être approuvé par un modérateur", mais il me semblait avoir lu que cette modération  disparaissait automatiquement après une trentaine de messages...est-ce normal ? J'ai rien fait m'sieur l'agent, j'vous jure ! default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" title=":D" width="20" /> Blague à part si vous savez qui contacter pour cela, merci de m'en faire part. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

il y a 13 minutes, joos12 a dit :

Pour ce qui est de l'ouverture par contre, c'est intéressant ce que tu dis. Mais une ouverture à f/8 est plutôt commune pour de la photo d'orage nocturne non ? Que l'orage soit proche ou lointain ? C'est plutôt la vitesse qui va gérer l'exposition de la foudre, ou je loupe quelque chose ? ^^

 

 

Eh non la photo d'orage nocturne est un cas particulier où le temps de pose n'a quasiment aucun effet sur le résultat final. Pour une photo normale, on laisse rentrer un flux continu de lumière sur le capteur, et c'est le couple ouverture / vitesse qui détermine l'exposition de la photo, sachant que plusieurs couples différents peuvent donner une même exposition : on compense une augmentation de vitesse en ouvrant plus, et inversement. Pour la photo d'orage, la source de lumière qu'est l'éclair est très brève, quelques dixièmes de secondes, par rapport au temps de pose de plusieurs secondes. Du coup, on n'a pas le choix, on est obligé de prendre toute la durée de l'éclair : changer le temps de pose n'aura aucun effet car on va juste changer la durée pendant laquelle aucune lumière ne rentre. En réalité, ce n'est pas exactement aucune, car il y a les lumières auxiliaires telles que les lampadaires, les étoiles, la lune, qui vont ajouter un peu de détail au paysage.

Pour ce qui est de l'ouverture, il n'y a pas de valeur "commune", ça peut vraiment prendre toute la plage de valeurs possibles. Pour donner une idée de réglages ça peut donner par exemple :

- f2.8 et 800 ISO pour un orage distant éclairé par des intranuageux

- f4 et 100 ISO pour de la foudre assez distante ou moyennement lumineuse

- f11 et 100 ISO pour de la foudre proche ou puissante

- f16 voire plus pour de la foudre proche et puissante.

Sachant que l'intensité lumineuse d'un éclair dépendant la fois de la distance bien sûr, mais aussi du nombre de réilluminations, de sa puissance intrinsèque (amplitude d'au moins 1 ordre de grandeur), de la proximité de pluie qui diffuse et réverbère la lumière, ce qui laisse pas mal d'incertitudes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Super merci ! default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" title=";)" width="20" />

 

Donc si je comprends bien, imaginons que nous ayons droit à une foudre ni proche ni lointaine, assez puissante, pour une même ouverture (disons f/8...oui, j'y tiens à mon f/8 default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" title=":D" width="20" />), que mon temps de pose soit de 4 secondes ou 80 secondes, ça ne changera rien à l'exposition de ma foudre en elle même (je me doute bien que s'il y a des sources lumineuses sur ma photo style ville, lampadaires, ect, cela agira sur l'exposition globale) ? 

 

Dans mon esprit, j'ai toujours cru que plus le temps de pose était court, plus il y avait de chances de sur-exposer une foudre dite puissante pour une ouverture relativement lumineuse (f/ 5.6 à f/8).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Non, dans ce cas absolument aucune différence : que ton temps de pose soit de 4 ou 80 secondes, le capteur aura reçu exactement la même quantité de lumière venant de la foudre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bah voilà, j'me coucherais moins bête ce soir ! Merci beaucoup ! default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" title=";)" width="20" />

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Hello,

 

merci Joos pour cet excellent post sur l'hyperfocale et Arkus pour les judicieuses précisions apportées.

Je possède un Nikon D5100 avec un objectif en kit,le 18-105 Nikkor (f/3.6 - 5.6).

Et comme toi Joos je n'ai pas de repère infini:dès que la luminosité baisse je me retrouve dans une sale galère:l'AF part faire du ski et lorsqu'il n'y a aucune lumière à l'horizon le liveview est inexploitable pour fouiner sur la MAP.

C'est pour ça que ta technique de l'hyperfocale est la bienvenue.Mais comme le souligne Arkus,elle montre ses limites car l'ouverture doit forcément varier avec l'évolution de l'orage qu'on souhaite capturer.

 

Ma question est donc la suivante: comment faire la MAP à l'infini avec ce type d'objectif sans repère et ce de façon systématique après chaque réglage de l'ouverture (dans le cas d'un site rural sans lumière pour repère)?

 

Par avance merci!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Hello Babarskaja ! Joli pseudo au passage default_laugh.png

 

Oui, tu as le même problème que moi en fait...c'est quand même dommage que les marques comme Nikon Canon Sony (etc...) ne marquent pas au moins l'infini sur leurs objectifs kits...il me semble que seul Pentax le propose, mais je n'en suis même pas sûr. 

 

Bref, pour répondre à ta question, et donc quelque part à la mienne aussi default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" title=":D" width="20" />, l'idéal serait de trouver l'infini sur ces objectifs là et le marquer aussitôt comme je l'ai fait pour l'hyperfocale...mais comment trouver ce point infini ? That is the question. 

 

Est-ce qu'en faisant la mise au point en focus automatique sur une montagne relativement lointaine, de jour, nous permettra de trouver à coup sûr l'infini e façon précise ? En gros, est ce que dans ces conditions, l'auto-focus se calera automatiquement sur l'infini ? 

 

Je ferais des essais pour voir...je te tiendrais au courant. default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" title=";)" width="20" />

 

Il me semble que j'avais fait des recherches sur le net il y a quelques temps, mais que je n'avais pas trouvé grand chose à ce sujet...je refouillerais à l'occasion.

 

Bonne journée ! 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le mieux reste de faire la MAP à l'infini quand il fait encore un peu jour puis de commuter l'objectif en mise au point M afin que le boitier ne fasse plus la MAP par la suite, bien entendu cela sous entend qu'il ne faut plus changer la focale par la suite. L'obscurité absolue reste quand même rare, il y a souvent de quoi trouver un lampadaire ou un point lumineux lointain, si vraiment il n'y a aucune source lumineuse et que t'es en galère totale de MAP tu prends une lampe puissante (ou tu met ta voiture en plein phare) et t'essayes d'éclairer un max au lointain pour réaliser ta MAP. Après tout les boîtiers ne sont pas logés à la même enseigne c'est vrai, un boitier entrée de gamme aura plus de mal à réaliser des MAP nocturnes tout simplement parce que ses collimateurs sont moins sensibles en basse lumière, dans tous les cas il faut toujours privilégier le collimateur central qui est un collimateur en croix avec une sensibilité accrue pour tous les reflex.

 

L'indicateur MAP présent chez les objo Nikon autre que ceux kits restent plus indicatif qu'autre chose, ils sont souvent loin d'être parfaitement calés ! J'ai souvent remarqué qu'il fallait aller légèrement au delà du sigle infini pour avoir le "vrai" infini... 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La MAP nocturne est clairement un problème épineux pour la photo d'orage, d'autant qu'il n'existe pas de solution absolue valable dans toutes les conditions, c'est plus une question de tambouille personnelle où chacun a ses astuces et ses habitudes qu'il connaît bien.

 

De mon côté, j'évite déjà totalement l'AF qui donne des résultats foireux et imprévisibles le plus souvent. Étant en Pentax, je confirme que les objectifs de kit possèdent les repères de mise au point, ce qui est mieux que rien mais loin d'être parfait. Comme le dit Cirrus, le vrai infini est souvent à côté, et en plus l'erreur dépend de la focale. Mon 10-20 sigma en est un exemple caricatural, il faut se placer sur le repère "1m" (oui !) pour être à l'infini à 10 mm de focale. Ma méthode avec un boitier dépourvu de live view est du coup d'apprendre (ou noter) les corrections aux repères pour chaque focale et de les mettre en application une fois sur place. Sinon, maintenant, je fais toujours la MAP à la main en live view, il faut être minutieux mais le résultat est garanti. Et c'est effectivement assez rare de ne pas avoir la moindre lumière qui le permette. Même une étoile brillante (ou une planète) peut suffire. Sinon on peut aussi avoir la chance d'avoir des objectifs où l'infini est en butée, ce qui arrive notamment sur les focales fixes sans AF.

Il faut aussi voir que la MAP est d'autant plus exigeante que la focale est longue et le diaphragme ouvert : à 10 mm et f11, on peut se permettre d'être très approximatif, tandis qu'à 50 mm et f2.8, la moindre imprécision est fatale.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.