Wilfried63

Tendance automne 2014

153 messages dans ce sujet

A noter que dans sa réactualisation de ses prévisions saisonnières lameteo.org envisage un automne globalement frais, surtout en ce qui concerne le mois d'Octobre, et plus humide dans l'Est (en excédent) que dans l'Ouest (en déficit).

Pas de précision en ce qui concerne les centres d'action.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Car la climatologie est plus complexe que tout ceci. C'est pour cela que pour l'instant les modèles ne savent pas prévoir les étés, automnes, printemps et hivers avec un taux de réussite supérieurs à 45 %.

Williams

Veux tu dire qu'en faisant une prévision au pif (plus chaud ou plus froid), donc avec un taux de réussite de 50%, on aura une probabilité meilleure que les modèles? je n'ai pas bien compris ce que représente les 45%?

Je veux dire si tu prends un dé, et que tu fais un 6, alors tu as toujours au départ autant de chance faire un 6 au lancé suivant.

Donc si tu pipes de dé, on devrait améliorer cette performance si on prend l'exercice individuellement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le succès (relatif) de l'aléatoire (ou du pif) c'est qu'on tient compte de tous les scénarios possibles avant de tirer au hasard.

Un modèle aura tendance à explorer une gamme plus réduite de scénarios. Mais s'il est mal calibré, il aura tendance à explorer toujours la même gamme voire pire, la mauvaise gamme.

Le problème des modèles saisonniers, c'est qu'on n'arrive pas à trouver la bonne calibration, pour peu qu'il en existe une.

La seule chose à laquelle on se raccroche, c'est qu'avec une méthode d'ensemble, on doit pouvoir identifier la bonne gamme. Mais c'est une idée théorique pour le moment.

Un point critique des modèles récents (ceux qu'on va chercher sur le net) est qu'ils se basent sur la méthode déterministe : l'intégration des équations sur le présent doit aboutir au futur. Dans d'autres domaines, on fait de la modélisation en tenant compte des fréquences de retour.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Veux tu dire qu'en faisant une prévision au pif (plus chaud ou plus froid), donc avec un taux de réussite de 50%, on aura une probabilité meilleure que les modèles? je n'ai pas bien compris ce que représente les 45%?

Je veux dire si tu prends un dé, et que tu fais un 6, alors tu as toujours au départ autant de chance faire un 6 au lancé suivant.

Donc si tu pipes de dé, on devrait améliorer cette performance si on prend l'exercice individuellement.

Le 45 % de ma phrase vient de ce que tout le monde peut constater suite au résultat du bilan saisonnière de 2 modèles, sur 17 prévisionnistes, que je fais depuis 2008 : http://la.climatologie.free.fr/prevision-saisoniere.xls source dans cette page http://la.climatologie.free.fr/prevision-saisoniere.htm .

Car depuis 2007/2008 la NOAA a un taux de réussite de 35,5% et IRI de 44,2% soit un peu moins de 45% alors qu'il faudrait un taux de réussite de bien plus de 50% (voir 75%) pour dire que les modèles savent assez prévoir les saisons comme la météorologie. Mais vu la complexité de la climatologie ce n'est pas demain la veille d'après moi.

Williams

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

merci pour la réponse,

réflexion faite et vu le tableau de Williams en lien, les 45% sont liés au fait qu'il existe non pas 2 mais 3 grandes issues possibles sur le paramètre seul d'une T°C 2m qui sont: plus chaud, plus froid mais aussi norme.

La version au pif, n'a alors plus que 33,333333333 % de chances de réussite, ce qui permet de ressortir que la réussite des modèles est quand même bien au-dessus l'aléatoire avec ses 45%.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La version au pif, n'a alors plus que 33,333333333 % de chances de réussite, ce qui permet de ressortir que la réussite des modèles est quand même bien au-dessus l'aléatoire avec ses 45%.

Les 33% c'est dans le cas du pif pur. Le pif malin consisterait selon moi à annoncer systématiquement un mois au dessus des normes thermique, en misant tout sur le réchauffement climatique tongue_smilie.gif

Je ne sais pas précisément ce que ça donnerait en pourcentage de réussite mais ce serait certainement bien supérieur à nos 33%.

Ca peut paraître très simpliste (et ça l'est), mais quelqu'un qui mise toujours sur doux afficherait de jolis scores cet an-ci...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ca peut paraître très simpliste (et ça l'est), mais quelqu'un qui mise toujours sur doux afficherait de jolis scores cet an-ci...

Je l'avais déjà fait mais on peut remettre à jour ...

Pour noter les prévisions chiffrées, Williams considère que la prévision est juste si l'écart avec la réalité observée entre dans une fourchette de +/- 0,75°.

C'est la NOAA qui obtient selon ces critères les meilleurs résultats dans cette étude comparative de Williams, avec un taux de réussite de 41,5 %.

Si un prévisionniste s'était borné à prédire une anomalie de +0,75° tous les mois depuis 2009, il aurait un taux de réussite de .. 42,4 %.

Si on ne compte que depuis 2011 (ça fait quand même sur trois ans et demi), le pourcentage de réussite monterait même à 47,6 %.

Au niveau des comparatifs sur la base d'un simple découpage en froid / normal / chaud, Williams utilise un seuil à +/- 0,5°.

C'était Science et Climat qui obtenait les meilleurs résultats avant de s'arrêter, avec un pourcentage de réussite de 50,5 %.

Si ici aussi un prévisionniste s'était limité à prédire systématiquement des mois chauds depuis 2009, son taux de réussite serait de .. 57,6 %.

Si on ne compte que depuis 2011 comme précédemment, le pourcentage de réussite monterait même à 64,3 %.

En gros sans se fatiguer et en disant perpétuellement "le mois prochain sera classé chaud", vous avez une probabilité importante d'obtenir de meilleurs résultats selon les critères retenus ici que n'importe quel modèle ou n'importe quel prévisionniste saisonnier. La bonne question, c'est est-ce que cela ferait d'une personne qui agirait ainsi un bon prévisionniste bien qu'il serait statistiquement le meilleur ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ça confirme donc ce que je pensais... Merci de la précision et du boulot TreizeVents ! Et comme tu le soulignes à la fin c'est que effectivement quelqu'un peut s'amuser à effectuer cette méthode sans aucune rigueur scientifique, et il paraîtra plus crédible que des organismes sérieux aux yeux de l'internaute en quête de prévisions "fiables"...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En gros sans se fatiguer et en disant perpétuellement "le mois prochain sera classé chaud", vous avez une probabilité importante d'obtenir de meilleurs résultats selon les critères retenus ici que n'importe quel modèle ou n'importe quel prévisionniste saisonnier. La bonne question, c'est est-ce que cela ferait d'une personne qui agirait ainsi un bon prévisionniste bien qu'il serait statistiquement le meilleur ?

Il dire qu'il y en a un, dont je ne dirai pas le nom, qui ne prédisait que des mois froids...

C'est clair qu'avec le RC, les choses sont brouillées.

Pour avoir un mois franchement déficitaire, ça devient très laborieux ; et il n'est pas sûr que juillet, avec pourtant la première quinzaine que l'on a eu finisse dans le bleu....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui bon en même temps on sait bien que certains prévisionnistes ont du mal à mettre de côté leurs 'sensibilités climatiques'... Sans citer la personne à laquelle tu fais probablement allusion, il suffit aussi d'ouvrir n'importe quel topic de prévisions saisonnières pour l'hiver et de compter le nombre de passionnés / prévisionnistes hivernophiles qui avancent, par un miraculeux hasard, que les indices sont favorables au froid cette année. Après il ne faut pas non plus stigmatiser, dans le sens inverse des prévisionnistes estivophiles qui prévoient tous les ans des étés chauds et ou des tempêtophiles qui tous les automnes / hivers voient arriver un gros risque de tempête, il y en a aussi même s'ils sont moins nombreux.

Même chez les modèles, IRI est quand même plus souvent en mode "rouge" que "bleu" (bon d'accord, est-ce vraiment un tort, pas sûr), et CFS (le modèle de la NOAA) a souffert il y a quelques années de ça d'un biais froid monstrueux qui lui faisait voir des anomalies froides systématiques et généralisées sur le globe - au point qu'on l'appelait le Cooling Forecast System.

A titre personnel, je pense que les exercices de prise en compte des résultats de prévisions saisonnières devraient davantage prendre en considération la "prise de risque" (réelle, cf chiffres ci-dessus) des prévisionnistes lorsqu'ils envisagent des anomalies froides en valorisant davantage leur réussite (si réussite il y a). Mais bon on s'éloigne du sujet.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

merci pour la réponse,

réflexion faite et vu le tableau de Williams en lien, les 45% sont liés au fait qu'il existe non pas 2 mais 3 grandes issues possibles sur le paramètre seul d'une T°C 2m qui sont: plus chaud, plus froid mais aussi norme.

La version au pif, n'a alors plus que 33,333333333 % de chances de réussite, ce qui permet de ressortir que la réussite des modèles est quand même bien au-dessus l'aléatoire avec ses 45%.

C'est vrai pour le 33% en effet.

Les modèles sont entre 35 et 40% , les meilleurs scores sont pour des prévisions expérimentales (amateurs)...

Si on tient compte du protocole de calcul (qui a forcément une petite marge d'erreur) et d'une significativité statistique discutable, on va dire que tout est dans l'ordre du "pifomètre".

Contrairement à ce que je disais (généralités), les modèles climatiques ne cernent pas ici une gamme précise, ce sont vraiment comme des lancers de dé...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sauf que l'on risque de voir émerger un faible El Niño et que les conséquences sont énorme pour l'hiver chez nous, signe de blocage sur l'Atlantique-Nord.

J'interviens très peu sur ce topic mais il faut savoir une chose :

El Niño n'a AUCUN effet sur nos saisons en Europe . Tous le monde le dit et le passé statistique le prouve. Ce phénomène à seulement un effet très partiel sur quelques paramètres qui réunit dans de bonnes conditions, ils peuvent influer un peu notre saison...C'est tout

Donc bon, on ne peut pas trop parler de cela ici.

D'ailleurs déjà parler de l'automne alors qu'il débute dans au moins 3 mois va pas être facile pour faire une tendance.

à une telle échéance on ne peut seulement le faire à la treize vents c'est à dire qu'il sera excédentaire de 0,75 degrés default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20">.

RDV en Septembre pour faire un début de prévision pour moi, et encore c'est du mois par mois..whistling.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

El Niño n'a AUCUN effet sur nos saisons en Europe . Tous le monde le dit et le passé statistique le prouve. Ce phénomène à seulement un effet très partiel sur quelques paramètres qui réunit dans de bonnes conditions, ils peuvent influer un peu notre saison...C'est tout

L'ENSO n'est clairement pas un élément déterminant dans la prévision française, néanmoins c'est assez abusif d'écrire qu'il n'a absolument aucun effet. Il y a eu pas mal de recherches notamment en période hivernale, montrant des résultats pour le moins intéressants en particulier sur le nord du continent.

Pour l'automne qui est la saison que l'on évoque ainsi, on peut par exemple remarquer qu'en septembre les épisodes Niño semblent se corréler avec des anticyclones des Açores affaiblis (dépressions basses en latitude sur l'Atlantique) et des remontées de dorsales plus fréquentes à l'avant sur l'Europe. Et inversement, lors des épisodes de Niña.

Pour chiffrer les choses, en temps normal (période 1950-2013), les géopotentiels sont plus élevés de 5 dam au niveau des Açores qu'en Grèce. En conditions plutôt Niño naissant (MEI bien positif), cet écart est réduit en moyenne à 3 dam, alors qu'en conditions plutôt Niña naissante (MEI négatif) cet écart approche à l'inverse les 7 dam. Ce n'est pas énorme, cela ne prouve rien en soi, mais c'est tout de même digne d'être relevé.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Est ce que quelqu'un est en mesure svp de me renseigner sur l'historique des années enso+/QBo-?

Merci d'avance

En se basant à un indice de -0.5 à 50 hpa pour la QBO et de +0.5 pour l'indice JMA pour El Nino voici les périodes où je retrouve les 2 ensembles :

- de juin à sept 1963 ; (l'été)

- de juillet 1965 à février 1966 ; (automne + l'hiver)

- de novembre 1968 à avril 1969 ; (hiver)

- de juillet 1972 à mars 1973 (automne + hiver)

- de avril à sept. 1982 ; (l'été)

- de avril à sept. 1987 ; (l'été)

- de juillet 1991 à juillet 1992 ; (toute une année)

- de octobre 2003 à janvier 2004 ;

- de juin à août 2005 ; (l'été)

- de mars à mai 2010 ; (le printemps)

C'est pourquoi Bugiste01 ??

Williams

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je me mets en mode LCM, le pourtour méditerranéen risque de connaitre des épisodes pluvieux diluviennes ! 191769.gif

D'ailleurs y a-t-il un moyen de prévoir l'abondance des ces phénomènes en période automnale, quelle condition atmosphérique sur l’Europe peut nous faire penser à plus ou moins d'épisodes ? Une circulation atlantique basse ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Moi en tout cas j'espère un automne beau et sec en début de période, fin d'automne pluvieuse puis devenant froide avec la neige et hiver froid et neigeux comme il se doit !

Pas comme l'an dernier svp pas un hiver pourri où il fait 10/15°C tout l'hiver!!

Après on se retrouve avec des tas de maladies dans les jardins, mais aussi chez nous les êtres humains, il faut du froid!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour à tous,

Merci Williams pour ces données, c'est sympa de ta part d'avoir pris le temps de me répondre.

J'ai lu et relu et relu (je suis un peu long à la comprenette) tes résumés sur La QBO,l'AO...afin de suivre plus facilement ce forum.

Et oui Sky à raison je vis dans le Bugey d'ou ce pseudo.C'est par ailleurs une magnifique région avec un climat assez particulier, je écrirais surement un post dans "Aimez vous le climat de votre région" afin de promouvoir ce beau coin de France.

PS : Fiflot Vive le Bugey libéré des nuages de la vallée de l'Albarine...smile.pngsmile.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Que les cieux t'entendent MP13850

​malheureusement c'est plus compliqué que ça en général 191769.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est parce qu'il habite dans le Bugey.whistling.gif

Mais qui n'a pas encore le même statut que la République libre du Saugeais, pas très éloignée..

Peut-être que dans le cadre du rapprochement des Régions, on pourrait imaginer quelque chose ..

(PS: je suis complétement hors sujet, mais je n'ai pas pu résister !)191769.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Concernant l'automne 2014, aux premières vu des modélisations de CFS, sa serait un automne très pluvieux. On serait sous le signe d'une grosse anomalie dépressionnaire, ce qui veut dire que les pluies risquent d'être excédentaires par rapport à la normal, puis de même pour les températures, on pourrait être sous la normal saisonnières.

Je ne suis que débutant et je ne suis pas trop calé dans la prévision saisonnières, mais j'essaye de donner une tendance. Je suis plus calé dans le domaine de la prévision météorologique à plusieurs jours.

cfs-3-10-2014.png?12

Anomalie de géopotentiel à 500hPa (dam): On voit très bien cette grosse anomalie négative sur nous montrant donc qu'on va être sous le signe surement de dépressions.

cfs-6-10-2014.png?12

Anomalie de de précipitations: ici, on voit bien que les précipitations risquent d'être au-dessus de la normal mis à part peut être une partie du Sud-Ouest eu du NPDC.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Concernant l'automne 2014, aux premières vu des modélisations de CFS, sa serait un automne très pluvieux. On serait sous le signe d'une grosse anomalie dépressionnaire, ce qui veut dire que les pluies risquent d'être excédentaires par rapport à la normal, puis de même pour les températures, on pourrait être sous la normal saisonnières.

Je ne suis que débutant et je ne suis pas trop calé dans la prévision saisonnières, mais j'essaye de donner une tendance. Je suis plus calé dans le domaine de la prévision météorologique à plusieurs jours.

cfs-3-10-2014.png?12

Anomalie de géopotentiel à 500hPa (dam): On voit très bien cette grosse anomalie négative sur nous montrant donc qu'on va être sous le signe surement de dépressions.

cfs-6-10-2014.png?12

Anomalie de de précipitations: ici, on voit bien que les précipitations risquent d'être au-dessus de la normal mis à part peut être une partie du Sud-Ouest eu du NPDC.

Au niveau des précipitations, on voit l'inverse de ce que tu dis, une erreur de frappe de ta part191769.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Non on voit bien la correspondance avec sa description, c'est le code couleur qui est plutôt trompeur (rouge = excès de PP).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.