Wilfried63

Tendance automne 2014

153 messages dans ce sujet

Non on voit bien la correspondance avec sa description, c'est le code couleur qui est plutôt trompeur (rouge = excès de PP).

ah d'accordblushing.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pas d'affolement non plus, le noyau atmosphérique de CFS est nul à ch***, je préfère encore les prédictions de MME Irma, c'est pour dire.scared.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Concernant l'automne 2014, aux premières vu des modélisations de CFS, sa serait un automne très pluvieux. On serait sous le signe d'une grosse anomalie dépressionnaire, ce qui veut dire que les pluies risquent d'être excédentaires par rapport à la normal, puis de même pour les températures, on pourrait être sous la normal saisonnières.

On ne peut pas baser la prévision saisonnière sur la simple lecture d'un modèle couplé et surtout sur un seul run de ce modèle pour dégager une tendance à TLT ou TTLT. Pour preuve, le dernier run CFS ne présente pas du tout la même chose.

Pareil pour la prévision à LT, ça ne sert à rien de dire qu'il va pleuvoir dans le Nord Pas de Calais ou à Perpette-les-Oies à J+10 puisque cette prévision n'a qu'une très faible valeur en terme de probabilité.. Il faut vraiment aller du général au particulier..

D'ailleurs, CFS prévoyait une anomalie négative pour chacun des mois du Printemps 2014 et on a vu le résultat..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce que je vais poster là est un peu HS mais je tenais à partager cet article de laterredufutur pour recueillir des avis, des critiques.

En effet il s'agit d'un embryon de prévisions saisonnières de l'hiver prochain mais ce site tombe trop souvent dans le piège des prévisions orientées. Voulant progresser je vous invite à lire cet article et à émettre des critiques flowers.gif

http://www.laterredufutur.com/accueil/index.php/meteorologie/668-hiver-2014-2015.html

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ou la Barry, tu va nous créer une grosse polémique sur IC.whistling.gif

Je préfère néanmoins cette approche que CFS par exemple.

Pas fan de l'activité solaire par exemple pour la prévi saisonnière mais bon pourquoi pas.

Raccourci simpliste à l'échelle de la France.

La QBO à un impact important sur les régimes de temps en France, le soleil modifie la circulation atmosphérique notamment la circulation de Brewer-Dobson selon le régime de La QBO (Oscillation Quasi Bisannuelle), mais il influence également la NAO (L'Oscillation Nord Atlantique) et la MJO (L'oscillation Madden-Jullian).

Pas convaincu du tout.

L'activité solaire décroissante va induire un impact météorologique qui aura comme impact une faiblesse et une déstabilisation du vortex polaire ainsi qu'une augmentation de la nébulosité selon Svensmark.

Débat intéressant si bien maitrisé, sinon gare.sleep.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour en avoir le coeur net, je me suis tapé 100 ans d'archives : activité solaire / type de régime sur l'Atlantique (indice NAO) / classification des configurations en Europe de l'ouest (Hess brezowsky) / données stationnelles pour la moitié de période la plus récente (Arc Atlantique). Résultat : pas de corrélation évidente. On peut très bien multiplier les SSW durant tout l'hiver et ne pas choper une seule vague de froid de l'hiver sur le sol hexgagonal... On peut très bien se les geler sous inversion pendant six semaines avec un contexte NAO+.

A chaque fois que la topic de l'hiver commence, j'ai l'impression qu'on radote les mêmes choses ... Mais au fait ! ce serait pas plutôt le topic de l'automne ici confused1.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Exact Jonathan, mais l'automne ne passionne pas les foules sur IC, tu le sais bien.

Sinon d'accord avec toi, la corrélation n'est pas évidente entre tous les indices.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est vrai que du côté de l'activité solaire, on se dirige en direction d'une sérieuse baisse, puis on voit que le cycle solaire n°24 est beaucoup plus faible que le cycle n°23. De toute façon ça se voit actuellement on est en nette baisse.

cycles23_24.png

Graphique solaire n°23 et n°24 ou l'on voit bien que l'on se dirige vers une nette baisse.

Donc après on va déterminer l'indice QBO pour savoir l'état de notre Vortex Polaire, mais il est possible que au vue de l'activité solaire on peut se diriger vers un automne bien agité et frais mais bien sur on va analyser tout cela.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On peut très bien se les geler sous inversion pendant six semaines avec un contexte NAO+.

A chaque fois que la topic de l'hiver commence, j'ai l'impression qu'on radote les mêmes choses ... Mais au fait ! ce serait pas plutôt le topic de l'automne ici confused1.gif

Concernant ce que tu dis sur la NAO tu abuses car même s'il est vrais qu'on peut avoir pendant les hivers des températures plus froides que la normale avec une NAO+, pourtant en moyenne mensuelle et saisonnière c'est plutôt l'inverse. Depuis 1948 57% des hivers avec une NAO+ ont été doux et seulement 12% ont été froids. Voir ici : http://la.climatologie.free.fr/nao/NAO1.htm#nao

C'est vrai que du côté de l'activité solaire, on se dirige en direction d'une sérieuse baisse, puis on voit que le cycle solaire n°24 est beaucoup plus faible que le cycle n°23. De toute façon ça se voit actuellement on est en nette baisse.

cycles23_24.png

Graphique solaire n°23 et n°24 ou l'on voit bien que l'on se dirige vers une nette baisse.

Donc après on va déterminer l'indice QBO pour savoir l'état de notre Vortex Polaire, mais il est possible que au vue de l'activité solaire on peut se diriger vers un automne bien agité et frais mais bien sur on va analyser tout cela.

Oui et comme je l'avais prévu vers 2006 le maximum de ce cycle solaire N°24 tourne autour de 80 wolfs. El le cycle solaire N°25 va être encore plus bas que le cycle solaire N°24 car il va vers une activité aussi faible que le minimum de Dalton suite au cycle solaire Suess de 180 ans. Voir plus d'infos ici : http://la.climatologie.free.fr/soleil/soleil.htm

Williams

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On pourrait même se dirigeait vers un sorte de minimum de Maunder vu ce qu'ils prévoient. De toute façon l'activité solaire à une forte influence sur la météorologie et la climatologie, donc obligé d'y jeter un coup d'oeil surtout pour les prévisions saisonnières, et étant passionné également de la météorologie solaire j'en fais tous les jours et çà se voit très bien que le climat et la météo est fortement influencé par l'activité solaire.

1000px-Sunspot_Numbers-fr.svg.png

Graphique depuis 1600 indiquant les différents minimum ayant eu lieu.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et bien nous voila avec un nouveau solariste.bored.gif

Tu aimes bien classer les posteurs, Philippe default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Concernant ce que tu dis sur la NAO tu abuses car même s'il est vrais qu'on peut avoir pendant les hivers des températures plus froides que la normale avec une NAO+, pourtant en moyenne mensuelle et saisonnière c'est plutôt l'inverse. Depuis 1948 57% des hivers avec une NAO+ ont été doux et seulement 12% ont été froids. Voir ici : http://la.climatologie.free.fr/nao/NAO1.htm#nao

"On peut avoir une poignée de semaines..." ne signifie pas "On va avoir tout du long...".

En revanche, avec de la NAO++, il devient presque improbable de passer l'hiver en mode "Sibérie orientale" de A à Z. Mais bon, ce bout de discussion est une bonne occasion d'aller voir un excellent site flowers.gif

Vu que c'est bien le topic de l'automne...

Restons sur de la prévision automnale. Aller je me lance : quelques belles journées d'arrière saison estivale (surtout près de la Grande Bleue), un risque de Cévenole (surtout sur les contreforts des Cévennes, si si), les premières gelées de la saison hivernale (surtout près des Massifs de l'est et dans les trous à froid) et éventuellement des coups de vent sur la façade atlantique et le long de la Manche.

C'est pas garanti à 100% mais, dans le lot, je trouverai toujours après coup de quoi vous dire que j'avais juste innocent.gif

Quant aux humeurs du dieu Rê, ben ma foi elles sont actuellement magnifiques en sensation et ses rayons sont très agréables à vivre... surtout sur l'île charentaise du (presque) même nom laugh.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu aimes bien classer les posteurs, Philippe wink.png

Oui,

La preuve, je sais à qui j'ai affaire de cette façon.

De toute façon l'activité solaire à une forte influence sur la météorologie et la climatologie, donc obligé d'y jeter un coup d'oeil surtout pour les prévisions saisonnières, et étant passionné également de la météorologie solaire j'en fais tous les jours et çà se voit très bien que le climat et la météo est fortement influencé par l'activité solaire.

Par contre, j'aime bien car il écrit en gros et pour mes vieux yeux c'est pile poil.

Tiens un graphe pour répondre à un autre graphe qui reste à des années lumières ou solaires de l'automne 2014.

222ba07be37ba4e8f7c904c7bc1869e4.jpg

Pour le minimum de Maunder, l'impact sur les températures globales ne serait pas plus important que 0,3 degré.

je ne pense pas que cela contrebalance les effets du RC.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On pourrait même se dirigeait vers un sorte de minimum de Maunder vu ce qu'ils prévoient. De toute façon l'activité solaire à une forte influence sur la météorologie et la climatologie, donc obligé d'y jeter un coup d'oeil surtout pour les prévisions saisonnières, et étant passionné également de la météorologie solaire j'en fais tous les jours et çà se voit très bien que le climat et la météo est fortement influencé par l'activité solaire.

1000px-Sunspot_Numbers-fr.svg.png

Graphique depuis 1600 indiquant les différents minimum ayant eu lieu.

L'essentiel, c'est de savoir en tirer une conclusion...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui,

La preuve, je sais à qui j'ai affaire de cette façon.

Par contre, j'aime bien car il écrit en gros et pour mes vieux yeux c'est pile poil.

Tiens un graphe pour répondre à un autre graphe qui reste à des années lumières ou solaires de l'automne 2014.

222ba07be37ba4e8f7c904c7bc1869e4.jpg

Pour le minimum de Maunder, l'impact sur les températures globales ne serait pas plus important que 0,3 degré.

je ne pense pas que cela contrebalance les effets du RC.

J'adore ce graphique qui ne veut absolument rien dire ! La constante solaire, c'est bien 1365 Watt/m². Mais le plus important, ce n'est pas cette constante, puisqu'elle est constante ( variation de +/- 1 W/m² ). Non, le plus intéressant, c'est bien son activité magnétique, éruption solaire etc etc ... Mais ça, sur ce forum, on croit que le soleil, la petite lumière au loin dans le ciel, n'a peu ou pas d’influence. Pourtant, quand on regarde des données, du genre entre 1600-1700 ou encore début des années 1800, on ne dit pas grand chose sur ces périodes plus froides à cause du soleil, des effets naturels, tout ça tout ça ...

D'où sors-tu ton 0,3°C Philippe ? Et il faut éviter de classer les gens, puisque les sources de conflits arrivent comme ça malheureusement. Chacun son opinion, et elle doit être respecté par tous !

En tout cas, retour sur l'automne, mais c'est vrai qu'on aurait un QBO- + activité solaire faible à modérée, des éléments pour que les HP montent plus haut ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il ne faut mieux pas essayer de faire de prévision saisonnière à partir de l'activité solaire à mon avis, puisqu'on à même pas de base statistique de corrélation existante.

C'est donc de la rigolade ça.

Capturelvr6_mini.png

D'ailleurs même les rayons cosmiques seraient stables depuis 1950

Pourtant, quand on regarde des données, du genre entre 1600-1700 ou encore début des années 1800, on ne dit pas grand chose sur ces périodes plus froides à cause du soleil, des effets naturels, tout ça tout ça ...

Attention le lien n'est pas établi.

Enfin bref, je ne comprends pas comment certains devancent la science sur IC en prévi saisonnière...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il ne faut mieux pas essayer de faire de prévision saisonnière à partir de l'activité solaire à mon avis, puisqu'on à même pas de base statistique de corrélation existante.

C'est donc de la rigolade ça.

Capturelvr6_mini.png

D'ailleurs même les rayons cosmiques seraient stables depuis 1950

Pourtant, quand on regarde des données, du genre entre 1600-1700 ou encore début des années 1800, on ne dit pas grand chose sur ces périodes plus froides à cause du soleil, des effets naturels, tout ça tout ça ...

Attention le lien n'est pas établi.

Enfin bref, je ne comprends pas comment certains devancent la science sur IC en prévi saisonnière...

Non, l'activité solaire n'est qu'un indice parmi d'autre pour la prévision saisonnière.

Oui, mais il n'empêche que deux coïncidence, ça fait beaucoup ! ( même voir 3 )

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il ne faut mieux pas essayer de faire de prévision saisonnière à partir de l'activité solaire à mon avis, puisqu'on à même pas de base statistique de corrélation existante.

C'est donc de la rigolade ça.

Capturelvr6_mini.png

D'ailleurs même les rayons cosmiques seraient stables depuis 1950

Pourtant, quand on regarde des données, du genre entre 1600-1700 ou encore début des années 1800, on ne dit pas grand chose sur ces périodes plus froides à cause du soleil, des effets naturels, tout ça tout ça ...

Attention le lien n'est pas établi.

Enfin bref, je ne comprends pas comment certains devancent la science sur IC en prévi saisonnière...

Tout est dit , et pas seulement en prévi saisonnière qu'ils devancent la science thumbup.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Début HS

Pas de soleil, pas de système solaire, pas de terre habitable et son atmosphère vivable. D'accord, cette grosse boule jaune et brûlante est à l'origine de bien des choses. Mais de là à l'invoquer comme raison première pour prévoir systématiquement des hivers glaciaux (citation à l'origine du glissement dans la conversation) sur un lopin de terre soumis à un climat océanique tempéré (et à peine dégradé dans la partie est)... c'est risible, point barre.

Qu'on intègre cet ingrédient dans une analyse multifactorielle et en étudiant de multiples interactions possibles entre ces facteurs, quoi de plus logique pour comprendre un phénomène complexe. Je reste toutefois persuadé que les forçages endogènes (humeurs de l'atmosphère terrestre) restent prépondérants par rapport aux variations du contexte cosmique pour un exercice tel que la prévision saisonnière et a fortiori plus encore sur le pas de temps métérologique. Question de temporalité, pour les uns on parle d'oscillations se comptant en jours/semaines/mois, pour l'autre ça se joue décennies/siècles en termes d'influences significatives.

Nonobstant, l'activité solaire joue indéniablement sur le comportement des grands éléments qui régissent la circulation atmosphérique planétaire (vortex, jet stream et cie...). Mais on en revient au point de départ : si d'aventure des SSW venaient à multiplier en masse, avec VP super-éclaté tous l'hiver, est-ce que ça donne immanquablement un hiver glacial sur la France ???

Fin HS

Pour l'automne, si l'on s'en réfère aux piètres modèles saisonniers (qui ont tout de même demandé pas mal de temps, d'argent et de compétences pour être développés), on constate une relative convergence : en ce 1er août, on peut poser l'hypothèse d'un excédent thermique assez probable sur une partie non négligeable du continent Européen... mais sans pouvoir cibler précisément les régions plus particulièrement visées... et sachant que cela a encore le temps de changer.

MetOffice : http://www.metoffice.gov.uk/images/prob_ensemble/20140701/3up_20140701_temp2m_months35_europe_prob_public.png

IRI : http://iri.columbia.edu/climate/forecast/net_asmt/2014/jul2014/images/SON14_Eur_temp.gif

NCEP : http://www.cpc.ncep.noaa.gov/products/CFSv2/imagesInd3/euT2mSeaInd2.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour l'automne, si l'on s'en réfère aux piètres modèles saisonniers (qui ont tout de même demandé pas mal de temps, d'argent et de compétences pour être développés), on constate une relative convergence : en ce 1er août, on peut poser l'hypothèse d'un excédent thermique assez probable sur une partie non négligeable du continent Européen... mais sans pouvoir cibler précisément les régions plus particulièrement visées... et sachant que cela a encore le temps de changer.

Oui, c'est d'ailleurs ce que dit MF pour qui 4 modèles sur 5 voient un trimestre Août-septembre-octobre plus chaud que la moyenne.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, c'est d'ailleurs ce que dit MF pour qui 4 modèles sur 5 voient un trimestre Août-septembre-octobre plus chaud que la moyenne.

Je doute que les modéles voit juste dans la mesure ou on a quand même cet fin d'été des signes indicateur donnant fin à la période trés douce que nous avons connu depuis fin décembre dernier. Depuis que nous avons changer de régime et que nous somme passer en QBO négatif a 30 hpa la moyenne des températures sont redescendu généralement pour le mois de juillet et aout probablement aussi (ou il n'y a pas de chaleur durable envisager au moins jusqu'au 20) en dessous des normales de 0.5 voir 1 degrés à l'échelle national, les anticyclones ont tendance à monter plus régulièrement et de façon plus durable dans les hautes latitudes d'autant plus que nous avons cette année des anomalies chaude trés importante de la température des océans sur l'hémisphére nord dés les moyennes latitudes jusqu'aux latitudes plus nordique c'est un élément important qui va permettre certainement de déstabiliser le vortex de manière précoce pour cet automne, le changement du régime des vents faisant remonter la température dans la stratosphère et le refroidissement de la température de l'océan sur l'ouest de l'océan indien ne laisse pas présager visiblement un el nino conséquent comme annoncé au départ sur certain site de prévision mais plutot à une reprise de faible la nina aprés un épisode que l'on peut classer de neutrale.

Tout ceci va dans le sens d'une activité solaire faible et il est possible qu'une activité solaire relativement faible diminue la duré d'un QBO positif et amplifie un QBO négatif c'est peut être la raison pour laquelle l'évolution du QBO varie en fonction de l'évolution de l'activité solaire.

De plus en réchauffant la stratosphère on diminue la pression atmosphérique de la troposphère puisque l'air froid est plus dense que l'air chaud, et cette diminution de la pression évacue la chaleur accumulé par le réchauffement vers la stratosphére ceux qui pourrait maintenir plus durablement un QBO négatif et ceux qui pourrait en partie expliquer le refroidissement des zones équatoriale et tropical depuis quelques années.

Un certain régime de refroidissement se met en place, je pense que cela peut expliquer un possible automne plus frais cette année.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je doute que les modéles voit juste dans la mesure ou on a quand même cet fin d'été des signes indicateur donnant fin à la période trés douce que nous avons connu depuis fin décembre dernier. Depuis que nous avons changer de régime et que nous somme passer en QBO négatif a 30 hpa la moyenne des températures sont redescendu généralement pour le mois de juillet et aout probablement aussi (ou il n'y a pas de chaleur durable envisager au moins jusqu'au 20) en dessous des normales de 0.5 voir 1 degrés à l'échelle national, les anticyclones ont tendance à monter plus régulièrement et de façon plus durable dans les hautes latitudes d'autant plus que nous avons cette année des anomalies chaude trés importante de la température des océans sur l'hémisphére nord dés les moyennes latitudes jusqu'aux latitudes plus nordique c'est un élément important qui va permettre certainement de déstabiliser le vortex de manière précoce pour cet automne, le changement du régime des vents faisant remonter la température dans la stratosphère et le refroidissement de la température de l'océan sur l'ouest de l'océan indien ne laisse pas présager visiblement un el nino conséquent comme annoncé au départ sur certain site de prévision mais plutot à une reprise de faible la nina aprés un épisode que l'on peut classer de neutrale.

Tout ceci va dans le sens d'une activité solaire faible et il est possible qu'une activité solaire relativement faible diminue la duré d'un QBO positif et amplifie un QBO négatif c'est peut être la raison pour laquelle l'évolution du QBO varie en fonction de l'évolution de l'activité solaire.

De plus en réchauffant la stratosphère on diminue la pression atmosphérique de la troposphère puisque l'air froid est plus dense que l'air chaud, et cette diminution de la pression évacue la chaleur accumulé par le réchauffement vers la stratosphére ceux qui pourrait maintenir plus durablement un QBO négatif et ceux qui pourrait en partie expliquer le refroidissement des zones équatoriale et tropical depuis quelques années.

Un certain régime de refroidissement se met en place, je pense que cela peut expliquer un possible automne plus frais cette année.

C'est à dire en plus clair ?

Ma phrase est beaucoup moins longue ! 191769.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Depuis que nous avons changer de régime et que nous somme passer en QBO négatif a 30 hpa la moyenne des températures sont redescendu généralement pour le mois de juillet et aout probablement aussi (ou il n'y a pas de chaleur durable envisager au moins jusqu'au 20) en dessous des normales de 0.5 voir 1 degrés à l'échelle national, les anticyclones ont tendance à monter plus régulièrement et de façon plus durable dans les hautes latitudes d'autant plus que nous avons cette année des anomalies chaude trés importante de la température des océans sur l'hémisphére nord dés les moyennes latitudes jusqu'aux latitudes plus nordique c'est un élément important qui va permettre certainement de déstabiliser le vortex de manière précoce pour cet automne, le changement du régime des vents faisant remonter la température dans la stratosphère et le refroidissement de la température de l'océan sur l'ouest de l'océan indien ne laisse pas présager visiblement un el nino conséquent comme annoncé au départ sur certain site de prévision mais plutot à une reprise de faible la nina aprés un épisode que l'on peut classer de neutrale.

Tout ceci va dans le sens d'une activité solaire faible et il est possible qu'une activité solaire relativement faible diminue la duré d'un QBO positif et amplifie un QBO négatif c'est peut être la raison pour laquelle l'évolution du QBO varie en fonction de l'évolution de l'activité solaire.

De plus en réchauffant la stratosphère on diminue la pression atmosphérique de la troposphère puisque l'air froid est plus dense que l'air chaud, et cette diminution de la pression évacue la chaleur accumulé par le réchauffement vers la stratosphére ceux qui pourrait maintenir plus durablement un QBO négatif et ceux qui pourrait en partie expliquer le refroidissement des zones équatoriale et tropical depuis quelques années.

Voilà autre chose...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai pas encore trop regardé ce qui pourrait se passer cet automne sur l'Europe mais si je devais faire une prévision la directe, je dirais que les anticyclones devraient se répéter assez régulièrement sur les latitudes nordiques, sur les pays Scandinaves Notamment et des basses pressions circulant sur l'europe du sud, autour de la Méditerranée surtout. Un temps humide régnerait alors souvent sur le sud de la France, un temps pouvant etre plus calme et plus sec sur l'extreme nord. Difficile de dire pour les températures, mais je vois pas de forts excès que ca soit pour la chaleur et le froid. Cependant, le risque d'un coup de froid précoce au coeur de l'automne reste une forte probabilité cette année et l'hiver pourrait bien démarrer tot sur le nord et l'Est de l'europe au cours du mois de novembre pouvant déborder plus à l'ouest et ca pourrait etre un signe avant coureur d'un début d'hiver en fanfare.

C'est intéressant ce que disait la personne plus haut mais attention à rester prudent. Le QBO ne peut pas etre responsable du temps qu'il pourrait faire en France, en aucun cas on ne le peut prendre comme prévision. Le QBO ce sont les vents stratosphériques qui tournent autour de l'arctique dans un cycle entre 12 et 18 mois. Un QBO Est/ENSO neutre/positif a tendance à davantage provoquer des réchauffements réguliers dans la stratosphère sans forcément déclencher un puissant SSW et d'où un VP qui pourrait etre davantage déstructuré logiquement.

Maintenant, je reviendrais la dessus début septembre et je ferais une première tendance hivernale pour l'Europe temporaire ( ca peut éventuellement changer) et une prévision finale début novembre en fonction de ce qui se passera sur l'hémisphère nord au cours du mois d'octobre et déterminer la moyenne de l'AO sur l'hiver

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.