Cirus

Tendance Hiver 2012/2013

1 557 messages dans ce sujet

si on pouvait éviter de parler de l'AMO ca serait bien car l'AMO n'a strictement rien a voir avec le PDO, El nino ou le QBO.

L'AMO est une chose completement a part et ca se passe essentiellement sur les anomalies STT de l'atlantique nord et n'a absolument aucune influence dans la période hivernale

C'est ce que l'on suggère, qu'il a uniquement une influence sur l'été, je suis d'accord.

En revanche le QBO, l'ENSO et l'activité solaire ont clairement une influence sur le vortex polaire et donc sur l'AO/NAO.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est ce que l'on suggère, qu'il a uniquement une influence sur l'été, je suis d'accord.

En revanche le QBO, l'ENSO et l'activité solaire ont clairement une influence sur le vortex polaire et donc sur l'AO/NAO.

oui. En ce qui concerne Guillaume sechet et ses prévisions ca fait une paire d'année que je les regarde plus. Ca fait plus sourir qu'autre chose.

ENSO a une petite influence pour l'europe donc je suis pas vraiment d'accord avec ce que disait certains ici. Je dirais meme que ca influencerait l'europe plus qu'on ne le croit. Généralement les hivers avec El nino sont humides, froid ou doux ca dépend de l'indice QBO/Réchauffement stratosphèrique. Les hivers avec la NINA sont souvent très secs ( QBO- ou + ca change pas grand chose sauf à 50 hpa à priori) mais PDO- a tendance à renforcer les extremes au niveau des sècheresses notamment sur le sud de l'europe avec la NINA

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Encore faut il que El Nino à lui seul représente la possibilité d'un hiver doux, ce ne fut pas le cas sur 2009/2010, hiver avant lequel les prévisionnistes nous avaient également gratifiés d'une prévision au dessus des normes. D’ailleurs Guillaume Séchet dit bien " les hivers El Nino sont en généralement doux".

Il me semble d’ailleurs que cela est faux ( en pourcentage) puisque si je ne me trompe pas William Fondevilla a fait ressortir que l'influence d'un Nino ou d'une Nina sur un hiver ne permettait pas de dégager de tendances nettes ( si il passe par là il pourra confirmer ou infirmer mes propos).

Après bien sur la critique est facile et l'art difficile nous verrons bien le résultat au 1er Mars prochain

Le problème est que ce baser que sur ENSO (El Nino ou La Nina),... ne va pas nous donner une idée de l'hiver vu la complexité de la climatologie.

Car les hivers avec El Nino on n'a pas un pourcentage d'hivers doux ou froids ou dans les normes bien elévé permettant de montrer comment va être l'hiver quand on a El Nino ou La Nina qui va avoir lieu lors de l'hiver. Seul le pourcentage de lien entre les hivers et l'AO ou la NAO est bien élevé montrant bien que l'AO et ou la NAO influencent bien les hivers.

Dans le tableau ci-dessous j'ai comparé les hivers et l'ENSO montrant la situation des hivers (froids ou doux ou corrects puis El Nino ou La Nina ou La Nada) depuis l'hiver 1953/54 et le resultat en bas. Et comme on voit pour toutes les situations on est proche de 30% de correlation entre les hivers froids ou doux ou correct avec ceux qui ont un El Nino ou La Nina ou La Nada .

https://api.mesconte...rZJBHKLFHgBnKiJ

salut julien et merci pour ton analyse, que je comprends malheureusement si peu : que sont les PDO, AMO et QBO ? merci

un vortex déconcentré, donc on irait plutôt vers un début d'hiver froid, non ?

Si tu veux des infos sur ces oscillations tu as des infos,... dans mon site :

- QBO :

http://la.climatologie.free.fr/stratosphere/stratosphere3.htm

- PDO :

http://la.climatologie.free.fr/enso/enso-pdo3.htm

- AMO :

http://la.climatologie.free.fr/amo/amo.htm

Williams

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

oui. En ce qui concerne Guillaume sechet et ses prévisions ca fait une paire d'année que je les regarde plus. Ca fait plus sourir qu'autre chose.

ENSO a une petite influence pour l'europe donc je suis pas vraiment d'accord avec ce que disait certains ici. Je dirais meme que ca influencerait l'europe plus qu'on ne le croit. Généralement les hivers avec El nino sont humides, froid ou doux ca dépend de l'indice QBO/Réchauffement stratosphèrique. Les hivers avec la NINA sont souvent très secs ( QBO- ou + ca change pas grand chose sauf à 50 hpa à priori) mais PDO- a tendance à renforcer les extremes au niveau des sècheresses notamment sur le sud de l'europe avec la NINA

Il n'en reste pas moins vrai que les années à Nino connaissent en moyenne des hivers doux et humides sur l'Europe occidentale alors oui je pense que G Sechet fait une bonne analyse.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il n'en reste pas moins vrai que les années à Nino connaissent en moyenne des hivers doux et humides sur l'Europe occidentale alors oui je pense que G Sechet fait une bonne analyse.

Des hivers humides, des hivers doux pas spécialement, cela dépend de plusieurs facteurs comme l'a précisé mike de plus Williams a déjà donné des chiffres sur les 60 dernières années.

Ça ne colle pas.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Des hivers humides, des hivers doux pas spécialement, cela dépend de plusieurs facteurs comme l'a précisé mike de plus Williams a déjà donné des chiffres sur les 60 dernières années.

Ça ne colle pas.

Ok, les facteurs sont une chose, les modifications brutales sur le pôle en est une autre. Je dirais que pour cet automne et cet hiver, aucuns indices dit "classique" nous donnera une idée de la tendance. C'est de l'électron libre à présent.

Moi, je ne vois qu'une chose succeptible d'influer le climat sur l'HN, c'est l'eau libre là haut et l'anomalie SST. Ou va aller cette énergie cet automne d'après vous ? il faudra bien qu'elle s'évacue et se comble d'une manière ou d'une autre. C'est le processus qui veux ça.

En gros, à mon avis, il faut s'attendre à un automne, un hiver et peut être un printemps particulier et atypique.

Certainement dans le sens des grands vents et de l'humidité.

A suivre les zamiswink.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui tu as raison Julien, peut-être qu'orazio78 a été marqué par les derniers hivers El Niño qui, effectivement en moyenne dans la période récentre, ont été plutôt doux il me semble.

Je pense perso que de toute façon c'est le régime de NAO qui déterminera notre hiver européen ; une fois que nous aurons une tendance sur la NAO, on pourra en tirer qqch.

Si l'on s'en réfère aux 20 derniers hivers du type El Niño (depuis l'hiver 52-53), 16 hivers sur les 20 ont connu un régime moyen AO -, alors que seulement 11 hivers sur les 20 ont connu un régime moyen NAO -. Aucune tendance ne peut donc se dégager sur la NAO en tenant compte du seul indice ENSO.

Pour en revenir à l'ENSO justement, certains parlent d'un probable El Niño d'intensité faible, mais en fait c'est déjà le cas (critère habituellement utilisé : ENSO > +0.5 dans la région 3.4 = El Niño d'intensité faible). Le tout est de savoir si l'ENSO va dépasser +1 dans la région 3.4, si tel est le cas (en novembre voire décembre) on pourra alors parler d'un El Niño d'intensité modérée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ok, les facteurs sont une chose, les modifications brutales sur le pôle en est une autre. Je dirais que pour cet automne et cet hiver, aucuns indices dit "classique" nous donnera une idée de la tendance. C'est de l'électron libre à présent.

Moi, je ne vois qu'une chose succeptible d'influer le climat sur l'HN, c'est l'eau libre là haut et l'anomalie SST. Ou va aller cette énergie cet automne d'après vous ? il faudra bien qu'elle s'évacue et se comble d'une manière ou d'une autre. C'est le processus qui veux ça.

En gros, à mon avis, il faut s'attendre à un automne, un hiver et peut être un printemps particulier et atypique.

Certainement dans le sens des grands vents et de l'humidité.

A suivre les zamiswink.png

Oui mais les SST ne sont qu'une conséquence de la météo, il faut savoir que la NAO est négative en moyenne de puis Mai 2012

nao.sprd2.gif

Que s'est-il passé au niveau des forçages externe ?

L'épisode La Niña s'est éstompé vers Avril pour repassé en NADA, or les conditions très secs qui régnaient en France ont pris fin a la même époque.

Le QBO est passé négatif vers Février 2012 a 50hPa.

Le phénomène ENSO influence les jets, en particulier celui du sud-ouest de l'atlantique où le Gulf Stream passe. L’ENSO rentre en jeu avec le QBO, qui influence les latitudes polaires de l'arctique, qui détermine ensuite l'AO (un peu moins la NAO).

L'AO est la NAO sont en moyenne négatives depuis Mai parce que l'ENSO et le QBO modifie la circulation atmosphérique sur l'Atlantique et pousse les haute pressions à s'installer vers les hautes latitudes.

Il est probable que la baisse de l'activité solaire modifie les schémas de circulation atmosphérique, C’est la façon dont l’énergie solaire est répartie sur la planète qui est modifiée, non la quantité d’énergie que la Terre reçoit.

Je vois surtout au problème de la fonte Arctique un changement des conditions atmosphérique en fonction de divers facteurs qui sont:

  • La baisse drastique de l'activité solaire depuis 2005, qui a commencé a baisser en 1985.
  • l'AMO positif qui plus est influencé par un trend croissant depuis la sortie du PAG,
  • Les volcans sous-marins,
  • Divers effets humains.

Pour les SST, comparons deux années proche, 2010 et 2012.anomnight.9.9.2010.gif

anomnight.9.10.2012.gif

Sur l'Atlantique je ne vois pas une grosse différence si ce n'est une anomalie froide en mer de Norvège plus étendue cette année, la NAO- est bien caractérisé par cette anomalie chaude au sud du Groenland, donc l'on constate que les SST sont surtout une conséquences des conditions atmosphérique passée.

Je ne pense donc pas que ce sont les SST du début d'automne qui vont influencer notre météo cet hiver.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui tu as raison Julien, peut-être qu'orazio78 a été marqué par les derniers hivers El Niño qui, effectivement en moyenne dans la période récentre, ont été plutôt doux il me semble.

Je pense perso que de toute façon c'est le régime de NAO qui déterminera notre hiver européen ; une fois que nous aurons une tendance sur la NAO, on pourra en tirer qqch.

Si l'on s'en réfère aux 20 derniers hivers du type El Niño (depuis l'hiver 52-53), 16 hivers sur les 20 ont connu un régime moyen AO -, alors que seulement 11 hivers sur les 20 ont connu un régime moyen NAO -. Aucune tendance ne peut donc se dégager sur la NAO en tenant compte du seul indice ENSO.

Pour en revenir à l'ENSO justement, certains parlent d'un probable El Niño d'intensité faible, mais en fait c'est déjà le cas (critère habituellement utilisé : ENSO > +0.5 dans la région 3.4 = El Niño d'intensité faible). Le tout est de savoir si l'ENSO va dépasser +1 dans la région 3.4, si tel est le cas (en novembre voire décembre) on pourra alors parler d'un El Niño d'intensité modérée.

Les El nino sont beaucoup plus favorables au SSW que la Nina, par conséquent il y a plus de chances d'avoir des blocages aux hautes lalitudes avec El nino que la Nina et donc plus de chance que l'europe plonge dans le froid en hiver mais à une condition:

que El nino soit accompagné d'un QBO négatif à 30 hpa ( 50 hpa encore mieux) favorable aux blocages européen parfois puissant

El nino/QBO+ favorisent également les SSW mais ils sont beaucoup moins costaud et surtout irrégulier à cause justement du QBO+. Souvent l'europe de l'ouest passe à coté des blocages et c'est le nord-est des USA qui prennent tous le froid polaire ( ex: janvier 1998)

Ceux qui disent qu'il y a plus de chances d'avoir de la douceur sur l'europe en hiver par El nino passent à coté de tout

Dans n'importe quel cas, c'est le QBO qui est le gros élément déclencheur des hivers européen et le phèmomène ENSO l'accompagne sauf la NINA mais il y aussi la faiblesse du cycle solaire qui est responsable de la modification du jet depuis 3 ans maintenant et ca continue

L'hiver 2012/2013, on peut deja etre sur que ENSO sera " à priori" faiblement positif avec un QBO négatif, les chances d'hiver froid pour l'europe sont multipliés par 3 qu'un hiver normal. Après on peut pas dire si la France sera dans le froid polaire mais en tout cas une bonne partie de l'europe.

On peut au moins dire que l'hiver prochain a plus de chance d'etre froid que doux en France sans rentrer dans quelconques détails

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très grossièrement, voici le schéma de la circulation récurrente qu'on pourrait trouver sur le pôle dès le milieu de l'automne.

Excusez pour le courant JET, je l'ai mis un peu trop en circulation N-E mais c'est un peu plus NO - E que je l'imagine.

Bon, c'est très grossier mais dans les grandes lignes, on verra si les champs d'actions se placent sur cette config ou non.

156987cartepolenord.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Est-ce que 2010 était comparable à çà ? (vérifiez bien la norme utilisée, ici 1981-2010)

sst.anom.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Est-ce que 2010 était comparable à çà ? (vérifiez bien la norme utilisée, ici 1981-2010)

sst.anom.gif

L'anomalie de SST en septembre 2010 ne semble pas être semblable à celle de 2012. Voir ici, l'anomalie de la SST est aussi basée à la moyenne 1981-2010 : http://data.giss.nasa.gov/cgi-bin/gistemp/do_nmap.py?year_last=2012&month_last=7&sat=-1&sst=4&type=anoms&mean_gen=09&year1=2008&year2=2010&base1=1981&base2=2010&radius=1200&pol=reg

Williams

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

"Ceux qui disent qu'il y a plus de chances d'avoir de la douceur sur l'europe en hiver par El nino passent à coté de tout"

Je ne vois pas de corrélation notable entre enso et température européenne, par contre as-tu un document qui justifie et explique l'impact statistique de la conjonction QBO/niño sur les régimes de temps en UE?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

"Ceux qui disent qu'il y a plus de chances d'avoir de la douceur sur l'europe en hiver par El nino passent à coté de tout"

Je ne vois pas de corrélation notable entre enso et température européenne, par contre as-tu un document qui justifie et explique l'impact statistique de la conjonction QBO/niño sur les régimes de temps en UE?

Google est ton meilleure ami, je ne cesse de le répéter.

http://www.agu.org/p...8JD011445.shtml

QBO in solar wind speed and its relation to ENSO

http://adsabs.harvar...JASTP..71..216H

The Combined Influence of the QBO and ENSO on the Arctic Polar Vortex

http://adsabs.harvar...EGUGA..14.6109W

Et le sujet de mike.

/topic/74586-ensoqbostratosphere/'>http://forums.infoclimat.fr/topic/74586-ensoqbostratosphere/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Google est ton meilleure ami, je ne cesse de le répéter.

Oui, sauf que Sebb demandait une étude concernant la corrélation QBO/Enso et ses conséquences à l'échelle européenne et non hémisphérique...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, sauf que Sebb demandait une étude concernant la corrélation QBO/Enso et ses conséquences à l'échelle européenne et non hémisphérique...

On a toujours dit que QBO/ENSO influencent la stratosphère et donc le vortex polaire et donc selon les indices, il y plus ou moins de chances de blocages au hautes latitudes et donc cela influence la prévisibilité du temps en Europe. Je pense que c'est compréhensible pour tous non ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est compréhensible de tous... Mais ça ne répond pas à la question posée à propos d'une étude - ou d'un document - montrant le lien statistique entre les situations à QBO- parallèlement à la mise en place d'un "El Niño" et la multiplication des chances d'Hivers froids en Europe ?! ermm.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est compréhensible de tous... Mais ça ne répond pas à la question posée à propos d'une étude - ou d'un document - montrant le lien statistique entre les situations à QBO- parallèlement à la mise en place d'un "El Niño" et la multiplication des chances d'Hivers froids en Europe ?! ermm.gif

L'Europe, c'est grand et varié. Quand bien même l'hiver serait froid en Europe qu'il pourrait être doux en France et inversement.

En climatologie, il n'y a pas vraiment de règle, il n'y a que des modèles "possibles", plus ou moins vérifiés, rien de plus default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est compréhensible de tous... Mais ça ne répond pas à la question posée à propos d'une étude - ou d'un document - montrant le lien statistique entre les situations à QBO- parallèlement à la mise en place d'un "El Niño" et la multiplication des chances d'Hivers froids en Europe ?! ermm.gif

C'est possible, je n'en ai pas sous la main et ça va être pas mal de boulot. .Il faudrait reprendre les hivers depuis 1950, prendre les mois de décembre/janvier/février et faire une moyenne des blocages aux hautes latitudes de chaque mois en pourcentage.

Cela serait une bonne chose à faire, sans savoir si il a fait froid ou doux en France mais juste regarder ce qui s'est passé sur la partie nord de l’Europe car c'est la bas que ca joue le plus.

Un flux zonal bloqué peut donner une forte douceur sur la France mais aussi des inversions anticycloniques comme décembre 2006 dans le sud donc ça serait une erreur de regarder la météo qu'il a fait en France seulement.

En même temps faire une moyenne de la NAO et de l'AO serait idéal.

Sinon grande nouvelle ! Le modèle du Met Office a été amélioré afin de comprendre ce qui se passe dans la stratosphère pour mieux comprendre les Hivers froid récent et mieux prévoir les suivant:

http://www.bbc.co.uk...onment-19584302

Dalleurs voici ce que prévoit la dernière sortie du modèle Met-Office.

2cat_20120901_z500_months35_global_deter_public.png

2cat_20120901_mslp_months24_global_deter_public.png

Une récurrence de HP sur l'Est du Groenland et sur l'Islande en clair sur les haute latitudes.

http://www.metoffice...tlooks/ens-mean

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dalleurs voici ce que prévoit la dernière sortie du modèle Met-Office.

2cat_20120901_mslp_months24_global_deter_public.png

Une récurrence de HP sur l'Est du Groenland et sur l'Islande en clair sur les haute latitudes.

http://www.metoffice...tlooks/ens-mean

Merci pour ce lien, donc cela signifierait plutôt un hiver frais, avec une dépression en Méditérranée et un GA imposant ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour ce lien, donc cela signifierait plutôt un hiver frais, avec une dépression en Méditérranée et un GA imposant ?

Ce ne sont que des tendance, je pense que nous y verrons mieux lors de la prochaine actualisation en Septembre. Le Met Office reste un modèle peu fiable tant qu'il n'aura pas fait ses preuves.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est compréhensible de tous... Mais ça ne répond pas à la question posée à propos d'une étude - ou d'un document - montrant le lien statistique entre les situations à QBO- parallèlement à la mise en place d'un "El Niño" et la multiplication des chances d'Hivers froids en Europe ?! ermm.gif

J'avais déjà signalé ce lien très intéressant, mais la NOAA a développé un outil de calcul des corrélations entre une multitude d'indices naturels, et les observations climatiques depuis le milieu du XIXè siècle. Pour ceux que cela intéresse, nous allons faire deux petits "tutoriels".

Tutoriel n°1 : quelle est la corrélation entre l'indice QBO et les températures relevées au sol en Europe en décembre ?

On va commencer par aller sur la page du calculateur de la NOAA.

D'abord, il faut choisir le type d'élément climatique dont on veut obtenir la corrélation ("Which variable ?") ; en l'espèce on s’intéresse à la température (Air temperature) au niveau du sol (Surface).

Ensuite, on choisit la période d'étude, ici on ne va s'intéresser qu'au mois de décembre donc on va aller de Dec à Dec.

On peut choisir ensuite de définir la période sur laquelle la corrélation est calculée, par défaut il prend en compte les observations de 1948 à 2010 et cela va nous convenir parfaitement donc on laisse à blanc.

Maintenant, on va choisir l'indice naturel avec lequel on va étudier la corrélation ("Time series ?"), et nous allons choisir la QBO (Quasi-Biennal Oscillation).

Maintenant, on va définir l'échelle de restitution que l'on souhaite ("override default contour interval"). Cette étape n'est pas obligatoire, mais vu que l'application génère par défaut une échelle adaptée aux extrêmes obtenus par le calcul, je trouve que c'est beaucoup plus pertinent de se "forcer" une échelle unique qui permet de faire des comparaisons fiables. En l'occurrence, pour étudier des corrélations, je pense que c'est un bon compromis de prendre un interval de 0.2 (attention : c'est bien un point, pas une virgule !), un range low de -0.8, et high de 0.8. Concrètement, cela revient à dire que l'on veut que l'échelle aille de -0,8 à +0,8 (1 étant la corrélation parfaite, vous constaterez que dépasser le 0,6 est déjà un exploit), et que chaque couleur ait un pas de 0,2.

La case "scale plot size (%)" permet d'ajuster la taille de la carte obtenue, vu que par défaut elles sont un peu petites j'ai l'habitude de mettre 150.

Maintenant, on va choisir la région de l'étude ; l'Europe n'existant pas par défaut on va se créer un cadre :

- Dans plot region/type choisissez Custom

- Lowest latitude : 20, Highest 80

- Western most longitude : -40, Eastern 50

Si vous êtes un public formidable qui a tout suivi wink.png, vous devriez avoir ceci :

post-2200-0-38614400-1347643699_thumb.png

Donc il n'y a plus qu'à cliquer sur "Create plot", et voici le résultat :

post-2200-0-33355000-1347643814_thumb.png

Quasiment toute la carte est blanche, ce qui indique qu'il n'y a quasiment aucune corrélation entre la QBO et les températures au sol en décembre (coefficient compris en -0,2 et 0,2, autrement dit une misère). Vous noterez que l'on a un tout petit ilôt vert dans l'Atlantique, et un petit ilôt bleu en Russie. Pour ceux qui ont du mal avec la logique des codes couleurs :

- Un indice de corrélation supérieur à 0 (donc allant vers le rouge) indique une corrélation dite positive, donc dans cet exemple qui peut se résumer par QBO+ <=> Anomalies de températures positives, QBO- <=> anomalies de températures négatives

- Un indice de corrélation inférieur à 0 (donc allant vers le bleu) indique une corrélation dite négative, donc dans cet exemple qui peut se résumer par QBO+ <=> Anomalies de températures négatives, QBO- <=> anomalies de températures positives

Pour le second exemple, on va prendre quelque chose d'un petit peu plus élaboré, en étudiant la corrélation entre les vents méridiens (N<-->S) à 500 hPa en février, et l'indice MEI du mois de décembre précédent (Multivariate ENSO Index, vous avez donc deviné de quel phénomène on parle).

On revient sur la page précédente pour modifier ses variables.

Désormais, on va choisir comme variable Meridional Wind, au niveau d'analyse 500mb.

La période d'étude voulue étant désormais février, on rentre Feb / Feb.

On va choisir notre Time series, le MEI.

Notez la case "lags" qui se trouve sur la ligne après celle où vous avez choisi la période d'étude : c'est ici que vous pouvez décider, avec combien de mois de retard, vous voulez étudier la corrélation. Vu qu'on a dit qu'on voulait analyser la situation de février par rapport au MEI de décembre, soit deux mois avant, on va mettre -2 dans cette case.

Pour le reste, on laisse tout comme on l'avait laissé.

Voici le résultat que vous devez obtenir :

post-2200-0-76232500-1347644895_thumb.png

Et si tel est le cas, on n'a plus qu'à envoyer :

post-2200-0-08850100-1347644967_thumb.png

Là, on voit qu'on obtient déjà un résultat plus intéressant que tout à l'heure. Ainsi, on observe que :

- Sur une partie de l'Europe Occidentale, et notamment la France et les îles Britanniques, il y a un début de corrélation positive indiquant qu'un MEI+ (El Niño) en décembre semble se lier à des flux de sud un peu plus présents par chez nous en février (et inversement, un MEI- (La Niña) se lie à des flux de nord).

- De Svalbard à l'Oural, à l'inverse, la corrélation est négative : sur cette zone un MEI+ de décembre semble par conséquent se corréler à des flux de nord plus courants en février, et inversement pour le MEI-.

Cela étant, la corrélation est quand même assez faible dans les deux cas, et il n'y a franchement pas de quoi sauter dans sa baignoire en criant Eureka.

Maintenant, avant que ceux qui le désirent ne se lancent dans la quête effrénée de l'étude des corrélations, il y a juste un certain bémol qu'il me semble important d'avoir à l'esprit. C'est une opinion personnelle, je ne vais par conséquent pas vous l'étayer par des pages de calcul (je n'ai ni le temps, ni la compétence requise de toute façon). Cette opinion, c'est qu'il faut garder en mémoire que nous sommes dans une période de forts changements climatiques, avec toutes les altérations que cela peut avoir sur l'état de l'atmosphère, et que par conséquent une corrélation qui était peut-être très bonne en 1960 ne l'est plus forcément aujourd'hui.

Par exemple, il y a une corrélation négative pas trop mauvaise entre l'ESPI et les températures de surface dans le bassin Arctique en octobre (en gros, ESPI+ <--> températures déficitaires en Arctique). Rien qu'à voir la tête de la banquise aujourd'hui, on devine bien qu'il y a autant de chances de voir un mois d'Octobre plus froid que la normale la haut que de croiser Elvis dans la rue, et ce même si l'ESPI passe à travers le plafond.

Bon, je blague un peu, mais plus sérieusement, pour ceux que cela intéresse, vous noterez à quel point l'ESPI, qui est un indicateur indirect d'El Niño raisonnant en fait davantage sur les régimes de précipitations, permet d'obtenir des corrélations franchement intéressantes jusqu'en Europe et quelle que soit la saison. C'est bien dommage que cet indice, chez tous les passionnés d'indices climatiques et pas seulement en France, soit aussi peu connu et aussi peu utilisé. Peut-être aussi parce qu'on n'a que rarement de mises à jour de ses valeurs (dernière actualisation des bases mensuelles en 2010 sad.png)

Selection1.png.fee1f343fb51fffb0d8cf9925

QBODEC.png.096766142dff3a6c327b67b1c7632

Selection2.png.25669b2dba475c6d355dcc279

MEIfev.png.b5c4a0facae4f7fa49d783e63f052

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

merci pour cette analyse passionnante Treizevents !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est intéressant tout ça TreizeVents mais dommage que l'on ne puisse pas comparer la corrélation entre plusieurs indices a la fois, parce que selon moi cela ne résolut pas l'équation QBO/ENSO/Soleil/Stratosphère.

Il y a une très bonne étude sur la QBO:

QBO-Solar-Relationship throughout the Year

http://lasp.colorado..._SORCE_2011.pdf

The importance of the QBO and of the Sun for the understanding of the variability of the stratosphere in summer and in winter.

]Conclusion for the Winter

•The QBO and 11-year Sun-Spot Cycle (SSC) explain a significant portion of the variance of the winter monthly values of Arctic temperatures, winds, and geopotential heights.

•The behavior of the Arctic stratosphere is strongly related to the QBO phase and to the SSC, yet other factors such as internal variance also play an important role.

•This emphasizes the probabilistic nature of forecasting Arctic stratosphere behavior.

La variabilité solaire est très importante avec la QBO pour prédire les SSW:

This has been shown by Baldwin and Dunkerton, Labitzke and Van Loon and others. The easterly warmings are most likely nearer the solar minimum. At solar maxima, the westerly QBO is more likely to produce stratospheric warming.

Il est dit que lors d'un maximum solaire la phase Ouest du QBO favorise les SSW et lors d'un minimum solaire c'est la phase Est favorise les SSW

screenshot20120816at102.png

Cai in 2003 showed this relationship between QBO (through the Potential Vorticity Intrusion Index). Notice the tendency for the east QBO winters to be cold generally in Eurasia and in North America but west to favor warmth in northern Russia and western North America. Note the tendency for NAO- in east and NAO+ in west.

Lors de QBO d'Est les hivers sont généralement froid en Eurasie et en Amérique du Nord, mais le QBO d'Ouest favorise le froid dans le nord de la Russie et l'Ouest de l'Amérique du Nord, noter que la tendance du NAO- est couplé a la phase est du QBO et le NAO+ est couplé a la phase Ouest.

screenshot20120815at112.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un Hiver 2012-2013 très perturbé ?Voici la dernière tendance de CFS v1

décembre 2012:

cfs_anom_z500_natl_201212.png

Selon cette carte l'Arctique serait envahit d'HP le flux qui pourrait s'orienter Nord, Nord-Est a l'image d'un Helsinki-Paris très neigeux en France.

Janvier 2013 (attention aux crises cardiaques messieurs)

cfs_anom_z500_natl_201301.png

En France nous aurions une tendance puissante pour un AG-AS signe de neige et de froid glacial par flux de Nord-Est sur la France en général, les BP sur la méditerranée me font pensé a la possible mise en place de la célébré pompe a froid !

Février 2013:

cfs_anom_z500_natl_201302.png

Cette carte parle d'elle-même, en France il ferait plus humide que les mois précédents avec un Anticyclone Islandais et une dépression vers la méditerranée.

Notons que ces cartes restent uniquement des tendances

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.