Lolox

Adhérent Infoclimat
  • Compteur de contenus

    13 209
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    11

1 abonné

À propos de Lolox

  • Rang
    Tempête explosive
  • Date de naissance 10/11/1976

Personal Information

  • Lieu
    Remiremont - Porte des Hautes Vosges (400 m)

Visiteurs récents du profil

1 240 visualisations du profil
  1. 0 mm à Remiremont... Quelques gouttes, du gris et pis c'est tout ! Cematin on semble repartir pour un temps ensoleillé malgré quelques passages nuageux
  2. Loin des problèmes d'arrosage des cultures, la situation des rivières du Massif est inquiétante... Heureusement qu'une période bien perturbée s'annonce ! Sur le bassin versant de la Vologne nous sommes à des niveaux d'étiage que l'on ne rencontre que fin août à l'issue de la saison sèche. Ce constat est valable pour l'ensemble desrivières prenant leurs sources au coeur du Massif des Vosges, sur la plaine la nappe tempère encore un peu les niveaux Les photos sont prises au milieu du bassin versant, pour l'anecdote sachez que peu avant la confluence avec la Moselle, au terme d'un bassin versant représentant près de 200 km de cours d'eau, le débit est à peine plus élevé. On voit aux racines des arbres le niveau en dessous duquel l'eau descend assez peu souvent. Croisons les doigts pour la suite de l'été mais on commence fort !
  3. Premièresgouttes sur Remiremont !!! Un peu de tonnerre lointain mais ça remonte de la Haute Saône où ça a l'air de bien prendre... Ça va faire un bien fou !
  4. Bonjour Anthony, avec 238 fleurs sur les fraisiers, même si l'on compte que tu n'aurais pas de fraises pour chacune d'entre elles, tu devrais être tranquille pour avoir suffisamment de fruits pour confectionner une tarte si elles arrivent à peu près toutes à maturité dans la même période. Pour le feuillage, les fraises sont parfois sensibles aux conditions chaudes et sèches qui se prolongent, ce qui pourrait expliquer le flétrissement de certains feuillages. Si en plus les plants sont plantés depuis peu, il faut veiller à maintenir une bonne humidité aux pieds lorsque la température monte un peu trop Concernant le mildiou sur les plantes sensibles, il est vrai que les jours qui viennent s'annoncent délicats à passer... Du coup, il faudra guetter un créneau de 48h sans pluies pour opérer un petit passage à l'issue de la période humide tout en gardant un oeil sur l'évolution au quotidien de la santé des plantes. En préventif, de mon côté, j'ai enlevé le feuillage du bas des plants qui sont souvent les plus propices à subir le début d'attaque de la maladie (lors de fortes pluies les projections de terre constitue des points d'attaque favorables) ce qui - je l'espère - devrait permettre de retarder l'apparition du Mildiou. Pour la vallée où je suis situé, d'ici au week-end prochain, j'envisage du 40 à 50 mm de pluie avec des Tx autour des 15°C les jours les plus frais, du coup serrage de fesse !
  5. Je me souviens Tao, on en avait parlé sur le tchat cet hiver après que j'ai eu réalisé ma première récolte sur les miens Au total, pour l'hiver 2016/2017 j'ai réussi 3 récoltes sur les mêmes plants ! 500m², tout à la main, ça fait grand en effet... Mais ça entretien la santé parait-il ! En tout cas je dis "respect" J'arrive péniblement à 40m² répartis en 2 parcelles, auxquels je peux ajouter 20 m² de pommes de terre sur une terrasse en contrebas de mon terrain mais qui est trop ombragé pour faire autre chose que de la patate. Du coup, c'est planté dense pour parvenir à faire le bonheur de tout le monde à la maison mais on ne remplis pas de bocaux (sauf confitures) ou de congélateur... Pour ça on attend les cèpes ! Dans l'idéal, j'aurais apprécié d'avoir 100 m² de potager, un coin pour réaliser un bassin (eh oui, aquariophile à fortiori !), et un bout de verger... Mais je n'avais pas les moyens donc je fais tout en petit. Mais on a projet de vendre d'ici quelques années avec Madame, donc tout n'est pas perdu pour moi
  6. Dans les Vosges on fait aussi dans l'exotisme... Le climat semi-continental fait parfois merveille ! Ça me rappelle une des variétés que j'avais les autres années... Ça ne donne pas des fruits très longs comme ceux que l'on voit le plus souvent dans le commerce, mais par contre le diamètre est plus important. Si j'en crois ma Femme, ce sont les meilleurs et elle est d'ailleurs déçue que je sois tombé cette année sur une variété identique à celles que l'on voit au supermarché du coin... J'espère que la saveur du jardin fera la différence, sinon je n'ai pas fini de l'entendre se plaindre ! Concernant le Mildiou, si ça se limite à 3 ou 4 jours humides et frais, et que tes plants sont en bonne santé ça devrait passer à l'aise. C'est lorsque ces conditions durent que les attaques sont fulgurantes, et crois moi dans les Vosges on connait bien le problème. Je suis d'ailleurs l'un des rares à m'obstiner à faire pousser les tomates en plein air et mon exposition O.S.O. m'aide à pouvoir la contenir... Mais c'est un point sur lequel je ne déroge pas : si on fait un potager, ce n'est pas pour avoir des légumes qui ont poussé sous serre comme ceux des supermarchés ! Pour ma part, je ne suis pas un grand consommateur de légumes mais par contre j'adore faire pousser des plantes, les regarder s'épanouir, les tailler, essayer de comprendre au mieux leurs besoins pour qu'elles soient le mieux possible J'avais oublié une dernière photo qui concerne les remplaçants des petits pois, en l’occurrence mes fameux choux Kale que je semais d'habitude mais comme cette année je n'ai pas pu m'y mettre j'ai dû me résoudre à acheter des plants : Ceux là vont grandir et ne seront pas récoltés avant Décembre, voire plus tard si il ne gèle pas assez fort... Car ils sont à consommer après de fortes gelées (plus goutus et plus tendres). Avec les poireaux - que je n'essaie même plus tant je ne les réussi pas - ce sont les seuls légumes capables d'encaisser les -15°C voire -20°C de l'hiver. C'est la variété à la mode aux USA (certaines stars - avec qui il vaut mieux ne pas cohabiter ensuite - se vantent de faire des cures de ce choux) mais aussi loin que je me souvienne il y en avait dans tous les jardins de Lorraine lorsque j'étais môme et que j'habitais le Lot où l'on en trouvait jamais. C'était d'ailleurs le plat que me faisait ma Grand Mère pour me faire plaisir lorsque l'on venait la voir
  7. Très beau jardin Cédric ! En même temps, le climat du Lot est parfait pour toutes sortes de cultures Du côté des Vosges, l'orage de lundi soir a permis un bon décollage de l'ensemble des végétaux surtout que, comme un gland, j'avais arrosé juste avant qu'il n'arrive de manière impromptue Les Concombres (greffés que j'ai trouvé chez mon maraicher Bio) promettent de belles récoltes puisque deux sont pas loin d'être bon sur un plant tandis que 3 autres arrivent sur le plant voisin (M'en fout, j'en mange pô ce sont Madame et le fiston qui feront une overdose ) : Du côté des tomates, on peut parier que l'on commencera la récolte avant la mi-Juillet qui d'habitude ici marque le début de l'abondance (m'en fout, ça j'en mange pas non plus ! ) : - La variété Dona (qui donne de gros fruits bien charnus) : - Une variété de Coeur de Boeuf, vendue pour une variété ancienne (ça j'en mange farcies par mes soins ) : - L'originalité de cette saison, une variété de tomates cerises violettes qui ne devraient plus trop tarder à être bonnes pour la récolte (le plant est très esthétique avec des reflets "purple" sur le feuillage, j'attends de voir la coloration lors des premiers frimas) : - Les autres tomates cerises, plus classiques, ne semblent pas en reste même si selon les variétés la fructification est plus ou moins avancée : En revanche, ma seconde génération de Haricots Verts, comme souvent dans mon jardin, a pris cher au niveau de la prédation des insectes et autres gastéropodes. Ci-dessous, sur 3 rangs semés avec la même densité et les mêmes arrosages, je vous laisse deviner qui a été couvert d'un tunnel et qui qui ne l'a pas été : Sur ce point, j'avoue commencer à me lasser alors que pourtant toute la maison raffole des haricots... Mais à chaque semis, j'ai droit à un ravage en règle au point que ma fibre Bio commence à s'éroder sérieusement !!! Et je termine sur une petite vue d'ensemble d'une de mes 3 parcelles de potager : Bref, le jardin c'est mon petit coin de paradis où je me change les idées et me ressource pour affronter les problèmes qui s'accumulent en ce moment... Je n'ai qu'un regret c'est qu'il soit à mon gout trop petit
  8. Je ne sais pas Mike, en 1984 j'étais à Belfort et je ne suis arrivé à Nancy qu'en 1992 Mais dans mes souvenirs, après que la tempête ait complètement ravagé la forêt de Haye (couchant les fûts de Hêtre comme un mikado géant sur plusieurs milliers d'hectares) je n'ai plus vu ces orages qui prenaient vigueur en passant sur le plateau dans leur remontée depuis l'O.S.O.. D'où mon interrogation
  9. Pour les orages sur Nancy, je me demande si ça ne découle pas du désastre forestier sur le plateau de Haye lors de la tempête Lothar. Initialement nous avions un vaste plateau, qui enserre Nancy dans sa "cuvette" et remonte jusqu'aux portes de Pont à Mousson, occupé par d'énormes surfaces de futaies régulières (voire cathédrales) où régnait un micro-climat sous le houpier qui s'étendait sur 15 km de large et 35 km de long. Depuis 1999, une régénération spontanée se met en place, mais ce ne sont plus des arbres de 30 ou 35 mètres de haut... Ayant longtemps vécu à Nancy, j'ai le souvenir (il y a 25 ans) d'orages qui s'amplifiaient en passant sur le plateau de Haye et se deversaient sur la ville alors qu'aujourd'hui j'ai plutôt l'impression que les cellules y perdent en vigueur et snobent l'agglomération. L'exception réside dans le dramatique épisode orageux d'il y a quelques années ! Enfin c'est une impression
  10. Bonjour le forum d'IC du Nord-Est ! Une nuit finalement moins irrespirable que ce que l'on pouvait envisager au départ sur Remiremont grâce au petit vent qui s'est levé hier soir, même si l'on reste dans une ambiance bien sèche sous un ciel partiellement couvert. Ça fait du bien cette petite sensation de fraicheur après les chaudes journées passées ! L'erreur serait de penser que le climat du Pays de Sarrebourg (secteur coincé entre étangs et piémont Vosgien) est représentatif d'autre chose que du climat de Sarrebourg ! Là aussi, la plupart des gens vivent en dehors des environnements super dégagés... Mais c'est toujours intéressant de connaitre les Tn qu'endurent les plants de Maïs en plein champ !
  11. La cause me parait entendue pour Remiremont, après une Tx de 34.4°C nous allons rester au sec (si ce n'est au chaud) pour ce soir ! Dommage, il y avait moyen...
  12. Comme Matt_68 je suis un peu perplexe sur la seconde salve... La crainte qu'une partie de l'énergie soit partie dans la première amorce orageuse qui touche actuellement le Nord de nos positions en s'évacuant vers l'Allemagne. J'espère me tromper, mais je suis moins optimiste que ce matin
  13. Oui j'ai vu ce post très intéressant avec la carte proposée par @Higurashi Effectivement, le sable (qui est présent en quantité assez importante par rapport à d'habitude) peut constituer des noyaux de condensation favorables à la formation de grêle aux étages supérieurs des colonnes convectives. La question qui se pose à présent c'est quelle sera l'ampleur de la convection cet après-midi sur nos régions... A priori il y a le nécessaire pour de belles formations, ce qui rend la situation d'autant plus intéressante
  14. Ça commence à cumulifier sur la Haute Marne et la Côte d'Or, avec un timing un peu plus précoce que l'épisode de jeudi dernier... D'ailleurs ça y ressemble fortement avec en sus une chaleur propice à des évolutions plus violentes que l'autre jour Comme dit R le Z, c'est du live à présent !!!
  15. De manière générale, passées les 3 premières semaines suivant la mise en place des plants qui à ce moment demandent des arrosages réguliers (tous les 2 à 3 jours en fonction de la chaleur et des précipitations), j'évite d'arroser trop régulièrement. Par les températures actuelles (proches de 35°C à l'ombre) j'arrose 2 fois par semaine grand maximum. Suite aux 10.4 mm tombés avant-hier, mes plants ne seront arrosés que dimanche si les conditions se maintiennent et qu'il ne pleut pas. Sinon, dans l'hypothèse où il pleuve aujourd'hui ou demain, le prochain arrosage serait repoussé de 5 ou 6 jours (pour peu qu'il tombe plus de 10 mm en une fois). L'excès d'eau ne permet pas aux plants de se renforcer et de développer un système racinaire leur permettant d'aller puiser l'humidité et les nutriments là où ils se trouvent. Plus ils bénéficient d'arrosages réguliers, et plus les racines seront traçantes (proches de la surface du sol) et plus souvent il faudra les arroser, les exposant ainsi au risque d'excès pour peu que les conditions atmosphériques deviennent humides. Autre point sur cette culture, lors de la plantation je dispose une poignée d’orties au fond du trou de plantation et leur décomposition permet de renforcer la plante contre les maladies. En plus de cela, j'enterre une partie de la tige du plant afin que des racines se développent en complément de celles présentes initialement dans la motte du plant Par contre, pour les courgettes, et de manière générale les courges, c'est eau de pluie à volonté (arrosage tous les 2 jours) dès que l'on passe au delà des 30°C