Boudu34

Adhérent Infoclimat
  • Compteur de contenus

    1 287
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Boudu34

  • Rang
    Cumulus humilis
  • Date de naissance

Visiteurs récents du profil

342 visualisations du profil
  1. - Aniane est dans une vallée (de l'Hérault) plus "serrée" entre Montpeyroux / Lagamas / St Jean de fos d'un côté et La Boissière / Argeliers de l'autre (où le vent du Nord s'engouffre facilement), alors que Gignac finit cette vallée et s'ouvre sur la plaine où il se disperse vers Canet / Le Pouget. Serait-ce cette cause géographique qui motiverait cet écart important à quelques kilomètres, et par temps (relativement) stable ? -
  2. Bonjour, les amis. Si j'ai bonne mémoire le sujet a été maintes fois traité ici, puisque "je-ne-sais-plus-qui" (avec mes excuses, mais la RAM de marche plus bien ici ) avait commandé une dizaine de petits moteurs. Me trompais-je ? -
  3. Merci Sébastien, mais pour ne pas encombrer le forum avec nos histoires personnelles, je passe en Mp.
  4. Bonjour. Je ne voudrais pas répondre à côté, ne connaissant pas la station en question, mais à partir du moment où il y une transmission de données entre un périphérique et un PC, en connaissant le format de ces données, on peut, avec un logiciel du type Excel enregistrer ces données, en extraire des courbes et autres graphes. C'est ce que j'ai fait personnellement et que je continue à faire (mon Site en donne un aperçu) depuis de très nombreuses années, quand j'ai acheté ma première WS 2300. Après, il faut savoir se servir d'Excel, bien entendu, mais il est très simple d'accès, même pour un débutant en Informatique. Je suis prêt, bien sûr, comme beaucoup de forumeurs ici, à aider un débutant en la matière. -
  5. - Merci de ta gentillesse à mon propos, f1roe, mais, bien que n'étant pas d'un niveau d'études très elevé, j'ai toujours essayé de participer à un (ou des forums) dans le but d'une part d'améliorer mes connaissnces dans un domaine qui me passionnait depuis tout petit, et d'autre part pour "transmettre" à ceux qui démarraient dans la sphère de la météo, ce que d'autres, de bien plus haut niveau, tels que mm91 par exemple, ou ChristianP (pour ne citer qu'eux - et bien d'autres depuis), m'avaient permis d'apprendre et de comprendre. C'est, à mon avis l'intérêt principal d'un forum de bonne tenue comme Infoclimat, où les opinions, gloires personnelles et autres avanies parfois passagères, doivent s'effacer devant l'intéret de tous dans la petite maladie qui nous gouverne, moi en particulier depuis 77 ans ! . Je n'ai pas le plaisir de te connaître personnellement, mais tu peux être assuré de toutes mes amitiés, f1roe. F5JG depuis 1963 (Alias Boudu34 - Antoine de Montalivet ou encore Léon Nicolas !) -
  6. Bonjour JC11. Je pense que la différence que tu notes réside dans l'affichage des valeurs comparées. La pression que tu prends en référence, c'est à dire celle fournie par l'aéroport en question (1012.4 hPa) est déjà ramenée au niveau 0 avant d'être publiée pour pouvoir être comparée à d'autres et établir l'existence de dépressions ou de surpressions (anticycloniques) locales.. Ce n'est donc pas la pression réelle (dite "Absolue") du lieu mesuré. Si tes sondes sont correctement corrigées, elles doivent te fournir, suivant leur type, une pression brute (dite "absolue") ou une pression ramenée au niveau de la mer (par la correction 8.3 hPa par mètre d'altitude). De toute façon, une fois ces corrections éventuelles effectuées, ces deux valeurs (celle de l'Airport et la tienne) doivent être identiques, à quelques pouillèmes près (température de la masse d'air virtuelle descendant à 0 m d'altitude, ainsi que quelques autres correcteurs dont le très faible indice ne devrait pas changer grand chose à la deuxième décimale près ! Donc, en résumant, le 1012.4 hPa fourni par ta station de référence ne peut qu'être égal à la valeur de ta sonde brute sur le terrain (bien sûr à la même altitude) laquelle devra avoir été corrigée par l'indice 8.3 et son mutiplicateur. -
  7. Belle réalisation ! Bravo à toute l'équipe. -
  8. - Intéressant, Michel, pour ceux qui feraient des essais. Mais j'ai une (autre) hypothèse : Ne penses-tu pas qu'au moment de la commutation de tes Ry, (qui commandaient de gros débits), la tension générale était mise à genoux quelques millisecondes, et que c'était ce "trou" d'Alim qui suspendait tes CPL quelques instants, et leur fabriquait une RAZ ? Faudra que j'essaye avec la commu d'un petit radiateur électrique de 2000 W ! -
  9. Bien sûr, c'est le genre de produit idéal pour faire communiquer deux machines éloignées ... tant qu'il n'y a pas de compteur électrique à traverser ! -
  10. Merci, MM91, de l'avoir rappelé, mais si les modos sont d'accord, j'en remets une nouvelle couche, particulièrement destinée aux techniciens de chez Davis qui ne doivent apparement pas savoir comment fonctionne un pluviomètre ! L'image proposée par Davis (ci-dessous) est tout simplement aberrante ! ------------------------------------------------- Observons la pluie qui tombe dans notre pluviomètre : Prenons des gouttes de pluie qui tombent bien régulièrement. - En figure 1, pas de vent ; il y a 7 "lignes" de gouttes qui entrent dans le pluvio. Les lignes 1 et 9 tombent à l'extérieur. - En figure 2, le vent pousse les lignes de gouttes, mais compte tenu de la surface réceptrice du pluviomètre, ce sont toujours 7 lignes de pluie qui y rentrent, les lignes 1 et 2 étant poussées à l'extérieur, et la ligne 9 venant remplacer la 2. - Comme le montre la figure 3, la seule nécessité est que le pluviomètre soit ABSOLUMENT horizontal, à défaut de quoi 5 lignes de pluie seulement y tomberont sur 7. Le même phénomène observé avec des rafales de vent qui, contrairement à ce qu'on peut croire, ne font que DÉPLACER les lignes de pluie sans les resserrer entre elles. L'espace inter-lignes reste constant. C'est le "BLOC" qui se déplace. Sous un nuage bien régulier (Hypothèse d'école, car qui a vu un nuage régulier ?), quelle que soit la "Surface" de réception, un dé-à-coudre, un pluviomètre, une tasse-à-café, une casserole, ou une piscine rempliront le même rôle : Ils recevront une quantité d'eau RELATIVE à leur surface et une simple Règle-de-trois (Niveau CM2 !) permettra d'en déterminer le volume sur "1 mètre carré" (Norme OMM). Les nuages n'étant jamais réguliers, les quantités reçues seront FORCÉMENT différentes d'un point à un autre. J'ai d'ailleurs tenté l'expérience durant un an avec une dizaine de pluvios répartis sur 3 hectares de garrigue montpellièraine, et le résultat fut sans appel ! ( http://montpelliermeteo.franceserv.com/DispersP/DispersP.htm ). -
  11. - Un bon abri permet de mesurer correctement l'air ambiant. L'air ambiant sur un sol en bêton surchauffé (ou surrefroidi !) sera ce qu'il est, de l'air ambiant LOCAL. -
  12. - Il y a souvent les mêmes réactions vis à vis des radioamateurs, reconnaissables à leurs multiples antennes sur les toits ! S'il y a des brouillages, c'est toujours de leur faute, même si ce sont des TV chinoises à deux sous (homologuées en France à coups de généreux bakchichs) qui sont brouillées. Quand on a une Licence avec un émetteur contrôlé (je ne parle pas des Cibi !), c'est comme pour les stations météo agréées. Le "Perturbé" est souvent mis au pied du mur en lui montrant l'absence de perturbation avec un récepteur télé correct ! En tant que Président d'une Association de radioamateurs, j'ai été trop souvent confronté au problème pendant des années ! -
  13. Oui, possible, merci, c'est ce que je me suis dit à chaque fois, puisque la "source" bouge ... Mais, quand on a dedans quelqu'un qu'on connait, ça pose des questions ! - (Fin du HS ) -
  14. - Merci Michel > mais par principe je n'aime pas payer.. Moi non plus ! 2ème HS à tous les deux, puisque vous me semblez bien connaitre le logiciel : Parfois la trace (et le zinc) disparaissent (sans crash !) ou n'existent plus si on fait un F5. Pourquoi ? Merci
  15. @mm91 Salut. Michel, j'utilise FlightRadar pour suivre (presque) quotidiennement un membre de ma famille (qui est sur Airbus un jour sur deux !). Je ne suis jamais arrivé à pouvoir lire le vent ou la température en cours de vol. Exemple ici pour l'AirFrance 7550 qui faisait Orly -> Montpellier il y a dix minutes, quand je clique sur Wind ou Température il m'indique 'Non available". J'ai malgré tout les valeurs par radio sur 119.8 au moment de l'atterrissage (ce sont celles du sol) mais j'aimerais les avoir en cours de vol. Comment fais-tu ? Merci. JP