Yoann44

Adhérent Infoclimat
  • Compteur de contenus

    120
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Yoann44

  • Rang
    Altostratus
  • Date de naissance 04/10/1988

Personal Information

  • Lieu
    Chauvé (44)
  • Site web
    https://docuclimat.wordpress.com/

Visiteurs récents du profil

452 visualisations du profil
  1. Bonjour Bernard, je crois que tu m'as mal compris Premièrement je rapporte les questions telles quelles posées par la journaliste dans l'article. Deuxièmement, je pense que par ces questions elle ne voulait pas du tout dire que les climatologues ne devaient pas être subjectifs scientifiquement mais bien subjectifs "politiquement" (dans le sens premier du mot politique "vie de la cité", en clair s'impliquer, au delà de leurs recherches), et c'est en cela que j'ai ouvert ce sujet. Savoir effectivement si au delà de la nécessaire objectivité scientifique par rapport au climat et à tous les autres domaines tournant autour (biodiversité, étude des glaciers, étude des océans, etc...), les climatologues ne devaient-ils pas sortir stricto sensu de cela en alertant sur les conséquences potentielles de leurs recherches. Pour moi, les deux sont possibles et nécessaires Et après tout Jean Jouzel, James Hansen et d'autres climatologues le font déjà avec plus ou moins d'engagement et je me demande si ce n'est pas justement cela qui donne de l'écho aux recherches sur le climat (quand je vois les partages ridicules sur les réseaux sociaux quand une étude est juste partagée telle quelle, tandis que les partages explosent lorsque un commentaire subjectif sur les conséquences potentielles est donné, alors oui certains diront que c'est du sensationnalisme, de l'attrape nigaud, etc... mais non, c'est juste être sensible à ce qui se trame et aux conséquences de nos actes, et beaucoup de gens fonctionnent également surtout sur leurs émotions, et pour une fois parler aux gens de recherches avec des émotions concernant l'avenir de la biodiversité et de l'humanité, je crois que ce n'est pas du tout être populiste, mais juste humain, et en plus si ça aide des gens à s'intéresser petit à petit à la science et à l'objectivité justement, je pense que ce n'est pas plus mal. J'avais d'ailleurs lu un excellent billet d'un écologiste qui se demandait pourquoi l'état écologique de la planète se dégradait aussi vite, alors que nous n'en avons jamais été autant conscient et que nous en parlons maintenant beaucoup. Il s'est beaucoup intéressé aux manières de communiquer des militants et des scientifiques à ce propos, et il a remarqué que cela restait souvent objectif, avec beaucoup de chiffres, en clair détaché de la simple sensibilité de la majorité des gens. Mais il s'est alors demandé, et si en fait les passionnés d'écologie n'avaient pas aussi été impliqués d'abord par leur simple sensibilité avant que la science ne vienne s'y impliquer dedans? bingo ! En interrogeant nombre de ses amis, scientifiques ou militants, il s'est aperçu qu'ils avaient tous été amenés à s'impliquer dans la défense de la nature via une enfance dans la nature et/ou des conférences et lectures portés par des personnes au message fort et non simplement objectif ) Le dernier paragraphe n'était pas pour toit Bernard, j'exprimais surtout des pensées de manière générale, je préfère le signaler avant au cas où
  2. Je relaye ici un excellent article sur un phénomène qui s'amplifie chez les climatologues : la dépression face aux résultats de leurs recherches et la réaction politique et sociétal loin de la réaction que leurs recherches mériteraient. Et la journaliste pose ainsi de bonnes questions à la fin de l'article que je relaye ici : " Pourquoi les discours des climatologues ont-ils si peu d’impact sur nous ? Eric Guilyardi, un climatologue français, explique que les climatologues préfèrent souvent éviter de s’engager politiquement quand on les interroge à titre personnel. Ils auraient peur que leur crédibilité scientifique soit remise en question. Il faut dire que les émotions sont un sujet tabou en sciences, et en particulier en sciences du climat. Le problème, c’est que le message ne passe pas, au final. Ou très peu. Il ne faut pas oublier que nous sommes des humains. Les psychologues le savent, nous percevons les risques avant tout avec nos émotions. Nous sommes aujourd’hui dans une situation dangereuse, très dangereuse. Nous n’avons plus le temps d’attendre. Il nous faut une prise de conscience mondiale et immédiate pour lutter contre le changement climatique avant qu’ils ne nous détruise. Les inquiétudes existentielles des climatologues deviennent donc, à mon sens, tout aussi importantes que leurs recherches scientifiques. Alors je pose la question : les climatologues peuvent-ils encore se permettre de garder à tout prix leurs objectivité lorsqu’ils s’adressent au grand public ? Ou bien, au contraire, n’ont-ils pas le devoir de partager leurs angoisses pour avertir efficacement le reste de la société ? Au risque d’alourdir encore plus leur fardeau, je m’interroge : peut-on rester campés sur des principes de pureté et d'objectivité scientifiques… tout en regardant le reste du monde couler ? " https://troisiemebaobab.com/le-blues-des-climatologues-8fa65f6d53d Je lance ainsi un sujet sur ces questions de plus en plus fondamentales évoqués par la journaliste...
  3. Johan Lorck évoque d'une manière très claire les dernières recherches qui ont été effectuées sur les phases d'IPO et l'évolution du RCA, je vous conseille vivement de lire l'article : " La température mondiale pourrait dépasser la barre des 1,5 °C dès 2026 si un mode de variabilité naturelle connu sous le nom d’Interdecadal Pacific Oscillation (IPO) passe à une phase positive. Cette prévision confirme une autre étude récente : encore quatre années d’émissions au rythme actuel et le niveau de CO2 sera suffisant pour porter la moyenne globale à +1,5°C au-dessus de la température préindustrielle. " https://global-climat.com/2017/05/13/la-trajectoire-des-15c-modulee-par-les-variations-du-pacifique/ J'en profite également pour mettre cet excellent graphique du climate lab book sur l'évolution du RCA par latitude par le passé et ce qui est projeté, très évocateur (si ce n'est même le plus évocateur à mon sens) : http://www.climate-lab-book.ac.uk/2017/zonal-mean-temperature-change/
  4. Une information inquiétante... La glace la plus épaisse et la plus résistante à la fonte se trouve aujourd'hui cantonnée au nord du Groenland, or le NSIDC rapporte que les courants et vents risquent d'en exporter une grande partie vers l'océan Atlantique par le nord-ouest du Groenland cet été, ce qui laisse craindre des fontes estivales très marquées à partir de cette année (sans parler du volume de la glace qui bat un record en ce début d'année comme mentionné par Higurashi...) : http://arcticjournal.com/climate/3138/current-youth La traduction sommaire de l'article : https://translate.google.fr/translate?sl=en&tl=fr&js=y&prev=_t&hl=fr&ie=UTF-8&u=http%3A%2F%2Farcticjournal.com%2Fclimate%2F3138%2Fcurrent-youth%23.WQxB-KtAyPQ.twitter&edit-text=&act=url
  5. Effectivement... mais malheureusement, quand une bonne nouvelle tombe sur l'Antarctique, il y en a toujours d'autres pour relativiser la portée de cette dernière... : https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/climat/les-cascades-de-sang-revelent-que-l-antarctique-pourrait-fondre-plus-vite-que-prevu_112640 https://www.actu-environnement.com/ae/news/antarctique-banquise-larsenc-midas-rivieres-fonte-28944.php4#xtor=AL-62
  6. Merci Swiftie pour le relais et l'excellent résumé de ces recherches ! Cela mérite aussi d'être signalé sur le topic statistiques et anomalies climatiques globales et sur le topic el nino (une étude transversale difficile à classer mais intéressante sur de nombreux points ;).
  7. Je parlais bien des anomalies prévues dans les prochains jours; Je prends l'exemple extrême avec l’anomalie prévue le 4 mai au matin :
  8. Ces échanges méridiens sont une bonne nouvelle pour calmer la sécheresse mais mauvais pour la calotte polaire Groenlandaise où une anomalie fortement positive se manifeste pour les prochains jours... Ce qui donnera des températures positives propices à une fonte précoce sur les abords de la calotte polaire, notamment dans le sud du Groenland... http://cci-reanalyzer.org/wx/fcst/#GFS-025deg.WORLD-CED.T2_anom Dans le contexte du RC, quand un y gagne, l'autre y perd, mais sur le long terme on est tous perdants... (à supprimer si mon propos est HS)
  9. Inquiétant en effet, mais tu es dans quelle région par contre ? Ce n'est pas indiqué sur ton profil. Dans le 44, on prie presque pour que les bonnes pluies annoncées dimanche et surtout lundi ne soient pas encore un mirage. Le niveau des ruisseaux continue de baisser pour atteindre les niveaux de Juin (c'est à dire presque à sec) et les quelques ondées qu'on va avoir dans les jours à venir vont surtout servir à éteindre la poussière et revigorer la strate herbacée. A voir pour le blé par contre qui pourra au moins se refaire une santé (et profiter par derrière des bonnes chaleurs prévues). Les semis quand à eux pourront aussi bien lever. L'inquiétude porte surtout sur les réserves en irrigation pour la saison estivale. Il nous faut absolument un mois de Mai pourri (désolé pour celles et ceux qui aiment le beau temps au printemps) car des collègues maraîchers commencent déjà à creuser en urgence de nouveaux bassins de rétention ou des forages, leurs retenues collinaires sont déjà en train de dangereusement baisser...
  10. Exactement, d'ailleurs si on prend la moyenne des températures 850hpa à Marseille de début Mai (ligne rouge) on est loin de la soi-disant température habituelle de +15°c cité plus haut : moyenne de +7°c environ pour début Mai à Marseille. Comme l'expliquait très bien treize vents et d'autres intervenants dans un ancien sujet du topic climatologie, on oscille en France entre une moyenne de -2/-4° sur la moyenne hivernale (DJF), et 10/12° sur la moyenne estivale (JJA) (selon treize vents) : Par contre, si tu voulais dire Haut Forez qu'à cette époque de transition, la remontée de masses d'air subtropicales qui commencent déjà à bien se réchauffer pouvaient déjà donner de bonnes températures à 850hpa début mai, là oui c'est certain. D'ailleurs une bonne partie des modèles ce soir envisagent bien une remontée de masse d'air bien chaude pour la saison. A ce propos même si cela peut-être HS (ce qui vaudrait surement un sujet dans le forum climatologie), quelle est l'évolution de la température moyenne à 850hpa en France depuis le début du RC ? Est-ce que l'on observe également une hausse notable des températures à 850hpa à la la faveur de flux de sud-ouest par rapport aux dernières décennies (j'avais vu que le sujet avait déjà été évoqué ici) ?
  11. Ce documentaire, assez ancien, est pour l'instant le plus intéressant que j'ai vu sur ce courant important pour la régulation du climat européen : http://www.les-docus.com/gulf-stream-le-talon-dachille/ Il est d'autant plus d'actualité au vu de l'étude récente relayé par Johan Lorck : https://global-climat.com/2017/02/23/un-risque-de-refroidissement-rapide-dans-latlantique-nord/ Si tu en connais d'autres Cotissois sur le gulf stream , je serais intéressé il est possible que j'assiste de mon vivant à un arrêt du gulf stream provoquant un refroidissement de l'Europe tandis que pour l'instant on assiste à un réchauffement climatique sans précédent de par sa rapidité (et qui ne s'arrêtera pas ailleurs; d'ailleurs l'étude de James Hansen est intéressante et inquiétante à ce propos), et en tant qu'agri et passionné d'agroforesterie, il y a de quoi ne plus savoir quoi planter pour le futur (chêne liège ou mélèzes et bouleaux ? ) et de quoi s'intéresser vivement à toutes ces dynamiques qui risquent de gravement affecter notre futur et la nature...
  12. Excellent graphique diffusé sur twitter par James Screen : Associate Professor in Climate Science (usually related to Arctic sea ice) | Editor at Journal of Climate Il résume très bien les probabilités d'une disparition de la banquise estivale en fonction de l'évolution du réchauffement climatique. Et quand on voit les évolutions de la banquise ces dernières années, on ne peut que s'inquiéter du fait que la probabilité ne soit (encore une fois) revue à la hausse... D'ailleurs la banquise talonne actuellement le net décrochement de 2016 qui avait commencé mi-Avril (avant de revenir à une extension "normale" vers la mi-Juin, pour mieux redécrocher par la suite). Au vu de la plus faible épaisseur de la banquise en 2017 et de son plus faible volume, il est à craindre que des conditions météorologiques même peu exceptionnelles n'occasionnent une nouvelle saison de fonte record... A ce propos, les températures prévues par le modèle CFsV2 pour les mois à venir prévoient une bonne anomalie de température cet été au niveau du Groenland et de la mer de Barents, ce qui ne sera ni bon pour la banquise de ce côté là, ni bon pour la calotte polaire Groenlandaise (ce qui est plus encore plus à craindre), excepté une anomalie froide particulièrement marqué prévue sur les mers bordant le Canada et la Sibérie Orientale ce qui pourrait peut-être sauver la mise (sauf si la banquise se retrouve déjà concentré majoritairement vers le Groenland dans les mois à venir) : http://www.cpc.ncep.noaa.gov/products/CFSv2/htmls/glbT2me3Mon.html Au delà des températures, le vrai risque se situera autour de tempêtes aux vents bien orientés pour une exportation de la banquise la plus ancienne vers la côte orientale du Groenland et une dislocation du pack, et là même des températures "normales" ne pourront sauver la glace déjà fragilisé... A ce propos, d'ailleurs savez-vous si des modèles climatiques prévoient un changement des conditions météorologiques en été en Arctique dans le futur et par là-même des rétroactions sur la banquise ? Je crois me souvenir Higurashi que tu avais trouvé une étude sur cela à propos de la calotte polaire, mais sur la banquise je ne sais plus. Treize vents avait aussi mentionné des effets autour du maintien d'anticyclones en été favorisant l'apparition de nuages bas et de blocage de la chaleur si je me souviens bien, accélérant la fonte, l'évaporation et favorisant par là-même la formation de nuages bas, etc... (personne d'ailleurs ne sais pourquoi Treize vents n'est plus parmi nous ? je lui ai envoyé un message mais pas de réponse, son absence est marquante sur le forum IC...)
  13. Oui et le dernier bulletin mensuel de Meteo France confirme les craintes pour une perpétuation, voire aggravation de la sécheresse pour début mai (en tout cas pour les secteurs non arrosés de manière suffisante la semaine prochaine, je pense notamment à la moité nord de la France sur un axe Bordeaux-Strasbourg, où on trouve d'ailleurs les régions déjà les plus touchées par la sécheresse météorologique, hydrologique et maintenant agricole... bientôt une sécheresse écologique ?... ). http://www.meteofrance.com/accueil/previsions-mensuelles Pour la semaine du lundi 01/05/2017 au dimanche 07/05/2017 : temps généralement sec et ensoleillé avec des températures sensiblement au dessus des normales saisonnières mais avec un risque d'évolution orageuse comme corollaire. Tendance des températures pour la période du lundi 08/05/2017 au dimanche 21/05/2017 : Les températures devraient rester globalement supérieures aux normales de saison. Dernière mise à jour le 22/04/2017, prochain bulletin prévu le 23/04/2017. Frederick Decker prévoit un mois de mai chaud mais orageux, qui pourrait compenser la période de sécheresse. J'espère que sa prévision s'avérera juste et encore, car comme il le mentionne lui-même des secteurs pourraient reste à l'écart des averses orageuses... http://www.lameteo.org/index.php/tendances-saisonnieres-mai-2017 Sur le modèle CFSv2, les précipitations sont vues excédentaires dans le sud de la France mais toujours sèches dans la moitié est de la France. Sur le grand-ouest on ne vas pas se plaindre il est même prévu un léger excédent pluviométrique, mais on est pas là pour faire du chauvinisme météorologique Sérieusement, j'espère sincèrement pour les secteurs sensibles une période de pluies notables en mai pour la nature autant que pour les agriculteurs... Cela commence en tout cas à jaser chez les agris sur le temps qu'il fait et sur les impacts sur leur trésorerie, et cela promet une période post-électorale agitée quelque soit le candidat... Quand aux arbres, ils n'ont malheureusement personne pour réclamer qu'on arrête de créer les conditions propres à accentuer les sécheresses (intérêts d'ailleurs souvent contradictoires avec les nécessités de l'agriculture intensive)...
  14. Article intéressant d'aujourd'hui de Ouest France sur le niveau de la Loire, plus bas qu'en 1976 mais pas aussi bas qu'en 1947. Je trouve que les personnes interviewés dans l'article sont quelques peu optimistes, attendant que le mois de Mai et de Juin soient pluvieux comme les années précédentes, mais au vu des prévisions saisonnières actuelles, cela ne risque pas d'être le cas (sauf en cas de fronts orageux particulièrement virulents et suffisamment étendus). En tout cas, la situation est à surveiller de près, mais en ces temps de période électorale, je doute que nombre de personnes soient au courant de ce qui se passe, des enjeux de cette potentielle sécheresse historique et de la nécessité d'économiser l'eau le plus possible en prévision...
  15. Merci Bernardt60, j'utilise tellement le forum que j'en oublie de visiter les outils d'infoclimat Apparemment selon ce tweet, le feu serait circonscrit, à voir l'évolution cet après-midi : Julien Lestage @j_lestage #incendie en #Gironde à Cissac: l'incendie est circonscrit. Mais de nombreux points chauds encore à surveiller. 900 hectares brûlés 08:42 - 21 Apr 2017 Tweet vu ici : http://www.sudouest.fr/2017/04/20/gironde-deux-violents-feux-de-foret-en-meme-temps-3382284-2964.php