Fil67

Membres
  • Compteur de contenus

    1 092
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    9

Tout ce qui a été posté par Fil67

  1. Tout juste un petit 4/5mm hier sous la perturbation. La série noire se poursuit: pas d'orages, peu de pluie!
  2. Le Rhin de nouveau superbement à l'oeuvre on dirait. Et une de plus. Temps gris, humide, ça broussine.
  3. On notera quand même que sur cette photo y'a clairement plusieurs catégories de gens: ceux plus ou moins emmitouflés qui se protègent sous un parapluie des affronts du ciel ( par une habile mise en oeuvre, pas besoin de les chercher ceux-là ), ceux qui ne semblent pas affectés plus que ça par la météo "ignoble" et qui continuent leur vie coûte que coûte, et ceux qui semblent même savoir tirer parti de la situation, voire en profiter. En tout cas bon choix de mise en scène avec cet énorme et unique parapluie au premier plan. Le message est ainsi assurément passé pour la plupart des lecteurs de ce journal. Après, si on enlève le parapluie en question, ben on se retrouve avec une photo presque banale où on voit des gens profiter d'une journée grise et humide. Des gens qui se baladent, qui discutent, certains en short ou manches courtes, bref, tout, sauf des gens soi-disant rongés par les caprices de la météo.
  4. Certes, d'un point de vue température, l'été ça peut durer jusque mi-septembre quasiment. Surtout en Alsace. Mais d'un point de vue orage et instabilité, on est désormais sur la pente descendante. Jouer des pieds et des mains à plusieurs reprises en plein été n'a souvent pas suffi à être gratifié de plus d'une ou deux dégradations orageuses méritant finalement son nom ( et encore ça dépend beaucoup des endroits). On va pas me la faire: la saison avançant inexorablement, en septembre, ce sera sans doute fini pour de bon. C'est un peu comme l'hiver après la mi-février quoi. C'est en ça que j'évoquais la fin de l'été. La fin de la saison orageuse j'aurais du dire. IL serait d'ailleurs étonnant que l'on ne connaisse en effet pas encore au moins une grosse flambée du mercure d'ici la mi-septembre. Après ces deux mois de juillet et d'août mitigés ( normaux parfois), soit on chauffe encore un bon coup avant l'automne, soit on a bel et bien changé de récurrence. Sinon cumulus masquant fréquemment le soleil en cette mi-journée. Quelques échos sur la Forêt Noire outre Rhin. Le voile d'altitude arrivant par l'ouest pourrait mettre un sérieux frein à la convection sur les Vosges cet après-midi.
  5. Superbe dégradation ici aussi: 1heure de faible pluie stratiforme en fin de soirée. Un grand classique maintenant. Yep, l'été enfin bientôt terminé, ce petit jeu minable du chat et de la souris va prendre fin lui aussi. On se demande encore comment et pourquoi ça a si bien pété sur le sud de l'Allemagne, alors que la trajectoire des cellules (WSW/ENE) montre clairement que VOsges/Alsace ont été concernées par la même masse d'air juste avant. Enfin bon, tournons encore une fois la page. Pas trop sa place ici, mais en guise d'illustration de la page qui se tourne: On commence sérieusement à en voir le bout maintenant: très peu d'énergie convective modélisée pour les 10/15 prochains jours. En tout cas pas de pic en vue pour le moment.. Finalement, avec l'orage du 1er août dernier, j'aurais entendu le tonnerre au moins une fois ce mois-ci. C'est mieux qu'août 2016, ouf
  6. Cette faiblesse pluviométrique devient un souci spécifique aux Hautes-Vosges NOn pas qu'il pleuve plus ailleurs, mais ce sont bien les Vosges elles-mêmes qui ne cumulent plus comme auparavant. Beaucoup de stations de la plaine alsacienne ont autant sinon plus que Gérardmer sur la première quinzaine. Pourtant, on ne peut même pas incriminer l'injustice répétée de précipitations convectives, ces derniers 15 jours s'étant plutôt caractérisés par des conditions généralement stables. On a même plus souvent été dans de l'W ou WSW dépressionnaire, qui aurait du permettre aux Vosges de "scorer" un peu plus, et en tout cas plus que la plaine. Bizarre tout ça, et c'est pas nouveau. C'est comme si il n'y avait plus que l'W complètement dépressionnaire de saison froide pour accentuer les différences entre relief et plaines environnantes.
  7. On croise encore les doigts aussi fort qu'on peut, mais ça commence à faire mal cependant depuis le début de l'été . Pour l'été prochain, je m'achète une paire de moufle, comme ça y'aura plus rien à croiser
  8. Sauf que le forçage sur le bassin parisien en ce moment, il va suivre le flux général et se barrer essentiellement NNE dans les heures à venir: En nous frôlant simplement au passage. Comme tu dis avec un timing tardif, et une horizon satellite bien encombré actuellement.
  9. Sans grande surprise, l'énergie dispo sur la région va être en partie consommée par ce qui vient de nous filer sous le nez côté allemand. Ciel couvert et chaotique, très lourd, mais on n'aura sans doute majoritairement droit qu'à du stratiforme d'ici quelques heures. Enième tournure vraiment désavantageuse de la saison.
  10. Séquence instable voire orageuse en effet pour le milieu ( élargi) de semaine à venir. L'ensembliste graphique américain centré sur Strasbourg lance ce signal depuis un bout de temps déjà. Pour preuve, sortie du 9 août dernier: Les dernières sorties confirment encore cette hypothèse: Avec ce pic instable centré autour du 15 août. La moyenne des scénarios donne un bon 1000j/kg de CAPE. Côté synoptique générale pour ces 3 journées de lundi mardi et mercredi, voilà ce que ça donne: Flux de sud-ouest assez lâche dans un premier temps, à l'avant d'un large talweg recouvrant l'ensemble du golfe de Gascogne et se prolongeant de manière plus diffuse jusqu'au large des côtes sud marocaines. Le tracé des isohypses à 500hPa ( lignes noires) trahit une masse d'air atlantique sur la majeure partie du pays. Ca n'est certes pas du subtropical pur, mais ça reste de l'océanique assez bas perché en latitude pour les 9/10 du pays ( exception faite de l'extrême nord-ouest). Le champ de pression est lâche on l'a vu, divergent sur la façade est, avec de petites irrégularités dans le dessin: ça n'est ni réellement anticyclonique ni encore franchement dépressionnaire: une première ondulation dépressionnaire traversera certes l'ouest de l'Allemagne lundi, mais elle reste diffuse elle aussi, peu marquée, et pénétrant dans le champ d'action de la dorsale centre-européenne. Masse d'air partiellement encore humide en basse couche, mais surmontée de conditions plus sèches assez rapidement, inhibant la convection dans ce contexte peu dynamique dans un premier temps. Evolution estivale classique, avec un ciel se garnissant de cumulus en cours de journée, plus imposants sur le relief, où le soutien orographique pourra éventuellement favoriser la formation d'une ou deux cellules pluvieuses/orageuses ponctuelles, aussi bien d'un point de vue géographique que temporel. Mardi, apogée de la situation instable. Suspendu dans sa course par un creusement très dynamique au sud du Groenland, notre talweg gascon ne progressera guère. On retrouvera à la mi-journée son axe le long d'une ligne Portugal/Ecosse, toujours précédé d'un flux de sud-ouest à l'avant, devenant plus dynamique. Comme le disait Simon dans le post précédent, c'est effectivement en soirée/fin de journée que l'influence dépressionnaire atteindra son apogée: Avec le passage d'une onde préalable de courte amplitude sur la mer du Nord, tangentant le nord-est du pays. Processus que l'on aperçoit plus nettement sur la carte suivante à 10km: Cette zone de dynamisme plus marqué se superposera avec des valeurs d'instabilité accrues sur une large diagonale Aquitaine/MAssif Central/Nord-Est et de là sur l'ensemble de l'Allemagne. Le dynamisme se superposera cependant favorablement à ces zones bien pourvues en instabilité essentiellement sur un couloir central traversant l'Allemagne du sud-ouest vers le centre-nord, le long duquel pourrait se former une dégradation généralisée et bien organisée ( cisaillements notables). Pour le nord-est de la France, on serait un peu en marge de la zone la plus structurée de ce dynamisme, mais encore suffisamment sous son influence pour pouvoir assister à la conversion de l'énergie instable en une dégradation marquée ( point de vue intensité), mais manquant probablement d'organisation et donc d'étendue. On se dirige de fait semble-t'il de nouveau vers un truc à potentiel de flop assez présent, marqué par une évolution diurne préalable très aléatoire par manque de soutien dynamique d'abord, suivi ensuite, éventuellement, de la constitution - ou de la progression - du front orageux lui-même en fin de journée, avec fort risque de parasitage préfrontal encore une fois. En toute honnêteté, ça sent la dégradation une nouvelle fois plus pluvieuse qu'orageuse compte tenu du timing un peu trop tardif et de l'imperfection au niveau synchro des divers ingrédients, tandis que l'on pourra si ça se trouve assister à une journée franchement orageuse à quelques 200/300km au nord à peine sur une bonne partie de l'Allemagne. Il nous faudra sans doute plutôt miser sur les possibles orages locaux de chaleur l'après-midi ici ( au potentiel certain, eux, énergie et instabilité étant présentes simultanément). Mercredi, retrait progressif de la masse d'air instable contre l'arc alpin. Réactivation partielle possible sur la frange nord de celle-ci ( sud Vosges, sud Alsace/Jura). Possible mais pas forcément obligatoire.
  11. Simon et ses soirées en terrasse, tout un programme! En attendant, ça, assez peu probable d'un point de vue climatique en Alsace... Reste toujours ça: Option plus sûre et plus couramment utilisée sous nos froides contrées, et tout aussi conviviale finalement. Sinon, pour une mise en oeuvre plus rapide et moins onéreuse, le combo (encore) indispensable pour qui veut absolument passer toutes ses soirées d'été en terrasse, surtout au-dessus de 45°N: respectivement pour le froid, pour la pluie, et pour les frileux les plus courageux en dernier lieu:
  12. Une sensation de déjà vécu tout au long de la plupart de nos derniers hivers. On verra si septembre (ou octobre) ne vont pas tenter de jouer le rôle d'été tardif. Pour septembre en tout cas, c'est assurément une tendance de fond depuis le début des années 2000, avec la raréfaction des mois frais ( évolution de la moyenne de tmax pour Entzheim):
  13. Citation de l'article: "Des parasols et des bouées qui décollent à plusieurs dizaines de mètreS de haut." Déjà, si ils ne savent pas écrire correctement, on ne peut raisonnablement pas espérer d'eux qu'ils puissent ensuite parler correctement . Bon là en l'occurrence le S à mètre est muet. Mais son absence a néanmoins quelque chose d'aveuglant. Quant à l'utilisation à outrance du terme mini tornade à droite et à gauche, il y a là dedans quelque chose qui relève de la surdité congénitale...
  14. Je pense en effet maintenant aussi qu'on peut dire que le pire est derrière nous pour cette année hydrologique 2017 quoiqu'il arrive d'ici la mi-septembre. D'ici 2/3 mois on attaquera déjà les bases de 2018, à ce jour pas toujours forcément très très bonnes partout c'est vrai, mais on ne va peut-être normalement pas non plus aligner 2 années aussi défavorables d'un point de vue pluviométrique. NOrmalement. Avec le passé des 12 derniers mois en tout cas, on aurait pu avoir vraiment pire sur l'Alsace. Cf la vigilance pour le Haut-Rhin depuis la fin d'hiver ou sur le Bas-Rhin plus récemment. L'été "pourri" ( ) depuis début juillet nous aura finalement épargné une situation plus tendue: petites pluies revenant fréquemment, localement significatives, et, surtout, absence de longues périodes de temps caniculaire. Ce début août ( toujours encore en net excédent moyen sur la première décade soit dit en passant, ça c'est encore pour le côté été pourri...) permet de continuer sur cette bonne lancée dans l'immédiat. Et avec les pluies du jour et la tendance générale côté températures pour les 10/15 jours à venir, on peut raisonnablement dire qu'on n'a plus grand chose à craindre pour ce qu'il reste de l'été au niveau de la sécheresse sur la région.
  15. En effet ,et voici une autre facette de l'été pourri sur l'Alsace: 3.24°C d'anomalie positive moyenne sur 3 mois. Cherchez le bleu . A priori les anxieux des températures de saison ont réellement beaucoup plus de mal avec la normalité que les caniculophobes avec la chaleur Mais bon, avec certains, ni la main ni le bras ne suffisent réellement. La condition première pour se fondre dans la masse ici, c'est d'avoir moins de 40 ans de toute façon. Ou avoir la mémoire vraiment très très courte en tout cas. Sinon, on est complètement HS
  16. Pas trop trop isolé pour l'Alsace GFS: Dans le haut des possibilités certes, mais simplement en tête du peloton serré des 15/20mm sur l'épisode. Le canadien, par contre, en mode sur orbite...Arome aussi, mais vers le bas du bas. En tout cas pour le massif vosgien, ce coup-ci, pas de pétard mouillé
  17. St Pierre et Miquelon, parce que les Kerguelen, c'est pas vraiment possible?
  18. Tu confonds intérêt pour la météo et intérêts que tu peux tirer de la météo. Enfin bon, c'est vrai qu'il faut avoir largement moins de 50 ans pour pouvoir reconnaître une journée pourrie d'été quand il s'en présente une. Heureusement que , en lieu et place d'une soirée en terrasse au soleil par exemple, Alaska ( clin d'oeil au passage, je précise) ne vient pas réclamer de la neige et du gel en plein coeur de l'été pour pouvoir sortir le traîneau
  19. Je t'en prie, fais le compte des lamentations de ceux qui aiment pas la chaleur ( vu qu'en plus le temps est pourri et que tu es visiblement coincé à l'intérieur, malgré les 24/25/26 et même 27 qui fleurissent en ce moment sur l'Alsace, et les larges éclaircies qui agrémentent ce milieu d'après-midi). Mais tu ne m'y trouveras pas souvent dedans en tout cas. Nettement moins que toi avec tes "vivement le retour de ci, vivement le retour de ça, quel temps pourri, il fait pas assez chaud, etc, etc" dès qu'on a une ou deux journées pas à ton goût..
  20. Profite des extrêmes du jour alors! 20°C un 5 août en milieu d'après-midi, mine de rien, c'est par endroits seulement à 3°c des records journaliers de Tx la plus basse Qui sait, si on continuait comme ça avec 18 à 20°c tous les jours en guise de Tx, on pourrait finir août 2017 avec un record de faiblesse pour ce qui est de la moyenne mensuelle des maximas? Mais je crois que même comme ça, malgré le record qui se profilerait, tu ne le supporterais pas Et je me répète encore une fois mais ça tu ne le relèves pas du tout : on a déjà tellement souffert de la fraîcheur le mois dernier que la coupe est déjà pleine, après une journée un peu plus fraîche.
  21. Si les vacanciers veulent absolument de la chaleur non stop de début juillet à fin août, l'Alsace n'est clairement pas la destination idéale. Je laisse à chacun le soin de deviner où il vaut mieux aller durant cette période ( encore qu'en ce moment, c'est plus craignos qu'autre chose, voire même carrément malsain, à en juger par les sentiments exprimés ici ou là par les locaux ou les reportages divers) Quand on vient en Alsace, c'est pour la beauté de la région en premier lieu. Si la météo est bonne, c'est du bonus. 20 ou 21°c, c'est certes 4/5°c sous les normales d'un mois d'Aout, mais on a déjà un superbe excédent moyen pour ce tout début août ( 28/29°c de moyenne sur les maximas jusqu'à hier, ça te dit quelque chose?). Mais c'est vrai, j'oubliais, on sort d'un mois de juillet tout bonnement pourri, et personne n'en peut plus, surtout pas ces pauvres vacanciers
  22. Lol oui, et je ne te comprends que trop bien puisque que je partage probablement ta spécificité ( sans bouger, 20°c et des brouettes suffisent à mon bien-être, en bougeant 10/15 c'est le top ). J'avais chaud ce matin au boulot avec 12°C, à 1200m Mais l'air était peut-être encore un peu trop humide aussi sans doute, une petite sensation de "lourdeur" résiduelle.
  23. Fièvre nocturne confirmée par les radiosondages suivants ( sud-ouest de l'Allemagne, pas très loin de la frontière avec le nord de l'Alsace): Mercredi midi: Et la nuit dernière ( jeudi minuit): L'advection chaude a été bien dynamique en basse troposphère, puisqu'entre ces deux radiosondages, on a pris 5°C sur la tranche 500m/3000m quasiment. NAturellement, très facile pour le relief d'aller chopper des minimas ahurissants dans ces conditions: l'air chaud s'impose sans le moindre problème en montagne, dès lors que le vent empêche la constitution d'une pellicule fraîche près du sol. Et le graphique le montre, le vent de sud-ouest s'est sensiblement renforcé durant la nuit dernière, à l'arrivée de l'air chaud.
  24. Je te rassure, même si les causes ( si il y en a) ne sont pas les mêmes, c'est malgré tout exactement et majoritairement l' écrasante impression que m'ont laissé ces dernières saisons orageuses ici: lors des transitions instables avérées, avec bon potentiel, on passe d'une ambiance chaude, lourde et plutôt calme, prometteuse en un mot, à un ciel encombré puis couvert, accompagné d'une levée de vent et d'une baisse progressive de la température, sans le moindre grabuge. LEs bonnes journées, on entend quand même le tonnerre au loin. Sinon, c'est pluie essentiellement stratiforme pendant une heure ou deux max ( que l'on accueille avec plaisir soit dit au passage) L'épisode de hier soir, malgré sa gentillesse certaine, est quand même dans le top 3 des orages les plus "intéressants" depuis le début de saison pour mon secteur ( quelques impacts assez proches, une pluie battante). HS ici, mais on peut commencer à parler d'une première quinzaine d'août en mode encéphalogramme quasi plat niveau orage. PAs d'aout 2016 bis repetita!
  25. Il aura au moins bien plu en début de nuit, c'est toujours ça de pris Ca devient juste dingue de chez dingue par ici: quelle que soit la config météo ou la prévision à court terme, le fait récurrent de pouvoir maintenant écarter presque d'emblée toute menace orageuse sérieuse dans au moins 90% des cas est absolument ahurissant dans sa quasi systématicité. Y'a eu des coups de tonnerre malgré tout hier, répartis sur l'ensemble de l'après-midi, ça a sauté une fois au disjoncteur, mais punaise, au final, en y réfléchissant bien, un petit orage de traîne en janvier ou en février ou un orage orographique diurne d'antan en font plus en moins de temps!