sirius

Adhérent Infoclimat
  • Compteur de contenus

    1 401
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de sirius

  • Rang
    Cumulus humilis
  • Date de naissance 21/09/1944
  1. Tu confonds l'albédo géométrique qui est celui qui correspond à un angle de phase nul et l'albédo de Bond qui correspond à l'albédo intégré sur tous les angles de phase. https://fr.wikipedia.org/wiki/Albédo_de_Bond C'est l'albédo de Bond qu'on utilise pour le bilan radiatif d'une planète, l'albédo géométrique étant plutôt une valeur correspondant à des conditions d'observation particulières. http://lasp.colorado.edu/~espoclass/ASTR_5835_2015_Readings_Notes/Titov_Et_Al-EVTP.pdf Oui, il y a plus d'UV sur Vénus que sur la Terre mais ce n'est pas à cause du vent solaire, c'est tout simplement parce que Vénus est plus près du soleil source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Vent_solaire
  2. La constante solaire sur Vénus est donc (150/108)^2, cad, 2,25 fois celle de la Terre mais l'albédo de Vénus est très élevé à cause des nuages qui l'entourent en totalité. (0,75) L'énergie solaire absorbée est donc de 1360*2,25*(1-0,75) = 191 W/m2 au lieu de 238 W/m2 sur la Terre. Je ne vois pas en quoi l'absence de champ magnétique influence le rayonnement solaire , enfin pas directement en tout cas.
  3. Perso, je ne vois pas de différence entre les diverses régressions sauf en y regardant à la loupe . Une loupe qui pour le coup n'est peut être pas très compatible avec la précision des moyennes. Ca ne change rien sur le fond évidemment et tu as raison, il faut insister sur l'inertie du climat
  4. Crédibles ? oui certainement mais peut être pas au Joule près quand même. Par exemple, "(We used) in situ measurements, ocean reanalysis and global sea level budget. For 2003–2013, it amounts to 0.5 +/− 0.1Wm−2, 0.68 +/− 0.1Wm−2 and 0.65 +/− 0.1Wm−2, respectively for the three approaches." Dieng et al INTERNATIONAL JOURNAL OF CLIMATOLOGY Int. J. Climatol. (2017) La fourchette est donc à peu près de 0,5 à 0,7 W/m2 et comme le dit cotissois, on n'en est qu'au début du réchauffement en qq sorte. Autrement dit, les trajectoires ne sont pas très différentes les unes des autres pour le moment.
  5. Je ne débattrai pas ici, ce n'est pas le sujet.
  6. Pour ceux que ça intéresse: une discussion sur la physique de l'effet de serre sur Futura Science, en particulier pourquoi ça ne sature pas. Il semble que le phénomène n'est pas bien compris de beaucoup de gens.
  7. C'est donc bien une correction de cycle diurne et ça dépend évidemment du modèles utilisé. Il y a le même problème avec la mesure du bilan radiatif . Tout le monde voudrait des mesures homogènes et parfaitement maintenues dans le temps . Seule solution avoir un satellite géostationnaire au dessus de chaque point du globe . CA côute cher et ...c'est un peu difficile à réaliser à moins de de remplacer la physique la plus basique par une physique alternative mais c'est peut être en route, ça
  8. J'ai un pb de compréhension bête: que veut dire TOBS ? C'est la correction du cycle diurne?
  9. Sauf erreur, la première figure de Christian et celles d'Higurashi ne présentent pas les RMS mais le spread des 100 réalisations utilisées par Mears et al.
  10. Si la question des mesures satellite t'intéresse plus particulièrement, j'essaie de l'aborder sur Futura Sciences . . Il me manquait justement les figues ci dessus. En outre, il y a une chose qui n'est même pas abordée dans le papier qui est à l'origine de ces figures (Mears et al, JGR, 2011) , c'est le rôle des nuages qui perturbent significativement les données. Ne pas se tromper non plus: les sondages de température par satellites sont extrêmement utiles pour la prévision météo mais elles ne sont pas appropriées aux suivis climatiques
  11. Oui, je le recommande également mais honnêtement, le dernier chapitre intitulé "réalités du changement climatique en FC" est le seul qui traite du climat présent et de son évolution et il manque de détails régionaux, on a qq graphiques sur Besançon et des figures qu'on peut obtenir de DRIAS . Peut être que ça répondra à vos attentes.
  12. "J'ai l'impression de relire les mêmes raisonnements que pour le faux hiatus " On est d'accord là dessus. Ca répond aussi en partie à CP3: si on a tant parlé de 2016 c'est surtout parce qu'il montre clairement qu'il n'y a jamais eu de hiatus. Compte tenu de tout ce qu'on a entendu là dessus depuis 1998, on a peut être (sans doute même) eu tendance à en rajouter
  13. Sérieusement, je ne pense pas que ça change grand chose en fait. sur le fond : On sait quand même bien tous que cette limite de 2° C à ne pas dépasser n'est qu'une estimation raisonnable certes mais dont la base scientifique n'est pas très rigoureuse. Ce qui apparaît le plus raisonnable, c'est de dire que lors de l"Eémien, les températures n'ont pas dépassé de beaucoup ces 2°C en plus et que le climat n'a pas bifurqué. Ceci dit, au bout de qq siècles ou millénaires, le niveau de la mer a quand même été supérieur de qq 6m au niveau actuel mais ça a pris du temps. Il y a bien le papier de Hansen et al paru cette année qui parle d'une possible hausse comparable et très rapidement mais il est très discuté entre autres à cause de l'hypothèse qui y est faite sur la vitesse de dislocation des calottes du Groenland et de l'Antarctique mais ce papier tire déjà la sonnette d'alarme pour 1,5°C ! sur les actions à venir : En matière d'adaptation, l'activité économique a des constantes de temps assez longues me semble t il. Trop pour que ce changement de référence ait un impact .
  14. Je bats ma coulpe. Merci d'avoir répondu. En effet, ça ferait bien un petit 10% de plus avec toutes les réserves d'une comparaison de deux événements évidemment.
  15. Où vois tu une accélération ? Avec quelle période ? De 75 à 2016, la tendance est de 0,18 C par décennie, les deux El Nino que tu compares donnent 0,2 C sur 18 ans , soit 0,11 C par décennie. Par curiosité, j'ai regardé ce que donnait le El Nino de 83 et là, on a 0,26 C en 15 ans soit 0,17 C/décennie Je me trompe?