Météo78

Contributeur & modérateur
  • Compteur de contenus

    14 400
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    1

1 abonné

À propos de Météo78

  • Rang
    Dépression tropicale
  • Date de naissance 30/12/1993

Personal Information

  • Lieu
    Albi

Visiteurs récents du profil

696 visualisations du profil
  1. Ambiance chaude sur Albi ces derniers jours avec +31°C jeudi, +28°C hier et déjà +25°C actuellement (à peu près). Le Soleil brille sans partage...
  2. Bonjour à tous, Aujourd'hui on se retrouve pour une petite série photo prise hier soir dans le Tarn. La situation d'hier était très prévue très dynamique sur la grande majorité des régions. Cependant, dans le Tarn, il en était tout autrement. En effet, soumis au vent d'Autan mais abrité par la Montagne Noire, le Sidobre et les monts de Lacaune, le département bénéficiait d'une dynamique différente, explications: -Sur la côte Aquitaine et une majeure partie du sud-ouest, un coup d'ouest très pénétrant était prévu par les modèles apportant avec lui une masse d'air océanique détruisant tout de suite toute cellule orageuse qu'elle rencontrerait. D'ailleurs, en fin de soirée, l'énergie disponible n'est plus que l'ombre d'elle-même... 0 de cape et +6 de LI sur Albi. Vous avez dit orage? La solution est à chercher en altitude: alors qu'au sol, la limite est très nette avec un rabattement instantané des vents à l'ouest, on peut constater qu'en altitude c'est beaucoup moins vrai: la limite est lâche avec une zone tampon allant de 30 à 50km de large (zone vert foncé sur le Tarn et Garonne). L'effet d'abri et de micro-convergence à l'arrière des monts de Lacaune et de la Montagne noire est également bien visible. (vents 925hPa) Conséquence: en altitude, l'instabilité est toujours très présente pour l'heure avec 1300-1500 de cape et -4/-5 de LI. Par effet des convergences induites par le relief, des déclenchements orageux préfrontaux sont donc très probables entre la Haute Garonne, l'est du Gers et le Tarn alors que les forts orages Aquitains se transformeront en MCS baveux. La journée est comme prévue très chaude avec jusqu'à près de +35°C sur le littoral Atlantique, décroissant lentement vers l'est. En soirée, les premiers déclenchements se font en Espagne et se propagent rapidement vers les côtes françaises. Mais, alors que comme prévu les orages faiblissent rapidement à l'ouest, de nombreux soulèvement d'altocumulus se produisent sur les régions prévues. Ceux-ci aboutiront à l'orage entre l'est du Gers et le Tarn aux alentours de 23h30 jusqu'à 1h. Très isolés et secs, ces orages se montreront peu électriques mais les décharges se montrent tout de suite d'un esthétisme propre aux situations sèches et caniculaires avec de la foudre remarquablement ramifiée. comme ici sur fond de lumière Toulousaine. 1] Foudre ramifiée et pleine lune... 2] Pose plus longue mettant en valeur le Cb éclairé par la Lune et les lumières de l'agglomération Albigeoise. 3] Avec pose un peu moins longue 4] Quadruple impact très ramifié tombant sur les environs d'Albi. 5] Et pour finir, un petit exemple de décharge intranuageuse avec une vue plus large: 6] Grillons, air chaud, absence de vent, étoiles... Tout y était pour une bonne chasse malgré la faiblesse de la dégradation sur le Tarn. Vous pouvez ci-dessous voir le trajet atypique de la cellule par rapport à la dynamique générale: pas de SC, loin de là, mais une convergence liée au vent d'Autan formée par les monts.
  3. Bonnes prises pour un orage flotteux! Comme dit plus haut, tu t'en es bien tiré.
  4. Merci à tous pour vos messages! Pour le 1er plan clair, c'est tout à fait volontaire, la foudre permet grâce à sa forte luminosité de ne pas complètement boucher les tons sombres, ce qui est donc facilement récupérable pour faire apparaître les vignes. Il n'y a pas énormément de différence avec l'originale. Par exemple sur la 6, l'absence d'éclairs lumineux n'éclaire rien du tout et tout est noir. A l'inverse, la dernière, une voiture passe et a éclairé le tout premier plan (d'où la lumière un peu jaune due aux phares). Voilà pour répondre à ta question.
  5. Bonjour à tous, En ce 17 mai 2017, la chaleur fait son grand retour sur la moitié nord du pays, avec des températures plus atteintes depuis fin mars! L'humidité et la dynamique sont présentes et l'effet est immédiat en cette saison: ça cape! Problème, le front froid est très pénétrant et casse toute l'instabilité sous forme d'une limite sèche qui tend à pousser très loin dans les terres depuis l'Atlantique et la Manche. Mais les modèles prévoient son arrêt à hauteur de l'Yonne... Il s'agit donc de la zone la plus prometteuse pour chasser: au point d'équilibre des deux flux: sud et ouest. Le 2km montre de nombreux départs dans plusieurs régions mais pour les raisons citées ci-dessus, les plus crédibles se situent dans l'Yonne, où le flux de sud stoppe au mieux le flux d'ouest. Comme prévu, la journée est belle et chaude, il fait entre +27 et +30°C en moyenne sur la moitié nord... Pas un souffle d'air et moiteur sensible. Puis, en soirée, l'air frais gagne très rapidement les régions centrales... à l'exception de l'Yonne et de la Nièvre qui, comme prévu, restent à l'abri: Alors qu'il fait +18 à +19°C en Beauce, les températures oscillent entre +24 et +26°C entre Auxerre et Nevers à 20h! 21h15, Irancy, les altocumulus se lèvent et bourgeonnent franchement sur une ligne de près de 100km le long de la vallée de l'Yonne. 1] Les premières averses ne tardent pas à apparaître! Puis, à 21h45, les premières décharges apparaissent en illuminant légèrement les bases nuageuses. Le nombre d'averses explose le long de la ligne. Amaury et Henri me rejoignent sur le point de vue avec une sympathique compagnie, toujours cool de déconner sous l'orage! 2] 22h, la carte foudre commence à s'illuminer de partout! L'activité électrique augmente lentement mais régulièrement si bien que les flashs deviennent de plus en plus fréquents, les premiers canaux apparaissent en illuminant la structure nuageuse. 3] L'évolution radar est plus que favorable, une ligne quasi continue d'orages de plus de 100km se dresse à présent face à moi! le déplacement est lent, guère plus de 10km/h. Le crépuscule s'avance et la nuit tombe progressivement dans une ambiance délicieuse: foudre, grande douceur (+22/+23°C) et grillons... le tout au son du tonnerre. 4] 5] Cette première salve s'effondre et tend à soulever un outflow important: de bonnes rafales de vent se lèvent par le nord. A présent, le vent converge depuis 3 points cardinaux: nord, ouest et sud. Cela aide à lever une cellule bien plus puissante que les autres et à la faire ressortir de la ligne... Il s'agit d'une possible amorce supercellulaire. Cependant, le manque de cisaillement et d'hélicité n'aideront pas à réunir les conditions nécessaires à la formation d'une véritable SC. L'orage me gratifiera tout de même d'un joli nuage mur brossé. 6] Cette cellule est happée par le flux de sud et se désolidarise réellement de la ligne tout en aspirant la quasi totalité de l'énergie sur son passage: le reste de la ligne meurt progressivement (notamment la partie sud)... mais cet orage me remonte droit dessus! L'activité électrique y est également beaucoup plus important que sous les orages d'altocumulus de tout à l'heure. La foudre refait son apparition mais tombé régulièrement hors cadre très en amont des précipitations. Des flashs au zénith me persuadent de continuer à photographier le centre du rideau de pluie en cas d'impact proche... mais il n'en sera rien, hélas. 7] Les décharges capturées n'en restent pas moins esthétiques entre grands internuageux et foudre ramifiée. 8] Cette photographie, malgré l'impact moins esthétique, a le mérite de mettre en avant la puissance du rideau de précipitations. La grêle y est probable! 9] L'orage finit enfin par s'approcher vraiment trop près et la pluie commence à tomber... Les impacts frappent le village en contrebas et provoquent des surtensions et courts-circuits, comme le montre le power flash à proximité de cet impact. 10] Le remballage de matos s'effectue sous un véritable déluge, après avoir tout mis au sec je me réfugie dans la voiture... La foudre frappe parfois vraiment pas loin, avec deux impacts au tonnerre quasi instantané. L'ambiance est extra, surtout avec les sensations de début de saison! Puis, la cellule s'éloigne en faiblissant, je remonte de l'autre côté de la crête d'Irancy pour y voir l'orage s'éloigner. L'activité baisse rapidement une fois arrivé sur le secteur de Tonnerre, la cellule lâchera uniquement quelques intranuageux et de rares impacts. 11] Contentitude!
  6. Eh bien dans l'Yonne c'était plutôt sympa hier soir! Secteur d'Irancy... @+ les Centros!
  7. J'étais dans le coin donc voici quelques images au niveau de Sancerre: (cliquez pour agrandir) J'ai enfin pu dépoussiérer un peu le matos, ce début de saison est vraiment plus lent qu'une tortue rhumatisante! Mais c'était bien joli. @+ les centros'
  8. Bonjour à tous, pour débuter ce week-end, les conditions sont particulièrement anticycloniques avec un vent nul et un air relativement sec. Etant en avril, les nuits sont encore assez longues et propices à un refroidissement important malgré des journées très douces. Ainsi, malgré une masse d'air sèche (Td +4°C pour +20°C en journée), le rayonnement important des nuits favorisent la formation de fortes inversions. La température minimale prévue dans les vallées est de +2/+3°C. La vallée de Seine est en général un peu plus douce car ouverte, mais la présence abondante d'eau permet de pallier le léger manque de baisse des températures. Je choisirais donc d'aller à la boucle des Andelys pour photographie la probable mer de nuages qui s'y trouvera. Pourquoi les Andelys? Plusieurs raisons: -La présence de carrières inondées favorisant d'autant plus l'humidification de l'inversion et donc la formation de brouillards. -La hauteur des falaises qui, avec Vatteport forment les plus hautes falaises de craie de toute la vallée de la Seine. -La forme très arquée de méandre permettant de voir le Soleil se lever, ce qui n'est pas le cas de Vatteport. Mont arrivée se fait par le Château Gaillard, dominant la ville des Andelys pour faire un premier point sur la présence ou non d'une mer de nuages. Bonne nouvelle, le brouillard est visiblement abondant près des lacs de carrière au fond! J'en profite pour faire une petite prise à l'heure bleue alors que la couronne de Vénus commence à apparaître dans le ciel. 1] Comme souvent dans les falaises de craie de la Seine, des habitations troglodytes ont été creusées dans la roche, je pars donc entre les voies d'escalade du Bisexto et de la Spéléologue pour rejoindre l'un de ces anciens hameaux situés à même la paroi rocheuse. Autant dire qu'avec l'humidité, la tâche n'est pas si facile! Mais... La situation semble déjà tenir toutes ses promesses! Je marche sur ces coteaux dont les pieds plongent dans les nuages, j'ai tout sauf l'impression d'être en Normandie. Le sentier qui m'attend (au centre bas) semblant encore plus aérien! 2] Passage resserré au sommet de l'un des nombreux pinacles. 3] L'endroit est vertigineux et l'ambiance incroyable avec les teintes chaudes de l'aube! 4] A certains passage, le sentier fait moins d'un demi mètre de large... Le mur de la falaise à gauche et le vide à droite. 5] Et, enfin, le Soleil sort au dessus du pinacle du Bisexto, pile pour mon arrivée aux ruines troglodytes! 6] Alors que le Soleil commence sa course dans le ciel, le niveau de la mer de nuages varie noyant puis découvrant les pins en contrebas. 7] Les murs extérieurs de la plupart des habitations se sont fait éroder et ont disparu (très faible dureté de la craie oblige) donnant naissance à des dentelles de roche suspendues dans le vide. L'impression est vraiment surnaturelle. 8] Alors que je prends mes photos, j'entends un bruit de pierraille derrière moi. Quelqu'un était déjà là? Non, il s'agit d'un bouc visiblement sauvage et très peu craintif qui sort d'une galerie qui s'enfonce dans la falaise. 9] Celui-ci semble apprécier les lieux! 10] La vue en contrebas n'en est pas moins sympathique avec les arbres en fleurs qui s'enchainent le long de la pente. 11] Le Soleil chauffe la falaise et commence à vraiment agiter le nuage, il ne tarde pas à atteindre mon niveau puis à engloutir l'endroit. Il est temps de continuer le chemin pour remonter! Très beaux jeux de lumière au passage. 12] La traversée jusqu'au prochain point de vue se fait dans une forêt d'aubépines en fleur, le parfum se mêle à la beauté du paysage. 13] Arrivé sur le pinacle, je retrouve une végétation plus méridionale de pelouse sèche agrémentée d'anémones pulsatiles et de pins. La Normandie semble à nouveau bien lointaine en retrouvant une ambiance plus commune au Vercors. 14] 15] Autre vue en direction de la Roche à tête d'Homme. 16] Hélas, en cette saison les inversions ne sont jamais de longue durée. D'un coup, la nappe se met à onduler fortement, ce qui provoque des éclaircies parallèles aux "vagues" dans les creux. 17] Le soleil commence donc à passer sous le nuage et à réchauffer l'inversion, il faudra moins de 5 minutes pour arriver à une fragmentation complète de la couche nuageuse! 18] Et c'est ainsi que la Seine réapparaît pour redonner à la Normandie son paysage habituel... non sans donner de belles perspectives avec les derniers fractus qui volent en contrebas. 19] 20]
  9. Salut les Centros! Curieux phénomène en cours, le vent vient de se lever et le thermomètre a pris plusieurs degrés en quelques dizaines de minutes passant de +10.3° à +17.2°C actuellement! Dehors, le ciel est étoilé avec un petit vent de sud-est. L'humidité a également perdu beaucoup passant de 72% à 43% actuellement sur la même période (dont la quasi totalité durant les premières minutes, TAF oblige). Plus de +17°C à 1h du matin en mars ici, en campagne et en plein TAF sous un ciel étoilé, le climat devient fou!
  10. Salut les Centros! Très forte averse de neige à l'instant avec des flocons énormes... ça a commencé à tenir en moins d'une minute! Hélas, l'averse fut aussi rapide qu'intense et le soupoudrage de soupe fond déjà à vives eaux... Drôle d'effet!
  11. Je bavais devant les radars en voyant cette cellule sur le Var, content que des personnes aient pu l'exploiter! Merci pour ces photos kérauniques au coeur de l'hiver!
  12. Voici les meilleurs endroits accessibles à la Pouic Mobile. Pour le secteur de Sandillon, les digues sont normalement interdites aux véhicules à moteur mais il est possible de monter dessus (pas de barrières malgré les panneaux). Attention, la gendarmerie tourne dessus! (je les ai vu passer deux fois dimanche) Nul doute que si tu es à quelques mètres de l'embranchement sur la route et que tu leur explique ton handicap mais souhaite voir la Loire charrier de la glace, ils ne te poseront pas de problèmes. Gare cependant à ne pas circuler sur les digues. Eh oui, la Beauce en hiver ça craint dommage que tu partes dans un mois, le printemps est la meilleure saison pour les orages.
  13. Le temps fut long pour faire accepter l'idée des TAF, et il est amusant de constater qu'à présent tout le monde essaye de trouver le sien dans le moindre creux de terrain (je ne te vises aucunement en particulier, c'est une tendance générale)... Les témoignages croulent et le réseau se déploie dans des secteurs topographiques favorables. A présent, vous avez pu constater qu'au sein même de la capitale il existe des endroits températures parfois fortement négatives quand Montsouris galère pour passer la barre des 0°, et le réseau Netatmo avec des sondes pourtant très souvent simplement posées en bord de fenêtre ont sorti pas plus tard que la semaine dernière des températures à -11°C à Saint-Arnoult (et parfois moins dans d'autres secteurs de la région comme autour de Milly-la-Forêt avec des pointes à -14°C!) contre -12.4°C pour ma station avec abri normalisé... Comme quoi oui, ce n'est pas si fou que ce que l'on racontait en 2007... époque ou relever 0° quand il faisait +6°C à Paris-centre était vu comme l'oeuvre du diable et où la moindre intervention de ce genre pouvait se transformer en chasse aux sorcières. Ne parlons pas non plus de l'idée de comparer Trappes, station de référence des Yvelines (plateau à près de 180m en zone périurbaine) avec un fond de vallée où loge une petite ville entourée de tourbières... Enfin bref, je n'ai pas à me justifier amplement sur mon choix d'abréger mes observations au minimum et de les reporter sur le topic voisin, la proximité géographique permettant de ne pas trop brouiller le réseau d'observations.
  14. Fervent défenseur des relevés 0h-24h, je répondrais qu'une gelée ayant lieu un lundi 1er janvier de l'année X à 5h du matin n'a pas à se retrouver dans les relevés de la semaine passée un dimanche 31 décembre de l'année X-1. Pire, la pluie tombée le 31 décembre de l'année X-1 à 19h sera comptée pour le 1er janvier de l'année X! Donc au final, les relevés de précipitations ne sont pas liés aux températures! Tu peux avoir 5mm tombés sous forme de neige comptabilisés le 1er janvier avec une Tn à +6°C pour peu qu'un redoux arrive dans la nuit...! Cette temporisation a été instaurée pour correspondre grosso-modo à l'heure de lever des personnes à la mise en place des dites normes et éviter de les obliger à se lever à minuit. A l'époque de l'automatisation des mesures, qui plus est relevées par les capteurs en général toutes les minutes, il est exacerbant de se retrouver avec 360 valeurs d'un jour comptés la veille à cause d'une norme infondée scientifiquement. L'idéal absolu d'un point de vue scientifique étant de se positionner sur l'heure solaire... Bien qu'une nouvelle fois, l'heure civile soit plus pratique. Si le fait d'avoir deux Tn négatives dérange, il est tout à fait possible de parler en nuits gélives/hiver, mais la solution n'est certainement pas de déplacer comme bon nous semble le temps astronomique pour dire qu'une journée va de 6h à 6h pour un paramètre et de 18h à 18h pour un autre pour au final lier tout ceci sur une journée calendaire!
  15. Eh oui, tout: appareil photo, cartes mémoire, objectifs... et toutes les photos du voyage (la Suisse en pleine vague de froid ça valait le détour!). Enfin bref, le nouvel appareil arrivera prochainement... pour le retour du zonal. petite neige hier ici, il en reste un peu mais la couche est (était) tellement fine qu'elle sera bientôt complètement sublimée.