mottoth

Membres
  • Compteur de contenus

    2 557
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    5

Tout ce qui a été posté par mottoth

  1. INDEX (liens directs): 01001. Jan Mayen (Norvège) (#196, MAJ 28/09/2016, v7.33) 01008. Svalbard (Norvège, Spitzberg) (#92, MAJ 31/08/2016, v7.32) 01023. Bardufoss (Norvège) (#191, MAJ 15/09/2016, v7.33) 01026. Tromso (Norvège) (#190, MAJ 25/09/2016, v7.33) 01098. Vardo (Norvège) (#195, MAJ 25/09/2016, v7.33) 01152. Bodo (Norvège) (#189, MAJ 15/09/2016, v7.33) 01271. Trondheim (Norvège) (#188, MAJ 28/09/2016, v7.33) 01317. Bergen (Norvège) (#187, MAJ 10/10/2016, v7.33) 01492. Oslo (Norvège) (#11, MAJ 22/08/2016, v7.32) 02801. Kilpisjarvi (Finlande) (#192, 21/05/2015, v7.03) 02805. Kevo (Finlande) (#193, 25/05/2015, v7.04) 02836. Sodankyla (Finlande) (#194, 26/05/2015, v7.10) 02974. Helsinki (Finlande) (#12, MAJ 04/11/2015, v7.30) 03005. Lerwick (Royaume Uni) (#183, 28/04/2015, v7.02) 03091. Aberdeen (Royaume Uni) (#184, 07/05/2015, v7.02) 03261. York / Dishforth (Royaume Uni) (#185, 11/05/2015, v7.02) 03772. London (Royaume Uni) (#186, MAJ 10/05/2017, v7.35) 03969. Dublin (Irlande) (#26, MAJ 29/10/2015, v7.30) 04030. Reykjavik (Islande) (#69, MAJ 29/10/2015, v7.30) 06180. Copenhague (Danemark) (#181, 23/04/2015, v7.02) 06240. Amsterdam (Pays Bas) (#121, MAJ 14/09/2016, v7.33) 06760. Locarno / Monti (Suisse) (#202, 15/06/2015, v7.11) 06762. Locarno / Magadino (Suisse) (#202bis, 16/06/2015, v7.20) 06792. Samedan (Suisse) (#127, MAJ 04/11/2015, v7.30) 06990. Vaduz (Liechtenstein) (#124, MAJ 04/11/2015, v7.30) 07110. Brest (France) (#142, MAJ 10/04/2017, v7.35) 07149. Paris (France) (#122, MAJ 10/04/2017, v7.35) 07190. Strasbourg (France) (#141, MAJ 10/04/2017, v7.35) 07481. Lyon (France) (#15, MAJ 10/04/2017, v7.35) 07577. Montelimar (France) (#146, MAJ 10/04/2017, v7.35) 07602. Biarritz (France) (#143, MAJ 10/04/2017, v7.35) 07630. Toulouse (France) (#145, MAJ 10/04/2017, v7.35) 07690. Nice (France) (#140, MAJ 10/04/2017, v7.35) 07747. Perpignan (France) (#144, MAJ 10/04/2017, v7.35) 08284. Valencia (Espagne) (#230, 10/09/2015, 7.23) 10015. Helgoland (Allemagne) (#182, 24/04/2015, v7.02) 10382. Berlin (Allemagne) (#180, 23/04/2015, v7.02) 10870. Munich (Allemagne) (#70, MAJ 10/11/2015, v7.30) 10961. Zugspitze (Allemagne) (#71, MAJ 10/11/2015, v7.30) 12375. Varsovie (Pologne) (#13, MAJ 10/11/2015, v7.30) 12843. Budapest (Hongrie) (#27, MAJ 12/11/2015, v7.30) 13272. Belgrade (Serbie) (#28, MAJ 13/08/2016, v7.32) 15420. Bucarest (Roumanie) (#14, MAJ 18/08/2016, v7.32) 15614. Sofia (Bulgarie) (#16, MAJ 19/08/2016, v7.32) 16059. Turin (Italie) (#200, MAJ 21/09/2016, v7.33) 16080. Milan (Italie) (#201, MAJ 21/09/2016, v7.33) 16105. Venise (Italie) (#203, MAJ 21/09/2016, v7.33) 16110. Trieste (Italie) (#204, MAJ 21/09/2016, v7.33) 16120. Gênes (Italie) (#199, MAJ 21/09/2016, v7.33) 16170. Florence (Italie) (#198, MAJ 26/09/2016, v7.33) 16242. Rome (Italie) (#197, MAJ 26/09/2016, v7.33) 16716. Athènes (Grèce) (#30, MAJ 25/08/2016, v7.32) 17038. Trabzon (Turquie) (#60, MAJ 09/12/2015, v7.31) 17060. Istanbul (Turquie) (#29, MAJ 09/12/2015, v7.31) 17096. Erzurum (Turquie) (#139, MAJ 26/09/2016, v7.33) 17128. Ankara (Turquie) (#59, MAJ 04/08/2016, v7.31) 17280. Diyarbakir (Turquie) (#138, MAJ 26/09/2016, v7.33) 17300. Antalya (Turquie) (#72, MAJ 31/08/2016, v7.32) 17609. Larnaca (Chypre) (#31, MAJ 03/08/2016, v7.32) 20069. Ostrov Vize (Russie, arctique) (#4, MAJ 16/11/2015 v7.31) 24266. Verhojansk (Russie, Sibérie orientale) (#88, MAJ 19/11/2015, v7.31) 24688. Ojmjakon (Russie, Siberie Orientale) (#89, MAJ 26/11/2015, v7.31) 24959. Yakutsk (Russie, Sibérie Orientale) (#87, MAJ 06/09/2016, v7.32) 25563. Anadyr (Russie, Siberie Orientale) (#91, MAJ 12/08/2016, v7.32) 27612. Moscou (Russie) (#65, MAJ 30/08/2016, v7.32) 28698. Omsk (Russie, Sibérie Occidentale) (#66, MAJ 20/08/2016, v7.32) 31088. Ohotsk (Russie, Siberie Orientale) (#90, MAJ 13/08/2016, v7.32) 31735. Khabarovsk (Russie, Sibérie Orientale) (#85, MAJ 06/09/2016, v7.32) 31960. Vladivostok (Russie, Sibérie orientale) (#24, MAJ 09/08/2016, v7.32) 32150. Yuzhno Sakhalinsk (Russie, Sibérie Orientale) (#179, MAJ 24/02/2017, v7.33) 32165. Yuzhno Kurilsk (Russie, Kouriles) (#343, 09/05/2017, v7.35) 32583. Petropavlovsk-Kamchatskij (Russie, Sibérie orientale) (#25, MAJ 14/08/2016, v7.32) 34880. Astrahan (Russie) (#112, MAJ 15/09/2016, v7.33) 35746. Aralsk (Kazakhstan) (#63, MAJ 13/08/2016, v7.32) 36096. Kyzyl (Russie, Siberie centrale) (#19, MAJ 10/08/2016, v7.32) 36177. Semey (Kazakhstan) (#114, MAJ 15/09/2016, v7.33) 36870. Almaty (Kazakhstan) (#18, MAJ 18/08/2016, v7.32) 37054. Mineralnye Vody (#113, MAJ 17/09/2016, v7.33) 37171. Sochi (Russie) (#111, MAJ 14/09/2016, v7.33) 38507. Turkmenbashi (Turkmenistan) (#62, MAJ 29/08/2016, v7.32) 38696. Samarcande (Ouzbékistan) (#64, MAJ 25/08/2016, v7.32) 38880. Ashgabat (Turkménistan) (#17, MAJ 21/08/2016, v7.32) 40100. Beyrouth (Liban) (#73, MAJ 23/08/2016, v7.32) 40199. Eilat (Israel) (#74, MAJ 31/08/2016, v7.32) 40272. Amman (Jordanie) (#137, 14/09/2016, v7.33) 41194. Dubai (UAE) (#35, MAJ 02/08/2016 v7.32) 41256. Mascate (Oman) (#41, MAJ 12/08/2016, v7.32) 41316. Salalah (Oman) (#36, MAJ 12/08/2016, v7.32) 42027. Srinagar (Inde) (#38, MAJ 23/08/2016, v7.32) 42111. Dehradun (Inde) (#106, MAJ 09/09/2016, v7.33) 42182. New Delhi (Inde) (#105, MAJ 09/09/2016, v7.33) 42328. Jaisalmer (Inde) (#5, MAJ 10/08/2016, v7.32) 42410. Guwahati (Inde) (#104, MAJ 11/09/2016, v7.33) 42809. Kolkata (Inde) (#103, MAJ 11/09/2016, v7.33) 42867. Nagpur (Inde) (#107, MAJ 12/09/2016, v7.33) 43003. Mumbai (Inde) (#108, MAJ 12/09/2016, v7.33) 43063. Pune (Inde) (#109, MAJ 12/09/2016, v7.33) 43192. Goa / Panjim (Inde) (#37, MAJ 22/08/2016, v7.32) 43279. Chennai (Inde) (#101, MAJ 13/09/2016, v7.33) 43295. Bangalore (Inde) (#102, MAJ 12/09/2016, v7.33) 44207. Hatgal (Mongolie) (#20, MAJ 19/08/2016, v7.32) 44212. Ulaangom (Mongolie) (#269, 29/09/2016, v7.33) 44214. Ölgii (Mongolie) (#268, 28/09/2016, v7.33) 44218. Khovd (Mongolie) (#267, 27/09/2016, v7.33) 44225. Tosontsengel (Mongolie) (#270, 30/09/2016, v7.33) 44259. Choibalsan (Mongolie) (#271, 03/10/2016, v7.33) 44292. Ulaanbaatar (Mongolie) (#1, MAJ 12/09/2016, v7.33) 44373. Dalanzadgad (Mongolie) (#125, MAJ 12/09/2016, v7.33) 45007. Hongkong (Hongkong, China) (#40, MAJ 04/08/2016, v7.32) 47058. Pyongyang (Corée du Nord) (#23, MAJ 18/08/2016, v7.32) 47108. Séoul (Corée du Sud) (#83, MAJ 06/09/2016, v7.32) 47401. Wakkanai (Japon) (#339, 02/05/2017, v7.35) 47407. Asahikawa (Japon) (#340, 04/05/2017, v7.35) 47412. Sapporo (Japon) (#67, MAJ 31/08/2016, v7.32) 47417. Obihiro (Japon) (#341, 05/05/2017, v7.35) 47418. Kushiro (Japon) (#342, 05/05/2017, v7.35) 47430. Hakodate (Japon) (#344, 10/05/2017, v7.35) 47575. Aomori (Japon) (#345, 10/05/2017, v7.35) 47582. Akita (Japon) (#346, 11/05/2017, v7.35) 47584. Morioka (Japon) (#347, 12/05/2017, v7.35) 47590. Sendai (Japon) (#348, 15/05/2017, v7.35) 47604. Niigata (Japon) (#349, 16/05/2017, v7.35) 47624. Maebashi (Japon) (#350, 17/05/2017, v7.35) 47638. Kofu (Japon) (#351, 18/05/2017, v7.35) 47648. Choshi (Japon) (#352, 19/05/2017, v7.35) 47662. Tokyo (Japon) (#68, MAJ 17/05/2017, v7.35) 47936. Naha (Japon) (#82, MAJ 31/08/2016, v7.32) 48327. Chiangmai (Thailande) (#78, MAJ 05/09/2016, v7.33) 48354. Udon Thani (Thailande) (#173, MAJ 05/10/2016, v7.33) 48407. Ubon Ratchathani (Thailande) (#172, MAJ 05/10/2016, v7.33) 48456. Bangkok (Thailande) (#7, MAJ 20/08/2016, v7.32) 48532. Ranong (Thailande) (#171, MAJ 11/05/2017, v7.35) 48615. Kota Bharu (Malaisie) (#170, 19/09/2016, v7.33) 48698. Singapour (Singapour) (#61, MAJ 21/08/2016, v7.32) 48803. Lao Cai (Vietnam) (#177, MAJ 06/10/2016, v7.33) 48806. Son La (Vietnam) (#178, MAJ 06/10/2016, v7.33) 48825. Hanoi (Vietnam) (#6, MAJ 20/08/2016, v7.32) 48852. Hué (Vietnam) (#110, MAJ 13/09/2016, v7.33) 48877. Nha Trang (Vietnam) (#175, MAJ 28/03/2017, v7.33) 48887. Phan Thiet (Vietnam) (#176, MAJ 01/04/2017, v7.34) 48914. Ca Mau (Vietnam) (#174, MAJ 19/09/2016, v7.33) 50136. Mohe (Chine) (#86, MAJ 02/09/2016, v7.32) 50953. Harbin (Chine) (#84, MAJ 02/09/2016, v7.32) 51431. Yining (Chine) (#265, 23/09/2016, v7.33) 51542. Bayanbulak (Chine, Xinjiang) (#44, MAJ 30/08/2016, v7.32) 51573. Turpan (Chine) (#81, MAJ 05/09/2016, v7.32) 51709. Kashgar (Chine) (#264, 23/09/2016, v7.33) 51747. Tazhong (Chine) (#43, MAJ 12/08/2016, v7.32) 52818. Golmud (Chine) (#266, 26/09/2016, v7.33) 52908. Wudaoliang (Chine) (#80, MAJ 05/09/2016, v7.32) 54511. Pékin (Chine) (#22 MAJ 14/08/2016, v7.32) 55228. Shiquanhe (Chine, Tibet) (#42, MAJ 23/08/2016, v7.32) 55591. Lhassa (Chine, Tibet) (#39, MAJ 19/08/2016, v7.32) 56312. Nyingchi (Chine, Tibet) (#79, MAJ 04/09/2016, v7.32) 56586. Zhaotong (Chine) (#77, MAJ 04/09/2016, v7.32) 56778. Kunming (Chine) (#76, MAJ 02/09/2016, v7.32) 57516. Chongqing (Chine) (#75, MAJ 01/09/2016, v7.32) 58362. Shanghai (Chine) (#21, MAJ 19/08/2016, v7.32) 60390. Alger (Algerie) (#126, MAJ 03/12/2015, v7.31) 60490. Oran (Algerie) (#353, 23/05/2017, v7.35) 60715. Tunis (Tunisie) (#128, MAJ 03/12/2015, v7.31) 60760. Tozeur (Tunisie) (#33, MAJ 10/08/2016, v7.32) 60769. Djerba (Tunisie) (#135, 28/11/2014, v7.00) 61052. Niamey (Niger) (#57, MAJ 31/08/2016, v7.32) 61223. Tombouctou (Mali) (#34, MAJ 09/04/2015, v7.02) 61980. St Denis de la Réunion (#58, MAJ 30/08/2016, v7.32) 62366. Le Caire (Egypte) (#32, MAJ 03/08/2016, v7.32) 62414. Assouan (Egypte) (#115, MAJ 31/08/2016, v7.32) 62463. Hurghada (Egypte) (#136, 29/11/2014, v7.00) 67027. Majunga (Madagascar) (#93, MAJ 31/08/2016, v7.32) 68263. Pretoria (Afrique du Sud) (#116, MAJ 17/09/2016, v7.33) 68512. Springbok (Afrique du Sud) (#123, 17/09/2016, v7.33) 68816. Le Cap (Afrique du Sud) (#8, MAJ 03/08/2016, v7.31) 70026. Barrow (USA, AK) (#331, 18/04/2017, v7.35) 70SCC. Prudhoe Bay (USA, AK) (#330, 18/04/2017, v7.35) 70174. Bettles (USA, AK) (#328, 17/04/2017, v7.35) 70200. Nome (USA, AK) (#329, 18/04/2017, v7.35) 70219. Bethel (USA, AK) (#325, 14/04/2017, v7.35) 70231. McGrath (USA, AK) (#326, 14/04/2017, v7.35) 70251. Talkeetna (USA, AK) (#321, 06/04/2017, v7.34) 70261. Fairbanks (USA, AK) (#327, 15/04/2017, v7.35) 70273. Anchorage (USA, AK) (#320, 05/04/2017, v7.34) 70296. Cordova (USA, AK) (#319, 04/04/2017, v7.34) 70308. St Paul Island (USA, AK) (#324, 11/04/2017, v7.35) 70316. Cold Bay (USA, AK) (#323, 11/04/2017, v7.35) 70326. King Salmon (USA, AK) (#322, 10/04/2017, v7.35) 70361. Yakutat (USA, AK) (#318, 02/04/2017, v7.33) 70381. Juneau (USA, AK) (#317, 02/04/2017, v7.33) 70395. Ketchikan (USA, AK) (#312, 27/03/2017, v7.33) 71108. Abbotsford (Canada, BC) (#307, 21/03/2017, v7.33) 71109. Port Hardy (Canada, BC) (#311, 24/03/2017, v7.33) 71188. Gaspé (Canada, QC) (#223, MAJ 28/03/2017, v7.33) 71321. Iqaluit (Canada, NU) (#227, 08/09/2015, v7.22) 71395. Halifax (Canada, NS) (#221, MAJ 28/03/2017, v7.33) 71627. Montréal (Canada, QC) (#218, MAJ 13/04/2017, v7.35) 71728. Roberval (Canada, QC) (#228, MAJ 01/05/2017, v7.35) 71801. St John's (Canada, NF) (#222, MAJ 17/04/2017, v7.35) 71816. Goose Bay (Canada, NF) (#224, MAJ 19/04/2017, v7.35) 71825. Wabush Lake (Canada, NF) (#225, MAJ 01/05/2017, v7.35) 71877. Calgary (Canada, AL) (#310, 24/03/2017, v7.33) 71880. Cranbrook (Canada, BC) (#309, 23/03/2017, v7.33) 71887. Kamloops (Canada, BC) (#308, 22/03/2017, v7.33) 71892. Vancouver (Canada, BC) (#306, 21/03/2017, v7.33) 71896. Prince George (Canada, BC) (#314, 28/03/2017, v7.33) 71906. Kuujjuaq (Canada, QC) (#226, 07/09/2015, 7.22) 71941. Val d'Or (Canada, QC) (#229, MAJ 25/04/2017, 7.35) 71945. Fort Nelson (Canada, BC) (#315, 29/03/2017, v7.33) 71951. Terrace (Canada, BC) (#313, 28/03/2017, v7.33) 71964. Whitehorse (Canada, YT) (#316, 31/03/2017, v7.34) 72259. Dallas (USA, TX) (#132, MAJ 20/04/2017, v7.35) 72274. Tucson (USA, AZ) (#212, MAJ 20/04/2017, v7.35) 72278. Phoenix (USA, AZ) (#210, MAJ 20/04/2017, v7.35) 72280. Yuma (USA, AZ) (#211, MAJ 25/04/2017, v7.35) 72PSP. Palm Springs (USA, CA) (#209, 25/06/2015, v7.21) 72ONT. Ontario (USA, CA) (#208, MAJ 25/04/2017, v7.35) 72288. Burbank (USA, CA) (#207, MAJ 28/03/2017, v7.33) 72295. Los Angeles (USA, CA) (#206, MAJ 21/09/2016, v7.33) 72375. Flagstaff (USA, AZ) (#214, MAJ 19/04/2017, v7.35) 72386. Las Vegas (USA, NV) (#213, MAJ 10/05/2017, v7.35) 72389. Fresno (USA, CA) (#298, 09/03/2015, v7.33) 72394. Santa Maria (USA, CA) (#293, 07/03/2017, v7.33) 72446. Kansas City (USA, KS) (#129, MAJ 11/05/2017, v7.35) 72488. Reno (USA, NV) (#299, 13/03/2017, v7.33) 72SMF. Sacramento (USA, CA) (#297, 09/03/2017, v7.33) 72494. San Francisco (USA, CA) (#294, 07/03/2017, v7.33) 72SJC. San Jose (USA, CA) (#295, 07/03/2017, v7.33) 72STS. Santa Rosa (USA, CA) (#296, 07/03/2017, v7.33) 74486. New York City / JFK (USA, NY) (#131, MAJ 22/07/2015, v7.21) 72502. New York City / Newark (USA, NJ) (MAJ 19/05/2017, v7.35) 72509. Boston (USA, MA) (#215, MAJ 19/05/2017, v7.35) 72518. Albany (USA, NY) (#217, 23/07/2015, v7.22) 72530. Chicago (USA, IL) (#205, 17/06/2005, v7.20) 72565. Denver (USA, CO) (#130, MAJ 22/07/2015, v7.21) 72572. Salt Lake City (USA, UT) (#300, 13/03/2017, v7.33) 72ACV. Eureka (USA, CA) (#302, 14/03/2017, v7.33) 72607. Bangor (USA, ME) (#219, 31/07/2015, v7.22) 72613. Mt Washington (USA, NH) (#220, 05/08/2015, v7.22) 72681. Boise (USA, ID) (#301, 14/03/2017, v7.33) 72698. Portland (USA, OR) (#303, 14/03/2017, v7.33) 72785. Spokane (USA, WA) (#305, 20/03/2017, v7.33) 72793. Seattle (USA, WA) (#304, 20/03/2017, v7.33) 76393. Monterrey (Mexique) (#133, 30/10/2014, v6.02) 76692. Veracruz (Mexique) (#134, 15/11/2014, v6.02) 82022. Boa Vista (Brésil) (#272, 05/10/2016, v7.33) 82193. Belém (Brésil) (#274, 07/10/2016, v7.33) 82322. Manaus (Brésil) (#273, 06/10/2016, v7.33) 82398. Fortaleza (Brésil) (#278, 18/10/2016, v7.33) 82579. Teresina (Brésil) (#277, 14/10/2016, v7.33) 82599. Natal (Brésil) (#279, 10/11/2016, v7.33) 82824. Porto Velho (Brésil) (#276, 12/10/2016, v7.33) 82993. Maceio (Brésil) (#280, 10/02/2017, v7.33) 83248. Salvador (Brésil) (#281, 10/02/2017, v7.33) 83349. Ilhéus (Brésil) (#282, 15/02/2017, v7.33) 83362. Cuiaba (Brésil) (#284, 17/02/2017, v7.33) 83378. Brasilia (Brésil) (#283, 15/02/2017, v7.33) 83566. Belo Horizonte (#286, 20/02/2017, v7.33) 83612. Campo Grande (Brésil) (#285, 17/02/2017, v7.33) 83649. Vitoria (Brésil) (#287, 21/02/2017, v7.33) 83746. Rio de Janeiro (Brésil) (#288, 22/02/2017, v7.33) 83780. Sao Paulo (Brésil) (#289, 22/02/2017, v7.33) 83840. Curitiba (Brésil) (#290, 22/02/2017, v7.33) 83899. Florianopolis (Brésil) (#291, 23/02/2017, v7.33) 83971. Porto Alegre (Brésil) (#292, 23/02/2017, v7.33) 84377. Iquitos (Pérou) (#275, 10/10/2016, v7.33) 84401. Piura (Pérou) (#332, 20/04/2017, v7.35) 84452. Chiclayo (Pérou) (#333, 24/04/2017, v7.35) 85501. Trujillo (Pérou) (#334, 25/04/2017, v7.35) 84628. Lima (Pérou) (#50, MAJ 30/08/2016, v7.32) 84686. Cuzco (Pérou) (#52, MAJ 02/05/2017, v7.35) 84752. Arequipa (Pérou) (#97, MAJ 06/09/2016, v7.33) 85201. La Paz (Bolivie) (#53, MAJ 02/05/2017, v7.35) 85223. Cochabamba (Bolivie) (#96, MAJ 08/09/2016, v7.33 ) 85244. Santa Cruz (Bolivie) (#54, MAJ 24/02/2017, v7.33) 85406. Arica (Chili) (#335, 25/04/2017, v7.35) 85432. Calama (Chili) (#9, MAJ 02/05/2017, v7.35) 85442. Antofagasta (Chili) (#336, 27/04/2017, v7.35) 85469. Ile de Pâques (Chili) (#51, MAJ 29/08/2016, v7.32) 85488. La Serena (Chili) (#337, 27/04/2017, v7.35) 85574. Santiago de Chile (Chili) (#49, MAJ 14/05/2017, v7.35) 85682. Concepcion (Chili) (#338, 01/05/2017, v7.35) 85799. Puerto Montt (Chili) (#55, MAJ 14/05/2017, v7.35) 85934. Punta Arenas (Chili) (#56, MAJ 14/05/2017, v7.35) 86218. Asuncion (Paraguay) (#2, MAJ 18/08/2016,v7.32) 87047. Salta (Argentine) (#47, MAJ 16/05/2017, v7.35) 87418. Mendoza (Argentine) (#48, MAJ 16/05/2017, v7.35) 87576. Buenos Aires (Argentine) (#46, MAJ 18/05/2017, v7.35) 87765. Bariloche (Argentine) (#10, MAJ 18/05/2017, v7.35) 87860. Comodoro Rivadavia (Argentine) (#45, MAJ 11/05/2017, v7.35) 89004. SANAE IV (Antarctique) (#99, MAJ 11/09/2016, v7.33) 89056. Eduardo Frei Montalva (Antarctique) (#98, MAJ 02/10/2015, v7.23) 89606. Vostok (Antarctique) (#100, MAJ 02/10/2015, v7.23) 89642. Dumont d'Urville (Antarctique) (#3, MAJ 04/08/2016, v7.32) 91590. Nouméa (Nouvelle Calédonie) (#234, 17/09/2015, v7.23) 91680. Nadi (Fiji) (#235, 05/10/2015, v7.23) 91683. Suva (Fiji) (#236, 05/10/2015, v7.23) 91753. Wallis (Océanie) (#120, MAJ 06/10/2015, v7.23) 91792. Fuamotu (Tonga) (#237, 15/10/2015, v7.30) 91925. Atuona (Polynésie Française) (#239, 28/10/2015, v7.30) 91938. Papeete (Polynésie Française) (#238, 15/10/2015, v7.24) 91958. Rapa (Polynésie Française) (#240, 28/10/2015, v7.30) 93110. Auckland (Nouvelle Zelande) (#231, 14/09/2015, v7.23) 93439. Wellington (Nouvelle Zélande) (#232, 14/09/2015, v7.23) 93781. Christchurch (Nouvelle Zélande) (#233, 15/09/2015, v7.23) 94120. Darwin (Australie) (#94, MAJ 21/10/2015, v7.30) 94131. Katherine (Australie) (#256, 09/12/2015, v7.31) 94170. Weipa (Australie) (#255, 04/12/2015, v7.31) 94203. Broome (Australie) (#259, 14/12/2015, v7.31) 94212. Halls Creek (Australie) (#258, 10/12/2015, v7.31) 94287. Cairns (Australie) (#254, 01/12/2015, v7.31) 94294. Townsville (Australie) (#253, 01/12/2015, v7.31) 94300. Carnarvon (Australie) (#262, 22/09/2016, v7.33) 94302. Learmonth (Australie) (#261, 21/09/2016, v7.33) 94312. Port Hedland (#260, 21/09/2016, v7.33) 94326. Alice Springs (Australie) (#95, MAJ 15/10/2015, v7.24) 94332. Mount Isa (Australie) (#257, 09/12/2015, v7.31) 94374. Rockhampton (Australie) (#252, 27/11/2015, v7.31) 94403. Geraldton (Australie) (#263, 22/09/2016, v7.33) 94510. Charleville (Australie) (#251, 26/11/2015, v7.31) 94578. Brisbane (Australie) (#117, MAJ 15/10/2015, v7.24) 94610. Perth (Australie) (#118, MAJ 15/10/2015, v7.24) 94637. Kalgoorlie (Australie) (#249, 19/11/2015, v7.31) 94638. Esperance (Australie) (#250, 26/11/2015, v7.31) 94659. Woomera (Australie) (#248, 19/11/2015, v7.31) 94672. Adelaide (Australie) (#247, 16/11/2015, v7.31) 94767. Sydney (Australie) (#246, 12/11/2015, v7.31) 94866. Melbourne (Australie) (#244, 10/11/2015, v7.30) 94926. Canberra (Australie) (#245, 12/11/2015, v7.30) 94956. Strahan (Australie) (#243, 05/11/2015, v7.30) 94975. Hobart (Australie) (#119, MAJ 21/10/2015, v7.30) 94998. Macquarie Island (#241, 30/10/2015, v7.30) 95966. Launceston (Australie) (#242, 05/11/2015, v7.30) 96011. Banda Aceh (Indonésie) (#147, 06/01/2015, v7.01) 96163. Padang (Indonésie) (#148, 12/01/2015, v7.01) 96471. Kota Kinabalu (Malaisie) (#151, 19/01/2015, v7.01) 96581. Pontianak (Indonésie) (#150, 14/01/2015, v7.01) 96685. Banjarmasin (Indonésie) (#152, 21/01/2015, v7.01) 96749. Jakarta (Indonésie) (#149, 13/01/2015, v7.01) 96935. Surabaya (Indonésie) (#154, 30/01/2015, v7.01) 97014. Manado (Indonésie) (#156, 11/02/2015, v7.01) 97180. Makassar (Indonésie) (#153, 26/01/2015, v7.01) 97340. Waingapu (Indonésie) (#155, 08/02/2015, v7.01) 97530. Manokwari (Indonésie) (#157, 12/02/2015, v7.01) 97686. Wamena (Indonésie) (#159, 24/02/2015, v7.01) 97690. Jayapura (Indonésie) (#158, 24/02/2015, v7.01) 97724. Ambon (Indonésie) (#162, 02/03/2015, v7.01) 97900. Saumlaki (Indonésie) (#161, 27/02/2015, v7.01) 97980. Merauke (Indonésie) (#160, 24/02/2015, v7.01) 98223. Laoag (Philippines) (#168, 17/03/2015, v7.02) 98328. Baguio (Philippines) (#169,20/03/2015, v7.02) 98430. Manille (Philippines) (#167, 16/03/2015, v7.02) 98444. Legaspi (Philippines) (#166, 12/03/2015, v7.02) 98618. Puerto Princesa (Philippines) (#164, 10/03/2015, v7.02) 98646. Cebu (Philippines) (#165, 11/03/2015, v7.02) 98753. Davao (Philippines) (#163, 09/03/2015, v7.02) PRESENTATION (réécrite le 13/12/2014, v7.01): Les fiches climatologiques présentées dans ce fil sont élaborées à partir des messages synops échangés internationalement et gratuitement depuis 2000. Ces messages sont mis à disposition par la NOAA et archivés sur différents sites web dont Ogimet, qui est ma source d'approvisionnement. J'ai commencé il y a quelques années à travailler sur les pages web d'Ogimet pour faire des résumés mensuels montrant comment le temps varie au jour le jour dans des contrées lointaines. Puis j'ai eu l'idée d'aller plus loin et de tenter de regrouper toutes ces données quotidiennes pour en faire de la climatologie, toujours avec l'idée de passer en revue le plus de climats possibles, des 4 coins du monde. Et donc de débuter ce topic, en avril 2011. Les données compilées et présentée ici ne sont pas des normales climatologiques, puisque les 30 ans de données nécessaires ne sont pas encore rassemblées: aujourd'hui (13/12/2014) je n'en ai que la moitié (14.9 ans exactement). Mais l'expérience menée depuis maintenant plus de 3 ans montre que l'on peux quand même sortir des résultats intéressants, et suffisamment fiables pour être commentés. Et on peut considérer aussi les stats réalisées ici comme un indice des prochaines normales OMM qui seront 1991-2020, étant donné leur place centrale dans cette chronologie. En revanche faites bien attention aux records présentés ici qui ne courent que depuis 2000, et qui peuvent donc être bien éloignés des records historiques. J'ai à plusieurs reprises fait des digressions au cours de ce fil sur les méthodes et le traitement des données dont je dispose. Sans rentrer dans les détails, sachez que: - d'avril 2011 à 2012: je recopiais les daily summaries d'Ogimet dans un tableur Excel, en vérifiant/corrigeant à la main les valeurs les plus suspectes. - à partir de 2013 j'ai intégré des données horaires (comme le Td) depuis les pages de synops décodés d'Ogimet, le détail des observations me permettant en même temps un contrôle plus fiable des erreurs. - entre 2013 et l'été 2014 j'ai régulièrement intégré des paramètres ou des éléments supplémentaires: le vent moyen (v3.5, septembre 2013), la biométéo (v4, mars 2014), des tableaux horaires (v5, avril 2014). - durant l'été 2014 j'ai automatisé le contrôle qualité (QC) des données importées en programmant des modules VBA attaché à mes feuilles de calcul. De fil en aiguille, au fur et à mesure que j'avançais dans l'apprentissage de VBA, cela à conduit à la v6 (septembre 2014) à partir de laquelle toutes les données (quotidiennes ou mensuelles) sont calculées par moi même, en partant des observations synoptiques qui ont préalablement été passées au crible. A cette occasion j'ai pu proposer mes premières roses des vents. - depuis novembre 2014 (v7) je travaille directement à partir des messages synops importés d'ici, ce qui a pour mérite d’accélérer considérablement le traitement des données avec le maximum d'automatisations, et des contrôles qualités toujours plus poussés. A titre d'information, le poids du classeur excel contenant toutes les données d'une station, soit actuellement 14.9 années, est d'environ 45Mo (pour les stations qui diffusent 8 observations/jour) ou 70Mo (pour celles qui diffusent 24 obs/jours). Actuellement (13/12/2014), pour une station qui diffuse de façon horaire (24obs/jour), et rien qu'en temps machine, décoder les 127000 synops émis depuis le 1/1/2000 prends 16 minutes, le QC prend 9'30, et la première passe de génération des données quotidiennes et de rose des vent prend 26 minutes (une deuxième passe, plus rapide, est nécessaire après élimination/correction des dernières erreurs). EDIT 02/08/2016: Après de nombreuses optimisation de code ces durées ont été divisée par 5 ou 10 ! Voici maintenant une présentation des différents paramètres détaillés sur la fiche climatologique: Ils sont présentés sous forme de tableau avec les moyennes/totaux mensuels. Afin d'améliorer la présentation, les données sont formatées en couleur conditionnellement à leur valeur. Les températures sont hiérarchisée de haut en bas, des records de chaleurs aux records de froid en passant des les valeurs typiques de chaud, les moyenne, et les valeurs typique de froid: Txx: record mensuel de chaleur Tnx: record mensuel de tn haute 90-centile Tx et Tn: seuil de tn et tx hauts atteint ou dépassé en moyenne 3 fois par mois, que je définirais comme "coup de chaleur typique". Tn: moyenne des tn prises à l'heure précisée dans l'en-tête, soit généralement autour de 18h temps solaire local. Tx: moyenne des tx prises 12h après la tn, soit généralement autour de 6h J+1 temps solaire local. T: moyenne de toutes les observations synoptiques sur 24h (généralement une observation toutes les 3 heures, soit 8 valeurs/jour). NB: il ne s'agit pas de la moyenne (tn+tx)/2. 10-centile Tx et Tn: seuil de tn et tx bas atteint ou dépassé en moyenne 3 fois par mois, que je définirais comme "coup de froid typique". Txn: record mensuel de tx basse Tnn: record mensuel de froid Echelle colorimétrique retenue pour toute les t°: BLEU = -60°c; BLANC = 15°c; ROUGE = 50°c. Le choix de 15°c en t° neutre est simple: c'est grosso modo la moyenne annuelle mondiale. Seuils de t°: nombre de jours dépassant certains seuils de t°. J'ai conservés les seuils utilisés par MF en France afin de comparer avec des valeurs qui nous parlent (désolé pour les Québécois...), et j'en ai rajouté un autre: la "nuit tropicale" (tn>=20°c). NB: lorsque les tn et tx ne sont pas reportées explicitement mais que je dispose de suffisamment de données horaires ou tri-horaires, elles sont désormais estimées depuis la v7.32. Les tn ou tx estimées apparaissent en italique dans les tableaux de résumé quotidients. Biométéo: cet indice de température ressentie combine le refroidissement éolien et l'effet de l'humidité sur la chaleur. Pour le refroidissement éolien j'ai choisi le Windchill nord-américain dont voici la formule: avec Ta=température en °C et V=vitesse moyenne du vent en km/h. La plage de t° recommandée pour l'utilisation de cet indice est [-50°c - +10°c] mais je l'ai étendu jusqu'à +22.4°c: la formule donne des résultats bizarres entre 11°c et 23°c pour les vents faibles mais fonctionne encore bien pour des vents plus sensibles, je n'utilise donc le windchill sur cette plage que pour les cas où la formule donne une valeur plus basse que la t°. Au delà de 23°c elle ne donne plus rien de cohérent et n'a de toute façon plus de sens. Pour les effets de l'humidité j'ai préferé le Heat Index (HI) Etat-Unien, dont voici la formule, à l'Humidex Canadien. Parmi les 3 formules développées par la NOAA j'ai retenu celle-ci: La NOAA recommande d'utiliser le HI pour des t° supérieures à 27°c, cependant j'ai abaissé le seuil à 22.4°c avec la condition que le Td soit supérieur à 16°c et que le HI soit supérieur à 25 pour les températures comprises entre 22.4°c et 27°c. J'ai préféré le Heat Index à l'Humidex pour 2 raisons: - le Heat Index, contrairement à l'Humidex, prends en compte les hygrométries faibles pour abaisser la température ressentie. - le seuil d'humidité "sensible" retenu par le HI me semble beaucoup plus réaliste: un Td d'environ 14°c contre 7°c pour l'Humidex. Ce qui modère les résultats du HI là où l'Humidex part dans des valeurs délirantes. Exemple: avec t°=30°c et HR=60%, le Heat Index vaut 33 alors que l'Humidex grimpe à 38 ! Donc pour résumer, mon indice biométéo est le windchillpour les t°<23°c, la t° vraie entre 23°c et 25°c, et le Heat Index pour les t°>25°c Les stats de biométéo présentée ici sont: - les extrêmes mensuels absolus, ce sont des valeurs parfois estimées et minorées avec une marge d'erreur d'environ 1°. - la valeur moyenne sur 24h, et les 05-centiles et 95-centiles qui définissent la fourchette dans laquelle la température ressentie évolue "le plus souvent" (soit 90% du temps). - pour ces 3 dernière stats, le delta avec la température vraie, pour bien appréhender l'effet du vent ou de l'humidité sur les conditions moyennes, froides et chaudes. Td: point de rosée moyen sur 24h. Echelle colorimétrique: blanc si <16°c, tirant vers le vert entre 16°c et 27°c. Pourquoi ? On estime que la sensation de moiteur commence à se ressentir au seuil de 16°c. Et il n'y a que très peu de lieu sur terre qui connaissent un td moyen mensuel supérieur à 27°c. 05-centile et 95-centile de Td: Définissent une fourchette dans laquelle le Td évolue 90% du temps. Cela permet d'appréhender la variabilité de ce paramètre. HR: humidité relative moyenne sur 24h. 05-centile et 95-centiles: définissent la fourchette dans laquelle évolue l'HR durant 90% du temps Echelle colorimétrique pour l'HR moyenne: ROUGE = 25%; BLANC = 60%; VERT = 95%. RR: Cumul mensuel de précipitation. Pour éviter l'écueil des trous dans les données, je calcule d'abord une lame d'eau moyenne quotidienne à partir de l'ensemble des données quotidiennes disponibles, puis j'en déduis le cumul mensuel correspondant. L’échelle de couleur utilisée est basée sur le critère d'aridité définit par Köppen pour des Tm supérieures à 5°c: blanc correspond à P=2T, en dessous on tire vers le rouge jusqu'à 0mm, et au dessus on tire vers le vert jusqu'à P=10T (5x le critère d'aridité). Pour des Tm<5°c: Rouge = 0mm, blanc = 10mm, vert = 50mm. RR>=0.1mm et RR>=1.0mm: nb de jours avec précipitations supérieures ou égales à 0.1mm et 1mm, les 2 seuils les plus couramment utilisés pour définir un jour avec précipitation. Nébulosité: nébulosité moyenne, en octats. Echelle: BLEU = 1 octat, BLANC = 5 octats, GRIS = 7,5 octats. Les occurrences de ciel invisible (en cas de brouillard, neige ou obscurcissement par du sable ou de la poussière) codées '9' pèsent comme un ciel overcast (8 octats) dans la moyenne. Ciel Clair: Mesure l'occurence (en pourcentage) des situations avec ciel dégagé ou faiblement nuageux (max 2 octats). Ciel Couvert: Mesure l'occurence (en pourcentage) des situations avec ciel couvert ou quasiment couvert (7 et 8 octats). Inclut donc aussi les cas de ciel invisible. I: Insolation, total mensuel. Echelle: GRIS = 15h, BLANC = 170h, JAUNE = 350h Fract. I: Fraction d'isolation par rapport au maximum théorique. NB: 1. Beaucoup de pays ne diffusent pas l'insolation dans leur synop, d'autres oui mais pas pour les stations/villes les plus peuplées (Italie, Brésil par exemple). Lorsque les données d'insolation sont manquantes j'essayerais d'inclure les normales disponibles ça et là sur le web (généralement les normales CLINO 1961-90), auquel cas ce sera explicitement mentionné dans le paragraphe "sources". 2. Calcul de la fraction d'insolation: - pour les stations dont les données d'insolation sont d'anciennes normales (CLINO ou autre): la fraction est la normale mensuelle d'insolation sur la durée totale du jour solaire durant le mois (calculée ici, c'est une valeur tirée de calculs d'astronomie). - pour les stations dont les données d'insolation sont tirées des synop: la fraction est la durée moyenne mensuelle d'insolation sur la durée maximale potentielle. La durée maximale potentielle est estimée à partir des plus hautes valeurs d'insolation observées durant chacune des trois décade du mois, c'est donc une valeur tirée de l'observation. Elle est toujours plus faible que la durée du jour solaire, en raison de plusieurs facteurs: en général la durée maximale potentielle ne dépasse pas 97% de la durée du jour solaire en raison de la transparence de l'air, ou plutôt du manque de transparence, qui filtre les rayons trop rasants en début et fin de journée. En hiver sous nos latitudes tempérées ce ratio tombe souvent sous les 90%. Le présence de relief ou tout autre occultation du soleil d'origine non-méteorologique (immeubles) peut encore faire baisser ce ratio. Il sera donc hasardeux de comparer les fractions d'insolation entre les stations dont je tire les données des synop et celles dont je ne fait que reproduire les normales déjà existantes. Mais ces fractions sont toujours utiles pour comparer les mois entre eux lorsque l'on étudie une station donnée. Vis < 5kms, Vis < 1km: Visibilité horizontale. Temps (en %) passé sous les seuils de brume (5kms) et de brouillard (1kms). NB: N’inclus pas uniquement les conditions de brume ou de brouillard, mais aussi tout autre phénomène abaissant la visibilité: pluie modérée ou forte, neige et/ou poudrerie, sable ou poussière, pollution ou fumée.. . Pmoy ou SLP: pression atmosphérique moyenne réduite au niveau de la mer. ROUGE = 985hPA, BLANC = 1013hPA, BLEU = 1040hPA Pour les stations en altitude seule la pression au niveau de la station est parfois disponible. Elle sera alors notée Stn Pr ("station pressure") et présentée sans échelle colorimétrique. 05-centile et 95-centile de presssion: Idem que pour le Td. Vent moyen (ff): moyenne de toutes les mesures de vent moyen sur 10mins. 20-centile et 95-centile: Idem que pour le Td et la pression. Vent fort: Mesure l'occurence (en pourcentage) des situations avec vent moyen supérieur à 10m/s. Vent calme: Mesure l'occurence (en pourcentage) des situations avec vent moyen inférieur ou égal à 1m/s. Echelles colorimétriques: le vert désigne le "peu venté", le rouge désigne le "très venté". Median SNDPH: Hauteur de neige médiane à la fin du mois (glissante sur les 3 derniers jours). Neige au sol: Nombre de jours avec une couche de neige de 0.5cm ou +. Les couches le plus fines ou trop irrégulières reportées par la valeur '0cms' ne sont donc pas prises en compte. Enneigement continu: Définition de Environnement Canada, autorisant une pause de max 48h dans l'enneigement. Inclues: les dates moyenne de débit et fin de l'enneigement continu. Période hors gel: durée moyenne sans gel durant la saison chaude, avec les dates moyenne de première/dernière gelées de la saison froide. Records: Les records de Pression, HR, Td et de hauteur de neige sont tirés des observations horaires et ne sont pas forcément les valeurs les plus extrêmes qui ont pu être atteintes entre 2 observations de routine. Les records de RR sur 24h sont relevés aux heures d'observations routinières (par exemple de 06hTU à 06hTU J+1). Il peut donc y avoir des cumuls plus importants sur des périodes glissantes de 24h. Extrêmes annuels moyens: Extrêmes de t° basses et hautes et de RR24h atteints ou dépassé une année sur 2. Fournissent une bonne indications des conditions limites auxquelles on peut s'attendre si l'on passe une année sur place. Q, An: Que sont ces 2 colonnes, à droite du résumé annuel, pour chacun des paramètres présentés (t°, pression, Td, etc...) ? La première donne la variable Q qui indique le ratio (exprimé en pourcentage) entre le nombre de relevés valides utilisés et le nombre maximal possible de relevés. On a besoin d'un seul relevé valide de tn par jour, mais en revanche d'autres paramètres, comme le Td moyen, utilisent les n observations synoptiques quotidiennes (par exemple pour un mois de 31j une station synoptique à observations tri-horaires aura 8*31 = 248 observations - ou valeurs - maximales possibles). La deuxième colonne donne le nombre d'année ('An') durant laquelle des observations sur ce paramètres sont disponibles. La durée idéale étant de 30 ans pour établir des normales climatologiques. La variable de qualité Q et toutes les statistiques présentées pour un paramètre donné sont donc basées sur ces x années d'observations disponibles. On verra dans l'exemple de Vostok que tout les paramètres météo n'ont pas été disponibles uniformément au cours du temps. Encore 2 remarques sur cette variable Q: 1. Elle n'est donc pas qualitative mais quantitative... elle ne présume pas de la qualité des données (qui à priori est au moins "bonne") mais uniquement de la quantité de données valables disponibles. La qualité des données est vérifiée par moi-même, quelques petites erreurs peuvent passer à travers mais les plus grossières sont corrigées ou éliminées (voir comment /topic/82773-ogimet-comment-sen-servir/'>ici). 2. Si les cumuls moyens de RR sont déduits d'un échantillon de données quotidiennes de complétude Q cela ne veut pas dire que le résultat doit être majoré d'un facteur 1/Q, du moment que l'échantillon de données manquantes est bien réparti aléatoirement sur des journées avec ou sans précipitations... et je veille à ce que cela soit bien le cas. Köppen: Classification selon Köppen. Les références que j'ai utilisées pour établir d'algorithme de classification figurent toutes sur le wiki anglais de Köppen. Conditions moyennes aux heure synoptiques: Depuis le 30/04/2014 les mises à jour sont en v5.00 ou plus, est inclue une deuxième fiche présentant les conditions moyennes aux 8 observations synoptiques quotidiennes, à savoir à 0hUTC, 3hUTC, 6hUTC, 9hUTC, 12hUTC, 15hUTC, 18hUTC et 21hUTC. Cette fiche permet de visualiser pour chaque mois le déroulement d'une journée type, avec l’évolution diurne de la t°, de l’humidité, du vent, de la pression, de l'état du ciel et de la biométéo. Les échelles de couleur sont les mêmes que dans la fiche principale. J'inclue également des petits graphiques pour les mois de janvier, avril, juillet et octobre, sur lesquels sont décalquée les conditions astronomiques au 15 du mois (lever, coucher du soleil, et hauteur maxi sur l'horizon en nuances de jaune). Roses des vents: Depuis le 22/09/2014 et la v6.00 ou plus, présentation de roses des vents mensuelles. Elle sont regroupées par saison météorologique: Décembre-Janvier-Février, Mars-Avril-Mai, Juin-Juillet-Aout, Septembre-Octobre-Novembre. EDIT 28/11/2014: depuis la v7.00 les roses des vents sont calculées suivant un pas de 20° et passent par les directions suivantes: 005°, 025°, 045°... 325°, 345°. La courbe verte montre la prévalence des vents d'au moins 1m/s, celle en orange concerne les vents de plus de 5m/s (soit environ 10 noeuds ou 18km/h). Dans cet exemple chaque rond concentrique représente 4 points sur l’échelle de pourcentage, qui va ici de 0% à 12%. Les situations de vent calme ou variable n'apparaissent pas mais sont comptabilisées, si bien que la somme totale de chaque branche sur la rose des vents n'atteindra jamais 100%. Sur l'exemple suivant on peut par exemple lire qu'en janvier la prévalence des vents de sud ouest (SO) de 1m/s ou plus est d'à peu près 11%: Tableaux de résumés mensuels: Je proposerais des exemples de mois typiques ou remarquables pour illustrer la succession des types de temps qui composent le climat étudié. Voilà le tableau des pictogrammes qui détaillent le temps présent: #1. Ulan Bator. Dirigeons nous donc à présent vers le 1er exemple: Ulan Bator. La station synoptique est située à 5.2kms à l'ouest du centre-ville, à la limite entre l'urbanisation russe (barres d'immeubles et "espaces verts" qui ressemblent plus à des terrains vagues) et les banlieues de yourtes qui s'étendent à la lisière de la ville. Elle est positionnée sur une pente légère orientée face au sud, environ 50m plus haut que le fond de vallée: C'est un climat continental steppique froid, avec une sécheresse hivernale (BSkw selon Köppen): Les 2 caractéristiques du climat continental sont là: grande amplitude annuelle de t° (avec hiver froid), et maximum estival de précipitations. La variantes "steppiques" apporte des altérations suivantes: - sécheresse plus prononcée: seulement 12mm cumulés de novembre à mars, d'ailleurs la couche de neige s'en ressent car elle peine à dépasser les 6cms durant l'hiver. L'air est très sec au printemps. - ensoleillement fort en hiver. C'est février qui à la fraction d'insolation la plus élevée (72%) malgré le smog fréquent à Ulan Bator en hiver. Le ciel Mongol est souvent d'un bleu profond. - non visible sur les stats: le printemps est plus instable que l'automne, avec de très fortes variations de t° et des tempêtes de poussière. Un petit coup d'œil sur les courbes de t°... elles sont plutôt "jolies", pas trop cabossées, ce qui montre une certaine solidité du résultat malgré la relative faiblesse de l'échantillon de données (11 ans et 3 mois). A noter l'effarant 20.2°c de moyenne en juillet, à plus de 3°c d'excédent par rapport à la normale 1961-90: les années 2000 ont vu une succession d'étés caniculaires en Mongolie, dont juillet 2010 que l'on va voir bientôt plus en détail. EDIT 22/02/2015: ajout des tableaux horaires et des roses des vents Exemples de saisons: section réécrite le 26/05/2015 Voici un exemple d'hiver avec 2002-2003. Décembre est l'un des plus froid depuis 2000 avec -3.7°c d'anomalie, puis janvier et février sont plus cléments - surtout février avec une anomalie de +2°c. On y trouve un smog omniprésent, une couche de neige qui varie peu et une rare tempête de neige le nouvel an. Le printemps est une saison marquée par des variations de températures extrêmes. Voici 2013, dont le bilan neutre cache des mois contrastés: avril est froid (-3° d'anomalie), mai chaud (+1.8°c). Une fois la couche de neige disparue - généralement durant la première décade de mars comme ici -, la neige s'invite de temps en temps jusqu'à fin mai, où l'on peut passer de l'été à l'hiver en quelques heures. L'été peut être vraiment chaud, mais les douches froides restent spectaculaires. Voici 2011, où après un mois de juin normal juillet et aout se sont amusés à inverser les rôles: juillet 2011 est le plus froid depuis le début de ce siècle, aout le 2e plus chaud. Passé le 15 aout les tx supérieures à 30°c deviennent normalement rares. Enfin l'automne, là encore on garde 2011 car son bilan est très neutre - mais encore avec de grandes disparités: septembre fut largement sous les normes avec un coup de froid remarquable en milieu de mois, octobre fut doux façon été indien. Novembre fut parfaitement normal malgré l'arrivée brutale de la neige pérenne et du grand froid en début de 2e décade. Voilà pour ce soir, la suite dans quelques jours. Je ne me suis finalement pas si approfondi que ça sur la sélection des données mais je tiens à vous dire que j'apporte le plus grand soin à la vérification des valeurs suspectes en consultant directement les SYNOPs de la journée incriminées: en particulier tous les records (tnn/tnx/txn/txx) sont vérifiés.
  2. #353. Oran. L'agglomération de Oran compte au total 1.5 million d'habitants, ce qui en fait la deuxième ville d'Algérie. Alger est à 365kms, Valence 430kms: La côte méditerranéenne est assez accidentée et souvent bordée de collines pouvant dépasser 500m d'altitude. Pour cette raison le site de l'aéroport - où est situé la station étudiée - bénéficie d'un abri partiel vis à vis des pluies hivernales venant de l'ouest. Environ 80kms plus au sud l'Atlas Tellien (chaine nord de l'Atlas) puis les hauts plateaux isolent partiellement cette côte de l'intérieur du continent, protégeant la région des chaleurs brûlantes du Sahara. Le centre ville est à 8kms et la mer à 9.5kms de la station synoptique. Ce climat est une variante plus sèche du climat d'Alger, c'est un climat méditerranéen sec (les normales 1976-2005 reprises sur wikipedia font tomber ce climat en domaine semi-aride selon la définition de Köppen). L'hiver est marqué par les pluies sporadiques et irrégulières issues de l'abaissement du zonal atlantique vers le Maghreb. L'été est marqué par le beau temps chaud tempéré par les courants thermiques marins. Je vois deux raisons au déficit de précipitations par rapport au climat d'Alger: - le relatif abri des colline côtières, phénomène très local - l'abri à échelle régionale de l'Espagne et des sierras dans le sud du pays, qui doivent bien assécher les flux océaniques de nord-ouest. Plus à l'est vers Alger la méditerranée est bien plus large et favorise une cyclogenèse qui recycle / réactive les perturbations d'origine océanique. Sur les roses des vents on retrouve le zonal hivernal avec une orientation OSO à sud-ouest due au relief. En été le courant thermique de nord, de la mer vers le continent chaud, donne des brises de nord. L'hiver alterne les périodes de beau temps calme anticyclonique, dans vent et sans nuages, et les périodes perturbées avec du vent et des pluies généralement faibles. De petites gelées se produisent en moyenne 2 fois par an, et de façon exceptionnelle la neige peut tomber et même tenir au sol, comme en janvier 2005. Le printemps est une période instable autour de la méditerranée, si bien que le beau temps durable ne s'installe pas avant juin. Avril et mai sont donc encore assez ennuagés, avec des petites pluies. On peut également connaitre des coups de sirocco avec les premiers 30°c dès la fin février. L'exemple de 2010 est assez sage en la matière et bien dans les normales: Voici un exemple de mois d'avril bien plus perturbé et fortement arrosé, avec un bon déficit sur les tx à la clé. L'été se déroule sous le soleil, et seuls quelques orages arrivent à donner un peu de pluie. La modération des t° par la mer a un prix: l'humidité, avec un Td souvent bien supérieur à 20°c et une moiteur marquée. Lorsque le vent prend une composante plus continentale (de sud ouest) l'hygrométrie baisse mais les températures montent vite: on dépasse facilement les 36°c et l'on dépasse en moyenne les 40°c une fois tout les deux ans. Sur cet exemple pris en 2008 pas de grosse surchauffe en juillet et aout (38.4°c le 7/08), mais une txx de 40.0°c a été par la suite enregistrée début septembre. Pour l'automne j'ai délibérément choisi de ne pas montrer une saison normale (je n'avais pas vraiment de bon exemple de toute façon): voici 2012, fortement arrosé en novembre. Outre les tempêtes méditerranéennes cet automne montre également les coups de sirocco occasionnels de cette saison, avec une tempête de poussière le 18/10 ou une dernière pointe à plus de 30°c le 4/11. Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. J'ai prévu de rester un petit moment au Magheb, avec probablement l'Algérie et le Maroc couverts dans leur totalité d'ici quelques semaines.
  3. Je débuterais demain une nouvelle série, à vous de deviner par où je vais commencer à l'aide du tableau suivant:
  4. Et voici, avec un peu de retard, un résumé de la dernière série sur le Chili: On remarque la nette opposition des régimes de RR entre Mendoza et Santiago, alors que plus au sud Bariloche et Puerto Montt ont des régimes qui présentent de grandes similitudes. Cela donne envie d'en voir plus, l'enjeu d'une future série Argentine sera de préciser où et comment l'on fait la transition entre les régimes de Mendoza et Bariloche. D'ici la fin de l'année je tenterais de répondre à cette question.
  5. Récapitulatif des fiches traitant ce secteur postée à ce jour: A l'exception de la presqu'ile de Choshi on voit bien la tendance aux hivers plus sec le long des côtes est. Sur la côte ouest, celle de la mer du Japon, le régime de RR est plus flou, plus uniforme, et l'hiver devient même la saison la plus arrosée par endroits (Niigata ou Aomori).
  6. #352. Choshi. C'est la dernière étape de cette série sur la moitié nord-est du Japon. Choshi est une ville de 64 000h construite à l’extrémité est de la grande région de Tokyo, sur un cap au bord de l'océan Pacifique. Tokyo est à 100kms, Maebashi à 180kms, Sendai 280kms. Nous sommes dans la continuité de la grande plaine de Tokyo. La situation très maritime va toutefois changer beaucoup de choses pour Choshi. L'océan n'est qu'à 400m de la station. Cela fait encore beaucoup de différences en à peine 100kms dans une même plaine, l'océanicité est bien plus forte qu'à Tokyo et se manifeste autant sur une plus grande modération des températures que sur un régime pluviométrique bien plus uniforme. L'hygrométrie en prend un coup aussi, notamment en été où la présence de l'océan donne des Td tropicaux. Voici un tableau qui rassemble des données de Choshi et de Tokyo afin de comparer plus facilement: L'ICA perds quand même 0.24 point, c'est pas mal sur une aussi courte distance: la différence n'est que de 0.20 entre Akita et Morioka, distantes elles aussi de 100km mais séparées par des montagnes. Voici un autre graph pour visualiser les différences de régime pluviométrique en un seul coup d'oeil: On retrouve sur les deux villes le maximum d'automne imputable aux systèmes tropicaux. Juillet et aout font partie des mois les moins arrosés à Choshi: sans renfort de nature convective les précipitations sont limitées par la présence de la cellule anticyclonique subtropicale. En revanche l'hiver est bien plus arrosé à Choshi: plus éloignée de l'abri des montagnes, elle bénéficie de conditions de foehn moins fortes et moins fréquentes, et est bien plus à merci des perturbations tempérées qui évoluent sur le proche Pacifique. L'influence du régime de mousson semble totalement absent sur le régime de RR, on doit pouvoir parler simplement de climat maritime subtropical. D'ailleurs le flux de sud moussonique n'est pas aussi dominant sur les vents d'été qu'ailleurs dans la région, on trouve encore un bon pourcentage de vents de nord-est frais durant les mois les plus chauds. En hiver le zonal asséché est encore bien présent, mais ce vent de nord-est perturbé et bien plus humide est lui aussi encore de la partie. Pour toute cette grande région de Tokyo j'ai repris systématiquement les même exemples de saisons. Voici donc à nouveau l'hiver 2004-2005. Il est ici excédentaire en précipitations uniquement à cause du déluge de mi-janvier. C'est dans l'ensemble plus nuageux qu'à Tokyo et moins sec, et aussi bien plus venté. Retour sur février 2014, qui avait enseveli le reste de la région sous la neige (couche maxi de 22cms à Tokyo, 78cms à Maebashi, 114cms à Kofu). Ici ce ne fut pas du tout la même histoire: Choshi s'est retrouvée dans le secteur chaud des deux perturbations qui ont donné tant de neige plus à l'ouest, si bien qu'il faisait 13°c le 14/02 alors qu'il neigeait à Tokyo et plus à l'ouest. Les lames d'eau associées à ces deux perturbations restent remarquables. Le printemps est là aussi déjà plus nuageux que dans les terres, même si on retrouve des journées de foehn voire même de poussière asiatique (le 17/03). En mai les brumes et brouillards océaniques font leur apparition, ce qui rappelle des choses vues vue sur la côte est d'Hokkaido (Kushiro). L'été la chaleur est moins forte que dans les terres, par exemple en juillet la Txm est 4°c plus basse qu'à Tokyo. Mais l'humidité accablante rend cette saison tout aussi pénible, et les épisodes de beau temps chaud sont accompagnés de Td purement tropicaux (24°c et plus). Le début de l'été est bien plus poussif sur ce cap, par exemple fin juin on n'enregistre que 28°c sur des journées où la zone Tokyo-Maebashi-Kofu chiffrait 35°c à 38°c. En automne, sur cet exemple de 2007 on retrouve les phénomènes tropicaux que j'ai déjà détaillé dans les fiches précédentes. Le typhon Fitow (le 6/09) et la tempête Faxai (27/10) sont à eux deux responsables d'une bonne partie du cumul pluviométrique de cette saison. Et on finit par octobre 2004, ici aussi le mois le plus arrosé de ma période d'étude avec l'enchainement des typhons Ma-on le 08/10 et Tokage le 19/10. Voilà, c'est tout pour l'instant pour le Japon. Je publierais une ou deux cartes pour faire le bilan dans l'aprem.
  7. Oui, Soundgarden c'est mes année étudiantes. C'est aussi des heures à essayer de comprendre leur plans à la guitare, mais au final c'est cette voix qui m'impressionne le plus. Inoubliable donc.
  8. Chris Cornell est mort hier, l'une des plus incroyable voix du rock des ces 30 dernières années. (son uniquement pour cette dernière) R.I.P. Chris.
  9. #351. Kofu. Avant dernière étape de cette série au Japon. J'avais dans un premier temps décidé de garder cette fiche pour plus tard, mais j'ai finalement décidé de l'inclure à cette série car elle présente au climat similaire à Maebashi et elle est dans la même région géographique, à savoir à l'est des deux plus grandes chaines montagneuses qui scindent pratiquement Honshu en deux le long du 138e méridien est. Kofu est une ville de 190 000h enclavée au milieu des montagnes, à 110kms de Tokyo et 95kms de Maebashi. A part une trouée vers le nord-ouest et une autre au SSO le bassin de Kofu est vraiment bien cloisonné. Le Mt Fuji est à 37kms et est bien visible de la ville. L'océan est à 60kms de distance. Cette petite plaine intérieure mesure 30kms dans sa plus grande longueur. Vue vers le nord est et les premiers reliefs à 1.5kms de la station. SI l'ICA est un peu moins élevé qu'à Maebashi c'est du au régime de RR, qui est un compromis entre celui de Tokyo et de Maebashi: le maximum unique est ici en septembre. Côté températures cette cuvette est vraiment continentale, avec des amplitudes thermiques diurnes inhabituellement fortes au Japon qui sont favorisée par la faiblesse du vent. Le gel est donc fréquent en hiver, avec 15 jours de plus qu'à Maebashi. Les températures estivales (tx) font parties des plus chaudes du Japon, je crois d'ailleurs que Kofu détient le record absolu national de txx avec les 40.7°c du 10/08/2013. Les stats d'hygrométrie souvent basses laissent supposer des conditions de foehn régulières, ce sont les courants de nord-ouest à NNO qui sont les plus secs. Ils correspondent à l'orientation du zonal hivernal dévié ainsi par l'ouverture du relief dans cette direction. En été le courant de mousson arrive par la vallée qui s'ouvre au sud-ouest de la cuvette. Les vents sont particulièrement faibles pour une station Japonaise, il est même souvent discret la nuit. En journée l'agitation thermique et la proximité des montagnes engendrent des subsidences qui font baisser le Td de façon assez notable. Ce phénomène s'estompe un peu en été mais l'hygrométrie est tout de même un peu moins accablante qu'ailleurs durant la saison chaude. Encore une fois j'ai repris exactement les mêmes exemples de saisons que pour Tokyo et Maebashi, même si parfois ils ne sont pas parfaitement équilibrés. Revoici donc l'hiver 2004-2005, qui ressemble beaucoup à celui vécu à Maebashi avec un peu plus de neige et des gelées nocturnes plus fortes. Ciel bleu et foehn léger restent les acteurs stars de l'hiver. En bonus voici aussi l’incroyable février 2014 et son mètre de neige tombé en 24h le 14. Sur les 16 autres hivers de ma période d'étude la couche de neige au sol n'a jamais dépassé 15cms, les épisodes des 8/02/2014 et 14/02/2014 sont absolument exceptionnels tant par leur intensité que leur répétition à une semaine d'intervalle. Cela a du être un véritable chaos pour les habitants de la région (Tokyo avait été elle aussi touchée avec jusqu'à 25cms en centre-ville). Le printemps est souvent plaisant avant que les nuages ne deviennent trop envahissants en mai. Durant les plus belles journées des amplitudes thermiques d'une vingtaine de degré sont courantes, ce qui au Japon n'est pas très habituel et est réservé aux vallées et cuvettes les plus enclavées. L'été 2011 a un bilan à peu près normal, à part les fortes chaleurs précoces de juin et les précipitations excédentaires. Entre les périodes moins chaudes et instables on retrouve les séquences de canicule d'une semaine à dix jours typiques de cette partie du Japon. L'automne 2007 est plus sec que la normale (-19%) mais est conforme à la valeur médiane: le principal apport de RR en cette saison venant des cyclones et tempêtes tropicales, leur irrégularité fait qu'une minorité de mois très excédentaires en précipitations compense une majorité de mois sous les normales. Pour finir voici le mois d'octobre 2004, dans la catégorie des mois très excédentaires: comme à Tokyo ou Maebashi la succession d'ex-cyclones et tempêtes tropicales lui a valu la palme du mois le plus arrosé de ma période d'étude. Voilà, c'est tout pour aujourd'hui.
  10. La Namibie, j'ai déjà regardé la possibilité de travailler sur ce pays et si ma mémoire est bonne les données d'avant 2007 sont vraiment de mauvaise qualité. Donc encore quelques années à attendre avant d'avoir un bon échantillon.
  11. #350. Maebashi. L'étape d'aujourd'hui revient sur le plus grand foyer de population du Japon (un tiers de la population du pays), à savoir la plus grande plaine du pays, dans laquelle est construite Tokyo. Maebashi est une ville de 340 000h à l'extrême nord-ouest de cette plaine, là où la montagne sépare cette plaine de la côte de la mer du Japon. Tokyo est à 100kms, Niigata 165kms. Les monts Mikumi sont la principale barrière vis-à-vis de flux zonal que l'on trouve surtout en hiver. C'est l'un des complexes montagneux qui engendre un effet de foehn marqué dans toute cette grande plaine qui s'étend jusqu'à l'océan Pacifique; on trouve également les monts Hida ou les monts Akaichi, ainsi que le Mt Fuji dont l'influence est nettement moindre mais qui est le repère géographique incontournable de la région. C'est donc ici que s'arrête le tissu semi-urbain à urbain qui s'étend de manière quasi continue jusqu'à Choshi, un port sur le Pacifique à presque 180kms de là, qui sera la prochaine étape du voyage. Vue vers le nord, les premiers reliefs sont à 10kms. C'est la deuxième fiche sur l'intérieur de Honshu et on retrouve là encore un climat à la continentalité nettement plus affirmée que sur les côtes. Les précipitations hivernales sont pénalisées par le foehn d'ouest à nord, et les précipitations estivales (juillet et aout) sont renforcées par la convection sur les montagnes environnantes. Voici une comparaison des régimes pluvio avec Tokyo, 100kms au sud-est: Cela fait beaucoup de différences en à peine 100kms pour une même plaine. En automne Maebashi est beaucoup moins touchée par les typhons que Tokyo - chacun le sait dès qu'un système tropical touche terre il s'épuise très vite -, et au final on obtient deux graphiques bien différents. Voici également une comparaison centrée sur les températures: Sans surprise c'est bien plus continental à Maebashi. Il faut cependant nuancer: une bonne part de la différences en hiver, notamment sur les tn (il gèle ici 10 fois plus qu'à Tokyo), est due à l'énorme ilot de chaleur urbain de Tokyo et la la localisation hyper urbanisée du point de mesure. On retrouve du gel fréquent et des tn souvent proches de -5°c sur l'aéroport de Narita, 55kms à l'est de Tokyo dans l'une des zones les moins urbanisées de cette plaine. En été par contre on voit que les plus grosses chaleurs on tendance à être modérées à Tokyo par la baie. Les vents dominants sont canalisés dans la plaine selon une direction nord-ouest / sud-est. En hiver le zonal varie donc entre le nord-ouest et le NNO, avec un effet de foehn continu. En été les brises thermiques semblent dominer: de montagne (NO) la nuit, de vallée (SE) le jour. Pour tous les exemples de saisons j'ai pris exactement les même qu'à Tokyo, fiche qui a pour l'occasion été remaniée ce matin. L'hiver choisi est donc 2004-2005. Un décembre doux (avec une tx record le 5/12 durant le passage d'une dépression à cœur chaud) compense la fraicheur de février. Vis à vis de la neige on change vraiment de domaine par rapport à toutes les fiches vues récemment sur le nord de Honshu: elle se fait plus rare, avec quelques petites chutes occasionnelles qui ne tiennent pas longtemps au sol. Le type de temps dominant est le beau temps sec et pas trop froid, avec ce vent qui descend des montagnes. Bonus: retour sur février 2014 et les chutes de neige exceptionnelles qui ont concerné la grande région de Tokyo et Maebashi en particulier: C'est souvent très agréable au printemps. La saison 2009 fut marquée par un beau mois d'avril, période recommandée pour les voyages car elle coïncide avec le cherry blossom. Puisque je l'ai évoqué, c'est l'occasion de vous montrer la date moyenne du pic de fleuraison des cerisiers de Japon. Pour les Japonais cette carte a plus de valeur que bien d'autres cartes climato: Eté 2011: bilan normal, mais il fut marqué des des chaleurs précoces notamment fin juin. Par rapport à Tokyo juillet et aout sont marqués par les pluies convectives localisées. Sur cet exemple la différence est nette le 31/08, où les bandes pluvieuses de la tempête tropicale Talas en approche par le sud ont connu un fort boost convectif et orographique: 152mm le 31/08 et 135mm le 01/09 pour Maebashi, seulement 05mm et 32mm pour Tokyo. Automne 2007: normal sur les t°, excédentaire sur les RR notamment grâce aux systèmes tropicaux de septembre: le typhon Fitow le 06/09, la tempête tropicale Danas le 11/09. Retour également sur octobre 2004, qui bien que moins impressionnant qu'à Tokyo est ici aussi le mois avec le plus fort cumul de ma période d'étude. Les systèmes tropicaux qui contribuèrent à ce cumul furent Ma-on (8/10) et Tokage (20/10) C'est il me semble le premier cas de climat subtropical - a tendance continentale - vraiment net que l'on rencontre durant cette série sur le Japon, mais il a fallu le concours de plusieurs chaines de montagnes pour en arriver là. Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !
  12. Ce régime pluvio est d'autant plus trompeur que le minimum hivernal est du en bonne partie au relief qui foehne le flux zonal qui serait sinon bien plus humide à Sendai. Si cette partie du Japon était plate il y a fort à parier que l'ICA de Sendai se retrouverais autour de 0.85 avec des RR hivernales deux fois plus fortes. En effet, voici une comparaison avec Vladivostok: Février est 1.5°c plus chaud que décembre à Vladivostok. Février est 2.0°c plus froid que décembre à Sendai.
  13. #349. Niigata. Niigata est une ville de 810 000h sur la côte de la mer du Japon. Sendai est à 170kms, Akita 225kms, Tokyo 250kms, Sapporo 610 kms. La plaine côtière sur laquelle Niigata est bâtie fait 20 à 25kms de large et est parfois légèrement sous le niveau de la mer. On retrouve ces deux chaines de montagnes qui séparent cette côte de Sendai et de la côte pacifique. Au sud les monts Echigo, qui forment le début des Alpes Japonaises, vont avoir tendance à foehner certains flux d'été - notamment lorsqu’un typhon est présent sur le proche Pacifique - et à donner des chaleurs particulièrement intenses. La station est à 2.3kms de la mer et à proximité d'un fleuve (410m). C'est encore un milieu urbain et maritime à la fois. J'ai été surpris par la résilience de la neige dans cette ville, qui connait un froid hivernal comparable à une bonne partie de la France avec en plus des écarts vers le négatif très timides. On retrouve une stat insolite déjà vue le long de ces côtes Japonaises: la neige au sol est observée plus souvent que le gel (40 jours/an contre 33 jours/an). Les chutes régulières et fortes suffisent à compenser l'absence de gel continu. J'ai fait un petit tableau afin de comparer plus facilement Niigata et Sendai: Malgré une amplitude thermique annuelle plus forte à Niigata, l'ICA est nettement plus océanique: c'est principalement en raison du régime de RR de nature maritime dans cette ville, avec un net maximum hivernal. Sur cette côte de la mer du Japon la persistance du ciel bouché et du mauvais temps en hiver est vraiment impressionnante, tandis que Sendai joui de conditions plutôt agréables (150h d'ensoleillement en janvier c'est très correct). En été la chaleur est nettement plus forte à Niigata, et les pluies un peu moins fréquentes (mais comparables en quantité): outre le fait que cette côte n'est pas soumise aux épisodiques vents frais qui descendent le long de la côte Pacifique depuis Hokkaido il faut aussi y voir le foenn diffus mais généralisé des flux de sud moussonique. En hiver, le zonal, d'ONO, fort et humide, chargé de neiges d'effet de la, domine. En été les acteurs principaux des roses des vents sont - le vent de terre de sud est, légèrement foehné, qui correspond je pense à la mousson asiatique - le vent subtropical chaud de sud ouest, chaud et moite, qui accompagne les période de beau temps - une brise de mer de nord qui se lève parfois en journée. Voici un hiver classique, 2007-2008: Le froid est long à arriver, ce n'est que fin décembre que le gel et la neige deviennent fréquents. Ensuite on retrouve le même type de temps que plus au nord, des neiges intermittentes mais durables. Ici la pluie se mélange souvent ou prend même le dessus. La neige à quand même du mal à cumuler et les données de neige au sol peuvent être trompeuses: la couche de neige est mesurée le matin (9h locales), elle doit souvent fondre complètement en journée avant la constitution d'une nouvelle petite couche par les averses la nuit suivante (regardez cette série avec seulement 1cms au sol en février: on est exactement dans ce cas de figure).. Il suffit d'une anomalie froide de t° de 1°c ou 2°c pour que la neige prenne vraiment et l'on peut se retrouver certains hivers avec des couches de neige impressionnantes. Voici par exemple février 2010 avec presque 80cms de neige tombés en 2 jours. Notez tout de même la faiblesse du froid: la tnn depuis 2000 n'a même pas atteint -5°c, ce lieu m'en rappelle un autre où il peut neiger de grosses quantités avec des t° pourtant limites: la côte nord de la Turquie et ses neiges à effet de lac de la mer Noire. Entre le mauvais temps hivernal quasi constant et l'été trop chaud les saisons intermédiaires sont vraiment les plus agréables dans cette partie du Japon. Sur cet exemple de printemps on trouve même un beau mois d'avril: Pour l'été j'ai choisi 2016 malgré un déficit de RR non négligeable: en effet son profil thermique est parfait, et le profil d'ennuagemment ou de RR sont pas mal non plus malgré donc ce déficit de pluie sur chaque mois. C'est donc en aout que l'on retrouve les journées les plus chaudes et les plus belles. En juillet on trouve pas mal de ces journées "molles", temps estival typique de la région, ni beau, ni franchement pluvieux, ni frais, ni vraiment chaud, et peu venté. Les pics de chaleurs sont à mettre au crédit des courants de sud à sud-est foehnés induits par la tempête tropicale Chanthu (le 16/08) et le typhon Mindule (20/08). Le coup de chaud du 29/08 et les pluies du 30/08 sont aussi à mettre au crédit d'un cyclone: Lionrock. Septembre étant l'apogée de la saison cyclonique les coups de chaleurs sont encore fréquents. Sur cet exemple la chaleur de la mi-septembre est à mettre au crédit du flux de sud induit par le passage du typhon Saomai sur les Corées. Le reste de la saison est plus classique, avec des perturbations déjà fréquentes mais le beau temps qui revient facilement. Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !
  14. Oui, la réserve d'eau chaude au nord de la Papouasie Nlle Guinée (warm pool, déjà évoquée durant la série sur l'Indonésie) alimente en eaux chaudes le bassin ouest du pacifique nord et est le carburant des saisons cycloniques si intenses dans cette partie du monde.
  15. #348. Sendai. Sendai est une ville de 1 millions d'habitants sur la côte est de Honshu. Elle à été durement touchée par le tsunami de 2011. Morioka est à 160kms, Akita 175kms, Tokyo 305kms, Sapporo 535kms. Grossièrement, deux chaines de moyennes montagnes s'érigent parallèlement aux côtes, avec quelques plaines et bassins centraux dont on a vu un exemple plus haut avec Morioka. Ce relief abrite Sendai de l'humidité de la mer du Japon, en hiver surtout: en cette saison le flux zonal d'ouest donnera du foehn dès qu'il sera assez vigoureux. A l'inverse en été la ville est plus exposée au flux de mousson humide, et également de la fraicheur qui peut descendre par le nord-est depuis les zones océaniques où le courant froid Oyashio est stoppé. Pour ne pas changer la station est en ville, les côtes pacifiques sont à 9.3kms. C'est en hiver que la différence avec la côte de la Mer du Japon est la plus nette: ici on recueille 3 fois plus de soleil et 3 fois moins de précipitations. En été on trouve un petit creux de RR au mois d'aout que l'on devrait retrouver ailleurs dans de prochaines fiches: il se produit entre le pic de la saison des pluies dites de mousson en juillet et la saison des cyclones en septembre. Cette côte est en effet plus exposées aux cyclones et tempêtes tropicales en cours d'extra-tropicalisation. Entre les deux c'est en aout que la cellule anticycloniques subtropicale parvient le mieux à installer un beau temps chaud (et moite). En hiver le zonal force le passage par les montagnes et arrive de l'ONO, ou arrive par le nord et le bassin du Kitakami (cf. Morioka) lorsqu'une ondulation lui fait prendre une composante plus nordique (et plus humide). En été le courant maritime domine, du sud-est. Le courant estival de sud-ouest est essentiellement un courant thermique: des brises de mer diurnes. Le courant de mousson humide est lui de sud à sud-ouest. En hiver différents types de temps se succèdent rapidement en fonction des ondulations constantes de la circulation d'ouest. Lorsque le flux est plein ouest et que la côte de la mer du Japon connait du mauvais temps constant ici on récolte des miettes: dans une atmosphère asséchée les flocons ne laissent que des traces même si on les voit souvent. Seules les plus fortes ondulations, qui font cesser le foehn d'ouest, donnent de bonnes précipitations et occasionnellement une bonne neige. Voici un exemple de printemps normal, où un beau mois d'avril compense la grisaille de mai. Là encore le temps et les températures de ces deux mois me rappellent ce que l'on vit en France à la même époque, à l'exceptions des conditions de foehn parfois marquées (quoique au bord de la méditerranée ou dans les Alpes on a ça aussi).. Voici un été normal: 2013. Sur pas mal d'exemples de saisons estivales au bilan neutre on retrouve cette tendance à un mois de juillet frais et un mois d'aout chaud, qui exagère le pic de t° en aout déjà bien présent sur les moyennes. C'est je pense pas du tout anodin: les étés les plus normaux montrent cette tendance, et les étés atypiques la compensent. Revoici donc encore un exemple avec un franc pic de chaleur en aout, après un début d'été très moyen voire carrément frais et maussade. La variabilité des t° (tx notamment) est plus forte sur cette côte que sur la côte ouest parfois soumise aux vents frais de NNE qui longent la côte depuis Hokkaido: les 10-centiles de tx sont 3°c plus bas en juillet et aout ici qu'à Akita, alors que les 90-centiles de tx sont équivalents. Voici 2 mois d'aout bonus pour souligner la variabilité en été. - Aout 2008 est le mois le plus arrosé de ma période d'étude (tous mois confondus). Mais pas le plus frais: 2001, avec -3.5°c d'anomalie sur les tx, fut nettement plus frais. - Aout 2010 est le mois le plus chaud de ma période d'étude (tous mois confondus). Et l'un des plus sec. Après quelques bouffées de chaleur résiduelles l'automne démarre généralement mi-septembre, avec comme ailleurs quelques périodes ni trop chaudes ni trop nuageuses qui font de cette saison un moment probablement apprécié. Les précipitations sont assez irrégulières en cette saison, en raison de la nature tropicale d'une bonne partie de celles-ci: 0, 1 ou 2 ex-cyclones font toute la différence d'une année à l'autre. Ici en 2007 la tempête tropicale Faxai fait le job pour octobre les 26 et 27: Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !
  16. Comme souvent c'est une info supplémentaire qui serait intéressante de temps en temps (pour les cas limites comme celui de Yuzhno-Kurilsk) mais pas très pertinente la plupart du temps, tout en alourdissant l'ensemble. On peut estimer cette période juste en regardant les courbes de t°, même si elles sont un peu grossières: pour Yuzhno-Kurilsk en regardant le graph on trouve que la période avec tm >10°c cours environ du 20/06 au 20/10, soit en effet 4 mois, et déduire sans autre indications que l'on est à la marge entre le Dfc et le Dfb. Merci pour cette tentative, il est très difficile de donner un nom à ces climats et de contenter tout le monde. Une petite remarque quand au maximum thermique nettement décalé en aout et qui pèse dans le calcul de l'ICA en faveur de l'océanicité: il n'est pas du qu'à l'insularité, mais aussi aux synoptiques observées au mois d'aout qui favorisent plus le beau temps et donc la chaleur. Ce que d'ailleurs Dann tu formules toi même de cette façon: "ce mois (aout) correspondant à la pénétration maximale de cette cellule anticyclonique subtropicale maritime à l'intérieur du continent.". Donc cela tempère un peu les résultats bruts de l'ICA et je comprends que pour certains le terme océanique ou maritime puisse rebuter. Cependant je reste d'accord le caractère avant tout maritimes de ces climats (sauf Morioka): les vents marins, la faible insolation, l'influence des courants marins et/ou de la SST, les faibles amplitudes thermiques diurnes, beaucoup de paramètres font pencher la balance vers le climat maritime. Iwaki ne sera pas étudiée, pas de synops dispos sur Ogimet. Tokyo a déjà été faite, c'était ici.
  17. J'ai fait le choix depuis 1 mois ou 2 de déterminer plus précisément ce critère en mesurant au jour près la durée de la saison avec Tm > 10°c, plutôt que de me baser sur les Tm mensuelles calendaires. Pour Yuzhno-Kurilsk cette période s’étend du 25/06 au 21/10, soit 119 jours ou un peu moins de 4 mois. Donc Dfc, à un cheveu j'en conviens.
  18. Le relief renforce les pluies convectives et en meme temps abrite celle vallee d'une partie des pluies issues des systemes qui proviennent de la mer du japon ou du pacifique. Sans le boost convectif des montagnes Morioka aurait des pluies estivales sensiblement plus faibles qu'Akita.
  19. #347. Morioka. Avec Morioka, ville de presque 300 000 habitants, nous allons voir un exemple de climat typique de l'intérieur du nord de Honshu. Akita est à 90kms vers l'ouest, Aomori 130kms, Sapporo 375kms et Tokyo 460kms. Cette ville est au nord de la vallée (ou bassin) de Kitakami, orientée nord-sud comme les deux chaines de montagnes qui encadrent cette vallée et la coupent un peu des influences océaniques - qu'elle viennent du Pacifique ou de la mer du Japon. Le Mt Iwate, cône volcanique photogénique qui rappelle le Mt Fuji, domine la ville à 22kms au nord-ouest. Vue vers le nord-ouest et le Mt Iwate. La station est une fois de plus bien urbaine. Le décalage thermique du maximum estival toujours bien présent empêche l'ICA d'atteindre des valeurs vraiment continentales, mais par rapport à Akita la continentalisation est manifeste: cet indice passe de 0.80 à 1.00, avec un régime de RR qui présente à la fois un minimum hivernal et un maximum estival marqués. La chaine Ôu, à l'ouest, bloque beaucoup de RR hivernales de la mer du Japon, et seuls les régimes les plus méridiens apportent des RR notables. Janvier est trois fois plus ensoleillé qu'à Akita. En été les pluies convectives sont renforcées par le relief environnant. Bien sur le relief canalise la plupart des vents dans la direction nord/sud, cependant en hiver le zonal d'ouest parvient souvent à passer la chaine Ôu et donne des conditions de foehn. Les vents hivernaux de secteur 290° sont clairement plus sec que la moyenne, c'est révélateur d'un foehn à grande échelle et explique facilement l’énorme différence de pluviométrie entre ici et Akita. Voici un bon exemple d'hiver: 2004-2005. Comme à Akita il m'a été parfois difficile de désigner les périodes d'enneigement continu, celui pêche parfois ici non pas manque de froid mais par manque précipitations neigeuses: si la neige tombe fréquemment elle ne laisse souvent que des traces. Le temps n'est pas vraiment au beau fixe mais on trouve quand même plus de soleil et de nuits claires que dans l'enfer gris d'Akita ou Aomori. Les amplitudes thermiques sont donc plus marquées, avec de belles gelées. Au printemps on retrouve comme dans l'intérieur d'Hokkaido des variations fréquentes de temps et de températures. Les belles journées apportent d'ailleurs les amplitudes thermiques les plus fortes de l'année. On trouve en cette saison deux traits typiques des climats continentaux: avril est le mois le plus venté et le plus sec (en hygrométrie). Le foehn est d'ouest est souvent présent. L'été se déroule entre périodes de chaleur et humidité modérées et poussées tropicales, ces dernières survenant le plus souvent de mi-juillet à fin-aout en conjonction avec le maximum thermique annuel. Le caractère violent des RR a tendance à se renforcer au fur et à mesure que l'été avance. Rien de bien nouveau, j'ai déjà écrit à peu près les mêmes choses pour les fiches précédentes. Enfin l'automne, une saison plutôt agréable (du moins au niveau thermique) avant l'arrivée du régime de temps hivernal courant novembre. C'est tout pour aujourd'hui, bon weekend !
  20. Les deux fiches que j'ai remis à jour ce soir se sont distingées depuis le début de l'année 2017 par des épisodes pluvieux exceptionnels: 1. Comodoro Rivadavia, avec 232mm en 24h le 30/03/2017 et plus de 430mm en dix jour, voir les détails ici. 2. Ranong, avec 473mm en janvier, au coeur de la saison sèche. Ce mois recueille en moyenne 10mm d'après les normales 1981-2010, mais avec les pluies anormales de 2017 et 2012 la moyenne sur la période d'étude (2000-2017) a été multipliée par 5: elle est de 54mm (la médiane reste dans les clous à environ 8mm).
  21. Repéré aujourd'hui en remettant à jour ma fiche clim de Comodoro Rivadavia : https://watchers.news/2017/04/07/floods-destroy-80-of-the-city-of-comodoro-rivadavia-argentina/ 232mm le 30/03, lame d'eau à peu près équivalente à la normale annuelle (250mm), et plus de 430mm en une dizaine de jours !
  22. J'ouvre ce sujet pour regrouper vos infos et trouvailles sur les excentricités du climat Argentin. On commence par la ville de Salta qui en aout dernier a connu l'un des mois d'aout le plus chaud jamais enregistré, avec un coup de foehn à presque 38°c le 07/08... je rappelle que c'est normalement l'hiver, et que la txx annuelle mediane si situe autour de 37°c à Salta.
  23. Non, le plus proche que je peux faire c'est Nagano mais ça semble beaucoup plus abrité et moins neigeux. #346. Akita. Akita est une ville de 315 000h, sur la côte neigeuse de Honshu, c'est à dire la côte ouest de la partie nord de l'ile. Aomori est à 135kms, Hakodate 240kms, Tokyo 445km et Wakkanai 645kms. Cette côte de la mer du Japon est exposée au zonal hivernal froid, qui se charge d'humidité durant la traversée. On va donc retrouver des RR hivernales importantes et notamment pas mal de neige. La station est en ville, la mer est à 3.4kms. C'est pour moi un climat encore largement océanique malgré la forte amplitude thermique annuelle, avec beaucoup de précipitations tout au long de l'année et une nébulosité importante. Pourrait-t-on parler d'océanique subtropical pour souligner la chaleur estivale ? Avec 25°c de Tm aout commence à être particulièrement chaud. Ce zonal hivernal à une orientation ONO ici et domine donc de novembre à mars. En été le flux de sud-ouest subtropical prends la place su zonal, tandis que toute l'année de faibles brises de terres nocturnes occupent la direction sud-est. Je suis surpris de voir que les vents les plus secs ne viennent pas de terre mais sont de nature maritime, été comme hiver. Pourtant on observe de temps en temps du foehn depuis l'intérieur des terres. Voici le même exemple d'hiver que pour Aomori, 2009-2010. A part le coup de douceur remarquable de fin février c'est très proche des normales. Néanmoins sur cet exemple la couche de neige au sol ne résiste pas aux nombreux redoux: pour les stats d'enneigement continu j'ai retenu la période du 15/12/2009 au 6/01/2010, bien plus courte que les 59 jours dénombrés en moyenne. La neige résiste moins bien au sol qu'à Aomori en raison d'un froid moins vif, pourtant les précipitations sont quasiment aussi abondantes, avec cet aspect "interminable" qui doit être bien déprimant. Voici l'un des deux hiver les plus neigeux de ma période d'étude: 2012-2013. Ce n'est pas le froid qui est marquant, mais bel et bien cette neige quasi constante bien que souvent faible. Voici un printemps normal, 2009. Avril et mars ressemblent pas mal à ce que l'on vit en France, en peut-être un peu plus pourri: - les dernières gelées sont pour début avril, et le premières journées agréables (20°c) dans le courant du mois - en mai arrivent les premières chaleurs, mais aussi encore de bonnes journées fraiches et pluvieuses. Voici l'été 2015 comme exemple, où chaque mois est resté assez proche des normales. Le pic de l'été semble vraiment se concentrer sur un mois, ici du 15/07 au 15/08, avec des chaleurs tropicales (Td et tn hautes). Les reste de la saison est bien plus supportable. Les RR se concentrent sur quelques épisodes très intenses. Voici un automne classique, en deux parties: - septembre et octobre souvent agréables; entre les passages pluvieux on trouve facilement du grand beau temps. - novembre beaucoup plus maussade avec l’établissement du flux d'ONO maritime. Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !
  24. Pour moi la mécanique de mousson implique un continent, il ne faut pas l'oublier. Ce n'est pas juste une saison humide alimentée par de l'humidité maritime tropicale, c'est un cycle complet avec un vent continental sec durant la saison de soleil bas. Cependant il serais en effet un peu abusif de parler de mousson d'hiver pour le Japon, même si l'on est majoritairement sous l'influence d'un vent continental froid et sec : c'est tout simplement le zonal tempéré qui génère ce vent. En été en revanche le phénomène de mousson asiatique est bien là. Loin des continents on parle plutôt de climat d'alizé, pas de mousson.
  25. #345. Aomori. Aomori est une ville de 290 000h au nord de l'ile principale du Japon, Honshu. C'est la grande ville la plus neigeuse du Japon, malgré un froid hivernal très modéré. Hakodate est à 110kms, Sapporo 255kms, Tokyo 575kms. Située au fond d'une baie, Aomori est au carrefour de plusieurs influences: le Pacifique (froid) à l'est, la mer du Japon à l'ouest, la masse plus continentale de Honshu au sud. La station est en centre-ville, à 1.3kms de la mer. La saison marquante de ce climat est l'hiver, avec plus de neige que de froid: on dénombre ici plus de jours avec neige au sol (114 jours/an) que de jours avec gel (99 jours/an) ! Les précipitations neigeuses abondantes en hiver sont plus fortes que le dégel régulier et permettent des hauteurs moyennes de neige au sol surprenantes pour un climat aussi peu froid, avec plus de 70cms fin janvier. Ce climat est assez largement océanique, avec un régime de RR qui présente un creux de printemps et un maximum d'hiver. Seul le maximum secondaire centré sur aout rappelle que l'on est au Japon. Les précipitation hivernales sont dues, d'après ce que j'ai lu sur wikipédia, à une convergence de plusieurs vents au dessus de Aomori, et donc des forçages ascendants. C'est franchement pas évident sur les roses des vents, où au sol le vent hivernal dominant est de sud-ouest. En été c'est plus partagé, avec des brises de mer diurnes de nord, le courant froid du pacifique d'est et le courant subtropical chaud de sud-ouest. J'ai repris le même exemple qu'à Hakodate (2009-2010), qui fonctionne bien: les anomalies mensuelles sont faibles, le pic de froid début février correspond bien aux tnn et txn annuelles typiques, l'enneigement débute à une date quasi normale mi décembre et la couche de neige au sol se comporte normalement, avec de larges variations en fonction des chutes de neige et des redoux, et culmine à plus de 90cms mi janvier, une valeur qui n'a rien d'exceptionnel. C'est sympa pour les amateurs de neige, mais pour les autres c'est l'enfer avec du mauvais temps quasi continu et de la "marde blanche" à faire enrager un québecois. Les dégels fréquents doivent d'ailleurs donner une consistance et une couleur assez dégueulasse à la neige, surtout en ville. Bonus: la fin de l'hiver 2005, année la plus neigeuse de ma période d'étude. Le maxi de neige au sol dépasse 1m environ une année sur deux, et je dénombre (depuis 2002) 4 hivers où la couche a dépassé 1.30m. Notez comme fin mars des apports réguliers de neige viennent encore contrarier la fonte, cette année là la neige au sol a disparu le 13/04. Voici un printemps plus normal, avec une fonte des neiges quasi normale (3 jours de retard sur la moyenne 2001-2017). Lorsque le vent prend une composante sud du foehn est possible, et l'on a quelques épisodes chauds et secs sur cet exemple de printemps. Ici, et contrairement au reste du pays, cette saison est la plus belle saison, avec le minimum de RR et le (timide) maximum ensoleillement. En mai une atmosphère plus brumeuse et plus humide s'installe néanmoins, c'est l'amorce du 2e pic annuel de grisaille en juin et juillet. J'ai enfin trouvé un exemple d'été autre que 2005 avec un bilan pas trop éloigné des normales: 2016, malgré un excédent sensible de RR que l'on peut attribuer à une seule journée (le 22/08). Les périodes de beau temps me semblent un peu plus longues que sur Hokkaido, à confirmer (ou pas) sur les futures fiches. La chaleur et l'humidité montent d'un cran, avec l’apparition de journées tropicales au Td et tn proches de 24°c. On retrouve déjà le profil que l'on avait vu à Tokyo et que l'on risque de revoir sur une bonne partie de Honshu: début d'été gris avec des pluies fréquentes mais peu intenses, puis en fin d'été le temps devient plus ensoleillé et les pluies s'espacent mais deviennent plus violentes. L'automne est assez sympathique, notamment ce mois d'octobre où il fait souvent beau, mais arrivé vers mi-novembre les choses dégénèrent très vite et le mauvais temps persistant s'installe. Voilà, c'est tout pour aujourd'hui.