Nicolas 17/69

Adhérent Infoclimat
  • Compteur de contenus

    5 630
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Nicolas 17/69

  • Rang
    Orage monocellulaire
  • Date de naissance 16/08/1963

Visiteurs récents du profil

251 visualisations du profil
  1. Belle trouvaille mais dommage que les témoins n'aient pas le réflexe de filmer la base du nuage au zénith du phénomène...
  2. Merci d'avoir ramené à la lumière ce rappel climatologique et ce passionnant bilan. Bien que datant de 2014 il reflète bien la répartition générale des tornades et des fortes tornades en Europe de l'Ouest. Une répartition d'ordre climatologique qui ne doit pas faire négliger pour autant le rôle joué par la couverture par les médias et chasseurs et l'organisation du recensement dans les différents pays : en Espagne ou en Europe de l'Est par exemple, on peut supposer les cas bien plus nombreux (rappelé d'ailleurs dès l'introduction par le bilan) alors qu'en Allemagne, l'efficacité du réseau d'observateurs donne toute sa mesure. L'Angleterre quant à elle est souvent donnée pour être l'endroit du globe le plus touché en absolu par les tornades, mais avec des cas d'intensité moindre que d'autres zones fortement impactées.
  3. Comme quoi c'est toujours possible, même avec des avis divergents, et ça vaut toujours le coup de conserver un topic comme ça. Même si perso, je me contente de lire et d'apprendre de part et d'autre sans intervenir, je me régale. Bonne continuation.
  4. "tout comme on peut avoir de l’hélicité très importante sous des situations synoptiques absolument pas favorable aux supercellules (ce qui explique en partie nos fameuses tornades d'air froid, probablement)." Effectivement le cas de figure avait été constaté ou soupçonné pour un certain nombre de nos cas de saison froide. En gros pour résumer, beaucoup d'hélicité et peu d'énergie disponible. Tous ces indices et composantes seraient finalement plus indépendants les uns des autres qu'on ne le croit souvent.
  5. "En plus de travailler à Ouest-Orages, je suis correspond local pour Keraunos^^ Voilà tout est dit. Et pour le "bashing" /emoticons/biggrin@2x.png 2x" title=":D" width="20" /> il suffit de regarder notre site et bien relire les éventuels messages concernés pour comprendre notre position, le reste n'est que racontars de concierges. Pour ma part j'en reste là et j'encourage tout le monde à faire de même, ou alors continuer en mp /emoticons/smile@2x.png 2x" title=":)" width="20" /> (d'ailleurs si Fryz a la bonne idée de retirer sa petite phrase, je comprendrai tout à fait que nos réponses soient supprimées à leur tour).
  6. Puisque par la force des choses (réponse à Fryz plus bas) me voilà sur ce topic. ça m'a fait pas mal réfléchir de mon côté pour le peu que j'ai pu en suivre : C'est Damien qui écrit cela en tout début de topic. Effectivement ça plaide pour une définition universelle, ce qui aurait le mérite de simplifier bien des choses avec une terminologie et des critères uniques. Quand on voit les problèmes kafkaïens soulevés par les critères localisés de l'échelle EF- et l'obligation, là pour le coup, de créer des échelles différentes localement, on ne peut qu'apprécier cette universalité terminologique pour les SC. Disons qu'aux USA si j'ai bien compris le raisonnement, les conditions atmosphériques favorisent beaucoup plus fréquemment que chez nous la montée en puissance des SC. A priori, je crains qu'une échelle spécifique pour les SC en Europe ne brouille les discours. Perso j'aime bien la notion de "proto-SC" ou "amorce de SC" employée notamment par Kéraunos (on suppose alors que les cas en question sont trop faibles pour respecter tous les critères officiels). A mon humble avis, ne serait-ce pas là une solution susceptible de réconcilier tout le monde ? Je la trouve bien représentative de notre possible réalité européenne, tout en constituant justement une terminologie à la fois adaptée à notre contexte et respectueuse des critères américains. Que demande le peuple... Pour être très clair, je ne vois même pas vraiment ce qui vous oppose en réalité. Outre ce que je viens de supposer juste au-dessus, Alex lui aussi met en avant cette notion (1ère page). En tout cas dans cette discussion, quels que soient les avis, vous avez tous des compétences et de solides connaissances, et ces mêmes qualités de réflexion et de déduction. Pourquoi vous disputer ? C'est dommage... PS je ne voudrais pas être désobligeant avec toi, Fryz, jusqu'à présent nos rapports ont été cordiaux mais tout de même : avant de parler de "bashing de Ouest-orages" (ce qui est une accusation grave), es-tu venu parler avec l'un d'entre nous pour avoir son son de cloche ? Non, en tout cas pas avec moi. Es-tu venu à notre rencontre voir comment on fonctionnait ? Non. As-tu été voir sur notre site comment on parlait des autres organismes dédiés aux orages et phénomènes convectifs ? Non, car sinon tu n'aurais certainement pas sorti cette énormité. As-tu vu une seul publi sur notre page FB où il y ait eu du bashing ? Non. As-tu lu chacun de mes messages sur le net météo ? Non c'est une évidence pour les mêmes raisons. Sais-tu enfin que la victimisation est un grand classique de la rhétorique, surtout quand on a rien d'autre à dire ? .. Et quant à Gwenaël t'inquiètes pour lui, il ne se laisse pas influencer comme ça /emoticons/tongue@2x.png 2x" title=":P" width="20" /> . Bref, je m'arrête là et peu importe à la limite. tu penses ce que tu veux, mais je t'invite juste cordialement à rester neutre, surtout sur un forum public, l'attitude la plus appropriée en pareil cas. Et ne me dis surtout pas que tu l'es, ta phrase prouve le contraire. Amicalement. /emoticons/wink@2x.png 2x" title=";)" width="20" /> PPS "pour info, MF n'est pas si inactif dans ce milieu surtout depuis que l'on a notre agent très secret , Tony ^^, qui à notamment présenté une analyse dopplerisée (oui oui les radars français le fond) des différents cas de tornades EN FRANCE en 2015; puis il est actuellement en tant qu'ingénieur stagiaire, sous la coupe de MR Bluestein (rien que ça) pour une etude de modélaisation par imagery satellite du potentiel tornadique, depuis Boulder. Mais bien sur tout cela est en interne donc il n'y a pas d'informations publiques sur ces recherches encore. " En voilà une bonne nouvelle. Et voilà qui nous aurait intéressé concernant notamment la tornade de Sonnac sur laquelle on a enquêté en profondeur. Bon ça reste pour l'instant en interne ok, mais plutôt que de parler de bashing et autres bêtises, tu crois pas que ç'aurait été infiniment plus sympa et constructif de nous informer de ceci ?
  7. Merci pour la dédicace Thundik. Maintenant avec la vague de numérisations massives de documents d'archives depuis plusieurs années, la donne a énormément évolué : y a qu'à se baisser pour ramasser. En cela, Gallica (BNF) a été d'ailleurs pionnier en France puisque les premières numérisations commençaient déjà à la BNF dès la fin des années 2000 bien avant que Google ou les services d'archives ne s'y mettent ... Juste au moment où j'avais arrêté de collecter dans les Charentes c'est ballot. /emoticons/tongue@2x.png 2x" title=":P" width="20" /> et depuis, jamais eu le temps de fourrer mon nez là-dedans, je te remercie d'autant plus. Sinon, sur le site Histoire-passion dédiée à l'Histoire de l'Aunis-Saintonge, il y a aussi une rubrique dédiée aux évènements météo du passé (+ séismes et météorites) qui grouille de cas très intéressants et remonte quasiment au Moyen-Age, s'adossant peu ou prou aux mêmes sources nationales ou locales (Arcère...).
  8. Je n'ai peut-être pas compris ce que tu as voulu dire par là, mais l'emploi du verbe au participe passé m'incite à réagir : pour l'instant, Ouest-orages en tant que tel (j'ai bien dit "en tant que tel"), n'a pas vocation à faire du recensement à l'échelle nationale. Le traitement de données à l'échelle nationale ne se fait que par la publication de dossiers qu'on nous transmet au cas par cas et l'ajout récent des pages climatologiques nationales n'est que le prolongement de notre cœur régional. Au passage, elles seront d'ailleurs complétées par des données à l'échelle européenne. Après quoi, des projets très ambitieux sont effectivement en cours de gestation impliquant Ouest-orages, aucun hiatus à ce propos.
  9. O combien d'accord avec toi là-dessus. Le problème, c'est que la question n'intéresse pour ainsi dire quasiment personne dans le milieu des passionnés d'orages français. Le boulot de recherche est un travail énorme extrêmement chronophage et quand on est soi-même éloigné des régions étudiées, il ne reste malheureusement que les ressources en ligne, bien sûr incomplètes. Et on se sent souvent bien seul. Oui l'entr'aide est indispensable c'est pourquoi nous tâchons de ne pas fonctionner en vase clos nous-mêmes. Gwenael a un projet formidable, François Paul travaille de son côté, explorant lui aussi les ressources. Les infos remontent mais il faut manifestement sortir du petit monde de la météo pour ça, travailler avec des généalogistes, des historiens spécialisés de l'architecture, de l'évolution du paysage..., voire des linguistes. Dire que c'est passionnant est un euphémisme, c'est un véritable domaine transversal qui intéresse en réalité plein d'autres disciplines. Merci beaucoup pour la démarche, qui fait plaisir en retour je peux te l'assurer.
  10. Qu'est-ce que tu veux dire par là ? Tout dépend des cas en fait, c'est vrai que les synthèses d'infos dans les différentes publications sont très inégales en fonction des cas surtout anciens mais je n'y vois pas de caractère anormal... Sinon oui, le travail se rapproche de celui des généalogistes, nous utilisons souvent les mêmes sources et nos résultats respectifs peuvent se révéler utiles dans un domaine comme dans l'autre. Nous-mêmes nous nous sommes rapprochés de certaines sources généalogistes saintongeaises et poitevines pour notre travail régional.
  11. Ce cas est exceptionnellement documenté en France et en Belgique, ce qui est normal vu sa puissance. Pour les journaux de l'époque, il y a aussi le Pilote de la Somme et l'Abbevillois, éditions du 13 août 1895. Moi-même je n'ai plus le temps de rechercher comme je le faisais avant alors que paradoxalement les numérisations massives de fonds d'archives rendent la recherche beaucoup plus facile maintenant. Ces documents administratifs PV, compte-rendu de délibérations de conseils municipaux et autres rendent compte à leur manière de l'énorme impact de l'évènement orageux dans son ensemble et du phénomène de Beaucamps en particulier. Quant aux publications catholiques citées dans la fiche Ouest-orages, leur grand intérêt c'est qu'elles donnent un luxe de détails qui nous a permis (plus exactement ont permis à Gwenael) de parler d'un cas de tornade d'intensité F4.
  12. Merci Thundik 81, voilà qui intéressera aussi nos amis de Belgorage qui ont eux aussi compilé une documentation sur cette dégradation orageuse qui a également touché la Belgique avec une autre puissante tornade. Oui, si l'on en juge par la taille des grêlons mentionnés : 250-300 g et jusqu'à 500 g selon les sources
  13. A prendre au 36 000ième degré, on l'aura compris
  14. Pas trop lu encore dans le détail tout ce qu'il y a au-dessus du message cité, mais en gros si j'ai bien compris, il est question, à partir de ce cas de Levroux, des différentes méthodes et sources utilisées pour faire des contre-rendus et des enquêtes, susceptibles de plus ou moins induire en erreur si on néglige certaines pistes. Or il se trouve que nous avons souvent expérimenté ou pris conscience de certaines choses à ce sujet à Ouest-orages lors de nos enquêtes depuis fin 2012, ce qui nous a amenés nous aussi, d'expérience, à penser plus que jamais que le terrain et la théorie sont indissociables et que le terrain peut apporter énormément à la recherche. Si Fujita ne chassait pas (?), par contre Jean Dessens lui, est un chasseur, très souvent en vadrouille même encore maintenant. Et Alex Hermant collaborait activement avec la recherche. de plus, qu'on le veuille ou non, sur le terrain, certains réflexes liés à la théorie orientent les démarches et conclusions, pas toujours dans le bon sens : la réalité est encore mal connue, les cases se mélangent, certains comportements de nos chères cellules peuvent encore nous surprendre. Bref, savoir qu'on ne sait pas, ou pas tout. Par ailleurs, et c'est lié, le cas de Doeuil-sur-le-Mignon (25 septembre 2012) nous a confirmé qu'au-delà de la chasse sur le terrain et de la photo, une autre source d'information était trop souvent négligée : les témoignages. Certes ils nécessitent souvent d'être décryptés, et un seul témoignage ne peut malheureusement pas constituer une preuve (à moins de venir d'une personne connue et très fiable), mais à Doeuil où une microrafale avait été d'abord seule diagnostiquée, dès le premier jour les journaux rapportaient le témoignage d'un agriculteur disant "avoir vu arriver un tube noir de poussière". Le moindre qu'on puisse dire, c'est qu'un tel témoignage méritait qu'on en tienne compte et qu'on se pose la question... Et justement, il se trouve qu'une tornade avait laissé un couloir non loin de celui de la microrafale. [Edit] Histoire de revenir à notre mouton de l'Indre, pour Levroux, je me souviens justement avoir vu dans ce topic un témoignage rapporté qui pour le moins devait interpeller : "un cône ayant touché terre". Je me répète, en soi ce n'est évidemment pas une preuve, juste un sérieux indice. Les gens ont des choses formidables à raconter. Pour Mensignac (24) autre tornade validée il y a peu par OO, un témoin racontait avoir vu deux "orages" (cellules ?) se rejoindre et commencer à "tourbillonner", ce qui laisse penser à une rencontre de vents contraires, facteur déjà évoqué à plusieurs pour expliquer certains cas ou certaines zones de densité particulières. [Edit Je viens de voir les posts qui précèdent. Ceux qui me connaissent savent ce que j'en pense, inutile d'en rajouter.] Maintenant pour réagir au message d'Henri ci-dessus, contrairement à Damien, je pense comprendre ce qu'il a voulu dire. L'orage -effectivement- se vit essentiellement en situation de chasse oui, mais un plan bien particulier, émotionnel, vécu voire artistique ou performance. Par contre quand on dit que les deux approches théorique et de terrain sont complémentaires, il s'agit de l'angle unique de la recherche et de l'amélioration des connaissances. Enfin moi en tout cas, je l'ai compris et je le ressens comme ça... Ce n'est donc pas comparable.
  15. Du nouveau sur Cherves-Châtelars avec un précieux témoignage recueilli au téléphone ce matin d'une personne ayant vécu directement le phénomène. http://www.ouest-orages.org/blog/enquete-en-cours-pour-le-phenomene-violent-de-cherves-chatelars.html