Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

dann17

Climats du monde

Recommended Posts

Posted

Location : St Genis les Ollières (69), Aeroport St Exupery (69)
Le 07/09/2019 à 20:22, dann17 a dit :

Alors voici où je situe approximativement la limite subtropicale dans cette région du monde.

Celle-ci correspond à la limite d'apparition des espèces subtropicales (donc d'origine taxonomique tropicale).

 

L'étoile correspond à l'emplacement de Washington Dulles.

9l7x.jpg

 

 

OK, pan sur le bec ! Bon ça se joue à 40kms :)

C'est quand même curieux ce petit crochet juste sur Washington, la ville (et sa station à l'aéroport DCA) doit quand même bénéficier d'un fort ICU.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Location : St Genis les Ollières (69), Aeroport St Exupery (69)

#574. Pittsburgh.

 

Pittsburgh est en Pennsylvanie, et son agglomération compte 1.8 million d'habitants. Ancienne place forte de l'acier Américain ('steel city'), cette métropole a bien mieux négocié le virage de la désindustrialisation que beaucoup d'autres grandes villes du nord-est des Etats Unis, et malgré un climat pas très folichon elle est fréquemment élue 1er ou 2eme ville la plus vivable du pays par le magazine The Economist depuis 2005.

Washington est à 295kms, New York 515kms, Chicago 665kms.

72520_map0.jpg

 

Nous sommes de l'autre côté des Appalaches que Washington. Ici c'est encore ce qu'on appelle le Plateau, qui a été creusé par d'innombrables rivières dont l'Ohio.

C'est un relief assez rugueux, avec beaucoup de collines et quelques vallées plus profondes. Au plus proche le lac Erié est à 165kms.

72520_dem.jpg

 

La station étudiée est sur l'aéroport international, à 20kms du centre ville. Nous sommes à environ 350m d'altitude, tandis que les quartiers les plus bas de la ville, au bord de la rivière, sont à 220m.

72520_map1.jpg

 

En dehors des surfaces bétonnées de l'aéroport même c'est assez campagnard, voici par exemple une vue vers l'OSO. L'implantation de la station n'est pas terrible par rapport à ce qu'il se fait d'habitude sur les aéroports américains, le tarmac n'est ici qu'à 25m, on y voit d'ailleurs quelques KC-135 du 171st Air Refueling Wing.

72520_map2WSWv2.jpg

 

72520_Pittsburgh_A.png

 

Voici un climat continental léger humide, très américain avec des précipitations hivernales abondantes pour la famille des climats continentaux.

L’ensoleillement de toutes mes fiche États-uniennes provient des vieilles normales 1961-1990, qui par rapport aux mesures faites par le matériel actuel étaient à priori sur-estimées. On a cependant ici un cumul plutôt maigre de 2021h annuelles, bien en deçà des cumuls de la côte est (2633h à Boston, 2530h à New York, 2527h à Washington): nous sommes du côté "au vent" de l'ensemble des Appalaches, alors que la côte est est "sous le vent" de la circulation zonale d'ouest; il s'ensuit un climat sensiblement plus nuageux, notamment en hiver. L'hiver est probablement assombri également par la grisaille venue de lac Erié, celle qui donne le "snow lake effect" au bord de celui ci.

Le froid hivernal ne permet pas encore un enneigement continu, cependant les coups de froids provenant du Canada assurent une tnn annuelle médiane (un indice de 'rusticité' simplifié) de -18°c. Les été sont chauds et souvent lourds, cependant l'altitude du plateau semble épargner cette station de chaleurs excessives, avec seulement 97°F (36.7°c) de Txx depuis 2000. Ces chaleurs atténuées ont probablement été un critère dans le classement de The Economist, car pour les autres saisons ce climat manque de soleil (par rapport au reste du pays) et connait un vrai hiver avec ses inconvénients.

 

Zonal dominant ici, sauf en été où un flux de sud-ouest subtropical lui dispute souvent la vedette.

72520_Pittsburgh_C.png

 

 

72520_Pittsburgh_B.png

 

 

L'hiver est donc sensiblement plus gris que sur la côte est, avec des jours sans soleil où la température évolue peu. S'il n'y avait pas ces redoux soudains et francs on pourrait se croire en Pologne, ou plus au nord au Québec avec cette grisaille neigeotante. C'est également assez venté, avec peu de journées calmes.

72520_DEC07-FEB08v2.png

 

 

Voici un exemple tiré de cette année (2019) pour le printemps. C'est bien sur là aussi une saison contrastée et peu reposante, où il faut toujours être sur le qui vive car un beau temps doux peu très vite dégénérer, que cela soit par un retour de la neige en mars ou une dégradation orageuse violente en avril/mai. Au moins on ne s'ennuie pas, c'est tellement différent de l'Europe où l'on peut passer deux semaines sous le même anticyclone.

72520_MAR-MAY19.png

 

 

En été la chaleur est donc modérée, surtout que l'air n'est pas constamment aussi humide que l'on se l’imagine depuis l'Europe: dès que le vent n'est plus au sud-ouest des conditions confortables de t° et d'humidité s'installent souvent. Et les tx s'envolent rarement, d'ailleurs la txx annuelle médiane n'est que de 33°c (contre 36°c à Boston, 37°c à New York/Newark). Finalement seules les nuits tropicales, fréquentes, semblent vraiment pesantes, d'ailleurs les amplitudes thermiques diurnes ne sont pas très fortes sur ce plateau.

72520_JUN-AUG15.png

 

 

En automne le défilé des centres d'action est bien plus ralenti qu'en hiver ou au printemps: Plus au sud et à l'est cela donne la plus belle saison de l'année avec les plus longues périodes de beau temps, ici c'est encore en partie vrai (cf cette première quinzaine de septembre ou début octobre), mais cela engendre aussi des périodes de mauvais temps un peu trop durables en octobre. En novembre l'agitation fréquente reprend du service.
72520_SEP-NOV05.png

 

 

Par pas mal d'égards (ensoleillement relativement faible, étés pas si chauds) le climat de Pittsburgh est celui du nord est des Etats Unis qui fait le plus penser à l'Europe, notamment l'Europe continentale entre Roumanie et Pologne.

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !

 

Edited by mottoth
  • J'aime 5
  • Merci 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Saint-Ambroise, Saguenay-Lac-St-Jean, QC, Canada
Le 08/09/2019 à 10:38, ruthénois12 a dit :

Pour le néophyte que je suis, la zone d'habitat du cocotier est tropical, me semble t il ?

Oui. Le cocotier (Coco nucifera) est même un bon marqueur du domaine tropical.

Mais où veux-tu en venir ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Saint-Ambroise, Saguenay-Lac-St-Jean, QC, Canada
Il y a 22 heures, mottoth a dit :

C'est quand même curieux ce petit crochet juste sur Washington, la ville (et sa station à l'aéroport DCA) doit quand même bénéficier d'un fort ICU.

Oui, en effet, la station de l'aéroport DCA bénéficie certainement d'un ICU plus ou moins marqué. C'est sans doute la raison pour laquelle l'aéroport DCA et l'agglomération urbaine sans doute (mais probablement pas la banlieue nord) sont tout juste incluses dans la zone subtropicale. D'où le petit « crochet » dont tu parles. Un peu comme Miami.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 10 heures, dann17 a dit :

Oui. Le cocotier (Coco nucifera) est même un bon marqueur du domaine tropical.

Mais où veux-tu en venir ?

Simplement pour dire que de mon point de vue de néophyte, Miami se trouvait dans la zone tropicale (limite nord, mais tropical ?)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : St Genis les Ollières (69), Aeroport St Exupery (69)

#575. Cincinnati.

 

Cincinnati est dans l'Ohio, et son agglomération compte 2.1 million d'habitants.

Chicago est à 425kms, Pittsburgh 410kms, Washington 620kms, Kansas City 865kms et Houston 1395kms.

72421_map0.jpg

 

Au nord on trouve essentiellement de la plaine, creusée ici et là par quelques rivières importantes comme la Great Miami River qui se jette dans l'Ohio quelques kms en aval de Cincinnati. Au sud c'est un peu plus rugueux, avec la région Bluegrass du Kentucky, et à 110kms vers l'ESE commencent les collines du plateau des Appalaches.

72421_dem.jpg

 

La station étudiée est sur l'aéroport de Covington (CVG), à 15kms du centre ville et 120m plus haut que le lit de l'Ohio. Des quartiers sud de Florence jusqu'au nord de Forest Park l'agglo mesure 45 à 50kms dans sa plus grande dimension.

72421_map1.jpg

 

Vue vers le sud, avec un parc à instruments plutôt bien placé, à 65m du taxiway le plus proche et 250m des bois.

72421_map2S.jpg

 

72421_Cincinnati_A.png

 

Ce climat continental léger à été chaud montre un maximum de printemps plutôt atypique : on retrouvera ce maximum dans beaucoup de villes plus à l'ouest et jusqu'aux Rocheuses, et notamment dans les prairies où les conflits de masses d'air incessants du printemps assurent l'arrosage le plus régulier de l'année. On ne trouve également pas de minimum hivernal, chose courante dans la variante est-américaine des climats continentaux où aucun relief ne stoppe les remontées subtropicales hivernales depuis le golfe du Mexique, ce qui nourri en eau précipitable la cyclogenèse de la région.

L'hiver a à peu près la même rigueur qu'à Pittsburgh, notamment la rusticité qui atteint ici aussi environ -18°c,  et l'enneigement fréquent mais non continu en raison d'un froid trop juste. L'été est chaud, avec des bouffées d 'humidité subtropicales pénibles, mais là encore la txx annuelle médiane n'est pas si élevée: 34.4°c, ce qui est en dessous de celles de beaucoup de régions françaises (Paris Orly 35.5°c, Strasbourg 35.3°c, Nantes 35.2°c, Lyon Bron 36.2°c, Bordeaux 36.7°, Toulouse 36.9°c, même Lille fait presque aussi chaud avec 34.2°c !).

 

Les remontées subtropicales viennent du SSO, en toutes saisons, et le flux zonal (maximal en hiver) est logiquement orienté à l'ouest, aucun relief ne le contraignant.

72421_Cincinnati_C.png

 

72421_Cincinnati_B.png

 

 

Voici le même exemple d'hiver que pour Pittsburgh (2007-2008), un exemple bien équilibré malgré le surplus de pluie en décembre et février.

Les coups de froids ne sont pas nécessairement neigeux en raison de la sécheresse de l'air polaire (voire arctique), les pluies verglaçantes étant en fait un danger plus préoccupant. Les redoux sont impressionnants avec les 20°c souvent frôlés et souvent beaucoup d'humidité drainée depuis le golfe du Mexique. Le tout dans une ambiance souvent ventée, qu'il fasse froid ou très doux.

72421_DEC07-FEB08.png

 

 

Le printemps est bien entendu instable et changeant, et rares sont les périodes de beau temps durable comme celle de ce début mars 2000. La chaleur peut être au rendez vous assez tôt (même en février !), mais gare au retour de bâton. On retrouve d’ailleurs une séquence quasi hivernale les 8 et 9/04.

72421_MAR-MAY00.png

 

 

L'été qui vient de se terminer (2019) a été normal pour une bonne partie de l'est des Etats Unis, et est donc un bon exemple pour cette fiche. Les intempéries et la relative fraicheur du mois de juin ont été compensées par un beau mois de juillet, un peu chaud mais sans excès. Puis aout fut d'une grande normalité, et souvent bien agréable alors que les chaleurs de juillet furent particulièrement moites.

72421_JUN-AUG19.png

 

 

L'automne est souvent une belle saison, avec des périodes de beau temps stable et peu venté plus longues que le reste de l'année en septembre et en octobre (attention tout de même au dégradations, aussi sévères que le reste de l'année). Puis les tumulte hivernal reprend en novembre.

72421_SEP-NOV17.png

 

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !

 

  • J'aime 7
  • Merci 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Saint-Ambroise, Saguenay-Lac-St-Jean, QC, Canada
Il y a 3 heures, mottoth a dit :

L'été est chaud, avec des bouffées d 'humidité subtropicales pénibles, mais là encore la txx annuelle médiane n'est pas si élevée: 34.4°c, ce qui est en dessous de celles de beaucoup de régions françaises (Paris Orly 35.5°c, Strasbourg 35.3°c, Nantes 35.2°c, Lyon Bron 36.2°c, Bordeaux 36.7°, Toulouse 36.9°c, même Lille fait presque aussi chaud avec 34.2°c !).

Juste une petite précision : je ne pense pas que l'on puisse dire qu'il fait aussi chaud voire plus chaud dans beaucoup de régions françaises qu'à Cincinnati lors de ces journées.

En effet, comme tu le sais, il est impossible de ne pas tenir compte du point de rosée au cours de ces événements caniculaires. Parce que généralement (à part exceptionnellement comme ce fut le cas à la fin du mois de juin dernier en France !), les 34 à 37°C atteints en moyenne en France le sont avec des Td de l'ordre de 10 à 15°C.

Alors qu'à Cincinnati, les 34-35°C sont très fréquemment (comme tu l'as dit implicitement, d'ailleurs) accompagnés de Td oscillant généralement entre 20 et 25°C !

Ainsi, si on compare les vrais niveaux de chaleur, on obtient assez facilement des humidex de 41 à 48 à Cincinnati, contre « seulement » 35 à 40 en France.

Les 34,4°C de Txx dans la ville américaine sont donc généralement bien plus chauds que les 34 à 37°C en France...

  • J'aime 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Location : La Tronche (260 m)
Il y a 20 heures, dann17 a dit :

Juste une petite précision : je ne pense pas que l'on puisse dire qu'il fait aussi chaud voire plus chaud dans beaucoup de régions françaises qu'à Cincinnati lors de ces journées.

En effet, comme tu le sais, il est impossible de ne pas tenir compte du point de rosée au cours de ces événements caniculaires. Parce que généralement (à part exceptionnellement comme ce fut le cas à la fin du mois de juin dernier en France !), les 34 à 37°C atteints en moyenne en France le sont avec des Td de l'ordre de 10 à 15°C.

Alors qu'à Cincinnati, les 34-35°C sont très fréquemment (comme tu l'as dit implicitement, d'ailleurs) accompagnés de Td oscillant généralement entre 20 et 25°C !

Ainsi, si on compare les vrais niveaux de chaleur, on obtient assez facilement des humidex de 41 à 48 à Cincinnati, contre « seulement » 35 à 40 en France.

Les 34,4°C de Txx dans la ville américaine sont donc généralement bien plus chauds que les 34 à 37°C en France...

Tout dépend de ce que l'on entend par "chaud", température en °C élevée (grandeur physique mesurable correspondant communément au qualificatif chaud) ou humidex élevé (indice correspondant au confort humain)  ...

Edited by Yves38

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 18 minutes, Yves38 a dit :

Tout dépend de ce que l'on entend par "chaud", température en °C élevée (grandeur physique mesurable correspondant communément au qualificatif chaud) ou humidex élevé (indice correspondant au confort humain)  ...

 

Gaël ne va pas apprécier... il a donné déjà x fois la définition physique de la chaleur :D

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Location : St Genis les Ollières (69), Aeroport St Exupery (69)

Évidemment ma remarque sur la comparaison des txx annuelles entre Cincinnati (mais aussi d'autres ville de la région, Pittsburgh en tête) et la France ne s'applique que pour la température vraie. Pour les températures 'ressenties' (ou 'apparentes'), évaluée par exemple par l'Humidex Canadien ou le Heat Index Américain, c'est en effet très différent entre nos chaleurs généralement sèches en France et les chaleurs humides de la moitié est de l'Amérique du Nord: leurs canicules sont généralement couplées à des Td élevés (souvent entre 20°c et 25°c, parfois jusqu'à 27°c !), ce que rappelait Dann.

De même les plus gros froids annuels sont généralement aggravés par un vent constant, alors qu'en France les tnn annuelles sont généralement atteintes lors de nuits calmes. Mais là nulle comparaison possible avec la France car par exemple dès 36°N à Raleigh la tnn annuelle est déjà inférieure à celle d'une majeure partie de notre pays.

Edited by mottoth
  • J'aime 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : St Genis les Ollières (69), Aeroport St Exupery (69)

#576. Tri-Cities Airport: Johnson City, Kingsport, Bristol.

 

Voici l'étape un peu surprise de cette série américaine: nous avons beaucoup tourné autour des Appalaches, nous y voici enfin vraiment avec l'agglomération dite des trois citées en pleine vallée centrale. Johnson City semble être la ville la plus peuplée des trois, j'ai retenu ce nom pour mes infographies. Au total cette agglomération compte environ 500 000h, dont 66 000 à Johnson City, 48 000 à Kingsport, et 44 000 à Bristol (éclatée entre deux communes distinctes, l'une au Tennessee et l'autre en Virginie). Cette fiche étudie le climat de l'aéroport Tri-Cities (TRI), situé dans l'Etat du Tennessee au milieu des 3 villes.

Cincinnati est à 350kms, Raleigh 330kms, Washington 515kms, Charleston 450kms.

72TRI_map0.jpg

 

C'est la partie centrale des Appalaches, avec du sud-est au nord-ouest les ensembles suivants: Piedmont, Blue Ridge Mountains, Grande Vallée centrale, Ridge and Valley (chaines et vallées secondaires), et le Plateau (tellement creusé par les cours d'eau que c'est devenu un dense réseau de collines).

Ces vieilles montagnes ne dépassent généralement pas 2000m d'altitude, cependant elles ont une place importante dans la culture États-unienne, notamment la Folk Music. Et qui de mieux que les barbus de Fleet Foxes pour chanter les Blue Ridge Mountains ?

72TRI_dem.jpg

 

L'aéroport est à 19kms de Johnson City, 17kms de Kingsport, et 23kms de Bristol.

72TRI_map1.jpg

 

Vue vers le sud-est: l'aéroport est au premier plan, en fond de vallée, puis au loin les Blue Ridge Mountains.

72TRI_map2SE.jpg

 

72TRI_JohnsonCIty_A.png

 

La subtropicalité n'est probablement pas atteinte ici, c'est un climat faiblement continental à été chaud et long. Le régime pluviométrique est assez uniforme avec des pluies hivernales assez fortes, on distingue un pic réduit dans le temps en juillet et un creux en octobre qui coïncide avec les plus longues périodes annuelles de beau temps.

L'enclavement du au relief a pour effet de limiter le vent, c'est de loin le climat le moins venté que l'on ait vu jusqu'à présent dans l'est américain avec un vent moyen généralement deux fois moins fort que dans les plaines qui entourent les Appalaches. On trouve donc de fortes amplitudes thermiques en toutes saisons, et des tn occasionnellement bien basses comme ce -25°c de tnn en février par une nuit calme et un sol enneigé (presque 10°c de moins qu'à Raleigh sur la même période).

 

Le vent, lorsqu'il souffle, est généralement orienté dans le sens de la vallée, qu'il remonte en provenance de l'OSO.

72TRI_JohnsonCIty_C.png

 

72TRI_JohnsonCIty_B.png

 

 

Voici l'hiver 2008-2009, bien normal: on retrouve les variations de températures observées ailleurs dans cette partie des Etats Unis, avec des épisodes de froid sévère généralement de courte durée et pas toujours neigeux, et des redoux printaniers où les 20°c sont facilement atteints. En revanche le vent est souvent faible, il ne souffle vraiment que lors des changements de temps.

72TRI_DEC08-FEB09.png

 

 

A part le vent souvent calme et les amplitudes thermiques plus fortes qui en découlent nous retrouvons beaucoup de similitudes avec les climats des plaines Atlantiques, à savoir un printemps contrasté jusqu'en avril et la mise en place au mois de mai d'un régime plus estival, avec une instabilité convective quasi quotidienne et un Td qui monte.

72TRI_MAR-MAY04.png

 

 

Malgré la faible altitude (450m) les étés sont déjà plus supportables, avec un niveau d'humidité moins fort que dans les plaines et des nuits plus fraiches. C'est un bon endroit pour profiter de l'été, avec des orages fréquents pour le son et lumière en fin de journée.

72TRI_JUN-AUG17.png

 

 

Les cyclones et tempêtes tropicales concernent parfois la zone, avec à cette distance de l'océan plus aucun danger venteux mais de grosses pluies résiduelles. Ainsi la tempête tropicale Lee a marqué le début de cet automne 2011, d'abord en drainant un forte chaleur puis en mourant sur place, précipitant 60mm les 4 et 05/09.

On trouve ensuite des périodes anticycloniques de beau temps prolongé et très calme, c'est probablement la meilleure période de l'année pour aller randonner en montagne. Attention malgré tout aux changements de temps, ils restent marqués même s'ils sont moins fréquents.

72TRI_SEP-NOV11.png

 

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !

 

  • J'aime 8
  • Merci 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Location : St Genis les Ollières (69), Aeroport St Exupery (69)

#577. Atlanta.

 

Atlanta est la plus grande ville de l’état de Géorgie, sa zone urbaine compte environ 5 million d'habitants.

Johnson City est à 370kms, Charleston 420kms, Jacksonville 435kms, Washington 860kms, Chicago 975kms et Houston 1110kms.

72219_map0.jpg

 

Nous sommes vers l’extrémité sud des Appalaches, côté Piedmont: l'agglo est à une altitude moyenne de 250m à 300m, dans un paysage de collines.

Je vous laisse apprécier le manque d'imagination des colons pour nommer les villes Géorgiennes, on a quasiment affaire à une "géographie alternative" de l'Europe ici:

72219_dem.jpg

 

C'est une agglomération tentaculaire (par exemple 60kms entre le nord est de cette vue et Jonesboro), et très verte: Atlanta est surnommée "la ville dans la forêt". La station étudiée est cependant dans une zone très défrichée puisque c'est celle de l'aéroport international de Hartsfield, qui détient depuis plus de 20 ans le titre d'aéroport le plus fréquenté au monde: c'est donc un méga aéroport comme celui de Chicago ou Dallas, et il est situé à 14kms du centre ville.

72219_map1.jpg

 

Cet aéroport tout en démesure possède 5 pistes parallèles, orientée est-ouest, qui permettent 3 atterrissages et 2 décollages simultanés.

La station est à l'écart des plus grandes surfaces bétonnées, mais elle est actuellement au milieu d'une zone de travaux / terrassement, voici ici une vue vers le sud est:

72219_map2SE.jpg

 

72219_Atlanta_Av2.png

 

C'est un climat subtropical semi-continental: malgré la relative proximité de la Floride (300kms) on ne trouve pas de net maximum de précipitation en été, certains mois d'hiver ou de printemps étant aussi arrosés. Dès 300m d'altitude celle ci se fait sentir par une chaleur un peu moindre en été, avec notamment une txx annuelle médiane plutôt modérée de 36°c, ou même un Heat Index maximal de 44 sur ma période d'étude, l'un des plus bas de mes fiches de l'est des Etats Unis (celui ci varie généralement entre 44 et 49).

En octobre on distingue un creux dans la pluviométrie, qui correspond à la belle arrière saison de temps calme que les régions du sud est des Etats Unis connaissent en automne..

 

Le relief des Appalaches est trop modeste pour contrarier les invasions d'air polaire, celui ci arrive du nord-ouest dans un flux qui semble se confondre avec le flux zonal tellement il est majoritaire en hiver. Atlanta est donc bien placée pour subir des conflits de masse d'air variés en toutes saison, avec des alimentations humides qui peuvent venir du Golfe du Mexique ou de l'Atlantique, ce qui explique le régime pluviométrique assez uniforme.

72219_Atlanta_C.png

 

 

72219_Atlanta_B.png

 

 

Les coups de froids sont généralement secs et brefs: le gel est fréquent mais la neige est rare, le verglas est d'ailleurs un danger plus courant que la neige (ceci est vrai pour la plupart des climats Américains que l'on va voir prochainement au sud de 40°N).

On a donc un bel épisode de verglas les 27 et 28/01, mais pour le reste le froid est essentiellement beau et sec, avec de fortes gelées nocturnes occasionnelles. Le temps vraiment pluvieux est souvent associé à un temps plus doux, voir orageux.

72219_DEC04-FEB05.png

 

 

Comme souvent dans cette ceinture subtropicale américaine il faut attendre le mois de mai pour voir le temps durablement chaud arriver à se stabiliser. Cet exemple de printemps me semble un peu plus beau que la normal, et il est surtout marqué par de rares mais puissants épisodes pluvio-orageux. Le bilan pluviométrique d'un mois donné ne semble à chaque fois tenir à pas grand chose, et l'on aurais pu facilement basculer sur des mois d'avril et mai très secs dans cet exemple.

En dehors des intempéries peu durables et des deniers coups de frais de mars c'est une saison souvent agréable, avant les chaleurs lourdes de l'été.

72219_MAR-MAY11.png

 

 

L'exemple d'été suivant semble confirmer mes dires sur le caractère précaires des précipitations: il suffit de pas grand choses pour connaitre un mois bien sec (juillet) puis un mois bien arrosé (aout), probablement des trajectoires d'orages plus ou moins chanceuses (ceux du mois de juillets n'ont souvent pas donné de RR significatives, par contre aout a gagné à la loterie. EDIT: l'hygrométrie, plutôt 'basse' en juillet, a du jouer un rôle sur ces orages secs). La chaleur est souvent forte et lourde, mais voyez comme elle plafonne souvent au même niveau: les 36°c sont rarement dépassés, et l'on ne connait pas de journées à 24°c de Td moyen comme plus loin en Floride ou le long de la côte Atlantique... et à ce niveau d'humidité 21°c ou 24°c de Td c'est une différence d’énergie sensible. Donc pour un climat de cet ensemble géographique de sud-est des Etats Unis, Atlanta connait des étés relativement plaisants et supportables, généralement à l'abri des excès en Tx ou Td.

72219_JUN-AUG06.png

 

 

Sur cet exemple d'automne (2017), c'est pour une fois septembre que se paye la part du lion du temps stable, beau et calme, avec une très belle séquence du 15/09 au 5/10 (oui, on déborde un peu sur octobre). L'automne c'est aussi la saison des tempêtes tropicales et cyclones, et sur cet exemple c'est Irma qui s'y colle le 11/09, puis Nate les 8 et 9/10.

Malgré le beau temps dominant de l'automne il faut rester sur ses gardes, ainsi en dehors des cyclones mourants nous avons à signaler un coup de froid précoce fin octobre sur cet exemple.

72219_SEP-NOV17.png

 

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui.

 

Edited by mottoth
  • J'aime 9
  • Merci 5

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Nancy

J'imaginais le climat estival d'Atlanta plus étouffant, cette modération relative de la chaleur estivale (td et t°) est uniquement liée à l'altitude ou d'autres facteurs entrent-ils en compte?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : St Genis les Ollières (69), Aeroport St Exupery (69)
Il y a 1 heure, thib91 a dit :

J'imaginais le climat estival d'Atlanta plus étouffant, cette modération relative de la chaleur estivale (td et t°) est uniquement liée à l'altitude ou d'autres facteurs entrent-ils en compte?

 

Je pense que c'est surtout l'altitude, car on verra plus à l'ouest (vallée du Mississipi) que l'été y est une véritable étuve.

 

J'ai retravaillé un peu ma vieille fiche sur Lyon, avec le rajout des tableaux pour Bron (en plus de ceux de St Exupéry), et des nouvelles cartes, notamment ces vues 3D époustouflantes de Google Earth Viewer que je rajoute partout où elles sont disponibles sur les fiches déjà existantes.

  • J'aime 3
  • Merci 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Saint-Ambroise, Saguenay-Lac-St-Jean, QC, Canada
Le 11/09/2019 à 05:57, Thundik81 a dit :

Gaël ne va pas apprécier... il a donné déjà x fois la définition physique de la chaleur :D

Bon allez c'est pas grave, je lui en veux pas à Yves. C'est bien parce que c'est lui ! :D

Et puis de toutes façons, j'ai décidé de pratiquer la zénitude désormais...

  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : St Genis les Ollières (69), Aeroport St Exupery (69)

#578. Tallahassee.

 

Nous voici dans ce que l'on appelle le manche de poêle ('panhandle') de la Floride: Tallahassee compte 385 000 avec son agglo, un ville plutôt modeste par rapport aux standards américains.

Jacksonville est à 255kms, Orlando 365kms, Miami 645kms, Atlanta 360kms et Houston 1060kms.

72214_map0.jpg

 

C'est de la plaine côtière de partout, et au plus proche le Golfe du Mexique est à 37kms.

72214_dem.jpg

 

La station étudiée est sur l'aéroport de la ville, à 8kms du centre.

72214_map1.jpg

 

Vue vers le nord est: c'est un aéroport  bien campagnard, au milieu de la verdure et de quelques lacs.

72214_map2NE.jpg

 

72214_Tallahassee_Av3.png

 

C'est un climat subtropical qui hésite entre le semi-continental et le maritime dégradé... l'ICA est de 1.01, ne permettant pas de vraiment trancher. L'éloignement suffisant des rivages du Golfe du Mexique (environ 40kms) permet en tout cas de bonnes amplitudes thermiques dans cet "arrière pays", témoin cette tnn de -10°c pas forcément attendue en Floride. Le Panhandle de la Floride est un peu mieux placé que le reste de l'Etat pour recevoir les descentes polaires qui arrivent des grandes plaines, il est aussi mieux placé pour les fortes chaleurs provenant de ces plaines ou du Texas, avec à la clef une txx supérieure à 40°c, un seuil non atteint à Orlando ou Jacksonville.

On retrouve en revanche ce net maximum de précipitations en été, avec une belle saison convective de juin à aout.

 

Les roses des vents montrent une tendance aux flux méridiens en hiver, et des vents variables durant la saison chaude dans un marais encourageant la convection 'aléatoire'.

72214_Tallahassee_C.png

 

72214_Tallahassee_B.png

 

 

Voici un exemple d'hiver au bilan normal: les coups de froids sont donc un peu plus intenses qu'ailleurs en Floride, avec de forts refroidissements nocturnes dans l'air sec. Notez d'ailleurs les fortes amplitudes thermiques dès qu'il fait beau.

Il ne pleut pas souvent mais on dénombre deux gros déluges sur cet exemple: le Golfe du Mexique tout près gave d'humidité la cyclogenèse hivernale locale.

72214_DEC06-FEB07.png

 

 

L'exemple de printemps est différent de celui montré pour Atlanta, cependant on y retrouve la même violence des précipitations où une poignée d'épisodes pluvio-orageaux garantie la quasi totalité des pluies saisonnières. En dehors de cela c'est une saison souvent très belle, avec de la chaleur agréable jusqu'à mi-mai (ensuite le Td devient pénible) en dehors des quelques coups de froids tardifs en mars.

72214_MAR-MAY17.png

 

 

L'été est identique au reste de la Floride: des développements orageux diurnes quasi quotidiens, assurant un arrosage régulier et abondant. Notez aussi les bancs de brouillards matinaux quasi quotidiens dans cette plaine boisée et lacustre. La chaleur est typiquement tropicale (Td moyen autour de 23°c), la forte humidité empêchant de trop fort excès de t° vraie avec des tx qui plafonnent généralement entre 35°c et 36°c.

72214_JUN-AUG18.png

 

 

Le régime estival d'averses quasi quotidiennes ne se prolonge généralement pas au delà de mi-septembre, ensuite c'est souvent du temps plus agréable, moins chaud et plus aussi moite.

Le cyclone Frances fit un atterrissage à 30kms seulement de Tallahassee le 06/09. Cette année 2004 fut riche au niveau cyclonique, avec également Ivan les 15 et 16/09, puis Jeanne le 26/09. Les petites pluies des 10 et 11/1 peuvent également être mise au crédit de la tempête tropicale Matthew qui passa plus à l'ouest en Louisiane.

72214_SEP-NOV04.png

 

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !

 

  • J'aime 6
  • Merci 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Location : Saint-Ambroise, Saguenay-Lac-St-Jean, QC, Canada
Le 10/09/2019 à 04:58, mottoth a dit :

#575. Cincinnati.

petit hs...  :)

Cincinnati me fait toujours penser à ce titre mythique : Susie Cincinnati.

J'aurais aimé avoir dans les 20 ou 30 ans dans les années 50 à 70 et passer un peu de temps aux Etats-Unis à cette époque. Seule période au cours de laquelle les Etats-Unis m'auraient vraiment attiré.

Fin du (tout petit) hs, qui n'intéresse d'ailleurs personne ou presque... :D

 

 

 

Edited by dann17
  • J'aime 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Saint-Ambroise, Saguenay-Lac-St-Jean, QC, Canada
Le 11/09/2019 à 09:14, mottoth a dit :

#576. Tri-Cities Airport: Johnson City, Kingsport, Bristol.

 

C'est la partie centrale des Appalaches, avec du sud-est au nord-ouest les ensembles suivants: Piedmont, Blue Ridge Mountains, Grande Vallée centrale, Ridge and Valley (chaines et vallées secondaires), et le Plateau (tellement creusé par les cours d'eau que c'est devenu un dense réseau de collines).

Ces vieilles montagnes ne dépassent généralement pas 2000m d'altitude, cependant elles ont une place importante dans la culture États-unienne, notamment la Folk Music. Et qui de mieux que les barbus de Fleet Foxes pour chanter les Blue Ridge Mountains ?

 

La subtropicalité n'est probablement pas atteinte ici, c'est un climat faiblement continental à été chaud et long. Le régime pluviométrique est assez uniforme avec des pluies hivernales assez fortes, on distingue un pic réduit dans le temps en juillet et un creux en octobre qui coïncide avec les plus longues périodes annuelles de beau temps.

Oui, c'est un peu ce que je voulais dire : la Folk Music, c'est un peu l'Amérique profonde, paumée, campagnarde (pour moi, ces adjectifs ne sont pas péjoratifs, au contraire), encore (presque) à l'abri de l'agitation des grandes agglomérations de ce pays.

 

Bon, sinon, j'ai calculé l'indice de subtropicalité pour l'aéroport de Johnson City, données 2000-2019. Il atteint 10090. Le climat n'y est donc effectivement pas subtropical, mais on n'en est pas si loin. C'est encore trop en altitude. Un peu plus vers l'ouest, donc moins haut, vers Nashville, et même peut-être vers Knoxville, la subtropicalité est atteinte.

En revanche, Johnson City expérimente bel et bien des étés longs (tout juste), puisque c'est une période de plus de 5 mois et demi qui voit la Tm dépasser les 14°C.

En témoignent la présence de ces beaux Cercis canadensis (petits arbustes aux fleurs roses) qui, comme leur nom ne l'indique pas, se retrouvent dans ces régions aux étés longs et suffisamment humides. Regardez la photo suivante

https://www.google.ca/maps/@36.4602057,-82.4334552,3a,75y,189.14h,90.06t/data=!3m6!1e1!3m4!1sB3LMbmqFz8WK-ijACZYr9Q!2e0!7i16384!8i8192

 

Voici leur répartition...

1024px-Cercis_canadensis_range_map_2.png

 

  • J'aime 1
  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : St Genis les Ollières (69), Aeroport St Exupery (69)
Le 14/09/2019 à 18:21, dann17 a dit :

petit hs...  :)

Cincinnati me fait toujours penser à ce titre mythique : Susie Cincinnati.

J'aurais aimé avoir dans les 20 ou 30 ans dans les années 50 à 70 et passer un peu de temps aux Etats-Unis à cette époque. Seule période au cours de laquelle les Etats-Unis m'auraient vraiment attiré.

Fin du (tout petit) hs, qui n'intéresse d'ailleurs personne ou presque... :D

 

 

Les années 70 ok, j'aurais adoré les vivres, en France ou aux Etats Unis. Mais par les années 60, et encore moins les années 50, où le conformisme et le puritanisme (aux USA) avaient atteint des sommets insupportables: c'était des années d'un grand ennui pour la jeunesse qui a fini par se révolter plus ou moins pacifiquement (les sittings du Flower summer de 1967 aux Etats Unis mais aussi à Amsterdam, le mai 68 français l'année suivante). Même dans les année 70 les hippies ont continué à être mal vus (des fainéants, des drogués) et ça tournait souvent à la bagarre sous les provocations de la frange de la jeunesse qui était restée conservatrice. Tout cela je l'ai lu dans plusieurs bouquins, me faisant prendre conscience que notre génération porte un regard très naïf et édulcoré sur ces années. J'en ai parlé ensuite longuement avec mes parents qui étaient à fond dans la mouvance hippie et ils m'ont tout confirmé, notamment le dédain anti jeune qui s'est poursuivi dans les années 70. Si cette génération (et encore seule une partie) s'est révolté contre celle de leur parent à la fin des années 60 c'est bien que le carcan moral occidental n'était plus vivable.

 

#579. La Nouvelle Orléans.

 

Cette ville est connue pour sa riche culture musicale Jazz, Blues, mais aussi Funk. N'étant pas un grand connaisseur de ces genres je vous laisse avec une playlist de youtube si vous voulez continuer cette fiche en musique.

La Nouvelle Orléans fut d'abord Française avant de devenir américaine, mais bon c'est un passé peu glorieux, commun au reste de l’Amérique, fait de colonisation violente puis d'esclavage. Aujourd'hui elle est au centre d'une agglomération de 1.2 million d'habitants. Nous sommes dans le delta du Mississippi, et la Nouvelle Orléans est donc un port majeur, entre les industries pétrolières du Golfe du Mexique et la voie fluviale du Mississippi.

Houston est à 485kms, Tallahassee 570kms, Atlanta 685kms, Dallas 715kms, Miami 1085kms et Washington 1540kms.

72231_map0.jpg

 

C'est bien sur très plat, d'où le vulnérabilité de la zone vis à vis des vagues de submersion cycloniques.

72231_dem.jpg

 

La ville est cernée de plans d'eau ou de marais, bien que la golfe du Mexique soit à 85kms c'est un milieu très 'maritime'. La station étudiée est sur l'aéroport à 20kms du centre ville.

72231_map1.jpg

 

La station a été déplacée de 2.6kms vers l'ouest le 10/04/2017, voici sa position actuelle sur cette vue vers le nord est:

72231_map2NE.jpg

 

72231_NewOrleans_A.png

 

L'environnement aquatique fait baisser l'ICA à 0.97, alors qu'il est de 1.06 à Houston ou de 1.01 à Tallahassee. Nous avons ici un climat subtropical maritime dégradé. Les amplitudes thermiques diurnes sont nettement plus faibles que celles de Tallahassee, en revanche on retrouve bien un pic de précipitations de 3 mois entre juin et aout.

 

Les courants sont méridiens: en hiver invasions polaires de nord et chaleur humide subtropicale de sud se battent en duel, au printemps et en été le subtropical l'emporte. En automne l'orientation des vents plus au nord est la signature des épisodes de beau temps anticycloniques qui se produisent en cette saison dans le sud est des États Unis.

72231_NewOrleans_C.png

 

72231_NewOrleans_B.png

 

 

Voici un hiver normal. Comme à Tallahassee cette saison est parfois marquée par de violentes pluies frontales nourries par l'humidité du Golfe du Mexique. On endure aussi quelques refroidissements polaires, et lorsqu'ils ne sont pas secs le verglas (rare) est plus à craindre que la neige (encore plus rare). Ainsi les pluies froides de noël ont étés mélangées à des granules de glace. Notez aussi le refroidissement du 23/01, on commence à se rapprocher des variations brutales de t° vues au Texas.

72231_DEC04-FEB05.png

 

 

Entre les dernières pluies frontales et les premiers paquets orageux estivaux les pluies violentes ne disparaissent par vraiment au printemps. C'est cependant une saison assez agréable avant la mise en place de la chaleur tropicale courant mai.

72231_MAR-MAY19.png

 

 

Personne n'a oublié l'ouragan Katrina en aout 2005, qui conclus un été bien normal voire même sec en juin. La chaleur moyenne est pénible, avec un Td typiquement tropical et des tn souvent hautes en raison des amplitudes thermiques modérées par l’environnement aquatique. Les orages sont très fréquents, même s'ils n’apportent souvent que peu de pluie.

La saison cyclonique 2005 reste la plus active du bassin atlantique à ce jour. En dehors de Katrina on peut donc aussi parler de Cindy le 5/07 et Dennis, le 10/07 (seule quelques traces de RR et un petit coup de vent). Et puis Katrina, le 29/08, qui par ses destructions mit un terme aux enregistrements horaires du METAR.

J'ai récupéré la lame d'eau de Katrina (131 mm au total) depuis le site du NCDC: elle n'est pas extraordinaire pour un cyclone, ni même pour une perturbation frontale ou un gros orage dans cette région (cf les exemples d'hiver et printemps ci-dessus). C'est bien la vague de submersion qui a rendu de cyclone si ravageur, et le vent qui a été estimé dans la ville par la NOAA de catégorie cyclonique 1 ou 2 (pas de mesure directe disponible).

72231_JUN-AUG05.png

 

 

Voici un exemple d'automne au bilan normal, avec de belles séquences de beau temps calme et agréable. Mais aussi une répartition des précipitations très irrégulière: c'est une perturbation frontale qui est responsable de la plus grosse partie des pluies de cette saison avec 154mm en 24h le 22/10... imaginez s'il y avait du relief dans l'arrière pays, le genre d'épisode 'cévenol' que cela donnerait: avec la mer chaude au sud et la masse continentale au nord et plus loin à l'ouest on doit retrouver les même synoptiques ici que dans nos régions méditerranéennes, la montagne en moins mais avec encore plus humidité.

On peut parler aussi du cyclone Humberto qui un atterrissage au Texas voisin le 13/09, ou de la dépression tropicale Ten, qui donna plus de peur que de mal les 22 et 23/09: c'était en effet le premier système tropical à avoir menacé directement la ville depuis le traumatisme de Katrina 2 ans plus tôt.

72231_SEP-NOV07.png

 

 

BONUS: octobre 2005, exceptionnellement beau et sec, un mois après Katrina. Ce temps clément fut probablement du temps béni pour le opérations post-Katrina, à part peut-être le problème de l'eau potable car il n'est rien tombé du ciel pour remplir les citernes.

72231_OCT05.png

 

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !

 

  • J'aime 4
  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Location : Strasbourg-centre (soir&WE) / Gresswiller (jours ouvrés)
il y a 10 minutes, mottoth a dit :

#579. La Nouvelle Orléans.

 

 

72231_NewOrleans_A.png

 

 

 

Merci pour cette fiche très intéressante. Ville fascinante.

Je suis étonné, je ne m'attendais pas à voir 5 gelées en moyenne par an et des Tx inférieures à 5° possibles à NO!

 

Quel climat passionnant entre les Grands Lacs et le golfe du Mexique, le climat de tous les excès sans barrière montagneuse pour stopper les masses d'air.

Edited by RomainD

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Location : Nancy
il y a 16 minutes, mottoth a dit :

 

Les années 70 ok, j'aurais adoré les vivres, en France ou aux Etats Unis. Mais par les années 60, et encore moins les années 50, où le conformisme et le puritanisme (aux USA) avaient atteint des sommets insupportables: c'était des années d'un grand ennui pour la jeunesse qui a fini par se révolter plus ou moins pacifiquement (les sittings du Flower summer de 1967 aux Etats Unis mais aussi à Amsterdam, le mai 68 français l'année suivante). Même dans les année 70 les hippies ont continué à être mal vus (des fainéants, des drogués) et ça tournait souvent à la bagarre sous les provocations de la frange de la jeunesse qui était restée conservatrice. Tout cela je l'ai lu dans plusieurs bouquins, me faisant prendre conscience que notre génération porte un regard très naïf et édulcoré sur ces années. J'en ai parlé ensuite longuement avec mes parents qui étaient à fond dans la mouvance hippie et ils m'ont tout confirmé, notamment le dédain anti jeune qui s'est poursuivi dans les années 70. Si cette génération (et encore seule une partie) s'est révolté contre celle de leur parent à la fin des années 60 c'est bien que le carcan moral occidental n'était plus vivable.

 

 

 

Époque également marquée par un racisme assumé envers les noirs et son pendant institutionnel:  la ségrégation raciale. La place des femmes était également épouvantable au regard de celle d'aujourd'hui, notre époque a ses défauts mais sur certains points elle est bien plus vivable.

Edited by thib91
  • J'aime 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Strasbourg-centre (soir&WE) / Gresswiller (jours ouvrés)
Le 26/10/2014 à 12:49, mottoth a dit :

#132. Dallas

 

 

72259_Dallas_A.png

 

 

Un événement particulier pour justifier la Txx de la période d'étude en septembre?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Location : St Genis les Ollières (69), Aeroport St Exupery (69)
il y a 30 minutes, RomainD a dit :

Un événement particulier pour justifier la Txx de la période d'étude en septembre?

 

Celui-ci: https://en.wikipedia.org/wiki/2000_Southern_United_States_heat_wave

 

L'est du Texas est de toute façon l'une des régions des Etats Unis où le pic de chaleur annuel est le plus décalé vers la fin de l'été:

US-Warmest-Day-of-the-Year-Map.jpg?itok=

 

EDIT: voici un post de blog plus complet sur le sujet de la date des plus fortes chaleurs annuelle, avec plus de cartes et incluant aussi le Canada.

Edited by mottoth
  • J'aime 2
  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Location : St Genis les Ollières (69), Aeroport St Exupery (69)

#580. Memphis.

 

Memphis, Tennessee, compte 1.1 millions d'habitants. Cette ville est probablement le principal berceau de la musique Rock au sens large (de la soul à la country en passant par le "rock n' roll" ou la power pop). Entre ceux qui y sont nés (Aretha Franklin), qui y sont morts (Elvis Presley), qui y ont vécu (Johnny Cash, BB King) où enregistré régulièrement (Jerry Lee Lewis et pleins d'autres) cette ville est l'épicentre de la plupart des mouvances musicales du Sud (Tennessee, Alabama, Mississippi, Kentucky). Voici un petit morceau de la boss de la soul Aretha Franklin pour continuer en musique.

La Nouvelle Orléans est à 565kms, Atlanta 530kms, Cincinnati 650kms, Kansas City 630kms, Chicago 785kms et Houston 760kms.

72334_map0v2.jpg

 

La ville est construite au bord de la plaine inondable du Mississippi, avec un ensemble de basses collines qui s'étend vers l'est.

72334_dem.jpg

 

La station étudiée est sur l'aéroport, à 12 kms du centre ville. L'agglo s'étire sur 40kms entre le fleuve et Germantown.

72334_map1.jpg

 

L'aéroport est un mega hub cargo utilisé par Fedex, la ville elle possédant aussi un important port de marchandises sur le Mississippi. Voici une vue de la station vers le sud est:

72334_map2SE.jpg

 

72334_Memphis_A.png

 

Ce climat subtropical est emblématique des grands plaines Américaines, avec des étés chauds et humides, et un maximum de précipitations de printemps correspondant à la saison où les contrastes thermiques nord/sud sont les plus forts. Je peine à expliquer le maximum secondaire de décembre, que j'ai observé ailleurs dans la région.

Nous ne sommes pas l'abri des rigueurs hivernales avec quelques journées de gel continu par an et la menace du verglas. Nous verrons des les exemples détaillés de saison la grande variabilité quotidienne du temps avec parfois  des refroidissements spectaculaires.

 

 Comme plus au sud à la Nouvelle Orléans les flux sont essentiellement méridiens, bien partagés entre nord et sud durant la saison de soleil bas et nettement plus souvent d'origine subtropicale durant celle de soleil haut:

72334_Memphis_C.png

 

 

72334_Memphis_B.png

 

 

Voici un exemple d'hiver normal, 2008-2009. En décembre on retrouve des journées pluvio-orageuses aux lames d'eau très conséquentes qui contribuent au pic secondaire annuel de RR. Le Golfe du Mexique est à plus de 500kms mais il semble encore capable d'alimenter ici la cyclogenèse des grandes plaines avec de grandes quantités d'eau précipitable. Côté température on navigue généralement entre redoux printaniers et froid modéré avec faibles gelées nocturnes. Cependant on alterne vite et souvent entre les deux régimes, avec des variations de +/- 10°c en 24h très courantes. Et de temps en temps un 'arctic blast' fige la nature dans le gel pour une courte durée (rarement plus de deux jours).

72334_DEC08-FEB09.png

 

 

Au printemps le temps reste très variable en mars, puis la chaleur l'emporte déjà le plus souvent dès avril. Mais il faut rester sur ses gardes, la fraicheur peut revenir jusqu'en mai et les dégradations orageuses sont fréquentes.

72334_MAR-MAY15.png

 

 

En été le beau temps domine, avec un fort ensoleillement. Les pluies s'espacent mais leur caractère orageux les rend souvent violentes. Les périodes sèches sont souvent caniculaires avec de hautes tn et une hygrométrie accablante: si en moyenne le niveau de chaleur est le même que le long du Golfe du Mexique, en pratique les températures sont moins homogènes dans le temps et un été normal est fait d'une succession de canicules bien plus fortes que sur la côte et de quelques interludes plus secs et moins chauds.

72334_JUN-AUG15.png

 

 

BONUS: aout 2007. Certaines années les hautes pressions subtropicales deviennent indéboulonnables et forment un bouclier sous lequel des anomalies chaudes durables persistent, donnant des canicules mémorables dans les grandes plaines comme celles de 2007, 2011 ou 2012. Ce mois d'aout 2007 est le plus chaud de  ma période d'étude, et l'on y trouve une certaine sécheresse car la majorité des pluies n'est tombé que lors de deux orages, trop subitement pour être efficaces. Cette sécheresse contribue à un certain assèchement de l'air au fur et à mesure que ces conditions perdurent, ainsi la fin du mois endure des Td un peu moins pénibles que durant la première décade qui présentait somme toute un coup de chaleur assez classique.

72334_AUG07.png

 

 

Voici l'automne 2017. On peut être concerné ici par des restes de cyclones, ainsi Irma est venu mourir dans le coin le 12/09, et Nate le 9/10. Sinon l'automne est plutôt une belle saison avant le mise en place d'un régime hivernal très variable après la mi-octobre. Les chaleurs de septembre sont encore bien fortes.

72334_SEP-NOV17.png

 

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !

 

Edited by mottoth
  • J'aime 4
  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Location : Saint-Alban-Leysse - 311 m (Est Chambéry) -(73) et ponctuellement sur Palette-Le-Tholonet -158 m (Aix sud-est) (13) et Mazamet(81) - (ville : 266 m)
Le 14/09/2019 à 19:08, dann17 a dit :

Oui, c'est un peu ce que je voulais dire : la Folk Music, c'est un peu l'Amérique profonde, paumée, campagnarde (pour moi, ces adjectifs ne sont pas péjoratifs, au contraire), encore (presque) à l'abri de l'agitation des grandes agglomérations de ce pays.

 

Bon, sinon, j'ai calculé l'indice de subtropicalité pour l'aéroport de Johnson City, données 2000-2019. Il atteint 10090. Le climat n'y est donc effectivement pas subtropical, mais on n'en est pas si loin. C'est encore trop en altitude. Un peu plus vers l'ouest, donc moins haut, vers Nashville, et même peut-être vers Knoxville, la subtropicalité est atteinte.

En revanche, Johnson City expérimente bel et bien des étés longs (tout juste), puisque c'est une période de plus de 5 mois et demi qui voit la Tm dépasser les 14°C.

En témoignent la présence de ces beaux Cercis canadensis (petits arbustes aux fleurs roses) qui, comme leur nom ne l'indique pas, se retrouvent dans ces régions aux étés longs et suffisamment humides. Regardez la photo suivante

https://www.google.ca/maps/@36.4602057,-82.4334552,3a,75y,189.14h,90.06t/data=!3m6!1e1!3m4!1sB3LMbmqFz8WK-ijACZYr9Q!2e0!7i16384!8i8192

 

Voici leur répartition...

1024px-Cercis_canadensis_range_map_2.png

 

 

Merci pour ce topo Gaël, ta photo map m'a intrigué, l'espèce voisine "Cercis siliquastrum " est un arbre qui m'est très familier,étant typique des printemps en pays Aixois (et pas que), espèces voisines donc ! 

Edited by Gaël13

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...