Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

dann17

Climats du monde

Recommended Posts

Posted

Location : Saint-Ambroise, Saguenay-Lac-St-Jean, QC, Canada
il y a une heure, mottoth a dit :

La côte sud. Très belle lumière rasante, un bonheur de photographe.

Les dernières photos sont absolument magnifiques !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 20 heures, Thundik81 a dit :

Y'a pas que des barils rouillés :D

Vue de la station météo :

http://images.vfl.ru/ii/1427114057/a5184840/8178739.jpg

Perspective un peu trompeuse, ce n'est pas si plat que ça même dans cette direction :

https://imagizer.imageshack.com/img924/2416/9tB9TP.png

 

Il y a toujours tellement de choses à dire mais bien loin des somptueuses fiches de @mottoth (je suis gêné :$)

Beaucoup d'urbex dans ces villes fantômes : visite de l'ancienne station signalée dans la fiche : https://www.youtube.com/watch?v=29GMZ2TOteE

Parmi les publis à caractère météo, il y a la question des ces vastes contrées et stations météo, avec l'opportunité des mesures sat. Les auteurs publient un court papier souvent, ici 2019 dans une revue de géographie que j'ai déjà cité : https://geocartography.ru/sites/default/files/ivga/article_pdf/2019_5_566-575.pdf

Parmi les photos, il y a toujours d'autres aspects (ex : bâtiment météo avec aurore boréale en fond)

  • J'aime 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : St Genis les Ollières (69), Aeroport St Exupery (69)

#666. Markovo.

 

Encore un village au déclin rapide (1170h en 2003, 580h en 2018), sans autre ressource que la pêche et l'élevage du renne. Nous sommes toujours dans le district autonome de Tchoukotka, mais cette fois dans une partie très continentale qui va nous changer des nombreux climats maritimes vus dernièrement.

Anadyr est à 340kms, Apuka 470kms, Magadan 1165kms et Moscou 6050kms.

25551_map0.jpg

 

Markovo est situé dans une plaine inondable traversée par le fleuve Anadyr, qui est cernée de reliefs qui l’éloigne des influences maritimes. Au nord et à l'ouest les différentes chaines font partie du vaste ensemble des Monts d'Anadyr, tandis qu'au sud-est nous avons les reliefs les plus nordiques des Monts Koryaks.

25551_dem.jpg

 

Cette plaine très marécageuse subit les débordements épisodiques du fleuve Anadyr, qui de temps en temps inondent aussi le village.

25551_map1.jpg

 

La station étudiée est isolée du village, au sein de la taïga.

25551_map2.jpg

 

25551_Markovo_A.png

 

Voici donc un climat subarctique continental marqué, mais je suis un peu surpris par l'ICA (1.55) que j'imaginais nettement plus élevé. De fait les mers ne sont pas si loin, et la relative proximité du minimum de pression des aléoutiennes donne un temps hivernal plus perturbé que dans les bassins hypercontinentaux de la République de Sakha. La pression moyenne hivernale est d'ailleurs à peine anticyclonique, et l'enneigement bien plus abondant que dans nos trous à froid bien connus de Verkhoyansk et Oymyakon.

Après la répétition de climats très gris et maritimes ces derniers jours, celui de Markovo semble tout de même nettement plus vivable malgré les coups de froid hivernaux qui peuvent atteindre -50°c: l'ensoleillement atteint 2000h/an, et l'été connait de véritables chaleurs. Avec un record de 33°c Markovo l'un des endroits du Tchoukotka où il peut faire le plus chaud. Cependant l'été subarctique est plus que jamais précaire ici, avec des gelées régulières en aout, voire même en juillet.

 

Enfin le vent est bien sur nettement plus faible que vers les côte, ce qui laisse libre court à de fortes amplitudes thermiques diurnes lorsque le soleil est suffisamment haut, de février à octobre, et que l'état du ciel le permet.

L'orientation des vents au NNE durant une bonne partie de l'année et notamment en hiver est cohérente avec le placement de la dépression des aléoutiennes au sud-est et de l'anticyclone Sibérien à l'ouest.

25551_Markovo_C.png

 

Le jour ne dure que 3h49 le 21 décembre, et 21h38 le 21 juin.

25551_Markovo_B.png

 

 

Voici l'hiver dernier (2019-2020), qui fut bien normal: l'enneigement a commencé fort en décembre puis le ralentissement des précipitations a rapproché la couche des valeurs normales en février. L'hiver est marqué par de fortes variations de températures: le froid peut être très intense sous des conditions calmes et anticycloniques qui débordent des régions hypercontinentales plus à l'ouest. Mais l'on a également de forts redoux depuis la mer de Béring, avec des températures qui peuvent redevenir positives même au cœur de l'hiver.

25551_DEC19-FEB20.png

 

BONUS: décembre 2012, un mois où les contrastes ont été poussé à leur paroxysme. Durant le redoux fulgurant du 20 décembre la température a gagné presque 40°c en 36 heures ! Notez également la pluie, 2 jours après une tn de -47°c !

25551_DEC12.png

 

 

Le fin de l'hiver est comme souvent en Sibérie continentale bien ensoleillée et marquée par des amplitudes thermiques souvent fortes. Cette tendance débute en février et se poursuit ici jusqu'en avril où l'hiver joue les prolongation et le dégel reste rare. Le printemps n'arrive donc qu'en mai - le mois où le pente thermique est la plus forte de l'année -, où les températures enfin positives viennent à bout de la couche de neige durant la dernière décade.

25551_MAR-MAY00.png

 

BONUS: avant d'enchaîner sur un exemple d'été normal, voici le mois de juin le plus chaud de l'histoire de la station, et probablement le mois le plus ensoleillé tout mois confondus (443 heures !!!). On remarque aussi des fortes amplitudes thermiques diurnes, souvent supérieures à 20°c.

25551_JUN16.png

 

 

Difficile de trouver un été complet vraiment normal, voici un collage entre juin 2002 et juillet/aout 2019. Le temps est assez variable en été: la chaleur semble se développer facilement sur place lorsqu'il fait beau, mais la fraicheur humide revient très vite depuis l'arctique lorsque le flux de nord reprend.

Arrivé le mois d'aout la chaleur devient bien plus rare qu'en juin et juillet, et les gelées deviennent fréquentes en deuxième quinzaine.

25551_JUN02-JUL-AUG19.png

 

 

Difficile de trouver également un bon exemple d'automne, voici un collage entre l'année 2015 et l'année 2010. C'est la saison la plus grise, et le mauvais temps à parfois du mal à s'évacuer en septembre et octobre. La neige s'installe habituellement mi-octobre (un peu plus tard sur cet exemple), et ensuite la plongée vers l'hiver est très rapide, à la manière des climats hypercontinentaux.

Remarquez cependant un exemple de redoux très rapide le 16/11/2010, avec une amplitude de 30°c ce jour là (sur 36h, la période de prise de tx étant décalée de 12h par rapport à celle des tn).

25551_SEP-OCT15-NOV10.png

 

BONUS: février 2002, le mois de février le plus froid de l'histoire de cette station (à égalité avec 1984). C'est également le mois le plus froid de ma période d'étude, tous mois confondus. Et l'hiver 2001-2002 fut très nettement le plus froid depuis au moins 2000, avec une anomalie sur DJF de -8.8°c !

25551_FEB02.png

 

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. La prochaine fiche mettra probablement deux jours à arriver elle aussi: les Russes ont volontairement omis les tx dans les synops des stations de cette région pour une bonne moitié de ma période d'étude, je dois les importer d'un autre site (c'est automatisé et assez rapide) et ensuite les vérifier car leur période de prise en compte est décalée de 12h par rapport à la mienne... et ça c'est fastidieux.

 

  • J'aime 9
  • Merci 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 22 minutes, mottoth a dit :

[fiche]

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. La prochaine fiche mettra probablement deux jours à arriver elle aussi: les Russes ont volontairement omis les tx dans les synops des stations de cette région pour une bonne moitié de ma période d'étude, je dois les importer d'un autre site (c'est automatisé et assez rapide) et ensuite les vérifier car leur période de prise en compte est décalée de 12h par rapport à la mienne... et ça c'est fastidieux.

 

Bon courage !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Location : St Genis les Ollières (69), Aeroport St Exupery (69)
Il y a 23 heures, Thundik81 a dit :

 

Bon courage !

Finalement j'ai rencontré moins de problèmes sur cette fiche que sur Markovo:

 

#667. Omolon.

 

Omolon est un village de 800h, essentiellement de peuples natifs, qui vit paisiblement de l’élevage du renne. Nous sommes à l'extrémité sud-ouest du Tchoukotka, à 470kms de Markovo, 800kms d'Anadyr, 805kms de Magadan, 870kms de Oymyakon et 5740kms de Moscou.

25428_map0.jpg

 

Omolon est dans une portion plus large de la vallée de la rivière du même nom, qui forme à cet endroit une plaine entourée de reliefs. Ces reliefs font tous partie d'un ensemble plus grand nommé Monts de la Kolyma. Cet enclavement promet une bonne dose de continentalité.

25428_dem.jpg

 

Nous sommes dans la domaine de la taïga, qui laisse place à la toundra de montagne dès 700 à 800m d'altitude.

25428_map2.jpg

 

La station étudiée est dans le village à 261m d'altitude, à 3kms et 15m au dessus de la rivière.

25428_map1.jpg

 

25428_photo.jpg

 

25428_Omolon_A.png

 

C'est assez nettement un climat subarctique hypercontinental (ICA=1.91). Nous sommes à peu près à la même latitude que Markovo (ICA=1.55), mais l'enclavement accru et l'éloignement supplémentaire depuis la mer de Béring donne ici un climat nettement plus froid en hiver (10°c de perdus !) et une répartition annuelle des précipitations purement continentale (c'est un régime bien plus hybride à Markovo). Les précipitations hivernales sont donc moins abondantes ici, et la couche de neige est en moyenne 30cms plus fine ici qu'à Markovo en fin d'hiver. Le vent hivernal est extrêmement faible ici, 1.6km/h de vent moyen contre 6.4km/h à Markovo en janvier, et cet air souvent immobile favorise un froid radiatif intense: le record absolu est de -61.1°c, en février 2002... mais les synops ne sont dispos que depuis septembre 2003, la période d'étude est donc plus courte que d'habitude pour cette fiche et n'inclus malheureusement pas l'hiver exceptionnel 2001-2002.

L'ensoleillement est lui très comparable à celui de Markovo, avec un honorable cumul de presque 2000h annuelles, et le niveau de chaleur estival est lui aussi identique, avec une douzaine de jours de chaleur par été mais aussi des gelées qui reviennent trop régulièrement pour pouvoir définir une période hors-gel (et déjà une tnn de quasi -8°c en aout, uniquement sur ma période d'étude).

 

Les vents dominants sont évidemment canalisés par la vallée de l'Omolon.

25428_Omolon_C.png

 

Au 21 décembre le jour dure 3h25, au 21 juin il dure 22h22.

25428_Omolon_B.png

 

 

En hiver les redoux sont bien plus modérés qu'à Markovo, ici on dépasse rarement -15°c même si ponctuellement ils peuvent êtres bien plus spectaculaires.

Le mauvais temps est généralement donc bien atténué, avec un peu de vent, un peu de neige et un froid "modéré".

Les périodes de grands froids sont fréquentes: avec un ciel dégagé, un air parfaitement immobile pendant des jours et des t° proches de -50°c elles sont dignes des célèbres pôles du froid de la République de Sakha, simplement ce froid est plus discontinu ici avec ces redoux plus intenses et plus fréquents qu'à Oymyakon ou Verkhoyansk..

25428_DEC09-FEB10.png

 

BONUS: janvier 2017. Un mois d'hiver plutôt froid, mais marqué par un redoux fulgurant (+42°c en 36h).

25428_JAN17.png

 

Voici le détail des obs tri-horaires durant ce redoux, c'est l'occasion de revoir en détail comment sont évaluées les tn/tx.

Les heures indiquées sont en TU, il faut ajouter ici 12h pour avoir l'heure locale. Pour cette région de la Russie (est de 155°E) les intervalles que j'ai défini pour l'affectation des tn et tx pour un jour J sont les suivants:

6hTU J-1 à 6hTU pour les TN (18h J-1 à 18h en heure locale), 18hTU J-1 à 18hTU pour les TX (6h à 6h J+1 en heure locale).

- Affectées au 05 janvier: tn de -49.3°c vers 18hTU le 4. Tx de -24.4°c le 5 à 18hTU (après une tx diurne et provisoire de -41.7°c).

- Affectées au 06 janvier: tn de -44.1°c le 5 à 6hTU. Tx de -1.7°c le 6 à 15hTU (après une tx diurne et provisoire de -1.9°c). Cette tx est une approximation mais vu la stagnation de la t° autour de cette valeur la vraie tx n'a probablement pas été supérieure à -1.5°c, donc la marge d'erreur est très faible.

La journée du 5 a donc été une journée de grand froid classique, avec une tx diurne de -41.7°c, puis le redoux est arrivé la nuit suivante avec une tx définitive de -24.4°c à 6h le lendemain matin.

La journée du 6 a été une journée de transition, avec une tn de -44°c la veille à 18h avant l'arrivée des nuages, dans les -20°c en matinée sous une neige faible, puis une tx de -1.9°c en soirée (-2°c à 21h) après l'arrêt de la neige et l'arrivée d'un vent de sud-est sensible, puis finalement une tx définitive autour de -1.7°c durant la nuit suivante.

25428_05-06JAN2017.png

 

 

Voici un printemps tout à fait normal, avec beaucoup de soleil en mars et avril et souvent de fortes amplitudes thermiques diurnes.

Mai est un peu plus gris durant la fonte des neiges, celle ci disparait habituellement autour du 15 mai.

25428_MAR-MAY09.png

 

 

L'été est vraiment variable, on hésite entre chaleur agréable et fraicheur automnale parfois suivie de petites gelées. C'est vraiment la même chose qu'à Markovo.

25428_JUN-AUG08.png

 

BONUS: juillet 2010, mois le plus chaud de l'histoire de cette station. C'est également l'année du record absolu de 34°c, qui finalement dépasse celui de Markovo et fait de cette vallée le meilleur candidat pour le record de chaleur du Tchoukokta. Gros ensoleillement également et bonne petite sécheresse pour ce mois exceptionnel.

25428_JUL10.png

 

 

Enfin on termine avec l'automne et cette chute rapide du thermomètre typique des climats hypercontinentaux de cette latitude: on n'attend généralement même pas les premières neiges pour connaitre des tn entre -10°c et -15°c dès fin septembre ou début octobre, puis ensuite le grand froid s'installe rapidement une fois que la neige recouvre le sol.

25428_SEP-NOV08.png

 

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !

 

Edited by mottoth
  • J'aime 10
  • Merci 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : St Genis les Ollières (69), Aeroport St Exupery (69)

#668. Chersky.

 

Chersky est un village de 2500h, qui a connu un déclin fulgurant après la chute de l'URSS: on y dénombrait plus de 11 000h en 1989. Nous sommes ici à l'extrémité nord-est de la République de Sakha.

Omolon est à 390kms, Markovo 605kms, Anadyr 840kms, Yakutsk 1620kms et Moscou 5450kms.

25123_map0.jpg

 

Nous sommes à la limite entre des reliefs du Tchoukotka et la plaine de la Kolyma qui occupe le nord-est de la République de Sakha. La chaine de Tainykot est l'extrémité nord-ouest des Monts d'Anadyr. La mer de Sibérie Orientale est à 99kms au nord de Cherski, plus loin que ce que laisse paraître cette carte altimétrique où de nombreuses zones de faible altitude se confondent avec la mer.

25123_dem.jpg

 

On voit effet mieux sur cette vue ces zones humides très marécageuses où l'eau stagne au dessus su permafrost.

25123_map1.jpg

 

La station étudiée est dans les bois un peu à l'écart du village.

25123_map2.jpg

 

Photo prise en décembre, pendant la "nuit polaire" où l'on observe en fait en journée une clarté durant laquelle l'aube et le crépuscule se confondent.

25123_photo.jpg

 

25123_Cherski_A.png

 

C'est un climat subarctique fortement continental, mais pas hypercontinental comme dans les vallées de l'intérieur: l'hiver y est un peu moins froid car un peu plus venté (mais pas autant que dans la zone des climats polaires de la côte). L'été est lui plus frais, on n'atteint même pas 20°c en Txm en juillet. Pour un climat de cette latitude l'ensoleillement est très bon, 1930h annuelles alors qu'à des latitudes voisines même Olenyok en Sibérie centrale - bien plus éloigné des froides mers arctiques - ne fait pas aussi bien (1900h).

 

Les vents dominants tangentent les reliefs situés à l'est de Cherski, en hiver on a un flux thermique continental à peu près constant, et en été c'est bien plus partagé avec un flux thermique marin bien présent.

25123_Cherski_C.png

 

 

En hiver la nuit polaire dure du 3 décembre au 9 janvier, en été le jour continu dure du 22 mai au 20 juillet.

25123_Cherski_B.png

 

 

En hiver les températures évoluent le plus souvent entre -40°c et -20°c, et les redoux viennent généralement de l'arctique avec des neiges faibles persistantes. Plus rarement on peut avoir des redoux bien plus prononcés qui proviennent de la mer d'Okhotsk, et le dégel est alors possible même en janvier.

Durant les périodes froides la t° se stabilise souvent autour de -40°c, mais descendent rarement plus bas en raison de ce petit courant d'air constant de sud-est.

25123_DEC09-FEB10.png

 

 

Le printemps est là aussi la saison qui reçoit la meilleure fraction d'insolation: mars et avril sont des beaux mois avec vraiment peu de neige; mai est plus variable et voit la couche de neige disparaitre habituellement en milieu de mois. Attention aux coups de froids tardifs, le froid rôde encore sur la mer de Sibérie Orientale qui est encore gelée.

25123_MAR-MAY16.png

 

 

Voici un exemple d'été basé sur les années 2013 et 2017. Les températures varient fortement, selon que la situation synoptique dirige un flux continental chaud ou rabat de l'air maritime froid. Des vagues de chaleur qui semblent très estivales pour cette latitude comme ici autour du 10/07/2013 ne sont pas exceptionnelles. Cette saison profite aussi d'un bon ensoleillement, même en aout où pourtant l'automne est déjà là.

25123_JUN-JUL13-AUG17.png

 

 

Le gel revient régulièrement en septembre, avec aussi les premiers flocons, puis l'hiver s'installe en octobre: c'est d'abord très gris avec des t° qui évoluent lentement, puis en novembre on a un régime hivernal classique; novembre peut être considéré comme un mois d'hiver à part entière comme souvent en Sibérie.

25123_SEP-NOV08.png

 

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. Et n'oubliez pas de jeter un coup d'oeil au suivi du temps en Sibérie sur ce forum, depuis le mois d'avril une chaleur précoce fait l'actu et l'on y cite pas mal de lieux qui ont fait l'objet d'une fiche durant cette méga-serie de confinement sur la Sibérie.

 

 

  • J'aime 9
  • Merci 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Location : St Genis les Ollières (69), Aeroport St Exupery (69)

#669. Chokurdakh.

 

Chokurdakh est un village de 2100h en République de Sakha.

Chersky est à 560kms, Verkhoyansk 665kms, Yakutsk 1250kms et Moscou 4940kms.

21946_map0.jpg

 

Le nord-est de la république de Sakha est essentiellement occupé par des plaines, nous avons vu hier la plaine de la Kolyma avec Chersky, et aujourd'hui voici la plaine de Yana-Indigirka, deux fleuves qui se jettent dans les mers arctiques: la Yana passe à Verkhoyansk pour se jeter dans la mer des Laptev, et l'Indigirka passe à Oymyakon pour se jeter dans la mer de Sibérie Orientale. L'ensemble de collines du plateau de Kondakov sépare ces deux plaines. Encore une fois les altitudes quasi nulles de ces plaines aux abords de la mer faussent un peu cette carte, la mer de Sibérie orientale est en fait à 135kms de Chokurdakh.

21946_dem.jpg

 

On voit clairement la différence de milieu entre la plaine avec ses innombrables lacs et étangs de thermokarst, et les collines beaucoup moins humides.

21946_map1.jpg

 

La station étudiée est sur l'aéroport du village, à 780m du fleuve.

21946_map2.jpg

 

21946_Chokurdakh_A.png

 

Ce climat est à la limite du climat polaire, avec une Tm à peine supérieure à 10°c en juillet. Malgré les faibles précipitations la chaleur est trop juste en été pour que des conditions de sécheresse se développent, dans un milieu qui plus est très humide. Les deux degrés gagnés en latitude par rapport à Chersky expliquent la fraicheur estivale accrue et la perte d'ensoleillement, même si l'on reste avec 1700h annuelles à un niveau honorable pour un climat si rude.

Le froid hivernal est lui aussi légèrement accru, surtout en raison des redoux qui ne peuvent plus être ici aussi marqués qu'à Chersky où des advections douces de la mer d'Okhotsk peuvent donner des dégels même en janvier: ici aucun dégel n'a jamais été observé de novembre à mars inclus, et les redoux hivernaux excèdent rarement -20°c. Nous sommes dans cette zone de la République de Sakha qui n'est atteinte ni par les redoux de la mer d'Okhotsk ni par ceux d'origine atlantique et/ou européenne.

 

Le vent est bien plus fort que dans les zones plus continentales et plus enclavées au centre et au sud de la République de Sakha, mais pas encore aussi fort qu'en arctique. Curieusement c'est en été qu'il souffle le plus fort, avec notamment un vent d'ONO bien rafraichi en provenance de la mer des Laptev. En hiver c'est un courant continental froid qui souffle essentiellement du sud-ouest.

21946_Chokurdakh_C.png

 

 

La nuit polaire dure du 23 novembre au 20 janvier, le jour continu du 14 mai au 29 juillet.

21946_Chokurdakh_B.png

 

 

Voici l'une des région de Sibérie où les températures hivernales sont les plus régulières (avec les abords de la mer d'Okhotsk), avec cette absence de forts redoux déjà évoquée. Le froid peut être vraiment sévère mais sans aucune mesure avec les pôles de froid situés plus au sud. Des conditions de poudrerie voire du blizzard s'installent parfois pour deux ou trois jours, mais sans comparaison non plus avec les vrais climats polaires. Bref ce climat c'est vraiment un entre deux, entre le climat polaire mouvementé et les grands calmes très froids continentaux.

21946_DEC06-FEB07.png

 

 

Le printemps est en fait une prolongation de l'hiver moins désagréable, sous le soleil, et ici les premiers dégels sont très longs à arriver: il faut souvent attendre mai, le mois d'avril n'affichant qu'une txx mensuelle médiane de seulement 0.2°c.

21946_MAR-MAY09.png

 

 

Par rapport à Chersky le nombre moyen annuel de jours de chaleur est divisé par deux (4.3 contre 9.5), et par rapport à Verkhoyansk (21 jours) le ratio est d'environ un à 5.

La chaleur est donc rare mais peut être marquée, avec notamment des tn étonnamment hautes grâce au vent nocturne. En dehors de ces épisodes la fraicheur peut être comparable à un mois de janvier en France, avec des gelées possibles tout l'été même si elles évitent habituellement juillet.

21946_JUN-JUL13-AUG04.png

 

BONUS: parfois le flux marin ou le flux continental prend nettement l'avantage sur l'autre en été, donnant des bilans mensuels radicalement différents d'une année sur l'autre. Voici donc deux mois d'aout extrêmes, l'un dans la "chaleur" et le soleil, l'autre dans la fraicheur et la grisaille:

21946_AUG08-AUG06.png

 

 

L'automne est une saison grise durant laquelle la t° évolue lentement à la baisse avec aucun retour en arrière durable. Il neige ou neigeote presque quotidiennement en octobre et novembre.

21946_SEP-NOV09.png

 

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !

 

Edited by mottoth
  • J'aime 11
  • Merci 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Saint-Ambroise, Saguenay-Lac-St-Jean, QC, Canada

On peut appeler ces climats d'une façon plus simple et directe que la mienne : climats des bidons rouillés. Tous les indices concordent !  :D

  • Haha 6

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 14 heures, dann17 a dit :

On peut appeler ces climats d'une façon plus simple et directe que la mienne : climats des bidons rouillés. Tous les indices concordent !  :D

 

Je ne le signale pas forcément mais parmi les publis académiques russes mentionnant les données météo de ces régions lointaines, un sujet très habituel est la question de l'énergie (renouvelable à utiliser). Et cela concorde avec les fiches de @mottoth : suivant les contrées, vent, ici solaire (bon il y avait aussi la géothermie quelques fiches en arrière).

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : St Genis les Ollières (69), Aeroport St Exupery (69)
Il y a 15 heures, dann17 a dit :

On peut appeler ces climats d'une façon plus simple et directe que la mienne : climats des bidons rouillés. Tous les indices concordent !  :D

 

Oui, on est à la limite de leur milieu naturel qui est la toundra !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : St Genis les Ollières (69), Aeroport St Exupery (69)

#670. Zyryanka.

 

Voici un village de 2800h de la République de Sakha.

Oymyakon est à 460kms, Omolon 450kms, Chersky 565kms, Chokurdakh 560kms, Verkhoyansk 795kms et Moscou 5410kms.

25400_map0.jpg

 

Zyryanka est dans la partie sud de la plaine de la Kolyma, et au bord du fleuve du même nom. A l'est les reliefs indiqués font partie des Monts Yukaghir, à l'ouest la chaine de la Moma peut être rattachée aux Monts Chersky qui séparent la plaine de la Kolyma des bassins bien connu d'Oymyakon et de la Yana (Verkhoyansk).

La seule véritable ouverture du relief se fait donc vers le nord et la lointaine mer de Sibérie Orientale (575kms).

25400_dem.jpg

 

La station étudiée est à 1km au nord du village et 215m du fleuve.

25400_map1.jpg

 

Une photo prise par une froide journée neigeuse de mars 2018:

25400_photo0.jpg

 

25400_Zyryanka_A.png

 

C'est un climat subarctique hypercontinental pur, avec un hiver digne de la République de Sakha et un été parfois assez chaud. On remarque l'influence légère des mers arctiques par le nord avec un automne plus humide que ce que l'on attend d'un climat hypercontinental.

L'ensoleillement est vraiment bon pour la latitude, c'est le point commun de tous les climats vus récemment depuis le Tchoukotka qui sont suffisamment coupés de la grisaille de la mer d'Okhotsk ou de la mer de Béring.

 

Le vent s'engouffre parfois en hiver dans la plaine, et cela explique les extrêmes bas pas si extrêmes: il peut faire bien plus froid dans la vallée fermée d'Omolon. On a évidemment une orientation des vents bien contrainte par le reliefs, on peut définir les vents de sud comme "continentaux", et les vent de nord comme "maritimes" (même si la mer est loin).

25400_Zyryanka_C.png

 

25400_Zyryanka_B.png

 

 

Le temps est majoritairement calme en hiver, avec un froid intense. Des coups de vents de nord accompagnent le temps perturbé, avec des redoux très relatifs. L'hiver n'est pas particulièrement extravagant ici, mais le grand froid est tenace.

25400_DEC16-FEB17.png

 

 

On retrouve au printemps un temps commun à une grande partie de la Sibérie Centrale et Orientale, à savoir qu'on enchaine en mars et avril de très belles journées avec beaucoup de soleil et de fortes amplitudes thermiques. Passé mi-avril le dégel devient fréquent en journée et la neige fini par disparaitre début mai... mais pas définitivement: on est quasi assuré d'une dernière bordée neigeuse mi-mai voire un peu après.

25400_MAR-MAY14.png

 

 

L'été est particulièrement contrasté ici, et les coups de chaleurs parfois remarquables. C'est exemple de l'été 2006 est bien représentatif en dehors des précipitations copieuses du mois d'aout (aout 2006 était ce mois si gris présenté hier à Chokurdakh).

25400_JUN-AUG06.png

 

BONUS: juillet 2010, mois le plus chaud de l'histoire de cette station, avec le record absolu de chaleur. On peut noter le retour de ce fléau des fumées d'incendies FU_day.png, que l'on avait nettement moins rencontré dans le Tchoukotka.

25400_JUL10.png

 

 

A l'exception de conditions de neige et poudrerie fréquentes en novembre, cet automne 2017 fut très normal. Notamment les températures dont la chute régulière est presque un cas d'école. Septembre est le dernier mois de l'année avec des journées agréables, dès le mois d'octobre le gel ne lâche plus son emprise et l'enneigement continu démarre pour plus de 7 mois.

25400_SEP-NOV17.png

 

BONUS: février 2013, mois le plus froid de ma période d'étude et également le plus froid des mois de février de l'histoire de cette station. C'est le stéréotype de l'hiver Yakoute, avec ce ciel bleu, cet air immobile et des t° qui évolue autour de -40°c.

25400_FEB13.png

 

 

Voilà, j'ai terminé le quadrillage méthodique de la Sibérie entamé début avril, avec il me semble 47 fiches ajoutées au compteur.

J'ai prévu 3 fiches supplémentaires, non nécessaires mais je pense intéressantes pour préciser certains phénomènes locaux ou transitions rapides, dont Agzu dans le Primorié qui a été réclamée il y a quelques temps. Ensuite il sera temps de retourner vers plus de chaleur.

  • J'aime 7
  • Merci 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : St Genis les Ollières (69), Aeroport St Exupery (69)

#671. Tompo.

 

Tompo n'est qu'un lieu-dit, c'etait un village qui est désormais abandonné, et ce nom désigne donc aujourd'hui surtout la rivière qui coule dans cette région. Le village de Topolinoye à 19kms au nord et au bord de la Tompo est la seule véritable implantation humaine des environs.

Yakutsk est à 375kms, Verkhoyansk 420kms, Oymyakon 370kms. Rien qu'à l'évocation de ces trois noms on peut s'attendre à du lourd !

24671_map0.jpg

 

Nous sommes ici dans le sud des Monts de Verkhoyansk. Voici une vue assez vaste de la région, avec notamment les deux bassins de la Yana (Verkhoyansk) et d'Oymyakon qui se comportent comme deux formidables lacs d'air froid en hiver. On voit bien comment différents ensembles montagneux, dont notamment les Monts Chersky, les Monts de Verkhoyansk et  le Suntar-Khayata, enclavent ces bassins en coupant les influences modératrices extérieures. Le plateau d'Elgin sépare ces deux bassins, leur conférant une certaine indépendance (à l'échelle du mois on peut connaitre des anomalies opposées à Verkhoyansk et Oymyakon, comme l'hiver dernier "doux" à Oymyakon et plutôt froid à Verkhoyansk).

Je signale qu'en plus de remettre à jour les fiches de Verkhoyansk et Oymyakon à l'occasion de cette série Sibérienne j'ai également rafraichi les cartes altimétriques de ces fiches, avec l'ajout de la localisation de quelques stations voisines qui attirent parfois l'oeil sur les tableaux d'Ogimet.

24671_map0bisv2.jpg

 

Tompo est donc au fond de la vallée de la rivière du même nom. Cette vallée délimite l'extension sud-est des Monts de Verkhoyansk, et est relativement large et profonde: la synoptique de Tompo se fait parfois remarquer en automne avec des grands froids encore plus précoces qu'à Oymyakon ou Verkhoyansk, et la topographie encourage en effet de fortes amplitudes thermiques avec un fort refroidissement nocturne.

24671_dem.jpg

 

Vue vers l'est:

24671_map1E.jpg

 

Une vue de la vallée de la Tompo, près du village de Topolinoye:

24671_photo.jpg

 

La station synoptique est donc très isolée avec probablement plus qu'une seule famille qui vit à côté, le reste du village à 500m au nord-ouest étant complétement abandonné.

1.5kms au nord-ouest se trouve la confluence entre la rivière Tompo et la rivière Hunada qui arrive du nord-ouest.

24671_map2.jpg

 

24671_Tompo_A.png

 

@dann17 , je crois que j'ai cassé ton indice ICA ! Avec une valeur de 2.58 on atteint en effet un nouveau record pour cet indice. Ce climat hypercontinental pur se distingue en effet par un été plus arrosé que dans les plaines et bassins voisins: la proximité des reliefs donne un surplus de pluies convectives et/ou orographiques, avec au final une lame d'eau assez copieuse en juillet qui fait exploser la valeur de l'indice.

Les étés sont assez chauds compte tenu de l'altitude, avec notamment cette Txm de juillet de 23.6°c, bien supérieure à celle de Verkhoyansk (21.9°c). Le record absolu de 36.4°c (en juillet 2001) est remarquable pour l'altitude de 400m (NB: le record de 37.3°c visible ça et du 7/7/2018 est à mon humble avis erroné, les données horaires ne plaident pas en sa faveur et d'ailleurs le résumé mensuel climatologique de pogodaiklimat avec des valeur contrôlées à postériori donne une txx de "seulement" 35.1°c).

 

Les hivers sont évidemment très froids, mais pas autant qu'à Verkhoyansk et Oymyakon: le vent en est responsable, avec un courant de nord qui s'engouffre dans la vallée depuis les montagnes et inhibe un peu le refroidissement radiatif - qui reste tout de même intense.

En été le vent reste canalisé par la vallée mais est plus variable, on a en fait un régime classique de brises de montagnes (de nord) nocturnes et de brises de vallée (de sud) diurnes.

24671_Tompo_C.png

Qu'il est froid le vent hivernal de nord-ouest, qui vient de la vallée de l'Hunada !

 

24671_Tompo_B.png

 

 

L'hiver se déroule en deux parties:

- décembre et les deux premières décades de janvier sont sombres, avec un soleil trop bas pour briller au fond de cette vallée. Les amplitudes thermiques sont donc limitées malgré le temps souvent clair et calme.

- à partie du 20 janvier le soleil commence à se montrer et s'impose rapidement avec des très beaux cumuls en février. Les amplitudes thermiques augmentent logiquement assez rapidement.

Notez certaines journées relativement ventées: même si dans l'absolu des valeurs moyennes proches de 10km/h ne sont pas énormes, par -40°c ou -45°c ça pique vraiment !

24671_DEC19-FEB20.png

 

BONUS: décembre 2008 avec la vague de froid la plus intense de ma période d'étude, une semaine entière constamment sous les -50°c en milieu de mois ! Et tout ça avec un petit vent bien malvenu.

24671-DEC08.png

 

 

Au printemps c'est du grand classique pour cette région: plein soleil jusqu'à mi-avril avec des amplitudes thermiques diurnes souvent fortes, cela devient plus gris durant la période de dégel avec le démarrage de la convection estivale.

24671_MAR-MAY14.png

 

 

L'été n'est pas si mal, les nuits sont fraiches mais les tx souvent confortables. Sur la première moitié de cet exemple d'été 2014 on voit bien l'activité convective diurne avec averses et orages qui se manifestent souvent en journée sans apporter de dégradation durable. Et pour changer c'est un exemple d'été avec une belle prolongation en aout, alors que souvent l'automne est déjà bien plus présent durant ce mois.

24671_JUN-AUG14.png

 

BONUS: juillet 2012. Un mois par si chaud mais sec,  avec pour conséquence des incendies et des les fumées très denses. Voyez cette semaine du 9 au 16 avec 4 jours d'insolation nulle malgré un temps à priori beau (vu les amplitudes thermiques), et certaines visi moyennes très faibles sur 24h (200m le 15 !!!). La fumée est revenue le 31 et début a fait encore pire sous certains aspects, avec des visi moyenne qui sont tombées à 100m certains jours !

24671_JUL12.png

 

 

J'ai du bricolé un exemple d'automne avec 2007 et 2011, les anomalies mensuelles de t° sont souvent assez prononcées en cette saison et je n'avais pas d'année vraiment moyenne sur chacun des trois mois. C'est bien sur une saison grise, dès le mois de septembre qui ressemble déjà à un de nos mois de janvier en France.

Le -17°c du 1/10/2011 est le genre de valeur qui saute aux yeux quand on commence à suivre l'arrivée du froid dans cette région sur Ogimet en septembre et octobre, il y a dans les parages des monts de Verkhoyansk quelques stations comme Tompo qui prennent souvent la vedette durant quelques semaines à l'automne avant l'arrivée des poids lourds qui mettent tout le monde d'accord en hiver (Oymyakon, Verkhoyansk, Delyankir...).

24671_SEP07-OCT-NOV11.png

 

 

Voilà, je trouvais intéressant de reparler un peu des régions les plus froides de la Sibérie en hiver: les fiches de Verkhoyansk et Oymyakon suffisent en fait amplement à décrire se qui se passe dans leurs bassins respectifs, mais il manquait juste une étape au sein de toutes ces montagnes qui ceinturent cette zone, c'est désormais chose faite.

 

  • J'aime 9
  • Merci 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Location : Saint-Ambroise, Saguenay-Lac-St-Jean, QC, Canada
il y a une heure, mottoth a dit :

@dann17 , je crois que j'ai cassé ton indice ICA ! Avec une valeur de 2.58 on atteint en effet un nouveau record pour cet indice.

(...) avec au final une lame d'eau assez copieuse en juillet qui fait exploser la valeur de l'indice.

Effectivement !

Là, il faut dire que tout - notamment le site de cette station - montre que les influences océaniques ou maritimes sont quasiment nulles.

Après, il est possible en effet que, compte-tenu qu'on est ici dans les valeurs les plus extrêmes, un léger biais engendré par l'orographie accroisse de façon un peu excessive la valeur de l'indice : je ne sais pas si l'on peut considérer que ce climat serait encore plus continental que celui d'Ojmjakon ou de Verkhoïansk. Mais pourquoi pas, étant donnée encore un fois la position enfermée. 

Ce qu'on peut en déduire, à mon avis, c'est qu'au-delà d'un ICA de 2,30, il devient difficile de dire qui est plus continental que qui...

Edited by dann17
  • J'aime 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quelques banalité : le village de Tompo est l'original (enfin années 30) puis délocalisation en mars 1976 vers Topolinoye.

Pour la population... pas rare qu'un bureau de vote soit ouvert dans ces stations météo isolées [déjà que les modalités de votes -dates- sont un peu comme nos Français de l'étranger] : ici lors de la dernière présidentielle, ils attendaient 3 électeurs.

Tiens une interview d'anciens météo sur leurs récoltes de légumes à Topolinoye :

https://sakha-pechat.ru/v-topolinom-sobrali-pervyy-urozhay-o/

https://309417.selcdn.ru/im14ru-01/iblock/24a/24a8055ff5e74fc12261a25d20d7c37e/v_topolinom_sobrali_pervyy_urozhay_ovoshchey.jpeg

 

Comme souligné par @mottoth pas la zone la plus accidentée cette confluence mais on atteint vite les 1000 m en s'éloignant (sur sa vue de l'Est le sommet proche a une borne géodésique à 1098 m d'alt.).

Une fille de géodésiens a pensé à interviewer ses parents sur leur vie d'avant (quelques photos de vie à Tompo) : https://www.nataliyabureninatravel.ru/russia/yakutiya/molodost-yakutiya-geodeziya-intervyu-s-moimi-roditelyami

J'en parle car j'ai suivi avec intérêt la campagne 2020 des chinois sur le Qomolangma (Mont Everest).

 

Étude des paysages yakoutes au regard des données météo :

https://www.elibrary.ru/item.asp?id=17906039

> (pas besoin de s'identifier sur Cyberleninka)

https://cyberleninka.ru/article/n/kontrastnost-landshaftov-yakutii-obuslovlennaya-vozdeystviem-klimaticheskih-faktorov/pdf

  • J'aime 3
  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne savais pas trop où le mettre*, plein de choses très (?trop) différentes sous ces termes.

Vu il y a quelques temps la parution prochaine de BALLOTTI et al. - De la nordicité au boréalisme..

Malheureusement peu axé climato...

* Pour se rapprocher de ce sujet :

http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/arctique/articles-scientifiques/ou-commence-le-nord-noiabrsk

  • J'aime 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : St Genis les Ollières (69), Aeroport St Exupery (69)
Il y a 3 heures, Thundik81 a dit :

 

Je comptais en effet parler prochainement, en guise de conclusion de cette série Sibérienne, de la notion de Grand Nord chez les Russes, car elle est en effet un peu surprenante. Le wiki anglais en donne apparemment une bonne approche malgré les réserves en début d'article, car on retrouve la même carte dans le papier de l'ENS:

fig2-gdnord-et-regassimilees-2019-avec-l

 

Vous le voyez cette notion ne dérive pas que des conditions climatiques mais aussi d'une approche logistique et surtout ethnique, où tout ce qui n'a pas été fortement colonisé par les slaves est inclus, y compris certaines enclaves assez méridionales comme la République de Touva.

 

  • J'aime 2
  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : St Genis les Ollières (69), Aeroport St Exupery (69)

#672. Arka.

 

L'étape d'aujourd'hui peut vraiment être considérée comme un bonus, puisque nous sommes très proche (94kms) d'une localité déjà étudiée ici, Okhotsk.

Arka est un village d'environ 600 à 650h avec une minorité importante d'Evènes - un point commun avec l'étape précédente à Tompo / Topolino -, où la culture du renne est prédominante. C'est la commune la plus nordique du territoire de Khabarovsk (distante de 1365kms !). Beaucoup de critères de définition de l'appartenance au "Grand Nord" sont là: le climat (subpolaire), le permafrost continu, l'éloignement/isolement, et des critères plus russes comme les communautés indigènes au mode de vie plus ou moins autarcique.

Magadan est à 475kms, Ayan 470kms, Oymyakon 355kms, Tompo 545kms, Yakutsk 715kms, et Moscou 5550kms.

24988_map0.jpg

 

Arka est à la confluence de la rivière du même nom et du fleuve Okhota. Celui ci s'écoule ensuite dans une plaine qui débute à 20kms au sud du village et s'étale jusqu'à la mer.

Les environs du village sont par contre assez montagneux, avec vers les nord des reliefs de plus en plus élevés et notamment le Suntar-Khayata qui fait office de frontière climatique entre cette région et le plateau d'Oymyakon plus au nord.

24988_dem.jpg

 

On voit mieux ici les nombreux fleuves assez courts qui s'écoulent en direction de la mer d'Okhotsk.

Nous allons bien sur constater d'énormes différences entre le climat d'Arka et celui de Okhotsk, à commencer par le vent: il souffle en moyenne deux à trois fois plus fort à Okhotsk, à l'interface des milieux terre et mer et sans relief pour freiner le vent, tandis qu'à Arka les monts entourant les vallées coupent le vent.

24988_map2.jpg

 

La station étudiée est dans la partie sud du village, au bord de ce qui était autrefois une piste d'atterrissage.

24988_map1.jpg

 

24988_Arka_A.png

 

L'augmentation de la continentalité par rapport à Okhotsk n'est pas vraiment une surprise: l'ICA passe de 1.27 à 1.67 ici, et le climat d'Arka est subarctique continental marqué, pas loin d'hypercontinental. Le froid hivernal est évidemment bien plus prononcé ici, essentiellement en raison du vent bien plus calme, ainsi en janvier les tn sont en moyenne 8°c plus froides ici. Mais du point de vue du ressenti la différence est quasi nulle en raison des IRE bien plus prononcés à Okhotsk, ainsi la T° moyenne ressentie - qui équivaut à l'IRE moyen dans ces conditions - est identique dans les deux localités en décembre et janvier, et elle est même un peu plus basse au bord de la mer en février (-26.5 à Okhotsk contre -25.1 ici).

En été c'est un peu l'inverse, avec des Tx bien plus élevées ici (5°c de différence en juillet) qui tirent un peu la Tm vers le haut, les brises marines froides et la grisaille de la mer d'Okhotsk ne pénétrant pas jusqu'ici à moins d'une synoptique favorable.

 

Par contre au niveau des précipitations le régime est vraiment quasi identique entre les deux villes, avec un hiver sec qui se déroule majoritairement sous des subsidences d'origines continentales, et un été très arrosé sous un flux marin dominant. Ces deux flux saisonniers sont très bien mis en évidence sur les roses des vents, et leur nature thermique ne fait aucun doute:

- continent froid -> mer moins froide (bien que gelée) en hiver. Le flux hivernal peut être qualifié de catabatique (à Okhotsk ou Madagan surtout).

- mer froide -> continent chaud (surtout avec ces montagnes) en été.24988_Arka_C.png

 

 

Les amplitudes thermiques sont importantes en hiver, avec un réchauffement diurne inhabituel pour cette latitude (60°N).

24988_Arka_B.png

 

 

Comme à Okhotsk la majorité de l'hiver se déroule sous un soleil très présent et une atmosphère asséchée par le courant catabatique pourtant peu sensible ici.

Le froid est donc bien plus intense qu'à Okhotsk avec les -40°c atteints chaque hiver, mais le vent souvent faible rend au final ce froid pas plus difficilement supportable que celui d'Okhotsk.

Les grosses perturbations sont rares, mais peuvent donner des abats neigeux remarquables: l'enneigement est assez variable d'un hiver à l'autre en fonction de leur fréquence.

24988_DEC03-FEB04.png

 

Voici un comparatif d'un mois de janvier pour Arka et Okhotsk. J'ai essayé de trouver un mois au bilan de t° neutre pour les deux localités, ce qui n'a pas été si facile.

Les t° sont quasi identiques lors des redoux perturbés, en revanche les périodes de beau temps froid donnent des écarts de tn régulièrement compris entre 10°c et 15°c entre les deux localités. Notez par contre les écarts bien plus réduits voire parfois inversés pour ce qui est de l'IRE (colonne 'BioMet') en raison du vent constant à Okhotsk.

24988-31088_JAN18.png

 

 

Les amplitudes thermiques diurnes sont encore une fois souvent impressionnantes au printemps, dépassant fréquemment les 20°c. Jusqu'en avril c'est souvent très beau, puis ça se gâte en mai avec des neiges tardives typiques des abords de la mer d'Okhotsk. Début avril on a un autre exemple de variation brutale de la couche de neige après des semaines de stagnation suite à une perturbation neigeuse tenace.

24988_MAR-MAY16.png

 

 

L'été est assez contrasté, on oscille entre un temps gris, frais, et parfois abondamment pluvieux bien connu des habitants d'Okhotsk, et du beau temps chaud en journée et frais la nuit bien connu des localités plus enclavées de Sibérie Orientale (cf les deux dernières fiches, Tompo ou Zyryanka).

24988_JUN-AUG18.png

 

BONUS: aout 2016, le mois le plus pluvieux de ma période d'étude et aussi le seul mois d'aout marqué par une offensive neigeuses très précoce le 28.  Je vous avait déjà montré l'exemple bien plus impressionnant de la neige de fin aout 2005 à Aldan et Chulman, mais ces deux villes sont à 700m ou 800m d'altitude, alors qu'ici nous sommes en plaine à 200m du niveau de la mer et surtout pas très loin de celle ci. Le petit cm de neige mesuré le lendemain matin est donc quand même assez exceptionnel pour cette latitude.

24988_AUG16.png

 

Voici une comparaison entre Arka et Okhotsk pour un mois de juillet assez normal thermiquement. On retrouve l'emprise quasi constante de l'humidité maritime à Okhotsk avec des tx indignes d'un été et très peu de soleil, alors que dans les terres le beau temps et la chaleur s'expriment beaucoup plus facilement.

24988-31088_JUL12.png

 

 

On termine avec un exemple d'automne, un collage entre trois années différentes vu l'impossibilité de trouver un exemple satisfaisant sur ces 20 dernières années.

Les gelées sont déjà régulières en septembre, par contre les belles journées sont toujours marquées par d'importantes amplitudes thermiques diurnes.

Ensuite la neige s'installe généralement à mi-octobre, mais c'est très dépendant les dépressions qui boudent souvent la moitié nord-ouest de la mer d'Okhotsk en période  hivernale donc un retard ou une avance d'une dizaine de jours n'a rien d'anormal.

24988_SEP19-OCT07-NOV01.png

 

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui, il me reste une dernière étape à Agzu (dans quelques jours) avant de prendre une autre direction.

 

  • J'aime 8
  • Merci 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Saint-Ambroise, Saguenay-Lac-St-Jean, QC, Canada
Le 30/05/2020 à 14:03, Thundik81 a dit :

Une fille de géodésiens a pensé à interviewer ses parents sur leur vie d'avant (quelques photos de vie à Tompo) : https://www.nataliyabureninatravel.ru/russia/yakutiya/molodost-yakutiya-geodeziya-intervyu-s-moimi-roditelyami

Très intéressant, et même assez émouvant.

Ces gens ont réalisé tout ça par amour de leur pays. 

Plus personne ne fait quoi que ce soit par amour de son pays désormais en Occident. C'est bien dommage.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Saint-Ambroise, Saguenay-Lac-St-Jean, QC, Canada
Il y a 5 heures, mottoth a dit :

la notion de Grand Nord

En même temps. il semble qu'il y ait confusion entre les notions de « Grand-Nord » et celle de l'Arctique.

Normalement, l'Arctique est clairement défini par la limite des arbres, donc approximativement la limite des 10 °C en juillet.

Le « Grand-Nord » est un concept beaucoup plus incertain, à  mon avis, à l'image de celui défini par les Russes dans leur pays.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Location : St Genis les Ollières (69), Aeroport St Exupery (69)
Le 14/05/2020 à 14:43, Babarskaja a dit :

Quand tu as abordé la cote du Primorié j'aurai voulu te suggérer Agzu,si les données sont suffisantes.

 

C'est un petit village de l'ethnie Oudéhé,qu'on peut découvrir en lisant  Dersou Ouzala,récit autobiographique du découvreur Vladimir Arseniev.

 

Ce poste se démarque du climat côtier car situé dans une vallée à une cinquantaine de km de la mer du Japon: c'est le seul situé dans le versant Est du Sikhote-Aline hors zone cotière.

Il en résulte des amplitudes thermiques pouvant dépasser 30°c,des Tn généralement plus basses que sur la cote et une couche de neige au sol plus importante malgré l'altitude modeste (160m).

Les Tx en été sous le vent du foehn peuvent aussi bondir au gré de la direction du flux.

 

 

#673. Agzu.

 

On termine donc cette longue série russe avec Agzu, 160 habitants dont la plupart sont Ouhédés (Udege en anglais). La station étudiée est considérée comme "inaccessible" par le service météo du territoire du Primorié: ce village, le plus nordique de ce territoire, est uniquement accessible par hélicoptère (un vol hebdomadaire depuis Terney) ou par le fleuve Samarga.

Khabarovsk est à 265kms, Terney 310kms, Yuzhno-Sakhalinsk 335kms, et Moscou 6390kms.

31825_map0.jpg

 

Le fleuve Samarga s'enfonce dans le relief du Sikhote Aline, la mer du Japon est à environ 50kms du village.

31825_dem.jpg

 

Vue vers le sud. La station et le village sont dans une zone relativement plane un peu en retrait du fleuve, au milieu de la foret. La lisière de celle ci à proximité immédiate du parc à instruments (20 à 30m) doit couper un peu le vent, mais nous le verrons cet endroit est de toute façon peu venté : tout va donc contribuer à de fortes amplitudes thermiques diurnes dans ce fond de vallée.

31825_map1S.jpg

 

31825_Agzu_A.png

 

Le cas de cette station est intéressant car il montre comment s'opère la transition entre le climat du littoral (dont Terney est un exemple) et celui de la plaine de l'Amour de l'autre côté du Sikhote Aline (avec l'exemple de Khabarovsk). On obtient d'ailleurs un ICA intermédiaire de 1.52, entre 1.14 à Terney et 1.84 à Khabarovsk.

Il fait évidemment bien plus froid en hiver ici que sur la côte, avec 10°c de moins sur les TNm, grâce essentiellement au vent très faible. La comparaison entre Agzu et Terney est un peu la même que celle entre Arka et Okhotsk établie il y a quelques jours: le vent hivernal est bien plus fort sur la côte en sortie de couloir venteux que dans les vallées de l'intérieur, avec des t° nettement moins froides mais des IRE souvent comparables entre les deux milieux.

Et comme à Arka malgré le vent faible on peut considérer que la zone est sous une subsidence quasi permanente en hiver depuis les montagnes, avec une compression adiabatique qui donne un air plus sec et moins froid que dans les bassins de l'intérieur du continent: de fait l'hiver à Agzu est moins froid qu'à Khabarovsk (2°c de différence en Tm, mais jusqu'à 6°c en Txm) malgré les Tn qui bénéficient d'un refroidissement maximal (ciel clair, vent nul, HR basse).

 

En été c'est l'inverse, avec un climat plus chaud que sur la côte (moins nébuleux, moins gris) mais pas aussi chaud que dans les plaines à l'ouest du Sikhote Aline qui sont elles complètements à l'abri des brises de la mer du Japon. Au sein de ce relief les influences moussoniques pénètrent également moins qu'à Khabarovsk, l'air marin est plus présent et et au final les précipitations estivales y sont moins abondantes que dans la plaine.

 

Sur les roses des vents on voit bien l'influence lointaine de la mer du Japon en été qui remonte du sud par la vallée du Samarga, cet air marin qui rafraichit ce coin de  vallée par rapport à la plaine de Khabarovsk et inhibe un peu la convection sur ces montagnes.

En revanche l'hiver est sous ce flux subsident de NNO, qui a toute son importance même s'il est peu sensible au niveau du sol.

31825_Agzu_C.png

 

 

Cette localité - qui se situe à peu près à la latitude de Tours, Dijon ou Nantes  - a des amplitudes thermiques diurnes impressionnantes en hiver (13°c en décembre, 15°c en janvier). Nous verrons dans les exemples de saisons de nombreuses valeurs impressionnantes en toutes saisons.

31825_Agzu_B.png

 

 

Les hauteurs des neige au sol ne sont reportées que depuis fin novembre 2011 dans les synops et bufr, ce qui m'a laissé peu d'années pour trouver un exemple d'hiver. Mais en fait il n'y a jamais d'hiver vraiment normal, notamment au niveau des précipitations: si la lame d'eau moyenne est de 57mm sur DJF, en pratique la répartition se fait surtout autour de deux clusters de valeur moyenne 83mm (11 sur 20 hivers) et 23mm (9 sur 20 hivers). Voici donc l'hiver 2013-2014 qui appartient à la famille des hivers secs, très secs même (11mm sur DJF).

Notez aussi que les anomalies thermiques mensuelles sont nettement moins prononcées que dans les régions plus continentales de Sibérie où des anomalies de -5°c/+5°c ne sont pas exceptionnelles: ici avec seulement +2.8°c d'anomalie décembre 2013 fut le plus doux de ma période d'étude, et avec -1.8°c d'anomalie janvier 2014 est l'un des plus froid (le plus froid étant janvier 2013 avec une anomalie de -2.3°c). Le froid radiatif nocturne et le réchauffement diurnes sous les faibles subsidences du relief semblent peu sensibles aux perturbations extérieures (et surtout pas longtemps, on revient vite vers un certain équilibre après un coup de froid ou un redoux).

Au quotidien l'hiver est finalement très supportable pour un climat de Sibérie, avec du soleil bien réconfortant après les nuits très froides. La neige est rare et irrégulière selon les années: sur cet exemple les perturbations neigeuses ont été très atténuées, tandis que les bonnes années elles ne sont pas nécessairement plus nombreuses mais plus costaudes.

31825_DEC13-FEB14.png

 

BONUS: comme a Terney certains hivers peuvent être considéré comme "sans neige", tellement les précipitations sont chiches. Voici une partie de l'hiver 2018-2019 (4mm de RR sur DJF), un hiver qui d'ailleurs avait été aussi sans neige à Terney. Au final la période d'enneigement continu retenue pour cet hiver n'a été que de 30 jours (10/12 au 09/01, avec jamais plus de 1cms de neige au sol) contre 133 jours en moyenne. Et pour être complet le printemps 2019 a finalement connu de "vraies neiges" avec une hauteur max de 22cms le 26/03, mais pour une durée d'enneigement moindre durant cet épisode que les 30 jours de décembre-janvier.

31825_JAN19.png

 

Voici une comparaison entre Agzu et Terney pour le mois de janvier le plus normal possible. La couleur du ciel est souvent la même entre ces deux localités éloignées de plus de 300kms, mais on constate bien comment le vent souvent fort à Terney limite le froid, et surtout limite le refroidissement nocturne avec 10°c d'écart en moyenne sur les Tn.

Conséquence du vent sur l'IRE à Terney: regardez comme les valeurs de t° ressenties sont en revanche plus comparables entre Terney et Agzu, moins de 2 d'écart en moyenne mensuelle (colonne 'BioMet').

31825-31909_JAN05.png

 

 

Voici l'exemple du printemps 2016: tout est bien normal en mars et avril, avec notamment une flopée de belles journées à très forte amplitude thermique en mars et des neiges tardives récurrentes en avril après la fin de l'enneigement continu. Puis on déraille en mai avec de fortes précipitations et surtout un coup de chaleur hallucinant, autant pour les tx atteintes que pour les amplitudes thermiques diurnes qui dépassent 30°c.

31825_MAR-MAY16.png

 

Détail des journées du 18 mai au 21 mai 2016.

NB: depuis 2013 l'état du ciel et le temps présent ne sont reportés qu'aux heures synoptiques secondaires (3h, 9h, 15h et 21h TU), ce qui explique l'aspect un peu inhabituel des tableaux mensuels.

31825_18MAY-21MAY2016.png

 

 

L'été est assez variable: contrairement aux plaines continentales (Khabarovsk, Blagovechensk, Kamen Rybolov) où passé juin l'été est assez "mollasson" avec un niveau de chaleur assez constant et un temps qui a du mal à se décider entre le beau et le mauvais, ici on garde de franches variations de temps présent et de t° selon que la brises marine parvienne à s'imposer jusqu'ici ou non (c'est impressionnant comme j'ai l'impression de me répéter aujourd'hui avec ce que je disais de Arka: les climats de Arka et Agzu sont vraiment similaires si l'on fait fi de la différence de latitude, et la comparaison Arka/Okhotsk et Agzu/Terney fait ressortir les même choses).

Les chaleurs peuvent être très marquées lorsque le flux est continental et foehné par les montagnes (ce qui n'est pas forcément mis en évidence par les faibles vents locaux au niveau du sol), ainsi la txx annuelle médiane est ici du plus de 35°c contre 32°c à Khabarovsk. D'un autre côté une fraicheur plus marquée que dans les plaines continentales s'invite régulièrement. On ne retrouve sur cet exemple de 2004 la marque de ce temps "mollasson" décrit plus haut sur cet exemple que durant une semaine, en première décade d'aout, avec des valeurs de Td moyen qui trahissent l'emprise de la mousson asiatique sur toute la région.

31825_JUN-AUG04.png

 

BONUS: juin 2010, le plus chaud de ma période d'étude, avec quasi 40°c en fin de mois, et toujours ces amplitudes thermiques diurnes spectaculaires.

31825_JUN10.png

 

Voici à nouveau une comparaison entre Agzu et Terney, avec un mois de juillet le plus neutre possible. Il est évident que la mer du Japon est vraiment ici la source de fraicheur estivale, avec des Tn moyennes identiques malgré la topographie favorables aux basses tn à Agzu.

31825-31909_JUL18.png

 

 

Enfin un exemple d'automne avec des amplitudes thermiques diurnes encore une fois souvent remarquables lors de belles journées, alors que presque partout ailleurs en Sibérie cette saison est la plus grise de l'année. Malgré les hauteurs de neige au sol non reportées on devine sans mal que le début de l'enneigement continu a eu lieu le 29 novembre, un peu tardivement donc malgré le gel déjà bien installé: il faut bien comprendre que les perturbations bien précipitantes sont rares dès le milieu de l'automne et que le démarrage de l'enneigement est suspendu plus à l'arrivée de neiges significatives que de celle du froid qui fait rarement défaut.

31825_SEP-NOV05.png

 

 

Voilà, c'est fini pour la Sibérie et le Grand Nord Russe.

 

Edited by mottoth
  • J'aime 5
  • Merci 5

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Megève (1106 m)/Saint-Gervais (808 m) en semaine - Samoëns (716 m) les WE

Bon ben un immense merci pour cette énorme série russe, on finit avec un climat pas si mal, qui plairait sûrement à beaucoup ici !

  • J'aime 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Location : Strasbourg-centre (soir&WE) / Gresswiller (jours ouvrés)

Du délire ces climats

-30° fin avril, -30° début novembre. Bam

Et entre les 2 un printemps/été potable voire chaud. 

 

Comment les populations vivent ces changements? Comment des gens qui savent être dehors par -50° gèrent des +30°? 

Ca serait amusant de savoir quel temps ils préfèrent? Quelle est leur zone de confort maximal?

Edited by Sebaas
quote nuisant à lisibilité

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : St Genis les Ollières (69), Aeroport St Exupery (69)
Il y a 4 heures, RomainD a dit :

Comment les populations vivent ces changements? Comment des gens qui savent être dehors par -50° gèrent des +30°? 

Ca serait amusant de savoir quel temps ils préfèrent? Quelle est leur zone de confort maximal?

 

Je ne sais pas vraiment, mais je ne peux m'empêcher de penser à mes collègues qui sont au bout de leur vies dès qu'il fait -2°c et qu'il faut gratter la voiture...

 

#674. ???

 

Changement radical par rapport à la Sibérie pour la suite... mais d'où s'agira-t-il ?

99999_XXX14.png

 

A vous de trouver !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Brest - 29

Est ce que ça ne serait pas du coté des iles d'Hawai?

Sur un versant sous le vent (cote SW) comme Honolulu par exemple?

  • J'aime 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...