mottoth

Climats du monde

Messages recommandés

Merci de cette présentation mottoth!

G Viers qualifie ce climat de "Turkmène", climat continental sec à précipitations hivernales, et oui, ça existe !

BWsk selon Köppen, le s indiquant la sécheresse de l'été et le k le fait que la T annuelle est inférieure à 18°C.

Indice de continentalité 0,57 selon l'indice de Dann17 (je me permets d'utiliser ton indice, Dann j'espère que tu ne m'en voudras pas!), assez fortement continental donc. Pour situer, d'après mes calculs, en France cet indice se situe entre 0,18 à Brest et 0,36 à Grenoble. Autre indication, pour Moscou, cet indice est à 0,46.

G. Viers distingue ce climat "Turkmène" du climat "Syrien" (méditérranéen sec) assez ressemblant mais plus chaud, BWsh selon la classification de Köppen.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut à tous,

Je vais tenter d'apporter à mon tour quelques éléments de réflexion pour le climat de Türkmenbashi. Encore un cas assez complexe à définir et à classifier...

Il y a quelques mois de ça, j'avais élaboré une petite carte faisant apparaître ce que j'appelais la zone "d'influence maritime" (je l'appelais même, à tort, "zone océanique"). En fait une dénomination plus appropriée serait sans doute "zone d'influence extra-continentale". Il s'agit globalement des seules zones au monde (il y a son équivalent côté Pacifique, de même que leurs symétriques dans l'HS) où le maximum pluvio a lieu en saison froide. Mottoth a très bien expliqué qu'il s'agissait de l'influence de la subsidence qui a lieu à la jonction entre les cellules de Hadley et de Ferrel, lors de la saison dite chaude ou dite lumineuse. Vous comprenez, en observant cette carte, que cette physionomie du régime pluvio n'est nullement l'apanage du seul climat méditerranéen.

242000Zoneextracontinentalepalearctique.jpg

Türkmenbashi est donc bien située dans cette grande zone où la subsidence estivale est prépondérante sur l'influence continentale (càd influence de l'anticyclone thermique sibérien l'hiver et basses pressions estivales dûe à la convection thermique).

Cependant, il convient de spécifier ceci : la pression barométrique moyenne en été n'est pas très élevée (1008 hPa environ), or les pluies estivales sont effectivement bien faibles. En fait, la convection thermique estivale causée par les sols surchauffés (typique en climat continental) se produit bien, mais la subsidence est surtout présente en altitude, si bien que le niveau d'instabilité est stoppé : les particules surchauffées ne parviennent souvent pas, lors de leur ascension, à atteindre le niveau de condensation. C'est souvent ce qu'il se passe un peu partout à l'est de la mer Caspienne, à l'intérieur de cette zone "extra-continentale".

En hiver, l'influence de l'anticyclone sibérien est tout de même visible : d'une part avec les hautes pressions qui règnent (1030 hPa), et d'autre part par la fait que les précipitations connaissent un creux secondaire de décembre à février inclus.

Bref, un climat particulier, dont Yves a eu raison d'évoquer la dénomination de climat turkmène proposée par Viers.

Par ailleurs, si vous jetez un oeil à ce site russe très complet (http://pogoda.ru.net/climate/38507.htm), vous pouvez même consulter la direction des vents en janvier, avril, juillet et octobre. on voit nettement qu'en été, les vents dominants viennent du nord ou du NO. Il y a sans doute un phénomène de brise qui se produit assez fréquemment, mais si les vents dominants sont de N ou NO, cela est dû à mon avis à l'influence de la zone de basses pressions induites par la présence de la ZCIT qui passe sur le sud de l'Iran (1000 à 1500 km plus au sud).

j'avais déjà calculé l'indice IhA de cette ville :

- les étés y sont très secs (Ihe = -41)

- le climat est associé à une végétation aride, presque désertique, puisque IhA = -84 (rappel : seuil semi-aride à -45, aride à -65, et désertique à -90).

Assez loin du seuil de la subtropicalité ici, selon mon approche (indice E = 5400).

La continentalité est forte comme l'a indiqué Yves (au fait, Yves, bien au contraire, cela me fait particulièrement plaisir que tu aies utilisé mon indice !smile.png ), puisque l'indice de continentalité vaut donc 0,57.

Ce climat fait donc partie du domaine aride, teinté de continentalité et d'un régime pluvio extra-continental. Difficile de trancher !

Je dirais (mais c'est sujet à changements !) : climat aride substeppique méridional.

Sachant que, selon moi, un climat steppique est toujours un climat teinté d'une bonne dose de continentalité.

Sinon, effectivement, le climat dit "Syrien" est une variante plus chaude. On parle souvent du climat et du bioclimat irano-touranien (qui est en quelque sorte une version plus sèche et plus continentale que le climat méditerranéen proche).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Elle est bien ta carte Gaël, c'est intéressant de voir à partir d'où en allant vers l'est la mécanique tropicale se combine suffisamment bien avec celle continentale de Sibérie pour fusionner en une seule mécanique (la mousson d'Asie) et annihiler complétement la subsidence à la jonction entre les cellules de Hadley et de Ferrel.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour à tous

Assez d'accord avec toi Dann sauf pour la carte regroupant les "zones d'influence extra-continentale" à sécheresse estivale :

- Sur le continent européen, la limite est beaucoup plus floue que ne laisse supposer la ligne

- Les causes du minimum estival sont très différentes sur la grande "zone d'influence extra-continentale" et ne devraient pas faire l'objet d'une zone unique, tantôt c'est le décalage vers le nord des cellules de Hadley qui est cause de la sécheresse, tantôt c'est le substrat maritime.

Ce que je peux ajouter concernant le climat de Turkmenbashi, c'est que la sécheresse générale est due à l'éloignement des sources d'humidité, mers de grande taille et océans, la mer Caspienne pourtant proche étant trop petite pour que puissent s'y développer des système pluvieux de grande ampleur capables d'apporter des pluies notables d'autant plus qu'il n'existe pas dans les environs de reliefs capables d'amplifier ces précipitations comme c'est le cas dans certaines régions bordant la Mer Noire par exemple.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Assez d'accord avec toi Dann sauf pour la carte regroupant les "zones d'influence extra-continentale" à sécheresse estivale :

- Sur le continent européen, la limite est beaucoup plus floue que ne laisse supposer la ligne

Oui, c'est vrai, mais malgré tout, il est tout de même possible d'en tracer une ligne correspondant approximativement à la limite entre les régions aux maxi pluvio de saison lumineuse (avril à septembre inclus) et celles au creux pluvio en cette même saison.Tiens, voici une carte plus précise (pour l'Europe) que j'avais faite dans la foulée...

784672europe.jpg

C'est vrai que certaines stations sont dans la zone "continentale" alors que la somme des précipitations de la saison lumineuse est très légèrement inférieure à celle de la saison sombre. Et inversement. C'est le cas de Lille (53% des précipitations en saison lumineuse) et inversement à Epernay (près de Reims, 48% des précipitations en saison lumineuse).

Mais d'une manière générale, la ligne blanche correspond à peu de choses près à cette limite.

Si j'ai fait figurer une ligne jaune, c'était pour montrer qu'il peut arriver que certaines régions océaniques ou même méditerranéennes n'aient pas de creux estival marqué (voire parfois pas de creux estival du tout !) : cela est dû à la subsidence locale (relief), très forte en hiver à cause des vents d'ouest réguliers et forts.

- Les causes du minimum estival sont très différentes sur la grande "zone d'influence extra-continentale" et ne devraient pas faire l'objet d'une zone unique, tantôt c'est le décalage vers le nord des cellules de Hadley qui est cause de la sécheresse, tantôt c'est le substrat maritime.

Tu fais une bonne remarque. Mais en fait, plus précisément, la cause n'est pas "tantôt l'un et tantôt l'autre", mais "l'un et l'autre simultanément" : - au-dessus de l'Atlantique (même aussi "haut" qu'aux îles Shetlands par ex), même en plein été, bien sûr que l'air frais situé au niveau du sol (à cause des eaux froides alentour) n'a pas d'impulsion suffisante pour provoquer une quelconque convection. Mais en plus, il est indéniable que la grande cellule anticyclonique des Açores (elle-même évidemment issue de la subsidence entre Hadley et Ferrel) repousse vers le nord la trajectoire des dépressions. Et cela se ressent aux Shetlands, et même plus au nord encore.

- en Méditerranée, on sait tous que la subsidence joue énormément. Mais la présence maritime joue également ! C'est sûr qu'en été, cette influence maritime (qui accentue encore un tout petit peu la stabilité de l'air - la mer étant généralement plus fraîche que les terres autour) est très faible en regard de la subsidence. Mais en hiver, l'influence maritime en Méditerranée est très marquée puisque cette présence d'eau douce maintient les dépressions atlantiques actives ou même réactive la formation de dépressions sur place.

- Dans les régions de la Caspienne, là encore les deux influences sont présentes : la subsidence joue son rôle en été et "coupe" la convection thermique continentale impulsée au niveau du sol. Mais l'influence maritime est présente également : l'hiver, l'influence de l'anticyclone sibérien est moindre que celle des restes de dépressions finissant leur course en Asie mineure. Ces dépressions hivernales qui empruntent la trajectoire Méditerranée-Mer Noire-Mer Caspienne, et qui s'essoufflent généralement en Asie centrale.

En fait, ces mers intérieures que sont la Mediterranée, la Mer Noire et la Caspienne agissent en quelque sorte comme une avancée de l'océan dans les terres. Donc l'influence de ces zones maritimes s'incrustent autant qu'elles le peuvent vers l'est.

Ce qui ne se produit pas côté Pacifique puisque là-bas, il n'y a pas de mers intérieures :

738234pacific2.jpg

Ce que je peux ajouter concernant le climat de Turkmenbashi, c'est que la sécheresse générale est due à l'éloignement des sources d'humidité, mers de grande taille et océans, la mer Caspienne pourtant proche étant trop petite pour que puissent s'y développer des système pluvieux de grande ampleur capables d'apporter des pluies notables d'autant plus qu'il n'existe pas dans les environs de reliefs capables d'amplifier ces précipitations comme c'est le cas dans certaines régions bordant la Mer Noire par exemple.

Tout à fait !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir! Bonne année à vous tous! (mieux vaut tard que jamais)

Ca m'a fait plaisir de vous relire en ces 2 pages.....

j'ai seulement 2 petites remarques:

pour Trabzon, si on cherche de controller son appartenance au climat médit. de Koppen, en effet il faudrait chercher au début un mois estival (J,J,A) avec moins de 30 mm (certains disent 40 mm)

et puis un mois hivernal (D,J,F) avec des precipitations > 3 fois ce mois plus sec en été,

donc il me semble que c'est pas possible, meme si la première condition n'était pas loin....

Mottoth tu l'as dit toi meme, pour Turkmenbashi il faudrait mettere "k" dans le premier tableau au lieu de "h" de Koppen car la moyenne anuelle est moins de 18 (certains auteurs proposaient que le mois le plus froid d'hiver ait une moyenne < 6 comme condition de limite entre h et k)

merci encore, ciao!

André

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mottoth tu l'as dit toi meme, pour Turkmenbashi il faudrait mettere "k" dans le premier tableau au lieu de "h" de Koppen car la moyenne anuelle est moins de 18 (certains auteurs proposaient que le mois le plus froid d'hiver ait une moyenne < 6 comme condition de limite entre h et k)

Le wiki anglais sur la classif de Köppen, que j'utilise comme référence, ne tranche pas la question. Il est écrit, a propos du groupe B:
A third letter can be included to indicate temperature. Originally, h signified low latitude climate (average annual temperature above 18 °C) while k signified middle latitude climate (average annual temperature below 18 °C/64 °F), but the more common practice today (especially in the United States) is to use h to mean that the coldest month has an average temperature that is above 0 °C (32 °F), with k denoting that at least one month averages below 0 °C.

Ce qui se traduit comme cela:
Une 3e lettre peut être ajoutée pour indiquer la t°. A l'origine, h voulait dire climat de basse latitude (tm annuelle > 18°) alors que k voulait dire climat de moyenne latitude (tm annuelle < 18°c), mais la pratique la plus courante aujourd'hui (en particulier aux USA) est d'utiliser h pour signifier que le mois le plus froid a une tm > 0°c, tandis que k indique au moins un mois à tm négative.

J'ai donc choisi l'approche moderne utilisant le mois le plus froid comme critère, et dans ce cas précis ça correspond bien à mon ressenti: les hivers de Turkmenbashi ne sont pas plus froids qu'en France, tandis que les étés sont torrides... donc naturellement j'ai tendance à plus y voir un climat chaud (h) qu'un climat froid (k).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

#63. Aralsk

 

On s'enfonce dans l'Asie Centrale avec une escale au Kazakhstan, au bord de la mer d'Aral:

35746_Map1.jpg

 

Zoom sur ce qu'il reste de la mer d'Aral, scindée en plusieurs bassins, avec au nord-est la principale ville de la région, Aralsk:

35746_Map2.jpg

 

A7SLTpH.jpg

 

La station synoptique se trouve en lisière sud-ouest de la ville, à environ 15 kms de la "mer". Elle a déménagé entre 2009 et 2011 d'après l'imagerie Google. Les deux sites étant quasiment plats, parfaitement dégagés et distants de seulement 1010m les effets du déménagement ne devraient pas trop se faire sentir sur les relevés et moyennes:

35746_Map3.jpg

 

Mes stats reposent à présent sur 13 années complètes de données, de janvier 2000 à décembre 2012... sans être suffisante pour définir des normales, c'est une période qui commence à être respectable pour faire de la climato. Voici donc le tableau pour Aralsk:

35746_Aralsk_A_v7_32.png

 

C'est un climat aride froid (BWk) selon Köppen: le seuil d'aridité (163mm) est dépassé puisqu'on a 139mm de lame d'eau annuelle moyenne, et le climat est définitivement froid selon les 2 critères exposés dans le post précédent.

 

La continentalité est forte, mais on retrouve encore le minimum estival de RR dont le mécanisme a été expliqué dans l'analyse du climat de Turkmenbashi. Les hivers sont froids, variables, et souvent longuement enneigés malgré la faible quantité de précipitations. Les été sont caniculaires, secs et très ensoleillés. Le Td, généralement bas, peut connaitre de bon pics de moiteur en été par flux de sud-ouest car même si la mer d'Aral est distante (15kms) et relativement modeste elle contribue malgré tout à l'humidification de son environnement.

 

Les RR sont très irrégulières et des mois complètement secs ne sont pas rares, en toute saison. Il arrive donc que malgré le froid une bonne partie de l'hiver se déroule sans neige au sol (en 2004, 2006 et 2011 par exemple).

 

EDIT 16/12/2014: ajout des tableaux horaires et des roses des vents

35746_Aralsk_B_v7_32.png

 

35746_Aralsk_C_v7_32.png

 

 

En hiver cette région est une extension de la Sibérie, et elle connait donc principalement les 2 types de temps que l'on retrouve plus au nord en Sibérie occidentale: beau et froid ou redoux dans la grisaille. Sur l'exemple suivant (l'hiver 2008-2009) cela n'est visible qu'à partir de mi-janvier mais néanmoins cet exemple est très équilibré dans les t° et pour les RR.

35746_DEC08_FEB09.png

 

 

Le printemps est encore une saison très contrastée, ou les plaines du Kazakhstan sont le théâtre de conflits méridiens violents. Voici le printemps 2010, et notamment avril qui montre bien comment on peut passer de l'hiver à l'été en quelques jours, et que le temps ne reste jamais longtemps au beau fixe.

Une fois la neige disparue les vents de sable remplacent la poudrerie par vent fort.

35746_MAR_MAY10.png

 

 

Enfin l'été est beau et chaud, mais quand même moins stable que plus au sud comme à Turkmenbashi ou Asgabat. On y connait donc quelques pauses dans la canicule lorsque la Sibérie arrive à souffler un coup de frais jusqu'ici, comme par exemple en 2007 les 4 et 5/06 ou le 10/08.

35746_JUN_AUG07.png

 

 

Comme partout en Asie centrale l'automne a tendance à être plus beau et plus stable que le printemps,et la suite de cette année 2007 l'illustre bien:

35746_SEP_NOV07.png

 

A+

 

Modifié par mottoth
Ajout de la carte topo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir à tous et encore une fois merci mottoth pour cette nouvelle étude, un très beau "cas d'école".

G Viers qualifie ce climat de "Aralien", climat continental sec à précipitations assez uniformes sur l'année. Ce climat ressemble assez au précédent en un plus septentrional.

BWfk selon Köppen, le f indiquant que les (faibles) pluies sont réparties uniformément sur l'année, malgré la plus grande sécheresse de l'été par rapport à la saison froide, ce climat ne répond pas aux conditions du "s" de Köppen.

Indice de continentalité 0,72 selon Dann17, fortement continental donc. Pour situer, par rapport à d'autres climats bien continentaux, Montréal est à 0,60, Haerbin est à 0,82 et Verkhoiansk à 0,92. A noter que malgré cette forte continentalité, l'été est quand même la saison la plus sèche, je commence à me demander si la corrélation qui existerait (et qui est exposée dans plusieurs ouvrages de climatologie) entre Pété/Phiver et continentalité ne serait pas une généralisation abusive de ce qui se passe en Europe entre la Bretagne et la Pologne.

A noter l'ensoleillement remarquable de ce climat vu la latitude, 3026 heures annuelles, plus que Turkmenbashi pourtant nettement plus méridional, ceci est du à l'éloignement des mers, sauf la mer d'Aral bien entendu mais qui est si petite qu'elle ne doit pas influencer beaucoup le climat des régions qui l'entourent.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le wiki anglais sur la classif de Köppen, que j'utilise comme référence, ne tranche pas la question. Il est écrit, a propos du groupe B:

Ce qui se traduit comme cela:

J'ai donc choisi l'approche moderne utilisant le mois le plus froid comme critère, et dans ce cas précis ça correspond bien à mon ressenti: les hivers de Turkmenbashi ne sont pas plus froids qu'en France, tandis que les étés sont torrides... donc naturellement j'ai tendance à plus y voir un climat chaud (h) qu'un climat froid (k).

Salut Mottoth!

Moi je regardais un livre qui traite la classification de Koppen et proposait ce que disaient les critiques pour que ca soit plus proche des limites de la végétation (auteur Biasutti):

en effet ils disent que la différence entre C et A devait etre abaissé a' 15 C au lieu de 18 C (pour le mois le plus froid) et donc la moyenne annuelle du climat B de 18 C devait atre abaissé de 2 C presque aussi. Mais ils ne comprenaient pas pourquoi Koppen a mis une limite sur la moyenne anuelle au lieu du mois le plus froid d'hiver comme il fait toujours.....alors ils ont trouvé le +6 C comme critère....

en effet, il me semble que le zéro (0 C) du Wikipedia est très bas....

et puis n'oublions pas que k ici considéré comme "froid", en realité c'est "tempéré", en contraste avec le "chaud" (bien sur on parle ici du climat aride ou semi aride).

pour les climats arides ou semi arides froids il y a les types avec tous les mois < 18 C (Thibétain BSsk' et Patagonien BSfk' selon le livre de Viers, en se référant a' Koppen et De Martonne) on met en effet k' au lieu de k ou h a' la fin....

quand meme, c'est pas grave, merci pour tout ce que tu fais, ciao ciao!

André

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

#63. Aralsk

C'est un climat aride

froid

(BW

k

) selon Köppen: le seuil d'aridité (163mm) est dépassé puisqu'on a 139mm de lame d'eau annuelle moyenne, et le climat est définitivement froid selon les 2 critères exposés dans le post précedent.

La continentalité est forte, mais on retrouve encore le minimum estival de RR dont le mécanisme a été expliqué dans l'analyse du climat de Turkmènbashi. Les hivers sont froids, variables, et souvent longuement enneigés malgré la faible quantité de précipitations. Les été sont caniculaires, secs et très ensoleillés.

Pour ce qui concerne mes indices, j'obtiens un indice d'humidité estivale (Ihe) de -38, donc des étés très secs également, sans surprise.Quant à l'indice d'humidité annuel, il vaut IhA = -68. Autrement dit, le seuil d'aridité est bien atteint, mais de justesse tout de même. Il ne s'agit donc pas du tout, selon mon approche, d'un climat désertique, contrairement à ce que la méthode de Köppen indique. D'ailleurs, la végétation n'y est pas désertique.

Donc un climat aride selon moi.

Quant à dire s'il est "froid" ou pas, j'avoue que j'ai beaucoup de misère à attribuer un qualificatif "froid" à ce type de climat présentant des étés aussi torrides, ainsi qu'une moyenne annuelle de 9°c (pratiquement équivalente à celle des régions du nord-est de la France !).

En fait, je ne pense pas qu'on puisse attribuer un qualificatif "thermique" aux climats du domaine aride, car bien souvent, l'amplitude thermique annuelle y est très forte, et l'hiver y est assez froid à glacial, alors que l'été y est chaud voire torride.

C'est pour cette raison que je parlerais plutôt d'un climat aride substeppique. J'enlèverais l'attribut "méridional" que je donnais au climat de Türkmenbashi (à cause de l'hiver froid).

Yves, je te reviendrai plus tard pour apporter quelques commentaires à ton intervention intéressante.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

G Viers qualifie ce climat de "Aralien", climat continental sec à précipitations assez uniformes sur l'année. Ce climat ressemble assez au précédent en un plus septentrional.

Je suis en train de me dire que G. Viers donnait visiblement un nom particulier de climat à chaque région de la Terre ! Je parie qu'il y a aussi le climat baïkalien, le climat pékinois, etc... ? (je rigole, mais tu comprends ce que je veux dire...wink.png )
BWfk selon Köppen, le f indiquant que les (faibles) pluies sont réparties uniformément sur l'année, malgré la plus grande sécheresse de l'été par rapport à la saison froide, ce climat ne répond pas aux conditions du "s" de Köppen.

Je ne comprends pas comment on pourrait attribuer la lettre "f" à ce type de climat, étant donné que cette lettre signifie : "Vollfeucht - Alle Monate sind feucht" (traduction : "pleinement humide - tous les mois sont humides").Or la lettre W dans ce climat BW signifie "Wüste" (="désert"). Il y a donc incompatibilité entre W (désert) et f (tous les mois humides).

Indice de continentalité 0,72 selon Dann17, fortement continental donc. Pour situer, par rapport à d'autres climats bien continentaux, Montréal est à 0,60, Haerbin est à 0,82 et Verkhoiansk à 0,92. A noter que malgré cette forte continentalité, l'été est quand même la saison la plus sèche, je commence à me demander si la corrélation qui existerait (et qui est exposée dans plusieurs ouvrages de climatologie) entre Pété/Phiver et continentalité ne serait pas une généralisation abusive de ce qui se passe en Europe entre la Bretagne et la Pologne.

Remarque très intéressante !En fait, il faut remarquer que, presque tout autour de la Terre, dans une bande de latitude comprise grosso-modo entre 20 et 40°, c'est là que se produit la subsidence due à la jonction entre les cellules de Hadley et de Ferrel, et c'est ce qui occasionne dans ces régions la présences des cellules anticycloniques dites "subtropicales" fluctuant latitudinalement au gré des saisons. Ces cellules n'existent cependant pas au-dessus des parties orientales des continents. Celles-ci semblent accroître leurs influences grâce aux étendues maritimes et océaniques (coupant toute impulsion ou convection thermique au niveau du sol).

Il s'avère qu'effectivement, en Asie mineure, l'influence de cette cellule anticyclonique subtropicale vienne contrer la présence massive du continent, donc la continentalité. Seulement voilà, ces régions particulières ne sont justement plus dans le domaine climatique tempéré (au sens de Köppen, et à mon sens également). Elles font partie du domaine aride. Le climat n'y est donc pas "continental", même si la continentalité y est très forte. C'est d'ailleurs également le cas, par exemple, en plein désert du Sahara : la continentalité est très forte, mais on est évidement très loin (climatiquement et géographiquement parlant) du climat continental !

En revanche, si l'on reste dans le domaine tempéré, on peut vérifier dans presque tous les cas que le climat est continental si Pété/Phiver > 1 (grosso-modo). Ou plutôt si P "saison lumineuse" > P "saison sombre".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir à tous

Je ne comprends pas comment on pourrait attribuer la lettre "f" à ce type de climat, étant donné que cette lettre signifie : "Vollfeucht - Alle Monate sind feucht" (traduction : "pleinement humide - tous les mois sont humides").

Or la lettre W dans ce climat BW signifie "Wüste" (="désert"). Il y a donc incompatibilité entre W (désert) et f (tous les mois humides).

Je ne comprends pas un mot d'allemand, j'étais donc incapable de me faire cette remarque. Köppen applique bien les trois lettres s, f et w pour indiquer la répartition de l'humidité des climats secs. Savoir s'il a fait un contresens linguistique importe peu, c'est bien la notation qu'il a adopté.

Remarque très intéressante !

En fait, il faut remarquer que, presque tout autour de la Terre, dans une bande de latitude comprise grosso-modo entre 20 et 40°, c'est là que se produit la subsidence due à la jonction entre les cellules de Hadley et de Ferrel, et c'est ce qui occasionne dans ces régions la présences des cellules anticycloniques dites "subtropicales" fluctuant latitudinalement au gré des saisons. Ces cellules n'existent cependant pas au-dessus des parties orientales des continents. Celles-ci semblent accroître leurs influences grâce aux étendues maritimes et océaniques (coupant toute impulsion ou convection thermique au niveau du sol).

Il s'avère qu'effectivement, en Asie mineure, l'influence de cette cellule anticyclonique subtropicale vienne contrer la présence massive du continent, donc la continentalité. Seulement voilà, ces régions particulières ne sont justement plus dans le domaine climatique tempéré (au sens de Köppen, et à mon sens également). Elles font partie du domaine aride. Le climat n'y est donc pas "continental", même si la continentalité y est très forte. C'est d'ailleurs également le cas, par exemple, en plein désert du Sahara : la continentalité est très forte, mais on est évidement très loin (climatiquement et géographiquement parlant) du climat continental !

En revanche, si l'on reste dans le domaine tempéré, on peut vérifier dans presque tous les cas que le climat est continental si Pété/Phiver > 1 (grosso-modo). Ou plutôt si P "saison lumineuse" > P "saison sombre".

Et hop, tour de passe-passe pour retomber sur tes pattes ! Un truc nous gêne et on sort une nouvelle règle !

46°N c'est bien le domaine pleinement tempéré. De plus, selon moi, le climat de Aralsk est un des climats continentaux les plus "purs" qui existent, dans le sens littéral du terme c'est à dire loin de toute influence maritime et a sécheresse de ce climat est bien la conséquence de cet éloignement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne comprends pas un mot d'allemand, j'étais donc incapable de me faire cette remarque. Köppen applique bien les trois lettres s, f et w pour indiquer la répartition de l'humidité des climats secs. Savoir s'il a fait un contresens linguistique importe peu, c'est bien la notation qu'il a adopté.

J'aimerais bien voir le lien, Yves... (mais tu as peut-être raison, ne t'offusque pas pour ça, m'sieur, ok ? wink.png )Pour l'instant, je ne suis simplement pas convaincu, puisque voici ce qu'on peut lire entre autre sur le lien anglais de wiki (les liens français étant, malheureusement, assez souvent laconiques) :

«On occasion, a fourth letter is added to indicate if either the winter or summer is "wetter" than the other half of the year. To qualify, the wettest month must have at least 60 mm (2.4 in) of average precipitation if all twelve months are above

18 °C

(64 °F)

, or 30 mm (1.2 in) if not; plus at least 70% of the total precipitation must be in the same half of the year as the wettest month — but the letter used indicates when the

dry season occurs, not the "wet" one. This would result in

Khartoum,

Sudan, being reckoned as

BWhw;

Niamey,

Niger, as

BShw;

El Arish,

Egypt, as

BWhs,

Asbi'ah,

Libya, as

BShs;

Ömnögovi Province,

Mongolia, as

BWkw; and

Xining,

China, as

BSkw (

BWks and

BSks do not exist if 0 °C in the coldest month is recognized as the

h/

k boundary). If the standards for neither

w nor

s are met, no fourth letter is added.

»

Donc je ne vois pas où ni comment, jusqu'à présent tout du moins, l'on peut associer un "f" à un climat désertique : non seulement la terminologie ne semble pas s'y prêter, mais en plus, pour avoir un mois humide, il faut au moins 30 mm. Donc tous les mois... Mais bon, rien de grave là-dedans

Et hop, tour de passe-passe pour retomber sur tes pattes ! Un truc nous gêne et on sort une nouvelle règle !

46°N c'est bien le domaine pleinement tempéré. De plus, selon moi, le climat de Aralsk est un des climats continentaux les plus "purs" qui existent, dans le sens littéral du terme c'est à dire loin de toute influence maritime et a sécheresse de ce climat est bien la conséquence de cet éloignement.

Non Yves ! S'il te plaît, on ne va pas recommencer (je ne fais aucun "tour de passe-passe") !Non, ce n'est pas parce que 46°N est une latitude assez élevée que le climat y est nécessairement tempéré. De plus que, comme je l'ai dit, et comme tout le monde est capable de s'en rendre compte, le climat d'Aralsk fait partie du domaine aride défini par Köppen. Il n'est donc pas tempéré. Je te rappelle que, selon Köppen, il existe bien 4 grands domaines : froid, tempéré (à hiver doux et à hiver froid), tropical, et aride. Aralsk rentre évidemment dans la 4ème catégorie (aride). Pas dans la tempérée. Je ne fais aucun tour de passe-passe !

Et je le répète, ce constat est le même pour le Sahara, le désert de Gobi, celui de Namibie par ex : ce sont des climats faisant partie du domaine aride.

Et moi, ce que j'ai constaté, c'est qu'en restant dans le domaine tempéré, le coup de Pest/Phiv fonctionne très bien (dans beaucoup de cas) pour délimiter les climats continentaux.

Je ne dis pas qu'Aralsk n'est pas une ville à forte continentalité ! Je dis simplement qu'on ne peut pas la faire rentrer dans le "climat continental" qui est un climat du domaine tempéré.

De plus, je pense que tu te trompes sur l'analyse de la physionomie du climat d'Aralsk lorsque tu dis que la sécheresse d'Aralsk est la conséquence de l'influence maritime très faible. En effet, je le répète, la sécheresse estivale à Aralsk est justement contraire à ce qu'il se passe en climat continental. Cette sécheresse estivale est exactement contraire à la dynamique des climats continentaux qui, eux, connaissent justement les plus fortes précipitations en saison lumineuse (en été, si on veut) grâce à la forte convection thermique permettant la formation de nuages cumuliformes favorisant les précipitations. Or à Aralsk, cet convection thermique est coupée par un phénomène qui n'a absolument rien à voir avec la continentalité : il s'agit de la subsidence induite par la jonction entre les cellules de Hadley et de Ferrel. Cette subsidence se produisant d'ailleurs bien plus souvent et plus intensément au-dessus des zones maritimes !

De plus, les hivers à Aralsk sont plus humides que les étés : ça aussi, c'est contraire à ce qu'il se passe en climat continental : ici, l'anticyclone thermique sibérien (induit par le refroidissement puissant de cette grande zone continentale) n'est pas suffisamment fort pour contrer les influences pseudo-méditerranéennes (maritimes, donc) qui se propagent par le biais de l'axe méditerranée-Mer Noire-Mer Caspienne.

Bref pour résumer, la sécheresse d'Aralsk est surtout due à la grande sécheresse de l'été, mais celle-ci n'est pas due à la continentalité. Bien sûr que l'éloignement des mers joue beaucoup sur la sécheresse globale, mais les phénomènes en cause n'ont justement que peu à voir avec les phénomènes qui règnent dans les régions au climat continental (donc en domaine tempéré, et non aride).

C'est pour cette raison qu'à mon avis, on ne peut pas appeler ce climat "climat continental".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

#64. Samarcande.

 

On continue avec l'Asie Centrale pour alimenter la discussion. Aujourd'hui on va en Ouzbékistan pour visiter un joyau de la route de la soie: Samarcande.

Localisation générale, et situation par rapport aux villes déjà vues dans ce sujet:

38696_Map1.jpg

 

L'est et le sud de la ville sont dominés par des montagnes, environ 35kms plus au sud le relief s’élève jusqu'à environ 2500m:

38696_Map2.jpg

 

C'est une station urbaine, localisée à 3.5kms du centre-ville:

38696_Map3.jpg

 

Une dernière vue en 3D, en regardant vers le sud:

38696_Map4.jpg

 

38696_Samarkand_A_v7_32.png

 

Donc d'après Köppen on retrouve un climat méditerranéen (Csa): été chaud (mais pas trop), sec et ensoleillé, pluies d'hiver et de printemps suffisantes pour na pas tomber dans le domaine aride ou semi-aride (seuil de semi-aridité selon Köppen: 295mm).

Cependant les hivers n'ont rien de méditerranéen, les moyennes de t° à priori clémentes cachent là encore de grosse variations de t° et le gel peut être très vif.

Dans cette zone le régime de RR se distingue encore par un maximum de printemps, comme déjà vu à Almaty, Ashgabat, ou même Srinagar.

 

EDIT 26/12/2014: ajout des tableaux horaires

38696_Samarkand_B_v7_32.png

 

 

L'hiver peut donc voir alterner le froid (souvent neigeux) et des redoux secs dus aux subsidences forcées par le relief environnant. La variabilité inter-annuelle est forte, sur ces 13 dernières années la Tm de janvier oscilla entre 5.5°c (janvier 2010) et -6.8°c (janvier 2008).

Voici un exemple d'hiver assez équilibré, avec un mois de janvier froid qui compense décembre doux:

38696_DEC00_FEB01.png

 

 

Le printemps est marqué par l'instabilité et les fortes variations de t°, notamment en tx. Dans cet exemple on a tout de même sur belle période de beau temps un peu plus durable à la fin du mois, avec des tx déjà fortes et de bonnes amplitudes thermiques diurnes malgré le caractère citadin de la station:

38696_APR08.png

 

 

L'été est vraiment sec, en juillet je décompte à peu près 2/3 des mois sans aucune RR mesurable. La variabilité des t° devient plus faible, et le temps est quasiment toujours au beau fixe.

38696_JUN_AUG06.png

 

 

Enfin en octobre on profite souvent de très belles journées de temps calme, avec des amplitudes thermiques parfois très fortes. Le temps est moins changeant qu'au printemps, en tout cas moins souvent, mais les variations de t° peuvent être tout de même impressionnantes: il n'est pas rare de perdre 20°c en 24/48h en octobre et novembre, illustration ici avec cet octobre 2015 contrasté:

38696_OCT15.png

 

C'est fini pour aujourd'hui !

 

Modifié par mottoth
Révison complète

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et moi, ce que j'ai constaté, c'est qu'en restant dans le domaine tempéré, le coup de Pest/Phiv fonctionne très bien (dans beaucoup de cas) pour délimiter les climats continentaux.

Je ne dis pas qu'Aralsk n'est pas une ville à forte continentalité ! Je dis simplement qu'on ne peut pas la faire rentrer dans le "climat continental" qui est un climat du domaine tempéré.

De plus, je pense que tu te trompes sur l'analyse de la physionomie du climat d'Aralsk lorsque tu dis que la sécheresse d'Aralsk est la conséquence de l'influence maritime très faible. En effet, je le répète, la sécheresse estivale à Aralsk est justement contraire à ce qu'il se passe en climat continental. Cette sécheresse estivale est exactement contraire à la dynamique des climats continentaux qui, eux, connaissent justement les plus fortes précipitations en saison lumineuse (en été, si on veut) grâce à la forte convection thermique permettant la formation de nuages cumuliformes favorisant les précipitations. Or à Aralsk, cet convection thermique est coupée par un phénomène qui n'a absolument rien à voir avec la continentalité : il s'agit de la subsidence induite par la jonction entre les cellules de Hadley et de Ferrel. Cette subsidence se produisant d'ailleurs bien plus souvent et plus intensément au-dessus des zones maritimes !

De plus, les hivers à Aralsk sont plus humides que les étés : ça aussi, c'est contraire à ce qu'il se passe en climat continental : ici, l'anticyclone thermique sibérien (induit par le refroidissement puissant de cette grande zone continentale) n'est pas suffisamment fort pour contrer les influences pseudo-méditerranéennes (maritimes, donc) qui se propagent par le biais de l'axe méditerranée-Mer Noire-Mer Caspienne.

Bref pour résumer, la sécheresse d'Aralsk est surtout due à la grande sécheresse de l'été, mais celle-ci n'est pas due à la continentalité. Bien sûr que l'éloignement des mers joue beaucoup sur la sécheresse globale, mais les phénomènes en cause n'ont justement que peu à voir avec les phénomènes qui règnent dans les régions au climat continental (donc en domaine tempéré, et non aride).

C'est pour cette raison qu'à mon avis, on ne peut pas appeler ce climat "climat continental".

Je pense que tu commets une vraie faute de raisonnement : tu pars du postulat "les hivers à Aralsk sont plus humides que les étés : ça aussi, c'est contraire à ce qu'il se passe en climat continental" et tu affirmes que de ce fait Aralsk n'a pas un climat continental, or c'est ton propre indice (qui je pense est très pertinent et qui colle bien au sens littéral du mot "continental = éloigné de toute influence océanique") qui affirme le contraire. Et précisément je pense que dans les climats plus "nordiques" à pluies d'été que tu qualifies de vraiment continentaux le sont moins car, connaissant des pluies d'été, ils subissent donc une certaine influence océanique en cette saison lorsque l'anticyclone de Sibérie disparait et laisse libre cours aux flux océaniques pour envahir et arroser le continent.

Ce phénomène ne se produit pas à Aralsk plus au sud, l'anticyclone de Sibérie qui disparait en été est alors relayé par le décalage des cellules de Hadley pour barrer la route aux influences océaniques.

C'est pour ceci que je qualifierai le climat d'Aralsk (et celui de l'asie centrale en général) comme le climat continental le plus pur de la planète, un modèle du genre, un peu comme le climat des iles Crozet au sein de l'océan antarctique par exemple.

Désolé Mottoth de perturber le sujet avec ces débats mais de toutes façons, l'étude récente de Samarkande que tu viens de poster induit le même débat.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je pense que tu commets une vraie faute de raisonnement : tu pars du postulat "les hivers à Aralsk sont plus humides que les étés : ça aussi, c'est contraire à ce qu'il se passe en climat continental" et tu affirmes que de ce fait Aralsk n'a pas un climat continental, or c'est ton propre indice (qui je pense est très pertinent et qui colle bien au sens littéral du mot "continental = éloigné de toute influence océanique") qui affirme le contraire.

Mais Yves, mon indice de continentalité ne permet pas de définir ni de délimiter à lui seul les régions au climat continental : il peut y avoir des coins dans le monde dont l'indice de continentalité est très fort et dont l'appellation du climat ne peut pourtant pas être "climat continental" (coeur du Sahara par ex). Et au contraire, des coins dans lesquels cet indice de continentalité est modeste, mais qui appartiennent pourtant à ce "climat continental". Je le répète, le "climat continental" (cette appellation) fait partie des climats du domaine tempéré, ce qui n'est pas le cas d'Aralsk. Je n'y peux rien ! À moins que, et tu en as parfaitement le droit, tu n'adhères pas à cette répartition mondiale en 4 grands domaines (incluant donc le domaine aride) établie par Köppen. Tu peux donc très bien, si tu le souhaites, définir un climat "continental aride". Mais dans ce cas, il faut passer par une autre classification climatique, tu pourrais même en proposer une également.
Et précisément je pense que dans les climats plus "nordiques" à pluies d'été que tu qualifies de vraiment continentaux le sont moins car, connaissant des pluies d'été, ils subissent donc une certaine influence océanique en cette saison lorsque l'anticyclone de Sibérie disparait et laisse libre cours aux flux océanique pour envahir le continent.

Ce phénomène ne se produit pas à Aralsk plus au sud, l'anticyclone de Sibérie qui disparait en été est alors relayé par le décalage des cellules de Hadley pour barrer la route aux influences océaniques.

C'est pour ceci que je qualifierai le climat d'Aralsk (et celui de l'asie centrale en général) comme le climat continental le plus pur de la planète

Les pluies d'été en climat continental ne sont que très peu le fait d'incursions de dépressions océaniques. Non, en très grande majorité, les pluies estivales des climats continentaux sont des pluies issues de l'instabilité thermo-convective. Cette sécheresse estivale dont tu parles n'a rien à voir avec la continentalité, crois-moi ! L'air sec et chaud résultant des cellules anticycloniques subtropicales (elles-même résultant de la subsidence induite par la jonction entre Hadley et Ferrel) n'a rien à voir avec la continentalité ! Rien ! Non, si cet air est sec et chaud, c'est parce que c'est de l'air qui provient de très haute altitude et qui est forcé à redescendre (subsidence), et de ce fait, cela provoque une compression adiabatique, et donc, en descendant, cet air se réchauffe et s'assèche fortement. Or ce phénomène est l'exact inverse de l'instabilité thermo-convective.D'ailleurs, même en plein Atlantique Nord ou en plein Pacifique Nord, l'été, cet anticyclone "subtropical" règne en maître absolu sur ces régions on-ne-peut-plus océaniques : il n'y pleut pas du tout ! Tu vois bien qu'il n'y a aucune corrélation entre la continentalité et cette sécheresse estivale.

Mais je le répète, tu peux très bien, si tu le veux (et je comprends tout à fait ton point de vue) définir une appellation "climat continental" uniquement à partir du seul critère thermique (donc de l'indice de continentalité). C'est juste une question de définition.

ps : excuse, mottoth ! wink.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut à tous,

Pour Samarcande j'ai pu voir que le climat y était considéré par beaucoup comme une variante du climat mediterranneen. J'avoue avoir été surpris de le trouver à cet endroit là, mais cela peut sembler compréhensible dès lors que l'on sait que la région est cernée par des déserts plus au sud (Iran) et à l'ouest, et un climat tempéré, ici continental, au nord est.

Par contre, il est vrai que la forte amplitude thermique entre hiver et été amène à s'interroger.

Crabo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut à tous,

Pour Samarcande j'ai pu voir que le climat y était considéré par beaucoup comme une variante du climat mediterranneen. J'avoue avoir été surpris de le trouver à cet endroit là, mais cela peut sembler compréhensible dès lors que l'on sait que la région est cernée par des déserts plus au sud (Iran) et à l'ouest, et un climat tempéré, ici continental, au nord est.

Par contre, il est vrai que la forte amplitude thermique entre hiver et été amène à s'interroger.

Crabo

Tout simplement parce qu'il faut vraiment s'enlever de la tête que sécheresse estivale = climat méditerranéen. "Nous" faisons ce rapprochement beaucoup trop facilement, à tort : on vient de le voir avec Türkmenbashi et Aralsk.J'obtiens, pour Samarcande, Ihe = -41 : étés très secs. Ils sont même chauds à très chauds malgré l'altitude, et extrêmement ensoleillés. Bref, les étés y sont effectivement de type méditerranéen. on peut dire cela.

Quant à l'indice d'humidité annuel, celui-ci vaut IhA = -50, autrement dit, selon mon approche, Samarcande possède une végétation (de climax) associée à un climat semi-aride (de peu, car la semi-aridité est atteinte à partir et en-deçà de -45). Mais même si IhA avait été légèrement supérieur à -45, càd même si Samarcande faisait partie du domaine tempéré (elle n'en est vraiment pas loin : certains diront qu'elle en fait partie, d'autres non, mais ce n'est pas important), elle ne pourrait pas être considérée méditerranéenne à cause de (à mon avis) :

- l'amplitude thermique annuelle bien trop élevée (près de 25°c, alors que les amplitudes de climat méditerranéens sont comprises entre 12 et 20°c selon moi)

- nuits d'hiver trop froides (Tnm janvier < 0°c)

Alors, me direz-vous, si le climat y était tempéré mais pas méditerranéen, il serait donc continental...?

Eh bien là encore, chacun voit midi à sa porte. En d'autres termes : pourquoi pas. En considérant, là encore, que seul compte le critère thermique (à savoir l'amplitude thermique annuelle, ou bien plus précisément l'indice de continentalité qui vaut d'ailleurs C=0.58).

Mais pour ma part, je préfère en premier lieu analyser la physionomie du régime pluviométrique. À Samarcande, on constate qu'en dépit d'un léger creux hivernal (dû à l'influence assez modérée de l'anticyclone de Sibérie, donc une influence typiquement continentale), les précipitations en saison lumineuse sont nettement plus faible que celles de la saison sombre. Autrement dit, nous sommes ici dans la zone extra-continentale, c'est à dire que les influences du "substrat" (donc de l'environnement, du sol, de la position géographique pourtant très continentale) sont plus faibles que les influences atmosphériques extra-continentales (comme la sécheresse de l'été qui est justement l'opposé de la dynamique thermo-convective estivale continentale, et la présence de précipitations hivernales marquées, d'origine maritime).

Du coup, je ne parlerais toujours pas de climat continental, mais d'un climat semi-aride substeppique, à la limite du climat steppique méridional.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour à tous

Bien intéressante la comparaison Turkmebashi/Samarkand, même latitude, même ensoleillement, même régime pluviométrique, même amplitude thermique, c'est juste la présence des montagnes qui renforce un peu les précipitations et qui permet de "sortir" du domaine aride (selon Köppen).

Selon moi, il s'agit bien d'un climat "méditérranéen continental" le sens du mot "méditérranéen " n'étant plus à prendre au sens littéral "riverain de la Méditerranée" mais au sens de "sec en été", la cause de la secheresse estivale n'ayant rien à voir avec l'influence maritime, d'ailleurs Samarkand est très éloigné de la mer y compris la mer Caspienne, le décalage des cellules de Hadley vers le nord est la seule cause de cette sécheresse.

Cette influence "méditérranéenne" s'étend encore plus loin vers le sud-est puisqu'elle existe encore à Srinagar qui présente une pluviométrie répartie sur toute l'année, "croisement" du climat de mousson et du climat méditérranéen.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

surement que certains vont être froissé mais plus on parcourt les fiches climatiques de Mottoh plus le sens des climats devient flou pour moi.

Je trouvais bon le raisonnement de Yves concernant l'attribution du domaine climatique continentale aux seuls zones recevant un maximum de pluie en été ( plaines polonaises à l'ouest russe pour simplifier) comme trop "exculsive" .

En somme si par exemple les pluie printanières ( de saison thermiquement équivalente aux été polonaises) pouvaient être concidérée comme facteur de continentalité alors cela aurait pu simplifier pas mal les choses.

Car là on arrvie à assimiler des zones extra-mediterranéenne comme ayant cette caractéristique première.

pourquoi pas admettre un nouveau type de climat continental

méridionnal

:

maximale pluvio à proximité de l'été( pour ne pas désigner le printemps)

amplitude thermique annuelle forte

sous influence de circulations dépressionnaires hivernale zonales

d'origine Atlantique et courant sur une étendu qui dépasse de loin le seul pourtour méditerranéen.

Ce n'est pas pour mettre en doute tout les travaux des climatologues passés et présents mais si ça peut simplifier la compréhension pourquoi ne pas s'y attarder un peu?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Encore merci mottoth pour ces présentations pointues et précises. C'est un plaisir de feuilleter les pages, et de passer d'un coin du monde à l'autre. Vous êtes en Asie centrale, vers où on va maintenant ?

Sinon, quelques suggestions, à moins que vous y ayez pensé (?), ce serait sympa de se rediriger vers des climats polaires: je vois que vous n'avez jamais été au Canada, a Groenland, alors pourquoi pas

-Alert

-Nuuk

-Thulé

-Illulisat

-Resolute

ou Antarctique ce serait sympa Amundsen scott.

Et je serais curieux de voir Sapporo, au nord du japon, qui est très enneigé l'hiver je crois (?).

Et des sites très ventés pourquoi pas ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sinon, quelques suggestions, à moins que vous y ayez pensé (?), ce serait sympa de se rediriger vers des climats polaires: je vois que vous n'avez jamais été au Canada, a Groenland, alors pourquoi pas

-Alert

-Nuuk

-Thulé

-Illulisat

-Resolute

ou Antarctique ce serait sympa Amundsen scott.

Et je serais curieux de voir Sapporo, au nord du japon, qui est très enneigé l'hiver je crois (?).

Et des sites très ventés pourquoi pas ?

Les données sont bonnes pour le Groenland, c'est sur ma "to-do list"... je pense faire le Spitzberg aussi. Par contre on oublie le Canada ou les USA, leurs synops sont inexploitables pour ce genre de travail. Pour l'Antarctique c'est au cas par cas, je verrais ce que je peux faire.Vu que je n'ai jamais trouvé comment exploiter et intégrer les données de vent dans mes fiches l’intérêt d'étudier une station juste pour ce paramètre est limité.

Quand à Sapporo la fiche est prête depuis presque un an, il faut que je trouve le temps de la poster c'est tout. Aujourd'hui y'aura une nouvelle mise à jour, mais ce n'est pas encore au tour du Japon.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

#65. Moscou.

 

Dans la tête des nombreux hivernophiles présents sur ce forum Moscou représente un petit mythe, à la fois relativement accessible (seulement 3h de vol de Paris) et pas trop extrême. Attardons nous un peu donc sur la capitale russe, et notamment ses fameux hivers.

27612_map0.jpg

 

27612_dem.jpg

 

La station synoptique est situé à coté du musée de l'Air et de l'Espace, dans une zone moyennement urbanisée à 9kms au nord du centre-ville. Sur la première carte j'ai localisé les 3 principaux aéroports moscovites, qui sont nettement plus campagnards et ne doivent pas être confondus avec la station synoptique:

27612_map1.jpg

 

27612_map2.jpg

 

Vue vers le sud:

27612_map3.jpg

 

27612_Moskva_A_v7.36.png

 

Sans surprise c'est un climat continental à été tempéré (Dfb de Köppen). Les vilaines courbes de t° trahissent les tendances persistantes de ce début de 21e siècle: débuts d'été pourris (juin) mais souvent très chaud ensuite (juillet), début d'hivers trop doux avant une normalisation tardive en février.

 

Le climat continental de la Russie d'Europe se distingue des autres climats continentaux (Canada, Siberie...) par la prédominance du temps gris en hiver: que ce soit lors de redoux perturbés sous le zonal atlantique ou par d'humidité piégée en basse couche sous un anticyclone, le temps est la plupart du temps couvert et l’ensoleillement très faible. Seuls les épisodes froids marqués par les invasion d'air arctique sont garants de beau temps en hiver.

En été l'humidité est souvent forte, et de forts Td de 20°c ou plus surviennent bien plus fréquemment que chez moi à Lyon par exemple.

 

EDIT 08/12/2014: ajout des tableaux horaires et des roses des vents. La stations est vraiment très cloisonnée en ce qui concerne le vent.

27612_Moskva_B_v7.36.png

 

27612_Moskva_C_v7.36.png

 

 

Comme les centiles de pression et de t° le suggèrent, la variabilité du temps est très forte et il est difficile de trouver un mois dans les normes: le temps oscille le plus souvent entre deux extrêmes, à savoir plutôt beau et anticyclonique mais franchement froid ou doux et gris sous l'influence du zonal atlantique.

Voici l'hiver 2001-2002, au final bien dans les normes grâce à l'équilibre obtenu entre le temps froid sibérien principalement en première moitié d'hiver puis un temps doux océanique à partir du 10/1.

27612_DEC01_FEB02.png

 

Un petit exemple de mois d'avril, avec la fonte des neiges et les dernières bonnes gelée en début de mois:

27612_APR05.png

 

 

Eté 2012: normal à tous points de vue, avec de la chaleur sans excès et quelques périodes plus fraiches et maussades.

27612_JUN_AUG12.png

 

 

Bonus: l'exceptionnel été, dont on estime que la canicule combinée aux fumées de feu de forêts/tourbières a causé une sur-mortalité de 50000 en Russie. Les t° moyennes du mois de juillet à Moscou sont du même ordre que les normales de Tunis en été:

27612_JUL_AUG10.png

 

 

L'automne est une saison morne, dominée par la grisaille. En octobre les premiers flocons font normalement leur apparition, bien avant le début de l'enneigement continu en décembre. On enregistre normalement aussi la ou les premières journées froides (forte gelée, par de dégel) en dernière décade. L'année 2003 en fournit un très bon exemple:

27612_OCT03.png

 

 

La suite du voyage nous fera prendre le Transsibérien wink.png

 

Modifié par mottoth
Ajout de la carte topo, remise à jour

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Selon moi, il s'agit bien d'un climat "méditérranéen continental" le sens du mot "méditérranéen " n'étant plus à prendre au sens littéral "riverain de la Méditerranée" mais au sens de "sec en été"

Si tu veux, c'est une façon de voir les choses, et je la comprends, la logique du raisonnement est là. Mais je n'y adhère pas pour ces deux raisons :- selon moi, on ne détermine pas un climat à l'aide d'une seule saison. Il faut nécessairement considérer l'ensemble de l'année.

- de plus, je pense que le climat méditerranéen doit nécessairement être un climat "identique" (même physionomie climatique et bioclimatique) à celui qu'on retrouve... dans le bassin éponyme ! Dans cette optique, un climat qui n'est pas identique et qui est géographiquement éloigné de la Méditerranée ne peut pas être qualifié "méditerranéen".

C'est la raison pour laquelle parler de climat steppique (pour une zone géographique d'ailleurs aussi étendue) pour l'Asie mineure me paraît plus approprié.

Mais encore une fois, chacun son point de vue !

la cause de la secheresse estivale n'ayant rien à voir avec l'influence maritime, d'ailleurs Samarkand est très éloigné de la mer y compris la mer Caspienne, le décalage des cellules de Hadley vers le nord est la seule cause de cette sécheresse.

Je n'ai jamais dit le contraire...smile.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   1 membre est en ligne