Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Sign in to follow this  
Aleksi

Tendance Eté 2011

Recommended Posts

Posted

Location : St Georges sur Loire (49), 15 km à l'ouest d'Angers.

Justement non Dudule, en fait la situation est tellement hétérogène qu'on ne peut même pas dire que cela s'est amélioré dans telle grande région et pas dans telle autre. Par exemple pour Williams qui a posté un peu auparavant, lui a l'impression que la situation s'est arrangée dans le SO (valeur de chez lui à l'appui), mais reste mauvaise dans le NO.

La réalité, c'est que la situation peut varier du tout au tout d'un département à un autre, quelle que soit la région (SO, NE...).

Regardons par exemple dans le NO, avec la Haute Normandie : j'ai pris l'exemple du département de Liej, la Seine Maritime, où avec plus de 100mm à Rouen on ne peut pas dire que la situation soit vraiment mauvaise. Mais si on regarde la station d'Evreux, dans le département voisin de l'Eure, on n'est qu'à 35mm pour juin, et on n'atteint même pas les 75mm sur les quatre derniers mois, d'où une situation restant sérieuse. En Bretagne, Brest approche les 100mm depuis le début du mois, valeur que Rennes n'atteint pas et de loin depuis le 1er mars.

On a des oppositions de ce type dans toutes les régions. Dans le SO, on dépasse parfois les 80mm depuis le début du mois comme chez Williams, alors qu'on est à peine au quart de cette valeur à Bordeaux. Dans le CO, pendant que La Rochelle ou Angers sont en "panne sèche", La Roche sur Yon approche les 70mm.

On ne peut en réalité faire aucune généralisation du type "ca va mieux dans le CE mais cela ne s'arrange pas dans le NO", la situation étant bien trop hétérogène.

Sinon, on peut prendre le document officiel de Liej, et contrairement à lui le lire pour en tirer des conclusions. Lorsque la date d'abrogation est en noir, c'est qu'il s'agit d'une date butoir (le plus souvent fixée en fin d'été ou début d'automne), à laquelle on réexaminera (normalement) la situation. La réalité étant que souvent, on réexamine bien après la date - problèmes de personnels dans les préfectures mais ça c'est un autre débat.

Donc, lisons ensemble ce document :

- Première page, il n'y a que deux mesures qui ont été abrogées, et l'abrogation concernant l'Ariège date de début mai et n'a donc rien à voir avec la situation actuelle - pour la suite je ne compterais pas les abrogations anciennes. Il n'y a que l'abrogation dans l'Aude qui est récente, mais cela n'a rien d'étonnant puisque l'on sait que la sécheresse ne concerne pas les régions méditerranéennes. Par contre, une nouvelle mesure s'est ajoutée ce mois-ci (Aube). On peut noter la mesure qui concerne le département du Cantal : la date de fin de l'arrêté est dépassée mais la préfecture n'a pas notifié l'arrêt de ces mesures - en général cela vaut prolongation le temps de signer un nouvel arrêté.

Bilan de la page : 10 mesures prolongées, une rajoutée, une abrogée

- Deuxième page, c'est un peu moins lisible si on regarde sans trop se plonger dedans, mais il y a de tout : des abrogations définitives, des suspensions temporaires, des abrogations pour rehaussement des mesures (Charente Amont par exemple : mesure de niveau 1 abrogée le 19/05 pour mise en place le même jour de mesures de niveau 3). Beaucoup de mesures avec dépassement de la date limite de l'arrêté, mais sans notification de fin réelle des mesures, en général cela sous-entend leur maintien jusqu'à nouvelle signature.

Bilan de la page : 15 mesures prolongées - dont 7 avec des suspensions partielles arrivées à leur terme et en attente de MAJ, 6 abrogées

- Troisième page, c'est un peu brouillon aussi, on a un certain nombre de mesures arrivées à leur terme, mais la préfecture a dans les délais signé de nouveaux arrêtés qui prolongent, et souvent durcissent les mesures. En cas de simple prolongement on va compter "mesure prolongée", en cas de durcissement "mesure rajoutée", et inversement en cas d'assouplissement.

Bilan de la page : 11 mesures prolongées, 16 rajoutées, 1 abrogée

Je ne vais pas m'amuser à faire le décompte pour les 23 pages, sur les trois premières j'arrive à 36 mesures prolongées depuis avril ou mai, 17 rajoutées depuis le début du mois, contre 6 abrogées. Cela doit être ça, la situation LARGEMENT améliorée de Liej.

Je synthétisais d'une manière assez globale. Effectivement certains secteurs de l'Ouest peuvent mieux s'en sortir que certains coins du NE par exemple -grâce aux orages notamment- mais si l'on veut résumer simplement il faut bien avouer que l'ouest (surtout le Centre-Ouest) est souvent passé au travers.

Ceci dit je suis ok avec toi sur ton post. default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">

Share this post


Link to post
Share on other sites

On dit que la prévision était mauvaise. On reconnait qu'on a eu tord et qu'il y a encore des progrès à faire dans le domaine. default_thumbup.gif

Si tu connais d'autres moyens tangibles d'établir une tendance à trois mois, je suis preneur default_flowers.gif

Je ne dis pas que j'en connais, et je ne suis pas sûr qu'il en existe... default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20">

Mon opinion, c'est que la persistance donne (et doit donner) les meilleurs résultats, en tous cas explicables. C'est valable à plusieurs échelles, au risque qu'elles ait un "effet" contradictoire.

La persistance du réchauffement climatique (totalement justifiée)

La persistance du cycle long de la NAO (60 ans) (assez justifiée)

La persistance des fréquences passées (assez justifiée, le climat ne va pas changer du jour au lendemain) : ça concerne le signe d'une anomalie, son intensité, sa durée.

Il ne s'agit pas de dire qu'on sait le poids qu'aura chaque influence, mais qu'on peut construire des probabilités à partir de çà.

Ca marche d'autant mieux si on détecte une forte anomalie à cette persistance, c'est que la compensation, parfois brutale, augmente en probabilité. Exemple : le printemps 2011 en forte NAO+ après une année 2010 très anormalement NAO-.

Et enfin, mais de façon indirecte, la connaissance d'une perturbation comme le volcanisme, le Soleil, la sécheresse, si ce sont des perturbations importantes.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : 60300 Senlis, 61170 Marchemaisons

Sur le Parisien/ Aujoud'hui de ce jour, il y a une page concernant la vague de chaleur du weekend avec notammement à la fin de l' article la précision suivante les prévisions saisonnières de Frédéric Decker.

Au-delà de ces quelques jours caniculaires, les prévisions saisonnières tablent sur un « été plus chaud que la normale ». « En juillet et en août, notamment au nord, nous attendons un temps très sec et des températures au-dessus de la moyenne », résume Frédéric Decker, prévisionniste à Meteo News.

Il y a également un encart qui parle de la sécheresse:

"Si ces pluies sont loin d'avoir mis fin à la sechersse des sols, elles n'ont eu aucun effet sur l'état des nappes phréatiques.Chez Météo France comme au Bureau de recherche géologique et minière(BRGM), on avance le même argument:<><>

J'espère qu'au moins liej76 et satjel passeront par ici pour lire ces articles.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sur le Parisien/ Aujoud'hui de ce jour, il y a une page concernant la vague de chaleur du weekend avec notammement à la fin de l' article la précision suivante les prévisions saisonnières de Frédéric Decker.

Au-delà de ces quelques jours caniculaires, les prévisions saisonnières tablent sur un « été plus chaud que la normale ». « En juillet et en août, notamment au nord, nous attendons un temps très sec et des températures au-dessus de la moyenne », résume Frédéric Decker, prévisionniste à Meteo News.

Il y a également un encart qui parle de la sécheresse:

"Si ces pluies sont loin d'avoir mis fin à la sechersse des sols, elles n'ont eu aucun effet sur l'état des nappes phréatiques.Chez Météo France comme au Bureau de recherche géologique et minière(BRGM), on avance le même argument:<><>

J'espère qu'au moins liej76 et satjel passeront par ici pour lire ces articles.

Je suis absolument d'accord avec Fred Decker. La situation devrait être difficile dans le nord de la France, avec une stagnation de HP sur la Manche (voir certains runs ce matin -nogaps en particulier-).

Moins d'inquiétudes pour le sud il est vrai (sauf par les orages !).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis absolument d'accord avec Fred Decker. La situation devrait être difficile dans le nord de la France, avec une stagnation de HP sur la Manche (voir certains runs ce matin -nogaps en particulier-).

Moins d'inquiétudes pour le sud il est vrai (sauf par les orages !).

Pas d'accord. Sur les runs d'aujourd'hui, ce que je vois surtout c'est que les hautes pressions restent bien ancrées sur les Açores et le Nord ne serait pas si protégé que cela. C'est aussi ce que semble indiquer Frédéric Decker dans ses prévisions météo. Maintenant, cela reste à voir car c'est toujours assez indécis à plus longue échéance. Je trouve que les tendances météo sont très incertaines après jeudi (surtout au nord).

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

Pas d'accord. Sur les runs d'aujourd'hui, ce que je vois surtout c'est que les hautes pressions restent bien ancrées sur les Açores et le Nord ne serait pas si protégé que cela. C'est aussi ce que semble indiquer Frédéric Decker dans ses prévisions météo. Maintenant, cela reste à voir car c'est toujours assez indécis à plus longue échéance. Je trouve que les tendances météo sont très incertaines après jeudi (surtout au nord).

Mais que vient faire une tendance à 96 heures dans les prévisions saisonnières. default_confused1.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mais que vient faire une tendance à 96 heures dans les prévisions saisonnières. default_confused1.gif

Je ne faisais que répondre à Kaktus qui parlait également des runs et notamment ceux de Nogaps pour la fin de semaine et début de la suivante.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne faisais que répondre à Kaktus qui parlait également des runs et notamment ceux de Nogaps pour la fin de semaine et début de la suivante.

Mais pas dans le sens où tu le fais passer.

Je soulignais juste le fait d'une jonction AA/HP scandinaves durable, qui plongerait le nord de notre pays sous la sécheresse mais laisserait se développer des gouttes froides ibériques.

Ces synoptiques reviennent régulièrement dans nos modèles mais ne sont encore jamais réalisées. A mon avis, ça ne saurait tarder !

Le CFS est éloquent en ce sens et confirme depuis toujours les dires de Fred Decker avec un billet juillet/août bien humide en Espagne/ sud-est ... et la disette au nord.

Ce n'est qu'un avis mais puisqu'on parle de la banquise, ce n'est pas forcément une bonne nouvelle car cela signifie que les HP pourraient monter très facilement aux hautes latitudes (la fonte de la glace a été rapide ces derniers temps). C'est plutôt le nord du Canada qui est concerné actuellement (et par contre-coup le temps est minable plus au sud, Québec en particulier default_thumbdown.gif ).

Ces pulsions devraient se poursuivre sauf que cette fois, ça serait pour notre poire (+ GB bien sûr).

C'est bien sûr seulement mon avis, à débattre.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Frontonas (230 m)

G. Séchet a "changé d'avis" récemment, après avoir annoncé un été plus (voire bien plus) chaud que la normale, on se dirige maintenant vers un été somme toute classique et même un poil plus humide que la normale : http://www.meteo-par...aisonnieres.php

à noter que cela fait 2 réactualisations que ses prévis sont quasi identiques, un gage de fiabilité ? en tout cas les prévis à court terme lui donnent plutôt raison

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

Oui mais sutout il ne se mouille pas.

"Si cette fin juin marque un nouveau virage avec le retour de la chaleur, il semble que l'été 2011 sera assez “classique” : alternance de périodes de temps chaud et ensoleillé avec des périodes un peu plus fraîches et plus humides. Les cartes de simulation des anomalies de pluies et de températures sur l'Europe ne privilégient aucun scénario (pas d'été “pourri” ni d'été caniculaire). Nous verrons si cette option restera valable dans les prochaines semaines car la fiabilité de ce type de prévisions à long terme nous a récemment réservé quelques surprises."

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui mais sutout il ne se mouille pas.

"Si cette fin juin marque un nouveau virage avec le retour de la chaleur, il semble que l'été 2011 sera assez "classique" : alternance de périodes de temps chaud et ensoleillé avec des périodes un peu plus fraîches et plus humides. Les cartes de simulation des anomalies de pluies et de températures sur l'Europe ne privilégient aucun scénario (pas d'été "pourri" ni d'été caniculaire). Nous verrons si cette option restera valable dans les prochaines semaines car la fiabilité de ce type de prévisions à long terme nous a récemment réservé quelques surprises."

Oui, j'aime beaucoup les prévisions de G Sechet pour le court terme.

Pour le long terme, en été.... et bien les fiabilités chez lui comme chez d'autres ne dépassent pas 50%... Tous les ans on est dans des revirements de situations...

Pour ne pas se mouiller, ça c'est ne pas se mouiller !default_thumbup.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites

Juin 2011 sera donc surement classé au rang des mois de Juin chaud. Il n'aura pas pourtant dans l'ensemble été exceptionnelle à part en fin de mois mais sa fait la différence. Je trouve au 26/06 inclus une anomalie de +0.42°c on devrait atteindre +1.00°c d'anomalie environ à l'image de l'an dernier.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Juin 2011 sera donc surement classé au rang des mois de Juin chaud. Il n'aura pas pourtant dans l'ensemble été exceptionnelle à part en fin de mois mais sa fait la différence. Je trouve au 26/06 inclus une anomalie de +0.42°c on devrait atteindre +1.00°c d'anomalie environ à l'image de l'an dernier.

Peut-être mais dans le détail on notera un temps un peu plus frais que la moyenne sur le nord-ouest du pays, en particulier en Manche. Paris, ce serait dans une moindre mesure mais quand même en léger déficit en ne tenant compte que des Tx. Bref, cela reste un peu à l'opposé des tendances saisonnières qui projetaient pour ce mois de juin un temps plus chaud et plus sec que la moyenne surtout au nord alors que le sud devait connaître des valeurs plus de saison.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Juin 2011 sera donc surement classé au rang des mois de Juin chaud. Il n'aura pas pourtant dans l'ensemble été exceptionnelle à part en fin de mois mais sa fait la différence. Je trouve au 26/06 inclus une anomalie de +0.42°c on devrait atteindre +1.00°c d'anomalie environ à l'image de l'an dernier.

Oh, oui, sûrement default_thumbup.gif

Je dirais même plus, sur les dernière 48h, +10°C.

C'est la catastrophe, on va tous mourir .............. default_w00t.gif

Plus sérieusement, ce printemps et cet été seront assez significatifs si la saison chaude est, comme je le pense, assez "normale", voire plutôt fraiche et humide, car elle nous emmènerait vers une stabilité des températures remarquables.

De avril à septembre les moyennes mensuelles seraient quasi identiques.

Pour les précipitations c'est pareil, alors que les "normales" baissent depuis mai, les précipitations, elles, augmentent, et ça pourrait continuer encore sur cette tendance.

Un peu le monde à l'envers, les saisons sens dessus dessous.

C'est fou ÇA, hein ? default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20"> ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Peut-être mais dans le détail on notera un temps un peu plus frais que la moyenne sur le nord-ouest du pays, en particulier en Manche. Paris, ce serait dans une moindre mesure mais quand même en léger déficit en ne tenant compte que des Tx. Bref, cela reste un peu à l'opposé des tendances saisonnières qui projetaient pour ce mois de juin un temps plus chaud et plus sec que la moyenne surtout au nord alors que le sud devait connaître des valeurs plus de saison.

Oui c'est vrai qu'il y a des disparités notamment au niveau du NO qui passe souvent à coter même lors d'été très chaud comme 2009 ou les T° ont été dans l'ensemble très limite pour la saison là-bas. Sinon l'ensoleillement n'aura pas été terrible non plus notamment à l'est mais les derniers jours de juin j'espère remonteront un peu le déficit.

Je me suis gourer pour les prévisions je pensais sincèrement que Juin serait bien plus chaud mais en ce qui concerne les orages il aura été assez orageux tout de même grâce au GA qui a permis de la circulation d'anomalie basse à nos latitudes mais il y a eu mieux c'est clair en terme d'orage.

Oh, oui, sûrement default_thumbup.gif

Je dirais même plus, sur les dernière 48h, +10°C.

C'est la catastrophe, on va tous mourir .............. default_w00t.gif

Plus sérieusement, ce printemps et cet été seront assez significatifs si la saison chaude est, comme je le pense, assez "normale", voire plutôt fraiche et humide, car elle nous emmènerait vers une stabilité des températures remarquables.

De avril à septembre les moyennes mensuelles seraient quasi identiques.

Pour les précipitations c'est pareil, alors que les "normales" baissent depuis mai, les précipitations, elles, augmentent, et ça pourrait continuer encore sur cette tendance.

Un peu le monde à l'envers, les saisons sens dessus dessous.

C'est fou ÇA, hein ? default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20"> ;)

Je vais pas m'éterniser sur ton cas ou même en te prouvant que 1+1=2 tu ne voudrais rien entendre. Bon rien que sur la journée d'hier l'anomalie s'est creusé de +0.25°c je te laisse imaginer l'impact de ce violent coup de chaud qui va encore durer deux jours notamment sur la moitié est ne t-en fait pas tu ne l'aura pas ton Juin "normal" il sera chaud. default_thumbup.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, j'aime beaucoup les prévisions de G Sechet pour le court terme.

Pour le long terme, en été.... et bien les fiabilités chez lui comme chez d'autres ne dépassent pas 50%... Tous les ans on est dans des revirements de situations...

Pour ne pas se mouiller, ça c'est ne pas se mouiller !default_thumbup.gif

Il faut voir aussi que plus les prévisions sont à long terme moins elles sont fiables ce qui est logique.

Justement personne a un taux de réussite qui atteind les 50% pour les prévisions saisonnières sauf la NOAA (CFS) et Science & Climat (Florent76)qui les atteind tout juste comme on peut le constater sur mon bilan des prévisions saisonnières que je fais depuis 4 ans : http://la.climatologie.free.fr/prevision-saisoniere.xls

Williams

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mais pas dans le sens où tu le fais passer.

Je soulignais juste le fait d'une jonction AA/HP scandinaves durable, qui plongerait le nord de notre pays sous la sécheresse mais laisserait se développer des gouttes froides ibériques.

Ces synoptiques reviennent régulièrement dans nos modèles mais ne sont encore jamais réalisées. A mon avis, ça ne saurait tarder !

Le CFS est éloquent en ce sens et confirme depuis toujours les dires de Fred Decker avec un billet juillet/août bien humide en Espagne/ sud-est ... et la disette au nord.

Effectivement, selon ce modèle saisonnier, une anomalie sèche et chaude se dessinerait pour le nord de la France alors que l'Ibérie conserverait un temps instable et relativement frais (la canicule qui y sévit ne semble donc pas avoir d'impact sur ces simulations, comme le suggérait treizevents). Côté températures, les écarts restent en revanche peu significatifs (< 1°C).D'une manière générale, j'ai l'impression qu'on repart en arrière (car scénario vu depuis longtemps) après une phase d'indécision où du point de vue thermique la copie restait blanche.

euPrecMon.gif

euT2mMon.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites

Effectivement, selon ce modèle saisonnier, une anomalie sèche et chaude se dessinerait pour le nord de la France alors que l'Ibérie conserverait un temps instable et relativement frais (la canicule qui y sévit ne semble donc pas avoir d'impact sur ces simulations, comme le suggérait treizevents). Côté températures, les écarts restent en revanche peu significatifs (< 1°C).

D'une manière générale, j'ai l'impression qu'on repart en arrière (car scénario vu depuis longtemps) après une phase d'indécision où du point de vue thermique la copie restait blanche.

euPrecMon.gif

euT2mMon.gif

Oui mais j'accorde relativement peu de confiance à ce scénario. CFS a continué à nous modéliser sans sourciller des conditions similaires durant tout le mois de juin alors que la péninsule ibérique croulait sous la chaleur et les perturbations régnaient justement sur le nord. Enfin, sur les prévisions à très long terme, l'AA conserverait toujours ses racines vers les Açores. Et le mois de juillet commencera alors à être bien entamé. Il me semble bien que CFS a oublié de se réactualiser default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" width="20" height="20">

Plus sérieusement, ce mois de juillet pourrait peut-être être un peu plus agréable que juin sur le nord-ouest et les côtes de la Manche (qui, il faut bien l'avouer, n'ont pas vraiment été gâtées dernièrement)avec des hautes pressions parfois un peu plus proches. Mais,en l'état actuel des choses, j'ai du mal à entrevoir la mise en place d'un blocage anticyclonique sur le nord de l'Europe.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Enfin, sur les prévisions à très long terme, l'AA conserverait toujours ses racines vers les Açores. Et le mois de juillet commencera alors à être bien entamé.

Il arrive que l'anticyclone des Açores évolue aux Açores... même les années à canicule :http://www.wetterzentrale.de/pics/archive/ra/2003/Rrea00120030705.gif

Quand tu évoques un blocage sur l'Europe du Nord (et son aspect improbable), tu penses peut-être à un système centré des semaines sur le R-U ? Kaktus faisait allusion [je cite] à une "jonction AA/HP scandinaves durable" ou [je rajouterais] suceptible de se répéter. Des projections de ce type, on en voit déjà à court terme (... alors que juillet n'est pas encore entamé default_tongue.png/emoticons/tongue@2x.png 2x" width="20" height="20">) :

Recm1201.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Remiremont - Porte des Hautes Vosges (400 m)

Il arrive que l'anticyclone des Açores évolue aux Açores... même les années à canicule :

http://www.wetterzen...00120030705.gif

Quand tu évoques un blocage sur l'Europe du Nord (et son aspect improbable), tu penses peut-être à un système centré des semaines sur le R-U ? Kaktus faisait allusion [je cite] à une "jonction AA/HP scandinaves durable" ou [je rajouterais] suceptible de se répéter. Des projections de ce type, on en voit déjà à court terme (... alors que juillet n'est pas encore entamé default_tongue.png/emoticons/tongue@2x.png 2x" width="20" height="20">) :

Recm1201.gif

Tout à fait Jonathan default_flowers.gif

Ça n'occasionnerait pas de canicule comme ce jour, mais des températures excédentaires, et une tendance relativement sèche malgré l'intrusion possible de quelques talwegs à l'origine de dégradations temporaires.

Je rajouterait qu'en regardant rapidement les modèles sur le moyen terme aujourd'hui, on pourrait vite penser que l'affaire est bouclée, temps très mitigé, fraicheur relative au Nord et douceur au Sud.

Mais en regardant de plus près, on a tous les ingrédients qui se mettent en place pour nous permettre d'envisager une situation similaire à celle décrite en début de message.

Ça ne tient à pas grand chose d'autant que quel que soit le modèle que l'on prenne on peut constater une tendance des poussées subtropicales à envahir les hautes latitudes. Seuls les positionnements géographiques diffèrent mais la tendance est là présente avec une bulle chaude qui s'éternise aux abords du pôle et qui se trouve tour à tour réalimentée par l'Amérique du Nord, puis Béring, puis j'en passe, etc...

Si parallèlement à cela, on voit des HP qui commencent à s'installer aux abords de l'Europe à les latitudes "hautes", la situation de blocage ne sera pas loin, condamnant les BP à végéter entre Groenland et GB, laissant la France à la mercis de jonctions régulières entre les HP Açoriennes et Scandinaves default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">.

Dommage, parce qu'un temps comme aujourd'hui (35°C, plein soleil) je prends pour 2 mois si possible, avec de beaux orages de temps en temps default_tongue.png/emoticons/tongue@2x.png 2x" width="20" height="20">

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Beauvoir mt st michel

Dommage, parce qu'un temps comme aujourd'hui (35°C, plein soleil) je prends pour 2 mois si possible, avec de beaux orages de temps en temps default_tongue.png/emoticons/tongue@2x.png 2x" width="20" height="20">

Je ne remets pas ton analyse avec laquelle je suis entièrement d'accord. Mais quand je vois les 37° de Beauvais ce jour, authentique trou à froid en décembre dernier, ce serait amusant de voir après le 26 décembre 2010, summum bien précoce de l'hiver, un 26 juin 2011 summum bien précoce de l'été sur la moitié nord? En tout cas, la continentalisation du bassin parisien marque des points quand on va calculer les écarts entre les gouffres glacés de Noël dernier et les pics de chaleur de cette fin juin: entre 25/26 décembre et 25/26 juin, la symétrie est parfaite. Durera-t-elle? L'été a-t-il atteint son apogée? Suspens...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je le place ici un peu par défaut. Article publié par Le Dauphiné Libéré en Isère. Avec une interview de Frédéric Glassey, directeur adjoint de Météonews. Il relativise le côté "exceptionnel" de cette vague de chaleur dans un contexte de mois de juin plutôt moyen. Ce dernier devrait, selon lui, malgré tout enregistrer un possible déficit thermique (mais léger). Je suis tout de même un peu étonné qu'il prévoit cela. Dans les normes, OK passons, mais un déficit à l'échelle nationale, ces 2/3 jours de chaleur avec plus de 10° d'excédent risquent de changer pas mal la donne au niveau de la température moyenne, je pense... Même dans le nord-ouest, cela risque d'avoir des répercussions sur cette moyenne (on devrait quand même rester un peu en dessous des moyennes dans une ville comme Rouen). Surtout en Isère, je ne pense pas que cela ait été le département qui ait eu le plus à subir les assauts répétés de la fraicheur.

Ceci dit, il n'avait peut-être pas les chiffres devant les yeux et il est vrai que dans certains coins ce mois de juin risque de laisser un petit goût amère (après tout, que signifie dans ce cas une moyenne?)

Il refuse toute comparaison avec 2003 et semble très prudent pour la tendance de cet été. Je vous laisse réagir si vous le désirez.

"Frédéric Glassey, directeur adjoint de Météo news, fait le point sur ces trois jours de chaleur, depuis hier et jusqu’à demain.

« Tout d’abord, il faut replacer cette vague de chaleur dans le contexte. On a eu ces derniers jours de l’air un peu plus frais venu du nord-ouest de l’Europe. D’ailleurs jusqu’à présent, le mois de juin n’a pas été très chaud, il a même connu des épisodes pluvieux. Autant on a eu un printemps beau et chaud, autant ce début d’été (pour la météo, l’été débute le 1 er juin) est, disons, dans les normales saisonnières, peut-être même un peu en dessous. »

1Comment analyser ces fortes chaleurs ?

« Cette bulle d’air chaud qui touche la région dimanche, lundi et mardi, est en fait la première grosse chaleur de l’été. L’anticyclone revient avec des masses d’air subtropicales, de l’Afrique du nord. La température pourrait monter demain à 35 degrés. »

2Faut-il pour autant parler de canicule ?

« Quand on est au-dessus de 25 degrés, on parle de température estivale. Quand on passe le cap des 30 degrés, on parle de température tropicale ou de forte chaleur. Et quand on dépasse les 35 degrés, certains parlent de canicule. Même si pour réellement parler de canicule, il faut que le phénomène dure au moins trois jours. On va donc plutôt parler de forte chaleur jusqu’à mercredi où la température devrait redescendre à 24 degrés.

Cette vague de chaleur est prévue depuis plusieurs jours. Il n’y a rien d’étonnant, simplement le contraste est important car il n’a pas fait chaud ces derniers temps. Mais, je le répète, ce n’est qu’un phénomène provisoire.

Et dans tous les cas, le mois de juin ne restera pas comme un mois chaud, on sera même un peu en dessous de la normale. Beaucoup s’étaient dit qu’avec un tel printemps, on allait avoir un été exceptionnel, et bien pas du tout. Pour l’instant. »

3Doit-on s’attendre à un été très chaud ?

« On ne peut pas savoir si l’été sera caniculaire ou pas, et ce ne sont pas les tendances saisonnières qui nous le diront. Cela dépendra des masses d’airs sur la France ou l’Europe. Il faut toujours avoir en tête que l’année 2003 a été exceptionnelle.

Avec le buzz fait autour du réchauffement climatique, on a mis dans l’esprit des gens que 2003 allait devenir la norme. Ce sera sans doute vrai mais entre 2050 et 2100. Huit ans après, on n’a pas connu un été similaire alors qu’on nous l’avait pourtant prédit une année sur deux. »

4On est donc loin de l’année 2003 ?

« Durant les 20 premiers jours de juin, on a connu 6 ou 7 jours de pluie. Il faut rappeler que l’on parle de “jour de pluie” quand on enregistre un demi-mètre d’eau par jour, même s’il ne pleut qu’une heure. Et 35 degrés au mois de juin n’est pas exceptionnel. Le record pour Grenoble est de 37 degrés le 22 juin 2003 à Saint-Geoirs. On ne va pas en être loin, mais en juin 2003, on avait eu 30 jours à plus de 25, 25 jours à plus de 30 et 9 à plus de 35. Ce mois de juin, on n’aura que deux jours à plus de 35 degrés. C’est donc incomparable, mais 2003, je le redis, c’est le Usain Bolt de la météo. Imbattable. »

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Dax (40)

Paris, ce serait dans une moindre mesure mais quand même en léger déficit en ne tenant compte que des Tx.

C'est quand même particulier ce genre de raisonnements, qui veut vous faire prendre les valeurs qui vont dans le bon sens, mais surtout ne pas regarder les autres. Pour faire coller à tes propres prévisions de juin frais puis normal, nous sommes donc invités à regarder les Tx de Paris, mais surtout pas les Tn (elles ne vont pas dans le bon sens elles sont parfaitement inutiles).

En plus, nous ne sommes même pas en déficit sur les Tx à Paris : on est à 22.4° de Txm à la date d'hier (+0.6°), et en prenant en compte une valeur provisoire de 36.4° pour aujourd'hui, la Txm s'envole à 22.9° (+1.1°).

Bref, cela reste un peu à l'opposé des tendances saisonnières qui projetaient pour ce mois de juin un temps plus chaud et plus sec que la moyenne surtout au nord alors que le sud devait connaître des valeurs plus de saison.

Au final, on a eu au nord un mois de juin plus chaud que la moyenne (les stations en déficit sont très minoritaires et même près de la Manche on a des stations excédentaires (par exemple Caen est à +0.3° en provisoire avec les valeurs d'aujourd'hui, St Brieuc à +0.7°, Abbeville à +1.0°...), et contrasté au niveau des précipitations avec cependant encore un peu plus de stations déficitaires qu'excédentaires sur ce critère (sous réserve des cumuls possibles avec la dégradation des prochains jours).

Plus sérieusement, ce printemps et cet été seront assez significatifs si la saison chaude est, comme je le pense, assez "normale", voire plutôt fraiche et humide

Avec un mois de juin qui va finir je pense autour des +0.8° au plan national (allez je vais être un peu moins prononcé que Phoenix, c'est quand même mal parti pour ta saison chaude normale voire fraîche. Bon après reste deux mois, mais ce n'est pas en faisant de l'ironie sur le bilan de ce mois de juin qui ne colle pas à tes prévisions ("on va tous mourir"), que cela te donnera raison pour autant.

une stabilité des températures remarquables. De avril à septembre les moyennes mensuelles seraient quasi identiques.

Trois valeurs valant mieux qu'un long discours, je me contenterais de donner ceci :

Tm nationale d'avril : 14.1°

Tm nationale de mai : 16.5°

Tm nationale provisoire de juin : 17.8°

Je laisse le soin à chacun d'évaluer la remarquable stabilité des Tm depuis avril, et qui devrait durer jusqu'en septembre.

Share this post


Link to post
Share on other sites

"Frédéric Glassey, directeur adjoint de Météo news, fait le point sur ces trois jours de chaleur, depuis hier et jusqu’à demain.

Il faut rappeler que l’on parle de “jour de pluie” quand on enregistre un demi-mètre d’eau par jour, même s’il ne pleut qu’une heure.

ah ouais quand même...j'espère que c'est une mauvaise transcription de la part du journaliste!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bref, cela reste un peu à l'opposé des tendances saisonnières qui projetaient pour ce mois de juin un temps plus chaud et plus sec que la moyenne surtout au nord alors que le sud devait connaître des valeurs plus de saison.

LCM avait sorti un graph (très controversé sur le forum) en avril qui montrait justement un sacré bémol pour juin dans un contexte d'anomalie positive perdurant quasiment toute l'année. On ne va pas (re)chippoter sur la qualité de document et la précision des chiffres (y'a pas d'échelle, c'est réglé !) mais pour l'instant force est de reconnaître que le jeu des variations tient la route.

Apparition sur le forum : /topic/67278-tendance-ete-2011/page__view__findpost__p__1544896'>Merci Wiliam

110421_Courbe_tout_Paris.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this  

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...