Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Sign in to follow this  
Evrard

Prévoir l'évolution du climat à un siècle

Recommended Posts

Bonjour.

Nouveau sur ce site très bien fait. Excusez mon ignorance en climatologie, je suis un ex journaliste, j'écris un livre qui explique les évolutions de l'humanité pour le siècle à venir. Et je bloque sur la partie climatologie vu que les infos se contredisent toutes. Cependant plusieurs climatologues réputés sont d'accords pour dire que c'est impossible de déterminer l'évolution du climat à venir vu le nombre de paramètres qui interviennent:

L'évolution du soleil. On mesure les variations de l'intensité du soleil que depuis les années 1960 lors des premiers relevés réalisés par satellite. Avant on ne sait rien et il n'y aucun moyen de le mesurer. Et de ce fait c'est presque impossible de savoir comment cette étoile évoluera.

Les courants marins qui sont de gigantesques échangeurs d'énergie et dont on connaît très mal le fonctionnement.

L'évolution des glaces des poles .

L'effet de serre est un mécanisme extrêmement complexe que l'on connaît aussi très mal.

L'évolution du la nature et ses réactions aux activités des humains.

L'évolution de l'activité humaine.

Le volcanisme. On ne sait pas prévoir les éruptions volcaniques plusieurs années à l'avance or l'étuption d'un volcan peut beaucoup modifier les climat mondial

Il y a aussi des cycles très longs qui influencent considérablement le climat de la planète: la variation de l'inclination de l'axe de la Terre. La précession des équinoxes. L'excentricité de l'orbite terrestre sur un cycle de 90 000 ans.

"On ne sait pas comment les anticyclones se gonflent ou se rétractent, pourquoi les dépressions se creusent et se déplacent, comment elles évoluent, pourquoi elles se creusent ou pas". Marcel Leroux.

Tout ces paramètres extrêmement complexes sont liés entre eux, c'est impossible de donner une prévision valable du climat mondial de la Terre.

Je ne comprends pas comment les météorologues sont incapables de prévoir le climat qu'il fera dans un mois pourrait prévoir le climat qu'il fera dans 100 ans.

Il me semble surtout qu'on ne peut pas globaliser l'évolution du climat sur Terre car les changements climatiques sont très différents selon les régions. Dans certaines zones le climat change très rapidement, dans d'autres le climat reste assez stable.

Dans tout les cas l'évolution du climat reste beaucoup plus lente que notre évolution à nous: ainsi en 100 ans la société a beaucoup plus changé que le climat.

Voici les conclusions auxquelles j'arrive. Qu'en pensez vous?

Merci pour vos réponses.

Share this post


Link to post
Share on other sites

En attendant les futures réponses des spécialistes, je voulais juste dire que votre questionnement rejoint bien le mien. Pour nous les non connaisseurs la chose paraît très complexe en effet. Oui bien sûr tous les les travaux des chercheurs du monde entier tendent à se rejoindre dans un large consensus en "faveur" du réchauffement avec une fourchette de scénarios possibles. Mais le fait est qu'on peut aussi tous se trouver dans l'ignorance de faits ou de données non encore découverts, et qui pourraient bouleverser la donne.

En tout cas, devant la menace planétaire, n'importe quel être humain peut être tenté de se raccrocher à tout ce qui peut permettre de relativiser...

Sinon aux nombreux domaines de questionnements que vous citez, on pourrait aussi en citer un autre, variable importante pour tout ce qui concerne la part anthropique du réchauffement : le comportement de l'homme lui-même, les décisions politiques ou économiques qui peuvent peser dans la balance à long terme.

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est un sujet très ardu et très épineux, qui donne souvent lieu à de violents débats! default_wacko.png

skyfall.free.fr

www.pensee-unique.fr

Le mieux est évidemment de s'intéresser à tous les courants de pensées

En complément de ces sites, voici deux autres sites passionnants:

http://www.climat-evolution.com , blog très complet animé par le non moins passionné météor! default_thumbup.gif

http://www.canalacademie.com/+-Climatologie-+.html : le site de l'académie des sciences avec plein d'intervenants (dont les conférences sont téléchargeables gratuitement en mp3...que demande le peuple!): on n'y retrouve:

- l'inévitable Jean Jouzel default_devil.gif

- Thierry Dudok pour l'influence du soleil default_w00t.gif

- Pascale Delecluse, directeur adjoint de la recherche à Météo France default_whistling.gif

- Claude Lorius, éminent glaciologue... default_santa.gif

Bref de quoi s'occuper pour un bout de temps et se faire une idée plus précise du climat! default_thumbup1.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'évolution du soleil [...] Avant on ne sait rien et il n'y aucun moyen de le mesurer.

Je ne suis pas tellement d'accord :

- les observations faites par les astronomes permettent de remonter un peu plus loin que 1960 (voir par exemple le minimum de Maunder autour de 1700 durant le petit age glaciaire) .

- Le champs magnétique du soleil a laissé des traces qui permettent d'avoir une image de l'activité solaire sur plusieurs milliers d'années (analyse des isotopes dans les stalactites, carbone 14...)

- ...

Par ailleurs de nombreux sujets traitent des évolutions du climat sur ce forum et les sources/les études sont quasiment toujours citées.

Bonnes recherches et bon courage.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, je vous conseille aussi Evrard de vous renseigner sur l'état de l'art actuel, car on sait plus de choses que çà, simplement on ne va pas crier au complot parce qu'on n'arrive pas à atteindre le seuil de certitude de 99%. A 80-90% on sait qu'on touche au but. Et d'ailleurs, je ne sais pas qui a eu l'idée d'inventer les probabilités : les scientifiques peuvent être convaincus de quelque chose sans chercher à calculer la probabilité en %.

Les scientifiques n'auraient jamais dû annoncer que le climat se réchauffait. Et laisser tout le monde se faire son jugement.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : La-Chapelle-Saint-Florent (49)

"On ne sait pas comment les anticyclones se gonflent ou se rétractent, pourquoi les dépressions se creusent et se déplacent, comment elles évoluent, pourquoi elles se creusent ou pas". Marcel Leroux.

Désolé pour les fans de Leroux, mais avec les nouvelles (enfin bon ça commence à dater maintenant) théories thermodynamiques (anomalies de tropopauses, courant-jet, advections etc...), l'évolution, la naissance et la mort des dépressions-anticyclones n'ont plus de secret.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si on laissait tout le monde se faire son idee ca serait une catastrophe. Personne d'autre que les passionnes meteo qui ont les donnees et une bonne memoire pour les evenements meteo ne peut obserer un changement qui se fait sur des decennies.

M'enfin c'est sur qu'on n'a aucune idee de ce que sera le climat dans 100 ans. D'ailleurs on nous prevoit des temperatures superieures de 4 degres a la normale, mais quand on n'y pense ca parait quand meme enorme... quand on sait que a la pire epoque du PAG en Europe de l'ouest les temperatures etaient inferieures de 1 ou 2 degres a la normale 71/00...

Share this post


Link to post
Share on other sites

A 80-90% on sait qu'on touche au but. Et d'ailleurs, je ne sais pas qui a eu l'idée d'inventer les probabilités : les scientifiques peuvent être convaincus de quelque chose sans chercher à calculer la probabilité en %.

C'est pas très cohérent, critiquer le probabilités des scientifiques et donner les tiennes default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">

Perso, les 80-90% me choquent un peu devant les écarts voire même les contradictions qu'on peut lire fréquemment.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon je ne m'énerve pas tout de suite car même si beaucoup de choses sont assez fausses dans votre message, vous avez au moins le mérite de reconnaître que vous n'êtes pas un spécialiste et que vous pouvez donc vous tromper.

Reprenons donc les points un par un :

Bonjour.

Nouveau sur ce site très bien fait. Excusez mon ignorance en climatologie, je suis un ex journaliste, j'écris un livre qui explique les évolutions de l'humanité pour le siècle à venir. Et je bloque sur la partie climatologie vu que les infos se contredisent toutes.

Faux. Non les infos ne se contredisent pas toutes. La communauté "infoclimat" est très différente de la communauté scientifique. Les points de vue sceptiques sur le réchauffement climatique et son origine anthropique que l'on peut lire sur ce site et les références vers lesquelles ils renvoient représentent une fraction ultra-minoritaire des scientifiques. Le GIEC réalise des rapports permettant aux scientifiques du monde entier d'y contribuer. Les divergences de conclusions ne sont pas niées, elles sont mêmes soulignées pour caractériser les incertitudes, mais si vous lisez un rapport du GIEC (ce que je vous recommande vivement avant de rédiger votre livre) vous verrez qu'un grand nombre de points font l'objet d'un consensus de la part de la majorité des scientifiques (en particulier l'origine anthropique, l'influence du forçage des gaz à effet de serre sur le climat, la fourchette des tendances à long terme pour le XXIème siècle, l'identification des interactions et des boucles de rétroaction atmosphère/océan/surface/cryosphère). Néanmoins, le fait qu'il y ait des théories sceptiques n'est pas alarmant car le doûte est normal en science, il y en a toujours et il est nécessaire pour se poser les bonnes questions. Contrairement à ce que prétendent les partisans des thèses sceptiques, il n'y a pas de pression internationale sur les scientifiques. Ceux-ci exposent leurs conclusions en toute liberté. Le fait que la majorité des conclusions convergent permet d'augmenter la confiance en ces résultats. Bien sûr il n'y a pas de gage de certitude car tout travail scientifique repose sur des hypothèses et des simplifications du système réel. Ceci ne doit pas remettre en cause le bien-fondé de la science car on voit bien dans le monde actuel que les progrès accomplis sont indégnables dans tous les domaines, même si pourtant, à chaque étape, des hypothèses ont été posées.

Cependant plusieurs climatologues réputés sont d'accords pour dire que c'est impossible de déterminer l'évolution du climat à venir vu le nombre de paramètres qui interviennent:

"réputés" ? Dans les médias ou dans le monde scientifique ? Tous les points de vue sceptiques sont classiquement pris d'assaut par les journalistes pour lesquels le débat est beaucoup plus intéressant à raconter que le concensus. La proportion de climatologues qui font cette affirmation est très faible, même si leur visibilité dans les médias est très forte.
L'évolution du soleil. On mesure les variations de l'intensité du soleil que depuis les années 1960 lors des premiers relevés réalisés par satellite. Avant on ne sait rien et il n'y aucun moyen de le mesurer. Et de ce fait c'est presque impossible de savoir comment cette étoile évoluera.

Là vous n'allez pas faire plaisir aux astrophysiciens ! On ne sait rien avant les années 60 ?! Sachez que l'observation de la Terre elle-même en dit déjà long sur le comportement du soleil depuis plusieurs milliers voire millions d'années. En outre, on sait que l'échelle de temps des variations solaires ayant une influence avérée sur la variabilité climatique sont d'ordres de grandeur largement supérieures aux variations observées au XXème siècle. Prévoir le climat du XXIème siècle n'est donc pas aussi soumis que vous le dites aux incertitudes concernant les variations solaires, même si certes, elles existent.Remarque : il y aura sûrement des commentaires sur ce point car nombre d'adhérents d'infoclimat adorent polémiquer sur ce sujet.

Les courants marins qui sont de gigantesques échangeurs d'énergie et dont on connaît très mal le fonctionnement.

Les océanologues apprécieront à leur tour la remarque... La circulation océanique générale est largement observée tant par bouées que par satellites. Son fonctionnement est bien compris et les modèles numériques d'océan sont aujourd'hui performants pour reproduire ces circulations dans les différents océans. Ce qui n'est pas toujours très bien compris ce sont les courants locaux de petite échelle mais dont l'influence sur le climat global est de fait beaucoup plus limitée.

L'évolution des glaces des poles .

L'observation de cette évolution est aujourd'hui abondante. Les rétroactions glace/climat sont fortement étudiées dans de nombreux pays. Les processus clés sont compris (moins il y a de glace de mer, plus le système absorbe de l'énergie solaire car l'albédo de l'océan est beaucoup plus fort que celui de l'océan, donc plus ça se réchauffe et moins il y a de glace de mer...), mais il est vrai que certaines rétroactions sont encore mal maîtrisées. Ainsi, les modèles climatiques simulent aujourd'hui une décroissance de la banquise qui est quasiment deux fois plus lente que sa décroissance réelle. C'est une limitation importante, qui alarme certains chercheurs qui craignent que l'emballement de la boucle de rétroaction soit plus fort que ce qui est attendu. Toutefois, rien ne prouve que le biais des modèles sera aussi fort dans les décennies à venir. C'est donc un point d'incertitude important qui justifie les travaux de nombreuses équipes dans ce domaine.

L'effet de serre est un mécanisme extrêmement complexe que l'on connaît aussi très mal.

C'est au contraire un des mécanismes les plus simples dans le système climatique. Un calcul enfantin permet de comprendre pourquoi grâce à son atmosphère la température moyenne à la surface de la Terre est d'environ 15°C. La Terre reçoit de l'énergie par rayonnement solaire et en perd par rayonnement infra-rouge. Il se crée ainsi un équilibre qui sans atmosphère aboutirait à une température de surface largement négative. En présence d'atmosphère et de gaz "à effet de serre" (notamment vapeur d'eau et C02), ces gaz absorbent une partie du rayonnement IR de la Terre et le réemettent vers la Terre. L'équilibre est donc modifié vers une température plus chaude. A cet effet de serre naturel est superposé un effet de serre anthropique provoqué par les émissions de gaz anthropiques (C02, CH4...) qui perturbe cet équilibre et tend vers un équilibre à une température plus élevée. Les évolutions de la concentration du C02 dans les siècles passés sont largement documentées, en revanche une grosse incertitude réside dans les émissions futures des différents gaz qui dépendent de nombreux facteurs (démographiques, politiques, etc). C'est une source d'incertitude majeure en prévision climatique.

L'évolution du la nature et ses réactions aux activités des humains.

La réponse de la végétation au changement climatique commence en effet à être étudiée. Elle a bien sûr un effet de rétroaction sur le climat. Ces points sont encore simulés assez grossièrement dans les modèles climatiques. La recherche se poursuit, et pour l'instant cette rétroaction constitue un point d'incertitude. En revanche l'ordre de grandeur de la variabilité climatique liée à la végétation est très largement en dessous d'autres processus clés comme le forçage radiatif ou l'interaction avec les océans

L'évolution de l'activité humaine.

Ca c'est sûr que c'est très incertain.

Le volcanisme. On ne sait pas prévoir les éruptions volcaniques plusieurs années à l'avance or l'étuption d'un volcan peut beaucoup modifier les climat mondial

C'est vrai qu'on ne peut pas prévoir les éruptions volcaniques plusieurs années à l'avance. C'est vrai aussi qu'une éruption peut jouer un rôle majeur sur le climat mondial à l'échelle d'une ou quelques années. Toutefois, il n'a jamais été établi qu'une éruption volcanique très intense puisse provoquer une rupture telle qu'elle puisse modifier durablement et irréversiblement le climat. Pour l'instant personne n'a donc apporté de démonstration permettant d'invalider les conclusions du GIEC à partir de cet argument.
Il y a aussi des cycles très longs qui influencent considérablement le climat de la planète: la variation de l'inclination de l'axe de la Terre. La précession des équinoxes. L'excentricité de l'orbite terrestre sur un cycle de 90 000 ans.

Là on sent que vous commencez à être à court d'arguments... car il s'agit de variations à une échelle temporelle qui n'a plus rien à voir avec des prévisions climatiques à l'échelle du siècle ! C'est complètement hors sujet.

"On ne sait pas comment les anticyclones se gonflent ou se rétractent, pourquoi les dépressions se creusent et se déplacent, comment elles évoluent, pourquoi elles se creusent ou pas". Marcel Leroux.

Je rejoins Damien49... comment croyez-vous qu'on est capable de prévoir aujourd'hui les tempêtes si on avait toujours pas compris comment se creuser une dépression ? La cyclogénèse est maintenant comprise, elle est devenue prévisible, et c'est d'ailleurs un processus absolument passionnant.Par ailleurs Marcel Leroux a cherché à se rendre célèbre par des théories volontairement provocantes...

Tout ces paramètres extrêmement complexes sont liés entre eux, c'est impossible de donner une prévision valable du climat mondial de la Terre.

Ces paramètres sont liés entre eux, oui. Il est donc difficile de donner des prévisions à l'échelle du siècle mais pas impossible. En revanche la vérification de la validité des modèles climatiques est nécessaire : ceux-ci doivent être capables de reproduire les grandes caractéristiques de la variabilité passée, et ils doivent être construits sur des hypothèses physiques dont la stationnarité en climat modifié ne doit pas être mise en cause. Ces conditions sont souvent imparfaitement respectées et cela explique pourquoi les modèles climatiques ne sont pas tous en accord. La limite c'est qu'en effet certains processus peuvent être bien modélisés aujourd'hui et pas bien demain. Les tendances données par le GIEC prennent en compte la dispersion de l'ensemble des modèles climatiques : c'est pour cela qu'on donne toujours des fourchettes, des probabilités, etc. Quand le scientifique donne une conclusion, il est tenu de caractériser l'incertitude qui est associée à cette conclusion. Bien entendu, il n'est pas absurde de considérer que les modèles pourraient avoir tous un biais commun. C'est pour cela que comme je l'ai dit au début du message, on ne peut garantir de certitude dès lors qu'il s'agit d'une prévision. Dire que le GIEC prévoit un réchauffement global de 2 à 6°C, ce n'est pas dire que c'est absolument sûr que c'est ce qu'il va se réaliser, c'est dire que la communauté scientifique s'attend à un tel réchauffement et qu'elle accorde une bonne confiance à cette prévision. S'il est donc impossible d'affirmer avec certitude ce qu'il va se passer, il est possible en revanche de le prévoir et d'associer une bonne confiance en cette prévision. Saisissez-vous la nuance ?
Je ne comprends pas comment les météorologues sont incapables de prévoir le climat qu'il fera dans un mois pourrait prévoir le climat qu'il fera dans 100 ans.

Là cette phrase est très démagogique ! La prévisibilité à un mois, ou à quelques années est en effet beaucoup plus faible que la prévisibilité à l'échelle de 50 ou 100 ans. Ca peut surprendre mais c'est une question d'échelles spatio-temporelles des processus mis en jeu, et de sensibilité aux conditions initiales. Ainsi, à l'échelle du mois ou même de l'année le climat français par exemple va être fortement lié à la position successive des centres d'actions (anticyclones, dépressions) autour de l'Europe. Ceci est très difficile à prévoir parce qu'une différence infime dans l'état initial peut conduire à des différences majeures dans l'évolution du système, et parce qu'on n'a pas pu prouver aujourd'hui qu'il existait une solution unique de "trajectoire" de l'atmosphère à partir de conditions initiales données. En revanche à l'échelle de 50 ou 100 ans, la variabilité climatique devient dirigée par la variabilité des forçages de très grande échelle (notamment le forçage radiatif et donc l'effet de serre), cette variabilité est plus facilement maîtrisable que la variabilité mensuelle ou annuelle, ce qui explique la prévisibilité plus grande à ces échelles, même si comme on l'a évoqué les sources d'incertitudes sont encore grandes.
Il me semble surtout qu'on ne peut pas globaliser l'évolution du climat sur Terre car les changements climatiques sont très différents selon les régions. Dans certaines zones le climat change très rapidement, dans d'autres le climat reste assez stable.

Dans tout les cas l'évolution du climat reste beaucoup plus lente que notre évolution à nous: ainsi en 100 ans la société a beaucoup plus changé que le climat.

On peut globaliser en disant que la Terre s'est globalement réchauffée au cours du XXème siècle. Cette observation n'est niée par personne, pas même par les partisans des thèses sceptiques. On peut aussi affirmer que le réchauffement est beaucoup plus rapide au niveau des pôles. Concernant les changements attendus, ils sont en effet très différents d'une région à l'autre, mais sur ces points également les modèles climatiques sont souvent en accord, et la tendance générale est à une accélération du réchauffement.A mon avis la dernière phrase ne veut rien dire. La société a beaucoup plus changé que le climat... sur quels critères ?! c'est comme si je disais tiens ma petite soeur a beaucoup plus changé que le menu de ce restaurant ! Pour comparer deux changements, il faut avoir un critère commun !

A défaut de vous avoir fait changé d'avis j'espère au moins vous avoir appris des choses...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Montreuil (93) ou Ciran (37)

Sujet périlleux que celui-ci, j'invite les intervenants à respecter scrupuleusement la charte du forum Evolution du Climat sans quoi il sera fermé sans autres formes de préavis...

Le forum "Evolution du climat" est un espace de discussion centré sur l'étude du climat futur.

Du fait des difficultés rencontrées par le passé pour permettre à cette discussion de se poursuivre de manière sereine, et qui ont conduit l'équipe de modération et le Conseil d'Administration à suspendre ce forum pendant près de 8 mois, des règles spécifiques sont édictées.

D'une part, seuls les modérateurs sont en mesure d'ouvrir de nouveaux sujets, soit de leur propre initiative, soit sur proposition d'un membre via l'adresse de contact forums@infoclimat.fr . Les sujets devront tourner autour de l'actualité récente (publication scientifique, suivi des phénomènes rattachés à l'évolution du climat par exemple).

D'autre part, une attention toute particulière portera sur la source des articles soumis ou servant de support aux messages de réponse apportés par les membres. De fait, il convient en particulier:

  • [*]de citer les sources,[*]de ne pas remettre en cause les bases de la connaissance physique et thermodynamique communément admise par la communauté scientifique,[*]de ne pas se faire l'écho d'un article, d'une idée, d'un site internet, d'une vidéo etc... relayant des idées scientifiquement non admises en peer-review (le peer-review étant ce qui définit la frontière entre la science et la non-science)
Tout cela sachant que toute idée scientifique peut être remise en cause, car la science est le contraire d'un dogme, mais cela doit passer par le contrôle habituel et normal des pairs en peer-review.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour vos réponses et vos conseils. Enfin un site sérieux avec des personnes compétentes qui donnent des réponses sérieuses. Croyez moi que j'en ai essuyé des reproches sur d'autres forums…

Merci DjwilliamJ35 et Lorenz pour vos liens bien utiles.

Pinthotal. J'ai bien lu vos réponse mais je n'ai pas les connaissances suffisantes pour y réagir. Je ne veux pas commenter le rapport du Giec, là aussi car je n'ai pas la compétence nécessaire et car c'est trop sujet à controverse, je ne veux pas entrer dans ce conflit. Pas ici.

Pour terminer je suis persuadé que quelle que soit l'évolution du climat, on s'y adaptera très bien comme on l'a toujours fait. L'humanité a connu des situations bien pire dans le passé.

Note aux modérateurs: une fois que j'aurais fini de rédiger ce chapitre sur l'avenir du climat, est ce que je pourrais le présenter ici pour avoir vos avis?

Cordialement, merci encore.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, je vous conseille aussi Evrard de vous renseigner sur l'état de l'art actuel, car on sait plus de choses que çà.

Pouquoi l'art? Quel rapport avec la climatologie? Pouvez vous m'en dire plus? Me proposer des liens? Merci.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Montreuil (93) ou Ciran (37)

Merci pour vos réponses et vos conseils. Enfin un site sérieux avec des personnes compétentes qui donnent des

Note aux modérateurs: une fois que j'aurais fini de rédiger ce chapitre sur l'avenir du climat, est ce que je pourrais le présenter ici pour avoir vos avis?

Bien évidement, nous sommes toujours friands de ce genre de contribution susceptible d'alimenter le débat!

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'état de l'art c'est une synthèse de ce que l'on sait aux dernières nouvelles, comme l'est bien sûr le rapport du GIEC.

Si vous estimez ne pas avoir les connaissances suffisantes pour réagir, vous pouvez simplement croire ce que pintothal a expliqué default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">

Il n'y aucun débat sur la situation de réchauffement atmosphérique global.

Pour terminer je suis persuadé que quelle que soit l'évolution du climat, on s'y adaptera très bien comme on l'a toujours fait. L'humanité a connu des situations bien pire dans le passé.

Votre première phrase est humaniste et optimiste, je la respecte. Par contre, la deuxième ne veut rien dire, surtout devant un changement pour lequel on connaît le début, mais absolument pas la fin.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

Je n'y connais pas grand chose en climatologie mais je pense que la phrase en gras est à nuancer.

Comme le prévoit le GIEC la température moyenne sur la terre devrait augmenter de 2 à 6°C.

A partir de cette information et si on fait confiance au GIEC, les conséquences sur la planète seront très variables d'une région à une autre car le réchauffement ne sera pas homogène. Mais d'un point de vu global, si on a une augmentation de 6°C de la température en moyenne, l'augmentation de la température au pôle devrait être bien plus importante (10°C ?) alors qu'à l'équateur malgré une hausse de la température, elle sera plus modérée (2 ou 3°C ?).

Or si on admet que le "danger" principal est l'augmentation du niveau des Océans, on comprend que si la température augmente très vite au pôle, la banquise fondra et le niveau des océans augmentera alors, menaçant alors de nombreux pays et donc des millions de personnes.

De même, on sait que plus la température de l'eau est chaude, plus un cyclone est puissant (puisqu'il contient d'avantage d'énergie). On peut dès maintenant supposer que les cyclones -si augmentation de la température- seraient peut être plus puissants et toucheront d'avantages de régions.

Et puis parlons de la France pour terminer, avec une telle augmentation de la T°C, les périodes de retour d'une canicule type 2003 ne devraient-elles pas être plus fréquentes ?

Malheuresement, je ne parle pas de pleins d'autres pays (ça n'intéresse presque personne) qui sont bien plus exposés que la France, et donc menacés d'avantage.

N'est-ce pas un peu provoquant de dire que l'Homme s'y adaptera très bien alors que les pays étant déjà en difficulté risquent de se retrouver dans une situation bien pire ? (on a déjà 1 personne sur 6 qui crève de faim dans le monde, le réchauffement n'arrangera rien).

Nb: J'arrive pas à modifier mon message d'avant, pouvez vous le supprimer ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

En complément de ces sites, voici deux autres sites passionnants:

http://www.climat-evolution.com , blog très complet animé par le non moins passionné météor! thumbup.gif

http://www.canalacad...atologie-+.html : le site de l'académie des sciences avec plein d'intervenants (dont les conférences sont téléchargeables gratuitement en mp3...que demande le peuple!): on n'y retrouve:

- l'inévitable Jean Jouzel devil.gif

- Thierry Dudok pour l'influence du soleil w00t.gif

- Pascale Delecluse, directeur adjoint de la recherche à Météo France whistling.gif

- Claude Lorius, éminent glaciologue... santa.gif

Bref de quoi s'occuper pour un bout de temps et se faire une idée plus précise du climat! thumbup1.gif

A ajouter aussi le site :

http://icecap.us/ind...hp/go/joes-blog

Et si vous voulez une traduction partielle du rapport GIEC 2007 :

http://www.greenfact...e-re4/index.htm

Il faut faire le tri dans les posts du blog ICECAP, mais il y a parfois des infos (et liens) très intéressants qui permettent de gagner plusieurs jours voire semaines avant qu'elles n'arrivent en France.

A+

Share this post


Link to post
Share on other sites

Votre première phrase est humaniste et optimiste, je la respecte. Par contre, la deuxième ne veut rien dire, surtout devant un changement pour lequel on connaît le début, mais absolument pas la fin.

Au 14ème siècle la peste noire a décimé prèsque 50% de la population européenne, poutant ça ne nous a pas anéanti. Dans les années 1600 le petit age de glace a été la cause de conditions de vies très rudes, pourtant l'humanité est encore là. Je suppose que dans d'autres continents et d'autres temps il y a eu des catastrophes très graves qui n'ont jamais réussi à décimer totalement les peuples.Je suis optimiste aussi car lscience avance à grands pas, nous comprenons des phénomènes extrêmements complexes et au niveau mondial. On sait très bien l'usage que certains feront de ces connaissances, mais il y a une partie d'entre nous qui trouvons la planète extraordiraiment belle (il suffit de regarder les magnifiques photos sur ce site) et on a envie d'y vivre encore longtemps, quelle que soit son évolution, ses changements. Bien sûr ce n'est que mon point de vue et ça n'engage que moi.

Cordialament;

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour ces liens, je vais me plonger dans la lecture du rapport du GIEC.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour vos réponses et vos conseils. Enfin un site sérieux avec des personnes compétentes qui donnent des réponses sérieuses. Croyez moi que j'en ai essuyé des reproches sur d'autres forums…

Merci DjwilliamJ35 et Lorenz pour vos liens bien utiles.

Pinthotal. J'ai bien lu vos réponse mais je n'ai pas les connaissances suffisantes pour y réagir. Je ne veux pas commenter le rapport du Giec, là aussi car je n'ai pas la compétence nécessaire et car c'est trop sujet à controverse, je ne veux pas entrer dans ce conflit. Pas ici.

Votre réaction et notamment les posts que vous remerciez montrent que vous cherchez des réponses qui vont dans le sens de ce que vous avez envie d'entendre. Vous vous faites une idée préalable sur la question au lieu de vous documenter de façon neutre et objective. C'est regrettable. Si vous dites que vous n'avez pas les compétences pour répondre à mon message, alors vous ne devriez pas écrire un livre sur le climat. En tout cas avancer un argumentaire en disant que l'ensemble des phénomènes liés au climat sont incompris, ça n'est pas sérieux.

Pour terminer je suis persuadé que quelle que soit l'évolution du climat, on s'y adaptera très bien comme on l'a toujours fait. L'humanité a connu des situations bien pire dans le passé.

Que l'humanité y survive, c'est en effet très probable, mais à quel prix ? Vous vous référez à la peste noire qui a décimé la moitié de l'Europe, certes on en sera probablement pas là, mais on ignore tout ou presque des conséquences humaines et sociétales qu'aura ce changement climatique dont la brutalité est sans précédent. Vous êtes persuadé que ça se passera bien, tant mieux, mais vous n'en avez pas la moindre preuve.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Votre réaction et notamment les posts que vous remerciez montrent que vous cherchez des réponses qui vont dans le sens de ce que vous avez envie d'entendre. Vous vous faites une idée préalable sur la question au lieu de vous documenter de façon neutre et objective. C'est regrettable. Si vous dites que vous n'avez pas les compétences pour répondre à mon message, alors vous ne devriez pas écrire un livre sur le climat. En tout cas avancer un argumentaire en disant que l'ensemble des phénomènes liés au climat sont incompris, ça n'est pas sérieux.

Que l'humanité y survive, c'est en effet très probable, mais à quel prix ? Vous vous référez à la peste noire qui a décimé la moitié de l'Europe, certes on en sera probablement pas là, mais on ignore tout ou presque des conséquences humaines et sociétales qu'aura ce changement climatique dont la brutalité est sans précédent. Vous êtes persuadé que ça se passera bien, tant mieux, mais vous n'en avez pas la moindre preuve.

entièrement d'accord sur les 2 points.pour le deuxième, on pourrait déjà imaginer ce que causera l'exode en masse des réfugiés climatiques en provenance de régions du globe déjà bien pauvres et en surpopulation...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Au 14ème siècle la peste noire a décimé prèsque 50% de la population européenne, poutant ça ne nous a pas anéanti. Dans les années 1600 le petit age de glace a été la cause de conditions de vies très rudes, pourtant l'humanité est encore là. Je suppose que dans d'autres continents et d'autres temps il y a eu des catastrophes très graves qui n'ont jamais réussi à décimer totalement les peuples.

Je suis optimiste aussi car lscience avance à grands pas, nous comprenons des phénomènes extrêmements complexes et au niveau mondial. On sait très bien l'usage que certains feront de ces connaissances, mais il y a une partie d'entre nous qui trouvons la planète extraordiraiment belle (il suffit de regarder les magnifiques photos sur ce site) et on a envie d'y vivre encore longtemps, quelle que soit son évolution, ses changements. Bien sûr ce n'est que mon point de vue et ça n'engage que moi.

Cordialament;

Faisons un raisonnement algébrique comme vous faites :

ampleur des ennuis = A x durée du problème

où A est la virulence du problème.

Alors voici la règle pour le réchauffement climatique :

ampleur des ennuis = A x Y

avec A incertain et Y inconnu

Je vous laisse tirer les conclusions...

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est vrai que j'ai besoin d'approfondir un peu plus mes connaissances afin de mieux comprendre les phénomènes climatiques. Et je sais très bien que malgré tout je resterais un profane comparé à ceux qui travaillent dans ce domaine depuis des dizaines d'années.

Dans tout les cas, quelque soit l'évolution la planète je resterais optimiste, c'est ma façon d'être et je ne cherche pas à convaincre qui que ce soit. Enfin, ce n'est pas le sujet ici. Cordialement.

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est vrai que j'ai besoin d'approfondir un peu plus mes connaissances afin de mieux comprendre les phénomènes climatiques. Et je sais très bien que malgré tout je resterais un profane comparé à ceux qui travaillent dans ce domaine depuis des dizaines d'années.

Dans tout les cas, quelque soit l'évolution la planète je resterais optimiste, c'est ma façon d'être et je ne cherche pas à convaincre qui que ce soit. Enfin, ce n'est pas le sujet ici. Cordialement.

On a bien sûr le droit de rester optimiste, chacun à un avis qui lui appartient mais je pense qu'il faut admettre que notre avenir ne sera certainement pas tout blanc.

Ensuite le ressenti de quelque chose n'est pas une donnée fiable, on ne peut pas dire que notre avenir sera bon par simple avis, il faut des preuves.

Or, les démonstrations actuelles montrent bien que la situation mondiale est déjà très bancale et que la situation risque d'empirer dans les prochaines années, donc optimiste pourquoi pas mais pas trop non plus. La réciproque est vraie aussi, pessimiste on comprend mais pas trop non plus.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Cévennes - Joyeuse - Alt: 187 m

mais on ignore tout ou presque des conséquences humaines et sociétales qu'aura ce changement climatique dont la brutalité est sans précédent. Vous êtes persuadé que ça se passera bien, tant mieux, mais vous n'en avez pas la moindre preuve.

Vous n'avez pas non plus la moindre preuve que le climat sera 4°C plus chaud dans 100 ans. La projection d'un modèle n'est pas une preuve.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je vous rappelle que :

- un modèle déterministe est prévu pour accrocher la réalité

- les modèles perturbés sont là pour évaluer la sensibilité, au cas où (genre tempête de décembre 1999)

Ceux qui font de la prévision météo accordent une grande confiance aux modèles déterministes les plus complets, comme l'est GFS. Et ça marche !

Et bien là c'est la même chose. La nature a ses effets de seuil mais toute sa dynamique est, du point de vue d'un physicien, marquée par des équilibres connus, c'est pour çà que le déterminisme marche.

Donc sans preuve, avec suffisamment d'expérience, on peut avoir raison. C'est le but d'une prévision.

Donc à moins d'un miracle, tout ce que le GIEC qualifie de très probable, va arriver.

Evrard nous dit qu'il est optimiste, mais est-ce que vous croyez que les prévisionnistes météo cherchent à espérer le meilleur scénario ? Non, ils cherchent à avoir raison.

Donc le GIEC c'est le prévisionniste officiel du réchauffement climatique.

Si vous ne voulez pas que ça arrive, priez !

Ce sera ma dernière conclusion sur ce sujet : peut-on prévoir l'évolution du climat à un siècle.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.
Sign in to follow this  

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...