Neigement

Glaciation et extension maximum de l'inlandsis

Messages recommandés

Bonjour, est ce que on c'est ou l'inlandsis arctique lors de la derniére glaciation est descendu en Europe au maximum ? Je pense que on doit le savoir grace au moraine que l'inlandsis a laisser. Petite question a par, qu'elle était la limitte des neiges éternelles dans les Vosges pendant le maximum de la glaciation ?

Edit: J'ai trouver quelque chose de assez bizarre, généralement on montre l'inlandsis qui s'arrette avant l'Alsace il me semble, mais je viens de tomber sur un texte d'un livre certainement mis sur internet Lien vers le livre qui lui dit a la page 173, que une colline dans la plaine d'Alsace (Le Bastberg 326 metres d'altitude) était recouverte de glace je trouve ça très surprenant. default_huh.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Guest

Bonjour,

C'est une bonne question bien intéressante...

Je n'ai pas pris le temps de chercher vraiment, mais je suis tombé sur un document qui peut servir de base à une discussion sur ce topic (je n'ai aucune idée de la "crédibilité" du contenu de ce site qui peut contenir des erreurs, mais il faut bien un début à un débat) :

On voit l'extension maximale de l'inlandsis scandinave et des glaciers alpins pendant la dernière glaciation (Rissien en trait plein et Würmien en trait pointillés).

Il y a par contre une erreur évidente sur cette carto : le niveau des mer et le découpage des côtes tel qu'il est représenté est faux : la mer était 100 à 120 mètres plus bas qu'actuellement à cette époque, et on pouvait traverser la Manche à pied...

Lien : http://paysagesglaciaires.net/site_source/...aternaires.html

extension_glaciers_2.gif

Ce graphique répond à tes questions je pense.

A+

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

C'est une bonne question bien intéressante...

Je n'ai pas pris le temps de chercher vraiment, mais je suis tombé sur un document qui peut servir de base à une discussion sur ce topic (je n'ai aucune idée de la "crédibilité" du contenu de ce site qui peut contenir des erreurs, mais il faut bien un début à un débat) :

On voit l'extension maximale de l'inlandsis scandinave et des glaciers alpins pendant la dernière glaciation (Rissien en trait plein et Würmien en trait pointillés).

Il y a par contre une erreur évidente sur cette carto : le niveau des mer et le découpage des côtes tel qu'il est représenté est faux : la mer était 100 à 120 mètres plus bas qu'actuellement à cette époque, et on pouvait traverser la Manche à pied...

Lien : http://paysagesglaciaires.net/site_source/...aternaires.html

extension_glaciers_2.gif

Ce graphique répond à tes questions je pense.

A+

Merci ça m'aide déja beaucoup mais n'existe t'il pas une carte plus précise ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Guest

Je ne sais pas, mais il faut bien comprendre qu'il existe très peu de traces terrestres de cette période, c'est ce qu'il en ressort de mes recherches rapides.

Ca va être difficile pour toi de trouver des éléments précis, essaie peut être de demander à ton BRGM local (bureau de recherches géologiques et minières, organisme public et donc données gratuites). Tu peux avoir accès gratuitement aussi aux cartes géologiques de la France sur www.brgm.fr, lien vers "infoterre".

A+ et bon courage.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pourquoi n'y avait-il pas de glacier dans le massif armoricain ou dans les collines de Normandie?

Cette question peut vous paraître absurde, pourtant cette question me trotte dans la tête depuis des années.

Comment les roches ont été taillés à Huelgoat, aux gorges du Toul Goulic, aux gorges de Corong. A première vue, ces roches en grosse boule ressemble à des roches erratiques mais les géologues affirment que ces roches se sont erodés sous l'action de la pluie. Quand je regarde les gros blocs arrondies, je me dis comment la pluie à pu faire de tel structure.

Aux alentours de chez moi, il est fou de remarquer que le sol est hétérogène et ne correspond à aucune carte géolgique. A 1 km à la ronde, mon père et moi, nous avons trouver beaucoup d'amphibolites (souvent arrondis), des grès, de la calcédoine, de la pyrite, des petits échantillons d'améthyste, du granite, de la diorite, de la dolérite, beaucoup de quartz. Pourtant, dans ces effleurements, on ne devrait trouver que de la diorite et de la dolérite verte (à pyroxène). Normalement, les amphibolites ne se trouvent qu'à plusieurs km de chez moi ( près de la forêt de Loudéac) et c'est le seul endroit où ces roches se trouvent en Centre Bretagne.

Comment expliquer ce sol très variés.

Et même, nous sommes allés dans d'autres zones et assez souvent, rien ne correspond aux cartes géologiques.

je ne sais quoi dire.

On peut penser qu'il y a eu un fort ruissellement d'eau pendant une période.

Je pense qu'à la fin d'une période glaciaire, l'eau a ruissellé en abondance assez pour transporter ces roches et pourquoi pas imaginé des glaciers pendant une période glaciaire aux alentours.

Bon, il faut peut-être que j'arrête de dériver de trop dans la géologie. default_laugh.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Guest

Pourquoi n'y avait-il pas de glacier dans le massif armoricain ou dans les collines de Normandie?

Cette question peut vous paraître absurde, pourtant cette question me trotte dans la tête depuis des années.

Comment les roches ont été taillés à Huelgoat, aux gorges du Toul Goulic, aux gorges de Corong. A première vue, ces roches en grosse boule ressemble à des roches erratiques mais les géologues affirment que ces roches se sont erodés sous l'action de la pluie. Quand je regarde les gros blocs arrondies, je me dis comment la pluie à pu faire de tel structure.

Aux alentours de chez moi, il est fou de remarquer que le sol est hétérogène et ne correspond à aucune carte géolgique. A 1 km à la ronde, mon père et moi, nous avons trouver beaucoup d'amphibolites (souvent arrondis), des grès, de la calcédoine, de la pyrite, des petits échantillons d'améthyste, du granite, de la diorite, de la dolérite, beaucoup de quartz. Pourtant, dans ces effleurements, on ne devrait trouver que de la diorite et de la dolérite verte (à pyroxène). Normalement, les amphibolites ne se trouvent qu'à plusieurs km de chez moi ( près de la forêt de Loudéac) et c'est le seul endroit où ces roches se trouvent en Centre Bretagne.

Comment expliquer ce sol très variés.

Et même, nous sommes allés dans d'autres zones et assez souvent, rien ne correspond aux cartes géologiques.

je ne sais quoi dire.

On peut penser qu'il y a eu un fort ruissellement d'eau pendant une période.

Je pense qu'à la fin d'une période glaciaire, l'eau a ruissellé en abondance assez pour transporter ces roches et pourquoi pas imaginé des glaciers pendant une période glaciaire aux alentours.

Bon, il faut peut-être que j'arrête de dériver de trop dans la géologie. default_laugh.png

L'ère quaternaire est très récente à l'échelle géologique, et l'érosion de glaciers de l'ère glaciaire n'aurait donc pas eu le temps de "faire des formes en boules" sur des roches dures en si peu de temps, ce n'est donc pas un bon indicateur. L'érosion par la pluie sur roches dures se fait sur une bien plus longue période, comptée en dizaines de millions d'années.

Vous avez la chance en bretagne d'être dans une zone géologique très riche, avec l'affleurement de nombreuses formations géologiques jusqu'à l'ère primaire si je me souviens bien de mes cours de géologie en fac. Ca explique sans doute la grande diversité que tu décris, à l'instar de ce que l'on observe nous dans le boulonnais dans le pas-de-calais.

J'imagine quand même mal des glaciers en bretagne ou en normandie il y a quelques dizaines de milliers d'année, de grosses accumulations de neige avec fonte brutale au printemps et donc grosses crues me paraît plus plausible pour expliquer ce déplacement de matériaux.

Bon, j'espère ne pas avoir dit une ânerie parce que ça date de près de 13 ans ces cours là ! lol default_tongue.png/emoticons/tongue@2x.png 2x" width="20" height="20">

A+

PS : La géologie est un très bon indicateur du climat, donc c'est pas si HS que ça...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il existe des tas de données sur l'inlandis, ses limites, le climat associé etc. Tapez dans les revues spécialisées sciences plutôt que dans les ouvrages grand public. J'essaierai de vous en mettre.

L'inlandis n'a jamais atteint l'Alsace mais il y a eu des glaciers dans les Vosges. La limite passe au sud de Londres, atteint la Hollande et file plein Est-Nord-Est avant de remonter vers le NE. Ainsi Moscou n'était pas sous les glaces (à la dernière glaciation en 20 000 BP, mais l'a été à la précédente) alors que la Bielorussie et la Pologne (60%) oui. Le sommet de l'inlandsis atteignait 2800m au niveau du golfe de Botnie à la latitude de Oulu.

Tout ça est très bien documenté tout comme les limites de rivages. Plus que la géologie, c'est la géomorphologie et la sédimentologie qui sont les disciplines les plus fines dans cette reconstitution.

A+!

Alex.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'attend avec impatience votre documentation. default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20"> Et est ce que on c'est si des sommets emergé de l'inlandsis ?

Pour les glaciers dans les Vosges, j'ai même un très bon livre qui en parle, rien a voir avec les glaciers Alpins de l'époque mais franchement pas mal pour des moyennes montagnes. Mais quand on regarde une carte de l'inlandsis a son maximum, je trouve qu'il est quand même très proche de l'Alsace, j'ai retrouver un livre qui enfaite m'indique que l'Alsace était recouverte de toundra avec de rare bouleau le longs des riviéres, avec un sol gelée en profondeur et avec des températures froides même l'été et avec des neiges éternelle a 800 métres d'altitude default_ohmy.png/emoticons/ohmy@2x.png 2x" width="20" height="20"> Avec des paysages et des conditions climatique comme ça, je pense vraiment que l'inlandsis était pas très loin.

Edit: Je vais ouvrir une petite parenthése hors sujet pour le sujet et le forum mais qui ce fermera très vite j'espére.

Je cherchais la date de la prochaine glaciation et certain disent que c'est dans 6000 ans, je suis vraiment éttoner, car j'avais jamais entendu une date aussi proche. Est ce une vrai ? Pour nos vie c'est très loin, mais même pour l'histoire humaine c'est pas très loin..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je cherchais la date de la prochaine glaciation et certain disent que c'est dans 6000 ans, je suis vraiment éttoner, car j'avais jamais entendu une date aussi proche. Est ce une vrai ? Pour nos vie c'est très loin, mais même pour l'histoire humaine c'est pas très loin..

En faites, tout les 5500 ans, il y a un changement climatique.

Pour te donner une idée: il y a 11 000, l'équinoxe d'été se trouvait à la périhélie de l'orbite propre à la terre et l'équinoxe d'hiver se trouvait à l'aphélie de l'orbite. Il y a 11 000 ans, on était encore en période glaciaire (vers la fin)

Il y a 5500 ans, le solstice d'automne cantonnait à la périhélie de l'orbite propre de la terre et le solstice de printemps à l'aphélie.

Aujourd-hui, l'équinoxe d'hiver est à la périhélie et l'équinoxe d'été à l'aphélie.

C'est ce qu'on appelle "la précession des équinoxes"

En réalité, la prochaine glaciation de grande ampleur se présentera dans environ 22 000 ans.

Dans l'ère quaternaire, 17 glaciations se sont succèdées.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'ère quaternaire est très récente à l'échelle géologique, et l'érosion de glaciers de l'ère glaciaire n'aurait donc pas eu le temps de "faire des formes en boules" sur des roches dures en si peu de temps, ce n'est donc pas un bon indicateur. L'érosion par la pluie sur roches dures se fait sur une bien plus longue période, comptée en dizaines de millions d'années.

Vous avez la chance en bretagne d'être dans une zone géologique très riche, avec l'affleurement de nombreuses formations géologiques jusqu'à l'ère primaire si je me souviens bien de mes cours de géologie en fac. Ca explique sans doute la grande diversité que tu décris, à l'instar de ce que l'on observe nous dans le boulonnais dans le pas-de-calais.

J'imagine quand même mal des glaciers en bretagne ou en normandie il y a quelques dizaines de milliers d'année, de grosses accumulations de neige avec fonte brutale au printemps et donc grosses crues me paraît plus plausible pour expliquer ce déplacement de matériaux.

Bon, j'espère ne pas avoir dit une ânerie parce que ça date de près de 13 ans ces cours là ! lol default_tongue.png/emoticons/tongue@2x.png 2x" width="20" height="20">

A+

PS : La géologie est un très bon indicateur du climat, donc c'est pas si HS que ça...

Ouais, peut-être qu'il faut que j'arrête de fantasmer sur "mes glaciers bretons". default_laugh.png

Comme tu le dis Misteph62, la Bretagne est riche géologiquement.

Vers Erquy, il y a de la spilite, du basalte résultant de l'orogénèse cadomienne (fin de précambrien et début du paléozoïque).

Dans la Bretagne en général, on trouve des roches issues de l'orogénèse hercynienne (carbonifère, permien).

...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Guest

En fait les dépôts quaternaires sont même un excellent indicateur des climats passés. Les dépots plus anciens ont participé à la reconstitution de la dérive des continents en informant sur les milieux (+/- oxydants).

Pour la Bretagne, pas de dépôts glaciaires connus. IE pas de glaciation "récente".

Par contre on a forcément du périglaciaire mais c'est partout ou presque (cailloutis cryoclastiques, glissements, solifluxions...) c'est à dire bien souvent des colluvions.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En faites, tout les 5500 ans, il y a un changement climatique.

Pour te donner une idée: il y a 11 000, l'équinoxe d'été se trouvait à la périhélie de l'orbite propre à la terre et l'équinoxe d'hiver se trouvait à l'aphélie de l'orbite. Il y a 11 000 ans, on était encore en période glaciaire (vers la fin)

Il y a 5500 ans, le solstice d'automne cantonnait à la périhélie de l'orbite propre de la terre et le solstice de printemps à l'aphélie.

Aujourd-hui, l'équinoxe d'hiver est à la périhélie et l'équinoxe d'été à l'aphélie.

C'est ce qu'on appelle "la précession des équinoxes"

En réalité, la prochaine glaciation de grande ampleur se présentera dans environ 22 000 ans.

Dans l'ère quaternaire, 17 glaciations se sont succèdées.

Quand je parle de glaciation dans 6000 ans, c'est une premiére poussée, mais c'est un certain André Berger qui a trouver cette date, mais je n'en c'est pas plus, si quelqun pourrait éclairer ma lanterne.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En fait les dépôts quaternaires sont même un excellent indicateur des climats passés. Les dépots plus anciens ont participé à la reconstitution de la dérive des continents en informant sur les milieux (+/- oxydants).

Pour la Bretagne, pas de dépôts glaciaires connus. IE pas de glaciation "récente".

Par contre on a forcément du périglaciaire mais c'est partout ou presque (cailloutis cryoclastiques, glissements, solifluxions...) c'est à dire bien souvent des colluvions.

Oui mais plus facile à observer, je signale que les sols polygonaux sont documentés dans le Loiret et depuis 2002 en Gironde. Outre les fentes de gels reprérées dans les strati, la prospection aérienne a permis de retrouver au printemps les contours des sols polygonaux du dernier glaciaire (différence d'avancement du colza, en fleur dans les fentes, pas en fleur au centre des polygônes). Enfin n'oublion spas les loess qui signent le périglaicaire à merveille et de l'Artois à la Provence c'est pas mal lotis...

Sinon neigement avec ta toundra vosgienne (et des 3/4 nord de la France), tu es encore à 200km au moins du front de glacier. Il n'est pas loin mais il te reste un désert de cailloux et de roche à traverser avant!

Le climat actuel au cercle polaire correspond au climat d'une ligne Bordeaux-Lyon il y a 20 000 ans.

A+!

Alex.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a pas vraiment de rapport avec le sujet de départ, mais je suis interesser pour savoir si les glaciers alpins sont descendu jusqu'a la vieille ville de Lyon au maximum de la glaciation ? Si c'est le cas, ça montre bien que les glaciers actuelle représente pas du tout les monstres qu'ils étaient a l'époque, il me semble même que pendant les glaciations, la Suisse était écraser par ses glaciers et il y a quelque mois j'était aller en Suisse pour voir un très grand bloc erratique de granite en plein millieu du plateau suisse et qui viens enfaite de la chaine du Mont Blanc, les glaciers alpins devais vraiment être impressionant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour, est ce que on c'est ou l'inlandsis arctique lors de la derniére glaciation est descendu en Europe au maximum ? Je pense que on doit le savoir grace au moraine que l'inlandsis a laisser. Petite question a par, qu'elle était la limitte des neiges éternelles dans les Vosges pendant le maximum de la glaciation ?

Edit: J'ai trouver quelque chose de assez bizarre, généralement on montre l'inlandsis qui s'arrette avant l'Alsace il me semble, mais je viens de tomber sur un texte d'un livre certainement mis sur internet Lien vers le livre qui lui dit a la page 173, que une colline dans la plaine d'Alsace (Le Bastberg 326 metres d'altitude) était recouverte de glace je trouve ça très surprenant. default_huh.png

J' habite à Bouxwiller, suis géologue et connaîs la géologie de cette région comme ma poche

En Alsace, près de Bouxviller, une autre motte glaciaire, le Bastberg, doit sa conservation à une couche de calcaire lacustre très dur, bien connu des géologues ; et, comme elle est caractérisée par ses fossiles comme miocène, on en peut tirer l'importante conclusion qu'une glaciation, postérieure au Miocène, a régné sur le pays.

Le Bastberg n'est pas une motte glaciaire, c'est un petit synclinal au sommet d'un horst bordé de failles

Le sommet du Bastberg est du Bajocien,l'autre culmination est coiffée par un conglomérat Oligocène; le calcaire lacustre en contrebas est Lutétien;alors je ne vais pas plus loin dans la lecture de ce document qui doit être ignoré

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut,

Tu peux trouver des informations sur l'extension des inlandsis pendant la dernière transition climatique avec cet article. Je l'ai en pièce jointe et tu peux me le demander par mail. default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">

Investigating the evolution of major Northern Hemisphere ice sheets during the last glacial-interglacial cycle

S. Bonelli, S. Charbit, M. Kageyama, M.-N. Woillez, G. Ramstein, C. Dumas,and A. Quiquet

Climate Of The Past, 5, 1013-1053

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les glaciers se sont effectivement étendus jusqu'à Lyon pendant la glaciation du Riss. Le Gros Caillou, bloc erratique déterré pendant les travaux du funiculaire, trône d'ailleurs fièrement sur les hauteurs de Croix-Rousse. J'ai de la documentation la dessus si tu le souhaites. default_happy.png/emoticons/happy@2x.png 2x" width="20" height="20">

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir à tous,

J'ai découvert cette chronique de Gérard Staron, du 23 mai dernier, sur le site GESTA. Elle est

essentiellement relative à la présence

de glaciers dans le massif central lors des dernières glaciations du WURM et RISS.

Pour ceux et celles qui sont intéressés voici le lien :

http://gesta.over-bl...e-31784981.html

Bonne lecture

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Toutes les réponses à vos questions se trouvent dans le magnifique livre qui vient de paraître :

Sylvain COUTTERAND et Sylvain JOUTY : Glaciers, mémoire de la planète (Hoëdeke, 238 pages , octobre 2009). Très belles cartes de l'extension maximale en Europe au Riss et au Würm !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Toutes les réponses à vos questions se trouvent dans le magnifique livre qui vient de paraître :

Sylvain COUTTERAND et Sylvain JOUTY : Glaciers, mémoire de la planète (Hoëdeke, 238 pages , octobre 2009). Très belles cartes de l'extension maximale en Europe au Riss et au Würm !

merci pour l'info gbl

probablement une excellente idée cadeau pour Noël.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 1 heure, sylvainmeteo a dit :

Rédigé par Gilles Rammstein que j'ai eu l'occasion de l'avoir en cours, au top :)

 

Gilles Ramstein. Je conseille d'ailleurs son livre Voyage à travers les climats de la terre. On retrouve ce qui est évoqué dans l'article du CNRS, avec plus de détails sur les mécanismes de ces épisodes climatiques très particuliers. 

 

51TjOQHcirL._SX321_BO1,204,203,200_.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.