Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Statistiques et anomalies climatiques globales


Recommended Posts

Cependant un truc me tracasse:

Je suis depuis peu d'annees le climat mondial, mais avec assiduite, et consulte regulierement les releves de temperatures de differentes stations de l'HN.

Venons en au fait: j'ai comparer les releves de temperatures mois par mois de plusieurs stations au bord de l'Arctique entre cette annee, 2008 et 2007. Or surprise, la temperatures ne semblait pas presenter l'augmentation que tendent a montrer les releves des organismes officiels et les projections des modeles climatiques. Par la suite j'ai decide de realiser la meme chose, mais cette fois ci pour les villes de lattitudes plus faibles, toujours dans l'HN. La, on constate carrement une baisse, que se soit en Europe, en Amerique ou en Asie default_mellow.pngdefault_mellow.png

L'annee touche desormais a sa fin, et on considerera ici que la TM au 20/12 2009 dans chaque station represente la TM de cette annuelle, meme si c'est faux et que la tm de decembre va encore baisser dans pas mal d'endroits, ce mois etant un mois en pente. Ca permettra de faciliter les calculs. Mon panel de stations:

-Svalbard-Spitzberg: la grosse ile au nord de la Norvege, les doux reveurs de l'hiver en manque de neige a la fin de l'ete doivent bien connaitre default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" width="20" height="20">

-Murmansk: Extreme Nord ouest Russe.

-Nar Jan Mar: a l'Est de Murmansk, limite Asie/Europe au bord de l'Arctique.

-Tiksi: Situe en Siberie Orientale au bord de l'Arctique.

-Anadyr: confins de la Siberie Orientale, en face du detroit de Bering.

-Inuvik: au Bord de l'Arctique au Canada cette fois ci, pas tres loin de l'Alaska.

-Iqaluit: Situe sur une des Iles Canadiennes au nord de la Baie d'Hudson.

-Cambridge Bay: sur une Ile au Nord du Canada.

-Resolute: situe sur une des terres Canadiennes les plus nordique, la TM annuelle temoigne du froid qui y regne...

-Verhojansk: Siberie Orientale par 60/65 degres N, un des endroits les plus froids en hiver.

-Moscou.

-Helsinki [sud Finlande].

-Stockholm [suede]

-Berlin

-Churchill: situe dans la province du Manitoba au Canada, a l'Ouest de la Baie dHudson.

-Chicago [uSA]

-Reykjavik: Sud de l'Islande.

-Quebec

-Calgary: sud ouest du Canada.

-Igarka: Centre-Nord-Est de la Siberie.

-Perm': Siberie Occidentale, proche de l'Oural.

Voici les stations de reference que j'ai prit pour realiser cette comparaison de ces 3 dernieres annees, et les TM de 2009, 2008 et 2007.

Station///////tm2009//////tm2008///////tm2007///////moyenne////////periode sur la quelle a ete evaluee la moyenne.

Svalbard-Spitzberg: -3.91 -3.61 -2.24 -6.48 1977/1990

Murmansk: 1.27 1.69 1.2 0.28 1918/1990

Nar'Jan-Mar: -3.21 -1.42 0.12

Tiksi: -11.93 -11.66 -9.78 -12.95 1961/1990

Anadyr: -6.87 -7.45 -3.88 -7.49 1898/1990

Inuvik: -7.84 -7.92 -7.3 -9.44 1957/1990

Iqaluit: -8.4 -9.13 -8.42 -9.26 1942/1990

Cambridge: -13.22 -13.83 -13.53 -14.8 1929/1988

Resolute: -14.03 -14.74 -14.58 -16.43 1948/1990

varhojansk: -14.3 -12.84 -12.2 -15.43 1891/1990

Moscou: 6.06 7.36 7.1 4.18 1779/1988

Helsinki: 5.5 6.93 6.52 4.48 1829/1990

Stockholm: 7.32 8.48 7.87 6.04 1981/1990

Berlin: 10.42 10.88 10.96 8.88 1701/1990

Churchill: -7.07 -6.87 -6.5 -7.29 1884/1988

Chicago: 8.7 8.53 9.67 9.43 1961/1990

Reykjavik: 6.47 6.04 6.22 4.6 1901/1991

Quebec: 4.13 4.23 3.78 4.22 1943/1990

calgary: 3.29 3.91 4.16 3.65 1881/1990

Igarka: -7.97 -6.52 -6.5 -7.41 1981/1990

Perm': 2.81 4.61 3.81 1.68 1882/1986

Moy: -2.04 -1.59 -1.12

Certes, mon echantillon de stations n'est pas representatif a la perfection de l'HN. Mais on a quand meme 21 stations reparties dans a peu pres toutes les zones terrestres de l'HN pour les lattitudes moyennes oue elevees, et le constat [pour un tel nombre de stations] est quand meme assez eloquent [du moins c'est mon opinion]: une perte de 0.47 degres entre 2007 et 2008, et a nouveau une perte de 0.45 degres entre 2008 et 2009. En tout nous avons perdu en moyenne 0.92 degres sur ces stations sur une periode aussi longue qu'une annee, et la baisse semble avoir ete des plus reguliere [a 2 centiemes pres].

Sur 21 stations, 2009 a ete la plus froide des 3 dernieres annees dans 13 d'entre elles [svalbard, Nar Jan Mar, Tiksi, Verhojansk, Moscou, Helsinki, Stockholm, Berlin, Churchill, Quebec, Calgary, Igarka et Perm] avec parfois une TM plus froides de plus d'un degres que les annees precedentes! [Nar Jan Mar, Verhojansk, Moscou, Helsinki, Igarka, Perm soit 6 stations sur 21]. Au contraire 2009 n'aura ete l'annee la plus chaude que pour une de ces 21 stations [Reykjavik].

Niveau regional, que constate t on?

Ces releves illustre parfaitement la deconcentration du vortex qui s'est operee en 2009. En effet, le refroidissement entre 2007 et 2008 s'effectue surtout dans les stations les plus hautes en lattitude: je pense notamment au Grand Nord Canadien [Cambridge Bay, Resolute, Iqaluit, Inuvik], ou 2008 a ete somme toute plus froid que 2009 et 2007. En moyenne sur les 9 stations de tres hautes lattitudes [bords du bassin arctique], on a une baisse de 1.07 degres entre 2007 et 2008 [c'est considerable]. Cependant la baisse aux lattitudes moyenne est restee tres limitee [nulle?] avec une perte de 0.01 degres [stagnation des temperatures en gros[.

Au contraire le refroidissement entre 2008 et 2009 s'est surtout effectue aux lattitudes moyennes, et il est parfois spectaculaire: la ou les temperatures aux hautes lattitudes n'ont perdu que 0.01 degres [elles ont stagne en gros], la temperaturea sur les 13 stations des lattitudes moyennes a baisse de 0.79 degres.

Niveau continent:

En Asie, sur 8 stations, on a une TM de -4.27 degres en 2009, -3.28 degres en 2008 et -2.52 degres en 2007. La baisse semble donc avoir ete continue et assez forte sur toute la Russie.

Amerique du Nord: sur 8 stations, on a une TM de -4.31 degres en 2009, -4.48 degres en 2008 et -4.09 degres en 2007. 2008 a donc ete plus froide que 2009, notamment grace a la concentration du vortex polaire sur le Nord du Canada.

Europe: sur 5 stations, on a une TM de 5.16 degres en 2009, 5.74 degres en 2008 et 5.87 degres en 2007. 2009 est donc d'assez loin la plus froide.

La baisse des temperatures serait donc plus prononcee en Asie et en Europe qu'en Amerique du Nord, et la baisse la plus importante sur ces 3 dernieres annees reviendrait au bassin Arctique Russe, ce qui peut expliquer le mieux dans l'extent et l'area de la banquise Arctique cet annee [ou serait ce le contraire: un area plus grand permet aux masses d'air froides de rester plus longtemps au primtemps etc...?].

La baisse plus lente en A du N proviendrait peut etre du fait que 2007 et 2008 ne semblaient pas y avoir ete particulierement chaude [deficit a Chicago, et a peine dans les normes centenaires ailleurs...].

Attention: j'ai prit les donnees des clim mensuells sur Meteociel [parfois il y a des donnees manquantes], et ces chiffres ne sont pas definitifs, puisqu'il manque la 3e decade de decembre 2009, et que certaines erreurs ont pu se glisser dans mes calculs et donc les resultats. Je pense que je referai le calcul en entier debut janvier avec les donnees definitives.

Link to post
Share on other sites
  • Replies 4.3k
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Je reviens sur ce sujet mal placé dans le national car c'est global. "Le réchauffement climatique en pause : records de chaleur mondiaux, c'est fini !" http://www.lameteo.org/index.php/news/2822

Beaucoup d'erreurs élémentaires et incroyables pour des pro dans tout ce que je viens de lire, que ce soit dans l'édito de Fred sur "Où en est le RC", https://www.lameteo.org/index.php/news/3149-ou-en

Autre vision...les dernières 12000 années..   

Posted Images

Posted
Besse sur Issole (83 - Alt 275 m à 26 km de la mer)

Pour les données, cherche éventuellement dans l'explorateur du KNMI ( http://climexp.knmi.nl/ ), de plus on a la possibilité de ne choisir que des stations dont les séries sont homogénéisées (adjusted), c'est inutile d'utiliser des moyennes de données brutes sans rien connaître des changements.

Ton étude des variations sur 3 ans, avec des stations non sélectionnées pour être représentatives d'une zone climatique suffisante (et sans qu'on sache si les moyennes sont homogénéisées) n'a pas pas vraiment de sens vu la variabilité de la température.

Avec l'explorateur de données du KNMI, pour la zone de 60° à 90° N, avec la source de données ci-dessous, on obtient ces anomalies sur les 60 dernières années (durée minimale pour parler un peu évolution du climat) :

# using minimal fraction of valid points 30.00

# T [Celsius] from CRUTEM3 + HadSST2 merged by land/sea area of grid box

# cutting out region lon= -180.000 180.000, lat= 60.000 90.000

1950 0.344866

1951 0.413537

1952 0.183594

1953 0.854241

1954 0.719540

1955 -0.118166

1956 -0.127913

1957 0.565040

1958 0.187595

1959 0.449089

1960 0.544030

1961 0.373321

1962 0.606938

1963 0.256198

1964 -0.266347

1965 -0.134654

1966 -0.412913

1967 0.402925

1968 0.162199

1969 0.494686E-01

1970 0.224313

1971 0.198551

1972 -0.133465

1973 0.580150

1974 0.165106

1975 0.515476

1976 0.171042

1977 0.632597

1978 0.132506

1979 0.421064E-01

1980 0.388282

1981 1.12250

1982 0.178111E-02

1983 0.525809

1984 0.501629

1985 0.395462

1986 0.269356

1987 0.144586

1988 0.708294

1989 0.712359

1990 0.688947

1991 0.863916

1992 0.132608

1993 0.597112

1994 0.476069

1995 1.15210

1996 0.444040

1997 1.01175

1998 0.960855

1999 0.553397

2000 1.00918

2001 1.07928

2002 1.18543

2003 1.38189

2004 1.08820

2005 1.54894

2006 1.16267

2007 1.73801

2008 1.21873

2009 1.14281

Etant donné qu'en 2007, on relève l'anomalie la plus haute depuis au moins 1854 (début de cette série), il est plus que logique de descendre depuis 2007, d'autant plus que la variabilité de la Tm de cette zone, est environ 2 fois plus importante que celle du globe entier.

Sur ces 60 ans, la tendance est de +0.18°/décade (significative).

Sur les 30 dernières années, la tendance est de +0.37°/décade (significative)

La dernière tendance significative d'après les tests de Kendall et/ou Spearman est donnée pour les 11 dernières années, +0.53°/décade (1999-2009).

Tendance de +0.29°/décade sur les 10 dernières années, mais non significative.

L'anomalie du climat (donc /30 ans) fin 2009 (sans décembre) pour cette zone, est passée à +0.81° contre +0.25° sur la période climatique précédente.

La moyenne des 10 dernières années (1.26°) est significativement plus élevée que celle des 10 précédentes (0.69°)

Tant que certains refuseront toujours d'admettre que la variabilité de la Tm annuelle autour de ce qu'est le climat ( une moyenne sur au moins 30 ans) est une règle élémentaire et qu'ils ne suivront pas l'évolution de ces moyennes/30 ans, bien avant de s'intéresser aux 3, 10, 20, ou 30 dernières années, on ne s'en sortira pas !

Comparer une évolution de Tm sur 3 ans à des projections donnant une évolution moyenne sur 100 ans, c'est inutile.

( une courbe dans une projection officielle de l'AR4 ne donne pas une évolution des anomalies "à la petite semaine", elle n'est pas du tout prévue pour estimer l'anomalie de telle période de 3 ans ou de telle décade )

A noter pour ceux qui sont amateurs de données homogénéisées en France, qu'on peut récupérer facilement la série phénoménale des 333 ans de données homogénéisées pour Paris, grâce au gros travail de Daniel Rousseau (CSM). Ces données de Tm mensuelles depuis 1676, sont toutes diffusées dans le dernier numéro de la revue "La Météorologie". En prime, il y a les corrections à appliquer aux données de Tmm actuelles à Montsouris, ce qui permet de continuer à comparer les moyennes actuelles aux anciens relevés corrigés (du moins tant qu'il n'y aura pas de nouveaux changements)

Link to post
Share on other sites

Pour les données, cherche éventuellement dans l'explorateur du KNMI ( http://climexp.knmi.nl/ ) (...)

WAOW. MERCI pour le lien, pour la méthode et la démonstration. default_thumbup.gif

Je signale un post récent de Tamino sur "Comment évaluer mathématiquement la durée minimale à analyser pour distinguer la tendance du bruit" : http://tamino.wordpress.com/2009/12/15/how-long/ - ce serait intéressant à appliquer aux données présentées ici...

Link to post
Share on other sites

Je sais pas si c'est déjà passé...

James Hansen, directeur du GISS, estime dans son analyse de l'année écoulée qu'"il y a une haute probabilité - supérieure à 50 % - que 2010 soit l'année la plus chaude" jamais mesurée. Cependant, ce record "n'est pas une certitude, surtout si le phénomène El Nino venait à décliner de façon inattendue au début de 2010", note le Met Office.

Article Le Monde
Link to post
Share on other sites

Oui, ce n'est pas une nouveauté ce genre de "paris" ou "pronostics" (au choix). Ils se basent surtout sur le fait que la fin d'année 2009 a été particulièrement chaude au niveau global, notamment sous l'impulsion d'un el-niño toujours très bien installé dans le Pacifique et qui pourrait perdurer au moins une partie de l'année prochaine. Ils avaient fait le même pronostic il y a peu, mais manque de chance pour eux la niña avait très vite pris le relais et la suite a été assez comique.

D'une manière générale, je pense que quelque soit le "bord" de ceux qui se risquent à ces "paris", ils sont davantage les reflets de la pensée (voire des désirs) de leurs auteurs que des éléments concrets pour un éventuel débat argumenté. Et le plus souvent, cela se termine en eau de boudin : Hadley en a fait l'amère l'expérience, mais après tout /index.php?showtopic=40167&st=77'>il n'est pas le seul.

By the way, malgré la situation synoptique remarquable à l'échelle de l'hémisphère nord depuis une bonne quinzaine, il semblerait que décembre 2009 soit à nouveau parti pour être très chaud au niveau mondial, notamment du point de vue des SST mondiales qui semblent (résultats provisoires) en passe de rebattre leur record absolu ... datant de l'été dernier.

EDIT : l'anomalie hebdomadaire en zone Niño 3.4 a atteint +1.9° la dernière semaine ; c'est la plus haute valeur observée sur cette zone depuis février 1998. Assurément, si cet épisode Niño est resté bien timide pendant plusieurs mois, il est désormais bien installé et particulièrement significatif.

Link to post
Share on other sites
Posted
Bastia - Montesoro [Alt.: 56m] / Nice Ouest (06)

Oui ,maintenant el nino est modéré ,il pourrait passer à fort d'ici un mois.

Ah bon ? Moi j'avais lu quelque part qu'en début 2010 il devrait faiblir default_wacko.png

Je cite : Un épisode El Niño s'est amorcé dans le Pacifique tropical (Sept. 2009) ce qui perturbera le climat mondial. Le développement d'un épisode El Niño s'est amorcé dans le Pacifique tropical, un épisode qui persistera au moins jusqu'à la fin 2009, début 2010.

=> http://www.actualite...at-mondial.html

Link to post
Share on other sites
Posted
La-Chapelle-Saint-Florent (49)

Ah bon ? Moi j'avais lu quelque part qu'en début 2010 il devrait faiblir default_wacko.png

Je cite : Un épisode El Niño s'est amorcé dans le Pacifique tropical (Sept. 2009) ce qui perturbera le climat mondial. Le développement d'un épisode El Niño s'est amorcé dans le Pacifique tropical, un épisode qui persistera au moins jusqu'à la fin 2009, début 2010.

=> http://www.actualite...at-mondial.html

Non mais faut tout lire.

D'après les prévisions des modèles et les interprétations des experts, cette situation persistera très probablement au moins jusqu'à la fin de l'année 2009 voire jusqu'au premier trimestre de 2010. Pour après, l'on ne dispose pas encore de prévisions fiables.

Sachant que ton article date de début septembre, soit il y a 4 mois.
Link to post
Share on other sites
  • 3 weeks later...
Posted
Besse sur Issole (83 - Alt 275 m à 26 km de la mer)

Voici un petit tour d'horizon des anomalies annuelles de température globale et du climat, avec les données à jour de la NOAA pour 2009 (les anomalies annuelles ont été une nouvelle fois modifiées depuis mon dernier message sur ce sujet)

L'anomalie de 2009 est de 0.5568°, 6 ème année la plus chaude.

Le classement des années chaudes :

globclaschd2009.png

Les 30 dernières années :

globchronoclas2009.png

La classification et le nb d'écart-type des 30 dernières années, par rapport au niveau du climat de fin 2009 (donc réchauffé de 0.3649°) :

globchronoclas30der2009.png

L'évolution des anomalies annuelles et de la moyenne mobile/11 ans (à ne pas confondre avec l'évolution du climat !):

http://meteo.besse83...voltemp2009.png

L'évolution du climat :

http://meteo.besse83...volclim2009.png

Dernière tendance climatique sur les 60 dernières années : +0.11°/déc (significative)

Tendance sur les 30 dernières années : +0.17°/déc (significative)

Dernière et plus courte tendance significative de la température : +0.15°/déc depuis 94 (16 ans)

1950-1979 : 0.0121°

1980-2009 : 0.3949°

Hausse significative.

1990-1999 : 0.3626°

2000-2009 : 0.5363°

Hausse significative.

A vous de conclure ! default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20">

Link to post
Share on other sites
Posted
st yrieix le déjalat (19) 750 m / 1700 mm annuel

Merci chris, donc 2005 est l'année la plus chaude sur le globe et 98 en deuxieme, je ne rappelais plus. D'apres certains scientifiques 2010 pourrait battre 2005 , nous verrons bien , enfin surtout d'autres vont subir.

Link to post
Share on other sites
Posted
Besse sur Issole (83 - Alt 275 m à 26 km de la mer)

Merci chris, donc 2005 est l'année la plus chaude sur le globe et 98 en deuxieme, je ne rappelais plus. D'apres certains scientifiques 2010 pourrait battre 2005 , nous verrons bien , enfin surtout d'autres vont subir.

Oui c'était déjà le cas dans les anciennes anomalies NOAA.

Hansen et ses collègues, ont estimé aussi que 2005 est probablement l'année la plus chaude avec d'autres données :

http://www.columbia.edu/~jeh1/mailings/2010/20100115_Temperature2009.pdf

Prévoir un record pour telle année, avec la variabilité d'une année sur l'autre, même en prenant tout en compte, c'est plus de l'estimation au feeling.

L'essentiel pour le moment, c'est qu'ils ne se plantent pas dans les prévis plus solides, conçues pour donner les grandes tendances.

Link to post
Share on other sites

Oui c'était déjà le cas dans les anciennes anomalies NOAA.

Hansen et ses collègues, ont estimé aussi que 2005 est probablement l'année la plus chaude avec d'autres données :

http://www.columbia.edu/~jeh1/mailings/2010/20100115_Temperature2009.pdf

Prévoir un record pour telle année, avec la variabilité d'une année sur l'autre, même en prenant tout en compte, c'est plus de l'estimation au feeling.

L'essentiel pour le moment, c'est qu'ils ne se plantent pas dans les prévis plus solides, conçues pour donner les grandes tendances.

Les mesures du HADCRUT et les mesures satellites voient 1998 plus chaude que 2005 (et même nettement plus chaude pour les mesures satellites). Bon mais cela est anecdotique, ce sont effectivement les tendances lourdes qui importent.

Pour les 20 dernières années :

http://www.woodfortrees.org/plot/hadcrut3vgl/from:1990/offset:-0.15/compress:12/plot/gistemp/from:1990/offset:-0.24/compress:12/plot/uah/from:1990/compress:12/plot/rss/from:1990/compress:12

(les mesures NOA correspondent à la courbe GISTEMP)

Pour 2010 je suis curieux des arguments de Hansen pour sa prévision d'un nouveau "record"

Link to post
Share on other sites

Oui, très grand merci Christian P.

Entre vous et Treize Vents, c'est un vrai plaisir de suivre les données statistiques en temps presque réel, ainsi que leur mise en perspective.

Vraiment bravoflowers.gif

Link to post
Share on other sites

Hansen vient de faire une très intéressante intervention sur realclimate au sujet de l'année 2009 (et également sur 2-3 autres sujets, le froid de décembre, les différences avec HadCruT):

http://www.realclimate.org/index.php/archives/2010/01/2009-temperatures-by-jim-hansen/#more-2743

Pour le GISS, en chiffre absolu, 2009 est la 2e température la plus chaude, derrière 2005, à égalité avec 2007. Mais comme le précise Hansen, il faut tenir compte des incertitudes, ce qui donne en réalité 6 années à égalité pour la 2e place, soit 1998, 2002, 2003, 2006, 2007 et 2009. 2005 étant significativement plus chaude.

Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...
Posted
Besse sur Issole (83 - Alt 275 m à 26 km de la mer)

Un petit tour graphique sur les tendances des anomalies globales de Tm (NOAA sur 1901-2000).

La dernière et la plus courte tendance significative d'après les tests de Kendall et de Spearman est relevée sur 1994-2009 (sur 16 ans)

trdglb9409.png

On y trouve l'intervalle de confiance, les droites en pointillés ( la zone où on est sensé relever le plus probablement 95% des observations), l'intervalle de confiance (à 95%) des points de la droite de régression (la zone d'incertitude entre les hyperboles), les 2 droites, marron et verte, indiquent l'intervalle de confiance de la pente (à 95%).

C'est à dire qu'en réalité sur cette plus courte durée qui donne une tendance significative de l'évolution de la température (et non de l'évolution du climat !), on est quasi certain que la tendance est à la hausse, mais en fait on ne sait pas à quel niveau exactement.

La tendance pourrait être aussi bien de 0.2575°/déc que de 0.0366°/déc (soit un réchauffement de +2.6° à +0.37° / 100 ans, ce qui est très différent), même si la probabilité que ce soit réellement une de ces deux valeurs, est bien plus faible celle que pour la valeur d'une pente proche de la droite de la tendance (celle à +0.147°/déc)

On voit donc que la significativité sur la plus courte période possible, lorsqu'elle est très courte, donne simplement la quasi certitude que la tendance est à la hausse ou à la baisse. On se situe vraiment à la limite de la significativité. Il serait donc vraiment absurde et malhonnête de tirer des conclusions de hausses ou de baisses avec des tendances qui ne sont pas significatives, d'autant plus avec des pentes moins importantes (en valeur absolue).

Pour que la prochaine tendance sur 1994-2010 reste significative (pour les tests de Kendall et Spearman), il faudrait que l'anomalie de 2010 soit >= 0.52°

Pour que la prochaine tendance soit significative sur une aussi courte durée que 16 ans (sur 1995-2010), il faudrait que l'anomalie de 2010 soit >=0.575°

Voici un exemple bien connu, sur 1998-2009, d'une tendance qui ne sert à rien et qui est malheureusement prise comme parole d'évangile d'un changement trdglb9809.png

On voit l'écart entre les 2 droites de l'IC de la pente. On ne peut pas savoir avec une confiance suffisante si c'est une tendance à la baisse ou si c'est une tendance à la hausse. Même s'il y a 66.2% de chances pour une hausse et 33.8% pour une baisse, cette tendance n'a pas de sens.

Si la tendance avait changé significativement depuis 1998, on devrait le détecter au minimum par rapport à une des plus fortes pentes à la hausse sur une plus longue période, donc à partir d'un des points les plus froids, en 1976.

trdglb7698.png

La tendance noire calculée avec les données sur 76-98 n'a guère bronché d'après la droite rouge calculée en intégrant aussi les données après 98 (sur 76-2009). La tendance est significativement la même sur 76-2009, elle n'a perdu que 0.0054°/déc !

"Enormissime" changement de tendance pour certains, malgré le fait que même dans 90 ans, en 2100 à ce même rythme, ça nous donnerait une différence de 0.05° (+1.53° au lieu de +1.58°), quel changement !

Dans les exemples précédents, ces tendances ne concernaient que l'évolution de la T interne du climat, elles ne sont pas représentatives de l'évolution du climat moyen. Il faut tirer une tendance sur au minimum 2 états moyens du climat pour analyser un début de tendance climatique ( Sur 2 périodes de 30 ans, donc avec 60 ans de données. Il y a encore trop souvent une confusion entre une moyenne sur au moins 30 ans qui est nécessaire pour représenter le climat, un état moyen, et une tendance sur 30 ans qui est insuffisante pour suivre l'évolution d'un climat par rapport à un autre climat, car ce n'est qu'une tendance tirée sur un unique climat moyen. De plus pour ceux qui pensent que le cycle de 60 ans est présent, une tendance calculée sur cette durée est indispensable. On ne peut pas dire que ce cycle est important et faire comme s'il n'existait pas !)

trdglb5009.png

C'est assez clair, depuis 1998, tous les points sauf 2000 et 2008, ont tiré la tendance vers le haut. Mais cette accentuation de la tendance semble à la limite de la significativité :

trdglb5098.png

On voit que la droite de tendance violette (1950-2009) pratiquement confondue avec la droite marron (IC sup de la pente sur 1950-98), reste dans et près de la limite supérieure de l'intervalle d'incertitude de la tendance sur 1950-98 qui n'est plus une tendance climatique (49 ans de données)

Voyons une comparaison par rapport à la tendance climatique sur 1939-1998

trdglb3998.png

On remarque que la tendance climatique 1950-2009 (verte) est significativement plus forte que la tendance climatique sur 1939-1998 (noire).

La tendance climatique sur 1939-2009 (71 ans de données) est intéressante, car elle part toujours de la même période où la T est relativement élevée. Ca ne l'empêche pas de devenir significativement plus importante que la tendance climatique de 1939-1998

C'est encore un indice que malgré la stagnation de la progression du niveau des anomalies annuelles, les dernières années depuis 98 ont bien continué à réchauffer le climat et non à le stabiliser.

Un petit outil intéressant pour visualiser les tendances sur différents pas de temps.

http://www.radix.net...tureTrends.html

Réglez le sur 60 ans et vous verrez qu'il n'y a jamais eu de refroidissement pour ces tendances représentatives de l'évolution du climat. C'est d'ailleurs conforme avec l'analyse et la comparaison des moyennes/30 ans, qui montre qu'on n'a jamais relevé de moyennes/30 ans significativement plus basses qu'une précédente moyenne/30 ans (du moins avec les données depuis 1880)

Link to post
Share on other sites

Voici sur le Luc en Provence située sur la commune du Cannet des Maures dans le centre Var, l'évolution des températures depuis 1951 avec moyennes sur 30 ans(1951-1980 1961-1990 1971-2000 1980 -2009).

http://pagesperso-orange.fr/sud-meteo/lucgraph.html

Et, aussi l'évolution des précipitations.

Le constat est flagrant, les températures sont en hausse constante et les précipitations ont chutées en période hivernales.

OutsideTempHistory.gif

Link to post
Share on other sites

Bravo Taradeau bien tes shémas l'été c'est plus 1°c voir un peu plus ... voilà qui en dit long sur l'état du climat . j'ai mesuré cet été 2009 plusieurs jours fin aout ou la méditerranée était à 28°c à Cavalaire et mon thermo est exacte je le controle et ce n'était pas au bord mais à environ 30 m du rivage ,( Bonporto ).

Link to post
Share on other sites

J'attire votre attention sur la mesure en (quasi) temps réel de l'anomalie de température troposphérique de Spencer pour le mois de janvier:

http://discover.itsc...e.csh?amsutemps

D'après mes calculs, l'anomalie (à 4.5km) devrait attendre environ 0.66°, soit l'anomalie la plus haute depuis 1998, tout mois confondu.

Attendons quelques jours pour que Spencer sorte le chiffre officiel... mais visiblement, ça chauffe !

Link to post
Share on other sites

J'attire votre attention sur la mesure en (quasi) temps réel de l'anomalie de température troposphérique de Spencer pour le mois de janvier:

http://discover.itsc...e.csh?amsutemps

D'après mes calculs, l'anomalie (à 4.5km) devrait attendre environ 0.66°, soit l'anomalie la plus haute depuis 1998, tout mois confondu.

Attendons quelques jours pour que Spencer sorte le chiffre officiel... mais visiblement, ça chauffe !

Pourquoi prendre l'anomalie à 4,5 km et pas "near surface layer" (qui est élévée aussi d'ailleurs) ?

le bon lien : http://discover.itsc.uah.edu/amsutemps/execute.csh?amsutemps+001

fort intéressant, son blog là : http://www.drroyspencer.com/

A noter que Spencer ne croit pas du tout au rôle majeur du CO2 dans le réchauffement climatique. Ses explications et arguments sont plutôt clairs. Si le dernier arcticle de son blog me laisse perplexe, l'article intitulé : "A Demonstration that Global Warming Predictions are Based More On Faith than On Science" me semble assez lumineux...

Link to post
Share on other sites

Pourquoi prendre l'anomalie à 4,5 km et pas "near surface layer" (qui est élévée aussi d'ailleurs) ?

le bon lien : http://discover.itsc...h?amsutemps+001

fort intéressant, son blog là : http://www.drroyspencer.com/

A noter que Spencer ne croit pas du tout au rôle majeur du CO2 dans le réchauffement climatique. Ses explications et arguments sont plutôt clairs. Si le dernier arcticle de son blog me laisse perplexe, l'article intitulé : "A Demonstration that Global Warming Predictions are Based More On Faith than On Science" me semble assez lumineux...

Non, la température UAH officielle est bien prise à 4.4km (CH05).

http://www.drroyspencer.com/2010/01/how-the-uah-global-temperatures-are-produced/

Sinon, Spencer est un climato-sceptique, c'est clair, mais c'est ce qui rend également ses mesures de température intéressantes à suivre ;-)

Link to post
Share on other sites

J'attire votre attention sur la mesure en (quasi) temps réel de l'anomalie de température troposphérique de Spencer pour le mois de janvier:

http://discover.itsc...e.csh?amsutemps

D'après mes calculs, l'anomalie (à 4.5km) devrait attendre environ 0.66°, soit l'anomalie la plus haute depuis 1998, tout mois confondu.

Attendons quelques jours pour que Spencer sorte le chiffre officiel... mais visiblement, ça chauffe !

Le chiffre officiel est sorti... C'est pire que prévu: anomalie +0.72 !

UAH_LT_1979_thru_Jan_10.jpg

Link to post
Share on other sites

Je ne nie pas l'intérêt fondamental des mesures satellite dans tous les processus d'analyse de l'atmosphère, mais il faut plutôt se baser sur les bilans après réanalyse pour mesurer des anomalies.

On s'embête à créer des modèles atmosphériques qui cherchent à reconstruire de la façon la plus cohérente possible tous les champs de l'atmosphère. Et à faire des modèles de réanalyse pour garantir l'homogénéité dans le temps.

La qualité de la mesure satellite me paraît prohibitoire pour mesurer directement des anomalies globales de l'ordre du dixième, surtout pour garantir l'homogénéité de la mesure. Donc si on a des courbes qui semblent réalistes, c'est sans doute au prix d'un travail statistique énorme...

De même que la mesure des températures à 2m n'est pas la plus facile à appréhender.

Bref, c'est faire compliqué quand on peut faire simple. On a des modèles, servons-nous en...

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...