Sam49

Suivi de l'englacement au pôle nord

Messages recommandés

il y a 31 minutes, mickael23 a dit :

.. et l'hiver à terme ne serait plus vraiment l'hiver ?

 

Ca serait donc à l'image des 3 ou 4 précédents hivers, voire pire?

Sauf que pendant que nous "profitions" de conditions clémentes, l'Amérique du Nord, la Russie ou d'autres connaissaient régulièrement des conditions hivernales sévères, ces fameuses "dégoulinades" dont tu parles et que l'on a pas réellement connu depuis Février 2012.

Donc suivant ton scénario, le vortex polaire se réduirait jusqu'à devenir quasi-inexistant et alors l'ensemble des moyennes lattitudes ne connaitrait plus de conditions réellement hivernales.

C'est peut-être ce qui nous attend mais je pense qu'il est trop tôt pour l'avancer avec certitude, en tout cas il y a bien une tendance de fond à l'amoindrissement de l'hiver en Europe Occidentale.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, mickael23 a dit :

Des hypothèses? des avis sur la question?

 

A priori, le froid sera présent encore un moment au niveau des super-continents en hiver, pour cause de refroidissement radiatif suffisamment intense et de sols toujours enneigés aux hautes latitudes. Par contre au-dessus de l'Arctique, c'est une autre affaire avec une banquise jouant de moins en moins le rôle d'isolant (hausse des flux de chaleur et d'humidité entre l'océan et l'atmosphère). La question qui reste posée, c'est comment va réagir la circulation globale à cette modulation des sources et puits de chaleur ? 

 

En tout cas, en 2100 et même après, la probabilité d'extrême froid n'est pas nulle, même avec une banquise saisonnière (uniquement présente en cours d'hiver). Je pense qu'il faudrait vraiment forcer violemment le système pour qu'il ne parvienne plus à former des centres froids sur les grandes masses continentales en pleine nuit polaire. Quand bien même l'efficacité/rapidité  de leur formation serait réduite, ils ne disparaîtront probablement pas si facilement. Par rapport à ta remarque, on a donc encore de la marge avant que le froid ne puisse plus descendre jusqu'à nos latitudes en hiver. Peut-être à terme au fil des siècles prochains. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et si au contraire, au lieu de détruire ces masses froides, le réchauffement climatique qui entraine on le sait pleins de dérèglements, n'amenait pas l'effet inverse sur le TTLT?

à savoir des masses froides de moins en moins présentes en "haut", et de plus en plus présentes en "bas"?

 

Quand on voit là, la circulation totalement inversée d'Est en Ouest sur on ne sait quelle durée... tout est possible.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Citation

 La question qui reste posée, c'est comment va réagir la circulation globale à cette modulation des sources et puits de chaleur ? 

ben, justement, peut être bien comme ça

Citation

à savoir des masses froides de moins en moins présentes en "haut", et de plus en plus présentes en "bas"?

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Peut-être, oui. Après, ma remarque était plus générale. Comment cela pourrait influencer les régimes de temps ? Par quels mécanismes les grands mouvements atmosphériques sont/seront ré-organisés etc. Là-dessus, il y a beaucoup d'hypothèses mais pas évident de savoir comment tout cela s'applique dans le monde réel.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est tout l'enjeu de l'étude de l'évolution du VP, comme l'étude de Coehn et al en fin d'année 2017.

Le gradient Nord/Sud forme le VP, et le VP refroidit la masse d'air par le haut. 

Selon cette étude, les périodes de VP intense sont à la baisses, à la faveur des périodes de VP faibles, un classement par groupe a été effectué.

 

Une synthèse de cette étude se trouve d'ailleurs sur Global Climat.

 

Donc un VP moins solide c'est moins d'air froid sur la colonne, et une sensibilité accrue à d'autres facteurs comme la MJO, ENSO etc...d'où l'idée de régimes de temps pouvant rester "bloqués" des semaines, avec les fameux méandres du jet.

 

Après, on en est encore plus dans la suggestion que dans la démonstration, la période étudiée est d'une durée qui n'efface pas certains bruits longs comme l'AMO, la PDO qui ont peut être leurs effets rétroactifs propres sur le VP, et puis on peut jouer la mauvaise langue avec l'impression subjective que Cohen aime bien le froid en Europe. Cela étant, son papier vient en corroborer d'autres sur l'évolution du jet en particulier.

Modifié par sebb
  • J'aime 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 17/2/2018 à 17:40, Higurashi a dit :

L' anomalie de température prévue par GFS et moyennée sur les 7 prochains jours est dantesque. Tandis que les masses d'air froid sont progressivement excentrées vers les latitudes plus basses, c'est portes ouvertes aux advections douces au pôle. L’extension est déjà dans les choux actuellement, ça ne risque pas de s'arranger prochainement quand on voit ça.

 

180217054729654943.png

 

Bon et bien la prévision se confirme!! plus de 6°  d'anomalie positive moyennée sur le bassin avec plus de 20° coté Béring!! çà se passe de commentaire!

 

gfs_nh-sat1_t2anom_1-day.png

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 31 minutes, serge26 a dit :

 

Bon et bien la prévision se confirme!! plus de 6°  d'anomalie positive moyennée sur le bassin avec plus de 20° coté Béring!! çà se passe de commentaire!

 

Et c'est loin d'être fini... Entre le 21 et le 25  deux remontées d'air chaudes dantesques pour la saison devrait atteindre le Pôle Nord en passant par la mer de Wandel (entre 20 et 30°c d'anomalies de T°c modélisée ! O.o :/ ).

Un "petit" coup de grignotage par le Béring, un autre en passant par le Groenland, je pense que la banquise se serait bien passée de l'échange méridien qui nous permet par la suite le Moscou Paris...

Après, l'anomalie de température tendrait à se calmer mais la banquise risque bien d'atteindre en Mars une autre valeur record de plus faible extension maximale après celle de 2017...

(et sans parler de la banquise Antarctique qui flirte maintenant avec le record de 2017...).

 

40.png

 

Edit : On a une meilleure vision de ce que cela pourrait donner avec les températures prévues (on serait ainsi au dessus de 0°c au pôle Nord aux alentours du 25...). 

41.png

Modifié par Yoann44
  • J'aime 6
  • Surprise 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 50 minutes, sebb a dit :

Surpris de voir qu'à partir d'une certaine profondeur, le réchauffement n'a pas l'air si bruyant que ça:

 

 

L'inertie thermique amortit le bruit.

 

  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A cette profondeur on a déjà un effet important d'intégrateur temporel, dans une zone qui se réchauffe très vite en plus donc pas si étonnant. Il y'a d'ailleurs une technique de paléoclimatologie qui consiste à analyser le profil thermique en profondeur dans les sols, on y retrouve les marques des variations climatiques passées encore "en mémoire". 

  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dégel aujourd'hui à la station de Cap Morris, au nord du Groenland, qui est d'ailleurs la station météo la plus au nord du monde.

L'ancien record du dégel le plus précoce à cette station était détenu par un 2 mai ..! O.o

  • J'aime 1
  • Surprise 12

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, TreizeVents a dit :

Dégel aujourd'hui à la station de Cap Morris, au nord du Groenland, qui est d'ailleurs la station météo la plus au nord du monde.

L'ancien record du dégel le plus précoce à cette station était détenu par un 2 mai ..! O.o

 

Oui, j'en avais parlé dans le topic suivant plus tôt dans la journée :

 

 

DWjD-t2XkAADiq9.jpg&key=b46fab46a8f0e9a0

  • J'aime 1
  • Surprise 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

une "débâcle " dans le détroit de béring et une grande crevasse  en mer de sibérie orientale dignes aussi d'un mois de mai , et un "trou" dans la glace au nord est du groënland ...  j'ai mal à ma banquise  ! et dans le même temps un "moscou paris " prévu dans les jours à venir sur notre pays ... si cette vague de froid avait la bonne idée d'aller plutôt se recentrer la haut et voir en arctique le travail qu'il reste à faire  cet hiver , je ne serais pas contre ! :|

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quoi d'exceptionnel quand la poussée atlantique est aussi puissante ? Le retour de bâton est sur l'Europe , dois-on relever en contrepartie que des records de froids vont s'établir dans les prochaines semaines plus bas en latitude ? Vous prenez un point singulier du Groenland pour faire du sensationnel. Quand la cote nord-ouest est sera positive même en mai, là oui je m'affolerai.

vents.jpg

Modifié par rcaman
  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 6 heures, rcaman a dit :

Quoi d'exceptionnel quand la poussée atlantique est aussi puissante ? Le retour de bâton est sur l'Europe , dois-on relever en contrepartie que des records de froids vont s'établir dans les prochaines semaines plus bas en latitude ? Vous prenez un point singulier du Groenland pour faire du sensationnel. Quand la cote nord-ouest est sera positive même en mai, là oui je m'affolerai.

Tu peux déjà suivre le forum artic sea ici où des spécialistes indiquent bien que ce qui se passe est historique (ah oui c'est sûr ses remontées dantesques de masse d'air chaudes on en voient depuis 2015, mais avant ? Et bien non, pas à ce point ! Et depuis l'hiver 2016-2017, c'est le défilé de records en Arctique...) :

https://forum.arctic-sea-ice.net/index.php?topic=2141.1000

 

Tu peux aussi suivre ces fils twitters de météorologues, glaciologues et climatologues qui sont également plus qu'interloqués de ce qui se passe dans l'HN actuellement :

 

https://twitter.com/EricHolthaus

https://twitter.com/Ketil_Isaksen

https://twitter.com/ZLabe

 

DWlPkBJU8AApSQm.jpg

 

 

Et enfin tu peux juste aussi cesser de faire du relativisme à propos du RC (mais juste assez pour ne pas te faire passer pour un climatosceptique, comme on peut le voir dans chacune de tes interventions précédentes à ce sujet lorsqu'on va sur ton profil...)

 

N'hésites pas également à faire un tour sur ce blog et à lire les commentaires de passionnés qui relaient constamment les dernières études et observations sur le climat. On verra si tu considères qu'on exagère (ce qui est le fond de ta pensée je crois).

 

https://robertscribbler.com/2018/02/21/north-pole-region-predicted-to-experience-another-instance-of-above-freezing-temperatures-as-the-bering-sea-ice-is-blasted-away/

Modifié par Yoann44
  • J'aime 5

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En fait, il s'en cogne de ton argumentation, et plutôt dans le registre de la conviction.

A prendre comme un troll en quelque sorte ;)

Modifié par Vincent-86
  • J'aime 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 17 heures, rcaman a dit :

Quoi d'exceptionnel quand la poussée atlantique est aussi puissante ? Le retour de bâton est sur l'Europe , dois-on relever en contrepartie que des records de froids vont s'établir dans les prochaines semaines plus bas en latitude ? Vous prenez un point singulier du Groenland pour faire du sensationnel. Quand la cote nord-ouest est sera positive même en mai, là oui je m'affolerai.

 

 

On a des cartes magnifiques, mais pour autant je ne sais pas trop ce qu'on va battre comme records.

Mensuels ? Oui enfin quand on voit le niveau d'un février 1956, on se dit qu'on n'a pas grand chose à espérer.

Décadaires ? On a quand même du lourd en face (genre 1909 ou 1948), on n'aura probablement pas ce niveau.

Journaliers ? Oui à ce niveau ça devrait le faire, mais vraisemblablement pas partout.

 

Donc, soyons rassurés : pendant que l'Arctique bat en février les records mensuels d'avril, on devrait battre des records quotidiens en Europe. Ah ben en voila un bel équilibre, on se demande pourquoi on s'inquiète :D

 

 

Plus sérieusement, je me posais une question à laquelle je n'ai pas forcément de réponse, c'est de savoir si ces dynamiques à vortex excessivement déconcentré avec grande douceur au pôle et coup de froid sur les continents aux latitudes moyennes n'étaient pas en quelque sorte favorables, ponctuellement, au niveau climatique. Je m'explique :

- D'accord, la banquise morfle, l'extension est en plein recul, mais c'est encore en partie la nuit la haut ou alors des jours très courts avec un soleil qui ne monte guère dans le ciel,

- Pendant ce temps, les conditions froides conduisent à davantage de nébulosité et de couverture neigeuse aux latitudes moyennes, soit des endroits où l'albedo joue un rôle significatif, ce qui fait qu'on a moins d’absorption de rayonnement solaire et une réduction de la quantité d'énergie reçue par le système.

A court terme, la quantité d'énergie "perdue" aux latitudes moyennes est-elle significative au point d'influer sur le global ? Je n'ai pas la démonstration mathématique, peut-être que je me trompe, mais je ne serais pas étonné que la réponse soit positive.

 

On est d'accord, à long terme, le rapport a de fortes chances de s'inverser : la neige fondra tôt ou tard à 45° nord, et quand le soleil arrivera sur un océan arctique qui n'est pas "à blanc" (alors que lui aurait pu le rester plus longtemps dans la saison !), ça ne sera pas la même.

  • J'aime 6

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pas facile d'avoir un avis sur ton hypothèse Treize.

Après je pense que les autres continents sont aussi à prendre en compte comme la pluie de records de la façade Est américaine.

Tout comme l'air doux qui va stationner sur l'océan des hautes latitudes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 15 heures, TreizeVents a dit :

- Pendant ce temps, les conditions froides conduisent à davantage de nébulosité et de couverture neigeuse aux latitudes moyennes, soit des endroits où l'albedo joue un rôle significatif, ce qui fait qu'on a moins d’absorption de rayonnement solaire et une réduction de la quantité d'énergie reçue par le système.

A court terme, la quantité d'énergie "perdue" aux latitudes moyennes est-elle significative au point d'influer sur le global ? Je n'ai pas la démonstration mathématique, peut-être que je me trompe, mais je ne serais pas étonné que la réponse soit positive.

 

Au niveau du continent où ce déferlement hivernal se produit, surement, mais au global... Ça conduirait à une hausse nette de l'albédo du système si tout le reste était fixé. Or, ce n'est pas le cas. En particulier, le schéma de circulation présent aux latitudes extratropicales influence également les subtropiques et la bande tropicale. Si cela s'associe à une baisse de nébulosité dans ces régions par exemple (donc baisse de l'albédo), on a largement le potentiel de compenser la hausse de ce dernier plus au nord. Cela peut aussi s'associer à une concentration des grands centres convectifs, ce qui diminue la surface occupée par ces derniers. 

 

Le but de mon message est surtout de souligner le fait que sur une perspective globale c'est peut-être moins intuitif qu'il n'y paraît. Après, je n'ai pas la prétention de juger de l'effet net. Probablement même que la réponse diffère suivant l’événement. 

 

 

  • J'aime 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Par contre, sans vouloir faire d’excès d'optimisme, je suis presque surpris de voir que l'extent ne soit pas en record bas actuellement. Dans le sens où pour le moment, c'est aussi mauvais qu'en 2017, sans être pire. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.