Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

sirius

Suivi de l'englacement au pôle nord

Recommended Posts

Posted

Location : 612 bld rené levesque appt 3 -quebec

bonjour

jolie travail paix^^meme si je ne comprend pas forcement tout,on prend plaisir a te lire default_thumbup1.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

Une petite dédicace à viko39 qui se demandait comme je vous pouvais poster à des heures pareilles. Bah, je ne dors pas default_tongue_smilie.gif Et à Lolox, j'aurais passé ma nuit à des choses plus constructive qu'envoyer bouler les gens default_happy.png/emoticons/happy@2x.png 2x" width="20" height="20">

So, in nomine pacis

http-~~-//www.youtube.com/watch?v=Hot92ypyUSg&feature=fvst

En fait, tout ce baratin, pour une question plus qu'autre chose. Parce que j'ai pas mal essayé de bidouiller le script, histoire de voir ce que cela donne en tentant d'interpoler ou autre, mais au final j'ai épuré le truc parce que cela ne change pas grand'chose aux résultats et change beaucoup pour l'ordi default_laugh.png Et au final, deux constations, j'avais un problème de signe (dans le genre pas doué ... default_thumbup.gif ), mais je me retrouve maintenant avec des résultats qui me semble vachement grand même si cohérent (enfin, pas trop incohérent) :

qasko.jpg

2011 reste bien l'un des plus proches de 0 (il n'y a que 2006 pour faire mieux), par contre cela ferait du ~8K/jour. Je trouve cela vachement grand quand même mais a priori le script est bon. And so the ultimate question default_happy.png/emoticons/happy@2x.png 2x" width="20" height="20"> Il y a quelqu'un qui aurait des ordres de grandeurs pour comparer ? default_innocent.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Messeix (63) 820m

bonjour

jolie travail paix^^meme si je ne comprend pas forcement tout,on prend plaisir a te lire default_thumbup1.gif

Moi, je ne comprends pas grand chose non plus mais j'aime bien sa vidéo... très relaxant default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" width="20" height="20">

Share this post


Link to post
Share on other sites

Paix, je ne comprends pas ton équation et les termes dedans.

Tu peux m'expliquer ce que tu traites?

Quelles sont les conditions ?

Les données?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

Les conditions, ce sont celle des équations quasi géostrophique : pas de frottement, équilibre Coriolis/pression, équilibre hydrostatique, et toutes ces sortes de choses. Je travaille au Z850 sur l'échelle d'un jour, je ne vois pas de raisons à priori que les hypothèses ne soit pas validés. Par contre la question de la pertinence de la démarche eu égard à la problématique se fait jour.

Les données, ce sont celles de la réanalyse NCEP/NCAR, à savoir les champs de la température, du vent zonal, du vent méridional depuis 1998. La réso horizontale est de 2°5 et la résolution temporelle est de 86400 secondes.

http://www.esrl.noaa.gov/psd/data/gridded/data.ncep.reanalysis.html

http://dss.ucar.edu/datasets/ds090.0/docs/bams/bams1996mar/bamspapr-bm.pdf

L'équation que je vous ai sorti, c'est "simplement" de dire que la chaleur, c'est la différence entre tout ce qui a pu sortir d'un côté et tout ce qui a pu rentrer de l'autre. L'objectif est de sortir Q. Cela répond-t-il à vos questions ? default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

Moi, je ne comprends pas grand chose non plus mais j'aime bien sa vidéo... très relaxant default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" width="20" height="20">

Moi non plus je ne suis pas sûr d'avoir compris default_happy.png/emoticons/happy@2x.png 2x" width="20" height="20"> Mais merci pour ce petit mot default_flowers.gif

je vais essayer de reprendre l'équation thermodynamique QG dans un autre sens (avec le d chi / dp en fait), cela marchera peut être mieux.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les conditions, ce sont celle des équations quasi géostrophique : pas de frottement, équilibre Coriolis/pression, équilibre hydrostatique, et toutes ces sortes de choses. Je travaille au Z850 sur l'échelle d'un jour, je ne vois pas de raisons à priori que les hypothèses ne soit pas validés. Par contre la question de la pertinence de la démarche eu égard à la problématique se fait jour.

Les données, ce sont celles de la réanalyse NCEP/NCAR, à savoir les champs de la température, du vent zonal, du vent méridional depuis 1998. La réso horizontale est de 2°5 et la résolution temporelle est de 86400 secondes.

http://www.esrl.noaa.gov/psd/data/gridded/data.ncep.reanalysis.html

http://dss.ucar.edu/datasets/ds090.0/docs/bams/bams1996mar/bamspapr-bm.pdf

L'équation que je vous ai sorti, c'est "simplement" de dire que la chaleur, c'est la différence entre tout ce qui a pu sortir d'un côté et tout ce qui a pu rentrer de l'autre. L'objectif est de sortir Q. Cela répond-t-il à vos questions ? default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">

En fait, c'est le bilan, sur une couche, d'un fluide incompressible, sans prise en compte des apports sur une "couche" qui n'en est pas une?

Le mode de résolution choisi, c'est un tableur, avec une formulation explicite?

J'avoue que je ne sais pas trop quoi en penser, aucune critique négative, je cherche juste à comprendre.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

Non, c'est bien aussi de causer, avec ou sans critiques négatives parce que moi aussi je patauge un peu là default_thumbup.gif

La compressibilité est bien prise en compte avec Sp, qui est un terme "fourre tout" où on retrouve d'une part l'effet de la détente/compression (effet de "refroidissement"/"réchauffement") et d'autre part l'advection verticale de température. Le bilan est en effet sur une couche au Z850. Le NCEP NCAR est maillé sur ~ 25 niveaux (de mémoire, les premiers sont surface, 1000, 925, 850, 700, 600, 500, 400, 300 et après je ne suis plus certain, on va jusqu'à 10 hPa).

La résolution, point de tableur (impossible car les données NETCDF ne peuvent pas être lu par un tableur). J'utilise R. J'ai paramètré la discrétisation des dérivées partielles, mais je crains que ce soit à ce niveau que cela foire. J est très faible et même parfois négligé, avec une dérivation sur une grille 2.5° c'est ce qui est flippant default_laugh.png .

"sans prise en compte des apports sur une "couche" qui n'en est pas une?"

Pas sûr d'avoir compris par contre là default_happy.png/emoticons/happy@2x.png 2x" width="20" height="20">

Share this post


Link to post
Share on other sites

Non pour la couche, je pensais que tu le faisais sur une tranche mais en fait tu saucissones par tranche de 2.5°.

Un terme qui fait tout, j'en rêve, mais c'est souvent ce genre d'approche qui donne des résultats sans pouvoir analyser vraiment ce que l'on a.

La variation de densité, c'est un des paramètres marrant, tu as un effet de composition (la composition de l'air agit sur la pression), la température et même la loi en elle-même (parfait ou pas). Je continuerai à vous lire tous sur le sujet de l'englacement et bonne suite.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Massif du Jura // La-Chaux-de-Gilley (25), 895m (Village Alt. mini/maxi : 880-1120m)

Finalement Vortex concentré ou pas c'est kif kif bourrico... :

N_stddev_timeseries.png

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

C'est quand même un poil mieux en AO +, mais il est clair qu'on a beau essayer, on reste toujours à dache de la moyenne quelque soit la tendance de la variabilité naturelle default_whistling.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Pierrelatte (confluent 26/07/30/84)

Un petit point à grosso modo 1 mois de la fin de l'embacle:

apres un automne et un debut d'hiver avec un vortex polaire tres concentré, nous avons eu reprise tres rapide avec une réduction d'anomalie d'area qui nous avait ramené à des niveaux de 2010 < 0.5 M km².

Mais depuis la mi janvier et l'explosion du vortex, l'embacle a été tres ralentie voire stoppée (en terme global). Actuellement le deficit provient des mers de Barents et Kara.

Comme il n'est pas vu dans les prochains jours de reconcentration massif du VP, on peut meme ce demander si le maximum ne sera pas encore plus faible que l'an dernier (qui etait deja record), ce qui n'augurerait rien de bon encore pour cet été

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

Un petit point à grosso modo 1 mois de la fin de l'embacle:

apres un automne et un debut d'hiver avec un vortex polaire tres concentré, nous avons eu reprise tres rapide avec une réduction d'anomalie d'area qui nous avait ramené à des niveaux de 2010 < 0.5 M km².

Mais depuis la mi janvier et l'explosion du vortex, l'embacle a été tres ralentie voire stoppée (en terme global). Actuellement le deficit provient des mers de Barents et Kara.

Comme il n'est pas vu dans les prochains jours de reconcentration massif du VP, on peut meme ce demander si le maximum ne sera pas encore plus faible que l'an dernier (qui etait deja record), ce qui n'augurerait rien de bon encore pour cet été

Et Okhotsk pour le déficit. Seul Béring tire à la hausse (Alaska en mode frigo...), Baffin est neutre. En sachant que le déficit est si important en Kara et Barents que cela tire sur l'Arctique Central et Laptev, on est à deux doigts de la débâcle franche, et ce en plein Hiver (juste un chiffre comme cela, je ne sais pas si c'est un record ou pas, mais l'Océan libre est à 900 km du Pôle Nord, alors que la normale climato est de 1100 kms...). Ce qui m'inquiète surtout est la perte de banquise épaisse. La situation peut paraître la même qu'en 2011 au vu de l'épaisseur qui est sensiblement la même en moyenne en 2011 et 2012 (comprendre au plus bas...), mais la répartition en 2012 de la banquise épaisse a quand même un côté inquiétant :

arcticictnnowcast.gif

Comparé à 2011 :

ictn2011021318201102140.gif

Et ce n'est pas pour jouer à faire peur, mais en ayant bien conscience que 2011, c'était le pire du pire qu'on est connu...

De plus, il reste encore deux mois pour rattraper le coup sur la route du Nord Est, mais en tout état de cause, la situation actuelle laisse à penser que la dite route pourrait à nouveau devenir une autoroute durant 2 ou 3 mois. À ce train là, l'escorte par un brise glace durant l'été pourrait bien devenir des plus superflus.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Pont de dore (63) 330 m

Bonsoir

Le froid en Europe déconcentre le vortex polaire depuis quelques jours et j'ai l'impression que les effets sont rapides, à moins qu'il n'y ai une autre raison.seaice.recent.arctic.png

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

Réchauffement climatique ? default_shifty.gifdefault_whistling.gif Sinon non pas vraiment d'autres raisons à ma connaissance. On notera quand même que ces dernières années, le déficit estival a toujours été nettement plus important que celui hivernal. Espérons que cela ne se vérfie pas encore cette année, sinon cela promet.... On notera aussi que cela a permis de ralentir l'export de glace, mais vu l'ampleur des dégâts, je doute que cela soit réellement récupérable. On verra bien dans un mois et demi, deux mois dans quel état la banquise attaque la fonte, mais en l'état actuel des choses cela craint.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir

Le froid en Europe déconcentre le vortex polaire depuis quelques jours et j'ai l'impression que les effets sont rapides, à moins qu'il n'y ai une autre raison.seaice.recent.arctic.png

Ne t'inquiète pas, il y a une compensation, au Sud mais bon il y a un topic pour le pole nord et un pour le pole sud, je me permet de te montrer qu'au Sud ça dégèle difficilement.

http://arctic.atmos.uiuc.edu/cryosphere/IMAGES/seaice.recent.antarctic.png

Paix plaisante sur la réponse, mais hors plaisanterie, une réponse partielle est le rôle de l'albédo.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

Ce n'est pas une plaisanterie, mais bon. Vous dites albédo default_confused1.gif Pour parler d'albédo, faudrait-il encore qu'il y est du Soleil (ou du moins du rayonnement) default_thumbup.gif

Et pour la compensation, -1.3 millions de km² + 0.3 millions de km² = ? Un bon million de déficit global :

globaldailyiceareawitht.jpg

Si cela c'est de la compensation... default_whistling.gif

Il ne faut pas oublier qu'un climat plus chaud peut être plus enneigé en moyenne. Avec la hausse des températures, la charge en vapeur de l'atmosphère peut augmenter (et augmente de fait), ce qui Antarctique favorise la banquise. Il y aurait aussi des modifications de la circulation océanique qui entre en jeu (via la modification de la salinité), mais si je ne poste jamais dans le suivi de l'englacement du Pôle Sud, c'est bien parce que c'est un sujet que je ne maîtrise default_flowers.gif

La hausse des précipitations sur la banquise et la côte du continent (l'anneau entre 75°S et 65°S) :

climindex85170117444010.png

Par contre, ce qui me semble plus important est que les OLRs sont à la hausse. Ce qui signifie que malgré la modeste hausse de la superficie de banquise Antarctique ces dernières années, on a un sans doute un réchauffement de l'océan et une mauvaise balance énergétique ; même si la récente hausse de l'englacement est sans doute un des facteurs qui pourrait expliquer l'écrêtement des valeurs estivales :

climindex85170117444010.png

De plus, on vérifie bien que l'air se réchauffe (ici au Z850) :

climindex85170117444010.png

Mais reste largement négatif. En Antarctique, encore plus qu'en Arctique, on a une compétition entre la hausse de l'accumulation et la hausse de la fonte.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Pont de dore (63) 330 m

Bonsoir

Sans compter une perte des glacier de plus en plus importante, pour en finir avec la hors sujet, le hors serie de "Science et vie" de décembre 2011 nous a fait un bilan très complet sur l'antarticque.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

Notons aussi qu'en dehors de l'aspect très "masturbation intellectuelle" du problèmes des OLRs, SSTs, et autres délires très anthropiques, le retrait de la banquise en Barents et Kara pourrait (j'insiste sur le pourrait, on est à la limite de la brève de comptoir à ce niveau...) poser de sérieuses difficultés pour les populations d'ours polaires bloquées sur Novaïa Zemlya et Svalbard :

This satellite image of the ice pack on the Atlantic side of the Arctic was taken last Saturday and tells a story you have never heard in February: The entire Kara Sea east of Novaya Zemlya is ice-free.

winterseaice_550x550.jpg

While central Europe and Russia are freezing and covered with snow, the story is different in the high Arctic. In late January BarentsObserver reported on abnormal heat on Svalbard with weeks with temperatures over freezing, rain and smelting snow. The situation at sea in the Arctic is even more abnormal.

A climate blogger has writing for Climate Progress has posted this series of satellite images of the extent of the sea ice over the last nine years, a period with dramatic changes in Arctic. But, while the sea ice has melted earlier in the spring and come back later in autumn, February has been a stable month with ice nearly everywhere as the sun is under the horizon. Until this year.

Image courtesy of the University of Bremen

Look at the image from February 11th 2012. No sea ice in the Kara Sea even north of Novaya Zemlya. It is practically possible to sail all round the archipelago without crushing through any ice. The only plug is at the Kara Gate.

The Barents Sea is ice-free up till 76° to 78° North between Svalbard and Novaya Zemlya. Also, the areas west of Spitsbergen on Svalbard are ice-free. Polar bears on the Atlantic side of the Arctic migrate between Svalbard, Franz Josef's Land and Novaya Zemlya. Less ice means more trouble later in the spring and summer.

polarbear_550x371.jpg

Polar Bear

This polar bear is dependent on sea ice for hunting seals. Photo: Thomas Nilsen

The blogger argue that the retreat of sea ice cover has already started, some two months earlier than normal. This is first and foremost due to the last weeks high-pressure system over northern Russia that has swept the cold towards Europe. Simultaneously, the high-pressure has drew the winds with warm air from the west and pushing the ice north in the Barents- and Kara Seas.

http://www.barentsobserver.com/index.php?pid=1080220&cat=16149&id=5020799&find=&forumpage=0&showall=

Ce ne serait pas la première fois ces dernières années que cela se produit.

Par contre, là où cela deviens craignos, c'est qu'on est fin Fév', et que la période d'hibernation n'est toujours pas fini. Si la banquise ne se reprend pas d'ici Avril, cela signifie que potentiellement une très grande majorité des femelles avec leurs oursons de l'année pourrait être bloqué sur les îles, avec tous les problèmes de ravitaillement que cela peut poser.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

Allez, cela sera toujours en limite de la science, mais bon :

http://www.dailymotion.com/video/xk98w3_camera-cachee-ours-espionnes-00h00m00s-00h42m01s_animals

http://www.dailymotion.com/video/xk9aoj_camera-cachee-ours-espionnes-00h42m01s-01h24m03s_animals

Pour éviter le HS complet default_tongue.png/emoticons/tongue@2x.png 2x" width="20" height="20">

http://pbsg.npolar.no/export/sites/pbsg/en/docs/PBSG15proc.pdf de http://pbsg.npolar.no/en/index.html

Et pour ceux chez qui 247 pages cela fait peur, extrait (BS : Barents sea) :

Habitat and foraging

Denning occurs on several islands both on Franz

Josef Land (Belikov and Matveev 1983) and

Svalbard (Larsen 1985). Derocher et al. (submitted)

found that the number of dens on Hopen Island

negatively correlates with the annual date of

freeze-up, indicating a potential for impacts of

warmer climate on population growth in BS.

Durner et al. (2009) found BS to be one of the

most vulnerable subpopulations to the reduction

in sea ice habitat.

Sans compter la chasse qui, au moins au Canada, est une cause au moins aussi importante du déclin des populations d'ours polaires.

http://iwcoffice.org/_documents/sci_com/workshops/SMandCC/SC-N10-CCForInfo4.pdf

Polar bear

Ice is the principle hunting platform and an important

transportation corridor (especially for females with

young cubs)

Shortened ice season means a longer period of fasting

http://www.esajournals.org/doi/abs/10.1890/06-0546.1

Pendant ce temps, la Russie charge à travers l'océan à coup de brise glace :

http://barentsobserver.custompublish.com/record-long-arctic-navigation-season.4986789-16149.html

Dernière traversée à la mi-Novembre à travers le passage du Nord Est default_thumbup.gif Route ouverte fin Juin, dernier passage mi Novembre, soit 4 mois et demi, pas loin de 5, de navigation.

Ils ont même fait passer du très gros, avec fin Août la traversée du Vladimir Thikonov, classe Suezmax :

http://www.barentsobserver.com/first-supertanker-along-northern-sea-route.4951370.html

Au delà, il y a la classe Capesize, et puis plus rien. Bon voila, c'était un peu (beaucoup... trop ?) HS, mais le changement climatique, ce n'est pas juste un acte de masturbation intellectuelle devant la courbe des températures terrestres et c'est aussi une réalité tangible.

Share this post


Link to post
Share on other sites

A quel endroit as tu trouvé les cartes d'épaisseur de la banquise Paix ? Je serais intéressé de voir comment ca a évolué depuis début février.

Toujours est-il que dans les jours à venir, les anomalies devraient s'amplifier avec Barents et Kara toujours privées de vrai froid alors que l'Ouest du Groenland et la mer d'Okhotsk garderont des condions très favorables à l'extension de la banquise.

Les anomalies actu, sans avoir la capacité à juger la méthode permettant d'arriver à ces cartes... :

N_daily_extent.png

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je pense que certains d'entre vous pourrais étre interressé par ceci:

Title:

Atmospheric response to the extreme Arctic sea ice conditions in 2007

Authors:

Bluthgen, J; Gerdes, R; Werner, M

Source:

*GEOPHYSICAL RESEARCH LETTERS*, 39 2707-2707; JAN 31 2012

Abstract:

An atmospheric general circulation model driven with the observed 2007

extreme Arctic sea surface temperatures and sea ice concentrations

responds with higher surface air temperature over northern Siberia and

the Eastern Arctic Ocean (+ 3 K), increased heat uptake of the ocean in

summer (+ 40 W m(-2)) and increased oceanic heat losses in fall (-60 W

m(-2)) compared to a climatological scenario. A pronounced low sea level

pressure anomaly over the Eastern Arctic (-200 Pa) reinforces a sea

level pressure dipole over the Arctic that has been observed to become

an increasingly important feature of the Arctic atmospheric circulation

in summer. The anomalous pressure distribution contributes to sea ice

transport from the Eastern Arctic and is likely to reinforce the

original sea ice extent anomaly. The results thus support assessments of

observational data over recent years that sea ice loss may feed back

onto the atmospheric circulation in the northern hemisphere. The

resulting late summer / early fall (JAS) atmospheric anomalies are very

robust, they appear in virtually all of the 40 realizations of the

experiment. However, we find no significant continuation of the

atmospheric signal into the winter as has been suggested based on

atmospheric observational data. Citation: Bluthgen, J., R. Gerdes, and

M. Werner (2012), Atmospheric response to the extreme Arctic sea ice

conditions in 2007, Geophys. Res. Lett., 39, L02707, doi:

10.1029/2011GL050486.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

A quel endroit as tu trouvé les cartes d'épaisseur de la banquise Paix ? Je serais intéressé de voir comment ca a évolué depuis début février.

Toujours est-il que dans les jours à venir, les anomalies devraient s'amplifier avec Barents et Kara toujours privées de vrai froid alors que l'Ouest du Groenland et la mer d'Okhotsk garderont des condions très favorables à l'extension de la banquise.

Les anomalies actu, sans avoir la capacité à juger la méthode permettant d'arriver à ces cartes... :

N_daily_extent.png

Données de l'United State Naval Research Laboratory (NRL) Stennis Sapce Center (SSC) code 7320 :

http://www7320.nrlssc.navy.mil/hycomARC/arctic.html

En 2011 :

ictn2011022818201103010.gif

Actuellement :

arcticictnnowcast.gif

Par contre, si je puis me permettre encore d'exprimer une opinion un peu plus personnel, je crains que la probabilité du pire pour cet été n'augmente.

Le volume de la banquise est à égalité avec 2011 :

bpiomasicevolumeanomaly.png

Cependant, je penses qu'il faut l'interpréter ; et cela sans vouloir faire croire que les choses sont pires. D'une part en Hiver, cela peut se jouer sur les mers périphériques qui n'ont pratiquement pas d'impact sur le climat. Particulièrement la banquise d'Okhotsk, qui est une formation très locale et dépendante de l'Amour. Que la banquise cette année soit un peu plus proche de la normale qu'en 2011 ne changera rien à la saison de la fonte. De plus, on remarque toujours une forte épaisseur de la banquise en mer de Groenland. Cette année comme l'année dernière, on a environ 450 000 kilomètres carré dans Fram. Par contre, l'épaisseur est cette année nettement supérieur. Pour l'ordre de grandeur, si on suppose une différence de 2 mètres en moyenne entre 2011 et 2012, cela fait 1000 kilomètres cubes, c'est-à-dire une unité sur le graphique du PIOMAS. Et la banquise dans Fram, c'est de la banquise qui n'est pas dans l'Arctique, et c'est donc de la perte nette pour l'Arctique. Ces considérations mises ensemble, on comprend que pour équilibrer le bilan, il faut que l'Arctique central soit dans un état de faiblesse avancée. Et c'est tout à fait ce que l'on observe. Avoir tout le cadran Russe de l'Arctique sous les 2.5 mètres et même sous les 2 mètres à plus de 80% est exceptionnel. Et cela ne tient pas juste à la faible longueur des observations. Des études ont déjà montré qu'à la fin d'une embâcle hivernale, la banquise termine à 1.5 ou 2 mètres d'épaisseur (je ne retrouve pas le lien, mais pour voir que je ne raconte pas que des c*******s, EC défini ainsi les glaces de première années :

Glace mince de première année - Glace blanche premier stade : 30 à 50 cm

Glace mince de première année - Glace blanche deuxième stade : 50 à 70 cm

Glace moyenne de première année : 70 à 120 cm

Glace épaisse de première année : plus de 120 cm

On voit qu'à la manière dont EC hiérarchise la glace de première année, c'est compatible avec une épaisseur minimale de la banquise de première année de 150 cm au moins. Arriver en fin de saison à une banquise qui n’atteint même plus les 2 mètres montre donc qu'on a touché le fond. La prochaine étape étant ce qu'on a commencé cette année, attaquer la banquise centrale même en plein Hiver).

Ainsi, en Laptev, Kara, et Barents, on n'atteint même pas 1.5 mètre d'épaisseurs à cause des puissants coup de chaud qui ont ponctué l'Hiver et de la circulation de la banquise vers Fram. Sur ce seul point, la saison d'embâcle étant presque au bout et les prévisions n'annonçant pas un mois de Mars très frais, je dirais que la probabilité d'ouverture du passage du Nord Est pour la 5ème année consécutive est de 70% à 80%.

Ce qui m'inquiète en fait, et c'est à ce niveau que cela est mon opinion et je peux très bien me tromper (et je l'espère), les modèles statistiques sur l'évolution du volume montre que l'Arctique libre de glace pourrait être atteint plus rapidement, entre 2015 et 2020. Le problème de cette approche étant qu'un changement de courbure, par exemple une sigmoïde, est impossible à prévoir. Ce sont des fits sur des données connus, et un atterrissage "en douceur" est possible. D'un autre côté, la perte de volume affaiblit la banquise et des modèles statistiques qui montrent un atterrissage pour 2030 environ manque peut être de données par rapport aux modèles sur le volume. De plus les modèles physique ont encore du mal à anticiper correctement l'évolution de l'Arctique et on pour l'instant à sous-estimer la dégringolade. Si on reprend mon histoire de 2 mètres, c'est aussi un peu près l'épaisseur qui peut être benné en une seule saison.

Par exemple, tant qu'on a la carte de 2011, on voit que la banquise à plus de 2.5 mètres d'épaisseur correspond à peu près à la superficie qui a tenu le coup à la fin de l'été :

ictn2011090818201109060.gif

Après, évidement, cela dépend de la tronche de l'été et de la dérive de la banquise. On peut avoir un éclatement ou une concentration du pack bien sûr. Mais en gros dans une saison "optimisée" pour la fonte, il n'y a que la banquise de plus de 2.5 mètres qui peut survivre, le reste y passe. Et quand on regarde la carte de 2012...

Si la saison de fonte est à nouveau "optimisée", il ne resterait pratiquement rien. Les 3 millions d'extent serait jouable. L'ampleur du crash serait comparable à celui de 2007. Que Dieu nous garde d'une telle éventualité et veuille que j'ai tort, mais c'est ce que je surveille. Une petite modélisation rapide :

seaice.jpg

Je n'ai pas été cherché loin, c'est du : Sea Ice Volume ~ exp(0.00025*x) + cos(omega*x) + sin(omega*x)

Le 0.00025 c'est au pif default_happy.png/emoticons/happy@2x.png 2x" width="20" height="20"> Mais cela marche plutôt bien et je me fais confiance pour ce genre d'estimation.

Et la dérivée première :

seaice.jpg

On voit que si on reste sur le modèle exponentiel pur et non "sigmoïdal" (ça existe ce mot default_confused1.gif ) cela promet pour les années à venir. Dans le même temps, on note un ralentissement de la prise de volume. Cela l'a déjà fait, notamment en 2010, mais d'une telle ampleur cela ne l'avait pas fait encore et dans l'état actuel de la banquise, vaudrait mieux éviter de trop tester les limites. Si la prise de volume d'ici Avril n'a pas repris, cela va craindre pour l'été.

En bref, objectivement il manque du volume dans l'Arctique Central et subjectivement paix craint que des gros dégagements type 2007 (dans le sens envoyer péter le record de quelques centaines de milliers de km² et plus si affinité) soit une option possible pour cet été.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

e pense que certains d'entre vous pourrais étre interressé par ceci:

Title:

Atmospheric response to the extreme Arctic sea ice conditions in 2007

Authors:

Bluthgen, J; Gerdes, R; Werner, M

Source:

*GEOPHYSICAL RESEARCH LETTERS*, 39 2707-2707; JAN 31 2012

Abstract:

An atmospheric general circulation model driven with the observed 2007

extreme Arctic sea surface temperatures and sea ice concentrations

responds with higher surface air temperature over northern Siberia and

the Eastern Arctic Ocean (+ 3 K), increased heat uptake of the ocean in

summer (+ 40 W m(-2)) and increased oceanic heat losses in fall (-60 W

m(-2)) compared to a climatological scenario. A pronounced low sea level

pressure anomaly over the Eastern Arctic (-200 Pa) reinforces a sea

level pressure dipole over the Arctic that has been observed to become

an increasingly important feature of the Arctic atmospheric circulation

in summer. The anomalous pressure distribution contributes to sea ice

transport from the Eastern Arctic and is likely to reinforce the

original sea ice extent anomaly. The results thus support assessments of

observational data over recent years that sea ice loss may feed back

onto the atmospheric circulation in the northern hemisphere. The

resulting late summer / early fall (JAS) atmospheric anomalies are very

robust, they appear in virtually all of the 40 realizations of the

experiment. However, we find no significant continuation of the

atmospheric signal into the winter as has been suggested based on

atmospheric observational data. Citation: Bluthgen, J., R. Gerdes, and

M. Werner (2012), Atmospheric response to the extreme Arctic sea ice

conditions in 2007, Geophys. Res. Lett., 39, L02707, doi:

10.1029/2011GL050486.

Le DA, encore et toujours ... Merci pour l'info default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

Je dois dire que ce qui m'inquiète aussi est de savoir que l'Arctique estival de ces dernières années est pratiquement aussi chaud qu'à l'Holocène, à 1K près environ en moins (hors bassin Atlantique Nord, particulièrement l'Islande et la Mer de Norvège) :

http://esp.cr.usgs.gov/research/alaska/PDF/KaufmanAger2004QSR.pdf

http://www.ncdc.noaa.gov/paleo/pubs/kaufman2009/kaufman2009.html

6a0133f03a1e37970b01676.jpg

Alors qu'on sait que dans le même temps, durant l'Holocène, la banquise estivale était nettement plus réduite, sans doute de l'ordre de 2 millions de km² d'extent (éventuellement périodiquement libre ? Très incertain ce point). La banquise a une inertie thermique massive, et ce ne sera pas en une année de température comparable à l'Holocène que la banquise reviendra au niveau 2 millions de km² d'extent, j'en suis bien conscient ; et si 2012 se gaufre niveau température dans l'Arctique, il est clair que la banquise ne partira pas en eau. Mais cela montre qu'on a de la marge à la baisse pour la banquise, et c'est bien cette potentialité qui m'inquiète, même si sa réalisation n'est pas une certitude tant que l'été ne sera pas passé.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...