Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

sirius

Suivi de l'englacement au pôle nord

Recommended Posts

Posted

Location : Dax (40)

Subjectivement, la baisse peut paraître trop importante pour être vrai, surtout comparé à l'extension qui vaille que vaille à quand même limitée la casse depuis 2007, mais ce n'est pas non plus improbable. En 2007, le pack était super compacté (Watts avait d'ailleurs fait un post à ce sujet pour minimiser le record de 2007. On se rattrape aux branches comme on peut, mais sur le fond ce n'est pas complétement foireux), alors qu'en 2010 et 2011 il était complétement éclaté, ce qui fait que la baisse de volume entre les deux ne c'est pas vu si je puis dire. De plus, ce n'est pas incohérent par rapport aux autres modèles qui font le même boulot

Oui, c'est probablement l'aspect "trop rapide pour être vrai" qui choque subjectivement, même si dans le fond cela peut parfaitement s'expliquer par des variations dans la concentration du pack.

Cela étant, même si les résultats de Piomas sont globalement confortés par d'autres modèles, ce qui me gène encore vis à vis de ces résultats c'est d'une part le fait que "on le gave de tout ce que l'on sait localement (banquise, atmosphère, océan), on fait tourner le modèle, et on en tire l'épaisseur de la banquise" qui donne un peu l'impression qu'on met tout ce que l'on trouve dans une grosse marmite puis qu'on mouline (même si les choses sont bien entendu plus complexes que cela, d'autant que dans le fond il faut bien travailler avec ce que l'on a du moment que l'on garde bien en mémoire les incertitudes liées à la méthode), mais surtout le fait que même si les autres modèles sont cohérents avec le résultat général quand on regarde dans le détail il y a parfois des différences tellement importantes qu'elles en deviennent difficilement explicables.

D'ailleurs, les cartes que tu as prises en exemple dans ton post en sont un bel exemple : on tourne à 3,5 mètres d'épaisseur du côté des Iles de nouvelle Sibérie sur la carte de Mercator, alors qu'au même endroit on a quasiment un mètre de moins du côté de CICE. Et d'ailleurs, parfois, il n'est même pas nécessaire de comparer les différents organismes, voici ce que donne Mercator avec une résolution différente pour la même date :

bestproduct_20120328_22732_arc_icethick_n0_t0.png

A comparer avec la carte Mercator postée par Paix au message précédent, en rappelant que ces deux cartes ont la même date d'analyse.

Alors oui, si on regarde le résultat global les deux cartes donnent à quelque chose près la même moyenne (1,8 mètres sur celle de Paix, 1,7 sur la mienne), mais si on commence à vouloir regarder plus en détail il faut quand même avoir le coeur bien accroché.

Bon, cela ne veut pas forcément dire que tout est à jeter, mais cela montre bien à quel point les résultats sur l'épaisseur de la banquise sont tout de même à prendre avec beaucoup de prudence.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

Oui, c'est probablement l'aspect "trop rapide pour être vrai" qui choque subjectivement, même si dans le fond cela peut parfaitement s'expliquer par des variations dans la concentration du pack.

Cela étant, même si les résultats de Piomas sont globalement confortés par d'autres modèles, ce qui me gène encore vis à vis de ces résultats c'est d'une part le fait que "on le gave de tout ce que l'on sait localement (banquise, atmosphère, océan), on fait tourner le modèle, et on en tire l'épaisseur de la banquise" qui donne un peu l'impression qu'on met tout ce que l'on trouve dans une grosse marmite puis qu'on mouline (même si les choses sont bien entendu plus complexes que cela, d'autant que dans le fond il faut bien travailler avec ce que l'on a du moment que l'on garde bien en mémoire les incertitudes liées à la méthode), mais surtout le fait que même si les autres modèles sont cohérents avec le résultat général quand on regarde dans le détail il y a parfois des différences tellement importantes qu'elles en deviennent difficilement explicables.

Oui, c'est sûr que cela a un peu un côté "tambouille" default_happy.png/emoticons/happy@2x.png 2x" width="20" height="20">

D'ailleurs, les cartes que tu as prises en exemple dans ton post en sont un bel exemple : on tourne à 3,5 mètres d'épaisseur du côté des Iles de nouvelle Sibérie sur la carte de Mercator, alors qu'au même endroit on a quasiment un mètre de moins du côté de CICE. Et d'ailleurs, parfois, il n'est même pas nécessaire de comparer les différents organismes, voici ce que donne Mercator avec une résolution différente pour la même date :

bestproduct_20120328_22732_arc_icethick_n0_t0.png

A comparer avec la carte Mercator postée par Paix au message précédent, en rappelant que ces deux cartes ont la même date d'analyse.

Alors oui, si on regarde le résultat global les deux cartes donnent à quelque chose près la même moyenne (1,8 mètres sur celle de Paix, 1,7 sur la mienne), mais si on commence à vouloir regarder plus en détail il faut quand même avoir le coeur bien accroché.

Bon, cela ne veut pas forcément dire que tout est à jeter, mais cela montre bien à quel point les résultats sur l'épaisseur de la banquise sont tout de même à prendre avec beaucoup de prudence.

Aïe oui en effet default_confused1.gif Ce n'est pas très cohérent là. À dire vrai, j'ai plus l'habitude de NRLMRY que de Mercator, je n'avais jamais fais attention à cela ; et quand j'ai posté c'était machinalement, sans regarder les images default_laugh.png . Ce qui est surtout curieux, on dirait que c'est la carte que j'ai posté, du modèle PSY4, qui part en cacahuètes. La carte de l'autre modèle, le PSY3, celle que vous avez posté, est cohérente avec le CICE. De plus, les canadiens ont un Service des Glaces très performant, et même si c'est toujours une assimilation de toutes les données possibles, ils ont des outils spécifiques (télédection, avion, ...) ; et si rien n'est parfait en ce bas monde leurs cartes sont quand même une référence :

20120326180000wis56sd00.gif

Et globalement, cela corobore votre carte et celle du NRLMRY.

La zone B, banquise cotière épaisse, cela se retouve sur CICE et PSY3.

La zone de grosse glace de première année : 9+ / 73 / 41. / 66, cela se retrouve sur CICE et PSY3 avec une intrusion de glace un peu moins épaisse au large des côtes.

La zone de glace épaisse d'au moins 3 ans : 9+ / 71 / 74. / 65, cela se retrouve sur CICE et PSY3 avec cette langue de glace plus épaisse.

Et..., après re un coup de glace de première année moins épaisse, re un coup de vénérable épaisse, idem dans le passage du Nord Ouest, ...

Globalement, cela se tient, on dirait vraiment que c'est PSY4 qui est dans le champ, je ne sais pas pourquoi.

P.S. /

Pâques est un peu en avance cette année default_laugh.png Pour ceux qui ne comprennent pas le langage des oeufs :

http://www.ec.gc.ca/glaces-ice/default.asp?lang=Fr&n=84F6AA59-1&wsdoc=FE5C2688-21A8-4165-8FFB-5D28B2A1D943

Et pour ceux qui veulent s'amuser à dépouiller toutes les cartes du SCG pour les confronter aux modèles :

http://www.ec.gc.ca/glaces-ice/default.asp

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

Si on fait un peu confiance à ces modèles, on notera aussi que l'essentiel de la hausse de l'extension et du l'aire est sans doute en fait plutôt du à un éclatement tardif du pack :

arcticicespddrfnowcast.gif

Il me semble l'avoir déjà dit, mais à la différence de l'année dernière où nous conservions un peu de glace épaisse dans l'Arctique centrale, cette année on déstocke massivement via Fram et Béring, là où la banquise est de toute façon destinée à la fonte.

C'est de l'instanné, mais entre 2011 :

arctic2011093terra4km.jpg

Et 2012 :

arctic2012094terra4km.jpg

On gagne de la superficie au prix d'une plus grande fracturation. Cela dépendra évidemment de l'été, mais les potentialités de fonte en 2012 donnent le vertige.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Dax (40)

Si on fait un peu confiance à ces modèles, on notera aussi que l'essentiel de la hausse de l'extension et du l'aire est sans doute en fait plutôt du à un éclatement tardif du pack [...] Il me semble l'avoir déjà dit, mais à la différence de l'année dernière où nous conservions un peu de glace épaisse dans l'Arctique centrale, cette année on déstocke massivement via Fram et Béring, là où la banquise est de toute façon destinée à la fonte.

D'une manière générale, le destockage de glace ancienne va le détroit de Fram est quelque chose de relativement normal du fait des courants et des vents habituels de ce secteur qui poussent la banquise vers la sortie Atlantique. On peut s'inquiéter à la limite que certaines années l'évacuation est plus massive que d'autres, mais globalement je ne trouve pas qu'en cette sortie d'hiver 2012 le phénomène soit particulièrement marqué par rapport à d'autres années.

La carte que tu as posté est très parlante, mais comme pour les cartes d'épaisseur il faut garder un certain recul, car quand on regarde ce qui se passe dans le détroit de Fram sur l'analyse de Mercator du 28 mars c'est loin d'être la catastrophe avec au final peu voire pas d'évacuation forcée vers l'Atlantique :

psy3v3_20120328_22732_arc_icedrift_n0_t0.gif

Bon, après c'est vrai que les sens de dérive des glaces peuvent varier assez vite selon la météo et que ce n'est pas impossible que les choses se soient inversées entre le 28 mars et le 3 avril, cela étant cela me paraîtrait un peu "gros" qu'on soit passé en quelques jours du tout au rien (d'autant que la prévision Mercator pour le 3 avril était loin de ce résultat).

Remarque, on pourra aussi faire observer que si l'on considère que les deux analyses sont justes et que les différences sont seulement liées aux changements synoptiques entre les deux dates, implicitement cela démontre à quel point les conditions à une seule date T ne sont pas franchement significatives sur la suite des évènements.

Je me limiterais à constater deux choses :

- Déjà, faut le reconnaître, sur la carte de dérive de Mercator que j'ai posté l'échelle est franchement mal adaptée, presque tout est en rouge et du coup c'est limite illisible default_bored.gif

- D'une manière plus générale, le déficit actuel d'extension de banquise du côté de Fram a plutôt tendance à montrer qu'il y a quand même eu peu de glace qui a du être poussée par cette porte de sortie ces dernières semaines. Cela ne dit rien de ce qui adviendra les prochaines semaines et/ou mois, mais au moins on a gagné ça en conservation de vieille glace sur le bassin arctique.

Par contre, mais la c'est davantage lié à la météo prédominante de cet hiver, les advections douces à répétition de l'autre côté de Svalbard nous auront fait déboucher sur l'hiver le moins englacé depuis le début des relevés satellites en mer de Barents (sauf très grosse et improbable reprise subite en avril). La bas, on sort de la saison d'embâcle avec une area qui correspond aux moyennes d'une fin juin / début juillet, pas glorieux quand même...

Côté Béring, là c'est vrai qu'on a pas mal de pertes depuis plusieurs semaines. Maintenant, je ne sais pas si c'est vraiment mauvais signe à court terme : mieux vaut un bon bouchon de glace sur ce secteur aussi longtemps que possible, même s'il tient au détriment d'une évacuation de glace, que des vents soufflant dans le sens inverse et poussant des eaux douces de l'Atlantique vers le bassin arctique. 2007 en est la triste démonstration, avec des vents de sud récurrents dès la fin de l'hiver sur ce secteur grâce auxquels on a quasiment pas eu de perte de glace depuis le bassin arctique vers le Pacifique, mais quand les eaux douces du Pacifique ont commencé à entrer dans le bassin dès la mi-mai les choses se sont très vite aggravées...

Pour le reste, je suis d'accord avec toi, on sort de l'hiver avec un pack relativement étendu (cf chiffres d'extent et d'area), mais dans l'ensemble très éclaté et fracturé. Sur cet aspect, la situation de cette sortie d'hiver est assez similaire à celles de 2008, 2009 et 2010 par rapport à des années comme 2006, 2007 ou 2011 qui avaient des packs moins étendus mais plus denses au début de la saison de débâcle. On peut légitimement s'en inquiéter car cela témoigne(-rait?) d'une fragilité globalement accrue de la banquise, maintenant on pourra aussi faire remarquer que globalement les minimums des années avec situations "éclatées" en fin d'hiver (et donc considérées comme fragiles) comme cette année (soit 2008, 2009 et 2010) ont été moins prononcés que ceux ayant suivi des fin d'hivers avec packs denses et considérés comme plus solides (2006, 2007 et 2011). Simple hasard lié aux caprices de la variabilité climatique, ou observation indiquant que l'on fait peut-être fausse route à penser que des packs plus éclatés comme celui-ci seraient nécessairement plus fragiles face à la saison de débâcle ?

PS pour Paix : on doit avoir le même âge à quelque chose près et de nous deux ce n'est certainement pas moi qui possède le plus gros bagage scientifique, alors ne te sens pas obligé de me dire "vous" default_laugh.pngdefault_happy.png/emoticons/happy@2x.png 2x" width="20" height="20">

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cela étant, même si les résultats de Piomas sont globalement confortés par d'autres modèles, ce qui me gène encore vis à vis de ces résultats c'est d'une part le fait que "on le gave de tout ce que l'on sait localement (banquise, atmosphère, océan), on fait tourner le modèle, et on en tire l'épaisseur de la banquise" qui donne un peu l'impression qu'on met tout ce que l'on trouve dans une grosse marmite puis qu'on mouline (même si les choses sont bien entendu plus complexes que cela, d'autant que dans le fond il faut bien travailler avec ce que l'on a du moment que l'on garde bien en mémoire les incertitudes liées à la méthode)

C'est une analogie déplacée là !

Avec l'assimilation de données, tu multiplies les chances d'avoir un résultat propre, car le résultat sera en équilibre avec le plus de choses possibles, ce qui à priori conforte la vraisemblance du résultat. Ca suppose juste d'avoir une idée des lois de probabilité entre chaque observation et le résultat cherché, ce qui est plus délicat.

En météo, c'est cette tambouille qui permet de connaître l'état de l'atmosphère toutes les 6 heures.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Dax (40)

C'est une analogie déplacée là !

Avec l'assimilation de données, tu multiplies les chances d'avoir un résultat propre, car le résultat sera en équilibre avec le plus de choses possibles, ce qui à priori conforte la vraisemblance du résultat. Ca suppose juste d'avoir une idée des lois de probabilité entre chaque observation et le résultat cherché, ce qui est plus délicat.

En météo, c'est cette tambouille qui permet de connaître l'état de l'atmosphère toutes les 6 heures.

Attention Simon, dans le fond ce n'est pas la méthodologie qui me gène, c'est seulement le fait que l'on a pas beaucoup d'éléments de départ pour modéliser de manière très fiable l'épaisseur de la banquise. L'assimilation de données c'est très bien, mais quand on n'a pas beaucoup de données de départ (dans l'Arctique les stations de mesure ne sont pas légion) et qu'en plus les données que l'on a ne permettent pas directement de mesurer l'élément voulu, cela va nécessairement impacter les incertitudes.

En l'occurrence, connaître la T2M, la pression ou le sens du vent à Svalbard, c'est quand même pas le "top du mieux" pour estimer l'épaisseur de la banquise à 300km de l'archipel et au milieu de nulle part. Et ce même si on combine ces éléments à des réanalyses et de l'analyse satellite.

Encore une fois, cela ne veut pas dire que tout est à jeter et que les estimations de volume global de la banquise ne valent pas une cacahuète : on fait au mieux avec ce que l'on a, ce qui ne veut pas dire pour autant que l'on fait n'importe quoi et que tout est à jeter, mais cela n'empêche pas qu'il faut garder à l'esprit que cela ne reste que des approximations.

Regarde les trois analyses différentes postées un peu plus haut : à la même date, si on prend pour exemple le pôle géographique, l'épaisseur de la banquise y serait d'environ 1,7 mètres selon PSY3, de 2,6 mètres selon CICE et de 3,6 mètres selon PSY4. Rien qu'avec un exemple comme celui-ci, on voit bien à quel point les données d'épaisseur et de volume doivent être interprétées avec prudence.

A ce propos, est-ce que l'on a des nouvelles des premiers résultats de Cryosat 2 ? Je n'ai rien vu jusqu'à présent à ce sujet (bon après peut-être que j'ai loupé un épisode) default_blushing.gif

EDIT : Il a suffit que je pose la question, une petite nouvelle du jour sur le sujet default_thumbup1.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

À propos du pourquoi je m'inquiète :

arcticictnnowcast.gif

Bien que la circulation de banquise via Fram soit une caractéristique actuelle de la banquise, cette année nous retrouvons de la glace particulièrement épaisse à ce niveau, c'est-à-dire que l'Arctique est en partie vidée de la banquise la plus apte à survivre à la fonte.

Rapport à l'année dernière :

ictn2011040518201104060.gif

Nous voyons que dans la moitié Est de l'Arctique, on a quand même une vacance de la banquise épaisse la plus apte à survivre une fonte estivale.

Nous manquons certes de recul à ce sujet, mais si nous prenons les données des canadiens à ce sujet :

ncwsdttcsod197120120402.png

La concentration en glace âgée est très basse, à quelques pouillèmes identique à 2010 et 2011 et derrière 1999 et 2009. Et je serais prêt à parier mon poid en cacahuètes que si les russes avait le même type de données, pour l'Arctique de l'Est se serait un record net et sans bavure en 2012.

À propos de la "tambouille", je suis plutôt d'accord avec 13vents. Je ne prend jamais ces cartes pour connaître l'épaisseur de banquise en 1 point. Je regarde cela pour les grandes tendance et la structure de la banquise. Nous manquons par trop de données pour dire modéliser la banquise précisement et dire qu'ici, on a x mètres de banquise à +/- 5%.

À propos du pack plus ou moins éclaté, je m'étais fais la même réflexion à dire vrai, à propos des tendances saisonnières d'ailleurs plutôt. Le bruit météo à cette échelle est suffisant pour engendrer ce genre d'aléas, mais why not ? Je n'en sais trop rien.

À propos du PS, vous devez sans doute avoir quelques années de plus que moi tout de même, et pour le bagage scientifique, je suis loin d'en avoir un conséquent default_laugh.png

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

Celui en Barents l'est tout autant default_whistling.gif

regionallanomregion6.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Celui en Barents l'est tout autant default_whistling.gif

regionallanomregion6.jpg

Si l'on regarde ces deux régions, Barents/Bering, 1995 a été assez similaire, donc je vois pas ce qu'il y a de remarquable cette année.

Share this post


Link to post
Share on other sites

En l'occurrence, connaître la T2M, la pression ou le sens du vent à Svalbard, c'est quand même pas le "top du mieux" pour estimer l'épaisseur de la banquise à 300km de l'archipel et au milieu de nulle part. Et ce même si on combine ces éléments à des réanalyses et de l'analyse satellite.

Ce n'est pas une histoire du "top du mieux", c'est de savoir la puissance des "relations fonctionnelles" qui lient le paramètre cherché et les paramètres disponibles, et les "pdf" (lois de probabilité) associées.

Si on a plein de paramètres disponibles avec des "pdf" qui ne sont pas trop larges, alors on peut bien cibler le résultat final. Même si le paramètre disponible est physiquement très différent du paramètre recherché.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Celui en Barents l'est tout autant default_whistling.gif

regionallanomregion6.jpg

Oui,comme il a été préciser par hendrix,l'extend est remarquable sur Béring,avec une présence intense de l'influence du vortex polaire canadien,sur l'Alaska.Tandis que sur Barents,le Spitzberg,et en général sur l'est de l'arctique,le déficit de l'extend ou volumétrique est impressionnante!

Le problème est que le volume présent vers Béring est appelé a fondre très vite,et là ou la banquise aurait pu être en droit de résisté,durant l'été arctique,elle parait assez vulnérable,mais qui vivra verra .

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

Si l'on regarde ces deux régions, Barents/Bering, 1995 a été assez similaire, donc je vois pas ce qu'il y a de remarquable cette année.

??? default_confused1.gif ???? Pour l'aire, Barents a battu le précédent record de 2006 de ~100 000 km² et a ~200 000 km² de moins qu'en 95 ; Kara, record battu de ~50 000 km² (première fois que l'embâcle n'est pas totale...) ; Groenland a égalé le record de 99/03/06 (les quatres années, avec 12, se tiennent à un plus ou moins un cheveu près) et a quasiment 100 000 km² de moi que 95 ; Laptev n'a pas été loin d'être le premier hiver sans embâcle totale au sens de l'aire, mais finalement ce n'a pas été le cas donc pas de record ; et Béring a battu (à l'excès) le record de 2008 de ~50 000 km². Ce que je voulais dire, c'est gentil de faire remarquer que Béring est nettement excédentaire, mais cela est une vue très incomplète de la situation. De plus, la forte extension de banquise en Béring n'est pas seulement du au froid, mais aussi à un dérive de la glace vers le Sud. Qand vous z'ieutez une carte des températures, le coin est au frais clairement, mais un minimum ponctuel s'établit juste là où a la banquise a été excédentaire. Et c'est loin d'être un hasard, c'est simplement l'effet glaçon dans le verre de whisky. Et in fine, on en revient encore à la même chose, c'est peut être esthétique, mais cela veut dire que l'Arctique s'est déchargé de la glace la plus apte à résister à un cycle de fonte via Fram et Béring (je sais, bis repetita non placent default_laugh.png ), sachant que dans Fram cela n'a même pas suffi à éviter un record de faible extension malgré l'hémorragie.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

Le problème aussi, je ne voudrais pas donner l'impression de relativiser, mais si on en revient au papier de l'autre gars dont j'ai oublié le nom qui discutait de l'extension vers le Sud de la banquise, la particularité de Béring est d'être tout en largeur. Et un excédent de ~300 000 km² sur un front large de ~2 000 km, cela ne fait jamais qu'une progression vers le Sud de 150 km (en gros), ce qui n'est pas énorme à l'échelle climatologique pour de la banquise. À la différence de Barents et Kara, où la limite de la banquise a pris dans les 500 kms vers le Nord et l'Est.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le problème aussi, je ne voudrais pas donner l'impression de relativiser, mais si on en revient au papier de l'autre gars dont j'ai oublié le nom qui discutait de l'extension vers le Sud de la banquise, la particularité de Béring est d'être tout en largeur. Et un excédent de ~300 000 km² sur un front large de ~2 000 km, cela ne fait jamais qu'une progression vers le Sud de 150 km (en gros), ce qui n'est pas énorme à l'échelle climatologique pour de la banquise. À la différence de Barents et Kara, où la limite de la banquise a pris dans les 500 kms vers le Nord et l'Est.

Oui d'accord pour l'hiver de l'hémisphère nord, mais chaque fois que l'été vient l'anomalie revient proche de la moyenne 1979-2008 du coup , l'anomalie négative ne vaut pour ces dix dernières années que pour l'hiver. On peut résumer, chaque été la mer de Barents est normale, l'hiver anormalement faible pour ces dix dernières années.

Je ne vois pas ce que tu cherches a démontrer sur un secteur géographique particulier de l'hémisphère nord ? L'albédo ? Une zone qui a un rôle a jouer sur l'anticyclone sibérien ?

L'hémisphère nord est plus pollué que le sud et j'aimerais connaitre le rôle de la suie et des poussières dans l'albédo , surtout quand on voit un différence dans les taux de fontes vis a vis de l'antarctique "plus propre" du fait des activités humaines moindre dans l'autre hémisphère. Après, les courants océaniques et d'autres facteurs sont a prendre en jeu c'est certain, mais j'avais souvent remarqué des glaces "sales" l'été au pole Nord. Les russes ont-il expérimenté des expériences d'albédo en épandant de la suie pour accélérer la fonte des glaces sur les routes commerciales de leur cotes ?

C'est le soupçon qu'ont certains scientifiques sur ce qu'on appelle des expériences de modification du climat.

Déjà aux alentours de 1961, Budyko et d'autres scientifiques ont spéc*lé comment l'humanité pourrait modifier le climat mondial en semant la poussière ou de suie noire sur la neige et la glace de l'Arctique ! Qu'en est il de nos jours ?

Voir les études suivantes pour plus d'infos.

http://www.nature.com/nclimate/journal/vaop/ncurrent/full/nclimate1433.html

avec de magnifique photos dans ce document pour ceux qui aiment les vues de l'artique:

http://www.pnnl.gov/atmospheric/seminars/pdf/blackcarbon.pdf (Page 66 une bonne explication, lors de la fonte des glaces)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

Oui d'accord pour l'hiver de l'hémisphère nord, mais chaque fois que l'été vient l'anomalie revient proche de la moyenne 1979-2008 du coup , l'anomalie négative ne vaut pour ces dix dernières années que pour l'hiver. On peut résumer, chaque été la mer de Barents est normale, l'hiver anormalement faible pour ces dix dernières années.

Je ne vois pas ce que tu cherches a démontrer sur un secteur géographique particulier de l'hémisphère nord ? L'albédo ? Une zone qui a un rôle a jouer sur l'anticyclone sibérien ?

L'hémisphère nord est plus pollué que le sud et j'aimerais connaitre le rôle de la suie et des poussières dans l'albédo , surtout quand on voit un différence dans les taux de fontes vis a vis de l'antarctique "plus propre" du fait des activités humaines moindre dans l'autre hémisphère. Après, les courants océaniques et d'autres facteurs sont a prendre en jeu c'est certain, mais j'avais souvent remarqué des glaces "sales" l'été au pole Nord. Les russes ont-il expérimenté des expériences d'albédo en épandant de la suie pour accélérer la fonte des glaces sur les routes commerciales de leur cotes ?

C'est le soupçon qu'ont certains scientifiques sur ce qu'on appelle des expériences de modification du climat.

Déjà aux alentours de 1961, Budyko et d'autres scientifiques ont spéc*lé comment l'humanité pourrait modifier le climat mondial en semant la poussière ou de suie noire sur la neige et la glace de l'Arctique ! Qu'en est il de nos jours ?

Voir les études suivantes pour plus d'infos.

http://www.nature.com/nclimate/journal/vaop/ncurrent/full/nclimate1433.html

avec de magnifique photos dans ce document pour ceux qui aiment les vues de l'artique:

http://www.pnnl.gov/atmospheric/seminars/pdf/blackcarbon.pdf (Page 66 une bonne explication, lors de la fonte des glaces)

Heu, moi non plus je ne vois pas ce que vous cherchez à démontrer default_confused1.gif C'est "normal" qu'on soit dans les normes en été en Barents, pc que la norme c'est : pas de banquise default_thumbup.gif Comment voulez-vous ne pas être dans les normes dans ces conditions default_confused1.gif

Et pour les Hivers, la baisse est bien généralisée :

figure3.png

Et je ne prends pas un secteur géographique particulier, c'est toute l'extension de la banquise qui recule :

Pour Janvier c'est la même, baisse généralisé :

figure3c.png

Et Barents n'est pas seul. En Baffin, cela recule nettement aussi, en Okhotosk également, dans le golfe du Saint-Laurent avec,... Il n'y a que la mer de Béring qui a une aire qui ne diminue pas tellement, sans doute en partie un effet d'un front très large et sans doute pour une autre partie à cause de la PDO ; et la mer de Groenland, mais là c'est-à-cause du flux continu de banquise depuis l'Arctique.

Et pour la hausse de l'albédo, oui mais cela ne pourrait suffire à expliquer un tel recul default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20"> Et de toutes façons, cela ne fait qu'empirer une situation qui est la disparition de la banquise Arctique.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

Tiens, cela n'a aucune prétention, mais juste pour le fun, parce qu'il paraît que cela fait 100 ans que le Titanic s'est fait envoyé par le fond :

20120402180000wis57sd00.gif

Malheuresement, pour la petite sauterie "commémorative" prévue dans les parages, ils ne risqueront pas de retrouver un iceberg default_thumbup.gif En 100 ans, la limite de la dérive des iceberg a pris ~500 km vers le Nord.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Merry la vallée 280m d'alt.

Heureusement qu'il a pas coulé 1 ou 2 ans avant, tu aurais pu pousser ta dérive encore plus au nord, même beaucoup. ^^

Ne parlons pas aussi de 3 ans avant... A non c'est le contraire! default_tongue.png/emoticons/tongue@2x.png 2x" width="20" height="20"> C'était quasi les mêmes conditions... default_whistling.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Remiremont - Porte des Hautes Vosges (400 m)

Bonjour,

petit retour sur la situation, et relance de ce topic de suivi, sur la base de quelques graphiques et d'une carte default_flowers.gif

Extent :

ssmi1_ice_ext.png

Area :

ssmi1_ice_area.png

Carte NSIDC :

N_daily_extent_hires.png

Situation assez proche des valeur médianes en cette fin d'Hiver mais, comme la plupart en conviendront ici, ce n'est pas cette période qui est la plus périlleuse et la plus riche en enseignement.

C'est à présent à l'heure de la débâcle que le suivi prendra toute son importance afin de voir si les glaces pluriannuelles résisteront mieux que les saisons estivales passées.

Il s'agit là d'une relance car sur ces graphiques - aussi critiquables soient ils - les simples amateurs que sont la plupart des lecteurs parviennent à cerner la situation assez aisément default_flowers.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : COLMAR OUEST (Haut-Rhin) Alt 192m

L'extension bénéficiaire sur le Nord Pacifique en est la cause. Ceci dit, belle remontée de l'emprise par rapport à la moyenne 79 - 2006 mais c'est trompeur, la glasse est plus fine et ça risque vite de dézinguer !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Pierrelatte (confluent 26/07/30/84)

L'extension bénéficiaire sur le Nord Pacifique en est la cause. Ceci dit, belle remontée de l'emprise par rapport à la moyenne 79 - 2006 mais c'est trompeur, la glasse est plus fine et ça risque vite de dézinguer !

Egalement d'accord avec toi, je viens de regarder un peu les historiques des cartes des glaces au 1er Mai, et généralement c'est à partir de cette date que çà commence à se fracturer en mer de Laptev.

Vu que cette année, cette zone est fragilisée avec une épaisseur inférieure à la normale en raison de la synoptique hivernale passée, il va etre interessant de voir l'evolution sur cette zone

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Remiremont - Porte des Hautes Vosges (400 m)

L'extension bénéficiaire sur le Nord Pacifique en est la cause. Ceci dit, belle remontée de l'emprise par rapport à la moyenne 79 - 2006 mais c'est trompeur, la glasse est plus fine et ça risque vite de dézinguer !

C'est clair que c'est LE point faible de la situation default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">

Et c'est la fracturation, puis le délitement du pack, évoqués par Serge qui seront intéressants à suivre à partir des jours à venir default_191769.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Massif du Jura // La-Chaux-de-Gilley (25), 895m (Village Alt. mini/maxi : 880-1120m)

Non représentatif mais agréable à regarder :

Mon lien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Dax (40)

Le secteur de Béring pousse le bilan global vers le neutre, et pour cause, jamais depuis le début des relevés satellites on y avait relevé une aussi grande surface de glace (et de loin d'ailleurs) :

region.all.anom.region.2.jpg

La situation a également été relativement bonne en sortie d'hiver du côté d'Okhotsk avec une area qui n'avait plus été observée depuis 2003, cela étant il s'agit dans les deux cas de régions périphériques qui fondront entièrement durant la saison de débâcle. Nous avons également enregistré la seconde plus grande extension entre Canada et Groenland depuis 1995 (Baffin / Newfoundland), s'agissant cependant la aussi d'une zone périphérique où la glace est destinée à fondre en grande partie durant l'été.

En fait on voit vraiment que c'est le côté européen qui a souffert cet hiver, Barents ayant largement battu son record du plus faible englacement cet hiver tandis que Kara n'a pas été entièrement englacée pour la première fois depuis le début des relevés satellites.

C'est symptomatique des conditions synoptiques générales qui ont prévalu durant la période hivernale, avec des remontées douces quasi-permanentes du côté du Spitzberg, tandis que les descentes froides ont prévalu massivement du côté de Béring.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Massif du Jura // La-Chaux-de-Gilley (25), 895m (Village Alt. mini/maxi : 880-1120m)

Jolie à voir :

seaice.recent.arctic.png

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...