Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Sign in to follow this  
meteo;SISTERON(04)

Neige abondante en haute montagne

Recommended Posts

salut,

la haute montagne connait un hiver particulierment humide je voulais savoir si vous connaissez un lien qui retrace l'evolution des glaciers années par années pour si on observe pas un ralentissement de la fonte des glaciers en france

merci

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans le beaufortain, il est annoncé 3m60 de neige cumulée à 2000 m (secteur du Planey). J'ai déjà vu 4 m à cet endroit.

J'ai également rarement vu les Ecrins (Champsaur) à ce point enneigé. Certains secteurs de pente raide ne sont plus que de vagues pistes noir et je ne reconnais plus certains sommets (Le Riondet par exemple).

C'est marrant parce qu'avec mes compagnons de ski de rando, nous nous sommes posé la même question : avec cette masse de neige, la période de fonte de glace va être nettement réduite par rapport aux dernières années.

Share this post


Link to post
Share on other sites

même dans les alpes du sud l'enneigement a été très bon et est encore exellent pour la saison.

Vous regardez la web-cam d'isola on ne voit pas la moindre trace de pierre ou de terre.

ce qui est quand même très étonnant pour la mi-avril.

et c'est presque la même chosse à auron ou à valbergue (alors que cette dernière station ferme en général à la mi-mars....)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

salut,

la haute montagne connait un hiver particulierment humide je voulais savoir si vous connaissez un lien qui retrace l'evolution des glaciers années par années pour si on observe pas un ralentissement de la fonte des glaciers en france

merci

Pour la fonte des glaciers c'est un débat qui reste ouvert. Car les hivers ont beau être plus humides ces deux dernières années à l'occasion du retour du zonal mais avec les canicules assez dévastatrices de 2003 et de juillet 2006 je ne pense pas que l'on puisse observer de ralentissement notable de la fonte glaciaire.

Après je ne sais pas je n'ai pas de mesures rigoureuses sur moi, c'est simplement une déduction.

Neigepassion default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" width="20" height="20"> .

Share this post


Link to post
Share on other sites

au dessus de gap le pic de chaillol qui culmine à 3100m est paltré versant sud dès 1700m alors coté nord je noze pas imaginer la hauteur de neige à 3100m.

d'apres les anciens un névé était visible depuis gap toute l'année versant sud-est jusqu'au année 1960

si quelqu'un a des info sur le pic du vieux chaillol et son ancien glacier. peut etre qu'avec un été pas trop trop chaud on pourra observer le meme phenomene qui sait

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Genève (CH) - Chevenoz (Haute-Savoie)

Sans m'appuyer sur aucune donnée chiffrée, je pense que l'enneigement moyen sur les Alpes du Nord doit être tout juste dans les normes, loin derrière l'enneigement de l'hiver 1999 ou encore, dans une moindre mesure, de celui de 2004-2005.

Il a été au-dessus des normes à la fin de l'automne/début de l'hiver et il doit l'être en ce moment mais c'est tout. Février a été très mauvais, janvier pas beaucoup mieux.

Alors de là à dire que la haute-montagne connaît un hiver particulièrement humide, c'est un peu exagéré me semble t-il.

Quant aux glaciers, n'oublions pas l'inertie thermique. Pas sûr qu'un seul hiver rigoureux (qualificatif qu'on ne peux pas appliquer à la saison qui vient de s'achever) ralentisse le recul des glaciers.

Quoi qu'il en soit, tu n'as rien trouvé sur un moteur de recherche à propos du suivi des glaciers français ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

Je viens de trouver un site:

France 24

Il informe bien sur l'évolution récente des glaciers ces dernières années. Je cite:

" Les autres pertes d'épaisseur les plus importantes ont été relevées sur le glacier autrichien du Grosser Goldbergkees (1,6 mètre en 2006, contre 30 centimètres en 2005), en France sur le glacier d'Ossoue (près de 3 mètres, contre 2,7 mètres l'année précédente), en Italie sur le glacier du Malavalle (1,4 mètre, contre 90 centimètres), sur le glacier espagnol de Maladeta (près de 2 mètres, contre 1,6 mètre), en Suède sur le Storglaciaeren (1,8 mètre, contre 8 centimètres) et sur le glacier suisse du Findelen (1,3 mètre, contre 22 centimètres). "

On voit que les Alpes sont tout de même bien exposées à des fontes importantes. Comme il a été dit ici ce n'est pas un hiver "rigoureux" qui changera la donne au niveau glaciaire!

Neigepassion.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Genève (CH) - Chevenoz (Haute-Savoie)

Les glaciers font état de variations inter-annuelles importantes.

Les données d'une année n'ont pas beaucoup de signification si on les isole de la tendance globale qui est ce qu'elle est : les glaciers de l'arc alpin connaissent, globalement, une cure d'amincissement drastique, et ce depuis le début du XIXème siècle.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Genève (CH) - Chevenoz (Haute-Savoie)

Un lien intéressant sur Futura-Sciences, ici

Un autre ici, concernant les glaciers chez nos voisins suisses, très en avance sur leur étude.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Salles (65) alt 630m (versant S du massif du Pibeste qui culmine à 1585m à l'aplomb du village)

Je viens de trouver un site:

France 24

Il informe bien sur l'évolution récente des glaciers ces dernières années. Je cite:

" Les autres pertes d'épaisseur les plus importantes ont été relevées sur le glacier autrichien du Grosser Goldbergkees (1,6 mètre en 2006, contre 30 centimètres en 2005), en France sur le glacier d'Ossoue (près de 3 mètres, contre 2,7 mètres l'année précédente), en Italie sur le glacier du Malavalle (1,4 mètre, contre 90 centimètres), sur le glacier espagnol de Maladeta (près de 2 mètres, contre 1,6 mètre), en Suède sur le Storglaciaeren (1,8 mètre, contre 8 centimètres) et sur le glacier suisse du Findelen (1,3 mètre, contre 22 centimètres). "

On voit que les Alpes sont tout de même bien exposées à des fontes importantes. Comme il a été dit ici ce n'est pas un hiver "rigoureux" qui changera la donne au niveau glaciaire!

Neigepassion.

Tu cites les glaciers d'ossoue et de la maladeta en concluant que les alpes sont bien exposées à des fontes importantes sauf que ces 2 glaciers se trouvent dans les pyrénées. default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

Tu cites les glaciers d'ossoue et de la maladeta en concluant que les alpes sont bien exposées à des fontes importantes sauf que ces 2 glaciers se trouvent dans les pyrénées. default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">

Je n'ai pas dit que TOUS ces glaciers étaient alpins, j'ai dit que parmi ceux cités dans cet article il n'y en avait pas mal, du moins c'est ce que je voulais dire.

Et je vais te dire, les glaciers alpins ont peu de différences entre eux niveau variations: il suffit qu'on ne prenne des relevés que sur un glacier uniquement pour en déduire que presque tous les glaciers des Alpes suivent peu ou prou les mêmes variations que lui (mis à part s'ils ont des différences de longueur et d'altitudes très importantes mais bon).

Conclusion: parmi ces articles on voit que des glaciers alpins fondent beaucoup, donc la grande majeure partie doit fondre aussi dans les Alpes, et pas qu'un peu! default_ohmy.png/emoticons/ohmy@2x.png 2x" width="20" height="20">

Neigepassion.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Bellevaux - Chablais - 1150m

... et comme le dit Neigepassion ... tant qu'on ne sait pas à quelle sauce on va être mangé cet été, on ne peut rien conclure sur le bilan de la neige en Haute Montagne.

par, l'année dernière, tout le monde craignait une saison estivale catastrophique après l'hiver pourri qu'on a eu et un mois d'avril excessivement chaud et sec. Et pourtant à partir de mai jusqu'à mi-septembre, le temps est resté frais et surtout il a été très humide. Bref, tout bénéf' pour la Haute Montagne qui n'a pas vraiment souffert l'été dernier.

.... mais ce n'est qu'un été. Il en faudrait 10 de suite comme ça pour que ce soit significatif. Et contrairement à ce qu'on pourrait penser, ce sont surtout les étés humides et frais qui rechargent la haute montagne .... si l'hiver est rigoureux, il fait trop froid en haute montagne pour avoir de grosses quantités de neige. cf l'hiver 2005-2006 qui a été excellent en moyenne montagne (et chez moi : 1m80 en cumul), mais pas terrible au dessus de 3000m car trop froid tout l'hiver.

Perso, ce que j'aimerais savoir sur les glaciers français c'est le bilan de masse de la zone d'accumulation (donc les zone au dessus de 3000-3500m en gros) ... en dessous c'est clair que le bilan est mauvais, les glaciers perdent beaucoup .... mais au dessus, comme la T° moyenne est + douce, il neige + en haute montagne. Notamment au sommet du Mt Blanc (une des hypothèses pour expliquer sa hausse récente d'altitude). Donc si la production est + forte en haute montagne, on pourrait avoir des crues glaciaires dans qqes années .... mais ce n'est qu'une hypothèse que je me pose.

En fouillant bien je pense qu'on peut trouver pas mal de choses intéressantes sur le site de l'observatoire de glacio du LGGE (labo de glacio à Grenoble) :

http://www-lgge.ujf-grenoble.fr/ServiceObs/index.htm

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

Perso, ce que j'aimerais savoir sur les glaciers français c'est le bilan de masse de la zone d'accumulation (donc les zone au dessus de 3000-3500m en gros) ... en dessous c'est clair que le bilan est mauvais, les glaciers perdent beaucoup .... mais au dessus, comme la T° moyenne est + douce, il neige + en haute montagne. Notamment au sommet du Mt Blanc (une des hypothèses pour expliquer sa hausse récente d'altitude). Donc si la production est + forte en haute montagne, on pourrait avoir des crues glaciaires dans qqes années .... mais ce n'est qu'une hypothèse que je me pose.

En fouillant bien je pense qu'on peut trouver pas mal de choses intéressantes sur le site de l'observatoire de glacio du LGGE (labo de glacio à Grenoble) :

http://www-lgge.ujf-grenoble.fr/ServiceObs/index.htm

Je suis en partie ton hypothèse, mais par contre je ne crois pas à une crue glaciaire. Je m'explique:

J'ai fait deux schémas représentatifs de la possible évolution glaciaire entre maintenant et 2050, si l'on estime la hausse des températures de +2°C et une hausse des précipitations plus ou moins significative.

Dans la période actuelle, le climat est modérément humide et modérément doux. La zone d'alimentation ne présente donc pas une épaisseur de glace très élevée, et la langue du glacier ne subit pas de fonte extrêmement rapide donc elle peut s'étendre jusqu'à des altitudes assez basses avant de fondre définitivement au niveau de la langue terminale.

On a alors un glacier "long" et "peu épais" comme le montre ce schéma:

pict0051hu2.jpg

Passons maintenant à 2050...

La température a augmenté de 2°C et les précipitations ont augmenté elles aussi. Comme tu le dis Ljos, l'épaisseur de glace dans le bassin d'alimentation a augmenté, mais l'altitude de la limite des neiges éternelles aussi! L'apport supplémentaire de précipitations n'est pas suffisamment élevé pour combler l'ablation engendrée par la fonte...

La zone d'ablation subit une fonte plus importante donc la langue terminale recule assez significativement.

On a donc un glacier plus épais et plus court.

pict0052dg9.jpg

On voit mal sur mon schéma, mais la zone hachurée en noir dans le bassin d'alimentation représente le gain d'épaisseur depuis la période actuelle, et les hachures en rouge dans la zone d'ablation la perte de glace engendrée par un réchauffement plus effectif.

Malgré une production de glace plus importante en haute altitude, la fonte dans la zone d'ablation compensera et dépassera cet apport.

Je penche donc pour cette évolution future pour les glaciers alpins de haute altitude (glacier des bossons, de Taconnaz, Mer de Glace, ...) et une disparition des glaciers "tempérés" dont le bassin d'alimentation se situe en-dessous de 3300 mètres...

D'après les prévisions climatologiques la hausse des précipitations en tout cas ne semble pas rattrapper la fonte des zones d'ablation default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20"> .

Bonne journée à vous tous,

Neigepassion default_flowers.gif .

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Genève (CH) - Chevenoz (Haute-Savoie)

Passons maintenant à 2050...

La température a augmenté de 2°C et les précipitations ont augmenté elles aussi. Comme tu le dis Ljos, l'épaisseur de glace dans le bassin d'alimentation a augmenté, mais l'altitude de la limite des neiges éternelles aussi! L'apport supplémentaire de précipitations n'est pas suffisamment élevé pour combler l'ablation engendrée par la fonte...

La zone d'ablation subit une fonte plus importante donc la langue terminale recule assez significativement.

On a donc un glacier plus épais et plus court.

Belle analyse et beaux schéma default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">En somme, les glaciers français d'altitude prendraient un peu la forme des glaciers tropicaux, notamment les glaciers andins, ramassés et épais.

.... mais ce n'est qu'un été. Il en faudrait 10 de suite comme ça pour que ce soit significatif. Et contrairement à ce qu'on pourrait penser, ce sont surtout les étés humides et frais qui rechargent la haute montagne .... si l'hiver est rigoureux, il fait trop froid en haute montagne pour avoir de grosses quantités de neige. cf l'hiver 2005-2006 qui a été excellent en moyenne montagne (et chez moi : 1m80 en cumul), mais pas terrible au dessus de 3000m car trop froid tout l'hiver.

Absolument Ljos, il est d'ailleurs prévu que l'enneigement en haute montagne se fasse plus important qu'il ne l'est actu. Cela augmenterait logiquement la masse glaciaire dans la zone d'accumulation, comme l'a expliqué NeigeP.D'autre part, j'ai lu sur un site suisse que la neige tombant hors période hivernale est plus collante et donc plus à même d'alimenter le glacier que la neige froide, facilement transportée.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Bellevaux - Chablais - 1150m

Je suis en partie ton hypothèse, mais par contre je ne crois pas à une crue glaciaire. Je m'explique:

J'ai fait deux schémas représentatifs de la possible évolution glaciaire entre maintenant et 2050, si l'on estime la hausse des températures de +2°C et une hausse des précipitations plus ou moins significative.

Dans la période actuelle, le climat est modérément humide et modérément doux. La zone d'alimentation ne présente donc pas une épaisseur de glace très élevée, et la langue du glacier ne subit pas de fonte extrêmement rapide donc elle peut s'étendre jusqu'à des altitudes assez basses avant de fondre définitivement au niveau de la langue terminale.

On a alors un glacier "long" et "peu épais" comme le montre ce schéma:

pict0051hu2.jpg

Passons maintenant à 2050...

La température a augmenté de 2°C et les précipitations ont augmenté elles aussi. Comme tu le dis Ljos, l'épaisseur de glace dans le bassin d'alimentation a augmenté, mais l'altitude de la limite des neiges éternelles aussi! L'apport supplémentaire de précipitations n'est pas suffisamment élevé pour combler l'ablation engendrée par la fonte...

La zone d'ablation subit une fonte plus importante donc la langue terminale recule assez significativement.

On a donc un glacier plus épais et plus court.

pict0052dg9.jpg

On voit mal sur mon schéma, mais la zone hachurée en noir dans le bassin d'alimentation représente le gain d'épaisseur depuis la période actuelle, et les hachures en rouge dans la zone d'ablation la perte de glace engendrée par un réchauffement plus effectif.

Malgré une production de glace plus importante en haute altitude, la fonte dans la zone d'ablation compensera et dépassera cet apport.

Je penche donc pour cette évolution future pour les glaciers alpins de haute altitude (glacier des bossons, de Taconnaz, Mer de Glace, ...) et une disparition des glaciers "tempérés" dont le bassin d'alimentation se situe en-dessous de 3300 mètres...

D'après les prévisions climatologiques la hausse des précipitations en tout cas ne semble pas rattrapper la fonte des zones d'ablation default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20"> .

Bonne journée à vous tous,

Neigepassion default_flowers.gif .

ouaip ! ok ... j'avais +/- cette idée là aussi ... c'est à dire, évolution progressive vers des glaciers types andins .... très épais en altitude, mais qui ne descendent pas très bas (à part en Patagonie). Je pense que des glaciers comme les Bossons, ont encore de beaux jours devant eux, la cascade de glace est rapide, le front met peu de temps à réagir à une forte accumulation en altitude ... contrairement à des glaciers comme la mer de glace qui mettent quasiment 10ans à réagir, donc les périodes de fortes accumulations doivent être lissées par les étés doux.

En gros, il restera des glaciers au Mont Blanc, Vanoise et Ecrin ... ailleurs ça semble fortement compromis. Le dernier glacier de Belledonne a déjà pris une sacré claque (faut dire qu'il est plat à 2500m d'altitude .... bref ...condamné). A ce propos, une moraine latérale s'est dégagée de la glace au milieu du glacier. Je me demande si ce n'est pas l'ancienne moraine "pré-petit âge glaciaire".

Pano-GlacierFreydannes.jpg

voilà, la g****e du glacier ... on distingue bien une masse rocheuse en bas au centre du glacier. Elle n'est pas présente sur les anciennes cartes ... Et vu sa tronche, ça ne ressemble pas du tout à un cône d'éboulis provenant de la falaise. Je pense qu'avec le retrait des glaciers, on va avoir qqes surprises de choses qui ressortent dessous datant d'avant le PAG.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

En gros, il restera des glaciers au Mont Blanc, Vanoise et Ecrin ... ailleurs ça semble fortement compromis. Le dernier glacier de Belledonne a déjà pris une sacré claque (faut dire qu'il est plat à 2500m d'altitude .... bref ...condamné). A ce propos, une moraine latérale s'est dégagée de la glace au milieu du glacier. Je me demande si ce n'est pas l'ancienne moraine "pré-petit âge glaciaire".

Il existe beaucoup de glaciers dans les Alpes qui sont des reliques de périodes froides révolues tel que le petit âge glaciaire.

Ils sont souvent caractérisé par des masses de glace dénuées de bassin de neiges éternelles donc évidemment ils sont prêts à mourir. Des études montrent (j'ai lu ça dans un ouvrage) que même si le climat restait le même que celui d'il y a trente ans ces glaciers seraient de toute évidence condamnés à disparaître. Ces petits glaciers sont souvent concentrés dans les cirques au pied des falaises face Nord, cirques creusés par le glacier en lui même quand il était au maximum de son extension.

Attention toutefois il ne faut pas confondre ces glaciers mourants à des glaciers dits "de couloir" qui, comme leur nom l'indiquent, se font alimenter par des avalanches qui s'effondrent des parois et couloirs d'une falaise sus-jacente. Avec cet apport de neige supplémentaire les glaciers là peuvent "tenir" avec le climat actuel sous des altitudes comprises entre 2600 et 2900 mètres (Glacier des Aiguilles d'Arves en Maurienne par exemple).

Neigepassion default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" width="20" height="20"> .

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

Sinon, une chose, pour en revenir au sujet de départ:

De 3000 à 3500 mètres dans les Alpes, la zone de fonte partielle des neiges s'étend de mai à septembre, et plus haut la fonte est inexistante ou négligeable.

Mais si l'on s'intéresse aux altitudes des glaciers "tempérés" (3000 à 3500 m), le glacier est davantage dépendant des chutes de neige qui s'accumulent durant la saison d'octobre à mai.

De plus l'on sait que la neige met un an pour se transformer en névé puis en glace, donc plus les chutes de neige abondantes sont précoces (octobre, novembre et décembre) plus cette neige aura le temps de se transformer en neige dure avant que l'été ne revienne avec sa fonte. Et c'est cette neige dure qui forme le futur névé et la future glace.

Et les chutes de neige ultérieures (février à avril) "servent" davantage à protéger ce futur névé de la fonte estivale en le recouvrant.

Or, ces dernières années, l'on a observé une étrange rareté des chutes de neige d'octobre à décembre-janvier, ce qui met à mal la "production" de névé...

Si l'on regarde octobre 2004, 2005, 2006, 2007, tous ont été secs et trois d'entre eux ont été excessivement estivaux niveau températures, ce qui a prolongé la date de fonte de près d'un mois, au lieu qu'il y ait restructuration des couches de neige si essentielles à la survie du glacier. Et bien sûr, novembre, décembre et janvier n'ont pas été en reste:

Les 4 derniers hivers ont soit été froids et neigeux en moyenne montagne mais pas assez en haute montagne (comme Ljos l'a expliqué ici tout à l'heure), et particulièrement secs durant le début de saison avec ces fins d'automnes calamiteuses, soit ils ont été doux et anticycloniques comme les deux derniers hivers.

Mis à part décembre 2007, y'a pas eu folichon comme chutes de neige significatives en début de saison...

Et les chutes de neige abondantes sont toutes intervenues en fin de saison ces derniers temps (mars 2006, 2007 et 2008, avril 2006, février 2007, etc...). Et comme je l'ai expliqué ces chutes de neige tardives ne sont pas très favorables à la formation de névé et fondent dès le retour des rayons solaires chauds de l'été.

Alors ne pas tirer de conclusions hâtives "l'été est frais, le recul glaciaire est limité". Cela est vrai mais si et seulement si les hivers sont bons producteurs de névé et si la tendance aux étés frais et hivers neigeux se poursuit plusieurs années de suite.

Par contre les glaciers "froids" prenant naissance au-delà de 3600 m accumulent même les chutes de neige estivales (production de névé toute l'année) donc pour ce cas ce genre de conclusions est mieux valable même s'il ne faut pas non plus être trop hâtif.

Neigepassion default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" width="20" height="20"> .

Share this post


Link to post
Share on other sites

au dessus de gap le pic de chaillol qui culmine à 3100m est paltré versant sud dès 1700m alors coté nord je noze pas imaginer la hauteur de neige à 3100m.

d'apres les anciens un névé était visible depuis gap toute l'année versant sud-est jusqu'au année 1960

si quelqu'un a des info sur le pic du vieux chaillol et son ancien glacier. peut etre qu'avec un été pas trop trop chaud on pourra observer le meme phenomene qui sait

Le Vieux Chaillol n'est pas un pic.

Concernant le névé, à part les années sans neige et 2003, il survi assez facilement à la période estivale. Vu de Gap, il se trouve un peu à droite du sommet derrière un creux.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je pense que tout le monde connaît l'excellent ouvrage

B. FRANCOU et C. VINCENT : Les glaciers à l'épreuve du climat ( IRD/Belin, 2007)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.
Sign in to follow this  

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...