Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Sign in to follow this  
sebtwister

L'Europe va refroidir, annoncent des scientifiques

Recommended Posts

Pour le soleil, la récente synthèse de Lockwood et Fröhlich 2007 (je la cite car elle est perçue comme non-sceptique) montre plutôt une hausse jusqu'en 1955-1960, suivie d'une baisse jusqu'en 1970-75, puis d'une hausse jusqu'en 1985, l'activité 1955-2000 se maintenant à des valeurs élevées par rapport au début du siècle, même lorsqu'elle est plutôt stable comme depuis 1980

(ci-dessous, R = taches solaires, Fs = flux solaire total, L = longueur des cycles, 10Be = proxy isotope béryllium, ∆T = anomalies T surface)

frohl2hc1.jpg

Suivant comme il est dit c'est comme si on compare les cycles de Schwabe de cycle en cycle et donc qu'on dirait que l'activite solaire monte ou baisse en comparant rien que le futur cycle N°24 a celui du cycle N°23.

Alors que je compare l'evolution de l'activite solaire sur une echeance plus grande que 11 ans pour voir l'evolution de l'activite solaire car celui-ci evolut surtout vu les cycles de longues durees : 90 ans pour cycle de Gleissberg, 179 ans pour cycle de Suess.... qui en plus se sont ceux qui ont l'effet le plus important sur le Soleil et donc sur le climat contrairement au cycle de 11 ans.

Car dans tout les cycles de tout phenomenes naturel peuvent avoir des trous ou disons des perturbations de courtes durees. Exemple le cycle solaire qui a une activite maximum en 1969 et qui est plus faible que le cycle qui le precede et le suit.

Williams

Share this post


Link to post
Share on other sites

Voici un comparatif entre l'évolution des anomalies estivales et celle des anomalies hivernales en France, par rapport à la norme 1961-1990, et depuis 1940 :

hivetexs9.png

Les évolutions semblent en effet assez rapprochées, mais je ne sais pas si l'on peut vraiment parler d'un emballement pour les étés. On a certes eu de gros pics ces toutes dernières années, mais c'est une période bien trop courte pour tirer la moindre conclusion. Par contre ce qui est davantage parlant, c'est le fait qu'il faille remonter à 1987 pour avoir un été présentant une anomalie négative à la moyenne 1960-1990.

Merci treize vents pour ce graphique très intéressant; dommage que les années ne soient pas notées: la lecture serait plus aisée;... et pendant que j'y suis , des ordonnées un peu plus étirées aiderait aussi à bien percevoir les observations...

Avec toute ma déférence...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Dax (40)

Merci treize vents pour ce graphique très intéressant; dommage que les années ne soient pas notées: la lecture serait plus aisée;... et pendant que j'y suis , des ordonnées un peu plus étirées aiderait aussi à bien percevoir les observations...

Avec toute ma déférence...

hivetelp4.th.png

Voila default_flowers.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Rouen Est 152 m.

je suis surpris du débat ou seul le courant nord atlantique est abordé . La douceur de l'ouest Européen est dû surtout au vent de sud ouest dominant ? default_flowers.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites

je suis surpris du débat ou seul le courant nord atlantique est abordé . La douceur de l'ouest Européen est dû surtout au vent de sud ouest dominant ? default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20">

Le courant nord atlantique n'est pas le seul a etre abordé car d'autre phenomenes naturels aussi le sont : AMO, PDO, l'activite solaire...

Williams

Share this post


Link to post
Share on other sites

Voici un article intéressant paru aujourd'hui dans le Midi Libre.

Je lance ce topic pour avoir vos avis sur cette hypothèse:

L'Europe va refroidir, annoncent des scientifiques

D'importants bouleversements météorologiques en cours dans les hautes latitudes laissent présager une cascade d'événements climatiques affectant la faune et la flore en Europe de l'Ouest.

Telles sont les les premières observations du programme scientifique Damoclès, dont la goélette "Tara", en dérive sur la banquise, est le support logistique.

Damoclès (Developping Arctic Modelling and Observing Capabillities for Long-term Environmental Studies) regroupe 45 laboratoires de 10 pays européens, des Etats-Unis et de Russie.

Projet pilote de l'Union Européenne pour l'Année Polaire Internationale, il vise à observer, comprendre et quantifier les changements climatiques en Arctique, afin d'aider à la prise de décisions face au réchauffement de la planète.

La plus importante et spectaculaire conclusion des observations réalisées par les scientifiques européens, depuis le début de la mission "Tara" en septembre 2006, prévoit « dans 10 à 15 ans, une fonte totale de la banquise en été, entre le mois de septembre et le mois de mai », selon Jean-Claude Gascard, océanographe et coordinateur du programme Damoclès.

Cette fonte totale de la banquise en été aurait, selon Gascard, la plus forte et inattendue incidence sur le climat d'Europe de l'ouest et donc la vie quotidienne de ses occupants, humains, faune et flore. Selon un enchaînement de causalités partant de l'absorption par l'océan de 80 % de l'énergie solaire (autrement réfléchie par feu la glace en été), on passe à une fonte accélérée de la calotte glaciaire du Groenland qui entraînerait une élévation du niveau de la mer d'au moins 1 mètre.

Mais, effet paradoxal et autre conséquence majeure, cet afflux d'eau douce bloquerait la montée des eaux chaudes et salées de l'Atlantique (circulation thermohaline) vers l'Arctique.

Résultat pour le coordinateur de Damoclès : un refroidissement de l'Europe occidentale de plusieurs degrés.

Source: www.midilibre.com

default_blushing.gif Bonjour,

Tous les scientifiques ne sont pas d'accord avec cette hypothèse de refroidissement de l'Europe.

Au forum international de la météo, certains experts du climat pensent que l'effet du réchauffement limitera le refroidissement en Europe mais que des hivers froids sont toujours possibles et que cela n'affectera pas la moyenne des températures qui continuera à augmenter même si le GS ralentit.

Et d'autre part, d'après des experts qui étaient présents au Forum international de la météo, il est impossible que le GS s'arrête définitivement.

Autre effet de cette fonte de la banquise en été, le niveau de la mer risque d'augmenter considérablement.

Certains pays comme les Pays Bas risquent ainsi de s'enfoncer dans la mer avant la fin de ce siècle.

D'autre part personne ne peut savoir à l'heure actuelle comment va réagir le tapis roulant face à la fonte de la banquise arctique en été !

Et en plus où va t'il ralentir ? A quel endroit exactement ? (Au sud de la Norvège ? A l'Ouest de l'Ecosse ? )

Huggo

1194653785fc49035b9e68cf6962092ad784873c10.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

default_blushing.gif Bonjour,

Tous les scientifiques ne sont pas d'accord avec cette hypothèse de refroidissement de l'Europe.

Au forum international de la météo, certains experts du climat pensent que l'effet du réchauffement limitera le refroidissement en Europe mais que des hivers froids sont toujours possibles et que cela n'affectera pas la moyenne des températures qui continuera à augmenter même si le GS ralentit.

Et d'autre part, d'après des experts qui étaient présents au Forum international de la météo, il est impossible que le GS s'arrête définitivement.

Autre effet de cette fonte de la banquise en été, le niveau de la mer risque d'augmenter considérablement.

Certains pays comme les Pays Bas risquent ainsi de s'enfoncer dans la mer avant la fin de ce siècle.

D'autre part personne ne peut savoir à l'heure actuelle comment va réagir le tapis roulant face à la fonte de la banquise arctique en été !

Et en plus où va t'il ralentir ? A quel endroit exactement ? (Au sud de la Norvège ? A l'Ouest de l'Ecosse ? )

Huggo

1194653785fc49035b9e68cf6962092ad784873c10.jpg

On verra bien, moi je pense que ça va se refroidir, car dans le passé le gulf stream a ralenti et a déjà provoqué des refroidissements!

L'homme je pense a trés peu d'influence sur le climat, la terre devrait s'équilibrer à mon avis thermiquement...

Moi je pense à une continentalisation de la France avec des étés plus chauds et sec et des hivers plus froid et tout aussi sec.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et si le GS plonge plus tôt, c'est à dire plus au sud, ne risque t'il pas de concentrer la chaleur sur le golfe de gascogne par exemple...et donc accroitre le réchaufement ?

Je crois que pour l'instant, il est difficile d'envisager un sénario plutôt qu'un autre...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

En complément, et pour un éclairage actualisé suite à l'été 2007 et donc intéressant, voici un article traduit du Washington Post :

Aux pôles, un film catastrophe grandeur nature

23 octobre 2007La fonte des glaces au pôle nord a atteint cette année une surface considérable, jamais encore observée. Le Washington Post fait le point sur la situation. En prime, une vidéo saisissante, réalisée à partir d’images de la NASA, montrant en accéléré l’ampleur du phénomène.

Correctif 24/10/07 - Période représentée dans la video [1]

Par Douglas Struck, Washington Post, 22 octobre 2007

Pour les scientifiques, le réchauffement climatique est un film catastrophe dont les premières scènes se déroulent aux pôles, et dont l’histoire a déjà débuté. Mais ce n’est plus une fiction.

Les scènes commencent au ralenti. L’emprise de la glace sur l’océan Arctique qui défiait l’homme depuis des siècles est en train de disparaître. La banquise n’occupe plus que la moitié de la surface qu’elle couvrait il y a 50 ans. Durant l’été 2006 elle s’est réduite à un niveau historique, et cette année ce retrait s’est encore accru d’une surface pratiquement égale à celle de l’Alaska. Là ou l’explorateur Robert Parry ne voyait il y a 102 ans qu’un « grand espace blanc s’étendant apparemment à l’infini » autour de l’île Ellesmere, il n’y a plus aujourd’hui que des eaux libres. La course des glaciers Groenlandais vers la mer marque le début d’une inévitable élévation des océans.

Les animaux migrent. Les ours polaires, les rois de l’Arctique cherchent désormais les glaces ou ils peuvent chasser et élever leurs jeunes. Phoques, morses et poissons adaptés aux mers froides se réfugient plus au nord. De nouvelles espèces, saumons, crabes et même des corbeaux viennent du sud s’installer. Les Inuit qui vivaient sur ces terres gelées depuis des milliers d’années voient leurs maisons s’enfoncer dans une boue autrefois gelée, et leurs pistes de chasse semées de fondrières.

Cette animation, réalisée par la NASA (cf infra) montre en accéléré l’évolution des glaces au pôle nord entre le 1er janvier et le 16 septembre 2007. (Désolé, 10 secondes de pub au début)

« Tout le monde est affecté, » déclare Carin Ashjian, un membre de l’Institut Océanographique de Woods Hole, qui a passé début septembre avec les autochtones Inupiats à Barrow, la ville la plus au nord de l’Alaska. « La seule glace que j’ai vue était celle dans mon verre. »

Au pôle sud, d’anciennes banquises côtières se sont effondrées brusquement. L’air circulant au dessus de la péninsule Antarctique s’est réchauffé de près de 6° depuis les années 1950. La mer se réchauffe également, et fait fondre l’extrémité des glaciers. L’herbe et les arbres prennent racine en lisière de la glace.

Les pingouins d’Adélaïde, emblématiques de l’Antarctique, migrent vers l’intérieur des terres, cherchant le froid auquel ils sont habitués, et sont remplacés par d’autres espèces qui préfèrent les eaux libres. Les bancs de Krill, cette espèce de crevette qui est à la base d’une chaîne alimentaire allant jusqu’aux baleines, disparaissent de leurs lieux habituels de reproduction.

« Nous avons assisté à de sérieux changement dans l’environnement du vivant, » déclare John King, qui dirige une étude pour le British Antarctic Survey.

Ce scénario était prévu. Mais ce qui alarme le plus les scientifiques c’est la vitesse à laquelle il se déroule. Il y a de cela une dizaine d’années la fonte des pôles étaient prévue à l’horizon d’un siècle. Au lieu de cela, le phénomène se déroule à une vitesse que les scientifiques comparent à celle du jour au lendemain.

Quand le Larsen B, un glacier Antarctique de 3 250 km² épais de 200 m, s’est effondré en 2002, « c’était un preuve éclatante que quelque chose d’inhabituel se déroulait » rappelle Hugh Ducklow, du laboratoire des écosystèmes de Woods Hole. « Les preuves géologiques suggèrent qu’il avait été stable durant au moins 10 000 ans, depuis le dernier âge glaciaire. Et il s’est littéralement désintégré en trois semaines. »

Pour les scientifiques, les prochaines scènes du film, telles que les décrit le GIEC, seront encore plus préoccupantes.

Avec le réchauffement de l’air au dessus du Canada, de l’Alaska et de la Sibérie, la fonte du permafrost libérera les millions de tonnes de carbone et de méthane qui y sont piégées, accélérant encore plus le désastre grandissant. Les glaciers du Groenland se déplacent plus vite, et créeront vraisemblablement durant ce siècle une élévation d’un mètre du niveau des mers, qui pourrait ensuite atteindre 7 mètres, finissant par inonder New York et la Floride du Sud, et chasser des millions de personnes des zones basses du littoral de l’Asie.

La disparition de la banquise en Antarctique de l’ouest ouvre la voie aux glaciers qui rejoignent la mer et libèrent autant d’eau douce que c’est le cas au Groenland. Finalement, le gigantesque continent gelé de l’Antarctique de l’est pourrait lui aussi fondre. La circulation des courants marins Thermohalins commence à se ralentir.

« Je ne vois aucune fin heureuse à tout ceci » s’inquiète Ted Scanbos, qui étudie les glaces polaires à l’université du Colorado.

La plupart des scientifiques disent que les changements prévus aux pôles pour les 30 ou 40 prochaines années sont inévitables, et prévenir des conséquences encore plus graves nécessitera une réduction drastique des émissions de gaz à effet de serre. Certains ont suggéré des solutions controversées pour tirer partie des pôles. Trois entreprises au moins ont des projets pour « fertiliser » l’océan Antarctique avec du fer pour tenter de capturer plus de carbone dans l’atmosphère.

« Nous renforçons simplement un processus naturel » déclare Dan Whaley, le fondateur d’une ces entreprises basée à San Francisco. D’autres scientifiques récemment réunis à Woods Hole sont sceptiques sur ce projet. « Il y aura des conséquences scientifiques que nous ne pouvons prédire » met en garde John Cullen, un océanographe de Halifax.

Les régions polaires ont souvent été décrites comme ayant pour le réchauffement climatique le rôle qui était tenu par les canaris dans les mines : celui du signe avant-coureur qui met en alerte lorsque des changements interviennent.

Certains voient un bénéfice dans ce réchauffement. Le légendaire passage du Nord Ouest, la route maritime qui va de l’Atlantique au Pacifique en passant au nord de l’Amérique est désormais presque libre de glaces l’été. Cela ouvre de tentantes opportunités commerciales pour les affréteurs et la recherche pétrolière qui espère découvrir de vastes champs de pétrole et de gaz sous l’océan Arctique. Les nations riveraines, Canada, Norvège, USA et Russie se sont engagées dans une course pour cartographier les fonds marins et revendiquer des droits sur les ressources sous-marines.

Mais les pôles ne sont pas de simples alarmes avancées. Ce qui s’y déroule aura - et a déjà - un impact sur le reste du monde.

Prenons l’exemple du permafrost. Les vastes régions arctiques du nord s’étendent sur trois continents qui sont gelés en profondeur depuis le dernier âge glaciaire. Seul une mince couche fond chaque été. Au milieu de ce siècle, cette couche aura 3 mètres d’épaisseur, selon les calculs effectués par le centre de recherche sur l’atmosphère de Boulder, et les gaz à effets de serre qui y étaient emprisonnés depuis longtemps seront libérés. D’ores et déjà, en Sibérie, la fonte libère du méthane, un puissant gaz à effet de serre, qui était retenu depuis 40 000 ans, alimentant un cycle de réchauffement accru entraînant une fonte encore plus importante.

« C’est un processus d’emballement très sérieux » juge M. Scanbos « il y a une catastrophe potentielle, enfouie sous le permafrost. »

Autre exemple, les océans. La température hivernale dans l’hémisphère nord est régulée par celle des courants marins qui circulent comme un gigantesque tapis roulant, dans lequel l’eau qui se refroidit aux pôles plonge dans les profondeurs et se déplace lentement vers l’équateur, où elle se réchauffe et remonte à la surface pour s’écouler ensuite vers le nord en réchauffant les eaux environnantes. C’est grâce à ce mécanisme que le climat de l’Europe est relativement tempéré.

Au fur et à mesure que les glaces fondent en Arctique et dans l’Océan Antarctique, de vastes zones d’eaux libres sont exposées aux rayons solaires. L’eau absorbe alors la chaleur qui jusqu’à présent était réfléchie par la glace. Avec le réchauffement de l’eau, le tapis roulant devrait se ralentir, selon les études du GIEC [2]. Dans le pire des cas, il pourrait s’arrêter. La dernière fois que cela est arrivé, voilà 15 000 ans, l’hémisphère nord a été plongé dans un âge glaciaire bref et brutal, en seulement quelques dizaines d’années.

« C’est comme si nous avions une piscine d’eau chaude au milieu de ce qui est sensé être le climatiseur du nord, » déclare M. Scanbos. « Et cela aura lieu durant nos vies, pas celles de nos petits-enfants. »

C’est aujourd’hui l’Arctique qui connaît le changement le plus rapide et le plus significatif. Mais ces modifications devraient être suivies de contrecoups dans les régions sud, estime Mme Elle Mosley Thompson, de l’université de l’Ohio, qui effectue des forages et des mesures dans les régions polaires depuis 25 ans.

L’Antarctique a envoyé des signaux assez compliqués dit-elle. L’intérieur des terres est « un glacier monstrueusement étendu qui crée son propre micro-climat ». Les vents qui soufflent autour de l’Antarctique l’ont protégé, ce qui fait que les températures moyennes n’ont que peu varié en 50 ans, et que la couverture neigeuse à l’intérieur s’est accrue.

De plus la glace de l’Antarctique repose sur la terre et même le réchauffement des prévisions les plus sombres ne l’affecterait sans doute qu’assez peu.

Mais l’Antarctique de l’ouest et la péninsule qui s’y élance vers le nord ont un schéma climatique différent. L’atmosphère au dessus de la péninsule est l’une des trois localisations au monde où le réchauffement est le plus rapide. La région Arctique à l’ouest du Canada et de l’Alaska et les montagnes de Chine et du Tibet sont les deux autres. La mer se réchauffe également, accélérant la désintégration des banquises. Lorsqu’elles ont disparu, les glaciers accélèrent leur mouvement vers la mer, élevant le niveau de mers.

« Nous pensions que le climat de l’hémisphère sud était plus stable par nature, » note M. Scanbos. Mais « toutes les échelles de temps se sont raccourcies aujourd’hui. Ces choses se déroulent très rapidement. Une ou deux dizaine d’années, voila qui est suffisant pour changer l’équilibre général. »

« La situation est plus proche d’une bascule soudaine que nous ne le souhaiterions. »

Sur le net :

NASA, Goddard Space Flight Center Remarkable Drop in Arctic Sea Ice Raises Questions

Cette page présente une série d’animations sur les glaces de l’Arctique, dont l’original de la video reproduite ici.

--------------------------------------------------------------------------------

Publication originale Washington Post, traduction Contre Info

--------------------------------------------------------------------------------

Je ne sais pas s'il faut dénoncer le ton alarmiste comme étant propre aux journalistes, ou au contraire le prendre vraiment tel qu'il est, s'agissant en outre d'un journal aussi sérieux que le Washington Post.

Bonne journée default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

Et d'autre part, d'après des experts qui étaient présents au Forum international de la météo, il est impossible que le GS s'arrête définitivement.

Oui on peut difficilement concevoir que le GS s'arrête complètement.

Par contre pour la DNA ce serait possible moyennant un apport d'eau douce suffisant.

Cet arrêt se manifesterait d'ailleurs par un phénomène d'hystérésis.

Autrement dit s'il fallait, par exemple, 0.5 Sv d'eau douce pour arrêter complètement la DNA, il faudrait passer en dessous de 0.1Sv pour retrouver une plongée thermohaline.

Enfin c'est ce que disent certains modèles.

D'un point de vue thermique, la DNA apporte 0.25 PW, très environ, au dessus de 60°N et du côté Atlantique bien entendu.

Si on suppose qu'il n'existe aucune compensation, et si on suppose aussi que la région concernée est de 20 millions de km2 l'arrêt complet de la DNA provoquerait tout de même un forçage négatif de -12.5W/m2.

Si on suppose une compensation de moitié cela correspond à -6.25W/m2.

Dans le premier cas cela correspondrait à une baisse des températures au dessus de 60°N de pas loin de 9°C, et dans le deuxième cas, de pas loin de 4.5°C.(sensibilité climatique prise à 0.75°C.m2/W)

Un arrêt de la DNA aurait sans doute des conséquences significatives pour l'Europe du Nord (Scandinavie notamment) mais assez peu en Europe de l'Ouest (étant donnée la part faible de la DNA dans la circulation océanique à ces latitudes) .

On pourrait peut-être concevoir une influence indirecte plus forte (invasions occasionnelles d'air arctique) ainsi que, par renforcement du gradient, un temps plus agité.

EDIT: j'ai un doute sur les 0.25PW je me demande si ce n'est pas plutôt 0.15PW.

Les différents chiffres seraient à réduire en proportion.

J'avais posé la question à Bruno Voituriez sur le forum FS mais plus moyen de remettre la main dessus.

Si sirius passe par là?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Yainville, Seine-Maritime, Normandie

Je me permet de remonter ce sujet qui me passionne .

Je suis un grand amateur de la climatologie et j'ai encore beaucoup a apprendre mais je suis septique sur le fait que ce soit les GES qui sont résponsable du réchauffement climatique, en effet le climat a toujours oscillé depuis de nombreux siècle entre chaud et froid, alors le RC ne serai t'il pas naturel et causé par l'activité solaire dont beaucoup de personne ignore?

Voici un graphique assez parlant je trouve :

soleil.jpg

On voit très bien que la température augmente en fonction des cycles solaire et que le CO2 seront donc une conséquence, et non pas une cause du RC .

J'ai lu que dans lors de l'analyse des carrotage de glace extrait au groenland la concentration en CO2 augmentait après l'élévation des températures .

Ensuite le fait que le RC actuel provoque un effondrement ou un fort ralentissement de la circulation thermohaline me semble plus que probable étant donné que cela est déjà arrivée dans le passé et a plusieurs reprise la température peut chuter d'une dizaine de dégrée en Europe et donc provoquer des hivers rigoureux en France .

et a mon avis cela changerait sans doute la circulation atmosphérique et a l'échelle global?

Après ce n'est que mon avis, reprenez moi si je me trompe default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20"> .

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oh que c'est fatigant !

Encore cette courbe pipeauté de Friis-Christensen et Lassen.

On sait depuis des années qu'elle est trafiquée et archi fausse :

Damon, Paul E.; Paul Laut (28 September 2004). "Pattern of Strange Errors Plagues Solar Activity and Terrestrial Climate Data". Eos 85 (39): 370–374. Retrieved on October 5, 2005.

On en a déjà parlé n fois sur IC, mais les zélotes sceptiques nous la ressortent ad nauseum...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : La-Chapelle-Saint-Florent (49)

Après ce n'est que mon avis, reprenez moi si je me trompe

Ah bah alors là t'as tout faux. Comme le vient de le dire Tomar, tu pouvais pas choisir plus mauvaise courbe et plus trafiqué que celle là. Oh si je suis sûr que tu peux trouver pire. default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20">

Vérifie tes sources jules. La prochaine fois j'efface, là je laisse juste pour l'exemple. ^^

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oh que c'est fatigant !

Encore cette courbe pipeauté de Friis-Christensen et Lassen.

La courbe n'a rien à voir avec Friis-Christensen et Lassen. D'ailleurs, ça m'étonnerait que ceux-ci annotent leur courbe en français !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

Ah bah alors là t'as tout faux. Comme le vient de le dire Tomar, tu pouvais pas choisir plus mauvaise courbe et plus trafiqué que celle là. Oh si je suis sûr que tu peux trouver pire. default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20">

Je peux en fabriquer une si tu veux ! default_laugh.png

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : La-Chapelle-Saint-Florent (49)

La courbe n'a rien à voir avec Friis-Christensen et Lassen.

D'ailleurs, ça m'étonnerait que ceux-ci annotent leur courbe en français !

Si si je confirme, c'est bien la même courbe. Pour preuve. C'est juste le fameux mec, toujours le même, de pensée unique (rien que le nom de son site ça me fait toujours frémir à chaque fois) qui l'a repris à son goût, mais c'est bien cette courbe default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20"> Et hop encore -1 pour pensée unique.

Franchement y'a de quoi rire...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Yainville, Seine-Maritime, Normandie

Ok ok pour la courbe alors, mais comment ce fait t'il que la concentration en CO2 augmente après la montée des température comme le démontre les carrotage de glace?

J'aimerai que l'on m'explique default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" width="20" height="20"> .

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ok ok pour la courbe alors, mais comment ce fait t'il que la concentration en CO2 augmente après la montée des température comme le démontre les carrotage de glace?

J'aimerai que l'on m'explique default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" width="20" height="20"> .

Jules,

Ca aussi ça a été discuté et expliqué je ne sais combien de fois, même hier par sirius :

/index.php?s=&showtopic=30702&view=findpost&p=722643'>http://forums.infoclimat.fr/index.php?s=&a...st&p=722643

C'est une rétrocation positive. La hausse des T engendre une augmentation du taux de CO2, qui elle même renforce l'augmentation des T. C'est ce qui c'était produit dans le passé (carotages) SANS forçage anthropique. On est évidemment dans une situation différente aujourd'hui. Mais dans tous les cas, même dans le passé, l'augmentation du taux de CO2 génère une augmentation des T.

Il faut lire un peu avant de balancer ses trucs...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Montreuil (93) ou Ciran (37)

Je vais répondre en mon nom à certains MP reçus aujourd'hui par les modos. Car en ce qui me concerne, j'assume et je revendique même une modération clairement engagée sur ce sujet du réchauffement climatique. Ce n'est pas la première fois que je le dis, aussi n'ai-je aucun problème à le répéter.

Les sceptiques qui ont envahi la partie "Evolution du climat" doivent comprendre qu'Infoclimat n'a pas vocation à entretenir leurs thèses sulfureuses soutenues par des procédés qui tiennent à la manipulation de l'information en générale, scientifique en particulier. Il ne fait pas de doute qu'ils ont trouvé ici un jeune auditoire de "fous de froid" rêvant de glaciation, et qui comptent du coup sur des hivers volcaniques ou un pseudo-cycle du soleil aux conséquences potentiellement dramatiques pour voir 10 cm de neige dans leur jardin. Jeune auditoire sur lequel l'amalgame de faits pseudo-scientifiques, à maintes fois démontés par certains de nos intervenants que je remercie, produits malheureusement le plus grand effet, le tout étant parfois habilement maquillé de théories du complot qui rencontrent toujours un certain succès.

De fait, je considère qu'il est de notre rôle et de notre responsabilité de mettre fin à cette dérive, déjà pour protéger les lecteurs les plus influençables, ensuite parce que l'Association Infoclimat est clairement engagée dans une démarche de sensibilisation aux dérèglements climatiques, qui se traduit à titre d'exemple avec son partenariat avec l'ADEME.

En conséquence ce sujet a été fermé, et il en sera de même pour tous les autres qui prendront cette voie.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je vais répondre en mon nom à certains MP reçus aujourd'hui par les modo. Car en ce qui me concerne, j'assume et je revendique même une modération clairement engagée sur ce sujet du réchauffement climatique. Ce n'est pas la première fois que je le dis, aussi n'ai-je aucun problème à le répéter.

Les sceptiques qui ont envahi la partie "Evolution du climat" doivent comprendre qu'Infoclimat n'a pas vocation à entretenir leurs thèses sulfureuses soutenues par des procédés qui tiennent à la manipulation de l'information en générale, scientifique en particulier. Il ne fait pas de doute qu'ils ont trouvé ici un jeune auditoire de "fous de froid" rêvant de glaciation, et qui comptent du coup sur des hivers volcaniques ou un pseudo-cycle du soleil aux conséquences potentiellement dramatiques pour voir 10 cm de neige dans leur jardin. Jeune auditoire sur lequel l'amalgame de faits pseudo-scientifiques, à maintes fois démontés par certains de nos intervenants que je remercie, produits malheureusement le plus grand effet, le tout étant parfois habilement maquillé de théories du complot qui rencontrent toujours un certain succès.

De fait, je considère qu'il est de notre rôle et de notre responsabilité de mettre fin à cette dérive, déjà pour protéger les lecteurs les plus influençables, ensuite parce que l'Association Infoclimat est clairement engagée dans une démarche de sensibilisation aux dérèglements climatiques, qui se traduit à titre d'exemple avec son partenariat avec l'ADEME.

En conséquence ce sujet a été fermé, et il en sera de même pour tous les autres qui prendront cette voie.

Le sujet dans lequel a été posté ce message ayant été fermé, je suis contraint d'ouvrir un nouveau sujet pour répondre à celui-ci. Car le post est d'importance ! Tout est beaucoup plus clair, il aurait fallu le dire clairement et depuis longtemps car beaucoup d'utilisateur de ce forum ne s'y retrouvent pas et ne comprenaient pas la censure systématique dont leur propos faisaient l'objet. J'en faisais partie et je ne suis pourtant pas un négateur acharné du réchauffement climatique.Pour ma part, je pense que te concernant, puisque tu parles en ton nom, tu fais une grosse erreur d'appréciation. Il faut de tout pour faire un monde et tous les sceptiques ne sont pas de vilains manipulateurs et inversement... Car chez les convaincus du réchauffement climatique sans doute à juste titre vu le bilan climatique des 20 dernières années, il se trouve autant de travaux très discutables comme les trop fameuses courbes historiques de Mann.

L'ADEME est organisme public, votre modération ne saurait dans ces conditions être neutre et on constate tous les jours qu'en effet elle ne l'est pas. C'est très dommageable de faire du forum une simple tribune relayant les rapports gouvernementaux et non plus un lieu d'échange le plus scientifique possible, ce qui présuppose évidemment une contradiction de toute thèse fut-elle officielle.

Merci en tout cas d'avoir parlé clairement : chacun saura dorénavant à quoi s'en tenir et quelles sont ici les limites, même si je les trouve pour ma part bien regrettables et contraire à la libre expression du travail scientifique, quand bien même il y aurait des dérives.

Florent.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Montreuil (93) ou Ciran (37)

Ta réponse étant intéressante, Florent, je la ramène dans ce topic. Il y a pas mal de vrai dans ce que tu dis (je ferai abstraction de l'utilisation systématique du terme "censure" qui amène directement au point Godwin...), mais le constat d'échec est là: les conditions d'un débat serein et constructif ne sont plus remplies, et depuis longtemps. Le forum n'est pas et ne sera pas une "simple tribune officielle"; seulement tant que les arguments opposés seront dépourvus d'honnêteté intellectuelle, on arrivera à rien.

Droit de réponse accordé donc, mais topic qui reste fermé.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.
Sign in to follow this  

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...