Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

effets bénéfiques du réchauffement climatique


Recommended Posts

On ne parle que des effets négatifs actuellement (que je ne gomme évidemment pas).

Mais si on considère l'optimum holocène et surtout l'éémien (période qui aurait été un peu plus chaude que la période actuelle et qui pourrait être comparable avec ce qu'on aurait au milieu du 21èS dans le cas où l'hypothèse du RC serait vraie), on aurait potentiellement les effets suivants :

- forte réduction des pergélisols (pendant l'éémien 2/3 de la surface actuelle avait disparu).

- reverdissement d'une partie des déserts chauds et forte augmentation de la pluviométrie des zones sahéliennes.

A eux seuls, ces deux facteurs sont capables de provoquer une hausse considérable de la surface agricole disponible, à une période où la demande mondiale en céréales va s'envoler (et monte déjà),à cause des changements de comportement alimentaires des pays émergents, qui vont avoir recours à plus d'élevage, donc à plus de protéines végétales, vu qu'il faut 3g de protéines végétales pour obtenir dans le meilleur des cas 1 g de protéine animale).

On dira que le sahel subira plus d'inondations...évidemment mais pour l'agriculture, un climat à 900 mm de pluies annuels est préférable à un climat à 200 ou 300mm annuels...même avec les inondations et autres aléas !

Il me semble que le GIEC sous-estime ces effets bénéfiques potentiels (?)

P.S : Plusieurs sources indiquent aussi que la banquise arctique d'été était inexistante durant l'éémien, sans que ça n'ait provoqué d'extinction massives ou de grosses catastrophes planétaires !

Link to post
Share on other sites
  • Replies 105
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

On ne parle que des effets négatifs actuellement (que je ne gomme évidemment pas).

Mais si on considère l'optimum holocène et surtout l'éémien (période qui aurait été un peu plus chaude que la période actuelle et qui pourrait être comparable avec ce qu'on aurait au milieu du 21èS dans le cas où l'hypothèse du RC serait vraie), on aurait potentiellement les effets suivants :

- forte réduction des pergélisols (pendant l'éémien 2/3 de la surface actuelle avait disparu).

- reverdissement d'une partie des déserts chauds et forte augmentation de la pluviométrie des zones sahéliennes.

A eux seuls, ces deux facteurs sont capables de provoquer une hausse considérable de la surface agricole disponible, à une période où la demande mondiale en céréales va s'envoler (et monte déjà),à cause des changements de comportement alimentaires des pays émergents, qui vont avoir recours à plus d'élevage, donc à plus de protéines végétales, vu qu'il faut 3g de protéines végétales pour obtenir dans le meilleur des cas 1 g de protéine animale).

On dira que le sahel subira plus d'inondations...évidemment mais pour l'agriculture, un climat à 900 mm de pluies annuels est préférable à un climat à 200 ou 300mm annuels...même avec les inondations et autres aléas !

Il me semble que le GIEC sous-estime ces effets bénéfiques potentiels (?)

P.S : Plusieurs sources indiquent aussi que la banquise arctique d'été était inexistante durant l'éémien, sans que ça n'ait provoqué d'extinction massives ou de grosses catastrophes planétaires !

il y a toujours des gagnants et des perdants et on trouvera des effets positifs au réchauffement comme la mise en valeur de régions jusqu'à présent inaccessibles, c'est probable.

Par contre, j'ai peine à croire que les régions désertiques soient davantage arrosées: le réchauffement devrait s'accompagner d'un renforcement des cellules de Hadley et donc plutôt d'une augmentation de l'aridité dans les régions en bordure. C'est ce que prévoient fort logiquement les modèles. Je ne suis pas spécialiste de l'éémien mais n'y a t il pas de déphasage?

Link to post
Share on other sites

il y a toujours des gagnants et des perdants et on trouvera des effets positifs au réchauffement comme la mise en valeur de régions jusqu'à présent inaccessibles, c'est probable.

Par contre, j'ai peine à croire que les régions désertiques soient davantage arrosées: le réchauffement devrait s'accompagner d'un renforcement des cellules de Hadley et donc plutôt d'une augmentation de l'aridité dans les régions en bordure. C'est ce que prévoient fort logiquement les modèles. Je ne suis pas spécialiste de l'éémien mais n'y a t il pas de déphasage?

Les phases chaudes ont bien été associées systématiquement à un recul des déserts subtropicaux dans le passé (en Afrique, mais aussi en Chine), et les phases froides à une extension des déserts :

http://www.esd.ornl.gov/projects/qen/nercAFRICA.html

carte de végétation pendant l'optimum holocène (c'était encore mieux pendant l'Eémien)

http://www.esd.ornl.gov/projects/qen/afr(8-7.gif

carte pendant une période glaciaire :

http://www.esd.ornl.gov/projects/qen/afr(22-.gif

Apparement si on en croit les paléoclimats, l'Afrique aurait beaucoup à gagner dans une évolution vers un climat plus chaud.

Link to post
Share on other sites
Posted
COLMAR OUEST (Haut-Rhin) Alt 192m

Salut !

Les probables effets bénéfiques du réchauffement climatique ne profiterait visiblement qu'à l'homme.

Quand LABADIE mentionne le fait de plus de terre cultivalble, plus d'élévages.... disons que cela permet surtout à l'homme de puisser encore plus dans les possibilité de résérves naturelles (ce qu'il fait déjà tellement trop !) ce bénéfice est surtout une vision à court tèrme et ne resoudra aucun problème puisque il devrait logiquement l'aggraver après un regain de ressources apparenciel.

Ne pas oublier non plus que le RC met aussi à jour des sites qui dès à présent accéssible fait l'objet de convoitises commerciales comme le pétrole au pôle nord vue par les russes.

Le transit maritime plus intense par l'Arctique.....

Je ne pense pas que tout ça soit bénéfique sur le long tèrme.

Bien au contraire, on continue qu'à ne penser qu'à nous et que à côté de ça, c'est 150 espèces (toutes espèces confondue) qui disparaissent chaque jours.

Pour moi, voir un bénéfice au RC est plutôt une vision égoïste.

Je ne crois pas non plus à davantage de pluviomètrie dans les zones désertique, cela devrait plutôt aggraver encore plus la secheresse.

La pluie plus abondante sera pour les zone tempèrèes.

Ne pas oublier que les zones tropicales devraient être moins arrosées donc, nous déboucherons à un appauvrissement des forêts tropicales qui aujourd'hui sont des puits à Carbone vitale et les poumons de notre planète.

Perso, je ne vois rien de bénéfique là dedans.

Cependant, je respecte votre point de vue à tous mais j'expose ainsi le miens.

Bonne journée ! default_dry.pngdefault_flowers.gif

JU

Link to post
Share on other sites

Les probables effets bénéfiques du réchauffement climatique ne profiterait visiblement qu'à l'homme.

Non, un réchauffement est toujours favorable à TOUTE vie animale et végétale. C'est un fait ! Une forêt tropicale a une biodiversité bien plus grande qu'une forêt septentrionale qui a une biodiversité bien plus grande qu'une forêt boréale. Refuser une telle évidence, c'est faire du déni (et tant qu'à faire, du "négationnisme").

Il n'y a aucune raison pour qu'un réchauffement ne soit que bon pour ce qui est mauvais et mauvais pour ce qui est bon, même si on nous bassine à longueur de média avec ce genre de message.

Je ne crois pas non plus à davantage de pluviomètrie dans les zones désertique, cela devrait plutôt aggraver encore plus la secheresse.

La pluie plus abondante sera pour les zone tempèrèes.

S'il s'agit de ta croyance, il ne s'agit alors plus de science. Les faits scientifiques eux disent que lors des périodes chaudes, le Sahara est une savane verdoyante. On a encore des centaines de sites de peintures rupestres datés du maximum holocène (- 6 à 9 mille ans) en plein milieu du désert - notamment dans le Hoggart algérien, bien connu de ceux qui font de la varape - montrant des dessins de troupeaux de ruminants. Les mesures de taux de poussière dans les calottes glaciaires arrivent à la même conclusion : lors des périodes froides, il y a beaucoup plus de désert et plus de poussière. Et la fouille des fossiles montrent que la Sahara de l'époque avait la même faune et flore que le Serengueti actuel, tout ça à une période qui serait 1 à 2 °C plus chaude que maintenant.

D'ailleurs, contrairement à ce qu'on croit souvent, le Sahel se reverdit depuis 20 ans comme le montrent de multiples études par des mesures satellites ou de précipitation (Anyamba, A. and Tucker, C.J. 2005, Hutchinson, C.F., Herrmann, S.M., Maukonen, T. and Weber, J. 2005, Nicholson, S. 2005...). Pas vraiment de quoi accréditer la thèse d'une désertification du Sahara par un réchauffement climatique.

Link to post
Share on other sites
Posted
COLMAR OUEST (Haut-Rhin) Alt 192m

Non, un réchauffement est toujours favorable à TOUTE vie animale et végétale. C'est un fait !

Une forêt tropicale a une biodiversité bien plus grande qu'une forêt septentrionale qui a une biodiversité bien plus grande qu'une forêt boréale. Refuser une telle évidence, c'est faire du déni (et tant qu'à faire, du "négationnisme").

Il n'y a aucune raison pour qu'un réchauffement ne soit que bon pour ce qui est mauvais et mauvais pour ce qui est bon, même si on nous bassine à longueur de média avec ce genre de message.

S'il s'agit de ta croyance, il ne s'agit alors plus de science.

Les faits scientifiques eux disent que lors des périodes chaudes, le Sahara est une savane verdoyante. On a encore des centaines de sites de peintures rupestres datés du maximum holocène (- 6 à 9 mille ans) en plein milieu du désert - notamment dans le Hoggart algérien, bien connu de ceux qui font de la varape - montrant des dessins de troupeaux de ruminants. Les mesures de taux de poussière dans les calottes glaciaires arrivent à la même conclusion : lors des périodes froides, il y a beaucoup plus de désert et plus de poussière. Et la fouille des fossiles montrent que la Sahara de l'époque avait la même faune et flore que le Serengueti actuel, tout ça à une période qui serait 1 à 2 °C plus chaude que maintenant.

D'ailleurs, contrairement à ce qu'on croit souvent, le Sahel se reverdit depuis 20 ans comme le montrent de multiples études par des mesures satellites ou de précipitation (Anyamba, A. and Tucker, C.J. 2005, Hutchinson, C.F., Herrmann, S.M., Maukonen, T. and Weber, J. 2005, Nicholson, S. 2005...). Pas vraiment de quoi accréditer la thèse d'une désertification du Sahara par un réchauffement climatique.

En tout cas, sans négationnisme aucun, merci pour les éléments que tu apportes, c'est aussi ça l'interêt d'un forum, c'est être ouvert et partager les connaissances de chacun !

Mais bon, selon ce que j'ai déjà entendu, les avis semble controversés sur la question . default_flowers.gif

Link to post
Share on other sites

Non, un réchauffement est toujours favorable à TOUTE vie animale et végétale. C'est un fait !

Une forêt tropicale a une biodiversité bien plus grande qu'une forêt septentrionale qui a une biodiversité bien plus grande qu'une forêt boréale. Refuser une telle évidence, c'est faire du déni (et tant qu'à faire, du "négationnisme").

Il n'y a aucune raison pour qu'un réchauffement ne soit que bon pour ce qui est mauvais et mauvais pour ce qui est bon, même si on nous bassine à longueur de média avec ce genre de message.

S'il s'agit de ta croyance, il ne s'agit alors plus de science.

Les faits scientifiques eux disent que lors des périodes chaudes, le Sahara est une savane verdoyante. On a encore des centaines de sites de peintures rupestres datés du maximum holocène (- 6 à 9 mille ans) en plein milieu du désert - notamment dans le Hoggart algérien, bien connu de ceux qui font de la varape - montrant des dessins de troupeaux de ruminants. Les mesures de taux de poussière dans les calottes glaciaires arrivent à la même conclusion : lors des périodes froides, il y a beaucoup plus de désert et plus de poussière. Et la fouille des fossiles montrent que la Sahara de l'époque avait la même faune et flore que le Serengueti actuel, tout ça à une période qui serait 1 à 2 °C plus chaude que maintenant.

D'ailleurs, contrairement à ce qu'on croit souvent, le Sahel se reverdit depuis 20 ans comme le montrent de multiples études par des mesures satellites ou de précipitation (Anyamba, A. and Tucker, C.J. 2005, Hutchinson, C.F., Herrmann, S.M., Maukonen, T. and Weber, J. 2005, Nicholson, S. 2005...). Pas vraiment de quoi accréditer la thèse d'une désertification du Sahara par un réchauffement climatique.

Une évolution favorable à la vie ne s'exprime pas seulement quantitativement. Même si les animaux et végétaux adaptés à la chaleur s'en trouvent bien, quid de ceux qui ont besoin d'un climat froid ou tempéré? Si l'évolution était lente, il pourrait y avoir adaptation et déplacement des niches écologiques. Il n'en sera pas de même si le réchauffement s'emballe comme je le crains.Déjà, des espéces disparaissent à cause de l'homme. Que celà soit par la destruction de leur biotope (cas le plus fréquent pour l'instant) ou en raison du réchauffement.

Certaines espéces animales et surtout végétales voient leur aire d'implantation se déplacer en latitude et en altitude. Environ 200 Km vers le nord et 200 m vers le haut, pour un degré supplémentaire de température moyenne à la latitude de la France. Quand les habitats montagneux ou insulaires constituent des isolats, cela peut condamner des espéces à l'extinction, sauf intervention de l'homme pour les déplacer (les espéces, pas les iles et les montagnes).

Et puis autre chose: je ne vois guère d'effet favorable à attendre d'une montée des eaux qui risque de dépasser 1 mètre au cours de ce siècle, et beaucoup plus au cours des siècles suivants. Si tu en vois, va le dire aux Néerlandais qui sont actuellement obligés de commencer à abandonner des polders face à la montée des eaux. Ca les consolera sûrement...

Et quant au Sahel, quel effet favorable attends tu de la disparition du lac Tchad? Dégager des polders? Mais quand l'eau disponible ne suffira plus pour les cultures? Bien sur, le réchauffement n'est dans ce cas pas seul en cause et les hommes ont trop pompé dans les fleuves Logone et Chari pour l'agriculture irriguée (coton, riz)...

Mais bah... je peux admettre qu'on préfére voir aussi le bon coté des choses. Genre: quand je serai mort, je n'aurai plus mal aux dents.

Je sais, la comparaison est un peu facile. Mais si l'optimisme conduit à s'aveugler (et, pire, à aveugler les autres devant la gravité du risque), alors pas d'accord. Pas d'accord du tout, même. je ne nie pas qu'il puisse y avoir quand même des effets favorables, mais j'affirme qu'ils ne seront globalement favorables que si le réchauffement reste très modéré. Ainsi un peu plus de CO2 profite à de nombreux végétaux (c'est un fait avéré), mais trop de chaleur ferait perdre totalement le bénéfice qu'ils tireraient de cet "engrais" atmosphérique. Les études de la FAO, de l'INRA ou de l'ONF sont sans ambiguité à ce sujet.

Alain

Link to post
Share on other sites

Bien sûr qu'un réchauffement a des conséquences surtout positives... il faut être ignare en paléoclimatologie pour penser le contraire.

Je pense que le plus grand défi apporté à l'humanité ne sera non pas un RC mais un refroidissement majeur et généralisé lors du retour de la prochaine glaciation (dans 10000 à 20000 ans), et là c'est avec certitude (cf. cycles de Milankovitch) 5 ou 6°C de moins, calottes glaciaires dans les régions subpolaires, steppes en Europe et déserts subtropicaux bien plus étendus qu'aujourd'hui, et enfin un niveau des eaux 100 m inférieur à l'actuel, donc davantage de terres... mais plus stériles du fait du refroidissement ; de fait, une bonne partie de l'eau serait stockée dans les grands volumes de glace...

la misère quoi ! un tel grand RF me fait bien plus peur qu'un RC, c'est clair !

Link to post
Share on other sites
Posted
Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

Mais bah... je peux admettre qu'on préfére voir aussi le bon coté des choses. Genre: quand je serai mort, je n'aurai plus mal aux dents.

default_flowers.gif :fleure: default_sorcerer.gif

excellent.

C'est vraiment la meilleure réponse qu'on puisse faire.

Mais plus sérieusement tu as raison d'insister sur la rapidité du phénomène du réchauffement par rapport à l'évolution des espèces.

De plus dire que la vie et la biodiversité sont favorisées par une température élevée n'est pas spécialement scientifique.

Il existe une température optimale au développement de la vie et un domaine de température où cette dernière peut subsister.

Mais bien entendu ce n'est pas le seul critère.

Le Sahara et l'Amazonie ont des températures comparables mais la vie ne s'y développe pas de la même façon, à ce qu'il parait.

On l'a déjà répété pas mal de fois ici.

Link to post
Share on other sites
Posted
Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

Mais si on considère l'optimum holocène et surtout l'éémien (période qui aurait été un peu plus chaude que la période actuelle et qui pourrait être comparable avec ce qu'on aurait au milieu du 21èS dans le cas où l'hypothèse du RC serait vraie), on aurait potentiellement les effets suivants :

- forte réduction des pergélisols (pendant l'éémien 2/3 de la surface actuelle avait disparu).

- reverdissement d'une partie des déserts chauds et forte augmentation de la pluviométrie des zones sahéliennes.

A eux seuls, ces deux facteurs sont capables de provoquer une hausse considérable de la surface agricole disponible

D'un point de vue général je ne suis pas sûr qu'il faille comparer des périodes de RC relativement dissemblables quant aux forçages mis en jeu et quant à la chronologie.

Pour les forçages il y a une différence importante, me semble t'il, entre un forçage solaire important sur l'HN pendant les interglaciaires et un forçage par GES généralisé à l'ensemble de la planète.

Pour la chronologie, par définition, un interglaciaire vient après une période glaciaire où les inlandsis recouvrent une partie importante de l'HN.

En conséquence la circulation atmosphérique ne peut être la même dans les 2 cas, à moins de démontrer le contraire.

Il me semble que le GIEC sous-estime ces effets bénéfiques potentiels (?)

Il se trouve que le GIEC ne travaille pas avec des comparaisons qui n'ont pas forcément lieu d'être mais avec des modèles qui, bien qu'imparfaits, sont élaborés scientifiquement.

P.S : Plusieurs sources indiquent aussi que la banquise arctique d'été était inexistante durant l'éémien, sans que ça n'ait provoqué d'extinction massives ou de grosses catastrophes planétaires !

oui il est possible qu'il n'y ait pas eu de banquise arctique pendant l'Eémien mais qui a parlé d'extinctions massives et de catastrophe planétaire?

La disparition de la banquise arctique est simplement un indice du RC actuel.

Elle cause de plus une rétroaction positive modeste sur un plan global (plus importante sur un plan régional bien sûr).

C'est une évidence qu'elle risque de causer la disparition d'espèces qui en vivent.

Point.

Nul besoin de caricaturer la position des scientifiques à ce sujet.

Link to post
Share on other sites
Posted
Vincennes (94) / Penta di Casinca (2B)

Bien sûr qu'un réchauffement a des conséquences surtout positives... il faut être ignare en paléoclimatologie pour penser le contraire.

Je pense que le plus grand défi apporté à l'humanité ne sera non pas un RC mais un refroidissement majeur et généralisé lors du retour de la prochaine glaciation (dans 10000 à 20000 ans), et là c'est avec certitude (cf. cycles de Milankovitch) 5 ou 6°C de moins, calottes glaciaires dans les régions subpolaires, steppes en Europe et déserts subtropicaux bien plus étendus qu'aujourd'hui, et enfin un niveau des eaux 100 m inférieur à l'actuel, donc davantage de terres... mais plus stériles du fait du refroidissement ; de fait, une bonne partie de l'eau serait stockée dans les grands volumes de glace...

la misère quoi ! un tel grand RF me fait bien plus peur qu'un RC, c'est clair !

Il me semble avoir déjà lu que la Terre n'a pas toujours connu l'alternance ère glaciaire/interglaciaire telle que nous la connaissons, ce serait même relativement "récent" (1 million d'années.. ?), on peut calculer théoriquement d'autres états d'équilibre radiatif que ceux que nous avons "connu" dans cette période récente de l'histoire de notre planète, si je me rappelle bien les cours de rayonnement de DEA default_flowers.gif

Tout cela pour dire qu'il me semble qu'un bouleversement majeur de la température du globe pourrait, pourquoi pas, nous faire sortir de ce schéma bien rassurant, car la Terre peut apparemment trouver un équilibre radiatif à des températures sensiblement plus élevées que celles que nous connaissons actuellement.

Bon ça commence à remonter, qu'on me corrige si j'affabule. default_flowers.gif

Link to post
Share on other sites
Posted
COLMAR OUEST (Haut-Rhin) Alt 192m

Juste pour dire , après lecture des posts, il y a plein de choses cohérentes mais, si il y a une chose à laquelle on pense pas forcément c'est tout simplement l'ampleur du RC, à ce jour, visiblement le RC surprend tout le monde y compris la communauté scientifique... jusqu'où alors pourrait-il être bénéfique ?

A mon avis la machine c'est réellement emballée et ça, vous pouvez dire ce que vous voullez, ça ne peut absolument pas être bénéfique.

Il n'est pas question de négationnisme de ma part mais bien de réalisme.

JU

Link to post
Share on other sites

On ne parle que des effets négatifs actuellement (que je ne gomme évidemment pas).

Mais si on considère l'optimum holocène et surtout l'éémien (période qui aurait été un peu plus chaude que la période actuelle et qui pourrait être comparable avec ce qu'on aurait au milieu du 21èS dans le cas où l'hypothèse du RC serait vraie), on aurait potentiellement les effets suivants :

- forte réduction des pergélisols (pendant l'éémien 2/3 de la surface actuelle avait disparu).

- reverdissement d'une partie des déserts chauds et forte augmentation de la pluviométrie des zones sahéliennes.

c'est fort possible, oui, et c'est vrai que cela pourrait s'avérer bénéfique (pour certaines parties du globe, donc).
A eux seuls, ces deux facteurs sont capables de provoquer une hausse considérable de la surface agricole disponible, à une période où la demande mondiale en céréales va s'envoler (et monte déjà),à cause des changements de comportement alimentaires des pays émergents, qui vont avoir recours à plus d'élevage, donc à plus de protéines végétales, vu qu'il faut 3g de protéines végétales pour obtenir dans le meilleur des cas 1 g de protéine animale).

On dira que le sahel subira plus d'inondations...évidemment mais pour l'agriculture, un climat à 900 mm de pluies annuels est préférable à un climat à 200 ou 300mm annuels...même avec les inondations et autres aléas !

Il me semble que le GIEC sous-estime ces effets bénéfiques potentiels (?)

P.S : Plusieurs sources indiquent aussi que la banquise arctique d'été était inexistante durant l'éémien, sans que ça n'ait provoqué d'extinction massives ou de grosses catastrophes planétaires !

alors juste deux choses:- la production agricole mondiale est actuellement plus que suffisante pour nourrir toute la population humaine. seulement, les ressources restent très mal réparties, et également nous (les pays développés) produisons beaucoup trop pour nous-même, si bien que nous jetons une grande partie de ce que nous produisons.

- geler les potentielles terres fertiles en terres agricoles est donc une "mauvaise solution". d'une part nous pouvons déjà distribuer ce que nous avons en trop à ceux qui en ont besoin (et nous en avons plus que suffisamment). d'autre part, ça limiterais grandement l'émergence de nouvelles espèces, ou simplement les possibilités de migration des espèces qui seront en danger ailleurs.

je ne vois donc pas en quoi cela serait bénéfique...

Link to post
Share on other sites
Posted
COLMAR OUEST (Haut-Rhin) Alt 192m

c'est fort possible, oui, et c'est vrai que cela pourrait s'avérer bénéfique (pour certaines parties du globe, donc).

alors juste deux choses:

- la production agricole mondiale est actuellement plus que suffisante pour nourrir toute la population humaine. seulement, les ressources restent très mal réparties, et également nous (les pays développés) produisons beaucoup trop pour nous-même, si bien que nous jetons une grande partie de ce que nous produisons.

- geler les potentielles terres fertiles en terres agricoles est donc une "mauvaise solution". d'une part nous pouvons déjà distribuer ce que nous avons en trop à ceux qui en ont besoin (et nous en avons plus que suffisamment). d'autre part, ça limiterais grandement l'émergence de nouvelles espèces, ou simplement les possibilités de migration des espèces qui seront en danger ailleurs.

je ne vois donc pas en quoi cela serait bénéfique...

Surtout quand on sais que la plus grande partie de la production céréalière est déstinée pour le bétail....

Sinon, tout a fait d'accord, nous produisons trop et répartissons très mal... juste une histoire d'économie comme toujours.

Le RC ne sera bénéfique qu'à court tèrme surtout pour le milieu économique. Le reste c'est peanuts.

Un RC "naturel" permet à la nature de s'adapter naturellement mais aujourd'hui, on ne connais pas l'effet d'un RC brutal provoqué en grande partie par l'homme, personne aujourd'hui ne peut savoir les conséquences.

A mon sens, conséquence dramatique.

Désolé d'être un peu inscisif sur ce sujet mais c'est un truc qui me tiens à coeur.

default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" width="20" height="20">

JU

Link to post
Share on other sites

Selon Anecdote (citation): "Bien sûr qu'un réchauffement a des conséquences surtout positives... il faut être ignare en paléoclimatologie pour penser le contraire."

Ah oui ? Comme voici 252 millions d'années, lors de la transition Permien-Trias, par exemple ?

Un réchauffement de 9 à 10 °C survenu en environ un million d'années (donc à un rythme infiniment plus lent que le réchauffement actuel) avait alors fini par provoquer en un peu moins de 100 000 ans la disparition de la très grande majorité (plus de 80 %) des espéces vivantes, tandis que les autres étaient réduites à un faible nombre de survivants, dans des aires refuges peu nombtreuses.

Pendant des centaines de milliers d'années, les couches géologiques accumulées après cette extinction massive ne constituaient plus, pour la plupart, qu'un désert biologique. Il s'en était vraiment fallu de peu que toute vie métazoaire disparaisse de la surface de la Terre.

Il faut lire à ce sujet les écrits des paléogéologues Peter Ward, Michael Benton, Douglass Erwin, Roger Smith, David Montgomery, Adrian Jones, Michael Rampino, Luann Becker, Robert Pureda, Gregory Retallack, Paul Renne, Vincent Courtillot, Paul Wignall, Gerald Dickens, Frédéric Fluteau, Gilles Ramstein, etc... Tous des ignares, sans doute ?

D'autres extinctions, moins importantes ont également accompagné d'autres périodes de réchauffement, sans atteindre l'extrème gravité de la transition Permien-Trias.

Je suppose qu'ignorer ces faits en affirmant "qu'un réchauffement à des conséquences surtout positives" et en accusant de manière insultante les autres d'être "ignares en paléontologie" est le seul moyen (un peu surprenant) que notre ami Anecdote a trouvé pour prouver sa grande compétence personnelle en ce domaine...

Mais bah, mieux vaut en rire qu'en pleurer...

Alain

Link to post
Share on other sites

De plus dire que la vie et la biodiversité sont favorisées par une température élevée n'est pas spécialement scientifique.

Il existe une température optimale au développement de la vie et un domaine de température où cette dernière peut subsister.

il y a un certain nombre de bactéries peuvent survivre à des températures extrêmement chaudes. c'est pour ça qu'il faut faire bouillir l'eau (100°C). default_chris.gifdonc tu as tort de t'inquiéter: un RC vraiment très fort serait bénéfique aux bactéries! (et ça, si c'est pas un point positif...!)
Link to post
Share on other sites
Posted
Aix-en-Provence (et fût un temps avec des relevés sur Ventabren)

Selon Anecdote (citation): "Bien sûr qu'un réchauffement a des conséquences surtout positives... il faut être ignare en paléoclimatologie pour penser le contraire."

Ah oui ? Comme voici 252 millions d'années, lors de la transition Permien-Trias, par exemple ?

Un réchauffement de 9 à 10 °C survenu en environ un million d'années (donc à un rythme infiniment plus lent que le réchauffement actuel) avait alors fini par provoquer en un peu moins de 100 000 ans la disparition de la très grande majorité (plus de 80 %) des espéces vivantes, tandis que les autres étaient réduites à un faible nombre de survivants, dans des aires refuges peu nombtreuses.

Pendant des centaines de milliers d'années, les couches géologiques accumulées après cette extinction massive ne constituaient plus, pour la plupart, qu'un désert biologique. Il s'en était vraiment fallu de peu que toute vie métazoaire disparaisse de la surface de la Terre.

Il faut lire à ce sujet les écrits des paléogéologues Peter Ward, Michael Benton, Douglass Erwin, Roger Smith, David Montgomery, Adrian Jones, Michael Rampino, Luann Becker, Robert Pureda, Gregory Retallack, Paul Renne, Vincent Courtillot, Paul Wignall, Gerald Dickens, Frédéric Fluteau, Gilles Ramstein, etc... Tous des ignares, sans doute ?

D'autres extinctions, moins importantes ont également accompagné d'autres périodes de réchauffement, sans atteindre l'extrème gravité de la transition Permien-Trias.

Je suppose qu'ignorer ces faits en affirmant "qu'un réchauffement à des conséquences surtout positives" et en accusant de manière insultante les autres d'être "ignares en paléontologie" est le seul moyen (un peu surprenant) que notre ami Anecdote a trouvé pour prouver sa grande compétence personnelle en ce domaine...

Mais bah, mieux vaut en rire qu'en pleurer...

Alain

LOL default_chris.gifdefault_chris.gif Alain t'as l'air plus compétent sur ls questions de banquises que de Paléoclimato, Paléontologie et autres...

Tu compares des systèmes climatiques, géologiques, astronomiques, biologiques et autres qui n'ont rien mais alors rien de comparable avec aujourd'hui! Tu peux comparer l'actuel à des choses remontant à moins d'un millions d'années et encore, le mieux est de l'ordre de 500 000 ans ce qui fait déjà pas mal! Et des réchauffements y'en a eu dans ces périodes... Un réchauffement a beaucoup plus de conséquences positives que négatives, anecdote a raison. C'est difficile a accepter aujourd'hui pour l'être humain qui égoïstement ne veux pas voir changer SON environnement, mais tu n'as qu'a comparer la biodiversité tropicale avec la biodiversité arctique. Pas besoin d'aller plus loin pour voir que le chaud est source de vie et beaucoup plus que le froid! Après la question du changement est un autre problème puisqu'il touche la question des capacités d'ADAPTATION des espèces. Là c'est autre chose et une glaciation fait plus de dégâts en terme de disparition d'espèces qu'un réchauffement.

A+!

Alex.

A+!

Link to post
Share on other sites
Posted
Aix-en-Provence (et fût un temps avec des relevés sur Ventabren)

Surtout quand on sais que la plus grande partie de la production céréalière est déstinée pour le bétail....

Sinon, tout a fait d'accord, nous produisons trop et répartissons très mal... juste une histoire d'économie comme toujours.

Le RC ne sera bénéfique qu'à court tèrme surtout pour le milieu économique. Le reste c'est peanuts.

Un RC "naturel" permet à la nature de s'adapter naturellement mais aujourd'hui, on ne connais pas l'effet d'un RC brutal provoqué en grande partie par l'homme, personne aujourd'hui ne peut savoir les conséquences.

A mon sens, conséquence dramatique.

Désolé d'être un peu inscisif sur ce sujet mais c'est un truc qui me tiens à coeur.

default_chris.gif

JU

Judd quelle est la différence pour un biotope de subir un réchuaffement de 3°C en 100 ans de cause naturelle avec un réchaufement de 3°C en 100 ans de cause anthropique?????????????????????????????????????? default_chris.gifdefault_tongue.png/emoticons/tongue@2x.png 2x" width="20" height="20">default_devil.gif

AUCUNE default_devil.gif L'arbre et l'ours polaire s'en foutent royal de qui réchaufe quoi! Donc naturel ou pas le résultat est le même! default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">

A+!

Alex.

Link to post
Share on other sites
Posted
Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

Un réchauffement a beaucoup plus de conséquences positives que négatives

tout dépend ce que l'on compare, car, comme dirait l'autre, tout est relatif.

Il semble bien que les périodes interglaciaires soient plus favorables à la vie que les périodes glaciaires.

Je crois que personne ne remet en cause ce genre d'évidence.

Ce qui est en question dans le RC actuel c'est un réchauffement qui survient alors que nous sommes déjà dans une période interglaciaire.

On ne peut donc affirmer, comme tu le fais avec pas mal d'assurance, mais sans aucune démonstration, qu'un réchauffement a plus de conséquences positives que négatives.

d'ailleurs tu devrais appliquer ce que tu réponds à Alain:

Tu compares des systèmes climatiques, géologiques, astronomiques, biologiques et autres qui n'ont rien mais alors rien de comparable avec aujourd'hui!

Link to post
Share on other sites

Il faut lire à ce sujet les écrits des paléogéologues Peter Ward, Michael Benton, Douglass Erwin, Roger Smith, David Montgomery, Adrian Jones, Michael Rampino, Luann Becker, Robert Pureda, Gregory Retallack, Paul Renne, Vincent Courtillot, Paul Wignall, Gerald Dickens, Frédéric Fluteau, Gilles Ramstein, etc... Tous des ignares, sans doute ?

D'autres extinctions, moins importantes ont également accompagné d'autres périodes de réchauffement, sans atteindre l'extrème gravité de la transition Permien-Trias.

J'ai lu Peter Ward (un des théoriciens de la Snowball Earth si je ne m'abuse) et je m'étonne que tu lui attribue l'hypothèse d'une extinction due à une hausse de température. Pour les autres auteurs, je ne sais pas mais ça me semble totalement impossible qu'il y ait un seul auteur qui attribue une extinction à la seule hausse de température. Les hypothèses qu'on entend le plus souvent sont des chutes d'astéroides tueuses ou d'éruptions volcaniques massives et la hausse de température n'est qu'une conséquence de ces événements catastrophe. La séquence exacte serait donc cataclysme => extinction + hausse de T° mais certainement pas hausse de T° -> extinction. Ta présentation des faits est donc trompeuse, pour ne dire plus, comme si tu mets quelqu'un dans un four à 100°C en disant qu'il meurt d'hypothermie tout en "oubliant" de dire qu'il meurt surtout parce qu'on l'a mis dans le four.Les périodes où la température est plus haute que maintenant, avec des taux de CO2 5, 10, 15x supérieurs (!), sont également les périodes de la plus grande diversité biologique (cf graphique), c'est incontestable.

De même, le gradient lattitudinal de la biodiversité va croissant des pôles à l'équateur. Tout ça sont des FAITS, incontestables et irréfutables, et tu ne trouveras pas de publication scientifique qui dira le contraire. Si tu reconnais pas des choses aussi claires, logiques et facilement vérifiables, toute discussion rationnelle est impossible.

biodiversityai5.jpg

Link to post
Share on other sites

Ce qui est en question dans le RC actuel c'est un réchauffement qui survient alors que nous sommes déjà dans une période interglaciaire.

On ne peut donc affirmer, comme tu le fais avec pas mal d'assurance, mais sans aucune démonstration, qu'un réchauffement a plus de conséquences positives que négatives.

Même avec le réchauffement actuel, la température est inférieure à celle de l'Optimum Holocène. Donc parler d'un "réchauffement qui survient" n'a aucun sens. D'ailleurs, pourquoi, d'après toi l'optimum holocène s'appelle "Optimum" et non "catastrophum" ou "enferum" ?Dire qu'on a besoin de "démontrer" qu'un réchauffement est positif, c'est uniquement faire de la rhétorique. Il suffit de lire un bouquin d'histoire du climat comme ceux de Ladurie pour se rendre compte que toutes les périodes chaudes (comme lors de l'optimum romain qui vit l'apogée de Rome où Hannibal traversa les cols alpins à dos d'éléphant, cols maintenant quasiment inacessible même pour bêtes de trait de régions froides, ou lors de l'optimum médiéval, période de construction des cathédrales) ont été bénéfiques et toutes les périodes froides ont été misérables pour l'homme et la nature.

Des études qui constatent que le réchauffement est bénéfique, il y en a pleins. Celles qui concluent au contraire ne sont que des prédictions, faites par des modèles non validés, ce qui n'a rien à voir avec une démarche scientifique. Ou sinon, des études qui attribuent tout et n'importe quoi au réchauffement, depuis la migration des morrues vers le Nord jusqu'à l'augmentation du taux de succide en Italie (véridique).

Donc on peut conclure à toutes les catas qu'on veut avec un réchauffement, mais dans ce cas, il ne faut pas prétendre que c'est de la science.

Link to post
Share on other sites

Judd quelle est la différence pour un biotope de subir un réchuaffement de 3°C en 100 ans de cause naturelle avec un réchaufement de 3°C en 100 ans de cause anthropique?????????????????????????????????????? default_laugh.pngdefault_laugh.pngdefault_laugh.png

AUCUNE default_laugh.png L'arbre et l'ours polaire s'en foutent royal de qui réchaufe quoi! Donc naturel ou pas le résultat est le même! default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">

A+!

Alex.

je suis pas sûr qu'il y ait déjà eut des réchauffement naturels de 3°C en 100 ans...
Link to post
Share on other sites
Posted
Aix-en-Provence (et fût un temps avec des relevés sur Ventabren)

je suis pas sûr qu'il y ait déjà eut des réchauffement naturels de 3°C en 100 ans...

Non 8°C en 20 ans, c'est même plus puissant! default_laugh.png

OK météor alors on ne compare à rien puisque c'est la 1ère fois qu'on a un réchauffement non naturel et en plus en interglaciaire. Bilan dans 100 000ans pour avoir assez de recul! default_laugh.pngdefault_laugh.pngdefault_laugh.png

A+!

Alex.

Link to post
Share on other sites
Posted
Aix-en-Provence (et fût un temps avec des relevés sur Ventabren)

Pardon il faut lire 8°C en 200ans! (ce qui fait en moyenne du 4°C en 100ans).

Interstade Bolling-Allerod, soit entre 13300 et 12500BP

Ainsi en 800 ans les t° estivales augmentent en moyenne de 7 à 8°C et les moyennes hivernales de 25°C. D'après les chercheurs les incertitudes liées à la méthode C14 laissent même supposer que ce réchauffement ce soit accompli en 200 ans. Le niveau marin monte de 4cm par an et prend 28m en moins de 1000ans (2m80 en 100ans).

le futur est dans la connaissance du passé! /public/style_emoticons/'>http://forums.infoclimat.fr/public/style_emoticons/default/original.gif

A+!

Alex.

Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...