sirius

Neige d'octobre (en sibérie) et hivers en europe

Messages recommandés

Bonjour

Je suppose que c'est ici que je dois poster ça

http://www.nsf.gov/news/news_summ.jsp?cntn...F&from=news

En résumé:

Researchers have validated a new weather prediction model that uses autumn snowfall to predict winter cold in the United States and Europe. When snowfall is high in Siberia, the resultant cold air enhances atmospheric disturbances, which propagate into the upper level of the atmosphere, or stratosphere, warming the polar vortex. When the polar vortex warms, the jet stream is pushed south leading to colder winters across the eastern United states and Europe. Conversely, under these conditions the Arctic will have a warmer than average winter.

Moi, je comprends que ça ne multiplie pas les perturb mais que celles ci en rencontrant cet air froid s'instabilisent encore d'où le réchauffement de la haute atmosphère.

On est d'accord?

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Moi je comprends que les perturb ne sont en effet pas multipliee, mais qu'elle passe seulement plus au sud, et donc que [et ca on le savait] les hivers sont plus froids [En Europe comme au pole]. L'air froid coulant alos plus souvent sur nos lattitudes, il est moins present aux poles [les anticyclones thermiques nous rendant plus souvent visite, et advectant plus souvent de l'air froid vers le pole].

Mais je n'ai pas assez de connaissances pour affirmer si ce que je crois comprendre est vrai. Si quelqu'un s'y connait... En plus ca peut etre super interressant ca pourles previsions saisonnieres! En Siberie, la neige tombe tot [fin septembre et octobre]. on serait donc assez rapidement fixe si cette theorie s'averait exacte.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a en fait une chose que je ne comprends guère.

Si je comprends bien l'article :

winter_weather_f.jpg

De fortes chutes de neige en automne en Sibérie ont tendance à renforcer le vortex polaire, avec un jet plus puissant mais surtout plus au sud que traditionnellement. Jusque là, ok. Cependant, l'étude va conclure que cela conduit à des hivers plus froids aux Etats-Unis et en Europe. Or sur notre bon vieux continent, j'aurais tendance à dire que c'est l'inverse : un jet puissant et qui se place relativement au sud, conduit à une récurrence de flux océaniques doux et humides sur l'Europe et donc aux hivers doux. Exemple : les deux hivers derniers.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tiens je découvre ce sujet. Très intéressant ! D’autant qu’en ce moment je bosse en stage sur la NAO.

Par contre je connais mal la dynamique des réchauffements stratosphériques soudains. Il doit y avoir plus de détail dans l’article et le développement par rapport à ce forçage de basse couche. Je vais essayer de le lire. Globalement ces événements sont fortement corrélés à la QBO.

Il y a en fait une chose que je ne comprends guère.

[...]

Or sur notre bon vieux continent, j'aurais tendance à dire que c'est l'inverse : un jet puissant et qui se place relativement au sud, conduit à une récurrence de flux océaniques doux et humides sur l'Europe et donc aux hivers doux. Exemple : les deux hivers derniers.

En fait TreizeVents, il faut regarder la dynamique globale :

86.217.75.31.195.14.57.8zum2_mini.png

Cette image représente la moyenne climatologique du vent zonal (juste la composante est-ouest, positive pour les vent d’ouest et négative pour les vent d’est) à 300 hPa sur les mois d’hivers (DJFM) (issus des réanalyses du NCEP de ce site : http://www.cdc.noaa.gov/cgi-bin/Composites/printpage.pl . On note que le jet n’est pas complétement annulaire … et notamment en Europe de l’ouest, on observe un franc dédoublement méridien. Au nord de l’Europe on a le jet tempéré Atlantique qui diminue d’intensité vers le nord-est tandis que sur l’Afrique du nord on observe un jet sub-tropical. Ces deux jets sont en fait très différents dans leurs caractéristiques et les ondes atmosphériques. Ce n’est pas un hasard si le minimum de pression en surface à lieu vers l’Islande, en bout de course du jet tempérée là où les ondes synoptique ont le plus d’amplitude en basse couche. Le jet tempéré est associé globalement à un vent d’ouest assez fort dans les basses couches tandis que le jet sub-tropical est associé à un vent zonal quasi-nul, voire légèrement d’est (Alizés). Cette différence de comportement est très importante pour la quantité de mouvement que doivent apporter les ondes par exemple.

Bref, tout ça pour te montrer une carte (je ne sais pas trop si je le droit de la montrer comme ça, donc je ne te mets que la plus importante, elle est obtenue après traitement statistique et mathématique sur Matlab, données de la moyenne mensuelle du vent zonal des réanalyses du NCEP) :

Presentationuyz0_mini.png

Pour simplifier j’ai volontairement enlevé le titre, la légende et les commentaires. Mais les lignes noires correspondent au vent zonal moyen à 300 hPa sur les mois DJFM de 1948 à 2007 (contour tous les 5 m/s avec le zéro renforcé –visible au nord du Groenland-) et les plages colorées sont la moyenne du vent zonal à 300 hPa mais juste sur certains mois. Les lignes vertes sont les extrémas méridiens de ce vent zonal de la moyenne climatologique à 300 hPa (permet de marquer les axes de jet et de vitesse mini). Ce qui est important c’est que les mois choisi pour les plages colorées correspondent grosso-modo (pour simplifier) aux mois marqués par les phases les plus négatives de la NAO.

Et là on observe la totale disparition du jet tempéré sur l’Atlantique alors que le jet sub-tropical remonte un vers le nord. D’où l’observation du déplacement moyen du jet vers le sud (d’ailleurs aussi un peu visible même sur les côtes est Américaines) … C’est un raccourci qui cache en réalité une dynamique beaucoup plus complexe … mais tellement passionnante ! ! !

En espérant que ça t’apporte quelques réponses ….

Sinon pour en revenir à l’article en lui-même comme je ne connais pas assez le sujet je vais m’abstenir de tout commentaires … Juste je reviens quand même sur ta phrase Sirius :

Moi, je comprends que ça ne multiplie pas les perturb mais que celles ci en rencontrant cet air froid s'instabilisent encore d'où le réchauffement de la haute atmosphère.

On est d'accord?

Je pense qu’il ne faut pas confondre d'une part les « perturbations » synoptiques qui est un terme finalement assez peu météorologique pour désigner le « mauvais temps » avec les dépressions et les fronts et d'autre part les perturbations atmosphériques au sens large. Dans ce dernier cas on considère tout ce qui éloigne l’atmosphère de son état d’équilibre et de leurs conséquences (c’est le vrai sens physique). C’est extrêmement varié mais elles passent généralement par différents types d’ondes (Rossby ou/et gravité essentiellement). Dans ce cas les « perturbations de mauvais temps » ne sont que la conséquence d’un certains type de perturbation atmosphérique. Je pense (je suis certain) que c’est l’angle physique et météorologique qui est appliqué dans cet article (et non le sens « grand public »), reste à en savoir sous quelles formes et modalités. Mais compte tenu de mes modestes connaissances sur le sujet et sans avoir lu l’article, difficile d’être plus précis …

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon, j’ai pu parcourir le papier aujourd’hui. Mais cette news sur Internet n’a rien à voir (en exagérant à peine) avec l’article en lui-même ou si peu … Si on cherchait plus d’information sur les tenants et aboutissants physiques de l’affaire, on va être déçu … En fait le papier ne discute quasiment uniquement que des corrélations statistiques et diverses comparaisons de simulations statistiques mais c’est le néant total pour la compréhension physique du phénomène décrit (ce n’était pas du tout le but l’article). Ce qui ne l’empêche pas d’être très intéressant par ailleurs.

Voili voilou, donc statu quo pour l’explication du phénomène (influence des chutes de neige et de température tôt en saison en Sibérie sur la dynamique et de l'atmosphère et les réchauffements strato en particulier).

Par contre, j’ai oublié hier de vous mettre un lien sur les réchauffements stratosphérique (bien que ce ne soit pas le sujet de l’article), donc je le mets ici si ça vous intéresse (études de cas, articles, …) :

http://www.appmath.columbia.edu/ssws/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je déterre ce topic, qui pourrait plus convenir à certains débats intéressants qui ont lieu sur le topic hiver. Cela évitera au passage d'aller dans le HS sur le topic hiver.

Pour un avis rapidos de ma part, il est clair que si nous avons un blocage méridien favorable et que l'enneigement a été supérieur en Sibérie le froid sera plus intense pour nous. Peut être certains sont pas d'accord? 

Après sur le topic hiver à ce que j'ai vu certains ont l'air en partie pas d'accords sur d'autres aspects. 

 

A vos claviers :)

 

Modifié par gugo
  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Oh non, il l'a fait xDxDxD

 

Il a déterré un nouveau topic... 

 

Gugo, le déterreur de vieux topic d'outre tombe le retour !

 

:D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Toujours cet excédant de neige qui s'agrandirait beaucoup selon l'aer:

Figure9bn.png

 

Y a t-il un rapport avec les températures basses prévue sur les mêmes secteurs? Sûrement. En Europe de l'ouest on serait plus dans les normes voir supérieur.

 

Figure8bn.png

Pas de gros blocages en vu donc pour nous d'après l'aer dans les 2semaines à venir car sinon les températures seraient bien plus froide.  

Ça se confirme ce matin à la vu des modélisations. 

 

Gugo. 

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Cohen défend sa thèse sur tweeter:

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Sky Blue

Bien sûr qu'il défend sa thèse, comme toutes les années d'ailleurs et c'est parfois ce que l'on lui à reproché ici même. 

En attendant sa quête qui vise à prédire l'AO n'est pas complétement concluante pour le moment, ni en Strato ni en Tropo. 

J'espère qu'il ne sera pas dans le déni jusqu'au Printemps, sinon ca validera que son enneigement Sibérien important ou pas n'est pas prépondérant pour la prévision saisonnière, du moins pas de partout sur l'HN et que cela ne suffit pas à prédire un AO négatif dominant.

Bilan au mois de Mars, mais cette année me semble capitale pour la crédibilité de ces TRX.

aer 0712.JPG 

Modifié par Sky Blue

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.