Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Sign in to follow this  
M25

Violents orages en Allemagne

Recommended Posts

Ben après le truc c'est que le nombre de jour d'orage est basé sur le fait d'entendre le tonnerre à la station. Autrement dit, tu as un orage qui passe à 25km d'Entzheim il ne sera pas comptabilisé.

Si l'on prend les impacts de foudre via les réseaux de détection et qu'on prend pour échelle, un département ou même un canton, le chiffre est complètement différent et donne une idée beaucoup plus précise que 3 données de 3 villes distantes de 100km.

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai retrouvé un article parlant de cette étude au fait:

Radars et lidars entre Vosges et Forêt-Noire

De juin à fin août, des scientifiques d'une demi-douzaine de pays observent les phénomènes météo des cieux rhénans, en particulier entre Vosges et Forêt-Noire, zone « propice aux orages ». Huit avions et six stations au sol y opèrent des relevés continuels de tous les « paramètres atmosphériques qui peuvent conduire aux précipitations ».

Passée la houblonnière file un chemin pavé, qui devient chemin de terre le long de champs de maïs. Il grimpe progressivement vers le sommet d'une colline, près du village de Waltenheim-sur-Zorn, à une trentaine de kilomètres de Strasbourg.

Du sommet de la colline, on peut observer à l'oeil nu les nombreux nuages qui défilent. Mais ce n'est pas exactement pour cela que les chercheurs du Deutsches Zentrum für Luft und Raumfahrt ont installé là leur radar polarimétrique. L'objet, tout blanc, opère des relevés automatiquement, à la recherche de « certains types de particules qui forment la pluie ». Pour bien préciser sans doute qu'il s'agit d'un équipement civil, les Allemands ont peint « Wolken Radar » (radar à nuages) en grosses lettres bleues sur la machine. Ils opèrent ces relevés dans le cadre de l'étude européenne COPS (*).

« Une combinaison

d'instruments permettant

de mesurer tous les

paramètres météorologiques »

Elle s'intéresse en particulier aux « précipitations convectives », issues des nuages « à fort développement vertical ». Intenses et de durée généralement limitée, ces précipitations sont générées par des orages, nombreux à se former dans le couloir rhénan, entre les montagnes.

L'inventaire du matériel high-tech utilisé pour COPS ferait frémir Prévert : quatre-vingts stations GPS, huit avions lestés d'appareils de mesure, dont des lidars (appareils de mesure utilisant des faisceaux laser), des ballons-sondes parachutés des avions, des radars de différents types... « Une combinaison d'instruments permettant de mesurer tous les paramètres météorologiques », explique Evelyne Richard, du laboratoire d'aérologie du CNRS à Toulouse. La campagne de mesures vise à mieux « étudier tout le cycle de vie de l'orage, des aérosols à la pluie ». Elle conduira à la publication de vingt à trente études relatives à différentes facettes des phénomènes étudiés.

L'aire géographique sur laquelle se concentre l'étude tient dans un rectangle de 150 par 270 km, englobant une partie du sud-ouest allemand et une petite partie de l'est de la France, dont l'Alsace. La présence des deux massifs montagneux, les Vosges et la Forêt-Noire, ainsi que du Rhin, a déterminé le choix du périmètre géographique. « Pour qu'un orage se forme, il faut quelque chose qui force l'air chaud à s'élever, à partir de sols chauds », explique Evelyne Richard. Ici, les montagnes peuvent jouer ce rôle. Schématiquement, il existe deux types d'orages dans cette région : ceux qui sont relatifs à des fronts froids et ceux qui sont générés localement, à petite échelle. Un des axes directeurs de l'étude est d'analyser l'influence de la topographie sur la formation des précipitations et des orages.

L'opération, dénommée COPS, est principalement financée par la France et l'Allemagne (**). Dotée d'un budget de 4 à 5 millions d'euros, COPS servira entre autres à affiner les nouveaux systèmes de prévisions météo de Météo-France et de son homologue allemand, le Deutscher Wetterdienst.

Pierre Séjournet

(*) COPS signifie Convective and orographically-induced precipitation study. (**) Au nombre des financeurs et des organismes qui conduisent l'étude COPS figurent le CNRS, le Centre national d'études spatiales (CNES), Météo France, la Deutschen Forschungsgemeinschaft, le Deutscher Wetterdienst, le Deutsches Zentrum für Luft u. Raumfahrt.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Que d'infos intéressantes, c'est un vrai régal de discuter avec vous messieurs default_happy.png/emoticons/happy@2x.png 2x" width="20" height="20">

Tiens au fait, hier soir, premier orage de la saison default_happy.png/emoticons/happy@2x.png 2x" width="20" height="20"> à Freiburg, faible certes, typiquement un orage d'hiver, mais je n'étais pas trop habitué à voir des éclairs mi janvier avec 4°C.

J'ai vu ce grain sur les radars. Il y a t'il eu des impacts nuages-sol?

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai vu ce grain sur les radars. Il y a t'il eu des impacts nuages-sol?

Oui, j'en ai compté au minimum 1. Je suis certain de celui-là car il s'est produit à maximum 1kms de chez moi, et le tonnerre qui a suivi l'éclair ne laissait pas de place au doute (éventuel intranuageux). De plus, j'ai vu le flash alors que la lumière de la pièce était allumée.

Je pourrais m'imaginer qu'il s'est abbatu sur un rbre isolé, sur le massif, ou encore sur le pic de la cathédrale, une tour, ou un truc de ce genre.

Il me semble bien avoir entendu au moins 2 fois par la suite le tonnerre dans cet orage, mais pas d'éclairs.

Il a laissé derriére lui un petit 4 l/m², on va dire en 5 minutes, bref, un tout petit orage d'hiver qui m'a rappelé aux bons souvenirs.

Il y en a eu probablement d'autres ailleurs en france ou dans le Nord de l'Allemagne d'ailleurs. J'ai souvent entendu parler de tornades dans ce genre de conditions, que ce soit en Charentes, NPDC ou dans le Nord de l'Allemagne (Niedersachsen, au bord de mer).

Tu confirmes Chris 68 ? (je crois que tu pourrais avoir du travail cette semaine si une petite F1 voir F2 venait à se former près de nos côtes et qui sait...en Alsace) default_happy.png/emoticons/happy@2x.png 2x" width="20" height="20">

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui yanis et les tornades hivernales se produisent aussi dans nos régions. Dans le coin, il y a le cas de la tornade vosgienne du 11 Février 2007. Pas mal de lignes de grains bien violentes à l'avant des tempêtes hivernales aussi sur l'Allemagne ces dernières années notamment Emma l'an passé (le tonnerre avait grondé en Alsace).

Peut être rebellote ce soir d'ailleurs vu l'allure du front qui est actu sur la Bourgogne.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et hop, deuxième orage de la "saison" hier soir vers 20h. Les vents ont soufflé fort du SO hier am. Je devine que l'advection d'air plus frais aprés le passage de la tempête qui a concerné le NO hier a permis, au contact d'air doux et humide, la formation de développement cumiliformes.

J'avais d'ailleurs remarqúé hier vers 17h des développements intéressants, mais jamais imaginé un orage.

Une fois la foudre a touché sol (je pense à environ 600 m d'ici), et l'orage a laissé derriére lui environ 4l au m² en 5 minutes...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Après tout ce temps, une petite carte du foudroiement en Europe entre 2006 et 2010

C'est bien ce que l'on pensait, il y a plus d'impacts de foudre dans le sud de l'Allemagne que dans le sud de la France en fait!

399983_196233913806837_100002606901164_372448_152794331_n.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sujet très intéressant!

C'est bien ce que l'on pensait, il y a plus d'impacts de foudre dans le sud de l'Allemagne que dans le sud de la France en fait!

Je ne peux pas vous fournir des explications pour la Forêt Noire, mais la quantité d'orages en Bavière s'explique par sa situation géographique en marge des Alpes. On observe souvent un léger effet de foehn par courant de SO (à l'approche d'un front froid/ ligne de convergence par l'ouest) qui empêche les orages à l'intérieur des Alpes (à Innsbruck par exemple), mais favorise leur formation aux Préalpes qui à leur tour ne sont pas atteintes par le foehn. Il s'agit là d'une histoire de convergence de vents, pas évident à expliquer, mais c'est un phénomène très fréquent au printemps et en été. Ainsi Munich ou Garmisch-Partenkirchen comptent beaucoup plus d'orages que certaines vallées alpines.

D'ailleurs la carte montre très bien la répartition (très inégale) des orages du marge des Alpes (côté nord et côté sud) à l'intérieur.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mégas orages en Allemagne!

Hier soir , plus de 10 impacts/km² lors des gros orages sur le lac de Constanz!

Et dire qu'ils s'en sont payé plusieurs de gros orages cette année dans ces endroits! Comment est-ce possible??

orage-lundi-20-aout-2012-sur-lac-constance.png

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon ce forum a l'air désert mais tant pis.

Dites quelqu'un sait si Stéphane de Météorage il travaille plus chez Météorage? Il répond plus! sad.png

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this  

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...