Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Les trous à froid en France


alsavosges
 Share

Recommended Posts

Je te le confirme et d'ailleurs il s'agit, entendons-nous bien, de Glaçière ou de neigère (appellation locale) qui n'ont evidemment rien à voir avec les TAF. Ce qui m'étonne dans ce Massif du Jura qui m'est chère, c'est que beaucoup de sites y sont méconnus (entres autres TAF) et notamment les Glaçières qui sont assez nombreux dans ce massif et il paraît même que c'est la concentration la plus importante en Europe. Car il y en à un peu "partout" qui ne sont connus que des habitants ou alentours immediat. Il y en à en Suisse et également vers Chapelle des Bois. La plus connu et celle de Chaux les passavants vers Besançon situé à 550 m d'altitude et exploiter jusqu'au 19e siècle par les cafés de Besançon qui s'en servaient pour se fournir en glaçe (gros dégat sur le stock). Elle est visitable en été avec de nombreux touristes mais à elle aussi beaucoup souffert de l'année 2003 au point que sa visite n'est plus assurée durant tout l'été je crois.

Va sur ce site : http://img14.imageshack.us/gal.php?g=05103409.jpg et tu verras 2 photos :

Voici une photo de la neigère prise le 05/06/06, le trou est très profond et l'épaisseur et d'encore (si l'on mesure cela au point le plus bas) de 4 m.

La 2eme photo et celle de la Glaçière (même date), la il s'agit de glace, on peut rentrer à l'intérieur mais le passage est étroit et mieux vaut-il être accopagné en cas de sortie difficile car la 1er habitation (ferme) se trouve à 2 km.

Ah si ! On a aussi des choses qui y ressemblent ! mais le mécanisme est fort différent ! les Cheires.

http://pagesperso-orange.fr/adasta/glaciere.htm

J'ai retrouvé le lien de la vallée ! le voici :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Vall%C3%A9e_glaciaire_du_Fossat_Forez_France.jpg

Link to post
Share on other sites

  • Replies 4.4k
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Vous avez quand même une mentalité de m*** sur votre forum de TAFeurs, quand je lis ce genre de topic vous touchez vraiment les sommets du ridicule: http://www.localsat.net/forum/topic/4858-lnstallati

A l'occasion du tournant de l'année (je souhaite à tous une bonne année 2020!), j'étais à Hintergräppelen pour lire les données. Les conditions pour le tour étaient excellentes,  mais la couverture de

Pour une série estivale sur l'Alpstein dans le journal "Tagblatt", j'ai été accompagné à Hintergräppelen par deux journalistes début juin. Ils ont créé ce rapport en ligne, qui a été publié aujourd'hu

Posted Images

Ben vous parlez toujours de trous à froid dans le massif du Jura, mais je tiens à vous signalez que là où il fait très froid, il fait aussi chaud l'été non mais! C'est pas non plus la Sibérie toute l'année! default_sneaky2.gif

Exemples:

Mouthe (altitude: 936 m) T° min: -41°

T° max: +35.7°

Pierrefontaine-les-Varans (altitude: 709 m) T° min: -31.9°

T° max: +39.3°

Source: Météo France

Link to post
Share on other sites

Posted
st yrieix le déjalat (19) 750 m / 1700 mm annuel

Biensur les trous à froid sont des trous à chaud, mais seulement dans l'aprem ,les matins sont frais à trés frais .

Link to post
Share on other sites

  • 2 weeks later...
Posted
Neubois (Bas-Rhin)

Bonjour à tous.

Voici une suite à mon message: 'taf95' 13 octobre 2009 - 23:24, sur ce topic.

Le 4 août 1989 dans l'après-midi je me suis rendu au camping de Brennilis où j'ai installé ma tente. C'est à Nestavel, au bord du lac de St-Michel, dans les monts d'Arrée. Je voulais en effet me rendre très tôt le lendemain matin en bordure de la tourbière du Vénec, située au coeur de la cuvette du Yeun Elez (remarque indispensable: à la tourbière du Vénec, présence de fosses profondes présentant un réel danger d'enlisement...alors mieux vaut se garder de tenter d'y aller, ATTENTION).

Image: http://img697.imageshack.us/img697/3415/001me.jpg

Image: http://img697.imageshack.us/img697/3431/004es.jpg

C'était dans le but d'assister, vers la fin d'une nuit radiative en Arrée, à ce qui se passe autour du lever du soleil au fond de ce trou à froid remarquable.

Ce soir-là, on voyait des cirrus au nord-ouest, dans un ciel très coloré. S'offrait alors un contre-jour magnifique sur le lac vaste, bien visible au-delà d'une bordure aérée de saules arbustifs. Il était 21hTU. Au-dessus de l'eau et des marais il n'y avait pas de brume. On voyait bien les montagnes entourant cette vaste cuvette: du sud-ouest au nord, Roc Cléguer, Menez Mikel, Tuchenn Kador, Roc Trévezel, au loin Roc Trédudon, le plus haut sommet de l'Arrée, avec les clignotements de son pylone de télécommunications, seul signe de civilisation.

Un peu plus tard, j'étais dans une prairie humide donnant sur la tourbière du Vénec. Mais entre elles il y avait le lagg, une autre zone dangereuse, en pratique infranchissable, où l'on s'enfonce tellement c'est mouillé. Le paysage était immense, d'une beauté grandissime. Peu à peu il devint de plus en plus austère. C'était sinistre même, dans la pénombre, bien après le coucher du soleil, avec pour seul signe de vie, les éclairs lointains de l'antenne de Trédudon. Pas un son.

Lever tôt le lendemain 5 août. Le ciel est clair avec encore quelques cirrus. Il n'y a pas de vent. Une nuit sans vent, après une belle journée un peu ventée se terminant au moment de la chute du vent qui a lieu au coucher du soleil. A 4h15TU, il n'y a pas de brouillard à l'extérieur de la tente, plantée dans l'herbe à quelques mètres du lac, ainsi qu'ailleurs au camping. Quelques mesures de température s'imposent alors. A hauteur du genou (50cm au-dessus du sol), je relève 14°C. C'est bien doux. La proximité des eaux relativement chaudes du lac doit en être la cause.

Je m'engage sur le chemin conduisant, en direction du nord, aux abords de la tourbière du Vénec. Je mesure 13°C à 1m80 au-dessus du chemin. C'est encore bien doux, mais de cette tiédeur je ne vais pas bénéficier longtemps... Du bord du lac, tout près du chemin, on voit en effet une fine nappe de brouillard qui plane sur la tourbière du Vénec, mais aussi sur les marais situés au loin; c'est-à-dire sur le fond de la cuvette de St-Michel (autrement dit, celle du Yeun Elez), vaste dépression cernée par une couronne de montagnes en hémicycle. A cette heure l'air est calme, mais le vent est destiné à se lever un peu plus tard dans la journée, comme ce fut le cas la veille.

Donc me voilà matin en bordure du Vénec. A cause du brouillard assiégeant certaines parties du fond de la cuvette de l'Elez, l'ambiance est très humide. Abondante rosée sur les plantes. L'herbe, cela mouille, mais heureusement j'ai mes bottes. Et quel froid ici!

La nappe de brouillard est peu épaisse, quelques mètres. Elle est irrégulière. En banc au-dessus des zones plates du Vénec et d'autres marais, elle s'effiloche par contre sur les bords du lac St-Michel, à cause de l'échauffement de l'air venu des pentes et des marais situés en amont des berges, refroidis par le rayonnement infrarouge net. Initialement froid, cet air passe sur l'eau tiède du lac et s'élève par convection, avec condensation (brouillard d'advection).

Il faut bien voir que les sources d'air froid de cette immense cuvette sont vraiment extrêmement étendues. D'où je suis, non loin du lac et en bordure du Vénec, le paysage en direction de l'ouest évoque à cette heure particulière un matin d'été près d'un lac d'Ecosse ou de Laponie, avec les bruyères et les taches blanches des linaigrettes de la tourbière et ce demi cercle de croupes dénudées qui émerge au loin de Roc Keryéven à Roc Trédudon. Un paysage beau et très sauvage. Equilibre et symétrie. L'harmonie, quoi. Mais encore, en ce lieu de solitude et de silence, quel froid!

Faire de nombreuses photographies m'occupe durant une heure et demie, de 5hTU à 6h30TU, pour reporter ce qui se passe: les variations légères de clarté de l'air, notamment la disparition du brouillard, les modifications de la luminosité, les changements de l'ambiance des lieux... A ceci s'ajoutent quelques mesures de la température de l'air là où je suis. Le thermomètre est donc à 50cm au-dessus du sol, à l'air libre (hors abri). Ces températures reflètent celles de l'air au niveau où se situe le haut de l'herbe qui pousse dans la prairie humide bordant le lagg de la tourbière. Aussi elles ne sont certainement pas semblables à celles qui règnent simultanément à même hauteur au coeur de la tourbière. Mais à cet endroit je ne vais pas, à cause du danger présenté par le passage du lagg et les fosses. Il doit y faire encore plus froid grâce à l'isolant thermique particulièrement efficace que constituent la végétation typique de ce haut marais (hochmoor), riche en bruyères (callunes etc...), et la tourbe de surface, relativement sèche.

Pour commencer, je note à mon arrivée sur les lieux: 4h55TU, ciel clair avec cirrus, visibilité horizontale réduite à cause du brouillard et vent calme, 7°C. Que cela change des 14°C relevés quarante minutes plus tôt au camping, distant de 500 m à vol d'oiseau: à présent il fait donc ici pratiquement sept degrés de moins que là-bas!

Image n°1: http://img38.imageshack.us/img38/5308/tourbireduvnec050819891.jpg (1/2s, vers SW).

5hTU. Roc Cléguer. Avez-vous vu leurs toiles semées de perles de rosée ou humectées par le brouillard: les araignées doivent avoir froid aux pattes, quelle que soit l'origine de l'inondation.

Image n°2: http://img255.imageshack.us/img255/9349/tourbireduvnec050819890.jpg (1/2s, vers W).

5hTU. Roc Cléguer et Menez Mikel.

Image n°3: http://img38.imageshack.us/img38/9576/tourbireduvnec050819890u.jpg (1/4s, vers W).

5h05TU, 6°C (on arrive au maximum du froid). Menez Mikel et Tuchenn Kador. La visibilité horizontale s'améliore.

Image n°4: http://img38.imageshack.us/img38/4986/tourbireduvnec050819891a.jpg (1/4s, vers NW).

5h05TU. Tuchenn Kador.

Image n°5: http://img41.imageshack.us/img41/5308/tourbireduvnec050819891.jpg (1/4s, vers W).

5h10TU, 6°C (on est encore au maximum du froid). Menez Mikel. C'est magique: ambiance étrange, propice à l'apparition de fantômes...On comprend pourquoi les lieux de l'intérieur de la Bretagne, notamment ces endroits-ci si originaux, ont pu générer autant de légendes.

Image n°6: http://img41.imageshack.us/img41/9349/tourbireduvnec050819890.jpg (1/30s, vers W).

5h25TU, 6,5°C (la température commence à remonter). Menez Mikel et Tuchenn Kador.

Image n°7: http://img41.imageshack.us/img41/4986/tourbireduvnec050819891a.jpg (1/30s, vers W).

5h40TU, 7,5°C. Menez Mikel.

Image n°8: http://img687.imageshack.us/img687/6237/tourbireduvnec050819890a.jpg (1/30, vers W).

5h45TU. Menez Mikel et Tuchenn Kador. Le brouillard se fait discret.

Image n°9: http://img687.imageshack.us/img687/6449/tourbireduvnec050819890l.jpg (1/30s, vers SW).

5h50TU, 9°C. Roc Cléguer, on aperçoit le lac St-Michel presque caché par le dôme que forme le haut marais du Vénec. On y voit plus clair et il y a plus de lumière.

Image n°10: http://img687.imageshack.us/img687/9349/tourbireduvnec050819890.jpg (1/30s, vers W).

5h50TU. Menez Mikel et Tuchenn Kador.

Image n°11: http://img687.imageshack.us/img687/4535/tourbireduvnec050819890f.jpg (1/30s, vers NW).

5h50TU. Tuchenn Kador et Roc Trévezel.

Image n°12: http://img691.imageshack.us/img691/5308/tourbireduvnec050819891.jpg (1/30s, vers SW).

6hTU, 10°C. Roc Cléguer. Le brouillard a lâché son emprise.

Image n°13: http://img691.imageshack.us/img691/9349/tourbireduvnec050819890.jpg (1/30s, vers W).

6hTU. Tuchenn Kador.

Image n°14: http://img691.imageshack.us/img691/8946/tourbireduvnec050819890w.jpg (1/60s, vers SW).

6h25TU. Roc Cléguer.

Image n°15: http://img691.imageshack.us/img691/9917/tourbireduvnec050819891o.jpg (1/60s, vers W).

6h25TU. Menez Mikel.

Image n°16: http://img687.imageshack.us/img687/5308/tourbireduvnec050819891.jpg (1/60s, vers W).

6h25TU. Tuchenn Kador.

Image n°17: http://img691.imageshack.us/img691/4986/tourbireduvnec050819891a.jpg (1/60s, vers W).

6h35TU. Menez Mikel.

Toutes les images © Jean-Marc Chipoulet. Les deux du haut: APN Olympus mju 1030 SW, été 2009. Les autres: scans de diapositives 24x36 faites avec boîtier Pentax ME Super, objectif Osawa MC Macro 35-70mm et tripode.

Bonne lecture à vous.

Marc.

Link to post
Share on other sites

Posted
Alès - St Hilaire de Brethmas (30)

La suite ! ........ default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20">

Merci franchement de ce fil ; un plaisir à lire encore une fois. Cette passion partagée par chaque participant actif de ce post est un régal dont on ne se lasse pas.

Franchement, si certains couchaient leurs périples sur un livre, je me dépècherais de l'acheter default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20">

Merci encore de partager vos connaissances !

Link to post
Share on other sites

Grenoble Saint Geoirs n'est pas mal non plus comme trou à froid avec 3 jours consécutifs <= -26°C en Janvier 1971 dont 2 consécutifs <= -27°C et un après à -24,7°C (Soit arrondi à -25°C).

mois-1-1971-78.gif

D'ailleurs en fin de mois, le record de chaleur a été frôlé à 0,5°C soit 43,1°C d'amplitude!

Quelques mois spectaculaires à Mouthe:

mois-1-1968-148.gif

mois-11-1969-148.gif

mois-9-1962-148.gif

mois-8-1966-148.gif

Link to post
Share on other sites

Posted
Neubois (Bas-Rhin)

Il a pu y avoir -20°C dans ce TAF?

Bonjour.

Peut-être bien que oui. J'en suis même convaincu, même si c'est à proximité de l'océan. Parce que le relief s'y prête magnifiquement. Mais j'en attends toujours la preuve.

La dépression du Yeun Elez, d'ailleurs très vaste (il suffit de voir les images de mon message: 'taf95' 13 novembre 2009 - 00:49, pour s'en convaincre), si elle est bien connue sur le plan de la botanique, est malheureusement trop peu étudiée sur le plan de la météorologie et de la climatologie. Elle mériterait une attention particulière de la part du monde de ces matières scientifiques. Il n'y a pas assez de postes météorologiques et la station de Brennilis est sans doute trop excentrée pour en être vraiment représentative.

A de nombreux points de vue, c'est un endroit vraiment très dépaysant, qui a peu à voir avec le littoral, même s'il en est à deux pas. Sur le plan de la géographie, le contraste est saisissant.

Marc.

Link to post
Share on other sites

Sinon, Charleville est un beau trou à froid quand même quand on sait qu'il y a eu -8°C le 21 avril 1991, -4°C en Mai 1991 environ et -2°C en Juin cette même année. En 2003, plusieures gelées en Septembre et encore plus en Octobre. Fin Août 1993, il y a eu pas mal de Tn <= 5°C frôlant la gelée à plusieures reprises.

Link to post
Share on other sites

Sinon, Charleville est un beau trou à froid quand même quand on sait qu'il y a eu -8°C le 21 avril 1991, -4°C en Mai 1991 environ et -2°C en Juin cette même année. En 2003, plusieures gelées en Septembre et encore plus en Octobre. Fin Août 1993, il y a eu pas mal de Tn <= 5°C frôlant la gelée à plusieures reprises.

Exact, Charleville est une des très rare grande station de plaine en France capable de battre Vichy sur les gelées tardives et précoces.

Je ne connais pas du tout la région, est-ce représentatif du climat local, ou comme pour Vichy, c'est un TAF beaucoup plus froids que les alentours par temps radiatif ?

Link to post
Share on other sites

Sinon, dans mon panel, seules 3 stations en France ont connu du gel en Août: Mouthe, Chamonix et Le Puy (30/8/1986) mais Mouthe et Chamonix se démarquent avec une gelée un 2 Août et aussi fin Juillet (Mouthe, Chamonix en revanche seulement début Juillet) et ce sont également les 2 seules villes qui ont une première gelée en moyenne en Septembre et Mouthe est la seule ville qui a une dernière gelée en moyenne en Juin. Même l'Aigoual ne gèle pas si précocément et tardivement. Sinon, on remarque que l'Aigoual en revanche fait partie du club des 3 où il a gelé en Juillet et ensuite, on arrive à début Juin donc on voit que Mouthe et Chamonix sont un ton au-dessus et après, il y a l'Aigoual et le Puy.

Link to post
Share on other sites

  • 3 weeks later...
Posted
Neubois (Bas-Rhin)

Marc. Avec un peu de retard: à propos du bouleau nain, espèce très rare (relique glaciaire) inscrite sur la liste nationale des espèces protégées, tu cites:

Je fais allusion aux mousses, sphaignes, canneberges et andromèdes etc...pour ne pas citer le bouleau nain que je n'ai pas vu, mais dont la présence ici est attestée.

Mouthe est la seule station française de ce petit arbre, bien que signalé en Margeride (Flore forestière de JC Rameau).

Je ne l'ai pas trouvé à Mouthe, par contre, en passant en Suisse, nous en avons vu de beaux peuplements, quelque part du côté de la Brévine.

Une telle plante est un témoin d'une autre époque, d'un tout autre climat.

On reste bien dans le sujet météo/climato.

Bonjour à tous. Et notamment à 'catlino' dont je cite, ci-dessus, un post (topic "La Brévine/Mouthe" du forum "Climatologie").

"Aucune hésitation n'est possible: avec ses témoins de flore froide, la Margeride doit être rangée parmi les pays du nord. Même sur le haut Allier, le paysage est plein de fraîcheur au sortir des plaines languedociennes", dit Pierre Estienne (voir à la page 173 de son ouvrage: "Recherches sur le climat du Massif Central français", au Mémorial de la Météorologie Nationale, 1956).

Voici une petite balade en Margeride. On y trouve le bouleau nain, ce que "catlino" a rappelé. Donnée biogéographique surprenante, en effet "cette localité du Betula nana, espèce fondamentalement boréo-arctique, est isolée en un point extrême situé très au Sud de l'aire boréale continue et très à l'Ouest de l'aire centro-européenne et alpine plus disjointe", d'après C. Souchon (voir son article: "Etude de la localisation stationnelle du Betula nana L. en Margeride", à la Rev. Sc. Nat. d'Auvergne, vol.31, 1965, 59 - 71).

C'était le 27 juillet 1986. Départ de la rando: non loin de Chanaleilles (Haute-Loire), sur le chemin de Mialanes.

Cela monte d'abord bien, puis on arrive sur un plateau et l'ambiance change complètement. Un domaine mollement ondulé, constitué d'alvéoles granitiques dominées par quelques croupes couvertes de hêtres rabougris et aux sommets coiffés de curieux amas de rochers (les fameux tors de Margeride, dus à l'altération de la roche mère). Au fond de ces dépressions, appelées dans le coin "narses", des tourbières. C'est dans ces milieux humides qu'on trouve le bouleau nain.

D'après C. Souchon, le bouleau nain serait un témoin des migrations des espèces végétales causées par les glaciations et aurait trouvé refuge ici, dans une station relictuelle, lors du réchauffement. Il dit aussi que le maintien de telles espèces est en partie dû aux conditions climatiques locales. Ayant en tête l'aspect relativement continental du climat de la Margeride, je pense immédiatement à un topoclimat froid de fond de TAF. Mais il semble que ces alvéoles granitiques n'ont pas encore été étudiées précisément d'un point de vue climatique. Si on se réfère aux écrits de Pierre Estienne et surtout à l'ouvrage de Gérard Staron ("L'hiver dans le Massif Central français"), plus récent, il est évident qu'il ne doit pas faire bien chaud l'hiver au fond de ces TAF.

D'après C. Souchon mettant en relief un manque de données pour les monts de Margeride (alt. 1300 à 1400m) et spécialement pour la zone en question, "les caractères climatiques de la Haute-Margeride indiquent un ensemble de conditions montagnardes assez rudes, qui n'apparaissent pas comme exceptionnelles si l'on se réfère aux données se rapportant aux climats alpin ou arctique".

Le chemin traverse d'abord une très vaste dépression, celle de la Loubeyre, qui se trouve aux sources de la Seuge.

Images n°1 à n°4:

http://img4.imageshack.us/img4/5394/dpressiondelaloubeyre01.jpg

http://img267.imageshack.us/img267/1567/dpressiondelaloubeyre12.jpg

http://img4.imageshack.us/img4/2553/dpressiondelaloubeyre02.jpg

http://img4.imageshack.us/img4/8887/dpressiondelaloubeyre03.jpg

Ces photos ont été prises du chemin de Mialanes et montrent la partie Sud de la dépression de la Loubeyre. On voit la Seuge serpenter sur le fond plat tapissé de tourbières. Au loin, des hauteurs font une limite à cette cuvette immense et très peu ouverte.

Images n°5 à n°8:

http://img4.imageshack.us/img4/3941/dpressiondelaloubeyre05.jpg

http://img4.imageshack.us/img4/5775/dpressiondelaloubeyre04.jpg

http://img4.imageshack.us/img4/6270/dpressiondelaloubeyre06.jpg

http://img4.imageshack.us/img4/2530/dpressiondelaloubeyre07.jpg

Photos prises du même chemin mais montrant la partie Nord de cette dépression. La rivière prend sa source tout là-bas, avant de traverser aussi le fond, également riche en tourbières, de ce secteur de la dépression. D'ici on voit beaucoup de linaigrettes et le secteur est bien pourvu en bouleau nain.

Au début des années 70, un ancien du village de Chanaleilles, résumant la situation, m'a dit que, lorsqu'au village (alt. 1120m) il faisait -13°C sans neige au sol, là-haut, à la Loubeyre, distante d'environ 2,5 km à vol d'oiseau, il y avait de la neige et -25°C. Rien que cela indique pour ce lieu une couverture neigeuse plus durable et des températures bien plus basses. Mais je n'en sais pas plus. A ce propos, n'oublions pas qu'on n'est pas loin de l'immense alvéole granitique de Saugues, une référence de poids en ce qui concerne les gros trous à froid du Massif Central.

Maintenant passons à une petite exploration du Nord de la dépression de la Loubeyre. Pour cela on quitte le chemin de Mialanes et on remonte un peu la Seuge. Observations de la végétation.

Image n°9: http://img267.imageshack.us/img267/4672/dpressiondelaloubeyre11.jpg

Bombement de sphaignes peuplé de drosères.

Image n°10: http://img267.imageshack.us/img267/750/drosrefeuillesrondes01.jpg

Drosères à feuilles rondes sur lit de sphaignes.

Image n°11: http://img4.imageshack.us/img4/6481/canneberge01.jpg

Canneberges vulgaires sur tapis de mousses (baies rouges).

Image n°12 et n°13:

http://img4.imageshack.us/img4/1425/cannebergeetdrosre01.jpg

http://img4.imageshack.us/img4/5192/cannebergeetdrosre02.jpg

Drosères à feuilles rondes et canneberges vulgaires sur lit de sphaignes.

Et voici le bouleau nain. Il s'agit d'un petit arbuste très ramifié (hauteur: environ un mètre).

Images n°14 à n°16:

http://img267.imageshack.us/img267/5195/dpressiondelaloubeyre09.jpg

http://img267.imageshack.us/img267/3240/dpressiondelaloubeyre10.jpg

http://img267.imageshack.us/img267/6553/dpressiondelaloubeyre08.jpg

Fourrés de bouleaux nains, mêlés de linaigrettes.

Images n°17 à n°22:

http://img4.imageshack.us/img4/5518/bouleaunain12.jpg

http://img4.imageshack.us/img4/8321/bouleaunain11.jpg

http://img4.imageshack.us/img4/306/bouleaunain9.jpg

http://img4.imageshack.us/img4/6564/bouleaunain08.jpg

http://img4.imageshack.us/img4/7098/bouleaunain05.jpg

http://img4.imageshack.us/img4/6663/bouleaunain01.jpg

Vues de plus près. On voit bien les petites feuilles rondes, elles sont nettement dentées. On peut voir quelques chatons, ils sont dressés verticalement.

Image n°23: http://img4.imageshack.us/img4/8867/bouleaunain07.jpg

Bouleau nain en compagnie de linaigrette.

Image n°24: http://img4.imageshack.us/img4/6751/bouleaunain09.jpg

Bouleau nain sur tapis de sphaignes.

Et maintenant de riches compositions où le bouleau nain est en compagnie de plusieurs espèces végétales strictement inféodées au monde des tourbières (sphaignes, canneberge vulgaire, drosère à feuilles rondes etc...).

Image n°25 à n°32:

http://img4.imageshack.us/img4/5301/bouleaunain10.jpg

http://img4.imageshack.us/img4/1489/bouleaunain06.jpg

http://img194.imageshack.us/img194/9356/bouleaunain03.jpg

http://img4.imageshack.us/img4/5782/bouleaunain04.jpg

http://img4.imageshack.us/img4/3999/bouleaunain02.jpg

http://img4.imageshack.us/img4/2337/bouleaunain092.jpg

http://img4.imageshack.us/img4/3578/bouleaunain13.jpg

http://img4.imageshack.us/img4/291/bouleaunain14.jpg

Si l'on continue le chemin vers l'ouest, on passe une ligne de faîte qui fait changer de département et on aboutit, de l'autre côté, à une autre dépression, celle de Mialanes, qui est en Lozère. Ici aussi beaucoup de tourbières et de bouleau nain.

Images n°33 à n°36:

http://img267.imageshack.us/img267/4118/dpressiondemialanes03.jpg

http://img267.imageshack.us/img267/5273/dpressiondemialanes02.jpg

Photos prises du chemin et montrant la partie Sud de la dépression de Mialanes.

http://img267.imageshack.us/img267/1876/dpressiondemialanes04.jpg

http://img267.imageshack.us/img267/2026/dpressiondemialanes01.jpg

Photos prises du même endroit mais montrant la partie Nord de la dépression.

Ce qui est le plus étonnant dans cette histoire, c'est, d'après C. Souchon, la bonne vitalité du bouleau nain dans ces lieux, en ce point extrême de son aire de répartition, surtout lorsqu'on a en vue que cette espèce est absente du reste du Massif Central et notamment des localités auvergnates très riches en espèces boréo-arctiques. Celles-ci offrent pourtant des conditions de vie ressemblant à celles de ces dépressions de la montagne de Margeride.

Pour finir, je répète ce qu'a dit 'catlino' à propos du bouleau nain: "espèce très rare (relique glaciaire) inscrite sur la liste nationale des espèces protégées"!

Images © Jean-Marc Chipoulet. Scans de diapositives 24x36 (boîtier Pentax ME Super, objectif Osawa MC Macro 35-70mm).

Marc.

Link to post
Share on other sites

Posted
Ban de Laveline alt 420 m

Merci Marc pour ces précisions sur la présence de Bétula nana en Margeride.

Ça donne envie d'y aller voir.

Link to post
Share on other sites

  • 2 months later...
Posted
Fontenay-sous-Bois

Certains n'ont même, à ma connaissance, pas été l'objet d'une étude approfondie, ces lieux n'étant pas occupés par l'homme, du moins en hiver, car justement le climat en est insupportable. Ce sont les TAF du mont Tendre (sèches de Gimel et des Amburnex...). La sévérité de ces TAF doit être du même ordre que celle des plus sévères du monde, comme ceux de Gstettner-Alm dans les Préalpes de l'Autriche ou les Sinks de l'Utah (USA).

Voilà quelques photos du TAF des Amburnex, qui a la bonne idée d'être traversé par plusieurs pistes de ski de fond. C'est un peu hors sujet puisqu'en Suisse, mais c'est seulement à quelques kilomètres de la frontière française.En descendant vers le TAF depuis la route du Marchairuz :

Amburnex 1

Amburnex 2

La tourbière, au nord du TAF :

Amburnex 3

Le TAF, au fond la Dôle :

Amburnex 4

Au fond du TAF :

Amburnex 5

Amburnex 6

Les quelques bâtiments sont situés "à l'abri" au-dessus du lac d'air froid :

Amburnex 7

Je n'y connais pas grand chose, est-ce que quelqu'un saurait si l'absence de végétation au fond de la doline est dûe au pâturage, à l'aridité ou est-ce que le TAF est assez puissant pour permettre une limite de végétation inversée ?

On voit que les arbres les plus proches du fond du TAF sont plus petits :

Amburnex 8

Le fond de la doline est quand même sacrément accidenté, le facteur "vue du ciel" ne doit pas être optimal :

Amburnex 9

Apparemment la température est mesurée régulièrement, il y avait des traces de skis fraîches autour de cet abri météo :

Amburnex 10

La situation de l'abri :

Amburnex 11

Le coin regorge de dolines, ici des exemples dans le Risoux, en France :

Risoux 1

Risoux 2

Risoux 3

Risoux 4

L'omniprésence des épicéas columnaires témoigne de la rudesse du climat :

Risoux 5

Sinon la haute vallée de l'Orbe entre les lacs de Joux et des Rousses doit elle aussi présenter de belles minimales par nuits claires et calmes, vu l'alitude, l'encaissement et le très faible dénivelé.

Link to post
Share on other sites

  • 2 weeks later...
Posted
Neubois (Bas-Rhin)

Voilà quelques photos du TAF des Amburnex, qui a la bonne idée d'être traversé par plusieurs pistes de ski de fond.

Ce n'est pas mon avis. En effet pas bon pour la sauvagerie des lieux (la "mountain wilderness"). Comme tout ce qui permet de pénétrer profondément dans des espaces sauvages et de déranger des bêtes au repos qui s'épuisent en fuyant, par exemple le grand tétras. Je pense spécialement à la rando en raquettes. Mais c'est un autre sujet et je ne l'aborderai pas ici...
C'est un peu hors sujet puisqu'en Suisse, mais c'est seulement à quelques kilomètres de la frontière française.

J'ai fait plus haut du hors sujet en parlant de TAF étrangers, notamment des dolines des Préalpes d'Autriche et des Sinks de l'Utah. Passer les frontières permet de faire des comparaisons.
En descendant vers le TAF depuis la route du Marchairuz :

Amburnex 1

Amburnex 2

Ce TAF est la combe des Amburnex, dans le massif du Mont Tendre. Un bassin fermé, tout en longueur. Il est orienté du sud-ouest au nord-est. A vol d'oiseau presqu'une dizaine de kilomètres séparent le bassin de Pré de Bière, au nord-est et près du col du Marchairuz, de la forêt des Pralets, au sud-ouest. C'est en dedans qu'on trouve différentes sèches, notamment la sèche de Gimel et la sèche des Amburnex, mais il y en a d'autres. Celle des Amburnex est un peu à l'écart de la piste traversant la combe dans toute sa longueur.

Ce qu'on voit sur la droite, un peu après avoir quitté la route au Pré de Bière, c'est la sèche de Gimel. Je dirai qu'elle est composée de deux parties. L'une, au nord, abrite le marais des Amburnex (je préférerais qu'il s'appelle marais de Gimel, pour éviter une confusion avec la sèche des Amburnex qui elle ne loge pas de tourbière). L'autre, plus au sud et non marécageuse, est de l'autre côté d'une sorte de col divisant la sèche en ses deux parties.

Voici quelques images anciennes de la sèche de Gimel, prises le 8 avril 1974.

Tout d'abord quelques vues d'ensemble de la partie Nord, avec le marais qui en occupe le fond:

http://www.casimages.com/img.php?i=1202240924191456869486383.jpg

http://img38.imageshack.us/img38/7421/maraisdumarchairuz1.jpg

http://img638.imageshack.us/img638/9554/schedegimel4.jpg

En arrière d'un bombement de sphaignes, un emposieu est recouvert par la neige. C'est par là que se perd dans les entrailles de la terre un ruisseau alimenté par le marais: l'eau va alimenter un réseau de rivières souterraines.

http://img638.imageshack.us/img638/4015/schedegimel3.jpg

Le bombement de sphaignes vu de près.

La tourbière, au nord du TAF :

Amburnex 3

Vue de la partie nord de la sèche de Gimel, mais ici au printemps (8 avril 1974):http://img638.imageshack.us/img638/1267/schedegimel6.jpg

Le TAF, au fond la Dôle:

Amburnex 4

Au fond du TAF :

Amburnex 5

Amburnex 6

C'est la partie sud de la sèche de Gimel. En voici, à mon tour, quelques images, prises le jour de ma visite (printemps 1974):http://img38.imageshack.us/img38/9999/schedegimel2.jpg

http://img38.imageshack.us/img38/7062/schedegimel1.jpg

Les quelques bâtiments sont situés "à l'abri" au-dessus du lac d'air froid :

Amburnex 7

Oui, c'est bien net, une belle illustration de la prévoyance des anciens, qui n'établissaient pas leurs bâtiments n'importe où, contrairement à ce que l'on fait de nos jours (une pensée pour les zones inondables qui se retrouvent systématiquement bâties, avec les conséquences qu'on connaît, à la suite des crues).
Je n'y connais pas grand chose, est-ce que quelqu'un saurait si l'absence de végétation au fond de la doline est due au pâturage, à l'aridité ou est-ce que le TAF est assez puissant pour permettre une limite de végétation inversée?

On voit que les arbres les plus proches du fond du TAF sont plus petits :

Amburnex 8

Voici un extrait d'un livre écrit par Henri Elhai et datant de 1968: "Biogéographie" chez Armand Colin, Collection U, Série "Géographie". Au chapitre: "L'action des températures extrêmes", aux pages 37 et 38. Citation de cet extrait:"Les sèches du Jura (Braun-Blanquet) constituent un nouvel exemple (voir celui du marais de Cessières, p. 35) des changements de température sur de courtes distances et des modifications physionomiques qui en découlent. Les sèches sont des dépressions peu profondes entre 1000 et 1300 m d'altitude, dans le Jura suisse, au milieu des forêts denses d'Epicéas. Dans ces dépressions croissent de maigres buissons d'Epicéas souffreteux et mal venus. Le climat local est très différent de celui de la forêt voisine; il est particulièrement hostile à la végétation: du 20 au 27 février 1901, on a relevé un minimum de -29°C tandis que, dans la forêt voisine, le thermomètre n'est jamais descendu en dessous de -14°C. Dans la deuxième quinzaine de mai, le minimum moyen a été de -5,1°C; du 19 au 25 juin, il a été de -2°C. Pendant ces mêmes périodes, les minimums moyens sous forêt ont été de 4,6°C. On ne peut exclure, pour rendre compte de ces anomalies, l'influence protectrice des arbres mais il est probable que l'air froid stagne surtout dans les dépressions; il s'y accumule, s'y immobilise, d'où la fréquence et l'intensité des gelées."

Alors, végétation inversée dans la sèche de Gimel? Oui, c'est évident! Voir en particulier mes images montrant la partie sud de cette sèche: presque on se croirait à Peter's Sink. En effet ici-même, mêmes observations que celles faites dans d'autres dépressions fermées, comme les Sinks de l'Utah (Montagnes Rocheuses) qui, antérieurement sur ce topic, ont été mentionnées plus largement. Maintenant il peut y avoir dans ces creux aux topoclimats terrifiants, à côté de la présence régulière de poches d'air froid, largement suffisante pour y rendre possible à elle seule une inversion de la végétation, d'autres influences agissant en parallèle, comme la nature de la roche mère, plus ou moins dure, ou celle d'animaux.

Le fond de la doline est quand même sacrément accidenté, le facteur "vue du ciel" ne doit pas être optimal:

Amburnex 9

Le facteur de vision du ciel ne peut pas être de 100% au fond de cette doline, puisqu'il s'agit d'un trou. D'une façon générale la concavité du relief implique la présence de versants autour du fond d'un relief en creux. Vu du fond d'un TAF, le ciel se trouve donc caché en partie. Aussi une réduction du facteur de vision du ciel est une caractéristique de tout fond de TAF. Une conséquence de la géomorphologie. Il est à noter que des variations de ce facteur peuvent affecter le fond de la doline en question, en fonction des microreliefs (bosses, creux, emposieux). Voir plus haut une discussion à ce propos concernant la combe des Cives.

Apparemment la température est mesurée régulièrement, il y avait des traces de skis fraîches autour de cet abri météo:

Amburnex 10

La situation de l'abri :

Amburnex 11

Oh intéressant! Il y a donc des études en cours sur les extrêmes thermiques, comme le montrent les thermomètres min-max. Mais que c'est vulnérable un tel appareillage, disposé comme il est, sur le fond complètement nu d'un TAF et donc visible de toute part et de très loin. De toute évidence il n'est pas avantagé par la présence d'un rideau d'arbres qui le rendrait moins visible. A ce propos je pense aux bouleaux qui cachaient l'abri météo et d'autres appareils que j'avais installés au fond du TAF de la tourbière de la Cailleuse, situé au coeur de la forêt de Montmorency (Val-d'Oise).

Bon aussi ici, on n'est pas dans une forêt d'IDF, c'est-à-dire à proximité d'une énorme agglomération, mais en pleine montagne. Le risque est donc moindre. Et il faut l'accepter, si l'on désire obtenir des données.

A propos de la situation de l'abri. La seconde photo, évidemment prise d'un versant ou d'un col, n'a pu être faite à l'endroit où se situe l'abri. En effet celui-ci est au fond d'un TAF, comme le montre bien la première photo: en direction du sud, au loin et en contre-haut, il y a à voir le bord de la sèche de Gimel, ce qui donne une idée sur la dénivellation. Cela ne fait pas peu!

Je pense que la seconde photo sert à montrer la position de l'abri: au loin à droite, en contrebas, sur le fond de la partie sud de la sèche de Gimel. Est-ce bien ça?

NB: scans de négatifs 24x24.

Edit :!: (14/03/2012): 'Mirlou' vient de me faire savoir que l'image "Amburnex 11", dont il est l'auteur, montre non pas la sèche de Gimel, mais la sèche des Amburnex, il est vrai située à proximité de celle de Gimel. Cette image n'a donc aucun rapport avec la situation de l'abri météorologique. Voici donc (cf le lien mis par 'Mirlou' dans le message juste dessous) une image de lui montrant la situation de l'abri: Son lien

Marc.

Link to post
Share on other sites

Posted
Fontenay-sous-Bois

Merci pour toutes ces précisions et pour la réponse à la question sur la limite de végétation inversée.

A propos de la situation de l'abri. La seconde photo, évidemment prise d'un versant ou d'un col, n'a pu être faite à l'endroit où se situe l'abri. En effet celui-ci est au fond d'un TAF, comme le montre bien la première photo: en direction du sud, au loin et en contre-haut, il y a à voir le bord de la sèche de Gimel, ce qui donne une idée sur la dénivellation. Cela ne fait pas peu!

En effet, le trou à froid est profond. Le bord du lac d'air froid se trouve côté sud ? J'avais l'impression que le col d'accès à la sèche par le nord (Marchairuz) était moins élevé.
Je pense que la seconde photo sert à montrer la position de l'abri: au loin à droite, en contrebas, sur le fond de la partie Sud de la sèche de Gimel. Est-ce bien ça?

Ah désolé c'est une erreur, la photo montre une autre dépression située dans le même massif plus à l'ouest. default_blushing.gifVoilà la photo de situation de l'abri :

Mon lien

Link to post
Share on other sites

Posted
Neubois (Bas-Rhin)

Bonjour 'Mirlou'.

Merci pour toutes ces précisions et pour la réponse à la question sur la limite de végétation inversée.

Voir sur ce topic le post: 'taf95' 03 mai 2009 - 00:56. Il contient des liens intéressants (articles et images) à propos des trous à froid et notamment sur Peter's Sink (Utah) et Gstettner Alm (Autriche). Au même topic, voir aussi un post sur les pôles du froid dans le massif du Jura et notamment en Franche-Comté ('taf95' 29 avril 2009 - 14:15).
En effet, le trou à froid est profond. Le bord du lac d'air froid se trouve côté sud? J'avais l'impression que le col d'accès à la sèche par le nord (Marchairuz) était moins élevé.

Je ne comprends pas la question et la phrase qui la suit. Pour y voir plus clair, il manquait un lien vers une carte topographique. Voici donc une photo APN d'une carte topographique ign France de la région. J'ai dans un premier temps hésité à la faire pour des raisons de droit. Enfin on verra bien... La voici: http://www.casimages.com/img.php?i=1202240925501456869486391.jpg On y voit à droite la sèche de Gimel, tout en longueur et à gauche celle des Amburnex, de forme différente, puisque moins longue mais aussi plus large. Cette dernière est un peu à l'écart de la piste parcourant la combe des Amburnex. Je n'ai malheureusement pas pris le temps de la visiter, lors de ma rando dans la combe en 1974.

Ces deux sèches forment des concavités enfonçant nettement le plancher de la combe des Amburnex, qui est déjà une très vaste dépression fermée. On observe donc dans cette partie du massif du Mont Tendre un relief vraiment très spécial. Ses conséquences sur le plan du topoclimat sont franchement faciles à déduire. Pour moi, elles sautent aux yeux: terribles. Mais je n'ai trouvé aucune donnée. Aussi, à première vue, il resterait à les quantifier.

En tout cas c'est bien que des relevés thermométriques soient faits dans la sèche de Gimel. Mais qu'ils soient divulgués! J'en appelle donc à ceux qui les font.

Ah désolé c'est une erreur, la photo montre une autre dépression située dans le même massif plus à l'ouest. default_blushing.gif

Voilà la photo de situation de l'abri :

Mon lien

A mon avis la photo erronée est prise sur le col situé à l'extrémité sud du bord de la sèche de Gimel, en direction du nord-ouest. Au milieu de l'image, mais très à droite (c'est-à-dire près du bord), on voit donc le bout de la partie sud de cette sèche. On devine d'ailleurs la montée vers ce col depuis le fond. C'est juste en contrebas du col, sur le fond de la sèche, que se trouve l'abri. On l'apercevrait en bas, tout au fond, s'il n'était caché par le bord de l'image. En tout cas bon emplacement, comme l'indique la photo définitive de situation.Edit :!: (14/03/2012): Non, d'après 'Mirlou' la photo erronée montre la sèche des Amburnex, située certes à proximité de celle de Gimel.

Marc.

Link to post
Share on other sites

  • 2 weeks later...
Posted
Neubois (Bas-Rhin)

Pendant trois jours je suis allé faire de la raquette en région de Léningrad, à 150km au nord de la ville; cette région est très boisée avec des zones de marais.

La couche de neige atteignait 90cm environ dans des altitudes situées entre 35 et 70m.

Fait remarquable, la température est descendue à -28°C lundi (08/03/2010) vers 6h puis le temps s'est mis à la neige.

Mercredi (10/03/2010) tn -19°C, tx -2°C. Je me suis payé le luxe de faire deux balades nocturnes pour vivre ces sensations uniques de froid sec. Les narines commencent à coller vers -17°C.

A noter pour les amateurs de trous à froid la rivière Pacha glacée, où je notais -24°C à 23h, tandis que les berges [5 m + hautes] affichaient -17°C. ENORME la différence et je peux vous dire que la sensation était très différente entre les deux points avec par-dessus le tout une brume sur la rivière qui accentuait la sensation.

Y a que des fanas comme nous qui puissent trouver quelque chose d'excitant à tout ceci.

Cela méritait d'être copié sur ce topic.Marc.
Link to post
Share on other sites

Posted
Neubois (Bas-Rhin)

Bonjour.

On trouve aussi de puissants trous à froid dans une autre partie du massif du Jura (le Jura Souabe, où se trouve le Rauhe Alb). Celle-ci est située au nord-est de la partie franco-suisse à laquelle évidemment on pense tout d'abord lorsqu'on parle de ce massif. C'est en Allemagne, au Württemberg. Strasbourg n'est d'ailleurs qu'à une centaine de kilomètres à vol d'oiseau des TAF du Rauhe Alb. Il suffit en effet de passer la Forêt-Noire et d'arriver dans la Barr pour en être aux abords. A noter, pour repère, le château de Hohenzollern en bordure du Rauhe Alb. Il s'agit bien sûr de dépressions fermées, liées au relief karstique bien connu du Jura (présence de champs de dolines).

Ici il est question du Längental, de l'Irndorfer Hardt, du Grand Rinnental, de la doline Degerfeld, du Rissental près de Dietstaig et du champ de dolines de Messtetten. Ces dépressions sont très souvent occupées par des lacs d'air froid. Voici un lien concernant ceux-ci: http://www.kaltluftseen.de/projekt.php . C'est en allemand. Les textes du webmaster de ce site, que j'ai traduits dans notre langue (traduction automatique insatisfaisante en effet), sont mis entre guillemets pour des raisons évidentes.

Allons au chapitre concernant les lacs d'air froid.

<< Une description de différentes dépressions, dolines et vallées, dans lesquelles des lacs d'air froid intenses peuvent s'édifier souvent. >>

Quelques détails sont donnés, les voici.

LANGENTAL.

<< Le Längental est sur le Grand Rossberg, au-dessus de Metzingen, et la deuxième plus grande cuvette karstique du Jura Souabe. La vallée sèche sans issue (: aveugle), qui à son endroit le plus bas présente plusieurs emposieus (: avens), est un réservoir collecteur idéal pour l'air froid, lorsque la situation du temps est adéquate.

Les sites d'alentour sont boisés et protègent du vent la vallée. Par contre le plan du fond de vallée est sans arbre et en majeure partie cultivé. Avant tout, la profondeur et la grandeur de Längental, c'est impressionnant.

La région appartient à la commune de Dettingen-sur-Erms, arrondissement de Reutlingen. La vallée n'est accessible que par des chemins forestiers et de randonnée.

De premières mesures sur le terrain étaient prévues pour l'hiver 2009-2010, mais auparavant (27/09/2009 - 04/10/2009) devait être accompli un travail préliminaire.

Altitude: 718 - 827 m (différence: 109 m).

Surface (L x l): 1500 x 500 m, environ.

Sources d'air froid: environ 180 ha.

Pas de débouché. Différence d'altitude entre l'endroit le plus bas et le déversoir: 35 m.

Mesures sur le terrain: à partir de 2009 / 2010. >>

IRNDORFER HARDT.

<< L'Irndorfer Hardt est une réserve naturelle sur le Grand Heuberg (Haut Jura Souabe/Jura Souabe occidental), entre Irndorf et Schwenningen (arrondissement de Tuttlingen). Il est connu pour des températures très froides.

Le plateau, avec ses nombreuses dépressions de terrain et dolines, est notoire, parce qu'il détient les températures les plus basses relevées dans le secteur. Aussi se montrent là-bas une biodiversité singulière et des plantes rares, qui ailleurs ne peuvent se trouver que dans le domaine subalpin.

Entre les années 2000 et 2004, la température a été mesurée à Irndorfer Hardt. Le minimum absolu a eu lieu en décembre 2001, avec -30,6°C (source: Uni. Fribourg / W. Hermann).

De premières mesures sur le terrain étaient prévues pour l'hiver 2009 - 2010.

Altitude: 825 - 870 m, environ (différence: environ 20 à 50 m).

Surface (L x l): 103 ha.

Mesures sur le terrain: à partir de 2009 - 2010.

Record de température: -30,6°C (déc. 2001). >>

GRAND RINNENTAL.

<< Le Grand Rinnental, sur la commune de Sonnenbühl (Jura Souabe), est un des trous à froid d'Allemagne les plus froids, mais aussi les plus connus. Justement, deux stations météorologiques (Roland Hummel et Meteomedia AG) sont exploitées dans la vallée sèche étendue de tout son long près d'Undingen.

En situation météorologique appropriée, la station de Sonnenbühl compte parmi les lieux d'Allemagne les plus froids. Là-bas, la température est mesurée depuis 1989. Les records de froid jusqu'à ce jour ont été mesurés le 24/12/2001 avec -33,3°C, comme le 01/03/2005 avec -33,7°C.

Point le plus bas: 735 m d'altitude.

Stations de mesures: Roland Hummel et Meteomedia AG.

Record de température: -33,7°C (01/03/2005). >>

DOLINE DEGERFELD.

<< La doline de Degerfeld fait partie de l'aérodrome d'Albstadt-Degerfeld et se trouve sur un pré d'altitude entre Bitz et le quartier albstädtois de Tailfingen (arrondissement de Zollernalb). Elle passe pour l'un des endroits du Jura Souabe les plus froids.

Meteomedia AG exploite également deux stations météorologiques dans cette zone. Une station à 919 m d'altitude et l'autre à 868 m (Albstadt-Degerfeld), située dans une dépression de terrain, à proximité immédiate de la doline proprement dite. Là-bas, lors de situations météorologiques favorables, un intense lac d'air froid peut se développer, ce qui ne manque pas d'être fréquent.

Le 01/03/2005, on a mesuré à la station de Degerfeld, avec -36,1°C, la plus basse des températures observées jusqu'à présent au Baden-Württemberg. Par nuits radiatives dépourvues de vent, cette station passe souvent pour la plus froide des stations d'Allemagne situées en dehors des Alpes.

Des mesures de terrain dans la doline proprement dite étaient planifiées pour l'hiver 2009 - 2010. Vraisemblablement, en comparaison de la dépression, des températures encore plus basses sont possibles par-là!

Altitude: 868 - environ 919 m (différence max: environ 30 à 60 m).

Station de mesures: Meteomedia AG.

Record de température: -36,1°C (01/03/2005). >>

RISSENTAL.

<< Le Rissental, près de Dietstaig, sur la commune de Nusplingen (arrondissement de Zollernalb) se trouve sur le Grand Heuberg (Jura Souabe sud-occidental). Avec une altitude de 882 m à l'endroit le plus bas, le Rissental est situé vraiment haut. Celui-ci est entouré d'altitudes jusqu'à tout juste 960 m.

Au lieu le plus bas de la dépression se trouvent plusieurs petites dolines. Le fond de la vallée est de tous côtés sans issue, à l'occasion de quoi en direction du nord-est le bord de celle-ci ne se trouve que 8 m plus haut. Peut-être que c'est la raison pour laquelle le Rissental est très sensible au vent, quand cela tourne autour de l'édification d'un lac d'air froid.

La vallée nous a frappés le 10 janvier 2009. Peu de temps avant midi la température était encore d'à peine -14°C, tandis qu'au même moment, quelques kilomètres plus loin, à la station météorologique, pourtant notoire, d'Albstadt-Degerfeld, une température de "seulement" -7,9°C fut mesurée (source: Meteomedia AG).

Un kilomètre plus loin en direction de l'est se trouve une dépression sans issue, petite et plus éloignée, avec une doline à 895 m d'altitude. De même il se trouve à environ 2,5 km en direction du sud-est, dans la réserve naturelle d'Irndorfer Hardt, un champ de dolines intéressant.

De premières mesures sur le terrain étaient prévues pour l'hiver 2009 - 2010.

Altitude: 882 - 956 m (différence max: environ 74 m).

Sources d'air froid: environ 120 ha.

Pas d'issue. Différence d'altitude entre l'endroit le plus bas et le déversoir: 8 m.

Mesures sur le terrain: à partir de 2009 - 2010. >>

CHAMP DE DOLINES DE MESSTETTEN.

<< Le champ de dolines de Messtetten est situé directement contre la L 433, tout juste à 1,5 km de Messtetten (arrondissement de Zollernalb) en direction du nord-est, sur le Grand Heuberg (Jura Souabe). La dépression, sans issue, est un trou à brume mais aussi un trou à froid. Ce TAF est bien connu dans la région.

Les sources d'air froid sont vraiment étendues (320 ha). En outre le champ de dolines est situé très haut (885 m d'altitude). Le fond de la dépression est entouré par des surfaces de prés étendues et des hauteurs boisées jusqu'à 970 m d'altitude.

En situations du temps hivernales avec vent faible et pauvreté des échanges, nous nous attendons ici à une des dépressions du Jura Souabe les plus froides. De premières mesures sur le terrain étaient prévues pour l'hiver 2009 - 2010.

Altitude: 885 - 970 m (différence max: environ 95 m).

Sources d'air froid: environ 320 ha.

Pas d'issue. Différence d'altitude entre l'endroit le plus bas et le déversoir: 7 m.

Mesures sur le terrain: à partir de 2009 - 2010. >>

En ce qui concerne le projet "Lacs d'air froid":

<< Le projet, à financement privé, "Lacs d'air froid" s'occupe du thème des lacs d'air froid. Il s'agit de faire des mesures sur le terrain dans des trous à froid, de préférence encore ignorés, en Europe Centrale et notamment en Allemagne.

Pour la mise en oeuvre, entrent en jeu des appareils de haute précision (sondes thermiques / enregistreurs de données), afin d'acquérir des valeurs le plus exactes possible en conditions météorologiques habituelles, mais aussi par conditions extrêmes.

Le groupe de travail se compose de météorologistes, amateurs et professionnels, et de journalistes scientifiques. Le point de départ est la région Neckar - Alb dans le Midi de l'Allemagne.

Avant tout dans le Jura Souabe, en Forêt-Noire et dans les Alpes allemandes se trouvent beaucoup de dépressions de terrain, vallées et dolines, à l'intérieur desquelles des lacs d'air froid intenses peuvent se développer par situation météorologique appropriée. Mais aussi il y a par-dessus le marché de nombreux lieux intéressants ailleurs en Allemagne, par exemple dans les Monts Métalliques et la Forêt de Bavière. Sans citer à ce propos d'autres montagnes de hauteur moyenne d'Europe. >>

Marc.

Link to post
Share on other sites

Posted
Neubois (Bas-Rhin)

Bonjour.

Voici un lien présentant la doline Degerfeld, citée dans mon message du 25 mars 2010 - 16:42, concernant les TAF du Jura Souabe (Allemagne): http://www.albwetter.de/Albstadt_Deger.htm .

Les phrases du site que j'ai traduites pour une présentation générale, sont mises entre guillemets: << La station météorologique accessoire située près de la station d'Albstadt 919m est celle d'Albstadt-Degerfeld 868m. Cette dernière se trouve également à l'aérodrome, seulement un peu plus loin à l'ouest dans une dépression de terrain (doline). Ce qui est remarquable au sujet de cette station est qu'elle n'est qu'à 1,5 km de la station principale (Albstadt) et qu'en plus on peut la voir de là à l'oeil nu. La différence d'altitude n'est que d'environ 52 mètres! Durant les nuits étoilées, l'air froid s'amasse ici à l'endroit le plus bas, et ainsi il peut faire en hiver -30°C et au-dessous. Le record de froid actuel, c'est le légendaire -36,1°C du premier mars 2005 (le précédent record datait du 24 décembre 2001 avec -35,8°C). >>

Sont montrées ensuite, sur un joli tableau, les températures minimales journalières les plus basses de quelques années, parmi les dernières (:1999 à 2004). A remarquer trois températures inférieures à moins trente (25/01/2000: -34,0°C, 24/12/2001: -35,8°C, 01/02/2003: -32,7°C). Pas mal, pour seulement six ans. Répétons que la première année après cette série, il y eut, début mars, encore un peu "pire", comme on a déjà vu plus haut. Cette fréquence des températures minimales journalières inférieures à -30°C, cela promet donc pour l'avenir...C'est vrai que tout cela est énorme! Il faudrait que "dann17" et "Canada Goose", ces grands amateurs de l'hiver réfugiés au Québec en partie pour cela, mais floués cet hiver chez eux là-bas, passent par-là et voient ça. Cela les réconcilierait avec le Vieux Continent assorti de son climat soit-disant mou mais où on peut trouver aussi le "vrai hiver", en fouillant un peu dans les détails du relief. Quoiqu'à cet endroit particulier, comme dans tout gros TAF, pas de gros blizzard à attendre, je suppose, puisque c'est au fin fond d'une cuvette complètement fermée. Un coin donc très abrité du vent. Après tout, oui, à cet endroit, même si c'est en Allemagne, on est encore bel et bien dans le massif du Jura qui s'étend bien en direction du nord-est, presque jusqu'au Sumava (Forêt de Bohême). Alors question froid, compte tenu du relief karstique et d'une position plus continentale, pas étonnant que cela donne bien, comme on voit. Je rappelle que ce TAF n'est qu'à une centaine de kilomètres de Strasbourg, juste de l'autre côté de la Forêt-Noire. Curieux de voir, j'y irai peut-être un de ces jours.

L'image du haut montre la station météorologique au fond de la dépression (Albstadt-Degerfeld). L'image suivante montre encore cette station, mais aussi, au loin, à gauche sur la colline, celle qui est en hauteur (Albstadt).

Un panneau à la station de la dépression donne des indications sur la doline d'Albstadt, phénomène naturel en Allemagne. En voici une partie du contenu, traduite:

<< La station météorologique accessoire "Albstadt-Degerfeld", devant laquelle vous vous trouvez exactement, est installée dans un creux (doline) à 867 m d'altitude. Bien que station météorologique principale et station accessoire n'aient été érigées qu'à 1,5 km l'une de l'autre, et qu'elles présentent une différence d'altitude de seulement 52 mètres, il peut y avoir des différences de température extrêmes entre les points de mesure.

En particulier au cours de nuits étoilées la station météorologique accessoire "Albstadt-Degerfeld" passe pour le pôle du froid en Allemagne. En hiver on a mesuré des températures au-dessous de -40°C juste au-dessus de la couche de neige. >>

<< Cependant Albstadt est, avec plus de 1800 heures d'ensoleillement en moyenne annuelle, un des endroits les plus ensoleillés de toute l'Allemagne. >>

Les deux dernières images (il s'agit de photos faites à mi-pente, notamment sur celle située au-dessous du lieu où se trouve la station principale, "Albstadt") montrent un peu la forme de ce bassin. Mais on sait déjà que c'est complètement fermé! On voit bien les sources d'air froid, sur les pentes de faible inclinaison et grâce à cela très propices à cette fonction. Enfin, on aperçoit sur le fond de la dépression, un peu à droite, une tache blanche. Mais à condition de vraiment scruter. C'est à cet endroit que doit se trouver la station "Albstadt-Degerfeld".

Il est temps de voir le lien montré sur le panneau. Aller même directement à: http://www.albstadt.de/leben-in-albstadt/wetter.php . Ceci, consacré à la météo du coin, indique, entre autres remarques intéressantes (cf. aussi de nombreuses références), que durant la nuit du 01/03/2005 (pour rappel, température ayant atteint à la station "Albstadt-Degerfeld" -36,1°C) à la station voisine "Albstadt", située en hauteur, cela n'est descendu que jusqu'à -15,9°C. Une différence donc de 20,2°C! Pas mal pour une distance de seulement quelques centaines de mètres.

A noter que tout récemment, durant la nuit du 19 au 20 décembre 2009 la température est descendue à la station "Albstadt-Degerfeld" jusqu'à -30,3°C ( http://www.swr.de/wetter/-/id=5491998/nid=5491998/did=5755092/1ngqfr9/index.html ). Voilà donc encore un moins trente! Durant cette même nuit elle descendit presque jusqu'au même niveau (-29,8°C) à celle de Sonnenbühl, autre TAF du Jura Souabe, malgré une altitude inférieure (735 m). C'est à comparer avec ce qui a été relevé pour la même période à Dill/Hunsrück en Rheinland-Pfalz (-26,1°C), mais aussi en Lorraine et spécialement dans les TAF de Moselle orientale, comme Réding (voir au suivi du temps dans le nord-est).

Marc.

Link to post
Share on other sites

Posted
Neubois (Bas-Rhin)

Bonjour.

Voyons de plus près deux gros TAF du Jura Souabe: le Grand Rinnental et la doline de Weidenwang.

GRAND RINNENTAL.

Voici un lien concernant la station météorologique Meteomedia du Gr. Rinnental à Sonnenbühl: http://www.albwetter.de/Sonnenbuehl.htm .

On y lit ceci:

<< La station météorologique de Gr. Rinnental (à Sonnenbühl), à l'altitude de 735m, se trouve à proximité d'Engstigen/Sonnenbühl, vers le terrain de golf. Cette station est un trou à froid. Au cours des nuits radiatives, celle-ci se refroidit de manière extrême! La différence d'altitude sur 300 mètres fait environ 50 mètres. Au fond de la dépression de terrain est située la station principale. Celle-ci abrite sonde thermique, sonde à 5cm et pluviomètre...Cependant c'est à une distance de l'ordre de 300 mètres et 50 mètres plus haut que se situe l'anémomètre. Cette station est entourée de pentes raides. Celles-ci font tout autour comme une bassine.

Stations à proximité=

A quelques mètres: station climatologique de Gr. Rinnental (donc à Sonnenbühl), aussi à 735m d'alt. (propriété Roland Hummel).

Aux alentours: autre station climatologique, celle de la doline de Weidenwang (à Sonnenbühl), à 790m d'alt. (R. H. aussi). >>

Un tableau montre pour une période récente de cinq années consécutives (2000 - 2004) quelques-unes des températures minimales journalières les plus basses par rapport à la normale journalière. On retient le 28/02/2004 (-29,3°C, pour le dernier jour de l'hiver), mais surtout le 24/12/2001 (-32,7°C). Ce qui fait d'un côté presque moins trente et d'un autre plus froid que ça. Il est à noter aussi le 24/05/2004 (-7,3°C).

Sur la première image les flèches montrent à droite la station météorologique de Meteomedia et à gauche celle climatologique de R. Hummel.

Pour finir, une vue de Gr. Rinnental, avec la station Meteomedia, sous la neige: /Texte%20und%20Bilder/25.01.2000%20(8'>http://www.wetterring.de/Texte%20und%20Bilder/25.01.2000%20(8)%20Skiloipe%20(8).jpg .

Passons maintenant à la station climatologique de Gr. Rinnental, que nous venons d'entrevoir plus haut; c'est, comme on a vu, aussi à Sonnenbühl et 735m d'altitude: http://www.albwetter.de/Gr_Rinnental.htm .

<< La station climatologique de Gr. Rinnental se situe donc à quelques mètres de la station météorologique Meteomedia de Jörg Kachelmann. De ce fait elle se trouve également à Engstigen/Sonnenbühl, vers le terrain de golf. Jusqu'ici la température est descendue jusqu'à -33,3°C à 2 mètres de haut et -35,3°C à 5 centimètres de haut. Ce minimum eut lieu le 24/12/2001. Il peut geler à la surface du sol à n'importe quel jour de l'année. En plus l'amplitude thermique journalière est, avec jusqu'à 30°C, extrême!

R. Hummel, auquel appartient la station climatologique, en propose même des visites. Plus à ce sujet sur le site: http://www.wetterring.de .

Stations à proximité=

A quelques mètres: station Meteomedia du Gd. Rinnental (alt. 735m), à Sonnenbühl.

Aux alentours: station climatologique de la doline de Weidenwang, à Sonnenbühl également (alt.790m). >>

Sur les images on voit bien le grand abri météorologique de Hummel, installé tout au fond de la cuvette, à quelques mètres seulement de la station météo de Meteomedia (J. Kachelmann). Une situation vraiment impressionnante, qui donne la chair de poule. En tout cas, à la belle saison, une herbe bien moelleuse semble-t'il donnerait envie de planter sa tente à un endroit si particulier, pour y passer une belle nuit étoilée...Le panneau, porté par deux pieux, indique ceci: << Station climatologique de Gr. Rinnental (alt.735m). Pôle du froid en Allemagne par nuits radiatives! Température de l'air jusqu'à -40°C/hiver, jusqu'à -5°C/été! 200 jours de gel au sol/an! Pendant toute l'année, risque de gel/de gel au sol. Amplitudes journalières de la température de l'air importantes, jusqu'à 30°C! Température moyenne: 5°C. Prière de ne pas toucher ou enlever les appareils de mesure météorologiques. >>

Le petit panneau accroché à l'abri est à peu près illisible, mais aux infos météo 2001 de Wetterring (voir: http://www.wetterring.de/1.6.2%20wetter_aktuell_2001.htm ), on peut lire (cf: commentaire du 26/12/2001) une fois de plus que durant la nuit du 23 au 24.12.2001 c'est descendu jusqu'à -33,3°C dans l'abri météo et -35,3°C juste au-dessus de la surface de la neige. Il y est dit aussi que ces températures étaient les plus basses observées là-bas, depuis le début des mesures quatorze années auparavant jusqu'à ce 24 décembre.

Voir la galerie d'images, sur le site Wetterring: http://www.wetterring.de/1.4%20Bildergalerie.htm .

DOLINE WEIDENWANG.

Voici un lien à propos de la station climatologique de la doline de Weidenwang (alt.790m): http://www.albwetter.de/SonnenbuehlWeidenwang.htm .

<< La station climatologique du Wetterring de R. Hummel se trouve dans un creux, dû à l'infiltration de l'eau (doline). C'est au sud-est de Sonnenbühl-Undingen. Celui-ci est entouré de tous côtés par des hauteurs boisées. Des températures nocturnes extrêmement basses en sont la conséquence. Durant les mois d'hiver, refroidissement plus étendu, puisque pendant la journée le soleil n'éclaire même plus le creux. Par nuit claire, c'est avec la doline de Degerfeld et le Gd. Rinnental, le pôle du froid du Baden-Württemberg.

Stations à proximité=

Aux alentours: station météorologique de Meteomedia et station climatologique de R. Hummel, au Gr. Rinnental, à 735m d'alt. sur la commune de Sonnenbühl.

Les données du temps des stations climatologiques de Weidenwang et Gr. Rinnental sont ici: http://www.wetterring.de/1.2.3%20Sonnenbuehl.htm .

Les images viennent de Odi: http://www.schoemberg-wetter.de . >>

Voici deux images d'un panneau situé dans la doline de Weidenwang: http://www.wetterring.de/Texte%20und%20Bilder/14.05.2000%20(7).jpg et http://www.wetterring.de/Texte%20und%20Bilder/14.05.2000%20(6).jpg . Il dit ceci: << Pôle du froid en Allemagne, durant les nuits radiatives! Température de l'air jusqu'à -43°C/hiver, jusqu'à -6°C/été! 220 jours de gel au sol/an! Pendant toute l'année, danger de gel/de gel au sol! Grandes amplitudes journalières de la température, jusqu'à 30°C! Température moyenne: 3,5°C. >>

Marc.

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Recently Browsing   1 member

×
×
  • Create New...