david3

Niveau des océans depuis 8000 ans

Messages recommandés

david3   

1 - Quelle est la tendance actuelle en ce qui concerne l'élévation du niveau marin ?

2 - Quelle sont les projections que l'on peut faire pour le futur à partir des connaisances sur le passé géologique de la planète ?

3 - Un réchauffement rapide de 2 à 4,5°C (GIEC) peut-il conduire à un taux d'élévation de 12mm/an comme il y a 8000 ans ? A un taux encore plus rapide si les glaciers se désintègrent rapidement ?

holocene_sea_level_present.jpg

300px-Recent_Sea_Level_Rise.pngtopexjason2004.jpg

- De -8O00 à - 7000 : élévation de 12 mètres soit un taux de 12mm/an (= 1,2 mètres par siècle)

(Sortie de glaciation, entrée dans l'interglaciaire actuelle - Lors du dernier maximum glaciaire, la température était 5°C inférieure à celle de l'Holocène)

- De - 5000 à +1900 : élévation de 3 mètres soit un taux de 0,4mm/an (ralentissement progresif du processus - Ce taux de 4,3 centimètres par siècle laisse le temps aux hommes de s'adapter)

- 1900-2000 : élévation de 20cm soit un taux de 2 mm/an

- 1994 - 2004 : 2,8mm/an ...> 28 centimètres en un siècle...Cela devient plus problématique pour s'adapter, surtout lorsque les phénomènes extrêmes (cyclones de catégorie 4 et 5 etc...) se multiplient.

- 2005 - 2050 : 5 mm/an ?

- 2050 - 2100 : 12 mm/an ?

carte002.gif

La remontée de la mer depuis la fin de l'époque glaciaire

Evolution de la température moyenne terrestre depuis le dernier interglaciaire :

vostok_back_to_eemian.jpg

Et ça monte en flèche depuis le début de l'ére industrielle : 0,8 degrés en un siècle dont 0,6°C les 30 dernières annés.

NB :

- La désintégration complète du Groenland et de l'Antarctique conduirait à une élévation de 80 mètres du niveau marin. Et lors du dernier interglaciaire, il y a 130 000 ans (environ 5°C de plus qu'aujourd'hui), une grande partie de la calotte du Groenland avait disparu (les 3/4).

http://www.ens-lyon.fr/Planet-Terre/Infosc...tion-glaces.htm

- Principalement deux facteurs influent sur le niveau moyen des océans :

- la dilatation thermique des eaux (une eau chaude est plus volumineuse qu’une eau froide),

-la fonte des glaces ou encore les apports d’eau des réservoirs continentaux.

pente_sm.gif

Global mean sea level has risen by 3 mm per year these last 13 years. However, this can denote a steeper elevation, or this can be due to a temporary phase of steeper elevation. The continuation of the measurements is the only way to be sure of that. This rise is not homogeneous all over the oceans (map above): some places see a decrease in sea level, whereas at other places the rise can exceed 1 cm a year.

sea%20level%20composit.gif

Variation du niveau marin depuis 450 000 ans (4 cycles glaciaires)

- Glaciation ...> baisse du niveau marin (régression)

- Interglaciaire...> élévation du niveau marin (transgression)

Nous sommes actuellement et depuis 10 000 dans un interglaciaire...La tendance naturelle est à l'élévation du niveau marin...Et les émissions rapides et massives de C02 peuvent accélèrer considérablement la tendance.

A quand la prochaîne glaciation ?

...> http://www.ens-lyon.fr/Planet-Terre/Infosc...glaciation.html

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

invest-knudsen_fig2-br.jpg

SLR_graph.gif

Sea levels have risen between 100 and 250 mm (4 and 10 inches) during the past century and will inevitably be affected by climate change in the future. The rate of sea level rise during the twentieth century has been nearly 2 mm per year, which is an order of magnitude higher than the average over the last several millennia. Rising sea level has worldwide consequences because its possibility to alter ecosystems and habitability of coastal regions. The projected mid- Atlantic sea level rise by 2030 is 109 mm-310 mm. By 2095 the project rise is 40 mm- 1029 mm (IPCC 2001). Sea-level rise and climate change issues in the coastal zone include:

* higher and more frequent flooding of wetlands and adjacent shores

* expanded flooding during severe storms and high tides

* increased wave energy in the near-shore area

* upward and land-ward migration of beaches

* accelerated coastal retreat and erosion

* intrusion into coastal freshwater aquifers

* damage to coastal infrastructure

* broad impacts on the coastal economy

Approach

CSCOR’s new program will help coastal managers and planners better prepare for changes in coastal ecosystems due to land subsidence and sea level rise. Starting with southern Pamlico Sound, North Carolina, our approach is to simulate projected sea level rise using a coastal flooding model that combines a hydrodynamic model of water levels with a high resolution digital elevation model (DEM). When it is developed, the coastal flooding model will be used to simulate long-term rises in water levels. The next step will be development of sub-models to forecast ecological changes in coastal wetland and forested areas and the addition of these sub-models to the coastal flooding model. The final product goal of the program are mapping and modeling tools that allow managers and planners to see projected shoreline changes and to display predictions of ecosystem impacts. Using these ecological forecasts, proactive mitigation will be possible. This proactive approach, especially in vulnerable coastal wetlands, which are important habitat for a number of commercially valuable fish and shellfish, is needed rather than regulatory protection alone. Since state governments have the primary responsibility for developing strategies to mitigate adverse impacts, we are working with state managers to develop plans that will best respond to their needs.

Management/Policy Issues

The effects of sea level rise are already apparent and will continue to cause the loss of important coastal ecosystems over the next few decades. This is within the design lifetime of much coastal infrastructure. Moreover, the ecological value of the coastline is such that long-term planning and adaptation is necessary to preserve it. Good management options allows for controls and zoning. Sea level rise and other effects of climate change can be very costly in the future. A significant coastal management issue that is yet to be addressed is the conversion of IPCC estimates of global sea level rise down to regional and local levels, through the inclusion of land movements caused, for example, by subsidence. This local level of sea level rise prediction is a goal of the CSCOR program. In addition, our goal is a planning process made flexible enough to incorporate future improvements in scientific understanding, both of climate change and of coastal processes.

Accomplishments

CSCOR sponsored a workshop to explore the ecological effects of sea level rise in Beaufort, North Carolina on February 4 and 5, 2004. A white paper with the results from the workshop gives guidance from the research and management community in the major areas of research needed to help coastal managers mitigate regional ecological impacts of sea level rise. The recommendations of the workshop helped to design a pilot research program in North Carolina and shape the FY 2005 announcement. The funding announcement published for Ecological Effects of Sea Level Rise has the overall goal of providing an ecological context for the water level modeling being performed by NOS. Proposals for funding under this announcement have been accepted for study of the localized effects of sea level rise in the Pamlico and Bogue Sounds and the Neuse River in the State of North Carolina. The winning proposals will start work in May 2005.

http://www.cop.noaa.gov/stressors/climatec...level_rise.html

- La désintégration complète du Groenland et de l'Antarctique conduirait à une élévation de 80 mètres du niveau marin. Et lors du dernier interglaciaire, il y a 130 000 ans (environ 5°C de plus qu'aujourd'hui), une grande partie de la calotte du Groenland avait disparu (les 3/4).

Ca tu peux attendre longtemps pour que ca arrive, si tu me ressors les 3 ans de mesure de GRACE je ressors illico les 3 ans de mesures du nouveau système de bouées qui fait ressortir un refroidissement conséquent de l'océan supèrieur.

Pour l'Antarctique, même pas la peine d'en parler vu que la glace de mer et de terre à tendance à augmenter actuellement, après avec les modèles on peut dire tout ce qu'on veut, tout ce qu'on souhaite, mais on ne peut pas déformer la vérité.

Et qui plus est un glacier ne se désintègre pas, sauf si tu lâches une bombe dessus..

1qu0.png

Brathauer, U. and Abelmann, A.,

Late Quaternary SST Reconstruction for the Southern Ocean,

IGBP PAGES/World Data Center-A for Paleoclimatology

Data Contribution Series # 1999-022.

NOAA/NGDC Paleoclimatology Program, Boulder CO, USA.

Depth (cm) Age (ka)

30 12.26

100 17.79

140 18.68

320 22.05

360 23.93

400 35.52

420 44.04

520 55.52

577 62.8

640 69.21

679 71.35

750 78.76

790 81.46

810 90.61

879 104.96

920 124.1

1040 138.41

1080 158.03

1100 170.95

1180 186.03

Il y a 60 000 ans la température de l'océan austral à augmenter pour être plus haute qu'actuellement.

309_115_F1.jpeg

dRecent extreme events such as the devastating 2003 European summer heat wave raise important questions about the possible causes of any underlying trends, or low-frequency variations, in regional climates. Here, we present new evidence that basin-scale changes in the Atlantic Ocean, probably related to the thermohaline circulation, have been an important driver of multidecadal variations in the summertime climate of both North America and western Europe. Our findings advance understanding of past climate changes and also have implications for decadal climate predictions.

Natural Environment Research Council Centres for Atmospheric Science, Centre for Global Atmospheric Modelling, Department of Meteorology, University of Reading, Post Office Box 243, Earley Gate, Reading RG6 6BB, UK.

* To whom correspondence should be addressed. E-mail: r.sutton@reading.ac.uk

Instrumental records show that during the 19th and 20th centuries, there were marked variations on multidecadal time scales in the summertime climate of both North America (1–4) and western Europe (5). In the continental United States, there were significant variations in rainfall and drought frequency (1–4), and it has been suggested (1, 4) that changes in the Atlantic Ocean, associated with a pattern of variation known as the Atlantic Multidecadal Oscillation (AMO) (6, 7), were responsible. If confirmed, such a link would be important for climate predictions because the AMO is thought to be driven by the ocean's thermohaline circulation (6) and may be predictable (8, 9). However, thus far the evidence for an Atlantic link is mainly circumstantial, being derived from observations and showing correlation rather than causality. Clarifying whether AMO-related changes in the Atlantic Ocean were indeed responsible for the observed variations in North American summer climate and whether, in addition, there were impacts on other regions is therefore an important challenge.

References and Notes

* 1. D. Enfield, A. Mestas-Nunez, P. Trimble, Geophys. Res. Lett. 28, 2077 (2001). [CrossRef] [iSI]

* 2. S. Schubert, M. Suarez, P. Pegion, R. Koster, J. Bachmeister, J. Clim. 17, 485 (2004). [CrossRef] [iSI]

* 3. S. Schubert, M. Suarez, P. Pegion, R. Koster, J. Bachmeister, Science 303, 1855 (2004).[Abstract/Free Full Text]

* 4. G. McCabe, M. Palecki, J. Betancourt, Proc. Natl. Acad. Sci. U.S.A. 101, 4136 (2004).[Abstract/Free Full Text]

* 5. J. W. Hurrell, C. Folland, Clivar Exchanges 7, 52 (2002).

* 6. T. Delworth, M. Mann, Clim. Dyn. 16, 661 (2000). [CrossRef] [iSI]

* 7. R. Kerr, Science 288, 1984 (2000).[Free Full Text]

* 8. S. Griffies, K. Bryan, Science 275, 181 (1997).[Abstract/Free Full Text]

* 9. M. Collins et al., Clivar Exchanges 8, 6 (2003).

* 10. Figure 1 is derived from annual mean data, but the AMO time series is extremely similar whether derived only from summer data or only from winter data. This finding indicates that air-sea interactions in summer are insufficient to erase from the summer mixed-layer memory of the AMO phase.

* 11. C. Folland, T. Palmer, D. Parker, Nature 320, 602 (1986). [CrossRef] [iSI]

* 12. Materials and methods are available as supporting material on Science Online.

* 13. Individual ensemble members differed only with respect to the atmospheric initial conditions. To isolate the role of ocean changes, no time variation in radiatively active gases was included. For further details of the simulations, see (12). SAT fields from these simulations are unfortunately not available.

* 14. A. Giannini, R. Saravanan, P. Chang, Science 302, 1027 (2003).[Abstract/Free Full Text]

* 15. R. Koster et al., Science 305, 1138 (2004).[Abstract/Free Full Text]

* 16. J. W. Hurrell, personal communication.

* 17. However, early individual basin experiments (28) with a different atmosphere model indicate that SSTs in individual ocean basins may have less influence on Sahel rainfall than the tropics as a whole.

* 18. A. Gill, Q. J. R. Meteorol. Soc. 106, 447 (1980). [CrossRef] [iSI]

* 19. Y. Kushnir et al., J. Clim. 15, 2233 (2002). [CrossRef] [iSI]

* 20. M. Rodwell, C. Folland, Ann. Geophys. 46, 47 (2003). [iSI]

* 21. B. Dong, R. Sutton, Geophys. Res. Lett. 29, 1728 (2002). [CrossRef]

* 22. R. Zhang, T. Delworth, J. Clim., in press.

* 23. C. Cassou, L. Terray, A. Phillips, J. Clim., in press.

* 24. S. Gray, L. Graumlich, J. Betancourt, G. Pederson, Geophys. Res. Lett. 31, L12205 (2004); 10.1029/2004GL019932. [CrossRef]

* 25. P. Stott, D. Stone, M. Allen, Nature 432, 610 (2004). [CrossRef] [iSI] [Medline]

* 26. M. Schlesinger, N. Ramankutty, Nature 367, 723 (1994). [CrossRef] [iSI]

* 27. J. Houghton et al., Climate Change 2001: The Scientific Basis (Cambridge Univ. Press, Cambridge, 2001).

* 28. C. Folland, J. Owen, M. Ward, A. Colman, J. Forecasting 10, 21 (1991). [iSI]

* 29. N. Rayner et al., J. Geophys. Res. 108, 4407; 10.1029/2002JD002670 (2003). [CrossRef]

* 30. R.T.S. is supported by a Royal Society University Research Fellowship. D.L.R.H. is supported by the NERC Centres for Atmospheric Science. We are grateful to colleagues at the Met Office Hadley Centre for providing the HadISST and HadSLP data sets and results from the C20 global SST experiments. We thank J. Hurrell for valuable comments on the paper.

http://www.sciencemag.org/cgi/content/full/309/5731/115/

Ca le second article c'est pour montrer les variations importantes de l'Atlantique Nord pour les personnes qui ne savaient pas.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
david3   

Voici les projections du GIEC 2001 :

04.03.jpg

- Le scenario +28cm en un siècle est le minimum : c'est ce que cela donne avec le taux actuel d'élévation du niveau de la mer (2,8 mm/an) - La probabilité que ce taux baisse est très faible dans un contexte de réchauffement global (dilatation thermique + fonte des glaciers + velâge d'icebergs).

28 cm, c'est déjà très problèmatique : aggravation des submersions sur les côtes basses, en particulier les espaces deltaïques, les littoraux à lagunes, les marais maritimes, les récifs coralliens ; accélération des érosions sur les falaises, les plages et les dunes, ; renforcement de la salinisation dans les estuaires ; réduction du volume des nappes phréatiques d’eau douce, pouvoir dévastateur des cyclones augmenté en zone cotière habitée etc.

- Une intensification du réchauffement devrait conduire, avec une forte probabilité, à une élévation de ce taux. Il faut aussi tenir compte de l'inertie du sytème. Le bilan énérgétique de la terre est en déséquilibre. La température moyenne a augmenté de 0,8°C en un siècle et nous avons en plus 0,6°C dans le pipeline, quoi qu'on fasse. Et davantage si l'on ne fait rien.

- Les calottes glaciaires donnent dans tous les cas des signes inquiètants de déstabilisation ces dernières années, ceci même si cela ne nous permet pas d'extrapoler avec certitude sur le moyen-terme.

- Les données géologiques du passé (/index.php?showtopic=17175'>changements abrupts etc.) donnent un éclairage sur ce qui peut se passer dans le futur.

- Une élévation de 50 - 90 cm serait, avec réalisme, catastrophique. (Scenario le plus probable selon le GIEC : +50cm)

- Une élévation entre 2 et 6 mètres est peu probable mais possible.

Cartes interactives par région du monde du résultat d'une élévation de 50cm, 1m, 2m, 3m, 4m, 5m et 6m ici :

http://www.geo.arizona.edu/dgesl/research/..._old.htm#images

- Réduire les émisions de C02 aujourd'hui c'est éviter que les pires des scenarii se réalisent demain (inertie du système - solidarité avec les générations futures).

na_1meter_sm.gif

eu_1meter_sm.gif

http://www.geo.arizona.edu/dgesl/research/..._old.htm#images

La plus grande partie de la population mondiale vit en zone littorale.

http://www.populationdata.net

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

- Le scenario +28cm en un siècle est le minimum : c'est ce que cela donne avec le taux actuel d'élévation du niveau de la mer (2,8 mm/an)

Non, comme toujours tu projettes une tendance courte avec un nouvel instrument (Topex-Poseidon-Jason 1993-2005). Plusieurs spécialistes dont Cazenave ont mis en garde contre cela, compte tenu du caractère cyclique des variations de niveau de la mer (sa part thermique). On en a discuté dans un post très récent (voir plus bas).

***modéré***

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
david3   

Charles, dans un billet récent que tu as posté sur ton blog, tu as semble-t-il une approche particulière du sujet :

Charles.Muller : Al Gore : 6 mètres. Réel : 13 millièmes de millimètre (titre du billet)

Comparer une amplitude et une accélération (exprimée en millimètres...!), est-ce rigoureux ?

L'amplitude s'exprime en mm (ou en cm ou en m), la vitesse en mm.an-1 (= mm/an) et l'accélération en mm.an−2 (= mm/an2)

Tu aurais écris : Al Gore : 6 mètres - GIEC : 50cm , tu aurais été un peu plus crédible sur le plan scientifique (je ne parle pas des aspects humanistes).

A 20th century acceleration in global sea-level rise

GEOPHYSICAL RESEARCH LETTERS, VOL. 33, L01602, doi:10.1029/2005GL024826, 2006

John A. Church, Neil J. White, Australia

Multi-century sea-level records and climate models indicate an acceleration of sea-level rise, but no 20th century acceleration has previously been detected. A reconstruction of global sea level using tide-gauge data from 1950 to 2000 indicates a larger rate of rise after 1993 and other periods of rapid sea-level rise but no significant acceleration over this period. Here, we extend the reconstruction of global mean sea level back to 1870 and find a sea-level rise from January 1870 to December 2004 of 195 mm, a 20th century rate of sea-level rise of 1.7 ± 0.3 mm yr−1 and a significant acceleration of sea-level rise of 0.013 ± 0.006 mm yr−2. This acceleration is an important confirmation of climate change simulations which show an acceleration not previously observed

. If this acceleration remained constant then the 1990 to 2100 rise would range from 280 to 340 mm, consistent with projections in the IPCC TAR.

http://www.agu.org/pubs/crossref/2006/2005GL024826.shtml

Conclusion des auteurs : Cette accélération est une importante confirmation des simulations du changement climatique et n'avait pas été observée jusqu'à présent. Soit exactement le contraire de ce que tu écris dans le billet de ton blog. Une accélération de 0,013mm.an-2 avec une vitesse initiale de 3mm.an-1 donne une élévation de 36,5cm en 100 ans. La probabilité que cette accélération augmente est élevée dans un environnement qui se réchauffe.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Charles, dans un billet récent que tu as posté sur ton blog (lien dans ta signature), tu as semble-t-il une approche particulière du sujet :

Charles.Muller : Al Gore : 6 mètres. Réel : 13 millièmes de millimètre (titre du billet)

Comparer une amplitude et une accélération (exprimée en millimètres...!), est-ce rigoureux ?

L'amplitude s'exprime en mm (ou en cm ou en m), la vitesse en mm.an-1 (= mm/an) et l'accélération en mm.an−2 (= mm/an2)

Je te remercie de me lire aussi fidèlement. Si tu veux parler de mon blog, celui-ci a une fonction "commentaire". Je ne pense pas que ce soit le rôle d'IC.

Sinon, quand tu fais de la presse, les titres n'ont pas pour fonction de délivrer une démonstration, mais d'attirer l'attention du lecteur. Le titre se contete d'énoncer deux grandeurs, la lecture du texte explique ce que sont ces grandeurs.

Toi-même, tu n'hésites pas ici à sous-titrer ton papier sur la croissance végétale et le CO2 : "Quand un puits de carbone se transforme en source", alors que l'info en question concerne une moindre productivité, et non pas la trasformation d'un puits en source.

Conclusion des auteurs : Cette accélération est une importante confirmation des simulations du changement climatique et n'avait pas été observée jusqu'à présent. Soit exactement le contraire de ce que tu écris dans le billet de ton blog.

***modéré***

En effet, le même Church ne parvenait pas encore à trouver d'acélération deux ans plus tôt (Church 2004) et je comprends qu'il soit ravi d'en trouver une finalement. Le fait important est l'observation : 13 millièmes de millimètres/an d'accélération, avec une marge d'erreur de 6 millièmes. Le reste, c'est un commentaire : Church et White peuvent considérer que c'est un rythme d'accélération redoutable. On peut aussi considérer que c'est risiblement faible en proportion des descriptions apocalyptiques du réchauffement et de la fonte des glaciers entre 1870 et 2004. Cela signifie que la soi-disant aggravation constante de ces phénomènes ont représenté une variation supplémentaire du niveau de la mer (celle spécifiquement due à l'accélération) d'un peu plus de 2 mm en 135 ans.

***modéré***

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
david3   

Ca tu peux attendre longtemps pour que ca arrive.

C'est une donnée indicative. 50 centimètres ou 1 mètre, cela peut arriver beaucoup plus tôt.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quand tu es en désaccord avec quelqu'un, tu peux dire :

"non, là je crois que c'est erreur parce que X ou Y"

Et non pas :

" tu commets là une lourde erreur qui dévoile ton incompétence, tu devrais t'excuser humblement au lieu de salir la science, etc. etc."

Extrapoler la hausse du niveau de la mer au XXIes siècle sur les tendances Topex/Poseidon/Jason 1993-2005 est-il fondé, oui ou non ? Quels sont les arguments techniques et scientifiques pour répondre ? La hausse du niveau des mers est-elle liénaire ou cyclique ? La part thermique de cette hausse est-elle la même à différentes périodes ? Cela, c'est intéresant.

***modéré***

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
david3   

La part thermique de cette hausse est-elle la même à différentes périodes ? Cela, c'est intéresant.

C'est vrai, c'est intéressant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

PS : aurais-tu la gentillsse d'approfondir les nombreuses discussions que tu postes, en l'occurrence de répondre un peu plus précisément aux différentes questions que je t'ai posées, tout comme je réponds aux tiennes. Tu admettras je pense qu'il faut prendre la responsabilité de ce que l'on écrit, donc qu'il n'est pas très correct de fuir le débat et de répondre des généralités comme :

C'est vrai, c'est intéressant.

***modéré***

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je l'ai déjà dit cent fois : mon blog s'appelle "Climat sceptique" et non pas "Observatoire du climat", "Futura sciences", "Le Monde", "Infoclimat" ou "Manicore". Il se donne pour but affiché, et non pas dissimulé, de critiquer la mythologie alarmiste et de rétablir une image plus réaliste de la diversité des conclusions des chercheurs. Comme tout blog engagé, il a pour objectif d'avoir le maximum de visiteurs, et donc de soigner l'impact de ses accroches. Il reflète les opinions personnelles de son auteur principal, ou des chercheurs qu'il interviewe. J'assume parfaitement la dimension rhétorique et stratégique de l'exercice.

Quand Jancovici choisit une approche par questions innocentes et soigneuse sélection d'articles allant tous dans le même sens pour y répondre, il n'apparaît pas que les champions de l'éthique éditoriale y trouvent à redire. Sans doute parce que la sélecion en question va dans le sens des préjugés de ces champions. Mais réagir selon ses préjugés, ce n'est pas vraiment une position confortable pour poser ensuite en distributeur de leçons éthiques. Pose que j'évite pour ma part (sauf pour répondre sur leur terrain aux bonnes âmes qui entreprennent de me faire la morale, bien sûr).

***modéré***

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
meteor   

En quoi ce titre est faux ou vrai ? Ai-je trompé mon lecteur sur le sens de ces ordres de grandeur quand il lit intégralement l'article ?

ce n'est pas parce que tu veux être accrocheur qu'il faut mélanger des choux et des carottes.

1-Al Gore parle d'une hausse du niveau de 6 m et tu compares cette hausse avec une accélération.

C'est comme comparer vitesse et accélération c'est pas la même chose.

2-ensuite tu parles d'une accélération fondée sur des mesures ou des estimations du passé alors qu'Al Gore parle du futur. Donc pas d'unité de temps.

3- le réchauffement tel qu'il est prévu, dans le haut de la fourchette, cad de l'ordre de 5°C, devrait s'étendre à l'ensemble de l'océan d'ici 2 à 3 siècles

5°C appliqué à l'ensemble de l'océan c'est déjà 5.2m.

C'est exagéré bien sûr car il est probable que la dilatation thermique aura un peu de mal à atteindre les grands fonds océaniques mais c'est sans compter sur la fonte des glaces continentales.

Si ces dernières fondent à un niveau de 250 km3/an avec seulement 0.6°C d'augmentation , avec 5°C que dire?

Si c'est 8 fois plus cela fait 2000 km3/an.(pour ne parler que d'une estimation basée sur la fourchette haute de ce qui se passe actu au Groenland)

Les ordres de grandeur d'Al Gore pour les années 2200-2300 ne sont donc pas complètement farfelus en cas de scénario pessimiste mais dans la fourchette toutefois.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si ces dernières fondent à un niveau de 250 km3/an avec seulement 0.6°C d'augmentation , avec 5°C que dire?

Si c'est 8 fois plus cela fait 2000 km3/an.(pour ne parler que d'une estimation basée sur la fourchette haute de ce qui se passe actu au Groenland)

250 km3, soit la valeur la plus haute des 8 estimations récentes du bilan de masse du Groenland, toutes sur une période très courte ?

Ces 250 km3 entièrement assignables au RC, pas à des variations locales du Groenland, alors que les Tm estivales sont plus fraîches encore aujourd'hui qu'en 1910-40?

5°C (rapporté par toi à 0,6°C, donc hausse des Tm globales), c'est-à-dire le haut de la fourchette GIEC pour 2100?

***modéré***

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
david3   

Lors d'un déséquilibre énergétique de la terre (variation des paramètres orbitaux, émissions massives de gaz à effet de serre liées au volcanisme ou aujourd'hui aux émissions humaines) il faut du temps (inertie du sytème) pour parvenir à une nouvelle température d'équilibre.

D'ailleurs on peut même considèrer que la Terre n'est jamais vraiment en équilibre mais en permanence en rééquilibrage. C'est la vitesse des processus actuels qu'il faut surveiller en ce qui nous concerne aujourd'hui.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
miniTAX   

Dans ce cas, précise ce que représente ton "inertie" stp? En nombre d'année, en gain, pour quelle période, ce qui a permis de le calculer ?

***modéré***

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
david3   

Dans ce cas, précise ce que représente ton "inertie" stp? En nombre d'année, en gain, pour quelle période, ce qui a permis de le calculer ?

***modéré***

Pour le cas qui nous intéresse je ne peux que te conseiller, la lecture de ceci :

http://www.giss.nasa.gov/research/news/20050428/

Tu peux poser des questions à des spécialistes ici :

http://www.realclimate.org/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
miniTAX   

Pour le cas qui nous intéresse je ne peux que te conseiller, la lecture de ceci :

http://www.giss.nasa.gov/research/news/20050428/

Tu peux poser des questions à des spécialistes ici :

http://www.realclimate.org/

***modéré***

Tu as parlé d'une inertie dans la courbe d'élévation du niveau de la mer sur les 20.000 dernières années. J'ai demandé de préciser la signification de cette inertie. Et tu me renvoies sur 2 liens qui n'ont rien à voir avec la question ? default_happy.png/emoticons/happy@2x.png 2x" width="20" height="20">***modéré***

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
david3   

Tu as parlé d'une inertie dans la courbe d'élévation du niveau de la mer sur les 20.000 dernières années. J'ai demandé de préciser la signification de cette inertie. Et tu me renvoies sur 2 liens qui n'ont rien à voir avec la question ? default_happy.png/emoticons/happy@2x.png 2x" width="20" height="20">

***modéré***

Si tu es déjà certain des réponses aux questions que tu poses, où est l'intérêt de débattre ?

Lors d'une sortie de glaciation (= réchauffement de quelques degrés), on observe une élévation rapide du niveau marin puis un ralentissement progressif du processus. C'est une illutration du phénomène d'inertie : la totalité de l'élévation du niveau marin n'est pas instantannée. Suis-je clair ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
miniTAX   

Si tu es déjà certain des réponses aux questions que tu poses, où est l'intérêt de débattre ?

Lors d'une sortie de glaciation, on observe une élévation rapide du niveau marin puis un ralentissement progressif du processus. C'est une illutration du phénomène d'inertie : la totalité de l'élévation du niveau marin n'est pas instantannée. Suis-je clair ?

Ma question était claire: j'ai dit que j'ai regardé la courbe d'augmentation de température et celle du niveau marin. Et je ne vois PAS d'inertie. Je suis d'accord que la fonte n'est pas instantanée mais je t'ai justement demandé de quantifier l'inertie dont tu ne cesses de parler. Ca se chiffre en année, siècle voire "millénaire" ? De combien ?Pour l'instant, si je comprends bien d'apprès ta (non-)réponse, c'est mystère et boule de gomme.

***modéré***

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
david3   

Ma question était claire: j'ai dit que j'ai regardé la courbe d'augmentation de température et celle du niveau marin. Et je ne vois PAS d'inertie. Je suis d'accord que la fonte n'est pas instantanée mais je t'ai justement demandé de quantifier l'inertie dont tu ne cesses de parler. Ca se chiffre en année, siècle voire "millénaire" (comme tu l'as écrit si tu t'en souviens) ? De combien ?

Pour l'instant, si je comprends bien d'apprès ta (non-)réponse, c'est mystère et boule de gomme.

***modéré***

CO2ConcentrationTemperatureSeaLevel.pngholocene_sea_level_present.jpg

Evolution de la température moyenne terrestre depuis le dernier interglaciaire :

vostok_back_to_eemian.jpg300px-Holocene_Temperature_Variations.png

Bilan :

- La température est relativement stable depuis 8000 ans

- On observe une poursuite de l'élévation du niveau marin durant l'Holocène, avec un ralentissement progressif

C'est une parfaite illustration de l'inertie du système.

Problème : alors que la température est relativement stable depuis 8000 ans, la température augmente actuellement rapidement (ça monte en flèche depuis le début de l'ére industrielle : 0,8 degrés en un siècle dont 0,6°C les 30 dernières annés) et cela risque de s'aggraver si l'on ne réduit pas massivement les émissions de gaz à effet de serre. Il est fondé de s'inquièter d'une accélération de la montée du niveau marin et l'on doit prendre en compte l'inertie du système pour faire des projections dans le futur.

On peut prévoir une élévation de 20 à 30cm d'ici 2100. C'est un minimum (basé sur le taux moyen du XXième siècle : 2mm/an et celui des 10 dernières années : 3mm/an) et c'est déjà très problématique.

Or il y a déjà une faible accélération du processus. L'hypothèse minimale devient 36cm. Compte-tenu que l'augmentation de la température ne sera pas inférieure à 2°C (probabilté très élevée), il est tout à fait fondé de prévoir une élévation supérieure à 50 cm. Cela devient avec réalisme catastrophique (Imaginons 50cm de plus en Pleine Mer de Vives-Eaux...) compte tenu du fait que la plus grande partie de la population mondiale vit en zone litttorale.

7311.gif

GIEC 2001 (nouvelles projections à venir en janvier 2007)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un rapport du conseil scientifique allemand WBGU :

Publié: jeudi 1 juin 2006

Un rapport du gouvernement allemand présente des conclusions alarmantes sur le réchauffement climatique [FR]

Résumé:

Un organisme scientifique du gouvernement allemand a présenté le 31 mai 2006 les conclusions alarmantes d'un rapport spécial consacré à l'impact du réchauffement climatique sur les océans dans le monde.

En Bref:

Le conseil scientifique allemand sur le changement mondial (WBGU) a présenté les résultats de son étude spéciale intitulée "L'avenir des océans - trop chaud, trop élevé, trop acide" (Die Zukunft der Meere: zu warm, zu hoch, zu sauer) au gouvernement et aux décideurs allemands le 31 mai 2006.

Le rapport montre l'impact catastrophique du changement climatique sur les océans dans le monde et les conséquences pour l'humanité. "Les eaux de surface se réchauffent, la hausse du niveau de la mer est de plus en plus rapide, les océans deviennent de plus en plus acides et les écosystèmes marins sont menacés," indique le rapport, qui recommande des objectifs ambitieux en termes de réduction des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050 (les réduire de moitié par rapport aux niveaux de 1990).

Selon Stefan Rahmstorf, l'un des auteurs du rapport, le niveau de la mer pourrait monter d'un mètre d'ici 2100, menaçant directement des villes comme Venise, Saint-Petersbourg ou New York. Les personnes habitant près des côtes seraient victimes d'inondations et de violents ouragans.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Previ83D   

Les personnes habitant près des côtes seraient victimes d'inondations et de violents ouragans.

Et le Tsunami nous paraitra bien ridicule.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.