Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Climat : consensus sur le rapport Stern


Recommended Posts

J'ouvre ce fil pour que nous puissions évaluer les conséquences économiques et sociales du réchauffement climatique.

Climat : consensus sur le rapport Stern - Après la Grande-Bretagne, la France et les Etats-Unis approuvent le rapport britannique qui chiffre le coût du réchauffement climatique à 5.500 milliards d'euros [soit plus que les deux guerres mondiales qui ont ravagé le XXème siècle] ...Le rapport, rédigé par l'ancien économiste en chef de la Banque mondiale Nicholas Stern, souligne qu'une action internationale immédiate pour stabiliser les émissions de gaz à effet de serre à l'origine des changements du climat planétaire aurait des retombées économiques bien supérieures au coût des mesures prises en ce sens... http://permanent.nouvelobs.com/economie/20...31.OBS7626.html

Qui est Nicolas Stern ?
Economists don't come with better credentials in their field than Nicholas Stern. He has not only been chief economist of the World Bank but has wide experience of development issues in India and Africa and has published several papers and books on developing world macroeconomic theory.

This background made him uniquely qualified to write the paper on third world debt presented last year by Tony Blair to the Gleneagles summit. Prof Stern, known for being unassuming and approachable, has worked well with No 10 and the Treasury, where he was made chief economist. Not much is known about his personal views, although there have been reports that since leaving the World Bank he has been unhappy with the organisation's policy on corruption if it is at the expense of helping the poorest countries' development. On a family holiday to Cuba a few years ago he was entertained by Fidel Castro for several hours. In his Who's Who entry he lists watching sport as a hobby. It doesn't say that the football team he supports is AFC Wimbledon, which is in the Ryman League Premier Division. This is definitely a man who thinks long term.http://www.guardian.co.uk/science/story/0,,1935973,00.html

Se procurer le rapport Stern :

http://www.hm-treasury.gov.uk/independent_...eview_index.cfm

(The Treasury is the United Kingdom's economics and finance ministry)

Full report : http://www.hm-treasury.gov.uk/independent_...view_report.cfm

Part I: Climate change: our approach (Chapters 1-2) Introduction

Chapter 1: The science of climate change

Chapter 2: Economics, ethics and climate change

Chapter 2 Technical annex: Ethical frameworks and intertemporal equity

Part II: Impacts of climate change on growth and development (Chapters 3-6) Introduction

Chapter 3 How climate change will affect people around the world

Chapter 4 Implications of climate change for development

Chapter 5 Costs of climate change in developed countries

Chapter 6 Economic modelling of climate change impacts

Part III: The economics of stabilisation (Chapters 7-13) Introduction

Chapter 7 Projecting the growth of greenhouse gas emissions

Chapter 8 The challenge of stabilisation

Chapter 9 Understanding the costs of mitigation

Chapter 10 Macroeconomic models of costs

Chapter 11 Structural change and competitiveness

Chapter 12 Opportunities and wider benefits from climate policies

Chapter 13 Defining a goal for climate change policy

Part IV: Policy responses for mitigation (Chapters 14-17) Introduction

Chapter 14 Harnessing markets to reduce emissions

Chapter 15 Carbon markets in action

Chapter 16 Accelerating technological innovation

Chapter 17 Beyond carbon markets and technology

Part V: Policy responses for adaptation (Chapters 18-20) Introduction

Chapter 18 Understanding the economics of adaptation

Chapter 19 Adaptation policies: key principles and applications in the developed world

Chapter 20 The role of adaptation in sustainable development

Part VI: International collective action (Chapters 21-27) Introduction

Chapter 21 Framework for understanding international collective action for climate change

Chapter 22 Creating a global price for carbon

Chapter 23 Supporting the transition to a low carbon economy in developing countries

Chapter 24 Promoting effective international cooperation on technology

Chapter 25 Reversing emissions from land use change

Chapter 26 International support for adaptation

Chapter 27 Building international co-operation on climate change

Link to post
Share on other sites
  • Replies 75
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Dans le PDF file of Sir Nicholas Stern´s presentation :

( http://www.hm-treasury.gov.uk/media/987/6B..._for_Launch.pdf )

stern.jpg

Sans oublier les conséquences de l'acidification des océans, problème sur lequel insiste à juste titre Allègre.

climat%20catastrophe.jpg

Bilan : refuser d'agir pour réduire les émissions de gaz à effet de serre est absurde sur le plan environnemental, économique et social.

Link to post
Share on other sites

Juste un point (pour l'équipe IC) : je suggère de déplacer ce topic vers le forum "Meteo Environnement et Société", car il s'agit des conséquences socio-économiques. Très intéressant, mais mieux à sa place dans ce forum qu'ici.

On a déjà en ce moment une profusion de topics en Evolution du climat qu'il est difficile d'approfondir, autant ne pas mélanger les thématiques en plus.

PS : Pb de connexion, je ne peux pas vraiment intervenir en ce moment.

Link to post
Share on other sites

Juste un point (pour l'équipe IC) : je suggère de déplacer ce topic vers le forum "Meteo Environnement et Société", car il s'agit des conséquences socio-économiques. Très intéressant, mais mieux à sa place dans ce forum qu'ici. On a déjà en ce moment une profusion de topics en Evolution du climat qu'il est difficile d'approfondir, autant ne pas mélanger les thématiques en plus.

PS : Pb de connexion, je ne peux pas vraiment intervenir en ce moment.

Non, il s'agit d'une étude majeure qui porte sur l'évolution climatique (et qui dérange tellement qu'on aimerait presque la cacher default_blink.png ). La réflexion que je propose a toute sa place ici.

1 The Science of Climate Change: Scale of the Environment Challenge

Key Messages

An overwhelming body of scientific evidence now clearly indicates

that climate change is a serious and urgent issue. The Earth’s climate is rapidly changing, mainly as a result of increases in greenhouse gases caused by human activities.

Most climate models show that a doubling of pre-industrial levels of greenhouse gases is very likely to commit the Earth to a rise of between 2 – 5°C in global mean temperatures. This level of greenhouse gases will probably be reached between 2030 and 2060. A warming of 5°C on a global scale would be far outside the experience of human civilisation and comparable to the difference between temperatures during the last ice age and today. Several new studies suggest up to a 20%

chance that warming could be greater than 5°C.

If annual greenhouse gas emissions remained at the current level, concentrations would be more than

treble pre-industrial levels by 2100, committing the world to 3 – 10°C warming, based on the latest

climate projections.

Some impacts of climate change itself may amplify warming further by triggering the release of

additional greenhouse gases. This creates a real risk of even higher temperature changes.

Higher temperatures cause plants and soils to soak up less carbon from the atmosphere and

cause permafrost to thaw, potentially releasing large quantities of methane.

Analysis of warming events in the distant past indicates that such feedbacks could amplify

warming by an additional 1 – 2°C by the end of the century.

Warming is very likely to intensify the water cycle, reinforcing existing patterns of water

scarcity and abundance and increasing the risk of droughts and floods. Rainfall is likely to increase at high latitudes, while regions with Mediterranean-like climates in both hemispheres will experience significant reductions in rainfall. Preliminary estimates suggest that the fraction of land area in extreme drought at any one time will increase from 1% to 30% by the end of this century. In other regions, warmer air and warmer oceans are likely to drive more intense storms, particularly hurricanes and typhoons.

As the world warms, the risk of abrupt and large-scale changes in the climate system will rise.

Changes in the distribution of heat around the world are likely to disrupt ocean and atmospheric

circulations, leading to large and possibly abrupt shifts in regional weather patterns.

If the Greenland or West Antarctic Ice Sheets began to melt irreversibly, the rate of sea level risecould more than double, committing the world to an eventual sea level rise of 5 – 12 m over

several centuries.

The body of evidence and the growing quantitative assessment of risks are now sufficient to give clear and strong guidance to economists and policy-makers in shaping a response.

Link to post
Share on other sites

977 news sur le sujet :

http://news.google.fr/nwshp?ie=UTF-8&o...e/article/2039/

Excellente nouvelle pour l'Europe :

le rapport Stern aura eu aussi une conséquence inattendue, symbolisant bien la prise de conscience envers ce problème, qui pourrait devenir le plus préoccupant du siècle qui s'amorce. Le successeur potentiel de Tony Blair au poste de Premier Ministre, Gordon Brown, a annoncé que l'ancien Vice-président américain et candidat évincé à la Maison-Blanche Al Gore, ardent et dynamique défenseur de l'environnement, avait été désigné comme conseiller sur les questions écologiques auprès du gouvernement britannique.

http://www.futura-sciences.com/news-verite...atique_9896.php

Al_Gore_i_An_Inconv_100607o.jpg

ça avance ! Europe et USA réunis pour relever le défi de la réduction rapide des émissions de gaz à effet de serre, le développement des énergies propres et le transfert de ces technologies vers les pays en voie de développement... C'est pour très bientôt.

gal_env_alt_02.jpg

Centrale solaire Solar One, USA

1818 miroirs, 10 MW (En France, 10 Mégawatts correspond à peu près aux besoins en électricité de 10 000 personnes. Sur la plan théorique, avec 600 centrales 10 fois plus puissantes que Solar One, on répond aux besoins de tous les français...Qui consomment trop...)

Solar One was the first test of a large scale thermal solar power tower, power plant. Solar One was designed by the Department of Energy (DOE), Southern California Edison, LA Dept of Water and Power, and California Energy Commission. It was located in Daggett, California, which is about 10 miles east of Barstow. Solar One's method of collecting power was based on concentrating the sun's energy to produce heat and run a generator. It had a number of large mirrors, or heliostats, that track the sun, reflecting the sun's light on a large tower. A black-colored receiver, on top of the tower, transferred the heat to an oil transfer fluid. The heat was then used to boil water, which turned turbines, much like a traditional power plant. It produced 10 MW of electricity by using 1818 mirrors with a total area of 72,500 m² (780,000 ft²). Solar One was completed in 1981 and was operational from 1982 to 1986. Later redesigned and renamed Solar Two, it can be seen from Interstate 40 where it covers a 29 hectare (72 acre) site. During times of high winds, blowing dust is sometimes illuminated by the reflected sunbeams to create an unusual atmospheric phenomena. These beams of light were depicted in several scenes, and a painting, in the movie Bagdad Cafe, which was filmed nearby.

Link to post
Share on other sites

Pour avoir une vision d'ensemble sur le sujet, je signale également l'ouvrage édité par Bjørn Lomborg sur le sujet "Global Crisis, Global Solutions" Cambridge University Press, 19,99 £ (commander l'ouvrage).

Ce rapport a été réalisé par un ensemble de spécialistes, et a l'avantage de présenter plusieurs opinions contradictoires sur le sujet, ce qui fait tout de même un peu plus sérieux que le rapport Stern qui me parait assez orienté, du moins si j'en crois le résumé (je n'ai lu que ça).

Les estimations des coûts des conséquences et des mesures à prendre me paraissent assez éloignées des chiffres cités dans la presse pour le rapport Stern...

Link to post
Share on other sites

Pour avoir une vision d'ensemble sur le sujet, je signale également l'ouvrage édité par Bjørn Lomborg sur le sujet "Global Crisis, Global Solutions" Cambridge University Press, 19,99 £ (commander l'ouvrage).

Ce rapport a été réalisé par un ensemble de spécialistes, et a l'avantage de présenter plusieurs opinions contradictoires sur le sujet, ce qui fait tout de même un peu plus sérieux que le rapport Stern qui me parait assez orienté, du moins si j'en crois le résumé (je n'ai lu que ça). Les estimations des coûts des conséquences et des mesures à prendre me paraissent assez éloignées des chiffres cités dans la presse pour le rapport Stern...

Les ouvrages du prof de stats danois Lomborg sont fortement déconseillés car truffés de mensonges et d'informations biaisées.Analyse de l'un de ses ouvrages par Jean-Marc Jancovici, expert énergie/climat :

http://www.manicore.com/documentation/serr.../skeptical.html (bouquin qu'a préfacé Claude Allègre...)

"En conclusion, cet ouvrage (enfin au moins son chapitre climat) est un superbe monument de raisonnements erronés et de conclusions fallacieuses, le tout étant écrit, et c'est la grande force de ce livre, dans un style très proche de celui utilisé pour de la bonne vulgarisation, voire de la bonne littérature scientifique. De ce fait, et compte tenu de ses chiffres de vente et des critiques parues dans des journaux considérés comme "de référence" (...), Lomborg, désormais invoqué - à tort - comme une excellente raison de ne pas se préoccuper du problème, est très certainement un danger planétaire ".

NB - Gordon Brown - Nicholas Stern - Al Gore : une belle équipe en perpective pour le Royaume-Uni et donc pour l'Europe !

Link to post
Share on other sites

Les ouvrages du prof de stats danois Lomborg sont fortement déconseillés car truffés de mensonges et d'informations biaisées.

Analyse de l'un de ses ouvrages par Jean-Marc Jancovici, expert énergie/climat :

http://www.manicore.com/documentation/serr.../skeptical.html (bouquin qu'a préfacé Claude Allègre...)

"En conclusion, cet ouvrage (enfin au moins son chapitre climat) est un superbe monument de raisonnements erronés et de conclusions fallacieuses, le tout étant écrit, et c'est la grande force de ce livre, dans un style très proche de celui utilisé pour de la bonne vulgarisation, voire de la bonne littérature scientifique. De ce fait, et compte tenu de ses chiffres de vente et des critiques parues dans des journaux considérés comme "de référence" (...), Lomborg, désormais invoqué - à tort - comme une excellente raison de ne pas se préoccuper du problème, est très certainement un danger planétaire ".

C'est amusant : tu pleurniches quand on conteste une affirmation de Le Treut ou de Hansen, mais tu roules dans la boue Allègre et Lomborg à satiété. Un minimum de cohérence et d'équanimité, David, tu seras un peu plus crédible.

Lomborg a déjà été accusé de biais et de fraudes, un comité scientifique indépendant a été saisi, a analysé ses travaux et l'a blanchi. Cherche donc l'info dans Science ou Nature. C'est un peu plus sérieux que Janco.

Link to post
Share on other sites

Non, il s'agit d'une étude majeure qui porte sur l'évolution climatique (et qui dérange tellement qu'on aimerait presque la cacher default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" width="20" height="20"> ). La réflexion que je propose a toute sa place ici.

Oui, c'est ça, en sandwich entre un champignon et une termite ! default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20">default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20">

Le sujet doit être tellement explosif qu'il provoque même des problèmes de connexion ! default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20">

Vu ce soir le film d'Arthus-Bertrand. Magnifique oeuvre pédagogique.

Il n'y a pas de doute, c'est bien la rapacité de l'être humain qui est le problème.

Link to post
Share on other sites

Non, il s'agit d'une étude majeure qui porte sur l'évolution climatique (et qui dérange tellement qu'on aimerait presque la cacher default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20"> ). La réflexion que je propose a toute sa place ici.

A te lire, on a presque l'impression que tu oses enfin soulever les vrais problèmes dont personne au monde n'a le courage de parler. Mais quand tu signales par ailleurs (977 new Google) combien ces questions sont répétées à l'infini et ad nauseam par tous les journalistes de la planète, on revient sur cette première impression et on se dit que tu es finalement le porte-parole assez fidèle de la pensée unique ambiante.

Je ne connais pas cette question économique / politique liée au RC et je n'ai guère envie de mieux la connaître pour le moment. Faire une estimation économique de phénomènes dont on ne sait même pas s'ils vont advenir, c'est sûrement un jeu très amusant pour ceux qui en ont le temps. Cela donne au moins du travail à certains et contribue à limiter le chômage (à mettre je suppose dans la case "bénéfice" de ce bilan économique et pataphysique).

Sinon, à quoi bon faire un forum "environnement et société" si on ne l'utilise par pour parler des conséquences environnementales et sociales du RC ?

Link to post
Share on other sites

C'est amusant : tu pleurniches quand on conteste une affirmation de Le Treut ou de Hansen, mais tu roules dans la boue Allègre et Lomborg à satiété. Un minimum de cohérence et d'équanimité, David, tu seras un peu plus crédible. Lomborg a déjà été accusé de biais et de fraudes, un comité scientifique indépendant a été saisi, a analysé ses travaux et l'a blanchi. Cherche donc l'info dans Science ou Nature. C'est un peu plus sérieux que Janco.

Je connais très bien l'affaire Lomborg, inutile de me faire un dessin default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20">default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" width="20" height="20">default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20"> . C'est le genre d'individus, du fait de leur influence sur Bush, qui a fait perdre du temps au monde entier dans la lutte contre le réchauffement. Fort heureusement, déjà fort minoritaires il y a quelques années, ils sont aujourd'hui en passe de disparaître complètement de la surface du globe, écrasés par le poids de la réalité.
Link to post
Share on other sites

Je ne connais pas cette question économique / politique liée au RC et je n'ai guère envie de mieux la connaître pour le moment.

Oui c'est ça, continuons de nier l'évidence, elle fait trop mal aux yeux.
Link to post
Share on other sites

A te lire, on a presque l'impression que tu oses enfin soulever les vrais problèmes dont personne au monde n'a le courage de parler. Mais quand tu signales par ailleurs (977 new Google) combien ces questions sont répétées à l'infini et ad nauseam par tous les journalistes de la planète, on revient sur cette première impression et on se dit que tu es finalement le porte-parole assez fidèle de la pensée unique ambiante.

Je ne connais pas cette question économique / politique liée au RC et je n'ai guère envie de mieux la connaître pour le moment. Faire une estimation économique de phénomènes dont on ne sait même pas s'ils vont advenir, c'est sûrement un jeu très amusant pour ceux qui en ont le temps. Cela donne au moins du travail à certains et contribue à limiter le chômage (à mettre je suppose dans la case "bénéfice" de ce bilan économique et pataphysique).

Sinon, à quoi bon faire un forum "environnement et société" si on ne l'utilise par pour parler des conséquences environnementales et sociales du RC ?

tu sais c'est une méthode classique de déviation, de contournement... on en a des exemples sur pas mal de forums "usenet" dans la hiérachie fr.sci... Un exemple : j'ai contribué à créer et à animer l'un d'entre eux lorsqu'il était modéré, je ne peux pratiquement plus y accéder sans me faire copieusement insulter. Ici on n'en est pas encore là grâce à la modération mais cela procède par petites touches de déviations, on parle de consensus qui n'existe que chez des personnes absolument pas averties... et incapables de critiquer soit par manque de temps soit par manque de connaissances, soit par incapacité de mettre en contradiction les propos tenus...Quel est le politique qui possède les connaissances suffisantes en météo, climato, et économie pour apprécier la teneur d'un article sur un sujet aussi complexe. Au fait dans l'histoire il y a eu un tas de consensus politiques on a vu très souvent ce qu'il est advenu.

--

lc30

Link to post
Share on other sites

tu sais c'est une méthode classique de déviation, de contournement... on en a des exemples sur pas mal de forums "usenet" dans la hiérachie fr.sci... Un exemple : j'ai contribué à créer et à animer l'un d'entre eux lorsqu'il était modéré, je ne peux pratiquement plus y accéder sans me faire copieusement insulter. Ici on n'en est pas encore là grâce à la modération mais cela procède par petites touches de déviations, on parle de consensus qui n'existe que chez des personnes absolument pas averties... et incapables de critiquer soit par manque de temps soit par manque de connaissances, soit par incapacité de mettre en contradiction les propos tenus...

Je discerne en effet un processus de ce genre. Là, c'est plutôt l'étouffement du débat par deux méthodes complémentaires : bombardement indistinct de données plus ou moins pertinentes et plus ou moins digérées, entrecoupé soit de slogans généralistes, soit d'attaques ad hominem. Un modèle de débat constructif et enrichissant.

Quel est le politique qui possède les connaissances suffisantes en météo, climato, et économie pour apprécier la teneur d'un article sur un sujet aussi complexe. Au fait dans l'histoire il y a eu un tas de consensus politiques on a vu très souvent ce qu'il est advenu.

Mais tu sais, une loi physique méconnue dit que l'humain peut toujours tomber plus bas que les autres créatures à conditions égales de gravité. Je pense qu'un prochain post de cette rubrique sera : "Ségo ou Sarko, quel candidat idéal pour l'évolution du climat?". Evidemment justifié pusqu'il s'agit bien d'évolution du climat.
Link to post
Share on other sites

Je discerne en effet un processus de ce genre. Là, c'est plutôt l'étouffement du débat par deux méthodes complémentaires : bombardement indistinct de données plus ou moins pertinentes et plus ou moins digérées, entrecoupé soit de slogans généralistes, soit d'attaques ad hominem. Un modèle de débat constructif et enrichissant.

Je suis sûr que tu vas recentrer le débat sur l'évaluation des impacts économiques et sociaux du changement climatique, objet de cette discussion. A moins que tu cherches précisément à l'étouffer ?

default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20">

Link to post
Share on other sites

Fort heureusement, déjà fort minoritaires il y a quelques années, ils sont aujourd'hui en passe de disparaître complètement de la surface du globe, écrasés par le poids de la réalité.

Encore une prévision des modèles ? default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20">

Mais "Disparaître de la surface du globe", c'est quand même assez inquiétant. Et la biodiversité ? default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" width="20" height="20">

Pour l'instant, le "poids de la réalité" climatique va à l'encontre de la "légèreté des fantasmes" alarmistes. Je comprends que cela t'exaspère, moi cela me rassure.

PS : Sympa ton site d'"activistes" d'Oxford. On plane à des hauteurs inégalées en matière argumentative. Tu n'aurais pas un lien nous donnant l'avis des Eco-Warriors bulgares sur le dernier papier de Svensmark ?

Link to post
Share on other sites

Je trouve le socle scientifique de ce rapport particulièrement pertinent :

1 The Science of Climate Change: Scale of the Environment Challenge

Key Messages

An overwhelming body of scientific evidence now clearly indicates

that climate change is a serious and urgent issue. The Earth’s climate is rapidly changing, mainly as a result of increases in greenhouse gases caused by human activities.

Most climate models show that a doubling of pre-industrial levels of greenhouse gases is very likely to commit the Earth to a rise of between 2 – 5°C in global mean temperatures. This level of greenhouse gases will probably be reached between 2030 and 2060. A warming of 5°C on a global scale would be far outside the experience of human civilisation and comparable to the difference between temperatures during the last ice age and today. Several new studies suggest up to a 20%

chance that warming could be greater than 5°C.

If annual greenhouse gas emissions remained at the current level, concentrations would be more than

treble pre-industrial levels by 2100, committing the world to 3 – 10°C warming, based on the latest

climate projections.

Some impacts of climate change itself may amplify warming further by triggering the release of

additional greenhouse gases. This creates a real risk of even higher temperature changes.

Higher temperatures cause plants and soils to soak up less carbon from the atmosphere and

cause permafrost to thaw, potentially releasing large quantities of methane.

Analysis of warming events in the distant past indicates that such feedbacks could amplify

warming by an additional 1 – 2°C by the end of the century.

Warming is very likely to intensify the water cycle, reinforcing existing patterns of water

scarcity and abundance and increasing the risk of droughts and floods. Rainfall is likely to increase at high latitudes, while regions with Mediterranean-like climates in both hemispheres will experience significant reductions in rainfall. Preliminary estimates suggest that the fraction of land area in extreme drought at any one time will increase from 1% to 30% by the end of this century. In other regions, warmer air and warmer oceans are likely to drive more intense storms, particularly hurricanes and typhoons.

As the world warms, the risk of abrupt and large-scale changes in the climate system will rise.

Changes in the distribution of heat around the world are likely to disrupt ocean and atmospheric

circulations, leading to large and possibly abrupt shifts in regional weather patterns.

If the Greenland or West Antarctic Ice Sheets began to melt irreversibly, the rate of sea level risecould more than double, committing the world to an eventual sea level rise of 5 – 12 m over

several centuries.

The body of evidence and the growing quantitative assessment of risks are now sufficient to give clear and strong guidance to economists and policy-makers in shaping a response.

Il faudra encore un peu de temps avant de digèrer les 600 pages du rapport.

J'ai lu les encadrés clés : c'est un rapport à la fois réaliste et optimiste.

Link to post
Share on other sites

Comme dit Charles Muller la méthode d'étouffement sous le poids des argumentations bizarres. J'ai le regret de dire que je suis un négationiste ( default_tongue.png/emoticons/tongue@2x.png 2x" width="20" height="20"> sur le plan de l'effet de serre seulement qu'on ne se mèprenne pas ! default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20"> ) mais je vois que certaines méthodes de négationistes généralistes default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" width="20" height="20"> sont importées dans d'autres domaines.

c'est de la méthodologie, cela vient de loin, on occulte les questions génantes.... et malheureusement cela ne se combat pas avec des verres de chartreuse verte bien fraîche default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" width="20" height="20">

Si on pouvait nous brûler sur un bucher pour augmenter la teneur en C02 certains n'hésiteraient pas à le faire !

--

lc30

Link to post
Share on other sites

J'observe que le rapport Stern suscite de brillantes interventions des négateurs, interventions qui s'inscrivent complètement dans la logique de cette discussion : évaluer l'impact économique et social du réchauffement climatique.

A propos des coûts économiques du réchauffement anthropique, et des stratégies pour réduire ces coûts, voici un article intéressant sur Futura-Sciences et un autre, tout aussi intéressant du journal LeMonde, et enfin un rapport sur le coût de l'inaction :

1 - Si l'on faisait payer les coûts climatiques aux entreprises pétrolières ?

http://www.futura-sciences.com/news-si-on-...lieres_8263.php

" Alors que les entreprises pétrolières engrangent des bénéfices records, deux rapports publiés le 10 février révèlent que l'impact sur l'environnement est plus incontestable que jamais (...). Le coût environnemental de la pollution par les gaz à effet de serre ferait plonger les entreprises pétrolières dans le rouge malgré leurs bénéfices faramineux si les coûts sociaux de la combustion de combustibles fossiles étaient pris en compte, peut-on lire dans le rapport....

....Pour deux des sociétés pétrolières britanniques, BP et Shell, M. Simms a effectué un calcul simple basé sur une estimation du Trésor britannique selon laquelle chaque tonne de dioxyde de carbone occasionne 20 GBP (=30 euros) de dégâts à l'environnement.

"Si l'on combine les émissions provenant des activités directes de BP et de la vente de ses produits, on aboutit à 1.458 millions de tonnes d'équivalent CO2 rejeté dans l'atmosphère, pour des dommages évalués à 29 milliards de UKP. Si l'on soustrait cela des 11 milliards de UKP de bénéfice annuel qu'elle vient d'annoncer, BP plonge dans le rouge à concurrence de 18 milliards de GBP; c'est la faillite assurée. Le même calcul donne pour Shell un déficit de 4,5 milliards de GBP, en dépit d'un bénéfice annuel annoncé de 13 milliards de GBP", a-t-il déclaré... "

(GBP est un code, qui signifie : livre sterling, la monnaie du Royaume-Uni, selon la norme ISO 4217 (liste des codes des monnaies) GBP=UKP=1 livre sterling = 1,9 dollars américain= 1,5 euros

2 - La Californie attaque l'industrie automobile sur le climat

"Les constructeurs automobiles contribuent largement à la "nuisance publique" qu'est le réchauffement climatique. C'est ce qu'estime l'Etat de Californie, dont le ministre de la justice, Bill Lockyer, a, mercredi 20 septembre, engagé des poursuites contre six constructeurs automobiles. General Motors, Chrysler, Ford, Toyota, Honda et Nissan ont, "depuis des années" souligne la plainte déposée devant la cour de justice de Californie du Nord, émis "des quantités massives de gaz carbonique aux Etats-Unis et ont ainsi contribué à augmenter le taux de (ce) gaz dans l'atmosphère. Aux Etats-Unis, les émissions des véhicules de ces compagnies représentent environ 9 % des émissions de gaz carbonique dans le monde et 30 % de celles de Californie", poursuit-elle. Cette pollution automobile, poursuit la plainte, contribue au réchauffement climatique qui a "réduit la quantité de neige de l'Etat (une source importante d'eau douce), élevé le niveau de la mer le long des côtes, accru la pollution à l'ozone dans les villes et augmenté le risque des feux de forêt" - (...)"

Suite : http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-...1-815122,0.html

3 - "Le changement climatique aura un coût économique extrêmement élevé. C’est ce qui ressort de plusieurs rapports et notamment d’une étude menée par les économistes du « Global development and Environment Institute » de l’université de Tufts aux Etats Unis pour les Amis de la Terre. Le rapport « Changement climatique – le coût de l’inaction » * met en évidence les dépenses qui seraient causées par un échec des gouvernements à prendre des mesures pour maintenir la hausse des températures. Dans ce cas, le coût pour l’économie pourrait atteindre 20 trillions (20 milles milliards) de dollars par an en 2100, soit entre 6 et 8% du résultat économique de cette période. De plus, l'association les Amis de la Terre souligne que ces chiffres sont sous-estimés car ils ne tiennent pas compte du coût des pertes en terme de biodiversité ou d’événements climatiques extrêmes.

http://www.actu-environnement.com/ae/news/2007.php4

Le rapport : Climate Change – The Costs of Inaction

http://www.foe.co.uk/resource/reports/econ_costs_cc.pdf

Table ES1. Likely Impacts of Climate Change Temperature rise by 2100 - Likelihood - Effects

0.6º Has already occurred • More frequent extreme weather events, more floods and more droughts, more heat waves; • A slow pole-ward migration of plant and animal species, with less mobile and less adaptable species increasingly at risk of extinction.

2º Will be exceeded unless there are immediate and vigorous efforts to reduce emissions • More tropical diseases over a wider geographical area; • Decreased crop yields in the developing world and, as a result, widespread hunger; • Many communities facing serious water stress and widespread droughts; • A total loss of arctic ice and the extinction of many arctic species; • A near total loss of coral reefs due to “bleaching;” • And perhaps the onset of the complete melting of the Greenland ice sheet, slowly but unstoppably raising sea levels by 7 m over the course of the next 3000 years.

3º Extremely likely without major efforts at reducing emissions • Decreasing crop yields in the developed world and decreasing world food supplies; • Widespread species extinctions and desertification; • The wholesale collapse of the Amazon ecosystem; • The complete loss of all boreal and alpine ecosystems.

4º • Entire regions will have no agricultural production whatsoever and the melting of the West Antarctic ice sheet will gradually increase sea levels by 5 to 6 m (in addition to the increase from the loss of the Greenland ice sheet).

>4º Likely with no efforts at reducing emissions • There is a 50-50 chance that the ocean’s circulation system will shut down, removing the crucial currents that warm and stabilize the climate of Northern Europe.

Source: (IPCC 2001b; IPCC 2001a; Watkiss et al. 2005). The climate change scenarios cited here are B1 (2.3º in 2100), B2 (3.0º), and A1F1 (4.8º) from IPCC 2001.

sequestration_1.jpg
Link to post
Share on other sites

Coût du réchauffement climatique : la finance fait pression sur les entreprises

L’ancien chef économiste de la Banque mondiale, Nicholas Stern, a présenté au gouvernement britannique une étude révélant que le réchauffement climatique pourrait coûter à l'économie mondiale jusqu'à 7 trillions de dollars en l’absence de mesures réglementaires d’ici 10 ans. Parallèlement au pouvoir politique, ce sont aujourd’hui les secteurs de la finance et de l’assurance qui exercent une réelle pression sur les entreprises pour qu’elles diminuent leurs impacts sur le climat...

http://www.novethic.fr/novethic/site/artic...x.jsp?id=104457

Link to post
Share on other sites

C'est amusant, cela : certains font volontiers l'association réchauffement = ultralibéralisme.

Et voilà que les deux secteurs les plus spéculatifs du capitalisme mondial (finance et assurance) se transforment aujourd'hui en avant-garde de la lutte contre le RC.

Donc, si je comprends bien les raccourcis en usage dans la propagande politicienne, il faudra bientôt dire :

lutte contre le réchauffement = ultralibéralisme

Link to post
Share on other sites

Le rapport de Sir Nicholas Stern a été commandé par le gouvernement britannique, remis et publié le 30 octobre.

Nous sommes le 2 novembre.

C'est un rapport de 595 pages, accompagné de onze appréciations d'économistes qui en ont, je présume, eu la primeur.

Un document de cette taille inhabituelle prend en compte :

en premier lieu des scénarii sur le réchauffement évidemment non prouvables;

ensuite des hypothèses sur les conséquences, qui sont de même nature;

enfin des méthodes d'analyse économique et économétriques qu'il serait plus qu'étrange qu'elles fassent l'unanimité chez les économistes, autant que je les connaisse.

Je ne comprends pas qu'il puisse être écrit «consensus sur le rapport Stern» alors que l'immense majorité de ceux qui peuvent avoir un avis pertinent ne l'ont pas analysé ni même lu en trois jours.

Ceci explique qu'aucune analyse détaillée de personnalité indépendante ne soit publiée.

Laisser retomber l'effervescence médiatique.

Attendre et voir.

Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...