thib91

L'orage de grêle du 13 juillet 1788 dans le sud de l'Ile de Fr

Messages recommandés

Posté(e) - Lieu : Nancy

Pour replacé le témoignage dans son contexte un petit rappel de ce que fut cette ligne d'orage à l'echelle de la France.

La ligne d'orage de grêle était divisée en deux bandes; celle de l'Ouest (4 lieues de large soit environ 16km) premier témoignage à 6heure du matin elle commença en Touraine? Près de Loches à 6h30 passa par Chartres à 7heuresRambouillet à 8h00, Pontoise à 8h30, Clermont (Oise) à 9h00; Douai à 11h00; entra en Belgique passa sur Coutrai à 12h30 et finit au delà de Flessingues à 12h30!

La bande de l'Est commença ( 2 lieues de large soit environ 8km) à Orléans à 7h30 passa sur Arthenay et Adonville, atteignit Paris au fbrg St Antoine vers 8h30 Crépy-en Valois à 9h30; Cantea-Cambrésis à 11h00 et Ultrecht en Hollande à 14h30.

L'intervalle compris etre les 2 bandes était de seulement de 5 lieues (20km en gros) dans cet interval que de la pluie.

Je vous post donc un témoignage trés rigoureux de l'abbé Tessier d'Andonville, prés d'Angerville au sud de l'Essonne actuel.

Responsable des bergeries royales, il était aussi correspondant de la Société Royale de Medecine; c'est donc un homme cultvé qui fit la lecture d'un rapport sur l'orage le 28 juillet 1788 devant l'assemblé de la société.

Pour éviter d'avoir un gros pavé à lire je vous divise le témoignage en plusieurs petits chapitres default_flowers.gif . Ce témoignage est d'une grande valeure scientifique puisqu'il apporte une description trés précise des grelons leurs tailles leurs formes!

L'approche de l'orage

Il paraît que partout où on l'a éprouvé l'orage a occasionné à son approche une grande obscurité. A Andonville, elle a été telle qu'il fallait de la lumière pour lire. La nuée était dans une région basse de l'atmosphère et d'un noir sombre excepté dans quelques parties où l'on distinguait une couleur jaune-bleue particulière à toute les nuées à grêle.

Elle s'avançait avec une grande rapidité précédée d'un coup de vent en tourbillon et faisant un bruit considérable que je puis mieux comparer qu'à celui de plusieurs carrosses qui roulent sur le pavé. Ce bruit se remarque dans les orages à grêle, et ce n'est autre chose que celui que la grêle fait en tombant. Homme et animaux, tout fut effrayé dans ce moment. L'influence de l'orage a été sensible sur l'etat de quelques malades; les bestiaux étaient agités et roublés et couraient sans savoir où ils allaient.

Sous l'orage

Il était 8heure ou 8h15 du matin; un eclair et un coup de tonnerre furent pour ainsi dire le signal. La grêle tomba presque aussitôt. J'ai toujours remarqué que dans les grands orages à grêle, il tombe toujours quelques gouttes d'eau trés larges; j'en ai vu au commencement de celui du 13 qui étaient d'une largeur analogue à celle des grains de grêle.

En cinq à six minutes, la terre fut fut recouverte de glaçons; dans quelques endroits, il y en avait plus de quatrespouces (10cm) d'épaisseur. Plusieurs en tombant cassaient les vitres et entraient jusqu'au fond des appartements; on ne pouvait plus approcher des fenêtres, à cause d'une poussière de verre que le vent faisiat jaillir.

On était obligé de se placer entre les trumeaux des croisées, pour la sûreté. Les personnes qui étaient dans des lits en face du jour n'évitaient les glaçons et le verre qu'en fermant leurs rideaux.

les grêlons

On a beaucoup varié sur la grosseur de la grêle, ou plutôt la grêle a été plus ou moins grosse, selon des pays. Le temps éclaircira les doutes que l'on peut avoir sur certaines assertions, qui ont annoncé de la grêle d'une grosseur prodigieuse. Il me suffira de dire à la Société ce que j'ai observé moi même.

Il y avait des grains de grêle de trois sortes; les uns parfaitement sphériques, d'un blanc opaque comme de la neige, d'environ 12 à 14 lignes (environ 3 cm) de diamètre;

les autres irréguliers, transparents, en cristaux groupés et anguleux d'un pouce et demi (4cm) d'épaisseur en différent sens; c'étaient les plus nombreux.

Les autres enfin sous forme de stalactites plus ou moins branchues: il y en avait moins de ce dernier que les autres. J'en ai mesuré un qui quoiqu'il fût déjà en parti fondu avait encore deux pouces et demi (6 à 7cm) de longueur sur une épaisseur inégale de 6 à 8 lignes (1cm environ) de diametre.

M. Robert, de l'académie de peinture, qui au moment de l'orage était à Mereville (sud 91 en Beauce), à une lieue d'Andonville, a dessiné sur le champ deux grains de grêle, ou plutôt 2 glaçons lancés au fond de l'appartement qu'il occupait. L'un avait 2 pouces 9 lignes sur 2 puces et demi (7.5*7cm) et l'autre 4 pouces et une ligne sur 2 pouces (10*5cm). De quelques formes que fussent les glaçons, j'ai distingué dans leur partie la plus épaisse une marque blanche et opaque qui paraissait en être le noyau; elle ressemblait aux petits grelons qui tombent dans les giboulés de mars.

D'énormes dégats

La plupart des carreaux de vitre qui étaient au midi et un peu au couchant, tous les verres de châssis et toutes les cloches de jardin ont été non seulement cassés mais pulvérisés. Les tuiles des bâtiments ont été écornées et les ardoises percées, quoiqu'il y en eu deux l'un l'autre. Les fruits ont été abattus tellement meurtrisqu'ils tomberont avant l'époque de maturité. Des lièvres perdrix, des faisons, des pigeons et autres oiseaux ont été tués en grand nombre. Le berger à perdu un mouton qui n'ayant pu, comme le reste du troupeau se sauver dans un bois a été massacré par la grêle, un chien a rçu sur la tête un coup qui l'a étourdi et étendu par terre sans le tuer.

Des personnes, quoiqu'elles se soinet ouvert la figure, ont eu de fortes contusions. J'ai vu une fille qui avait la levre fendue d'un coup de grêle; d'autres ont eu les mains meurtries et des ecchymoses à plusieurs endroits. Des chevaux attelés à des voitures sur la route d'Orléans ont manqué de périr en se précipitant dans des fossées et ont exposé la vie des voyageurs.

Ces malheurs du moment de l'orage étaient l'annonce du desastre de ces campagnes. Seigl, pois, froments, orges, avoines, lentilles, lin, etc. tout a été broyé couché, égrainé en proportion de la maturité.

Dans la plupart des champs, on eut vruque les troupeaux de moutons nombreux et trés serrés avaient passé avaient foulé sous leurs pieds....il ne restait trace de plantes.

Le vent n'a pas eu la même violence a tous les endroits où il a grêlé car Andonville il n'a découvert aucun vent, il n'a renversé ni arbres, ni maisons; mais en parcourant une partie de la Beauce j'ai vu les dégats affreux que le vent a fait. Indépendamment des champs...des toits ont été emportéq, des murs dcrepis ou jetés a terre, ainsi que des maisons, des cloches, des eglises, moulins...

Les pertes humaines consécutives aux orages sont difficiles à évaluer Il semble que le nombre de victimes ait été limité: par chance le 13 juillet était un dimanche et pau de monde était au champs. Les décés indirects liés a cet orages furent par contre sans doute plus nombreux; notmant de nombreuses personnes intoxiquées par les eaux polluées des puits.

Voilà pour le témoigneges ont peu supposer sans doute a de puissant front de rafales voir a quelques tornades isolés maisle fait le plus marquant fut bien évidement la grêle. Je me demande bien quel type de situation synops a donné ces lignes d'orages surpuissantes et plutôt coutumières des Etats Unis!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très intéressant ce témoignage. J'en avais déjà entendu parler mais c'est la première fois que je peux le lire intégralement. Je ne vais pas m'en priver.

Descriptions effectivement très détaillées, quasi "scientifiques"... A découvrir.

Merci Thib91. default_laugh.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) - Lieu : Dax (40)

Cette histoire était deja parue sur les forums il y a environ 10/11 mois, avec une meilleure insistance sur l'aspect conséquences à long terme avec les récoltes détruites.

Pour l'anecdote, elle m'a valu +1 dans ma copie d'histoire aux partiels de mai pour culture gé historique.

Le sujet de la disserte était "Les causes de la révolution"

default_laugh.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Exact ! Je l'avais publié d'une autre source... C'est toujours utile de multiplier les textes.

A lire : /index.php?s=&showtopic=9100&view=findpost&p=105444'>La grêle du 13 juillet 1788.

au sein du passionnant sujet "Tornades en France, Recensement des phénomènes"

Je suis bien content de savoir que ça peut être aussi utile à d'autres, TreizeVents ! default_w00t.gif

Vous jetterez un oeil aussi sur les éléments sur la tornade qui a traversé les vosges le 11 juillet 1984. J'ai ajouté un lien vers l'exceptionnel travail d'archivage réalisé par Treps qui possède un station en ligne à Archettes dans les vosges. On peut difficilement faire plus complet 22 ans après, bravo !

Florent.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.