Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Recommended Posts

Posted
Chélieu 38 (550 m ) et hauteur de Mieussy/Thyez 74 ( 970 m ) .

Plus les jours passent , plus l'été 2006 se rapproche de l'image de l'hiver 2005/2006 , des températures trés regulieres sans aucun raffraichissement notable ( de radoucissement cet hiver ) , pas de veritables records , des temperatures au dessus des normes ( en desous pour la saison froide ) , et finalement trés peu de precipitations ( encore moins evidement actuellement avec cette situation estivale ) , du copier coller de l'hiver dernier ici dans le centre est !

Link to post
Share on other sites
  • Replies 538
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Sauf que cette fois, l'exédent est exeptionelle !

Durant l'hiver 2005/2006, les déficits concernant l'ensemble de la france étaient beaucoup moins forts !

Ba justement, en tenant compte du réchauffement global, peut-être que le déficit que l'on a connu cet hiver est justement exceptionnel, et peut-être autant que l'est l'excedent cet été...

Car on n'a plus le même climat que les années 60->90, années généralement prises en référence....

Link to post
Share on other sites
Posted
Buhl-lorraine, Moselle ( 260 m )

J'interviens rarement sur cette rubrique mais je vais quand même rajouter des choses importantes:

Nous avions changé brusquement de climat entre les années 1990 et les années 2000. Entre 2002 et 2003 nous sommes passées à une année exceptionellement humide à une année exceptionellement sèche, c'est à dire que notre climat a changé très brutalement. Les périodes continentales ont brusquement augmenté laissant place à des hivers souvent froid et des étés très chaud continental sur l'europe de l'ouest.

Revenons aux prévisions saisonnières pour cet été 2006 et je parle notemment à ceux qui établissent des prévisions saisonnières comme Stephane, florent et cyril94 et moi-même. Il était donc prévu un été 2006 moyen, peu de canicule ( à part sur le sud) ce qui s'est donc pas passé comme prévu.

Revenons au départ de cet été 2006: Première décade de juin, l'anticylone reste planté sur les açores et les dépressions le contournent en passant par les pays Scandinaves engendrant un flux nordique très frais et humide sur l'est ( gelées blanches encore observé en Bourgogne et en Alsace à ce moment la) et une moitié ouest plus seche ( proche de l'anticyclone). Ainsi, tout se passe très bien comme prévu. Cependant, l'antiyclone au lieu de rester sur les açores, celui-ci s'est retrouvé sur la scandinavie engendrant un tout autre flux dans la 2eme décade, c'est un flux d'est sud-est de plus en plus chaud et sec qui est donc intervenu. Ce flux d'origine continental a eu pour but de rechauffer la France et bien entendu les pays aux alentours mais aussi les océans comme la facade atlantique mais surtout la Mer Méditérannée. Le déplacement de cet anticyclone n'était pas du tout prévu ce qui a provoqué un brusque changement de décors sur l'été 2006 et on ne pouvait que craindre la suite, car une fois l'europe bien réchauffé, la chaleur africaine n'a donc pas eu du mal à remonter une fois passé marais barométrique par exemple. C'est pk le flux de sud établit nous a envoyé toute cette chaleur sans probleme sur ce mois de juillet qui s'avère exeptionellement chaud sur tous le territoire. Cette chose est du non à cause du réchauffement climatique mais à cause du flux d'Est chaud et très sec du mois de juin ce qui était pas du tout prévu au départ. Il faut dire que une fois la chaleur installée, personne ne peut la déloger ( l'air chaud est plus lourd que l'air froid en été logiquement). L'erreur est donc unanime mais ce qui est très bien, c'est qu'on connait l'explication et surtout en aucun cas de parler du réchauffement climatique car svp ca rien à voir la dedans.

Cet 2006 très chaud, est ce un décallage d'où un été 2007 plus frais? Ou alors est ce du à un climat très continental durable dans le temps ce qui pourrait donner d'autres étés chaud et sec dans les prochaines années? Tel est pour le moment la question que je me pose et dont certains doivent se poser aussi. Il reste encore le mois d'août dont il faudra le surveiller. Pour ma part, comme juin et juillet ont déjà été très chaud, je verrais le mois d'août se détériorer au fur et à mesure, avec une tendanse de plus en plus fraîche vers la fin du mois. Un mois typiquement dans la normale au final sans grosse chaleur à part peut être sur l'extrême sud-est. Il faut dire que les étés sont plus dur à prévoir, bien plus que les hivers car en période continentale, on peut très bien avoir des étés normal à plus frais et sec ( sous forme de GA) comme se fut le cas pendant l'été 1962, soit un été continental très chaud en flux d'est ou sud-est ( anticyclone scandinave), ce qui s'est passé cette année ou bien encore pendant l'été 1961 très chaud et sec. Donc en conclusion, les étés prochains ( ou en tout cas ceux de 2007 et 2008) verront soit des étés plus frais mais toujours dans la secheresse soit des étés chaud et sec comme celui que nous vivions en ce moment. Ceux qui attendent les étés frais, il y en aura patience. Le cycle des étés chaud a été long mais le cycle d'été frais reviendra tôt ou tard et rechauffement climatique ou pas. En ce qui concerne nos hivers Europeens, tous le monde a sans doute déjà la réponse pour nos deux prochains hivers, continental en période hivernale veut dire= très froid ( vague de froid en provenance de russie le plus souvent donc plus sec ou soit de Helsinki donc neigeux mais un peu moins froid). La tendance hivernale est plus net sur l'europe, plus simple à prévoir avec tous les phénomènes comme les cycles hivernaux de 22 ans ou celui de 11 ans qui nous ne concerne pas dans notre période actuelle, avec l'activité solaire < maximum, minimum>, la NAO, l'AO et les phénomènes ENSO dont on a encore du mal à les prévoir. En bref, patientons mais enlevez vous de la tête chez certains que les étés chaud vont se mutplier si ou ca ou qu'il y aura plus d'étés frais, non. N'ayez en crainte, nous sommes que dans un certain cycle d'été souvent plus chaud que la normale c'est tout. La où nous pourrions être d'accord, c'est la chaleur qui pourrait s'avérer plus forte que d'habitude dans les 30 prochaines années en raison du rechauffement climatique et à cause surtout aux zone de plus en plus Urbaine ce qui peut faire évoluer le climat très vite d'un siècle à un autre et engendrant également des phénomènes naturels plus violents comme les cyclones par exemple...

Link to post
Share on other sites
Posted
Bourgoin-Jallieu (38)

Cet 2006 très chaud, est ce un décallage d'où un été 2007 plus frais?

Pas impossible. default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20">

Et j'ai bien du mal à croire que l'Eté 2007 sera très chaud, avec ce qu'on vient de vivre.

D'ailleurs je voudrais savoir pourquoi l'Eté 2007 s'annonce très chaud, j'ai jamais entendu de preuves pour le moment. default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20">

Link to post
Share on other sites

Cette chose est du non à cause du réchauffement climatique

Je serais assez partant pour partager cet avis: la chaleur de ce mois de juillet n'est pas exceptionnelle en terme d'intensité (peu de records mensuels de chaleur battus pour un mois de juillet -pour l'instant-, et en tous cas, pas plus que de records mensuels de froid battus début juin... et que l'on a déjà oubliés!) mais elle l'est clairement en termes de durée, en raison du blocage que nous subissons (et qui impliquera que ce mois de juillet 2006 sera certainement en moyenne le plus chaud depuis le début des relevés modernes). Or je n'ai lu nulle part que le réchauffement climatique engenderait une hausse de la récurrence de ce type de blocages estivaux sur l'Europe de l'Ouest.
Link to post
Share on other sites
Posted
34230 Paulhan - Centre Hérault

Ca devient lassant tout de même, on croirait pourtant ici avoir affaire à des personnes suffisamment averties et suffisamment formées ou auto formées aux sciences de la météo, du climat et des oscillations et on retrouve les mêmes lieux communs que la presse de bas étage et du public du café du commerce "ben oui c'est du au réchauffement climatique"! et pan voila l'argument massue asséné sur la tronche de ceux qui cherchent des explications plus pointues au phénomène qu'est la canicule.

Au risque de me repeter, cet épisode est du à une position particulière des centres d'actions, eux mêmes obeissant à des anomalies de temperatures de surface des océans.

Le schéma actuel de ces SST est parfaitement logique avec un flux de Sud puissant et le positionnement d'anticyclones continentaux.

La suite logique est un refroidissement des eaux de l'Atlantique Nord par un déficit du transport de chaleur depuis les tropiques ou actuellement les SST sont en anomalie négative de 2 ou 3°, les eaux bien plus chaudes que la normale au nord ne se refroidiront pas avant l'Automne, en attendant il est probable que le gradient va tout de même diminuer comme le prévoit Roeder pour le mois d'Aout qui devrait progressivement retrouver en gros des T° de saison.

Link to post
Share on other sites

gerald >> il s'agit d'une prévision à l'échelle d'une ville et non sur une grande région voire sur l'ensemble du pays . JBR s'en sort bien, ce qui prouve qu'il est possible d'effectuer une prévision saisonniere à l'échelle locale default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">

Ca me revient: ce n'est effectivement ni incompétents, ni nuls, mais abrutis. Ce n'est pas mieux

Par ailleurs je ne fais aucune prévision saisonnière, ni ici ni ailleurs: il y a suffisament de spécialistes qui le font à Météo-France et qui sont incomparablement plus compétents que moi.

De plus, je m'entends tres bien avec une bonne partie du personnel de MF ( techniciens surtout ) ; si j'ai un truc à leur dire, je leur envoi un mail ou je leur telephone default_devil.gifAlors arretes de généraliser un qualificatif comme si ça te choque ; il y a des personnes qui critiquent de maniere non constructive et en permanence MF : déploies ta rancoeur plutot sur ce genre de personnes ou alors ne lis pas mes posts default_ermm.gif
Link to post
Share on other sites

Ca devient lassant tout de même, on croirait pourtant ici avoir affaire à des personnes suffisamment averties et suffisamment formées ou auto formées aux sciences de la météo, du climat et des oscillations et on retrouve les mêmes lieux communs que la presse de bas étage et du public du café du commerce "ben oui c'est du au réchauffement climatique"! et pan voila l'argument massue asséné sur la tronche de ceux qui cherchent des explications plus pointues au phénomène qu'est la canicule.

Le professeur Torrent et ses éléves (cancres). La modestie n'est toujours pas un de tes points forts. default_wub.png
Link to post
Share on other sites
Posted
Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

Ca devient lassant tout de même, on croirait pourtant ici avoir affaire à des personnes suffisamment averties et suffisamment formées ou auto formées aux sciences de la météo, du climat et des oscillations et on retrouve les mêmes lieux communs que la presse de bas étage et du public du café du commerce "ben oui c'est du au réchauffement climatique"! et pan voila l'argument massue asséné sur la tronche de ceux qui cherchent des explications plus pointues au phénomène qu'est la canicule.

La seule chose que l'on peut à peu près affirmer c'est que dans un pays comme la France, nous sommes sur une pente de 0.3°C/décade d'augmentation au cours des étés.

Nous risquons d'atteindre , d'après les modèles, des pentes de l'ordre de 0.5°C/décade dans les prochaines décennies.

En conséquence, l'augmentation moyenne d'été à été, due au réchauffement climatique, n'est que de 0.03°C/an.Imperceptible donc, à l'échelle d'une année et complètement noyée dans la variabilité climatique.

En 2100 cela ferait des augmentations par rapport à la période pré-indus, de 5°C.

Ce qu'on sait moins c'est l'effet du réchauffement sur la variabilité climatique.

Par exemple sur ce qu'on appelle "vague de chaleur" ou "pointe de chaleur" dans le cas qui nous intéresse.

Mais pas mal de modèles prévoient une augmentation de la variabilité estivale et une diminution de la variabilité hivernale en Europe.

Certains vont jusqu'à penser que cette augmentation de la variabilité estivale peut avoir jouer un rôle dans la vague de chaleur de 2003 même si ce rôle n'est pas quantifié.

C'est pourquoi je me garderais bien, personnellement, d'avoir un avis tranché sur la question et sur le pourquoi de l'amplitude de la chaleur de ce juillet 2006.

Link to post
Share on other sites

Mais pas mal de modèles prévoient une augmentation de la variabilité estivale et une diminution de la variabilité hivernale en Europe.

Quels sont ces modeles en question? quelles sont tes sources? Dans ce cas, on pourrait plus faiclement predire l'hiver que l'été, en prévisions saisonnieres, non?

Il est vrai aussi que la variabilité plus grande jouerait surtout dans le sens des étés chaud. Car je vois difficilement un mois de juillet ou aout avec une anomalie negative de 4 à 5 degrés... (comme l'excedent l'est actuellement pour Juillet)

Link to post
Share on other sites
Posted
Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

Quels sont ces modeles en question? quelles sont tes sources? Dans ce cas, on pourrait plus faiclement predire l'hiver que l'été, en prévisions saisonnieres, non?

Ma source est le GIEC.Je ne puis en dire plus pour le moment.

Quant au fait qu'on devrait pouvoir plus facilement prévoir l'hiver que l'été, ce n'est pas sûr.

La variabilité ne veut pas forcément dire que des signes précurseurs ne puissent être présents.

Link to post
Share on other sites
Posted
Au NE de Pont de Beauvoisin Savoie, Alt. 288 m. (Et régulièrement à Chambéry située à 18 kms plus à l'Est à vol d'oiseau, trajets réguliers étagés entre 260 m et 630 m d'altitude.)

Ca devient lassant tout de même, on croirait pourtant ici avoir affaire à des personnes suffisamment averties et suffisamment formées ou auto formées aux sciences de la météo, du climat et des oscillations et on retrouve les mêmes lieux communs que la presse de bas étage et du public du café du commerce "ben oui c'est du au réchauffement climatique"! et pan voila l'argument massue asséné sur la tronche de ceux qui cherchent des explications plus pointues au phénomène qu'est la canicule.

Au risque de me repeter, cet épisode est du à une position particulière des centres d'actions, eux mêmes obeissant à des anomalies de temperatures de surface des océans.

Le schéma actuel de ces SST est parfaitement logique avec un flux de Sud puissant et le positionnement d'anticyclones continentaux.

La suite logique est un refroidissement des eaux de l'Atlantique Nord par un déficit du transport de chaleur depuis les tropiques ou actuellement les SST sont en anomalie négative de 2 ou 3°, les eaux bien plus chaudes que la normale au nord ne se refroidiront pas avant l'Automne, en attendant il est probable que le gradient va tout de même diminuer comme le prévoit Roeder pour le mois d'Aout qui devrait progressivement retrouver en gros des T° de saison.

Tu donnes une explication qui ne fait guère avancer le schmilblick : c'est un peu comme dire : il fait chaud parce que le vent vient du sud et qu'il y a du soleil... tout cela ne nous avance guère.

Pourquoi ces anomalies de surface selon toi ? N'est-ce du au réchauffement climatique, au ralentissement du gulf stream et brassage moindre des océans ?

Aurais-tu une autre explication ? Théroie des Cycles ? Eruptions solaires ? Cosmologie ?

Link to post
Share on other sites

Dans ce cas, on pourrait plus faiclement predire l'hiver que l'été, en prévisions saisonnieres, non?

Effectivement, c'est la réalité: les prévisions saisonnières en température sont meilleures l'hiver que l'été.

C'est écrit ici

http://www.meteofrance.com/FR/actus/dossie...jsp?docid=20200

Les performances des prévisions saisonnières sont très variables selon le lieu, la saison et le paramètre météorologique concerné. Elles sont meilleures pour la température que pour les précipitations, et pour la température, meilleures en hiver qu'en été.

Link to post
Share on other sites

J'interviens rarement sur cette rubrique mais je vais quand même rajouter des choses importantes:

Nous avions changé brusquement de climat entre les années 1990 et les années 2000. Entre 2002 et 2003 nous sommes passées à une année exceptionellement humide à une année exceptionellement sèche, c'est à dire que notre climat a changé très brutalement. Les périodes continentales ont brusquement augmenté laissant place à des hivers souvent froid et des étés très chaud continental sur l'europe de l'ouest.

Revenons aux prévisions saisonnières pour cet été 2006 et je parle notemment à ceux qui établissent des prévisions saisonnières comme Stephane, florent et cyril94 et moi-même. Il était donc prévu un été 2006 moyen, peu de canicule ( à part sur le sud) ce qui s'est donc pas passé comme prévu.

Revenons au départ de cet été 2006: Première décade de juin, l'anticylone reste planté sur les açores et les dépressions le contournent en passant par les pays Scandinaves engendrant un flux nordique très frais et humide sur l'est ( gelées blanches encore observé en Bourgogne et en Alsace à ce moment la) et une moitié ouest plus seche ( proche de l'anticyclone). Ainsi, tout se passe très bien comme prévu. Cependant, l'antiyclone au lieu de rester sur les açores, celui-ci s'est retrouvé sur la scandinavie engendrant un tout autre flux dans la 2eme décade, c'est un flux d'est sud-est de plus en plus chaud et sec qui est donc intervenu. Ce flux d'origine continental a eu pour but de rechauffer la France et bien entendu les pays aux alentours mais aussi les océans comme la facade atlantique mais surtout la Mer Méditérannée. Le déplacement de cet anticyclone n'était pas du tout prévu ce qui a provoqué un brusque changement de décors sur l'été 2006 et on ne pouvait que craindre la suite, car une fois l'europe bien réchauffé, la chaleur africaine n'a donc pas eu du mal à remonter une fois passé marais barométrique par exemple. C'est pk le flux de sud établit nous a envoyé toute cette chaleur sans probleme sur ce mois de juillet qui s'avère exeptionellement chaud sur tous le territoire. Cette chose est du non à cause du réchauffement climatique mais à cause du flux d'Est chaud et très sec du mois de juin ce qui était pas du tout prévu au départ. Il faut dire que une fois la chaleur installée, personne ne peut la déloger ( l'air chaud est plus lourd que l'air froid en été logiquement). L'erreur est donc unanime mais ce qui est très bien, c'est qu'on connait l'explication et surtout en aucun cas de parler du réchauffement climatique car svp ca rien à voir la dedans.

Cet 2006 très chaud, est ce un décallage d'où un été 2007 plus frais? Ou alors est ce du à un climat très continental durable dans le temps ce qui pourrait donner d'autres étés chaud et sec dans les prochaines années? Tel est pour le moment la question que je me pose et dont certains doivent se poser aussi. Il reste encore le mois d'août dont il faudra le surveiller. Pour ma part, comme juin et juillet ont déjà été très chaud, je verrais le mois d'août se détériorer au fur et à mesure, avec une tendanse de plus en plus fraîche vers la fin du mois. Un mois typiquement dans la normale au final sans grosse chaleur à part peut être sur l'extrême sud-est. Il faut dire que les étés sont plus dur à prévoir, bien plus que les hivers car en période continentale, on peut très bien avoir des étés normal à plus frais et sec ( sous forme de GA) comme se fut le cas pendant l'été 1962, soit un été continental très chaud en flux d'est ou sud-est ( anticyclone scandinave), ce qui s'est passé cette année ou bien encore pendant l'été 1961 très chaud et sec. Donc en conclusion, les étés prochains ( ou en tout cas ceux de 2007 et 2008) verront soit des étés plus frais mais toujours dans la secheresse soit des étés chaud et sec comme celui que nous vivions en ce moment. Ceux qui attendent les étés frais, il y en aura patience. Le cycle des étés chaud a été long mais le cycle d'été frais reviendra tôt ou tard et rechauffement climatique ou pas. En ce qui concerne nos hivers Europeens, tous le monde a sans doute déjà la réponse pour nos deux prochains hivers, continental en période hivernale veut dire= très froid ( vague de froid en provenance de russie le plus souvent donc plus sec ou soit de Helsinki donc neigeux mais un peu moins froid). La tendance hivernale est plus net sur l'europe, plus simple à prévoir avec tous les phénomènes comme les cycles hivernaux de 22 ans ou celui de 11 ans qui nous ne concerne pas dans notre période actuelle, avec l'activité solaire < maximum, minimum>, la NAO, l'AO et les phénomènes ENSO dont on a encore du mal à les prévoir. En bref, patientons mais enlevez vous de la tête chez certains que les étés chaud vont se mutplier si ou ca ou qu'il y aura plus d'étés frais, non. N'ayez en crainte, nous sommes que dans un certain cycle d'été souvent plus chaud que la normale c'est tout. La où nous pourrions être d'accord, c'est la chaleur qui pourrait s'avérer plus forte que d'habitude dans les 30 prochaines années en raison du rechauffement climatique et à cause surtout aux zone de plus en plus Urbaine ce qui peut faire évoluer le climat très vite d'un siècle à un autre et engendrant également des phénomènes naturels plus violents comme les cyclones par exemple...

Moi ce qui me fait marrer, c'est la phrase qui tue, que l'on entend même à la télé dans les bulletins météo: "à part l'extrême sud est..."!

Le sud est, un monde à part.... default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" width="20" height="20">default_w00t.gifdefault_w00t.gif

Link to post
Share on other sites
Posted
34230 Paulhan - Centre Hérault

Tu donnes une explication qui ne fait guère avancer le schmilblick : c'est un peu comme dire : il fait chaud parce que le vent vient du sud et qu'il y a du soleil... tout cela ne nous avance guère.

Pourquoi ces anomalies de surface selon toi ? N'est-ce du au réchauffement climatique, au ralentissement du gulf stream et brassage moindre des océans ?

Aurais-tu une autre explication ? Théroie des Cycles ? Eruptions solaires ? Cosmologie ?

Plusieurs causes, accumulation de l'eau chaude du Gulf Stream au sud du Groenland, il est à noter une anomalie negative persistante entre Groenland et Norvège qui laisse penser que les cheminées de plongée ne remplissent plus leur rôle et sont en bonne partie la cause de cette accumulation, par ailleurs on constate une anomalie négative de hauteur barocline au sud du trajet du Gulf Stream, c'est soit un phenomène d'oscillation ou le signe que le tapis roulant est mal en point.

Ensuite les SST sont majoritairement négatives sur les autres oceans, y compris en Atlantique Sud, des remontées froides et salées se produisent autour de l'Antarctique temoignant d'une perturbation du courant circumpolaire Antarctique.

Par ailleurs la baisse de l'activité solaire joue egalement un rôle non négligeable, la destruction de l'ozone stratosphérique ainsi que les GES responsables en basses couches d'une reflexion attenuée de l'IR reçu à la surface.

Tous les élements vont dans le sens d'un bouleversement climatique, quant à l'accumulation chaude en Atlantique Nord elle est pour moi un phénomène regional qui se distingue de la tendance globale observée depuis de mois au niveau des SST et n'est en aucun cas un mouvement de fond mais je le pense une oscillation temporaire et peut être precurseuse d'un basculement radical de la circulation thermohaline, je ne vais bien entendu pas comparer au "Jour d"Aprés" qui est un scenario Hollywoodien et qui ne peut en aucun cas se realiser en quelques jours ou quelques semaines ou même mois, et je pense impossible un scenario de cette ampleur de plus mais un sevère basculement est tout de même à envisager.

Link to post
Share on other sites

On peut dire que j'étais très minoritaire sur ce coup là, la quasi totalité des commentateurs étant partis vers un mois de juillet juste dans les normes...

Enfin, je n'imaginais pas une telle chaleur tout de même, car nous allons probablement enregistrer le mois de juillet le plus chaud depuis plus de 300 ans. Les modèles nous prévoit pour l'heure deux journées de chaleur record, sans doute plus intense encore que celle de ce début de semaine, avant une nouvelle vague orageuse...

Canicule, mais jusqu'à quand ???

Comme je l'ai dit hier, pour le mois d'août, mes calculs sont unanimes : les analogues fournissent un potentiel situé dans tous les cas entre un écart de -0,4°C et -1,4°C d'où une bonne fiabilité... Unanime ne veut pas dire pour ça que c'est juste. Disons que si il n'y a pas trop d'erreurs là dedans, peut-être peut-on espérer se rapprocher fortement des normales saisonnières en août 2006...

Peut-être cela sera possible par l'intermédiaire de vagues orageuses qui vont finir par mettre à mal la chaleur et permettre ensuite un décallage du système et des bouffées chaudes vers l'est nous permettant de bénéficier d'un air bien plus frais souvent issu de gouttes froides provenant du nord-ouest.

Je réfléchissais exactement à ce que tu me dis ce matin : "Enfin, on peut aussi se demander si la bifurcation (si on peut employer ce terme) que connait actuellement notre système climatique ne constituerait pas une limite à l'usage d'une méthode de prévisions comparatives passé-présent ?"

Cela pourra être une limite, mais pas un empêchement total je pense... mais ça sera à vérifier à l'usage bien sûr, car le climat évolue très vite.

Wait and see !

Florent.

Pour revenir aux prévisions saisonnières, je suis de plus en plus confiant pour le mois d'août...J'avais une mauvaise fiabilité en juillet et en effet c'est la seul possibilité de chaleur bouillante qui ne semblait pas plus probable qu'une autre parmi les analogues que j'étudie qui a pris le dessus. Peut-être que c'est le réchauffement climatique qui fait verser le système dans la canicule dès que la moindre porte est ouverte... c'est un autre débat. Mais je surveillerai dorénavant le moindre signal chaud de près et ne le considérerait plus comme négligeable même si il l'est dans les chiffres.

Après ce point sur juillet 2006, revenons au mois d'août. Je ne connais pas encore tout sur le climat à long terme, mais d'après la méthode que j'emploie et contrairement à juillet, il n'existe aucun signal indiquant que ce mois puisse être très chaud, ni même chaud d'ailleurs. La tendance est unanimement à une légère fraicheur provenant en fait de coups de chaleur (trop brefs en théorie pour induire un fort impact sur la moyenne mensuelle) suivis d'orages pouvant être particulièrement violents par conflits de masse d'air et chassant cet air chaud.

Pour résumer on pourrait continuer dans la lignée de juillet, sauf que l'air chaud remonterait plus à l'est en Europe et que les dépressions seraient plus incisives au nord-ouest nous plaçant finalement parfois sur la ligne de conflit entre air chaud et air froid occassionnant sur notre territoire les orages les plus violents.

Je suis assez confiant parce que malgré le fait d'avoir placé la barre trop basse pour juillet, le calendrier chaud/froid est en relatif bien respecté... Et il pourrait continuer de l'être puisque la pointe de chaleur indiquée par les modèles pour le 1er août et sa suite orageuse apparait aussi dans mes prévisions rédigées il y a deux mois.

Voir :

1) /index.php?s=&showtopic=13943&view=findpost&p=289481'>http://forums.infoclimat.fr/index.php?s=&a...st&p=289481

2) http://www.science-climat.info/previsions/tendance_6mois.php

La question sera aussi de savoir si malgré un calendrier qui sera peut-être correct, août n'est pas estimé trop bas thermiquement ?? La fiabilité étant bonne, je ne pense pas enregistrer une erreur aussi importante qu'en juillet : si cette fiabilité se révélait suivie d'effets, nous allons droit au chaud et froid ! Après un mois de juillet aussi torride, le mois d'août pourrait nous sembler tout frais, même en étant dans les normes !

Wait and see !

Florent.

Link to post
Share on other sites
Posted
34230 Paulhan - Centre Hérault

Le professeur Torrent et ses éléves (cancres). La modestie n'est toujours pas un de tes points forts. default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20">

C'est l'hopital qui se fout de la charité là, je reconnais que tu es sans doute un des meilleurs en previsions Meteo et que tu fais des analyses et prévisions rigoureuses, mais tu n'hesites pas non plus à donner des leçons, souvent à Bonessian mais sans Parsimoni d'ailleurs.

Je m'etonne toutefois que tu n'aies pas relevé d'ailleurs les raccourcis hâtifs et faciles de ceux qui mettent une canicule sur le Rechauffement Climatique, ok il est réel et je suis de l'avis de Meteor sur ses chiffres et sa réalité mais par pitié qu'on fasse de la vraie "meteo" ici au lieu de reciter les lieux communs de la presse de bas étage et même de sous sol.

Link to post
Share on other sites

Pour revenir aux prévisions saisonnières, je suis de plus en plus confiant pour le mois d'août...

J'avais une mauvaise fiabilité en juillet et en effet c'est la seul possibilité de chaleur bouillante qui ne semblait pas plus probable qu'une autre parmi les analogues que j'étudie qui a pris le dessus. Peut-être que c'est le réchauffement climatique qui fait verser le système dans la canicule dès que la moindre porte est ouverte... c'est un autre débat. Mais je surveillerai dorénavant le moindre signal chaud de près et ne le considérerait plus comme négligeable même si il l'est dans les chiffres.

Après ce point sur juillet 2006, revenons au mois d'août. Je ne connais pas encore tout sur le climat à long terme, mais d'après la méthode que j'emploie et contrairement à juillet, il n'existe aucun signal indiquant que ce mois puisse être très chaud, ni même chaud d'ailleurs. La tendance est unanimement à une légère fraicheur provenant en fait de coups de chaleur (trop brefs en théorie pour induire un fort impact sur la moyenne mensuelle) suivis d'orages pouvant être particulièrement violents par conflits de masse d'air et chassant cet air chaud.

Pour résumer on pourrait continuer dans la lignée de juillet, sauf que l'air chaud remonterait plus à l'est en Europe et que les dépressions seraient plus incisives au nord-ouest nous plaçant finalement parfois sur la ligne de conflit entre air chaud et air froid occassionnant sur notre territoire les orages les plus violents.

Je suis assez confiant parce que malgré le fait d'avoir placé la barre trop basse pour juillet, le calendrier chaud/froid est en relatif bien respecté... Et il pourrait continuer de l'être puisque la pointe de chaleur indiquée par les modèles pour le 1er août et sa suite orageuse apparait aussi dans mes prévisions rédigées il y a deux mois.

Voir :

1) /index.php?s=&showtopic=13943&view=findpost&p=289481'>http://forums.infoclimat.fr/index.php?s=&a...st&p=289481

2) http://www.science-climat.info/previsions/tendance_6mois.php

La question sera aussi de savoir si malgré un calendrier qui sera peut-être correct, août n'est pas estimé trop bas thermiquement ?? La fiabilité étant bonne, je ne pense pas enregistrer une erreur aussi importante qu'en juillet : si cette fiabilité se révélait suivie d'effets, nous allons droit au chaud et froid ! Après un mois de juillet aussi torride, le mois d'août pourrait nous sembler tout frais, même en étant dans les normes !

Wait and see !

Florent.

Florent tu as peut être deja répondu a cette question mais je voudrai comprendre comment fais tu une prév saisonniere à partir des archives climatiques et si tu as trouvé à partir de ces archives qu'il existait des cycles allant de plusieurs dizaines d'années a 3 ou 400 ans

il doit exister aussi des periodes beaucoup plus longues de l'ordre du millénaire ou plus qui font varié le climat , de plus ce matin j'entendais sur europe ce matin une émission sur les volcans le scentifique parlait d'une éruption qui aurai modifié le temps vers 1786 en europe pendant plusieurs années

comment prends tu en compte ces parametres ?

Link to post
Share on other sites
Posted
Sur les hauteurs d'Issy Les Moulineaux (92), proche Meudon

Pour ma part, je pense qu'aout sera du même ordre que le mois de Juillet... Sans que l'excédent sois aussi fort, nous pourrions rester dans une logique de températures au dessus des normes. Cela n'enlève pas quelques rafraichissements au cours de cette période, mais la "fraicheur pourrie", souvent associée à un temps maussade, ne semble pas à l'ordre du jour... J'ai pas vraiment d'arguments à donner : cela tient plus d'une intuition qu'autre chose, et c'est pour ça que ces propos sont à prendre vraiment à la légère...

Link to post
Share on other sites

Florent tu as peut être deja répondu a cette question mais je voudrai comprendre comment fais tu une prév saisonniere à partir des archives climatiques et si tu as trouvé à partir de ces archives qu'il existait des cycles allant de plusieurs dizaines d'années a 3 ou 400 ans

il doit exister aussi des periodes beaucoup plus longues de l'ordre du millénaire ou plus qui font varié le climat , de plus ce matin j'entendais sur europe ce matin une émission sur les volcans le scentifique parlait d'une éruption qui aurai modifié le temps vers 1786 en europe pendant plusieurs années

comment prends tu en compte ces parametres ?

Je produis mes prévisions saisonnières à partir de l'étude d'un cycle de 55 ans environ et dont j'ai découvert la valeur explicative en 2003. Le soleil n'est je pense pas étranger à l'affaire puisque la durée moyenne du cycle correspond exactement à la durée moyenne de 5 cycles solaires !Il existe en effet des cycles plus long. Le cycle que j'étudie est particulièrement utile à l'échelle mensuelle.

A l'échelle séculaire, se révèle utile le cycle de Suess d'une période de 180 ans en moyenne et dont les minimums de Wolf, Sporer puis Maunder ont constitué les périodes froides du petit âge glaciaire. A l'échelle millénaire, le cycle d'Hallstattzeit aurait une période de 2300 ans et l'un de ses minimas serait l'événement de Dietrich en 8200 av JC.

Pour revenir à notre cycle de 55 ans, je pourrais être amené à tenir compte de paramètres tel que les éruptions volcanique effectivement, mais pour l'heure les précédentes occurences avant 2006 sont en période calme de ce point de vue. L'éruption que tu cites n'est telle pas celle du Laki, volcan islandais en 1783 ? Cette éruption fait partie de celle qui ont le plus affecté le climat mondial dont la température aurait accusé une baisse de 1,0°C l'année suivante, tandis que l'été de cette année là a vu une forte augmentation de la mortalité en Europe par pollution aigue de l'air au soufre au point de provoquer des brouillards soufrés plus denses (à grande échelle tout au moins) que ceux qu'ont jamais pu produire les usines qui viendront avec l'industrialisation du XIXe siècle.

Pour en savoir plus : /index.php?s=&showtopic=14944&view=findpost&p=262568'>http://forums.infoclimat.fr/index.php?s=&a...st&p=262568

Florent.

Link to post
Share on other sites
Posted
34230 Paulhan - Centre Hérault

Pour Florent :

On peut remarquer une relation qui est mathématique, et qui appartient au domaine des harmoniques, ou à des valeurs logarithmiques, pour les cycles de type hamoniques on peut relever que le Cycle de Gleissberg d'une durée moyenne entre 80 et 90 ans est une harmonique 8 du cycle de 11 ans, le cycle de Suess dont la valeur est estimée de 180 ans est une hamonique 16 de ce même cycle et une harmonique 2 du cycle de Gleissberg.

On peut trouver aussi la relation ou il s'agit de puissances exactes de la racine de 2, cela revient d'ailleurs au même que les harmoniques avec une legère dérive qui est peut être la clé de phases légérement décalées des harmoniques pures.

Or les mécanismes astronomiques sont régis par cette loi de la racine de 2, que ce soit la gravitation, l'espacement des planètes et l'affaiblissement de la propagation electromagnétique, je considère donc que les valeurs de ces phases cycliques ne peuvent en aucun cas être dues au hasard et sont en relation avec ces lois mathématiques .

Reste que le fameux cycle dit de 11 ans du Soleil est une moyenne et qu'il peut varier entre 9 et 14 ans

selon les observations, influence gravitationnelle des planètes proches ou décalage du fameux effet de dynamo interne du Soleil, les valeurs sont approchées et pas toujours rigoureusement exactes, d'ou une part de variabilité entropique ou non rattachée à une variable qui expliquerait mathématiquement ces décalages.

Link to post
Share on other sites

Pour Florent :

On peut remarquer une relation qui est mathématique, et qui appartient au domaine des harmoniques, ou à des valeurs logarithmiques, pour les cycles de type hamoniques on peut relever que le Cycle de Gleissberg d'une durée moyenne entre 80 et 90 ans est une harmonique 8 du cycle de 11 ans, le cycle de Suess dont la valeur est estimée de 180 ans est une hamonique 16 de ce même cycle et une harmonique 2 du cycle de Gleissberg.

On peut trouver aussi la relation ou il s'agit de puissances exactes de la racine de 2, cela revient d'ailleurs au même que les harmoniques avec une legère dérive qui est peut être la clé de phases légérement décalées des harmoniques pures.

Or les mécanismes astronomiques sont régis par cette loi de la racine de 2, que ce soit la gravitation, l'espacement des planètes et l'affaiblissement de la propagation electromagnétique, je considère donc que les valeurs de ces phases cycliques ne peuvent en aucun cas être dues au hasard et sont en relation avec ces lois mathématiques .

Reste que le fameux cycle dit de 11 ans du Soleil est une moyenne et qu'il peut varier entre 9 et 14 ans

selon les observations, influence gravitationnelle des planètes proches ou décalage du fameux effet de dynamo interne du Soleil, les valeurs sont approchées et pas toujours rigoureusement exactes, d'ou une part de variabilité entropique ou non rattachée à une variable qui expliquerait mathématiquement ces décalages.

Tout a fait exact Torrent, ce qui montre que le soleil et son activité sont à considérer avec la plus grande attention avant du tirer des conclusions éronnées parfois sur ce qu'engendrerait le réchauffement climatique.Ce réchauffement semblerait jouer le rôle d'un catalyseur, mais les réactions restent bel et bien initiées par le soleil de mon avis.

A partir des harmoniques supérieures à 8, on verse dans l'échelle séculaire soit le très long terme. Toi et Williams avez beaucoup travaillé sur ces longues harmoniques : mon attention s'est portée sur les résonnances plus courtes.

Les mécanismes astronomiques sont en effet régis en particulier par une loi en racine de 2. Mais les effets de marée le sont par des lois en racine de 3. Et c'est peut-être de là que proviennent les variations constatées par le cycle de Brückner 33/35 ans qui est une harmonique 3 du cycle de 11 ans. Quant à la prévision saisonnière, je pense de plus en plus que c'est l'harmonique 5 (origine ? serait-ce tout simplement la somme des harmoniques 2 et 3 ??) qui possède le plus important pouvoir explicatif : l'année 2003 qui s'inscrit parfaitement dans un cycle moyen de 55 ans et dont l'occurence précédente fut 1947, en est la plus brillante illustration.

Florent.

Link to post
Share on other sites

C'est l'hopital qui se fout de la charité là, je reconnais que tu es sans doute un des meilleurs en previsions Meteo et que tu fais des analyses et prévisions rigoureuses, mais tu n'hesites pas non plus à donner des leçons, souvent à Bonessian mais sans Parsimoni d'ailleurs.

En effet, c'était mon grand défaut mais il faut savoir évoluer dans la vie. Je ne juge pas les personnes sur leurs posts d'il y a 2 ans mais sur leurs posts actuels.
Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...