Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Sign in to follow this  
meteor

janvier aux States

Recommended Posts

Guest Guest

quelle belle carte.qui peut encore nier l influence du soleil?qu en pense le giec?en total discordance avec leur previsions toujours plus chaude chaque année...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Tatinghem(62)/Brimeux(62)

baisse de l'activité solaire = baisse de temperature

giec et theorie de la courbe des temperatures qui augmentejusqu en l an 3000= plus grosse imposture scientifique du siecle

C'est vrai que la baisse de l'activité solaire a fortement fait baisser la tempé aux states default_rolleyes.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

toi tu n as pas vu les cartes mondiales...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

Dis moi meteor, sur la carte que tu donnes (la mondiale) s'agit-il des anomalies au sol ou en altitude ?

Existe t-il une carte similaire avec l'anomalie sur janvier à 850hPa ?

Merci d'avance default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" width="20" height="20">

il s'agit des températures de surface,

The dramatic difference in January temperatures between the northern halves of the Eastern and Western Hemispheres is revealed in this image of land surface temperature data collected by the Moderate Resolution Imaging Spectroradiometer (MODIS) sensor on NASA’s Terra satellite.

mais le mieux est que je te donne le site , je ne pense pas qu'il soit possible de faire une carte équivalente à 850 hPa avec une telle précision.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

hyper impressionnant la vague de froid que va se taper le sud des usa vers la mi fevrier.meme eux auront eu droit a leur vague de froid.c est exceptionnel cette année!

des records vont tomber dans le sud des usa

masse d air globale

vraiment incroyable tout ce froid

Share this post


Link to post
Share on other sites

Jean baptiste : "toi tu n as pas vu les cartes mondiales... "

Tiens , tu fais confiance aux cartes mondiales , maintenant !?

Il y a peu quand on voyait des anomalies positives presque partout ( cf septembre et octobre 2005), ne disais tu pas que les cartes ne tenaient pas compte des grandes étendues océaniques... les déserts où il n' y a pas de mesure... etc

sinon plus sérieusement si effectivement on a deux mois consécutifs en bleue sur la planéte on pourra peut être se poser des questions sur l'influence du soleil , quitte à nuancer les prévisions à la hausse !

Quels étaient les params solaires en septembre et octobre 2005 ?

A+

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

oui mais la c est les memes cartes qui sont utilisées donc c est coherent!

Share this post


Link to post
Share on other sites

oui mais la c est les memes cartes qui sont utilisées donc c est coherent!

encore une fois on est tous victimes d'un complot internationalo journalistico mystifiant!?et en plus y'a même des méchants pseudo scientifiques tous plus idiots les un que les autres alors, si tout le monde ne comprend pas...

Share this post


Link to post
Share on other sites

mais il serait interessant de comprendre pourquoi à certains endroits de la stratosphère il se forme des sortes de puits trés froids d'une telle ampleur.

Voila ce que dit torrent.Entierement d'accord mais un autre truc me tracasse justement sur ca.

Ce sont les orages de cette année qu'on à eut en france.Beaucoup de régions ont eut des orages de gréle avec des grelons de bonnes tailles.Des tornades de faibles intensité,meme en angleterre.Mais c'est surtout le nombre d'orage gréligéne qui m'as étonné cette été dont certains etaient vraiment trés costaud.Les supercellules photographié par certains: pierre paul feyte,pop41. Comme dit torrent.Une stratosphére qui se refroidit provoque plus d'ascendances si je ne me trompe pas.

Voir quelques supercellules chez nous est quand même quelque chose de trés rare.Mais quand j'entend parler des orages de gréle qu'il y a eut du coté de st girons en ariége,bourganeuf en creuse,pouillé dans le 41,les gros orages de grele a vierzon.Les orages à paris au mois de juin ou tout le monde disaient que ca ressemblé à un orage tropical default_crying.gif

Bref il y a des choses bizarres en ce moment depuis l'été.A suivre ce que ca donnera cette été afin de confirmer cette observation.

Share this post


Link to post
Share on other sites

mais il serait interessant de comprendre pourquoi à certains endroits de la stratosphère il se forme des sortes de puits trés froids d'une telle ampleur.

Voila ce que dit torrent.Entierement d'accord mais un autre truc me tracasse justement sur ca.

Ce sont les orages de cette année qu'on à eut en france.Beaucoup de régions ont eut des orages de gréle avec des grelons de bonnes tailles.Des tornades de faibles intensité,meme en angleterre.Mais c'est surtout le nombre d'orage gréligéne qui m'as étonné cette été dont certains etaient vraiment trés costaud.Les supercellules photographié par certains: pierre paul feyte,pop41. Comme dit torrent.Une stratosphére qui se refroidit provoque plus d'ascendances si je ne me trompe pas.

Voir quelques supercellules chez nous est quand même quelque chose de trés rare.Mais quand j'entend parler des orages de gréle qu'il y a eut du coté de st girons en ariége,bourganeuf en creuse,pouillé dans le 41,les gros orages de grele a vierzon.Les orages à paris au mois de juin ou tout le monde disaient que ca ressemblé à un orage tropical default_flowers.gif

Bref il y a des choses bizarres en ce moment depuis l'été.A suivre ce que ca donnera cette été afin de confirmer cette observation.

C'est juste de ce qu'on parle /index.php?showtopic=13348'>dans cette partie le lien entre la stratosphere et troposphere.

Williams

Share this post


Link to post
Share on other sites

On n'est jamais sûr de rien mais cela semble bien être janvier 2006.

Pour l'Australie je ne sais pas, il faudrait vérifier.(voir treizevents)

L'effet de balancier semble être plus favorable au froid lorsqu'il penche vers l'Asie.

Est-ce du à la géographie (continentalité-relief...) ?

Je ne sais pas non plus.

Toujours est-il que tu as raison, les zones très froides l'emportent assez largement sur les zones très chaudes.

Je serais curieux de connaître le "résultat" de janvier 2006 par la NOAA.

Je rappelle que décembre 2005 a connu un "coup de froid" global et si janvier 2006 est dans le même cas (ce qui est pratiquement sûr) ce fait devra être pris en considération par les climatologues.

La variabilité et le chaos climatiques ont certes bon dos, mais tout de même...

Je me réveille un peu après la bataille, je n'ai plus guère le temps même de lire infoclimat.

Une petite réaction : il est vrai que décembre 2005 n'a pas été aussi chaud que les mois précédent, mais c'est quand même le 9ème plus chaud depuis 1880. Et décembre 2000 et 2002 avait été encore moins chauds. Donc coup de froid... très très relatif.

http://www.ncdc.noaa.gov/img/climate/resea...glob_dec_pg.gif

Pour mémoire, la situation globale avait été presque exactement la même en février 2005 :

http://www.ncdc.noaa.gov/oa/climate/resear...ml#Introduction

On en avait parlé à l'époque et on y voyait déjà l'indication d'une année 2005 coup d'arrêt au réchauffement global en redonnant le lien avec le minimum solaire...

Au final en 2005, 2 mois d'hiver, février et décembre, plutôt moyens quant aux T (plus chauds que la moyenne mais assez loin des records) et pourtant une année aux T record, quasiment à égalité avec la plus chaude de toute : 1998.

On verra pour 2006, mais n'anticipons pas... même si janvier est loin des records de chaleur.

Rapport de la noaa sur les T globales de janvier la semaine prochaine.

Share this post


Link to post
Share on other sites

CANADA - Un feu de brousse menace une petite communauté au sud de Calgary

9 - février - 2006

CARSELAND, Alberta (PC) - Les pompiers avaient pratiquement réussi jeudi soir à circonscrire un feu de brousse qui menaçait une communauté de quelque 400 personnes au sud de Calgary.

La porte-parole du comté de Wheatland Susan Brownlee a déclaré que l'incendie n'avait fait aucun blessé ou dommage matériel.

Selon elle, des pompiers de huit communautés se sont joints au combat et l'incendie était maîtrisé à 90 pour cent, jeudi soir. Elle ajoutait qu'il fallait s'attendre à ce que l'ordre d'évacuation soit levé dans les heures suivantes.

Les 400 habitants avaient été avertis plus tôt en journée d'évacuer les lieux et de prendre refuge dans la municipalité voisine de Strathmore.

Les chutes de neige ont été rares et même inexistantes sur une bonne partie de la province cet hiver, avec des températures au dessus des moyennes, une situation propice aux feux de brousse.

Source : http://www.lactualite.com/nouvelles/nation...ntent=N020941AU

Florent.

Share this post


Link to post
Share on other sites

ETATS-UNIS - Feux de forêt menaçants en Californie

En Californie, un feu de forêt attisé par des vents chauds a entraîné l'évacuation de 1270 résidences à Anaheim et à Orange, banlieues situées à une quarantaine de kilomètres au sud-est de Los Angeles.

Les résidents de 900 autres habitations, plus éloignées des flammes, se sont vu seulement conseiller de les quitter.

L'origine de l'incendie n'est pas connue.

Le feu a éclaté lundi avant l'aube dans la forêt nationale de Cleveland où sévit une sécheresse inhabituelle en cette période de l'année. Le feu a forcé la fermeture de trois écoles et de grands axes routiers.

Des hélicoptères, des pompiers et des bombardiers d'eau tentent de combattre les flammes, qui ont déjà ravagé près de 730 hectares.

060207californie-feux-1_n.jpg

Elles sont attisées par des vents violents et des températures qui atteignent les 28 degrés Celsius.

Ces conditions météorologiques ont conduit les autorités à déclarer l'« alerte rouge », la plus élevée sur l'échelle du risque d'incendie.

À la fin de 2003, des incendies attisés par les vents avaient détruit plus de 3600 habitations et tué 22 personnes dans le sud de la Californie.

Source : http://radio-canada.ca/nouvelles/Internati...feu-foret.shtml

Florent.

Share this post


Link to post
Share on other sites

CANADA - Où est passé l'hiver ?

Raymond Gervais

La Presse

La neige a presque disparu des rues de Montréal. Les flaques d'eau ont remplacé les bancs de neige. Seuls les parcs sont encore blancs.

Y a-t-il quelqu'un qui sait où est passé l'hiver? Le site de la Fête des neiges a été fermé ce week-end à Montréal. Le Carnaval de Québec est dans la flotte: toutes les activités extérieures, sauf la course de canots, ont été annulées.

À Ottawa, la patinoire du canal Rideau a été fermée et les activités du Bal des neiges suspendues.

Au Québec, les nuits douces de vendredi et samedi ont permis de fracasser des records. À Sherbrooke, le mercure a grimpé jusqu'à 1,6° C, battant l'ancien record de - 2,5° C. Au Saguenay, il a fait - 2,6° C dans la nuit de samedi à dimanche, alors que l'ancien record était de - 3,7° C. À Québec, le record de - 0,2° C a été égalé, tandis qu'à Montréal, même si aucun record n'a été fracassé, la température est nettement supérieure aux normales.

Source : http://www.cyberpresse.ca/article/20060206...19/CPACTUALITES

Florent.

Share this post


Link to post
Share on other sites

CANADA - Que se passe-t-il avec notre hiver ?

La réponse se trouverait en partie dans les oscillations climatiques

par Serge Boudreau

Mais comment peut-on expliquer que l'Europe grelotte alors qu'en Amérique du Nord on vit un hiver à saveur printanière? Ali Assani, professeur-chercheur à la Section de géographie du Département des sciences humaines de l'UQTR, explique que ce phénomène serait attribuable aux oscillations climatiques.

«Les oscillations climatiques sont en fait des indices qui permettent aux climatologues de caractériser la variabilité des champs de pression à la surface de la Terre. Ces champs de pression contrôlent la circulation des masses d'air en provenance des tropiques et des pôles», explique le professeur spécialisé en géographie physique. Ce sont ces masses d'air qui influencent le temps qu'il fait.

Peu d'air polaire sur nos régions

Ali Assani explique que les chercheurs ont pu établir une corrélation entre les oscillations et la variabilité interannuelle des précipitations, des températures et des débits des rivières. «Les études ont démontré que ce sont les oscillations arctique et nord-atlantique qui influencent souvent le temps en Amérique du Nord et en Europe.» En hiver, lorsque les deux oscillations sont en mode positif, il y a donc très peu d'air polaire qui descend sur nos régions. En fait, l'air froid a tendance à aller vers l'Est, au grand désespoir des Européens qui doivent composer, tant bien que mal, avec des températures glaciales. «Les données journalières de ces deux oscillations publiées par la National Oceanic and Atmospheric Association (NOAA) démontrent que depuis janvier 2006, les valeurs de l'oscillation nord-atlantique sont positives. Elles étaient très négatives entre le 16 octobre et le premier novembre 2005, puis entre le 23 novembre et le 16 décembre», précise le professeur Assani.

Les oppositions climatiques

L'étude approfondie des oscillations aura permis aux chercheurs de mieux comprendre le phénomène des oppositions climatiques entre l'Amérique du Nord et l'Europe, en particulier l'Europe occidentale. Cette opposition est connue par les Danois depuis le 18e siècle. «Ceux-ci avaient en effet observé que les hivers doux et pluvieux au Danemark correspondaient plutôt aux hivers rigoureux et secs au Groenland et vice versa. Récemment, des chercheurs français ont pu démontrer cette opposition sur les débits et les précipitations», explique le professeur Assani.

L'exemple le plus marquant est certainement celui qui a caractérisé la décennie 1970. «Cette période a été la plus pluvieuse en Amérique du Nord, alors que pendant ce temps, l'Europe enregistrait sa décennie la plus sèche du 20e siècle. Les données de ces deux oscillations révèlent qu'elles sont passées toutes les deux en mode positif au début de cette décennie», mentionne celui qui enseigne entre autres la climatologie et la météorologie au programme de géographie à l'Université du Québec à Trois-Rivières.

L'effet des ouragans

Toutefois, mentionne le professeur, il ne faut pas perdre de vue le fait que d'autres facteurs peuvent interférer dans l'adoucissement des hivers dans nos régions. C'est le cas des ouragans dont l'activité a atteint son paroxysme durant la saison 2005, qui fut d'ailleurs la plus longue jamais observée. «Comme on le sait, les ouragans y transfèrent des quantités impressionnantes d'énergie sous forme de chaleur latente. Cette énergie sera libérée dans l'atmosphère lors de la formation des nuages contribuant ainsi à l'adoucissement de la température dans nos régions tempérées.» Ce phénomène affecte plus l'Amérique du Nord que l'Europe. «Ceci peut donc contribuer à renforcer cette opposition climatique observée entre les deux continents au cours de certaines années», affirme Ali Assani.

Et le réchauffement climatique?

Est-ce que le réchauffement climatique joue un rôle dans cette opposition climatique entre notre continent et l'Europe? «Il n'existe pas encore une preuve scientifique formelle de l'influence du réchauffement climatique sur les deux oscillations. Néanmoins, certains scientifiques ont tendance à attribuer le changement de mode de ces deux oscillations, observées au début de la décennie 1970, au réchauffement climatique, explique le professeur Assani. Par ailleurs, étant donné que les deux oscillations sont influencées par la température du pôle Nord, on peut raisonnablement postuler que le réchauffement de celui-ci peut influencer leur variabilité interannuelle. À ce propos, certains scientifiques pensent que la persistance de ces deux oscillations en mode positif depuis la décennie 70 pourrait être liée au réchauffement du pôle Nord.»

Est-ce que cet hiver printanier va se poursuivre en février? Bien malin celui qui pourrait répondre avec précision à cette question. En se basant sur les plus récentes données du NOAA, Ali Assani affirme que rien ne permet de prédire que les températures douces vont persister. «On observe actuellement des valeurs qui reviennent à la normale. Mais si on prend en considération l'effet des ouragans, le temps doux pourrait se maintenir. Mais à ce stade, on nage en pleines spéculations», conclut-il.

Source : http://entete.uqtr.ca/description.php?no_fiche=5227

Florent.

Share this post


Link to post
Share on other sites

CANADA - La température a contraint des entreprises à modifier leur plan de match

PAR TARA PERKINS

TORONTO (PC) - Les conditions climatiques anormalement douces observées ces dernières semaines ont contraint plusieurs entreprises canadiennes à modifier leur plan de match.

Bien que les températures de décembre aient été similaires à celles habituellement observées à cette époque de l'année, les conditions météorologiques de janvier ont été plus douces que celles prévalant normalement dans plusieurs régions du pays.

Le sud du Québec et l'Ontario ont eu droit à des températures d'environ cinq degrés Celsius plus élevées que les normales saisonnières, tandis que dans les Prairies, le thermomètre est monté jusqu'à 10 degrés au-dessus de la normale.

Le mois de janvier a été le plus chaud jamais enregistré en Ontario tandis qu'à l'échelle nationale, il se classe au troisième rang, derrière janvier 1981 et 1958.

Cela a eu pour conséquence de forcer les spécialistes de la planification stratégique de secteurs tels que ceux du vin et du transport, notamment, à revoir leur façon de faire.

"Nous ne sommes pas habitués à travailler dans une mer de boue en janvier", a indiqué Lloyd Ferguson, directeur général de Dufferin Construction, société ontarienne de bétonnage et d'ingénierie.

On pourrait croire que des conditions climatiques plus douces soient favorables au secteur de la construction, mais M. Ferguson a assuré que ce n'était pas nécessairement le cas.

"Si nous avions su que ce serait comme ça, nous nous serions préparés en conséquence, a-t-il dit. Mais nous nous étions préparés en fonction d'un sol gelé, et nous avions prévu des contrats à mener sur un sol gelé. Mais nous n'y avons pas eu droit. Nous sommes donc fermés."

Le problème est double, a même ajouté M. Ferguson. "Trop de boue et pas assez de neige à ramasser. Beaucoup d'entre nous dépendent des contrats de déneigement durant l'hiver, et il n'y en a pas eu."

La température s'est révélée une bonne et une mauvaise chose pour le secteur de la construction, a quant à lui estimé Jeff Morrison, de l'Association canadienne de la construction (ACC).

Les conditions climatiques ont simplifié la tâche des entreprises appelées à ériger des tours de bureaux.

"Elles n'ont pas eu à payer pour le chauffage ou la décongélation", a dit M. Morrison.

Par ailleurs, les températures observées en janvier ont laissé sans occupation les producteurs de sirop d'érable, a indiqué Marc Côté, de la Fédération des producteurs acéricoles du Québec.

Le temps toux aurait pu leur permettre de procéder à l'entaillage des arbres, mais ils n'avaient pas prévu qu'il ferait si chaud, a-t-il expliqué.

Cependant, dans le secteur de Niagara, en Ontario, les producteurs de raisin et de vin se réjouissent.

"Cet hiver est un cadeau du ciel pour l'industrie vinicole", a affirmé Norm Beal, président du Wine Council de l'Ontario, précisant que les températures clémentes permettaient aux vignes de se remettre du froid extrême les ayant affectées l'an dernier.

Source : http://info.branchez-vous.com/Finance/060205/F020506U.html

Florent.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Deauville 14 (8 km) Plaisir 78 (en haut)

Mon pays c'est l'hivers default_laugh.png

54709c1f63fb039f61ad7c393e3ct.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

Je me réveille un peu après la bataille, je n'ai plus guère le temps même de lire infoclimat.

Une petite réaction : il est vrai que décembre 2005 n'a pas été aussi chaud que les mois précédent, mais c'est quand même le 9ème plus chaud depuis 1880. Et décembre 2000 et 2002 avait été encore moins chauds. Donc coup de froid... très très relatif.

http://www.ncdc.noaa.gov/img/climate/resea...glob_dec_pg.gif

Pour mémoire, la situation globale avait été presque exactement la même en février 2005 :

http://www.ncdc.noaa.gov/oa/climate/resear...ml#Introduction

On en avait parlé à l'époque et on y voyait déjà l'indication d'une année 2005 coup d'arrêt au réchauffement global en redonnant le lien avec le minimum solaire...

Au final en 2005, 2 mois d'hiver, février et décembre, plutôt moyens quant aux T (plus chauds que la moyenne mais assez loin des records) et pourtant une année aux T record, quasiment à égalité avec la plus chaude de toute : 1998.

On verra pour 2006, mais n'anticipons pas... même si janvier est loin des records de chaleur.

Rapport de la noaa sur les T globales de janvier la semaine prochaine.

oui je suis d'accord avec tout cela.

Mon propos n'est pas de tirer une conclusion générale concernant le réchauffement climatique que je considère comme indéniable, depuis pas mal de temps.

Il me semble par contre que les variations de température globale ou par hémisphère mériteraient d'avantage d'être analysées.

Ce mois de décembre a été "froid" relativement à ce qui s'est passé cette année et surtout sur l'HN, l'inertie océanique de l'HS écrasant les variations globales.

On a connu cela en février et nous avons essayé une analyse explicative.

Pourquoi ne pas faire la même chose cette fois?

Je m'aperçois d'ailleurs qu'en Amérique du Nord, on se pose quelques questions à ce sujet, et c'est tant mieux.

ci-joint le graphique des anomalies pour 2005.

l'anomalie de décembre 2005 est en forte baisse relativement à la moyenne de l'année et surtout pour l'HN.

Nous attendons avec impatience les résultats pour janvier 2006.

Bon, je n'ai pas suffisamment de recul, mais il me semble que le contraste Sibérie/Amérique du Nord est assez exceptionnel pour ce mois de janvier.

an20058gk.th.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quelques clefs :

- la forte variabilité des T pour les masses continentales de l'hémisphère nord (cf le post janvier 2006 en climatologie) qui fait varier beaucoup T de l'hémisphère nord et même globalement.

- la Nina (pendant du Nino qui remonte légèrement les T globales, ici en Nina les anomalies de T marines restent localisées sous la surface, cf le post correspondant sur La Nina)

- les cycles de climat plus continental/océanique. Il y a un maximum "continental" en ce moment pour l'Europe centre/ouest, mais est-ce généralisable à l'hémisphère nord ?

J'ai fait une micro étude sur l'évolution de l'amplitude thermique saisonnière depuis la fin du XVIIIeme en Europe qui montre assez nettement des cycles de 20/25 ans, la période est assez irrégulière et n'est pas en phase avec les cycles solaires (irréguliers aussi).

Je suppose que ça a déjà été étudié/est déjà paru, mais je n'ai guère le temps de faire des recherches la dessus en ce moment.

Cela dit je te rejoins pour noter la magnifique compensation entre sibérie et Amérique du nord en janvier, c'est impressionnant ces anomalies qui dépassent parfois 10°C, et sur des zones de très grande tailles.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

Je suppose que ça a déjà été étudié/est déjà paru, mais je n'ai guère le temps de faire des recherches la dessus en ce moment.

oui sans doute, enfin , je ne sais pas trop.Ce qui m'étonne c'est que lorsqu'on pose ce genre de question à des "pros" , ils ne savent pas non plus.

Et ce qui a le don de m'énerver c'est cette réponse un peu désinvolte: "mais voyons, mon pauvre ami, la variabilité climatique, vous connaissez?"

Mais je retiens tes cycles de 20-25 ans.

à plus

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Saint Leu La Foret (95), altitude 70 mètre.

Ca y'est la "nor easter" a frappe Washinton depuis hiers soir il y' a deja 8 cm au sol pour un cumul attendu de 15 a 20 cm, a Newyork et est attendu 30 a 40 cm.

philippe

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this  

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...