Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Sign in to follow this  
Guest

Réchauffement de l'Arctique

Recommended Posts

(...)

Il ne s'agit pas non plus d'envisager un emballement dans un sens ou dans l'autre mais de comparer deux situations stabilisées à +5°C et -5°C.

(...)

Excuse-moi, mais c'est complètement idiot comme débat Météor! C'est comme si on débattait de savoir ce qui était le mieux d'avoir entre la peste ou le choléra...Aucun des deux n'est souhaitable bien sûr, et les 2 cas entraineraient des extinctions de masse et des catastrophes humanitaires très importantes.

Vous en avez d'autres des débats aussi idiots?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Voici la carte d'extension de la banquise en Arctique pour le mois de Septembre : évolution depuis 1978

sep-seaice-extent.gif

L'année 2005 est effrayante et fait froid dans le dos... Depuis 1996, on a perdu environ 2,5 million de km2 de banquise (a peu 30% de la banquise), soit l'équivalent de 5 France en superficie!

Vous imaginez l'effet sur l'albédo!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Voici la carte d'extension de la banquise en Arctique pour le mois de Septembre : évolution depuis 1978

sep-seaice-extent.gif

L'année 2005 est effrayante et fait froid dans le dos... Depuis 1996, on a perdu environ 2,5 million de km2 de banquise, soit l'équivalent de 5 France en superficie!

Vous imaginez l'effet sur l'albédo!

Peux-tu nous confirmer l'origine de ce graphique ?

Il semblerait provenir du NOAA, mais concerne manifestement l'area et non l'extent, contrairement à la référence.

De plus, il faudrait le relativiser en rappellant simultanément les mesures antérieures à 1978.

Ceci dit, il montre bien l'actuelle tendance lourde à une réduction de la superficie de la banquise arctique.

Mais si on veut vraiment faire apparaître cette tendance (qui permet de relativiser les variations annuelles), il me semble à première vue qu'il faudrait utiliser non pas une droite, mais une courbe du second degré (avec la méthode des "moindres carrés", la plus objective et la plus satisfaisante pour ce genre d'opération). cela ferait apparaître sans discussion s'il y a ou non tendance à une accélération relative de cette réduction de superficie.

Je pense calculer une telle courbe de régression, maintenant que nous avons les données pour l'été complet, si je n'ai pas la flemme. Dur de ne pas avoir une équipe avec soi...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

Excuse-moi, mais c'est complètement idiot comme débat Météor! C'est comme si on débattait de savoir ce qui était le mieux d'avoir entre la peste ou le choléra...

Aucun des deux n'est souhaitable bien sûr, et les 2 cas entraineraient des extinctions de masse et des catastrophes humanitaires très importantes.

Vous en avez d'autres des débats aussi idiots?

Il me semble intéressant d'étudier, de façon dépassionnée, deux situations, certainement déjà intervenues dans l'histoire de la Terre quant à l'habitabilité et la vivabilité résultantes qu'elles engendrent.

Qu'est-ce que tu trouves idiot là-dedans?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Jonage_ Lyon Est_220m

moi qui n'est pas la prétension d'être méteo, mais plutôt observateur, je m'aperçois que depuis quelques années, le climat change. En effet les précipations s'amenuisent, depuis quand une vraie perturbation digne de ce nom n'a pas traversé la france d'ouest en Est. Les glaciers reculent, c'est vrai, je pratique la montagne et celui de la plagne n'était pas skiable cette année" fermé" et même si il fait un peu plus chaud, je crois encore que c'est lié au manque de chute de neige sur nos massifs, les dépressions n'arrivent plus à traverser le pays et n'amène plus rien. Moins de precipitations et températures douces = sècheresse et ça dure. Alors je me demande comment certain peuvent encore douter ou croire que les choses vont s'arranger. Je fait de la course à pied et je suis encore en short et débardeur on est le 23 octobre! J'entend aussi souvent les stats sur 3 mois qui disent que 2 mois chaud + 1 mois froid, finalement ça fait une température qui est dans les moyenne de saison donc tout va bien, sauf qu'il ne pleut plus que la sécheresse s'agrave et que ce manque de pluviométrie n'a pas l'air d'inquiéter les métards. Il suffit de ce promener sur les forums pour voir que le climat change, y'a plus aucune situation qui met le forum en ébulition, que des pétards mouillés. Alors oui diront certains y'a eu un orage ici, un coup de vent là, mais rien de général et de durable.

Share this post


Link to post
Share on other sites

moi qui n'est pas la prétension d'être méteo, mais plutôt observateur, je m'aperçois que depuis quelques années, le climat change. En effet les précipations s'amenuisent, depuis quand une vraie perturbation digne de ce nom n'a pas traversé la france d'ouest en Est.

Pour ce genre d'observations, il faut veiller tout de même à savoir si elles ont réellement un lien avec le réchauffement. Les tendances lourdes et globales sont importantes, et suffisamment inquiétantes en ce qui concerne le réchauffement.

Par contre pour les phénomènes locaux (autant sur les surfaces concernées que sur la durée), je trouve qu'il convient de rester prudent. En 2000, 2001,2002, on pouvait déduire qu'il allait pleuvoir de plus en plus...

Le fait est que le flux zonal n'a cessé d'augmenter depuis la fin des années 70, et s'est effondré depuis 2003. Ceci explique le manque de dépressions qui traversent la France. A partir de la, est ce qu'il faut voir un lien avec le réchauffement, de la baisse du flux zonal, peut être, mais il faut avancer au moins un début d'explication avant que l'on puisse considérer cela comme sérieux.

Dans les années 40 on était aussi dans une période avec des flux méridiens marqués.

Bref, pour moi il faut faire attention entre les tendances lourdes liées au réchauffement, et les phénomènes locaux qui ne le sont pas la plupart du temps.

Il convient je pense, d'avoir tout de même un certains recul et ne pas transformer immédiatement des anomalies locales dans le temps en des évolutions du au réchauffement.

Après la tempête de 1999 et l'augmentation du flux zonal, on concluait exactement l'inverse de ce qu'on conclu depuis 2003, et l'arrivée des flux méridiens.

Ca ne change rien quand au réchauffement, mais cela veut dire qu'il ne faut pas déduire que parce qu'on à moins de flux zonale depuis 2003, c'est à cause du réchauffement, et que ça va durer ad vitam æternam.

Il est prévu pour le moment que le réchauffement entraine une baisse des précipitations au sud et une augmentation plus au nord. Il me semble que la France est à la limite de ces deux zones, et on ne sait peut etre pas encore par lequel de ces deux facteurs on va etre le plus influencé, surtout en ce qui concerne le nord de la France par exemple.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : 34230 Paulhan - Centre Hérault

Même pas évident, je crois bien que les uns et les autres nous devons rester trés modestes, le flux zonal en diminution depuis 2003 oui, mais il est en train de s'installer un flux zonal tres puissant pour la semaine qui vient, cela fait trés longtemps qu'on n'en avait pas eu d'aussi important.

Alors, flux zonal puissant dans les années 1999 à 2003 rechauffement, flux meridien de 2004 à maintenant rechauffement? rien n'est joué, rien n'est évident, asbence de taches solaires = Ga? non plus, au contraire les depressions descendent bas sur l'Atlantique et on est en periode d'absence de taches, il est dit qu'ocean chaud = depressions, on est en NAO negative donc ocean plus froid et depressions quand même.

Retard important du gel de la banquise le long des côtes Siberiennes, c'est problématique mais par ailleurs gel et extension ultra rapide en mer du Groenland.

Il y a un trou dans votre raisonnement ! dans le mien aussi mais j'essaie de comprendre ...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Bouffémont (95) Val d'Oise 

C'est dommage Tomar et meteor car ça m'interesse toutes ces explications mais je ne comprend pas grand chose à tout ça. Il devrait y avoir un forum ou des termes techniques seraient expliquées aux amateurs comme moi qui ont envie de comprendre.

a+

Patric95

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

C'est dommage Tomar et meteor car ça m'interesse toutes ces explications mais je ne comprend pas grand chose à tout ça. Il devrait y avoir un forum ou des termes techniques seraient expliquées aux amateurs comme moi qui ont envie de comprendre.

a+

Patric95

la meilleure chose à faire est d'être patient, de bien suivre les débats et les liens fournis et tu vas comprendre petit à petit.

Sinon tu as le beau site de williams présent sur ce forum ici

à plus

Share this post


Link to post
Share on other sites

Peux-tu nous confirmer l'origine de ce graphique ?

Il semblerait provenir du NOAA, mais concerne manifestement l'area et non l'extent, contrairement à la référence.

De plus, il faudrait le relativiser en rappellant simultanément les mesures antérieures à 1978.

Il s'agit bien de l'Extent. Le graphique vient bien de la NOAA sur la page faisant le bilan climatique de septembre 2005 dans le monde. Il est d'ailleurs confirmé que Septembre 2005 est le mois de Septembre le plus chaud jamais enregistré...

Voici la page

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : 34230 Paulhan - Centre Hérault

Il s'agit bien de l'Extent. Le graphique vient bien de la NOAA sur la page faisant le bilan climatique de septembre 2005 dans le monde. Il est d'ailleurs confirmé que Septembre 2005 est le mois de Septembre le plus chaud jamais enregistré...

Voici la page

La page indique que c'est le troisième le plus chaud jamais enregistré, le record est de 1998, ou alors je ne sais pas lire, même si je suis trés loin d'être expert en Anglais je ne crois pas me tromper.

C'est bien l'année 1998 qui a ete celle de tous les records.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Par contre, pour septembre 2005, sur cette même page, il est dit:

Cooler than average temperatures were observed over France, Spain, western Australia, central South America and along the U.S. West Coast.

default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">default_huh.pngdefault_huh.pngdefault_huh.pngLà j'avoue ne pas trop comprendre. Déjà pour Aout 2005, c'était bizarre... Voici la carte des anomalies, points bleus pour la France??? Si quelqu'un pouvait m'expliquer. C'est bizarre pour un site aussi sérieux que la NOAA:

map_mntp_09_2005_pg.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites

La page indique que c'est le troisième le plus chaud jamais enregistré, le record est de 1998, ou alors je ne sais pas lire, même si je suis trés loin d'être expert en Anglais je ne crois pas me tromper.

C'est bien l'année 1998 qui a ete celle de tous les records.

Désolé mais tu ne sais vraiment pas lire Torrent! default_huh.png C'est bien septembre 2005 qui a le record. 2003 arrive en 2eme position pour terre et mer, le 2eme pour les terres seules étant 1998.

Global

Land --------

Ocean ----------

Land and Ocean

+0.98°C----

+0.48°C -------

+0.63°C

warmest ---

3rd warmest --

warmest

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui Septembre 2005 est bien le plus chaud, devant 1998.

Depuis le début de l'année, 2005 est pour l'instant la deuxième année la plus chaude à égalité avec 2002.

Si il parait difficile de battre 1998 d'ici la fin de l'année, 2005 se classera soit à la deuxième place devant 2002, soit à la troisième derrière 2002. (à moins d'avoir oct-nov-dec , très froid, ca parait assez peu probable).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il s'agit bien de l'Extent. Le graphique vient bien de la NOAA sur la page faisant le bilan climatique de septembre 2005 dans le monde. Il est d'ailleurs confirmé que Septembre 2005 est le mois de Septembre le plus chaud jamais enregistré...

Voici la page

Je maintiens qu'il s'agit de l'area et non de l'extent. La NOAA s'est totalement mélangé les pinceaux en rédigeant son texte ! (Et ça ne fait pas sérieux pour des professionnels ! )

La preuve :

En septembre 2005, l'area est descendue au dessous de 5,5 millions de Km², alors que l'extent (toujours plus étendue que l'area car comprenant des chenaux et des zones sans glaces) n'est descendue "qu'à" 7,6 km² (soit tout de même environ 3,5 km² de moins que la moyenne des années 1900-1950 !)

Voir ci-dessous le graphique d'évolution de l'area par cryosphere pour les derniers 365 jours :

http://arctic.atmos.uiuc.edu/cryosphere/IM...current.365.jpg

On peut bien y vérifier que le minimum de l'area en septembre 2005 correspond bien au soit-disant minimum de l'"extent" selon la NOAA !

Pour le reste, septembre 2005 est bien le mois de septembre le plus chaud jamais enregistré en moyenne dans le monde. Et il semble qu'octobre prenne le même chemin...

Quand au fait que "Depuis le début de l'année, 2005 est pour l'instant la deuxième année la plus chaude à égalité avec 2002" (Stalbuck), c'est exact.

Mais il faut aussi remarquer que cette même année 2005 est l'année la plus chaude (avant 2002, donc) en ce qui concerne l'HEMISPHERE NORD, souvent en avance de quelques années (2 ou trois ans) sur l'évolution de l'autre hémisphère. Et c'est dans l'hémisphère nord que nous venons de franchir un seuil climatique si mon analyse est exacte, comme semblent l'indiquer tous les indices...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : 34230 Paulhan - Centre Hérault

Exact c'est la periode janvier/septembre de 1998 qui detient le record, j'ai lu le tableau trop rapidement, autant pour moi.

Pour le reste je suis d'accord avec l'effet de seuil de 2005, record de Tempêtes tropicales et Cyclones dans l'Atlantique tant en nombre absolu jamais atteint qu'en intensité depuis les premières mesures.

Ce n'est que le hors d'oeuvre, on ne commence que maintenant à payer l'addition, et il ne sera pas besoin d'arriver à +5° pour que cela atteigne des proportions intenables pour l'humanité.

A +2° de hausse on verra déja surement les cyclones remonter jusqu'en Europe, les partisans du rechauffement climatique verront leurs belles theories selon lesquelles un rechauffement serait benefique s'effondrer comme un chateau de cartes devant les faits.

Share this post


Link to post
Share on other sites

A +2° de hausse on verra déja surement les cyclones remonter jusqu'en Europe, les partisans du rechauffement climatique verront leurs belles theories selon lesquelles un rechauffement serait benefique s'effondrer comme un chateau de cartes devant les faits.

Qu'entends-tu par cyclones remonter jusqu'en Europe ?

Effectivement, la probabilité est très grande pour que les coups de vent soient plus nombreux et plus violents car les gradients de températures seront plus proches mais de là à pourvoir développer des cyclones... Même avec une hausse des températures de 2°C, la température des océans ne sera pas suffisamment élevé (28°C) pour développer des cyclones.

Tu me parleras sans doute du cyclone Vince qui est venu "chatouiller" les bords de l'Europe, mais sa perte de puissance (due à la température trop basse de l'océan) a été à la hauteur du coup médiatique.

Je ne suis pas pour minimiser les effets de l'homme sur l'environnement, ni pour dédramatiser la situation actuelle, mais je ne suis pas favorable au catastrophisme. Malheureusement, il n'y a pas forcément d'autres solutions pour interpeller certains individus sur la gravité de la situation actuelle et la rapidité de sa détérioration. En revanche, je serais d'accord pour parler d'accroissements des phénomènes extrêmes, dans leurs nombres et dans leurs violences/puissances.

Pioutch.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : 34230 Paulhan - Centre Hérault

Qu'entends-tu par cyclones remonter jusqu'en Europe ?

Effectivement, la probabilité est très grande pour que les coups de vent soient plus nombreux et plus violents car les gradients de températures seront plus proches mais de là à pourvoir développer des cyclones... Même avec une hausse des températures de 2°C, la température des océans ne sera pas suffisamment élevé (28°C) pour développer des cyclones.

Tu me parleras sans doute du cyclone Vince qui est venu "chatouiller" les bords de l'Europe, mais sa perte de puissance (due à la température trop basse de l'océan) a été à la hauteur du coup médiatique.

Je ne suis pas pour minimiser les effets de l'homme sur l'environnement, ni pour dédramatiser la situation actuelle, mais je ne suis pas favorable au catastrophisme. Malheureusement, il n'y a pas forcément d'autres solutions pour interpeller certains individus sur la gravité de la situation actuelle et la rapidité de sa détérioration. En revanche, je serais d'accord pour parler d'accroissements des phénomènes extrêmes, dans leurs nombres et dans leurs violences/puissances.

Pioutch.

Vince s'est developpé sur des eaux à 23° - tres bizarre car il faut en effet 26,5° en principe, il s'est developpé fin Septembre, il suffit que ce soit un peu plus tot dans la saison et l'eau de mer plus chaude de 1,5° et que la hausse des T° ait atteint 2° en plus on est dans les clous pour les 26,5° avec toutes les conséquences que l'on sait, il suffira dès lors qu'une temptête tropicale naisse du coté des Canaries ou la T° de l'eau sera dans les 26° ou les 27° et on sera bon si aucun front froid ne vient s'y opposer à une remontée vers l'Espagne et si c'est fin Aout une Mediterrannée à 26 ou 27° se fera un plaisir de realimenter le cyclone en question.

Scenario impossible ? pas du tout bien au contraire ! surtout en nous annonçant 4° de hausse en Europe quand la hausse mondiale sera de 2°, il y a fort à parier que nous serons passés dans les temperatures critiques de l'eau de mer pour que cela se produise.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : St Georges sur Loire (49), 15 km à l'ouest d'Angers.

QUOTE(Torrent @ 24/10/2005 - 17:24)

Vince s'est developpé sur des eaux à 23° - tres bizarre car il faut en effet 26,5° en principe, il s'est developpé fin Septembre, il suffit que ce soit un peu plus tot dans la saison et l'eau de mer plus chaude de 1,5° et que la hausse des T° ait atteint 2° en plus on est dans les clous pour les 26,5° avec toutes les conséquences que l'on sait, il suffira dès lors qu'une temptête tropicale naisse du coté des Canaries ou la T° de l'eau sera dans les 26° ou les 27° et on sera bon si aucun front froid ne vient s'y opposer à une remontée vers l'Espagne et si c'est fin Aout une Mediterrannée à 26 ou 27° se fera un plaisir de realimenter le cyclone en question.

Scenario impossible ? pas du tout bien au contraire ! surtout en nous annonçant 4° de hausse en Europe quand la hausse mondiale sera de 2°, il y a fort à parier que nous serons passés dans les temperatures critiques de l'eau de mer pour que cela se produise.

Quant à la mediterranee la probabilite est encore plus eleve.

Pourtant à ce que l'on dit, les cyclones ne pourront jamais se développer en Europe, mais pas à cause de la température de l'eau mais pour une raison que je ne sais plus. Alors que devons nous croire???? Moi je pense sincérement qu'un cyclone est probable dans les décennies à venir en Europe mais çà ne tient qu'à moi. default_devil.gifdefault_whistling.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : 34230 Paulhan - Centre Hérault

Ce sont les partisans du rechauffement qui pretendent que les cyclones ne pourront jamais se developper au large de l'Europe, on a bien vu que c'etait possible, il aurait suffi que ce soit un mois plus tot dans la saison et Vince aurait fait vraiment parler de lui.

Je pense qu'il suffit de 2° de hausse par rapport à ce que nous connaissons, à plus forte raison si on a 4° comme les mêmes partisans du rechauffement l'affirment.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pas mal de bon sens dans ce long et interessant post.

Mais il y a de très grosses différences entre maintenant et la transition Permien-Trias.

Les deux principales (outre une configuration des continents très différente de l'actuelle) étaient :

1) l'absence totale de permafrost, donc de stock de carbone prêt à partir dans l'atmosphère comme aujourd'hui (le Permien avait commencé très froid mais avait connu un réchauffement progressif et le climat était légérement plus chaud que maintenant au moment où la crise (qui semble effectivement avoir duré 80 000 ans en ce qui concerne l'extinction) a commencé.

2) le phènomène a été très lent, surtout au début: les trapps de Sibérie, à l'origine du dégazage massif de CO2 ont mis des centaines de milliers d'années à se former. Or, la modification actuelle de l'atmosphère est bien plus rapide qu'alors et l'existence du méthane du permafrost va encore accélérer le processus.

Reste le vrai questionnement que pose le climat de l'époque d'Eric le Rouge: C'est à cette époque que le Groenland (= Terre verte) a été baptisé. Il est évident que sa partie sud était libre de glaces...

Merci Alain pour cette reponse argumentée.

J'ignorais en effet qu'a la fin du permien, le permafrost etait totalement absent sur terre. Mais j'a en effet souvent lu et entendu parler de l'importance preponderante de la position des continents sur la climat mondial, ce qui parait logique.

Cependant, quand je disais que les elements à la base (d'un eventuelle catastrophe) sont les mêmes, je sous-entendais que l'homme ne "crée" pas de CO2 ou de CH4 à partir de rien, il ne fait que rejeter dans l'atmosphere du CO2, du CH4 et autres composés carbonés d'origine naturelle, mais bien plus vite que ce qui se serait passé sans son intervetion, en bref, l'homme ne peut pas rejetter plus de carbonne dans l'atmosphere qu'il n'en existe sur terre, peu importe qu'il soit en permafrost ou en hydrate de methane.

La question revient à connaitre le stock de carbone liberable : c'est à dire celui du permafrost + les hydrates de methane + petrole charbon et autre C fossile + le carbonne dissous dans l'ocean mondial et le carbonne de la biosphere. (On considerera que celui contenu sous forme minerale comme le calcaire n'est pas liberable ?).

Ce stock actuel est il superieur à celui de la crise perm-trias ?

Les flux de stocage de C sous forme minerale sont ils capable d'enrayer une partie des emissions ?

Tu fais un bref rappel de la chronologie du drame permien-trias, merci, ça colle bien avec ce que j'avais entendu grace à une emission sur ARTE, mais je me pose une question depuis que je connais cette theorie :

Quand les hydrates de methanes sont destabilisés, d'enormes quantités sont relachées dans l'atmosphere tres vite, ce qui pourait impliquer un changement climatique rapide (à l'echelle de quelques siecles) or l'evolution permien trias nous montre que l'evolution thermique n'a jamais été tres rapide (si je me souvient bien), en tout cas rien de sensible en quelques siecles.

Dans ce cas, pourquoi penser que la destabilisation de l'actuel stock d'hydrate des methane impliquerait un changement rapide du climat (i.e à notre echelle de temps) si ça n'a pas été le cas precedemment ?

Le degazage du permafrost peut il expliquer une augmentation tres rapide de la T par une vitesse de degazage considerablement plus rapide que celle des hydrate de methane ?

Bref, je suis sensible au danger d'un 'changement d'ere ', et l'hypotese est recevable, mais comment est il possible que le changement se produise en 100 fois moins de temps que pour la crise P-T, avec, à la base, du carbonne stoqué par le vivant pendant des millions d'années dans differents reservoires.

Je garde toujours en tete les differences d'echelles temporelles, entre un rechauffement sur 100 ans de 0.6°C en deux periodes de rechauffement de 30 ans d'un coté et de l'autre des mecanismes qui durent des dizaines de milliers d'années, qui mettent en jeux des reservoires de C sans doutes bien plus grands que nos puits de petrole actuels, et un rechauffement mondial de 10°C. Je ne peux pas m'ampechar de penser qu'on manque 'vraiment' de recul.

Une petite question, les emissions annuelles de C des Trapp de siberie en pleine activité, en ordre de grandeur, ça represente quoi par rapport aux emission de CO2 antropique en 2000 par exemple ?

Sinon, je suis content que tu reconnaisses que le climat chaud de l'epoque d'Erik le rouge pose encore de tres grosses questions, pour l'instant sans reponses nettes :-)

Amicalement,

François

PS: Je prefere nettement quand le 'climat' des forum devient plus calme et que l'on peut discuter de nos sujet de passion sans s'insulter :-) même si les coup de g****e sont indisociables de la vie en société.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Bouffémont (95) Val d'Oise 

Perso j'y crois au cyclone en europe dans les prochaines décénnies!

Ya qu'à voir Vince qui avait les caractéristiques d'un cyclone au large du maroc. Si cela se produit une fois cela se reproduira certainement à un autre moment. Si la température de l'eau augmente davantage alors on pourra s'attendre à des surprises à ce niveau là en Europe du sud dans un premier temps.

a+

Patric95

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : 34230 Paulhan - Centre Hérault

Si le réchauffement restait au niveau actuel (avec ses hivers plus tardifs et des vagues de froid limitées à 2 semaines comme en février dernier), on pourrait discuter des avantages et inconvénients. J'avoue trouver moi-même agréables les automnes particulièrement doux que nous connaissons maintenant de plus en plus.

Mais, même si certains ne veulent absolument pas voir le danger, le risque est bien celui de connaître une accélération plus ou moins incontrolable de la dérive climatique au cours des prochaines décennies. Et là, les inconvénients l'emporteront sans aucun doute sur les avantages, jusqu'à peut-être mettre en danger la biosphère et provoquer une extinction de masse et une crise majeure de notre socité.

Il faut donc comprendre l'énervement de Torrent devant ceux qui nient ou sous-estiment systématiquement ce risque, notamment en affirmant que le réchauffement est avantageux. Ces personnes, en essayant de maintenir un doûte sur le danger réel incitent de fait à ne pas faire grand chose pour réagir et porteront peut-être une lourde responsabilité dans les années ainsi perdues et qu'il risque d'être très difficile de rattraper si nos craintes sont confirmées.

Quand à dire comme certains qu'il faut attendre d'en avoir la preuve absolue (c'est-à-dire l'accumulation de dérives catastrophiques) pour réagir, celà revient bien à dire qu'il faudrait attendre que l'état d'un malade soit devenu quasiment désespéré pour commencer à lui faire suivre un régime ou pour le soigner...

Merci Alain, c'est bien ce que j'ai voulu dire, que je m'enerve oui, mais il faut dire que je suis médusé de voir ces extrapolations, c'est quand même bien plus grave qu'une discussion sur des experiences en laboratoire que ce sujet.

Les refroidissements on connait, y compris un refroidissement de 5° mais un rechauffement de 5° on rentre dans l'inconnu et là je ne crois pas qu'on ait le droit de jouer avec ca.

Les conséquences seraient plus graves que ceux que certains imaginent, le risque d'emballement de la machine climatique n'est pas à negliger ni non plus comme je le pense des retroactions negatives extrêmement puissantes.

Qu'on arrête de jouer avec le feu! à la fin on se brule, et on n'a pas de planète de rechange, il faut bien que certains se mettent bien ca dans la tête, et je précise que je suis un fan de SF mais nous sommes à peu prés aussi loin de Star Trek que du voyage dans le passé...

On a un rôle pedagogique ici en plus de nos débats, et j'imagine quel effet desastreux ca doit faire au profane qui vient visiter Infoclimat et qui va lire des posts sur "les avantages du rechauffement climatique"...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : 34230 Paulhan - Centre Hérault

Oui tout n'est évidemment qu'hypothèses dans ce domaine.

Néanmoins les chiffres reconstitués des différents forçages permettent une bonne reconstitution de la température.

Concernant l'Arctique, c'est certainement plus complexe car faisant intervenir non seulement les GES mais aussi les variations d'activité solaire et d'aérosols stratosphériques dont on suppute une action sur le comportement général de la stratosphère et des oscillations arctiques et nord-atlantiques.

Je ne crois pas pouvoir passer, hélas, bp plus de temps à te répondre.

Mais la connaissance des variations des différents forçages est de toute façon indispensable pour essayer d'aller plus loin.

J'ai quelques bases de données à ce sujet, mais je ne suis pas capable, pour ma part, de vérifier leur véracité.

C'est peut etre bien le facteur angle d'ensoleillement et durée des jours et des nuits l'hiver et l'été qui est plus limitant que la temperature au fait !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

Pour clore le débat sur la sea ice area et la sea ice extent, le graphe montré par rico indique bien la valeur

de la sea ice extent qui a atteint un minimum de 5,35 millions de km2 cette année alors que la sea ice area a atteint une valeur aux alentours de 4 millons de km2.

cf les graphes dans le lien ci-dessous :

exemples de graphes de sea ice extent et area des années précédentes

Pour ce qui est de la courbe du site criosphere today je m'en méfierai un peu : tout d'abord a valeur totale

donnée pour la sea ice area ne correspond pas à la somme des valeurs pour chacune des mers de l'arctique plus de l'océan arctique : il y a un décalage de 1 million de km2.

Par ailleurs, leur courbe semble tenir compte de certaines anomalies de mesures : on peut trés bien avoir

100000 km2 de glace en mer de béring en plein été alors qu'il n'en est rien : il n'y a que de la mer libre à cette période de l'année dans ce secteur (leur total de la sea ice area ressemble plus à un cumul de données brutes).

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.
Sign in to follow this  

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...