Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Sign in to follow this  
Guest

Réchauffement de l'Arctique

Recommended Posts

Merci Alain pour cette reponse argumentée.

J'ignorais en effet qu'a la fin du permien, le permafrost etait totalement absent sur terre. Mais j'a en effet souvent lu et entendu parler de l'importance preponderante de la position des continents sur la climat mondial, ce qui parait logique.

Cependant, quand je disais que les elements à la base (d'un eventuelle catastrophe) sont les mêmes, je sous-entendais que l'homme ne "crée" pas de CO2 ou de CH4 à partir de rien, il ne fait que rejeter dans l'atmosphere du CO2, du CH4 et autres composés carbonés d'origine naturelle, mais bien plus vite que ce qui se serait passé sans son intervetion, en bref, l'homme ne peut pas rejetter plus de carbonne dans l'atmosphere qu'il n'en existe sur terre, peu importe qu'il soit en permafrost ou en hydrate de methane.

La question revient à connaitre le stock de carbone liberable : c'est à dire celui du permafrost + les hydrates de methane + petrole charbon et autre C fossile + le carbonne dissous dans l'ocean mondial et le carbonne de la biosphere. (On considerera que celui contenu sous forme minerale comme le calcaire n'est pas liberable ?).

Ce stock actuel est il superieur à celui de la crise perm-trias ?

Les flux de stocage de C sous forme minerale sont ils capable d'enrayer une partie des emissions ?

Tu fais un bref rappel de la chronologie du drame permien-trias, merci, ça colle bien avec ce que j'avais entendu grace à une emission sur ARTE, mais je me pose une question depuis que je connais cette theorie :

Quand les hydrates de methanes sont destabilisés, d'enormes quantités sont relachées dans l'atmosphere tres vite, ce qui pourait impliquer un changement climatique rapide (à l'echelle de quelques siecles) or l'evolution permien trias nous montre que l'evolution thermique n'a jamais été tres rapide (si je me souvient bien), en tout cas rien de sensible en quelques siecles.

Dans ce cas, pourquoi penser que la destabilisation de l'actuel stock d'hydrate des methane impliquerait un changement rapide du climat (i.e à notre echelle de temps) si ça n'a pas été le cas precedemment ?

Le degazage du permafrost peut il expliquer une augmentation tres rapide de la T par une vitesse de degazage considerablement plus rapide que celle des hydrate de methane ?

Bref, je suis sensible au danger d'un 'changement d'ere ', et l'hypotese est recevable, mais comment est il possible que le changement se produise en 100 fois moins de temps que pour la crise P-T, avec, à la base, du carbonne stoqué par le vivant pendant des millions d'années dans differents reservoires.

Je garde toujours en tete les differences d'echelles temporelles, entre un rechauffement sur 100 ans de 0.6°C en deux periodes de rechauffement de 30 ans d'un coté et de l'autre des mecanismes qui durent des dizaines de milliers d'années, qui mettent en jeux des reservoires de C sans doutes bien plus grands que nos puits de petrole actuels, et un rechauffement mondial de 10°C. Je ne peux pas m'ampechar de penser qu'on manque 'vraiment' de recul.

Une petite question, les emissions annuelles de C des Trapp de siberie en pleine activité, en ordre de grandeur, ça represente quoi par rapport aux emission de CO2 antropique en 2000 par exemple ?

Sinon, je suis content que tu reconnaisses que le climat chaud de l'epoque d'Erik le rouge pose encore de tres grosses questions, pour l'instant sans reponses nettes :-)

Amicalement,

François

PS: Je prefere nettement quand le 'climat' des forum devient plus calme et que l'on peut discuter de nos sujet de passion sans s'insulter :-) même si les coup de g****e sont indisociables de la vie en société.

La question n'est pas seulement celle du volume de carbone terrestre, mais aussi celle de sa forme et de sa capacité à être mobilisé et à intervenir dans l'émission de GES.

Elle est aussi dans la rapidité de sa mobilisation et celle de son recyclage.

Le dernier million d’années du Permien a été marqué par un épisode volcanique paroxystique d’une intensité et d’une durée exceptionnelles. Une succession presque continue d’éruptions volcaniques s’est poursuivie en Sibérie Centrale pendant des dizaines puis des centaines de milliers d’années. Elle a entraîné l’épanchement de fantastiques couches de laves sur plusieurs millions de Km². Il est à peine possible de s’imaginer le spectacle dantesque de cet océan de lave et du gigantesque rideau de flamme et de fumées qui s’étendait sur plus d’un millier de kilomètres, faisant rougeoyer le ciel. Simultanément, la diffusion d’énormes quantités de cendres et de poussières masquait partiellement le rayonnement solaire sur toute la Terre.

Très probablement, la planète a d’abord connu un véritable « hiver volcanique », entraînant pendant des centaines, voire des milliers d’années un net refroidissement atmosphérique et la réapparition des glaces aux hautes latitudes. Ce retour provisoire du froid, répété à plusieurs reprises, et la réduction de la photosynthèse qui accompagnait l’obscurcissement du ciel sur une très grande surface contribuèrent sans aucun doute à fragiliser l’écosystème. Il eut aussi pour conséquence possible de provoquer l'étagement dans le temps des épisodes de déstabilisation des clathrates, évitant peut-être ainsi un emballement définitivement mortel du processus.

Puis, avec la diffusion du CO2 dans l'atmosphère, la température commença à remonter sans même attendre la fin de l’épanchement des trapps volcaniques de Sibérie. Les phénoménales éruptions qui se succédaient pratiquement sans interruption finirent en effet par entraîner l’accumulation de quantités sans cesse plus importantes de gaz carbonique, provoquant ainsi un accroissement de l’effet de serre aboutissant à une montée de température de 4 à 5 degrés. En quelques quarante mille ans, une partie de la faune et de la flore continentales disparurent. Puis l’élévation thermique des océans entraîna la libération du méthane contenu dans les gisements de clathrates avec une triple conséquence :

- D’abord l’asphyxie de la plupart des organismes marins – plantes et animaux marins – ayant jusque là survécu à la hausse des températures océaniques.

- Ensuite une nouvelle montée de la chaleur atmosphérique avec la diffusion du méthane en provenance des gisements de clathrates encore existants. Au total, la hausse des températures a du atteindre une dizaine de degrés, suffisante pour créer un climat de type saharien à la latitude actuelle de la France. La montée aurait pu être plus importante encore, mais le volume de clathrates en jeu était sans doute moins important que celui qui existe maintenant : Il n’existait pas de permafrost et une partie des gisements s’étaient déjà diffusés pendant les dizaines de millions d’années de très lent réchauffement du Permien, le méthane étant progressivement éliminé de l’atmosphère par oxydation. Sans cette réaction chimique naturelle, qui fait disparaître la majeure partie des molécules de CH4 dans un laps de temps compris entre huit ans et une centaine d’années environ , l’effet de serre eut atteint un niveau bien plus important et il n’est pas sûr que quoi que soit eut pu alors survivre malgré un rayonnement solaire à peu près 2% plus faible que de nos jours.

- Enfin le processus d’oxydation du méthane – pouvant entraîner l’absorption de 2 molécules d’oxygène O2 pour chaque molécule de CH4 en créant du gaz carbonique et de l’eau – a peut-être entraîné la mort par anoxie (manque d’oxygène) d’une partie des espèces animales encore existantes.

Au total, la très grande majorité des espèces animales et végétales disparurent en l’espace d’environ quatre vingt mille ans.

Quant à la concentration atmosphèrique du CO2 elle a probablement alors dépassé 3000 ou 4000 ppm, soit dix fois celle qui est actuellement observée. Mais il ne s'agit bien évidemment que d'une estimation à postétiori...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

Pourtant à ce que l'on dit, les cyclones ne pourront jamais se développer en Europe, mais pas à cause de la température de l'eau mais pour une raison que je ne sais plus. Alors que devons nous croire???? Moi je pense sincérement qu'un cyclone est probable dans les décennies à venir en Europe mais çà ne tient qu'à moi. default_sorcerer.gifdefault_tongue.png/emoticons/tongue@2x.png 2x" width="20" height="20">

Il faudrait que je retrouve cela, mais de mémoire c'était si je ne me trompe pas lié à la force de Coriolis et non effectivement à la température de l'océan.

Olivier.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : 34230 Paulhan - Centre Hérault

Il faudrait que je retrouve cela, mais de mémoire c'était si je ne me trompe pas lié à la force de Coriolis et non effectivement à la température de l'océan.

Olivier.

Non, il faut une force de Coriolis minimum et je crois qu'elle n'existe qu'à partir de 1500 km de part et d'autre de l'Equateur de façon sensible mais elle est maximum vers le 45e parrallèle, les cyclones se developpent aux Tropiques parce que les deux conditions existentent, mers chaudes et force de Coriolis suffisante, s'ils se dirigent vers l'Ouest c'est portés par les Alizes generés au sud des Anticyclones de la cellule de Hadley dans l'Hemisphère Nord,

mais attention ca va contre le sens de la Force de Coriolis justement, simplement les anticyclones l'emportent dans ce deplacement, sinon les Cyclones prendraient une direction NE au lieu de NW.

Si les Oceans deviennent plus chauds plus au Nord rien n'empêche que des Cyclones se developpent et dans des conditions plus rares mais présentes arrivent à passer vers la Mediterrannée poussés par un anticyclone Saharien debordant un peu sur l'Atlantique par exemple.

Ou aussi remonter le long du Portugal jusqu'au Golfe de Gascogne mais là je doute que l'eau soit assez chaude pour les entretenir, en Mediterrannée oui c'est possible même si elle fait 5° de moins que le Golfe du Mexique elle peut atteindre assez facilement les 25 à 27° en milieu ou fin d'été.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Yvelines

Ou aussi remonter le long du Portugal jusqu'au Golfe de Gascogne mais là je doute que l'eau soit assez chaude pour les entretenir, en Mediterrannée oui c'est possible même si elle fait 5° de moins que le Golfe du Mexique elle peut atteindre assez facilement les 25 à 27° en milieu ou fin d'été.

Il faudrait des conditions réellement extraordinaires pour connaitre ce phénomène, car la méditerrannée n'est pas large et les T° élevées dans la grande bleue se trouvent plutôt du coté oriental (de la Tunisie à l'île chypre). Mais bon, sait on jamais...

EnO

Share this post


Link to post
Share on other sites

En tout cas, la banquise s'est payé un sprint impressionnant ces dix derniers jours, et a totalement rattrappé son retard aujourd'hui.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Merry la vallée 280m d'alt.

Clair en tout cas je pensais pas que la mer pouvait geler aussi rapidement......

Dans les prochains jours le froid va s'intifier entre le Canada et le Groenland et le detroit de bering! La aussi je pense que la glace va vite faire son chemin. :!:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis agréablement surpris de la vitesse à laquelle ça va, cependant, je ne suis pas non plus étonné, comme je l'expliquais il y a dix jours :

C'est un peu normal que la banquise grandisse plus vite quand elle est en retard en début d'extension : le périmètre de l'Arctique est très protégé, et dès que les températures baissent sur les continents, il gèle très vite dès que la nuit arctique s'étend. Et ce ne sont pas un ou deux degrés de plus qui y changeront beaucoup. Quelque soit la situation début octobre, toute cette surface est gelée un mois plus tard, les différences ne se font qu'à la marge, dans l'Atlantique nord et vers Bering, mais ça représente pas une grande surface.

Ensuite, toute extension en dehors de ce périmètre nécessite beaucoup plus de froid, et là encore, un ou deux degrés ne changent pas grand-chose.

C'est pour ça que la surface de la banquise en hiver n'a pas diminué significativement ces dernières décennies.

Maintenant qu'on a pratiquement tout le bassin arctique gelé, on devrait retrouver un rythme d'extension plus normal, ne rêvons pas, mais en tout cas, ça rassure de voir que le froid existe encore.

Comment on fait pour avoir l'original de l'article ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis agréablement surpris de la vitesse à laquelle ça va, cependant, je ne suis pas non plus étonné, comme je l'expliquais il y a dix jours :

Maintenant qu'on a pratiquement tout le bassin arctique gelé, on devrait retrouver un rythme d'extension plus normal, ne rêvons pas, mais en tout cas, ça rassure de voir que le froid existe encore.

Comment on fait pour avoir l'original de l'article ?

Bien vu fabinoo, l'explication sur le gel "inévitable" du bassin de l'arctique quasi fermé pendant la nuit polaire. En tous cas on peut se féliciter que la glace se forme quand même.

Le test, ce sera en janvier-février... le retard de l'année dernière se répètera-t-il ou retrouverons-nous une aire/étendue plus proche des moyennes ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Merry la vallée 280m d'alt.

Quelqu'un connais l'adresse de ce site ou sont tirés ces images ?

1204_1_2.gif

J'arrive plus à le trouver.... Je l'avais meme oublié pourtant il est très intéressant....

Share this post


Link to post
Share on other sites

Augmentation de la glace en arctique de 50% en un mois

Avance remarquable des glaces arctiques, parties du dessus de la moyenne, elles tendent à la rejoindre.

par Aldo Meschiari

Analysant les données que nous fournissent régulièrement le BSH (Bundesamt für Seeschiffahrt und Hydrographie) important bureau fédéral allemand pour la navigation et l'hydrographie, nous avons heureusement constaté augmentation d'approximativement 3 millions de km2 en un mois de la surface de glace de la mer glaciale arctique. Ébauche d'une augmentation considérable, puisque la date du départ pour notre étude est 25 septembre 2005, quand la surface de glace maritime était inférieure à 6 millions de km2: 5.8 millions de km2 approximativement.

1204_1_1.gif

25 septembre 2005

le 24 octobre 2005, le banquise polaire de glace s'établie à 8.6-8.7 millions de km2 approximativement: une augmentation presque 3 millions et approximativement 50% ! Il est certain que ce n'est pas rien.

1204_1_2.gif

24 octobre 2005

Si alors nous confrontons la situation actuelle avec la situation en octobre des années précédentes, on notera avec surprise que approximativement à une semaine de fin octobre nous sommes presque sur le point de rejoindre la moyenne trentennale : en fait plus qu'en 1978/1979, quand les mesures par satellite des glaces arctiques ont commencées, l'extention de la glace de mer était en moyenne en octobre autour de 9 millions de km2 à presque 10 millions de km2.

1204_1_3.gif

octobre 1979

1204_1_4.gif

octobre 1985

1204_1_5.gif

octobre 1995

Considérant que l'augmentation lors de cette période est esponentielle, cela ne semble pas inaccessible d'atteindre les 9 millions de km2 en octobre 2005, presque en harmonie parfaite avec les moyennes saisonnières. Naturellement cela ne peut être qu'un commencement, puisque nous sommes seulement au début du long hiver arctique. Il n'échappe à personne que le vrai problème pour la glace arctique est représentée par l'été, une période qui ces dernières années a été dévastatrice pour la surface de glace polaire.

Il reste cependant un doute : vu la vitesse et le prévisibilité difficile de l'évolution de la glace arctique, on peut voir également de nombreuses théories qui essayent d'expliquer les fluctuations des surfaces de glaces (entre lesquelles une théorie intéressante sur la variation de la circulation atmosphérique globale), ne semble-t-il pas excessif le tam tam médiatique sur une fonte certaine et imminente de la glace polaire ?

Source : http://www.meteogiornale.it...=1204&chapter=1

Florent.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : 34230 Paulhan - Centre Hérault

Au vu de l'evolution ultra rapide de la banquise ces derniers jours il n'est pas impossible que le sprint de la banquise se termine par la chute du record de 1979, on le saura mardi matin en comparant les cartes, c'est encourageant, lors de l'hiver dernier l'avancée de la banquise a ete tres tardive ce qui a entrainé sa fragilité lors de l'été dernier et son recul dramatique.

arctic.shade.jpg

Cette fois il semble bien que le scenario ne se reproduira pas, il reste à comprendre les causes de ces variations.

En attendant ne menageons pas notre joie en voyant que l'evolution fatale qui etait prevue avec un recul ineluctable et permanent de la banquise ne se verifie pas.

Les partisans du rechauffement climatique doivent faire grise mine... default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20">default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20">default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20">default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20">default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20">

Share this post


Link to post
Share on other sites

D'après ce graphique on est toujours en dessous de la moyenne

current.365.jpg

???

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : 34230 Paulhan - Centre Hérault

Je sais, pour la bonne raison que ce graphique est issu du même site, mais il prend en compte l'Area comme il le précise et non l'Extent, et je ne suis pas sûr qu'il soit trés fiable parce que par exemple j'ai un peu de mal avec cet exemple ci sur la East Siberian Sea:

recent365.anom.region.9.jpg

Alors que la Mer de Siberie Orientale a l'air prise par les glaces en totalité ou presque, seule la mer de Chuckchi est à peu prés encore libre de glace à la fois selon les cartes de Cryosphère et de la NOAA, mais sur les deux la East Siberian Sea est quasiment gelée en totalité.

Je pense que les graphiques de Cryosphère, on l'a deja constaté par le passé sont en retard sur la realité, ca m'a deja induit en erreur au debut de l'été dans l'autre sens.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le graphique a une grossse semaine de retard.

C'est bien l'extent qu'il prend en compte, puisqu'on est à 8 millions de km2.

Il ne prend en compte que les 3 premiers jours du sprint pour l'instant. Sprint qui en a duré 9, et s'est depuis calmé un peu depuis 2-3 jours.

D'ici une semaine, on devrait être revenu presque à la normale sur le graphique, s'il est fiable.

Je ne pense tout de même pas qu'on battra des records cette année, même si on peut faire mieux que l'an dernier. Année où l'avancée de la banquise n'a pas été spécialement tardive (on était au-dessus de la moyenne début décembre), mais a été catastrophique en décembre et janvier.

Pour l'east siberian, faut attendre encore une semaine aussi. Il y a 10 jours, elle n'était effectivement pas gelée. Mais il est vrai que les graphiques régionaux sur Cryosphere sont peu fiables. C'est une bonne occasion de les tester.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Cormeilles (27)

Est ce que des cartes qui mesurent le profondeur de la glace existent elles ? car à mon avis c'est bien + important que la surface.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : 34230 Paulhan - Centre Hérault

Est ce que des cartes qui mesurent le profondeur de la glace existent elles ? car à mon avis c'est bien + important que la surface.

Ca va de soi que c'est important, mais la logique est que plus ca gèle tot plus donc ca gèle longtemps plus ca gagne en epaisseur.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

que pensez vous du faite que l arctique soit plus etendue qu en 1978? default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20">

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : 34230 Paulhan - Centre Hérault

Que c'est inesperé et une bonne nouvelle et qu'il faut attendre la suite...

A noter que les partisans du rechauffement climatique parlent avec une deception à peine dissimulée de "refroidissement temporaire"...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Décidément les années passent et tu ne changes pas Torrent... Si tu ne t'en rappelles pas, reprends tes messages de la fin de l'année dernière et du début de cette année, quand la rapide avancée de la banquise te faisait déjà pétiller de joie et nous prédire une année glaciale (associée au cycles solaires) en rupture avec le réchauffement du climat... avant de déchanter à la fin de l'hiver et au printemps au vu du bilan.

Je suis le premier à me réjouir du rattrapage qui a eu lieu (entre autre parce que la formation de glace est un des moteurs du conveyor belt), c'est rassurant de voir comme chaque année la glace se reforme à peu près au même moment, mais en tirer des conclusions actuellement est absurde, attendez pour vérifier l'évolution sur quelques semaines au moins.

Nous entrons dans la période de l'année ou l'étendue de la banquise évolue habituellement le plus vite, là où la courbe est la plus pentue. Comme il y avait un gros retard au début du mois, on "reprend" encore plus vite que d'habitude en cette période de nuit polaire arctique, rien de plus normal (relisez les posts de Fabinoo, plein de bon sens.).

Quant à la carte d'octobre 2005, attendez aussi qu'elle soit publiée (pas pout tout de suite), plutôt que de comparer une carte de la banquise en octobre 78 avec une carte "instantanée" de fin octobre 2005...

Pour ça, en reparle dans 2 ou 3 semaines, et surtout en février-mars 2006 en espérant (moi comme vous)que la très faible étendue hivernale du début 2005 ne se reproduise pas.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : 34230 Paulhan - Centre Hérault

Décidément les années passent et tu ne changes pas Torrent... Si tu ne t'en rappelles pas, reprends tes messages de la fin de l'année dernière et du début de cette année, quand la rapide avancée de la banquise te faisait déjà pétiller de joie et nous prédire une année glaciale (associée au cycles solaires) en rupture avec le réchauffement du climat... avant de déchanter à la fin de l'hiver et au printemps au vu du bilan.

Je suis le premier à me réjouir du rattrapage qui a eu lieu (entre autre parce que la formation de glace est un des moteurs du conveyor belt), c'est rassurant de voir comme chaque année la glace se reforme à peu près au même moment, mais en tirer des conclusions actuellement est absurde, attendez pour vérifier l'évolution sur quelques semaines au moins.

Nous entrons dans la période de l'année ou l'étendue de la banquise évolue habituellement le plus vite, là où la courbe est la plus pentue. Comme il y avait un gros retard au début du mois, on "reprend" encore plus vite que d'habitude en cette période de nuit polaire arctique, rien de plus normal (relisez les posts de Fabinoo, plein de bon sens.).

Quant à la carte d'octobre 2005, attendez aussi qu'elle soit publiée (pas pout tout de suite), plutôt que de comparer une carte de la banquise en octobre 78 avec une carte "instantanée" de fin octobre 2005...

Pour ça, en reparle dans 2 ou 3 semaines, et surtout en février-mars 2006 en espérant (moi comme vous)que la très faible étendue hivernale du début 2005 ne se reproduise pas.

Bah il est vrai que je suis souvent trop pressé, mais les cycles solaires sont lents, surtout que je prevois une phase bien basse de maintenant à 2017 ou 2020, or nous n'en sommes qu'au début et je ne sais pas maitriser mon impatience, et l'inertie climatique est grande, les grands froids ne sont pas pour tout de suite à priori, je pense que le mecanisme mettra 2 ou 3 ans à se mettre en place, logiquement la periode la plus favorable est plus pour 2006/2007 et 2007/2008 dans le proche avenir que 2005/2006, ceci dit la baisse actuelle est bien plus importante que l'an dernier et on a eu des sunspots assez importants au printemps dernier et en été, nous ne sommes meme pas entre deux cycles mais en fin du cycle 23.

midi512_blank.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui j'ai moi aussi noté la très faible activité actuelle.

Mais c'est peut-être plus la forte activité intermitente de cette année (cet été notamment, avec des éruptions exceptionnellement intenses) qui pouvait étonner, le mini est prévu dans un an (environ ! On ne le saura que quand il sera passé), et il y a normalement des mois et des trimestres de très faible activité avant et juste après le minimum (sachant que la remontée est toujours plus rapide que la descente).

Moi ça me rassure de voir qu'on entre peut-être vraiment dans la période de grand calme, classiquement un an ou un an et demi avant le minimum solaire.

Patience Torrent ;o)

Ne m'en veux pas mais je ne suis pas du tout convaicu par tes conclusions sur la survenue d'une période de très faible activité tyoe Maunder ou petit age glaciaire, mais je n'ai pas tout décortiqué ni passé autant de temps que Williams sur les calculs de barycentre (c'est là dessus que je suis assez sceptique).

Mais il va falloir attendre, deux ans (que le début du prochain cycle soit bien entamé !), pour savoir si vous avez raison !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : 34230 Paulhan - Centre Hérault

Oui j'ai moi aussi noté la très faible activité actuelle.

Mais c'est peut-être plus la forte activité intermitente de cette année (cet été notamment, avec des éruptions exceptionnellement intenses) qui pouvait étonner, le mini est prévu dans un an (environ ! On ne le saura que quand il sera passé), et il y a normalement des mois et des trimestres de très faible activité avant et juste après le minimum (sachant que la remontée est toujours plus rapide que la descente).

Moi ça me rassure de voir qu'on entre peut-être vraiment dans la période de grand calme, classiquement un an ou un an et demi avant le minimum solaire.

Patience Torrent ;o)

Ne m'en veux pas mais je ne suis pas du tout convaicu par tes conclusions sur la survenue d'une période de très faible activité tyoe Maunder ou petit age glaciaire, mais je n'ai pas tout décortiqué ni passé autant de temps que Williams sur les calculs de barycentre (c'est là dessus que je suis assez sceptique).

Mais il va falloir attendre, deux ans (que le début du prochain cycle soit bien entamé !), pour savoir si vous avez raison !

Heu permets moi de dire une chose, l'Astronomie etant ma premiere passion avant que ce soit la Climatologie cela fait trés longtemps que je connais assez bien ce domaine, même si mes interêts me pousaient plus vers les Galaxies, le Supernovae, les Quasars ou les Pulsars, bien sur cela fait peu de temps que je me suis interessé aux cycles du Soleil, la constante solaire, les taches, et à la façon dont ils evoluent, en periode de faible activité solaire le bilan est souvent celui ci, peu de taches mais des explosions violentes dans la chromosphère et des jets de matière trés puissants.

Je ne serais pas surpris qu'il y en ait d'autres dans les jours ou les mois à venir, ceci est le fonctionnement normal, en periode de forte activité les taches coronales et les jets de matière sont le plus souvent moins violents mais bien plus nombreux.

Quant à la repetition d'une baisse de même niveau que celle du minimum de Maunder, le recul manque pour le savoir, même avec le C14 en rconstituant les temperatures et en les correlant à ces cycles on ne remonte pas assez loin pour couvrir la totalité d'un cycle Hallstatzeitt soit 2300 ou 2800 ans.

Une periode de baisse est sure, sa durée aussi, disons jusqu'en 2040 selon nos graphes, son ampleur? ca c'est autre chose ...

Le cycle qui est entre nous et le minimum de Maunder a ete moins marqué, moins froid mais a bien ete un cycle de baisse des temperatures, si on prend en compte un phenomène de phase magnetique celui ci devrait être plus important mais cela n'engage que moi, j'ai constaté quand même dans les variations d'activité ce phenomène de phase et d'opposition de phase, pas suffisamment pour en faire une règle mais assez pour avoir de fortes presomptions.

D'ailleurs je vais reprendre une serie de calculs et d'observations sur d'autres aspects toujours en relation avec cette histoire de barycentre, notamment les flux magnetiques et les charges electrostatiques parce que je pressens quelque chose là dessous, notamment à cause de ce phenomène de phase et d'opposition de phase.

A suivre ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ne m'en veux pas mais je ne suis pas du tout convaicu par tes conclusions sur la survenue d'une période de très faible activité tyoe Maunder ou petit age glaciaire, mais je n'ai pas tout décortiqué ni passé autant de temps que Williams sur les calculs de barycentre (c'est là dessus que je suis assez sceptique).

Mais il va falloir attendre, deux ans (que le début du prochain cycle soit bien entamé !), pour savoir si vous avez raison !

Tomar suivant le graphique que j'avais presente et ce que j'avais dis, ce prochain cycle solaire ne va pas encore devenir comme celui de maunder car lors de ce prochain cycle le maximum ne restera pas aussi bas que comme c'etait le cas lors du munimum de maunder. Mais il devrait etre plus faible que le 23ème cycle solaire avec un maxi de 120 taches environs comme vers la fin du 19eme siecle au lieu d'un maxi de 170 taches en 2000. Car le minimum de maunder a chute apres un cycle avec un maxi de 110 taches en 1642 et precede d'un de 83 taches solaires.

Williams

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.
Sign in to follow this  

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...