Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Crise mondiale après 2015 ??


Recommended Posts

CRISE MONDIALE APRES 2015 (1ere partie)

Suis-je plus lucide qu'un autre, peut-être... J'ai parfois l'impression que comme cela fait un siècle avant le grand bouleversement de la première guerre mondiale, que nous vivons une sorte de belle époque...

Rien n'est compté aujourd'hui : les besoins primaires eau, nourriture, toit sont assuré pour quasiment tous les européens... Mais plus loin encore, nous trouvons banal d'avoir sous nos tables des produits venus de l'autre bout du monde, de partir en voyage à 10 000 km, de consommer autant que nos budgets nous le permettent bien sûr les produits les plus luxueux et les plus technologiquement avancés...

Mais demain, si tout cela s'arrêtait ??

Extrait : Si des astronomes annonçaient qu’un astéroïde géant se dirigeait vers la Terre et devait s’écraser avant, disons, 2015, cela ferait la une des journaux. On en parlerait tous les jours, l’assemblée générale de l’ONU serait convoquée et toute la société ferait des plans pour survivre. Si, par contre, on tente d’expliquer que le pétrole va bientôt manquer, personne ne réagit.... Vous trouvez ça logique ?

Le pétrole n’est pas un problème. Le pétrole est LE problème

Lisez cet article qui ne me semble pas si insensé et dites ce que vous en pensez...

Pour ma part, j'ai l'impression que la grande majorité des habitants de cette planète ne s'imagine pas la crise qui est en gestation et que nous pourrions subir à l'horizon de 10 années seulement peut-être...

Le temps est compté et je suis de plus en plus persuadé qu'il faut trouver une alternative au pétrole pas seulement pour lutter contre l'effet de serre ou la pollution de l'air, mais même pour préserver l'équilibre de la planète et la survie de l'humanité.

Si nous ne decidons pas nous mettre fin nous même à l'ère du pétrole et que nous continuons à vivre insouciants avec des visions à deux ans à peine, nous pouvons être assurés que sa fin arrivera d'elle même avec des conséquences catastrophiques car non planifiées... Les grandes crises du passé en 1914, 1929 ou 1939 ne seraient rien à côté : c'est l'économie capitaliste et mondialisée qui parait être la grande gagnante depuis la fin du communisme qui pourrait s'effondrer sans que nous ne puissions plus rien faire par le jeu complexe de mécanismes et des lois qui la soutendent, tout cela parce qu'elle se sera basé sur une seule source d'énergie : le pétrole.

La suite :

/index.php?s=&showtopic=10370&view=findpost&p=127476'>CRISE MONDIALE APRES 2015 (2nde partie)

Documentaire à voir absolument : une illustration parfaite de ce que le XXIe siècle nous réserve réellement...

La fin des rurbains (1ere partie)

La fin des rurbains (2eme partie)

La fin des rurbains (3eme partie)

La fin des rurbains (4eme partie)

PRIX DU BARIL DE PETROLE :

2obrentm.gif1obrenty.gif

Florent.

Link to post
Share on other sites
  • Replies 677
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Posted
Sainte-Croix-aux-Mines (68) - 340 m

Je suis assez d'accord avec Floran76, pas mal d'article sur le sujet très intéressant, néanmoins pour moi la marge est un peu plus élevée, d'après les études ect.. on a encore 25-30 ans devant nous. Cela veut pas dire qu'il faut attendre les bras croisé, aux contraire!

Pour ce qui concerne l'automobile, la solution définitive et la plus "faisable" sera sans doute l'hydrogène, mais là encore les recherches sont d'une lenteur, des constructeurs comme BMW ou Opel ne prévoient pas de commercialisation avant 2010.....

Ensuite, il est clair que nous devons modifier nos comportement, c'est d'une aberration mais la société n'en a aucune conscience, ce qui m'effrai! Elle préfère regarder TF1 et ignorer une réalité qui lui semble abstraite au possible....

Nicolas Hulot disait ceci: "Ce qui est en train d'arriver à nos société est la même chose qu'ont connu les passagers du Titanic" Un nauvrage lent pour quelque chose d'insouciant et d'indestructible...

Link to post
Share on other sites

Je suis assez d'accord avec Floran76, pas mal d'article sur le sujet très intéressant, néanmoins pour moi la marge est un peu plus élevée, d'après les études ect.. on a encore 25-30 ans devant nous. Cela veut pas dire qu'il faut attendre les bras croisé, aux contraire!

25-30 ans... c'est ce que je croyais aussi jusqu'à ce que j'ai lu cet article émanant certes de militants probablement écolos, mais qui me semble plein de bon sens...

En 2008, le pic de production du pétrole pour le Monde entier pourrait être atteint : ensuite les productions de pétrole devraient diminuer partout, alors que la demande va continuer à croitre et même fortement avec l'arrivée de la Chine et de l'Inde sur le marché... Imaginez les conséquences sur les marchés boursiers qui vont s'affoler de plus en plus même si il reste objectivement 15 ou 20 ans de production... Le prix du pétrole risque de flamber à des niveaux inconnus, 3,5 peut-être 10 fois supérieurs aux actuels. En 1929, il y a eu un krack boursier pour beaucoup moins que cela... La crise serait ici beaucoup plus grave remettant en cause l'économie de marché dans ses fondements eux-mêmes...

Florent.

Link to post
Share on other sites

On pourra faire des manifs autant qu'on veut, faire des revendications, faire des grèves et même boycotter nos voitures, mais là, il s'agit d'un problème politique et économique.

Même si on peut soi-même réduire nos consommations, il s'agit avant tout d'un problème économique. Le pétrole ça rapporte beaucoup (il n'y a qu'à voir le prix des pompes à essence qui n'arrêtent pas de grimper)...

Vous croyez que les dirigeants des pays préfèrent l'écologie au gain d'argent ? Je ne veux pas troller, mais il faut reconnaître que le "français d'en bas" ne peut pas faire grand chose, si ce n'est de réduire sa consommation personelle.

JérômeR28, @+

Link to post
Share on other sites
Posted
Sainte-Croix-aux-Mines (68) - 340 m

Tu soulève là quelques chose de très intéressant:

La responsabilisation du citoyen moyen. Comme pour la lutte contre le réchauffement climatique, les médias ont le chic de presque accuser les citoyen lambda avec tel ou tel comportement à faire. Certes, mais on sais tous que tant que des décisions au niveau internationnal politique et économiques ne seront pas prises, tout cela va droit dans le mur... J'ai l'impression qu'on détourne parfois les responsabilités...

Link to post
Share on other sites
Posted
La-Chapelle-Saint-Florent (49)

"C'est l'histoire d'un mec qui tombe du 50ème étage. Il se dit : "Jusque là tout va bien." "Jusque là tout va bien." "Jusque là tout va bien" ........."

Petite histoire pleine de sens , je trouve personnelement.

J'ai lut un jour dans un Science et Vie que le jour où la Chine aura le même taux d'automobile que le Portugal dans les années 50 (ce qui entre nous reste tout de même assez faible), alors l'ensemble de la production de pétrole de tous les pays du Moyen Orient (Arabie Saoudite, Iraq, Iran etc.........) sera uniquement consacré à la Chine.

Beau programme.

La solution ne viendra que par les politiques ou bien les industriels du pétrole.

Pour les politiques, ca revient à dire que c'est le citoyen qui a la solution, puisque nous votons tous pour nos politiques (du moins normallement).

Pour les industriels, ils répondent à une demande afin de gagner de l'argent. Petit à petit, mais sans doute trop lentement, ils se reconvertissent afin de changer leurs ressources, car sont bien conscient que le pétrole ne durera pas éternellement.

Faisons en sorte que demain ne soit pas l'âge de l'hydrate de méthane.

Faisons en sorte que le pétrole il en reste pour fabriquer (pétrochimie) et non plus pour consommer (essence)

Link to post
Share on other sites
Posted
Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

Cet article est très pessimiste et peu réaliste.

Il ne tient pas compte du fait que l'économie est capable de s'adapter très rapidement.

Il suffit de voir comment un pays comme les USA est passé d'une économie de temps de paix à une éconnomie de guerre en quelques mois en 1942.

Les estimations de C fossile sont voisines de 200 ans de consommation actuelle en incluant le charbon ,le gaz et les bitumineux.

Certes nous disposons du pétrole qui est actuellement encore très peu coûteux et très facile d'emploi et cela nous donne de mauvaises habitudes.

Mais nous avons la "chance" de voir monter les prix actuels grâce à la surchauffe de quelques économies comme la Chine, l'Inde et les US (encore eux) et donc le pétrole synthétique , fabriqué à partir du charbon , va redevenir compétitif.

Il en est de même pour les énergies de substitution comme les renouvelables , le nucléaire,...

Je ne pense pas que les dirigeants et administrations connus et moins connus qui conduisent ce monde , attendent après ce genre d'article pour réagir.

Comment peut-on savoir ce qui se prépare en coulisse?

Sait-on par exemple le nombre impressionnant de nouveaux modes de génération d'électricité nucléaire qui sont en gestation.

Et puis la fusion dans 50 ans oui peut-être mais parce que pour le moment on n'est pas pressé.

Si on voulait vraiment et à condition que la principe de base soit bon ,ITER pourrait être construit en 6 mois et les premiers réacteurs industriels suivraient dans la foulée , en imaginant bien sûr une économie de guerre.

Non pas de pessimisme exagéré et pas de panique il n'y aura certainement la fin de notre société, voire du monde, en 2015.

Nous allons plutôt voir se développer une industrie et des transports de plus en plus économes en énergie, une agriculture encore plus rationalisée avec introduction d'OGM (ouh le vilain!) réclamant moins d'engrais et de pesticides et produisant des biocombustibles. Nous allons voir se développer de nouveaux secteurs industriels dans les énergies renouvelables et dans des biens d'équipement pour le résidentiel (panneaux thermiques, photovoltaïque,etc.)

Non la fin du monde n'est pas pour demain.

Mais bon il faut se retrousser les manches et ne pas se déballer.

Link to post
Share on other sites
Posted
La-Chapelle-Saint-Florent (49)

Merci météor. Il est bon d'entendre parfois des discours positifs. Tu l'as dis et je suis d'accord. ll faut se retrousser les manches. Moi personnellement, malgré mon pessimisme apparent, je suis confiant au niveau de ce probleme energétique. Il y a de plus en plus une conscience générale et les enfants d'aujourd'hui seront les PDG de demain. L'education "écolo" a fait un grand chemin depuis quelques années. Parlez d'environnement il y a seulement 20 ans était totalement aberant en France. Les mentalittés changent petit à petit. Prenez pour exemple l'Islande et les pays scandinaves, ou même seulement l'Allemagne, ancien pays sur-industrialisé. Les pays latins on plus de mal par contre et je n'en connais pas la raison.

Mais je vous invite tous à rejoindre quand même une association ou une ONG militante (vous avez le choix c pas ca qui manque). On a besoin de bonnes volontés.

Je suis confiant au niveau energétique. Par contre il existe d'autres problemes écologiques beaucoup plus urgent et grave que ça, comme par exemple la très rapide disparition des especes.....Autre débat, pardonnez-moi.

Link to post
Share on other sites

Cet article est très pessimiste et peu réaliste.

Il ne tient pas compte du fait que l'économie est capable de s'adapter très rapidement.

Possible en effet, cet article a en tout cas le mérite de décrire ce qu'il pourrait se passer si nous ne faisions rien...Nous ne savons peut-être pas ce qu'il se passe en coulisse, mais crois-tu qu'une alternative crédible et globale puisse voir le jour avant 10 ans, ce qui pourrait être l'échéance avant d'aborder une période qui pourrait voir un crack boursier survenir à tout moment malgré quelques réserves encore disponibles ???

Je ne vois rien pour l'heure qui soit fait à la mesure de ce risque pour être réalisé dans les temps et j'avoue que cette perspective ne me rassure pas...

Nous ne serions pas privé d'electricité et donc d'énergie au départ, mais avant tout de transports et donc d'une distribution des ressources à l'échelle planétaire comme cela est le cas actuellement. Les implications d'une diminution des échanges sont multiples et pourraient conduire à une crise majeure.

Qu'en pensez-vous ?

Je suis confiant au niveau energétique. Par contre il existe d'autres problemes écologiques beaucoup plus urgent et grave que ça, comme par exemple la très rapide disparition des especes.....Autre débat, pardonnez-moi.

Ce n'est pas tant un autre débat que cela : cela réponds du même système qui court tout droit à sa perte pour n'avoir aucune vision à long terme et pour vivre au jour le jour en pillant les ressources de la planète... Le réveil pourrait être brutal : climatiquement peut-être, mais aussi énergétiquement, économiquement et pour finir peut-être même alimentairement...Florent.
Link to post
Share on other sites
Posted
Sainte-Croix-aux-Mines (68) - 340 m

Bon je ne vous apprendrerais rien sans doute, mais voici quelques graves problèmes auquels je me demande bien comment on pourra y résoudre rapidement:

Disparition des forêts, à cause de l'exploitation forestière, agricole, ou minière

Les activités humaines engendrent une augmentation du taux de CO2, et simultanément, nous détruisons les forêts qui contribuent justement à éliminer le CO2 (en fixant le carbone sous forme de bois).

Aujourd'hui, les forêts tropicales ne couvrent plus que 2% de la surface de la Terre. En seulement 40 ans, entre 1950 et 1990, la surface des forêts vierges s'est réduite de 350 millions d'hectares, avec la destruction de 18% de la forêt africaine, 30% des forêts d'Asie et d'Océanie, et 18% des forêts d'Amérique latine. Et le rythme de destruction s'accélère. Actuellement, 3 millions d'hectares sont détruits chaque année.

Avec les forêts, de nombreuses espèces animales et végétales disparaissent définitivement. 50.000 espèces ont ainsi disparu en 10 ans, entre 1990 et 2000.

La disparition des forêts accentue également la désertification. Les deux tiers de l'Afrique sont désormais des zones arides.

Effondrement de la biodiversité

D'après les prévisions, 25% des espèces qui existaient au début du 20è siècle auront disparu d'ici 2025. On peut donc dire qu'une extinction massive est en train d'avoir lieu sur Terre. La précédente extinction de masse était causée par la chute d'un astéroïde et avait causé la disparition des dinosaures. La cause de cette nouvelle extinction de masse est l'homme, avec sa cupidité et son aveuglement.

Disparition des insectes pollenisateurs, et donc à terme, des arbres et plantes à fleurs

Disparition des papillons et donc des larves et des chenilles, indispensables à de nombreuses espèces d'oiseaux pour nourrir leurs petits.

Dissémination d'OGM (transmission incontrôlée de gènes modifiés aux espèces naturelles)

Destruction des paysages sauvages par l'urbanisation et le tourisme intensif

Quelques passages d'auteurs:

"Mal de Terre" de Hubert Reeves

"Notre planète va mal: réchauffement climatique, épuisement des ressources naturelles, pollutions des sols et de l'eau provoquées par les industries civiles et guerrières, disparité des richesses, malnutrition des hommes, taux d'extinction effarant des espèces vivantes, etc. La situation est-elle vraiment dramatique? Que penser des thèses qui contestent ce pessimisme? A partir des données scientifiques les plus crédibles -et de leurs incertitudes-, Hubert Reeves dresse un bilan précis des menaces qui pèsent sur la planète. Son diagnostic est alarmant: si la vie sur Terre est robuste, c'est l'avenir de l'espèce humaine qui est en cause. Le sort de l'aventure humaine, entamée il y a des millions d'années, va-t-il se jouer en l'espace de quelques décennies? Notre avenir est entre nos mains. Il faut réagir, et vite, avant qu'il ne soit trop tard."

"Le syndrome du Titanic" de Nicolas Hulot

"Les jours du monde tel que nous le connaissons sont comptés. Comme les passagers du Titanic, nous fonçons dans la nuit noire en dansant et en riant, avec l'égoïsme et l'arrogance d'êtres supérieurs convaincus d'être «maîtres d'eux-mêmes comme de l'univers».

Et pourtant, les signes annonciateurs du naufrage s'accumulent: dérèglements climatiques en série, pollution omniprésente, extinction exponentielle d'espèces animales et végétales, pillage anarchique des ressources, multiplication des crises sanitaires. Nous nous comportons comme si nous étions seuls au monde et la dernière génération d'hommes à occuper cette Terre: après nous, le déluge?

Notre planète est un espace exigu, aux équilibres précaires. Ce livre est un ultime cri d' alerte avant de céder au désespoir: si nous tous, riches comme pauvres, ne modifions pas immédiatement notre comportement pour faire «mieux avec moins» et mettre l'écologie au centre de nos décisions individuelles et collectives, nous sombrerons ensemble."

Link to post
Share on other sites
Posted
Sainte-Croix-aux-Mines (68) - 340 m

Un seul exemple parmis des milliers d'autres mais qui m'avait réellement marqué: C'était un reportage sur la remontée des Saumons sauvages du Canada, quelques part sur la coté Ouest de la Colombie Britannique.

Ces braves poissons sont en train de disparaître et ce reportage montrait tout ce qui en était responsable: Lors du dévalement de la rivière ils devaient déjà faire face à leurs ennemis "naturels" et aux soubressauts de la nature ( crues subites ect..) mais ça se corse vite. Pêche intensive en mer et dans l'estuaire au moment de la remontée, des centaines de bateaux avec des filets entiers, la polution lors de la traversée des zones urbaines, on y voyait des poissons crever dans de l'eau visqueuse dégueulasse, puis, les gigantesques barrages hydroélectrique qui stérilise des centaines de km de rivière et qui fait disparaître les poissons sur des bassins versants entiers... ect... ect...

Au final, à la source, seuls une poignée de poissons avaient survécus....

Alors oui ce ne sont que des saumons et c'est le cadet de nos souçis mais ça commence par là, quasiment toutes les espèces sont dans le même cas... et ça illustre bien l'impact de l'homme sur l'environnement..

Link to post
Share on other sites
Posted
La-Chapelle-Saint-Florent (49)

Inutile de nommer tous les maux de la Terre. Nous en sommes tous conscient, au moins ici sur IC je pense.

Le probleme majeur source de tout ceci, moi je vais vous le dire ce que c'est :

palais_graph1.gif

Le probleme principale il est là. S'en suit tous le reste dont la pauvreté, grande source de probleme en tout genre.

Le second probleme, c'est la pyramide de Maslow pour ceux qui connaissent qui va nous la donner. En gros la pyramide de Maslow montre que chacun de nous avons des besoins primaires et des buts à atteindre dans sa vie jusqu'à arriver à l'accomplissement de soi. (les rois du Marketing l'ont bien compris d'ailleurs). Ca veut dire qu'on a bien d'autres soucis personnels à résoudre avant de se préoccuper de notre bonne vieille terre.

Maintenant on fait quoi. On continue à constater chacun dans son petit coin, ou on fait en sorte de bouger son petit c*l pour que ca soit un peu mieux.

Si y'a bien quelqu'un ici qui pourrait te répondre, c'est Alain Coustou. Pour moi c'est un exemple. Je pense qu'il dirait comme moi (bon je m'avance un peu quand même, pardonne moi Alain). Investissez vous bon sang dans des ONG et autres organismes. C'est par là que ca commence pour Mr tout le monde.

Link to post
Share on other sites
Posted
Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

Nous ne savons peut-être pas ce qu'il se passe en coulisse, mais crois-tu qu'une alternative crédible et globale puisse voir le jour avant 10 ans, ce qui pourrait être l'échéance avant d'aborder une période qui pourrait voir un crack boursier survenir à tout moment malgré quelques réserves encore disponibles ???

Non nous ne savons pas mais les questions que l'on se pose ici-même ne sont sans doute pas ignorées plus haut.Je suis même convaicu qu'elles sont étudiés à la puissance 10.

Je ne veux rien minorer, ce serait de l'nconscience, mais je ne crois sincèrement pas la situation sans issue et je ne crois pas à une crise économique grave voire fatale.

Le crack boursier , soit mais on n'est plus en 29.

La bourse s'est effondrée en 2001 puisque le CAC40 est passé de 7200 à moins de 2500.(plus qu'en 29)

Et alors que s'est-il passé?

Presque rien mis à part pour quelques petits épargnants qui avaient cru voir un nouvel eldorado.

Maintenant le CAC est à 4500.

Concernant le pétrole remettons le un peu en perspective en France.

Le PIB (produit intérieur brut) est un indice un peu trompeur mais il peut servir à établir des ordres de grandeur.

Or que voit-on?

Le PIB actuel français est égal 2000 milliards d'euros/an.

Le coût du pétrole pour la France à raison de 70 millions de tonnes/an et 60$/bl est de 31 milliards d'euros.

Si on envisage un doublement du prix en 5 ans par exemple le PIB sera alors de 3000 milliards d'euros et le coût du doublement du prix sera égal à 1% de ce PIB.

Cela nous mangera 1 point de croissance répartie sur 5 ans , pas de quoi fouetter un chat.

Non je partage une bonne part des inquiétudes de Chris68 concernant le sort qu'on réserve à notre planète , à sa biodiversité ,à son climat.

Sur le plan économique je ne partage pas complètement tes soucis.

L'homme a sur ce point (peut-être hélas?) de très remarquables facultés d'adaptation.

C'est un animal redoutablement efficace pour détruire son environnement mais aussi pour l'utiliser au mieux.

Link to post
Share on other sites

L'homme a sur ce point (peut-être hélas?) de très remarquables facultés d'adaptation.

C'est un animal redoutablement efficace pour détruire son environnement mais aussi pour l'utiliser au mieux.

Tant mieux alors, parce qu'à mon très humble avis, l'homme va en avoir besoin des ses capacités d'adaptation dès le second quart de siècle, si il ne se fait pas la guerre pour avoir la main sur les dernières ressources...Cela a déjà commencé d'ailleurs, mais en pleine période de prospérité (en comparaison de ce qui pourrait nous attendre si nous ne réagissons pas assez vite) avec la guerre du Golfe qui visait sans doute pour les Etats-Unis à s'assurer le contrôle à la source sur les réserves de pétrole brut. Cela est passé relativement inaperçu et nous y avons assisté confortablement assis devant nos TV...

Dans l'hypothèse d'une crise mondiale, des pays plus modestes du Tiers Monde pourraient se battre aussi dans une guerre nettement plus sale, même si l'arrière fond est encore aujourd'hui focalisé sur la religion. Ce sont bien les ressources qui devraient rapidement faire partie des enjeux majeurs, même si cela n'empêchera pas certains peuples de livrer leur bataille sous couvert d'idéologies leur permettant de les "légaliser" devant Dieu.

Les non-adaptés seront la majorité et des milliers de morts par la guerre et par la faim sont encore à craindre dans ce siècle, déjà que le XXe siècle a été une véritable boucherie à l'échelle de l'Histoire des Hommes sans compter le sort des animaux.

Heureux sommes-nous de vivre en Occident... mais n'oublions pas que nous ne sommes plus au XIXe siècle et que les moyens de migrer sont infiniment plus grands. Nous risquons de faire des envieux dans le cas d'une crise mondiale, il sera normal d'aller chercher nourriture et richesses là où elles se trouvent encore...

Je fais volontairement le discourt du pire afin de voir ce qui pourrait être mis en branle pour faire face à ce défi. Meteor, ce que nous dis est rassurant, mais ce ne sont que des mots : est-ce que des mesures et des actes sont réellement effectués ? Comment expliquer l'alarmisme de Nicolas Hulot ou Hubert Reeves qui cotoient pourtant des politiques jusqu'au sommet de l'Etat ??

Alors en haut lieu, les politiques ont tout intérêt à songer à tout cela, parce qu'une fois que la crise est enclenché rien ne peut plus l'arrêter... nous sommes peut-être plus proche du point de rupture que nous ne le pensons...

Florent.

Link to post
Share on other sites

quelques infos interessantes:

Si le taux de récupération du petrole augmente suffisemment, cela peut augmenter très substantiellement les réserves (actuellement le taux est de l'ordre de 35% : toute amélioration de ce taux de 1% - c'est-à-dire en le passant de 35% à 36%, puis de 36% à 37%, etc - augmenterait les réserves d'une à deux années de consommation).

Source:

http://www.manicore.com/documentation/reserve.html

Pour information:

Ce sont en fait les océans qui méritent le titre de "poumon de la Terre". Non seulement la biomasse considérable du phytoplancton constitue, bien avant les forêts, la première productrice terrestre de O2, mais à la consommation photosynthétique planctonique de CO2, s’ajoute la solubilisation du CO2 dans l’énorme masse d’eau océanique et le piégeage de ce CO2 dissous dans les sédiments calcaires qui s’accumulent depuis des millions d’années au fond des mers.

Source:

http://www.crdp-montpellier.fr/ressources/99/99en0767.html

Link to post
Share on other sites

Le probleme principale il est là. S'en suit tous le reste dont la pauvreté, grande source de probleme en tout genre.

Je ne crois pas que la population soit le problème principal. Ce n'est qu'un coefficient multiplicateur de la crise qui couve. Ainsi, si une crise apparait, les problèmes seront démultipliés par le nombre de la population, mais nous aurions tout ce qu'il faut pour rendre chacun heureux en procédant aux bons choix de société.

Cette crise si elle survient est dû avant tout au mauvais choix de société fait par l'Homme qui n'aura pas assez privilégié le développement en harmonie avec la nature, au point d'en oublier ses origines de chasseur-cueilleur pour aller vers un environnement de plus en plus artificiel. (notre inconscient s'en souvient d'ailleurs : pourquoi un homme qui vit entre des murs en béton sans verdure et même si on fait pire sans voir le soleil finit-il par déprimer même si on lui donne tout le confort possible ?)

Il est nécessaire de rectifier le tir et très vite : nous avons 10 ans, peut-être 20 si on est optimiste... J'ai peur que l'engrenage dans lequel nous sommes lancé ne dévie de sa trajectoire assez vite (l'exemple du Titanic tout à l'heure est excellent)...

Florent.

Link to post
Share on other sites

Si le taux de récupération du petrole augmente suffisemment, cela peut augmenter très substantiellement les réserves (actuellement le taux est de l'ordre de 35% : toute amélioration de ce taux de 1% - c'est-à-dire en le passant de 35% à 36%, puis de 36% à 37%, etc - augmenterait les réserves d'une à deux années de consommation).

Source:

http://www.manicore.com/documentation/reserve.html

Très bien : deux ou dix ans, on ne va pas aller loin avec cela : ce n'est qu'un cache-misère, une mesurette... alors on continue avec le pétrole ??

OK, alors n'oublions pas qu'après la crise économique qui pourrait nous attendre à l'horizon 2015, pourrait suivre une crise environnementale majeure à l'horizon 2050 si nous persistons dans notre mode de développement...

L'Humanité serait alors en danger, si tant est qu'elle ait pu dépasser la première crise sans un conflit majeur qui pourrait abréger ses jours d'autant...

Florent.

Link to post
Share on other sites
Posted
La-Chapelle-Saint-Florent (49)

Florent, arête de parler.

Agis default_w00t.gif

T'auras déjà moins de remord à être sur Terre et d'être conscient de tout ceci.

Link to post
Share on other sites

Florent, arête de parler.

Agis 

T'auras déjà moins de remord à être sur Terre et d'être conscient de tout ceci.

Tu n'as pas tort... Enfin, cela commence peut-être comme cela. Cela fait plusieurs années que j'observe notre mode de vie et que je me demande pourquoi nous supportons tout un tas de chose sans même y réfléchir alors que ces élements sont anti-naturels et nous rendent même malheureux quelque part au fond de nous... La prise de conscience, la communication avant l'action peut-être...Si je dois agir, je voudrais être efficace d'autant plus si le temps doit être compté... Vouloir changer le monde est plus que jamais une nécessité et non plus une utopie : redonnez la parole aux jeunes générations qui portent le plus en eux cette dynamique et leurs espoirs d'un monde meilleur et informer largement pourrait être le moteur de cette action...

Florent.

Link to post
Share on other sites
Posted
Cournon (2km La Gacilly) Est Morbihan Alt 10 m

Cà commence à être fatigant, le discours des écolo-écono-catastrophistes default_ohmy.png/emoticons/ohmy@2x.png 2x" width="20" height="20">

On pouvait très bien se passer de pétrole dans le passé, on le pourra dans le futur, et cà pourrait même rendre l'être humain plus raisonnable.

Pour ce qui est des transports alternatifs, en tout cas les transports intercontinentaux, ils existent déjà, mais bien sûr ils n'ont pour l'instant aucune raison d'être mis en oeuvre tant que le pétrole est encore disponible.

Exemples:

- les paquebots à voile,

- les nouveaux modèles de ballons high tech qui permettent le transport de très lourde charge à très haute altitude,

- les bateaux solaires,

- etc.

Bien sûr, ces transports sont plus lents et ne permettront probablement pas de transporter des denrées alimentaires périssables. Tant pis, nous ferons comme dans le passé: consommation de fruits et légumes locaux, mais transports des denrées tels que le café, sel, etc.

Les plastiques et autres continueront d'exister car il est probable que l'on utilise le pétrole dit "vert" (colza et cie) pour leur production.

Idem pour les véhicules militaires: utilisation de "pétrole vert".

Pour ce qui est des transports des particuliers, il y a une bonne partie des emplois qui peuvent être effectués chez soi, et pour le reste, les politiques seront bien forcés (au dernier moment comme toujours) de mettre la priorité sur l''amélioration des transports en commun, et pas uniquement sur Paris.

Pour les transports autre que pour le travail, il n'est pas impensable que l'on revienne à l'utilisation des chevaux default_sad.png/emoticons/sad@2x.png 2x" width="20" height="20"> parallèlement aux véhicules électriques, aux véhicules au pétrole vert, et ceux fonctionnant avec le système à air comprimé (qui il me semble est déjà utilisé dans certains taxis à Mexico).

La fin du pétrole, c'est aussi la diminution de la pollution atmosphérique dans les villes default_w00t.gif et donc diminution des maux associés (asthme).

Link to post
Share on other sites

Pour les transports autre que pour le travail, il n'est pas impensable que l'on revienne à l'utilisation des chevaux  parallèlement aux véhicules électriques, aux véhicules au pétrole vert, et ceux fonctionnant avec le système à air comprimé (qui il me semble est déjà utilisé dans certains taxis à Mexico).

Autrement dit, on n'aura pas agit à temps : si on relit ton post, cela suppose un ralentissement particulièrement important des échanges mondiaux : les 9 dixièmes, voire plus... On en vient bien à l'économie locale qui est citée dans l'article ayant pour conséquence une intense crise écononomique et des famines pour les zones qui dépendaient des échanges pour leur subsistance...

Et tu dénies le catastrophisme alors que ce que tu proposes mène tout droit à la catastrophe... Imaginez les moyens de transports du XIXe siècle ou du moins avec les mêmes tonnages transportés au service d'une population de 6 milliards d'hommes...

Je ne vois toujours aucune proposition venir, permettant d'assurer les échanges mondiaux à l'échelle à laquelle ils existent aujourd'hui ou du moins sans avoir à minima de conséquences sur les populations humaines.

Florent.

Link to post
Share on other sites
Posted
Cournon (2km La Gacilly) Est Morbihan Alt 10 m

Et tu dénies le catastrophisme alors que ce que tu proposes mène tout droit à la catastrophe... Imaginez les moyens de transports du XIXe siècle ou du moins avec les mêmes tonnages transportés au service d'une population de 6 milliards d'hommes...

Je ne vois toujours aucune proposition venir, permettant d'assurer les échanges mondiaux à l'échelle à laquelle ils existent aujourd'hui ou du moins sans avoir à minima de conséquences sur les populations humaines.

Pourquoi tous les échanges mondiaux actuels devraient-ils obligatoirement continuer?Pour ce qui est des besoins vitaux (la nourriture), je suis désolé mais la plupart des pays ne sont pas obligatoirement dépendants des autres. Si certains le sont, c'est l'absurdité de la globalisation, conséquence du faible coût des transports, qui en est la cause. Mais çà peut rapidement changer, et çà se fera de toutes façons progressivement au fur et à mesure que le coût des transports augmentera.

Quant à l'histoire des 6 milliards d'hommes, çà me fait doucement rigoler, vu qu'à l'heure actuelle, seule une minorité de ces 6 milliards profitent des transports internationaux, les autres crèvent la dalle.

D'après l'article:

Le pétrole sert à fabriquer les engrais et les insecticides indispensables à l’agriculture moderne. Sans lui, les rendements s’effondrent.

L'agriculture bio à prouvé qu'on pouvait se passer de toute les m****s d'engrais chimiques et pesticides, tout en ayant de bonnes récoltes et en respectant l'environnement. L'agriculture moderne, ce n'est plus l'agriculture intensive et chimique du 20ème siècle.En continuant dans l'article:

Si vous voulez un aperçu de ce qui risque de nous arriver, vous n’avez qu’à regarder la situation en Corée du nord pour voir ce qui se passe quand il n’y a plus d’engrais ni d’essence pour les machines agricoles.

Pfff! n'importe quoi! Le problème de la Corée du Nord, c'est avant tout une dictature communiste, et le fait que les champs qui produisaient auparavant des légumes et fruits ont été réquisitonnés pour cultiver le pavot et autres plantes destinées à la production de drogue, quitte à affamer la population.En continuant dans l'article:

Heureusement, tout n’est pas encore perdu puisque un peu d’aide humanitaire parvient encore à ce pays.

Une bonne partie des produits de l'aide humanitaire est détournée et alimente d'abord la population privilégiée.
Link to post
Share on other sites

Pourquoi tous les échanges mondiaux actuels devraient-ils obligatoirement continuer?

Pour ce qui est des besoins vitaux (la nourriture), je suis désolé mais la plupart des pays ne sont pas obligatoirement dépendants des autres. Si certains le sont, c'est l'absurdité de la globalisation, conséquence du faible coût des transports, qui en est la cause. Mais çà peut rapidement changer, et çà se fera de toutes façons progressivement au fur et à mesure que le coût des transports augmentera.

Les échanges mondiaux assurent actuellement la bonne santé de nos économies. Si nous ne pouvons plus vendre nos produits à l'exportation, la crise sera inévitablement importante.

Certes beaucoup de pays sont autosuffisant, mais tous, loin de là : il y aura des famines dans de nombreux points du globe si plus personne ne concours au ravitaillement de certaines zones.

Notre sytème économique actuel est plus fragile qu'on ne le crois dans ces conditions. Le prix du baril vient de battre un nouveau record aujourd'hui à 67$, inédit depuis que l'on procède à des quotations, tout cela à cause des tensions internationales et d'accidents dans les rafinneries américaines. L'écart entre offre et demande est très réduit aujourd'hui déjà et le moindre problème se posant du côté de l'offre suffit à déséquilibrer la balance et à faire monter les prix. Que se passera t-il quand le problème en général conjoncturel jusqu'ici va devenir véritablement structurel avec une demande pour la première fois réellement supérieure à l'offre ?? Souvenez-vous combien les transports aériens avaient été affectés pendant plusieurs mois par le seul effet des attentats du 11 septembre 2001 : quels seraient les conséquences si l'envolée des cours du pétrole rendait l'avion non rentable ??

Tout cela ne serait pas un problème si ce ne pouvait être générateur de déséquilibres, de conflits à l'échelle de la planète, car on effet, de moindres rejets de CO2 seront tout au bénéfice de l'atmosphère, de moindre capacités de transports tout à ceux de la nature. Nous pourrons en effet nous adapter à cela si la transition est envisagée sérieusement et préparée. Dans le cas contraire et c'est bien de cela qu'il s'agit, les conséquences pourraient être désastreuse sur une majorité de la population ne connaissant que le pétrole et convaincue que rien d'autre n'existe et ne peut subsister sans l'apport de cette énergie de laquelle il ne seront pas préparés à se passer presque du jour au lendemain.

Florent.

Link to post
Share on other sites
Posted
Vincennes (94) / Penta di Casinca (2B)

Intéressant, mais je crois tout de même en la capacité d'adaptation de l'Homme, qui devrait, non pas éviter cette crise, mais la surmonter quand elle sera dans sa phase critique...

Un article plus récent trouvé sur yahoo.fr

mercredi 10 aout 2005, 15h42

Face au pétrole cher, les pays consommateurs sont encore trop passifs

PARIS (AFP) - L'emballement des cours du pétrole, à des niveaux qui s'approchent à présent de ceux des précédents chocs pétroliers, appelle à une prise de conscience généralisée si le consommateur ne veut pas voir son quotidien affecté, selon des experts.

A plus de 64 dollars à New York, le baril ne semble plus si éloigné des quelque 80 dollars (en valeur d'aujourd'hui) atteints dans la foulée de la révolution iranienne de 1979.

D'autant que cette flambée, extrêmement rapide (+42% en un an), trouve sa racine dans des problèmes géopolitiques (Irak, Iran, Arabie saoudite...) et techniques (manque de capacités de production et de raffinage) qui ne pourront être résolus avant plusieurs années.

En revanche, le marché semble totalement à court de facteurs "baissiers" et certains analystes évoquent un seuil de 70 dollars à court terme.

Jusqu'ici, du moins en apparence, l'économie mondiale fait front: elle devrait afficher un taux de croissance de 4,3% en 2005 et 4,4% en 2006, selon le FMI.

Les dirigeants du G7 se sont emparés du thème du pétrole, désormais l'ordre du jour de toutes leurs réunions. Mais pour l'heure, il s'agit davantage d'accroître les capacités, c'est-à-dire de faire en sorte que l'offre de pétrole suive la demande, que de freiner cette demande.

Or une baisse des cours apparaît peu probable dans ces conditions, avertit Jean-François Giannesini, expert pétrolier auprès de l'Institut français du pétrole (IFP).

"Les prix vont continuer à monter, jusqu'à peut-être 80 ou 100 dollars, c'est-à-dire jusqu'à ce que les consommateurs, en prenant conscience de ces prix, décident de baisser leur consommation. Tant qu'on n'aura pas atteint ce seuil, ils ne baisseront pas", a-t-il affirmé sur Europe 1.

Et les conséquences ne se feront pas attendre, souligne-t-il: un baril à 100 dollars correspond à un litre de super à 1,70 euro (contre environ 1,25 aujourd'hui). Un doublement du baril, qui affecte très fortement les marins-pêcheurs, se traduirait selon toute probabilité par un doublement du prix du poisson, donne-t-il en exemple.

"Nous sommes face à un problème extrêmement important. Il va falloir changer en partie aussi nos habitudes de consommation: moins rouler dans les villes où on consomme énormément pour rien, prendre les transports en commun. Il va falloir vraiment changer beaucoup de choses", résume-t-il.

Francis Perrin, rédacteur en chef de la revue spécialisée Le pétrole et le gaz arabes, est aussi d'avis qu'il faut mettre à profit le "signal fort" que constituent pour tout le monde des cours élevés pour "capitaliser" et tenter de freiner la consommation. Pour l'heure, "c'est mou", constate-t-il.

"On est dans une prise de conscience au niveau des grandes instances internationales et certains gouvernements, mais pas encore tout à fait à la prise de mesures un peu énergiques", déplore-t-il.

Selon lui, considérer aujourd'hui que l'économie mondiale a su absorber le choc de la hausse des cours est au mieux un peu court, au pire périlleux. Ce raisonnement conforte les pays producteurs dans leur stratégie actuelle de cours élevés.

Il fait surtout "l'impasse sur le sort des pays en développement importateurs", qui subissent de plein fouet la hausse des cours, et où elle peut conduire à de violentes émeutes, comme au Yemen en juillet. Le Maroc a vu sa facture énergétique bondir de 60% au premier semestre, souligne-t-il.

Quant aux pays développés, même s'ils se sont largement "désintoxiqués" du pétrole depuis les années 80, ils ne sont pas à l'abri de mauvaises surprises: "Il peut y avoir des effets retard: on l'avait bien vu avec les deux chocs pétroliers où l'impact était pas arrivé en 1981 mais en 1985-86", rappelle M. Perrin.

Link to post
Share on other sites

Bidon.

Ils veulent réduire les gens à l'esclavage. Ils peuvent pas baisser les salaires pour les mettre au niveau des pays pauvres, alors ils augmentent les prix des marchandises. Ca revient au même.

Mais bon, c'est une crise politico-éconnomique, pas météorologique.

Et comme toi, j'ai confiance en la capacité humaine de survie, même si, en s'y prenant trop tard, y'aura des dégats.

Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...