Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

A propos de la sécheresse


Recommended Posts

Voici un article de fond de la Dêpeche du Midi d'hier

Article paru le 27/07/2005

ENVIRONNEMENT. DE PLUS EN PLUS DE DÉPARTEMENTS PRENNENT DES MESURES DE RESTRICTION DES PRÉLÈVEMENTS D'EAU. LE NIVEAU DES RIVIÈRES ET DES NAPPES PHRÉATIQUES BAISSE DANGEREUSEMENT. SELON LES EXPERTS, IL EST URGENT D'AGIR.

L'été au compte-gouttes

Le Grand Sud a soif. L'image est tellement vraie que de - puis trois semaines, sur le plateau du Larzac, onze villages sont ravitaillés par des camions-citernes. L'eau commence par endroits à manquer. Et ces derniers jours, un cap a même été franchi.

La faute à la chaleur - pourtant pas exceptionnelle cette année - mais aussi à la répétition de périodes de déficit hydrique. « Les températures sont loin d'être excessives pour cette période de l'année mais le principal problème reste le manque de précipitations prévues, explique Frédéric Marin, de Météo France. S'il ne pleut pas d'ici 15 jours, la situation deviendra extrêmement préoccupante ».

Certes, dans la plus grande partie du pays, de l'eau coule (presque) toujours sous les ponts et personne ne meurt de soif. Mais les prévisions alarmistes des Cassandre d'il y a quelques années deviennent réalité. Trop tard diront certains. « Sur les 30 dernières années, la sécheresse la plus importante reste celle de l'été 1998, et nous approchons actuellement de cette situation », fait remarquer Frédéric Martin. Dans le Tarn-et-Garonne, où le niveau 3 d'alerte a été atteint, des lâchers d'eau ont déjà eu lieu. Pour Jean Cambon, président du SMEAG(1), « la situation est très critique car elle est précoce. D'habitude, on ne puisait pas dans les réserves avant le 15 août. Cela compromet l'approvisionnement d'eau pour la fin de l'été». Pourtant, la semaine dernière, Jacques Chirac a jugé que la situation en matière de réserves en eau ne justifiait pas, pour le moment, de « préoccupation particulière ». Une déclaration qui a choqué nombre de spécialistes. Et souvent les préfectures tardent à réagir avant de promulguer ces restrictions d'usage qui pénalisent tant le monde agricole.

Mais pour beaucoup, le combat a déjà commencé. Une bataille qu'ils ont décidé de mener contre tous ceux qui, selon eux, usent et abusent de l'eau : agriculteurs, propriétaires de piscines, amoureux des vertes pelouses ou du nettoyage de leurs voitures. Car en France, plus personne n'est épargné.

Sébastien Marcelle

(1) Syndicat mixte d'études et d'aménagement de la Garonne

--------------------------------------------------------------------------------

Le Grand Sud vire au rouge

LES PLUS TOUCHÉS

Gers. Interdiction totale de prélèvements dans la Midoue, la Douze et la Riberette. Interdiction d'irriguer 1j/4 depuis l'Adour. Réglementation sur la Neste et l'Auloue. L'arrosage des pelouses, le lavage des voitures et le remplissage des piscines depuis le réseau d'eau potable sont interdits sur la zone Adour.

Tarn-et-Garonne. La préfecture doit annoncer aujourd'hui le durcissment de ses arrêtés. Interdiction totale de prélever dans la Lère et le Tescou. Interdiction de prélever 3,5j/semaine dans le Tarn et l'Aveyron, la Barguelonne, le Lemboulas, la Séoune, la Tancanne ; 1j/s dans la Garonne. Canton de Caylus : interdiction d'utiliser l'eau potable pour le lavage des voitures, l'arrosage, le remplissage des piscines, etc.

Lot. Des mesures d'interdiction et de limitation de prélèvements d'eau sont en vigueur dans les bassins de la Garonne, du Lot et de la Dordogne. Les prélèvements d'eau potable sont interdits dans tout le département pour le lavage des voitures, l'arrosage des pelouses et le nettoyage de la voirie.

Lot-et-Garonne. Les prélèvements d'eau dans la Garonne et la nappe d'accompagnement ainsi que dans le Canal latéral, destinés à l'irrigation sont interdits de 00 h à 24 hle dimanche, de l'entrée du cours d'eau dans le département à sa confluence avec le Lot (Aiguillon). Il est par ailleurs interdit d'utiliser le réseau public de distribution d'eau potable pour remplir des piscines, laver des voitures, arroser des jardins, etc.

Hautes-Pyrénées. Interdiction partielle de prélèvements sur la zone nord d'Estirac, l'Adour, l'Echez et affluents, certains bassins versants, la zone du syndicat de l'Alaric, le bassin versant de l'Esche et le réseau de la Gespe.

Aquitaine. Les mesures de restriction d'usage de l'eau touchent les cinq départements. Niveau 3 en Gironde, dans les Landes, en Dordogne et Lot-et-Garonne. Niveau 1 en Pyrénées-Atlantiques.

SITUATION INQUIÉTANTE

Tarn. Interdiction de prélèvements 3,5j/s dans le Tescou ; 2j/s dans le Tarn ; 1j/s dans l'Aveyron et 1j/s dans le Dadou. Prélèvements autorisés dans le Bernazobre et ses affluents seulement de 20 heures à 8 heures. Pas de restriction pour les particuliers.

Haute-Garonne. Interdiction de prélèvements 2j/s sur le Tarn et ses affluents. Sur le Tescou, les prélèvements sont désormais totalement interdits. Les débits de la Garonne et de l'Ariège continuent à faire l'objet d'une surveillance attentive.

Languedoc-Roussillon. Niveau 2 atteint dans le Gard, niveau 1 dans l'Hérault et aucun arrêté dans l'Aude et les Pyrénées-Orientales. Le déficit des pluies pour 2005 atteint les 800 mm depuis le 1er janvier dernier sur les Cévennes. À Agde, l'Hérault ne s'écoule pratiquement plus, du jamais vu depuis une centaine d'années.

Aveyron. Les mesures de restrictions des usages de l'eau ont été renforcées hier : interdiction totale sur l'Alzou, sauf cultures prioritaires. Restriction de niveau 1 sur la Diège, le Dourdou de Conques, la Serène, la Sorgues, le Dourdou de Camarès, le Rance et le Tarn Aval. L'arrosage des pelouses, le lavage des voitures et le remplissage des piscines sont interdits sur 40 communes.

LES MOINS TOUCHÉS

Aude. Interdiction de prélèvements de 8 heures à 20 heures sur les cours d'eau de l'ouest du département, en aval de Carcassonne.

Ariège. Pas d'arrêté préfectoral, le département n'est pas encore touché. Les fortes chutes de neige cet hiver ont constitué d'importantes réserves.

--------------------------------------------------------------------------------

CONSEILS

Economisez l'eau

Essentielle à la vie et au bien-être, l'eau a besoin d'être protégée, traitée et économisée. Depuis le début des années 1990, son prix est en augmentation et atteint souvent plus de 2,45 euros/m3, pour une qualité souvent à améliorer.

L'économie d'eau passe par un équipement en économisateurs d'eau et par la modification du comportement, comme par exemple préférer la douche au bain.

La consommation journalière d'un foyer est en moyenne de 150 litres par personne : 93 % sont destinés à l'hygiène et au nettoyage et seulement 7 % à l'alimentation. Un lave-vaisselle consomme 32 litres environ, un lave-linge environ 92 litres. Le nettoyage d'un véhicule demande près de 200 litres.

Éviter les fuites en faisant vérifier votre installation sanitaire car près de 20 % d'eau sont gaspillés en fuites. Les conséquences : un robinet qui goutte perd 5 litres/heure, une chasse d'eau perd 500 litres/jour. L'eau gaspillée pourrait être utilisée autrement. Pensons aux populations qui manquent d'eau dans le monde. Enfin, les fuites ont aussi un coût sur la facture.

--------------------------------------------------------------------------------

Le sud de l'Europe attend la pluie avec impatience

La France n'est pas la seule à souffrir de la sécheresse : le sud de l'Europe, en particulier l'Espagne et le Portugal, connaît la pire sécheresse depuis les années 1940. Elle a provoqué, en Espagne, la semaine dernière des incendies extrêmement importants dans la région de Guadalajara (centre du pays) qui ont ravagé environ 13 000 hectares de pinèdes et tué 11 pompiers volontaires. Au Portugal, dont la quasi-totalité du territoire se trouve depuis juin en état de sécheresse extrême, les incendies ont aussi fait rage du nord au sud la semaine dernière. Les autorités de la province de l'Algarve (sud du pays), l'une des principales destinations touristiques en Europe, ont annoncé que les piscines publiques seraient fermées à partir de cette semaine et que l'eau des fontaines serait coupée en raison de la persistance de la sécheresse. La Commission européenne estime que cette sécheresse d'une durée exceptionnelle va provoquer en 2005 une chute de 28 millions de tonnes de la production céréalière de l'Union européenne, soit 10 % de la production.

--------------------------------------------------------------------------------

EXPERT. HERVÉ BLUHM, HYDROLOGUE À LA DIREN DE MIDI-PYRÉNÉES.

« Les nappes ne se sont pas rechargées depuis l'été dernier »

Quelle est la situation des bassins de Midi-Pyrénées ?

Ils sont dans une situation assez critique, en particulier le Tarn-Aveyron qui est extrêmement touché par la sécheresse. Ces bassins n'étant plus réalimentés par les châteaux d'eau pyrénéens, le niveau des cours d'eau devient très préoccupant en cette période de l'année. En ce qui concerne la Garonne, nous n'avons pas observé de problèmes majeurs en juillet car les cours d'eau pyrénéens suffisaient à la réalimenter. Cependant, la sécheresse sévit depuis longtemps. Il faut donc craindre, à partir du mois d'août, une pénurie d'eau dans ce bassin. Nous commençons juste à ressentir les effets de la sécheresse : la situation est similaire à l'année 2003, été de la canicule.

Quelles sont les conséquences directes de la sécheresse sur ces bassins ?

Tous les bassins et cours d'eau de la région sont étroitement surveillés durant l'été. Nous mesurons les différents débits avec précision et informons les directions départementales en cas de sécheresse trop importante pour qu'elles décident rapidement de s restrictions d'eau. Il existe un seuil de crise à ne pas dépasser pour éviter de mettre en péril l'eau potable, la flore et la faune aquatique. Le bassin de la Garonne est assez proche de ce seuil critique, c'est pourquoi nous le surveillons attentivement.

Et dans quelle situation se trouvent actuellement les nappes de de la région ?

Elles sont dans une situation préoccupante : leur niveau est très bas depuis plus de six mois. Nous avons connu un hiver et un printemps très secs, ce qui a empêché le rechargement complet des nappes depuis l'été dernier. Depuis un an, toutes les saisons ont été extrêmement sèches, donc elles n'ont pas été réalimentées correctement. C'est très grave pour le Grand Sud. Nous attendons la pluie avec impatience pour que les bassins et nappes de Midi-Pyrénées commencent doucement à se régénérer.

Recueilli par Julie Rimbert

Link to post
Share on other sites

Oui c'est inquiétant en effet... à Toulouse, sous le Pont Neuf, la Garonne fait déjà la g****e... C'est relativement normal puisque cela arrive tous les ans mais c'est assez précoce, heureusement qu'il a beaucoup neigé cet hiver dans les Pyrénées comme cela a été dit... sinon default_dry.png

A suivre... Mais je pense que ça va s'aggraver car il ne pleuvra quasiment pas d'ici à octobre, comme d'habitude... C'est après que cela va devenir très important!

Link to post
Share on other sites
Posted
Merry la vallée 280m d'alt.

De toute facon il faut arreter cette consommation abusive de l'eau! On est de plus en plus nombreux à utiliser cette reserve en plus on ne fait rien pour faire des economies!

Au contraire on favorise l'irrigation des cultures comme le maïs qui consomment des quantitées d'eau enorme default_sad.png/emoticons/sad@2x.png 2x" width="20" height="20"> ! C'est une des seul plante qui a besoin d'eau pendant l'été normal elle est originaire des tropiques! Vive les subventions de la PAC! Après il ne faut pas s'etonner qu'il y a des restrictions d'eau!

Certe la pluie n'a pas assez recharger les nappes phréatiques cet hiver mais bon assez pour une utilisation normal! pas assez pour faire n'importe quoi! c'est sur default_rolleyes.gifdefault_rolleyes.gif

On va dire que c'est a cause de réchauffement climatique! default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" width="20" height="20">default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">

C'est si facile a dire..........

A Tanlay près d'Auxerre se trouve un petit ru qui alimente un beau lavoir mais depuis depuis la création du golf a proximité, il est à sec pratiquement tous les étés encore une cause du réchauffement climatique!

default_laugh.pngdefault_laugh.pngdefault_laugh.pngdefault_laugh.png

Link to post
Share on other sites
Guest Guest

"il est à sec pratiquement tous les étés encore une cause du réchauffement climatique"

non encore une cause de l agriculture intensive plutot.mais faut pas le dire trop fort sinon je vais me retrouver enseveli sous une tonne de fumier

Link to post
Share on other sites
Posted
Merry la vallée 280m d'alt.

Je sais il est a sec a cause de l'arrosage automatique pour que la pelouse soit bien verte! default_wub.png Mais bon le réchauffement climatique c'est le terme magic de notre société! default_tongue.png/emoticons/tongue@2x.png 2x" width="20" height="20"> Un problème climatique quel qui soit! Le coupable c'est lui! default_dry.pngdefault_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20"> :!: :!:

Article intéressant à lire de 2004

secheresse?

Link to post
Share on other sites

Je déteste polémiquer, mais là, je dois dire que vous avez tous raison en ce qui concerne l'eau. Les pratiques culturales y sont pour beaucoup en aggravant successivement les situations de pénurie et d'inondation. Ainsi la destruction des haies (disparition du paysage de bocage après des remembrements exagérés) entraine à la fois risque d'érosion et d'inondation en cas de pluie violente et réduction de l'infiltration de l'eau vers les nappes phréatiques. Sans compter que les haies vives sont le site de refuge de petits prédateurs utiles (oiseaux, petits carnivores) sans lesquels les rongeurs et les insectes proliférent. mais pour ces derniers, ça fait vendre des pesticides... Et bravo pour la pollution et la destruction des abeilles. default_happy.png/emoticons/happy@2x.png 2x" width="20" height="20">

Et tant qu'à aider les agriculteurs, au lieu de donner des primes à la jachère, pourquoi Bruxelles n'accorderait-elle pas des primes à la sauvegarde et à la reconstitution des haies vives ?

Autre remarque que j'approuve: celle qui concerne le maïs. Une des pires plantes pour l'environnement: non seulement il est beaucoup plus gourmand en eau que la plupart des autres grandes cultures, mais les pesticides utilisés par les producteurs sont très probablement à l'origine de la disparition des abeilles dans de nombreuses régions. C'est le cas chez moi depuis 3 ou 4 ans, depuis que le gaucho a été réautorisé par le gouvernement Raffarin, avant d'être de nouveau (trop tard ?) réinterdit. Et la réduction de la polinisation rend stériles une partie des arbres fruitiers de mon verger. default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">

On ne peut bien sûr pas tout réglementer, mais pourquoi subventionner encore la production de cette calamité qu'est le maïs ? Si sa culture n'est plus rentable, eh bien que les céréaliers fassent autre chose... Ou alors on pourrait - à la limite - subventionner uniquement la culture de variétés de maïs sélectionnées pour la réductionde leurs besoins en eau (on peut tout faire, ou presque, par la selection, sans compter les OGM), en pesticides et en engrais azotés.

Je fais personnellement un gros effort pour la chasse au gaspi. Mais il y a de quoi râler quand on sait que toutes les efforts consentis par 10 000 particuliers pour économiser l'eau peuvent être anéantis par un seul agriculteur qui arrose ses hectares de maïs ! default_happy.png/emoticons/happy@2x.png 2x" width="20" height="20">

Link to post
Share on other sites

un golf : 400.000 m3 d'eau dans le midi ! Avec cela combien d'hectares de maïs arroserait-on ?

Pour prendre certains à contre-pied, je dirai que l'abandon des terres agricoles du midi, celles de peu de rentabilité ou nécessitant des efforts importants ( pacage des ovins ou caprins, oliveraies, amanderaies,...) a entraîné un envahissement par le maquis et les broussailles avec deux conséquences :

directe : les incendies de garrigues spontanés ou criminels ou dans certains cas a usage ultérieur d'aménagements touristiques ( je sais cela n'existe pas.... default_happy.png/emoticons/happy@2x.png 2x" width="20" height="20"> ),

indirecte : une évapotranspiration intense parce que malgré son adaptation la végétation épuise l'eau, d'où la disparition des sources, et là sur la région nîmoise j'ai d'excellent exemples où des zones dénommées "FONT...." ce qui localement est la traduction de "source" sont actuellement à sec alors que dans l'histoire on sait que les troupeaux venaient s'y abreuver. Conséquence de la conséquence : perte de la mémoire de l'eau, en particulier de la circulation d'eau dans les plus gros cadereaux ( traduction en dialecte nîmois de torrents) n'existe plus..

Actuellement en raison de l'embroussaillement il est nécessaire d'avoir au moins 15 mm de pluie pour qu'il y ait une pénétration hydrique. En desssous de cette valeur rien ne passe; mais au-dessus de 100 mm tout ruisselle, avec les conséquences méridionalement bien connues.

Alors ce ne sont pas les subventions à l'agriculture qui sont en cause mais la façon de s'en servir. Il est vrai que vu depuis un bureau, le midi c'est loin et de plus on n'y f... rien, puisqu'on va en vacance là-bas..... default_happy.png/emoticons/happy@2x.png 2x" width="20" height="20">default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">

--

lc30

Link to post
Share on other sites
Posted
Jonage_ Lyon Est_220m

Dans la plaine de l'Ain, à côté de chez moi, des maïs à perte de vue et des kilomètres de tuyau qui coulent 24/24 pleine journée avec 35° pour arroser tout cela, rien à faire de la sècheresse ces gens, aucune prise de conscience, certains départements non plus d'eau (beaucoup) mais là j'arrose toute la journée "tant que y'en a default_sad.png/emoticons/sad@2x.png 2x" width="20" height="20"> et quand ils aurons bien vidé les nappes "impunément" on leur filera des subventions pour complèter le manque à gagner, ben voyon default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20">

dans le Nord Ouest de la france les élevages de porcs ont polués l'eau pour des décennies no problemes, alors attendons sagement que les nappes soient vides pour tirer la sonnette d'alarme.

Attention j'ai rien contre ces braves gens qui, pour la plupart font leur métier avec passion, ce que je dis, c'est qu'il serait temps de repenser agriculture à l'échelon de l'europe, en tenant compte du climat et du sol, afin d'optimiser au mieux les récoltes dans un souci de production et d'environnement.

Link to post
Share on other sites

Dans la plaine de l'Ain, à côté de chez moi, des maïs à perte de vue et des kilomètres de tuyau qui coulent 24/24 pleine journée avec 35° pour arroser tout cela

C'est sur quand faisant cela je me demande si ils s'y connaissent, car arroser avec des temperatures chaudes ca ne sert a rien et il vaut mieux arroser la nuit pour que les plantes puissent recuperer plus d'eau avant que ca s'evaporre. Pourtant les paysants devraient le savoir comme c'est leur domaine. default_dry.png

Si je ne me trombe aussi vu comment certain departement sont passes maintenant dans le sud ouest, ont a plus le droit d'arroser les jardins mais parcontre les paysants peuvent continuer a arroser les champs ou je dirais a gaspiller l'eau vu leur methode. Ceci est injuste car les jardins ou les champs c'est pour meme cause c'est a dire pour ce nourrir donc pourquoi ils on priorite a nos jardin default_mad.gif

Williams

Link to post
Share on other sites

...mais parcontre les paysants peuvent continuer a arroser les champs ou je dirais a gaspiller l'eau vu leur methode. Ceci est injuste car les jardins ou les champs c'est pour meme cause c'est a dire pour ce nourrir donc pourquoi ils on priorite a nos jardin default_dry.png

Williams

Bonjour,Je pense que la diffrénce vient du fait qu' agriculteur c'est un métier et de ce fait, ces gens tirent une bonne part de leurs revenus de leurs récoltes.

Ton jardin même si il t'apporte de quoi te nourrir partiellement, peut se passer d'eau dans la mesure où sa perte ne met pas en danger ton économie personnelle.

Quant à vouloir donner des leçons aux agriculteurs sur la façon d'arroser, je trouve ça limite. J'ose croire qu'ils connaissent un peu leur métier; en tous cas pour 99% d'entre eux.

Je crois qu'ils sont bien plus sensibles que vous le pensez sur ce sujet.

a plus...

Link to post
Share on other sites

Ton jardin même si il t'apporte de quoi te nourrir partiellement, peut se passer d'eau dans la mesure où sa perte ne met pas en danger ton économie personnelle.

On ne peut pas dire cela car recolter des tomates, ariccots verts.... dans un jardin est bp bp moins chers que de les acheter chez le marchands. Donc cela a des effets sur l'économie personnelle.

Quant à vouloir donner des leçons aux agriculteurs sur la façon d'arroser, je trouve ça limite. J'ose croire qu'ils connaissent un peu leur métier; en tous cas pour 99% d'entre eux.

Je crois qu'ils sont bien plus sensibles que vous le pensez sur ce sujet.

Ce n'est pas donner des lecons mais c'est ce que je vois et constate tout comme le disait Gilles69 "des maïs à perte de vue et des kilomètres de tuyau qui coulent 24/24 pleine journée avec 35° pour arroser tout cela, rien à faire de la sècheresse ces gens, aucune prise de conscience"

Williams

Link to post
Share on other sites

Juste une précision pour l'interdicition d'arrosage des jardins...Elle se limite aux pelouses et non pas aux jardins potagers.

Chez moi, au confluent de l'ariege et de la Garonne, l'agriculteur du coin a planté du Sorgho...Résultat aucun arrosage durant tout l'été default_dry.png

Link to post
Share on other sites

Bonsoir default_wub.png

Quant à vouloir donner des leçons aux agriculteurs sur la façon d'arroser, je trouve ça limite. J'ose croire qu'ils connaissent un peu leur métier; en tous cas pour 99% d'entre eux.

Je crois qu'ils sont bien plus sensibles que vous le pensez sur ce sujet.

Je dis non & non ! default_tongue.png/emoticons/tongue@2x.png 2x" width="20" height="20">

Quand je me vois , comme encore il y a 10 jours en rentrant à Nice, traverser des dizaines de kilomètres à travers la Provence, terre de climat méditerranéen , donc connue pour être la + chaude & la +sèche en été avec des champs de maîs (plante connue pour sa gourmandise en eau..)à perte de vue arrosés en continu entre 12h & 15 h, là il y a quelque chose qu'il faut m'expliquer !...

Déjà, des champs de maîs en Provence, avant, ça n'existait pas ...

Ensuite, on sait que par 35° (à l'ombre..) & vers 13h, 25% de l'eau est perdue , gaspillée en fait, avant d'atteindre les 1ères racines....

Un agriculteur ,"enfin ceux qui connaissent leur métier" , arrose normalement en soirée ou très tôt le matin...

Alors, c'est facile de crier "au loup" à propos de sécheresse & d'imposer des restrictions visant essentiellement les particuliers...

Link to post
Share on other sites

-->Williams

C'est pas très important d'autant plus que je m'éloigne de la météo mais il y a des propos qui me choquent un peu.

je crois que tu ne comprends toujours pas la différence entre être exploitant agricole et être jardinier.

Si ton jardin ne donne rien tu sera obliger d'aller acheter... et alors? c'est quoi l'impact?

Pas de quoi te conduire à la ruine je pense...

Pour un agriculteur, pas de récolte, pas de revenu (sauf diverses subventions glanées ici ou là).

Tu avouera que les conséquences sont pas du tout comparables.

Mettre en balance l'impact d'un manque d'eau sur ton jardin avec l'impact d'un manque d'eau sur des terres agricoles, je trouve qu'il fallait oser le faire.

Pour ce qui concerne l'irrigation, je pense les agriculteurs bien plus compétents dans ce domaine que n'importe qui ici.

Il y en as sans doute qui gaspille mais ce n'est surement pas la majorité alors prendre des cas isolés pour tirer des conclusions, c'est limite limite....

Link to post
Share on other sites
Posted
Cournon (2km La Gacilly) Est Morbihan Alt 10 m

Pour ce qui concerne l'irrigation, je pense les agriculteurs bien plus compétents dans ce domaine que n'importe qui ici.

Il y en as sans doute qui gaspille mais ce n'est surement pas la majorité alors prendre des cas isolés pour tirer des conclusions, c'est limite limite....

Tu sors de chez toi parfois pour constater ou tu le fais exprès default_tongue.png/emoticons/tongue@2x.png 2x" width="20" height="20">Je suis désolé mais dans mon coin aussi et lorsque je roule de Tours à Paris, je vois beaucoup d'agriculteurs totalement jmenfoutiste qui arrosent en plein cagnard. Egalement, sur les bords du Cher, des tuyaux qui pompent directement dans la rivière aux heures les plus chaudes de la journée.

Aux agriculteurs, je rajouterais les communes qui continuent à arroser, parfois aux heures les plus chaudes de la journée, les parterres de fleurs, même en période de restriction default_wacko.png . C'est vrai que c'est vachement important d'être bien classé dans la liste des villes fleuries default_huh.png

Link to post
Share on other sites

Tu sors de chez toi parfois pour constater ou tu le fais exprès  default_huh.png

Pour commencer tu vas baisser d'un ton.Ensuite, continue de faire des généralités, ça m'évite d'aller au pmu du coin pour entendre le même type de propos.

"beaucoup d'agriculteur": c'est combien?

Toutes les parcelles sont arrosées plein pot?

Tu crois sincèrement que la majorité des agriculteurs arrosent sans se soucier de savoir l'heure à laquelle ils doivent le faire?

Sauf si tu es toi même agriculteur, tu n'as sans doute pas toutes les cartes en main pour juger du bien fondé de leur comportement.

Ces soit-disant gaspilleurs connaissent, je pense un peu mieux les besoins en eau de leur production et la façon d'y subvenir que toi ou moi dans la mesure où c'est leur....métier (Evidemment, il y en a toujours qui font n'importe quoi n'importe comment mais, ils restent minoritaires).

Derrière un truc qui te paraît absurde, il y a peut-être une raison...

Quant aux villes qui arrosent aux heures les plus chaudes de la journée, tu as bien fait d'ajouter "parfois".

Link to post
Share on other sites

default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20"> Voici le témoignage d'un maîsiculteur de la Gironde, pour relativiser en citant le point de vue des intéressés (Michel Castillo et Yannick Gay. Propos rapportés par Julien Lesage):

SECHERESSE. -- Les mesures de restriction d'eau touchent notamment l'agriculture. En Médoc, certaines exploitations sont contraintes à des limitations d'irrigation. La sécheresse qui persiste inquiète

Les cultures souffrent: Julien Lestage

Michel Castillo et Yannick Gay dont les cultures de maïs sont touchées par les limitations d'irrigation,

Nous sommes en Médoc, où la sécheresse sévit comme dans beaucoup d'autres endroits du département. Michel Castillo travaille pour le compte de la propriété du Château La Tour Prignac. Sur cette exploitation de 300 hectares, il a la responsabilité de plusieurs parcelles, 26 hectares au total où l'on fait du maïs irrigué.

Début juin, comme chaque année, l'irrigation a commencé. Deux enrouleurs, des grosses bobines qui déploient des tuyaux de 360 mètres, multiplient « les positions » dans les champs pour assurer « l'arrosage » de l'ensemble des parcelles. Le système est efficace, et les cultures se sont habituées à un rythme. Le travail de Michel consiste, toutes les vingt heures environ, à déplacer le dispositif. Une organisation qui impose de la manutention, mais qui a fait ses preuves au fil du temps. Elle permet d'assurer de bonnes récoltes, 120 quintaux à l'hectare.

Mais voilà, depuis le 30 juin, alors que la sécheresse perdure, un arrêté préfectoral a annoncé des mesures de restriction d'eau sur le département. Et certains agriculteurs sont contraints à des interdictions ou des limitations d'irrigation. Ce qui n'est pas sans conséquence pour les cultures, complique l'organisation du travail, et inquiète les exploitants. Les cultures souffrent.

Arrosage de nuit. La propriété sur laquelle intervient Michel Castillo est concernée par ces mesures de restriction d'eau. Depuis le 1er juillet, il ne peut arroser ses terres que la nuit, de 20 heures à 8 heures. Le cours d'eau qui alimente son système d'irrigation, le Fossé-du-Pré-de-Laborde, et qui est lui-même nourrit par un petit forage, montre des signes de fatigue. La préfecture l'a classé. Le prélèvement doit être limité. Michel Castillo explique : « Nous sommes dans une situation délicate. Nous rentrons dans la phase de floraison. Et les plantes, qui s'étaient habituées à un rythme d'arrosage, stressent ! Car avant de voir repasser les enrouleurs qui ne peuvent plus fonctionner le jour, elles attendent le double du temps. » Ce qui ne sera pas sans conséquence sur la récolte.

Le directeur de la propriété, Yannick Gay, s'attend à un manque à gagner. « La récolte du mois d'octobre sera forcément moins bonne. Sans compter qu'une interdiction totale, vu la situation pluviométrique, toujours possible, serait catastrophique pour les cultures », dit-il. En attendant, Michel Castillo, au beau milieu de la nuit, se lève pour déplacer ses enrouleurs qui ont terminé un cycle, et les placer sur une autre position afin d'optimiser au maximum le temps d'irrigation qui lui est accordé. L'été sera rude pour le technicien et ses cultures.

« Nous rentrons dans la phase de floraison. Les plantes, qui s'étaient habituées à un rythme d'arrosage, stressent »

Link to post
Share on other sites

Puis-je rouspéter .J'habite la Seine Maritime donc le nord ouest nous en sommes en gros à moins 20% de pluvio depuis septembre et la préfecture a décrétée des restrictions d'eau! en juillet nous en sommes à 76.2 mm pour 60mm théo seul les mois de février et juin ont été déficitaires .Le sous sol est composé de terre argileux qui retient parfaitement l'eau et dessous c'est de la craie une sorte déponge sur presque tout le département .Il y a eu négligeance au niveau des captages .Nous payons l'eau 3.50 euro le m3.la pluvio moyenne annuelle est de 785 mm. default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" width="20" height="20">

Link to post
Share on other sites

default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20"> d'abord une réponse à Alain COUSTOU : qu'est-ce que cela fout du maïs dans le Médoc default_laugh.pngdefault_alien.gifdefault_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20"> ? Que boit-on avec un gigot d'agneau ? Il est temps de faire la révolution des palais ! default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20">default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20">

Il est évident aussi comme l'a écrit "Sacréfilou" que dans le midi on s'est laissé allé à une dérive agricole inacceptable sous l'effet de subventions ou de l'absence de subventions. Voir inversement le besoin national de production d'olives, pour l'huile ou la confiserie... Certes actuellement on plante des oliviers, mais comme la rentabilité de l'arboriculture est une rentabilité différée, c'est l'arrosage au goutte à goutte qui prévaut. Ce ne peut être le cas du maïs dont la rentabilité est immédiate ( i.e. annuelle) . Cela pose des problèmes politiques évidents..., laquelle politique se f... pas mal de la climatologie, sauf pour chevaucher un problème insoluble s'il existe, celui du réchauffement climatique.

Là-dessus on a confié l'agriculture méridionale à des hauts fonctionnaires qui ne sont capables que de pondre ( default_laugh.pngdefault_laugh.png comme les poules default_laugh.pngdefault_laugh.pngdefault_laugh.png ) des textes inapplicables, hors du contexte climatique connu parce qu'il se réfèrent à des normes conçues on ne sait comment par on ne sait trop qui. le climat ? connais pas ? mon ministre ne m'en a jamais parlé !

--

lc30

Link to post
Share on other sites

default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20"> d'abord une réponse à Alain COUSTOU : qu'est-ce que cela fout du maïs dans le Médoc default_happy.png/emoticons/happy@2x.png 2x" width="20" height="20">default_mad.gifdefault_mad.gif ? Que boit-on avec un gigot d'agneau ? Il est temps de faire la révolution des palais ! default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20">default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20">

Hé, IC30 ! Je ne prétends en aucune manière défendre particuliérement la culture du maïs, que ce soit dans le Médoc ou ailleurs. J'ai simplement voulu relativiser en citant le témoignage de cultivateurs de ma région.Quand à mon opinion personnelle sur les pratiques actuelles de la culture du maïs, je les ai clairement affichées dans ce même forum. Je redis ce que j'ai écrit voici 2 jours:

...le maïs. Une des pires plantes pour l'environnement: non seulement il est beaucoup plus gourmand en eau que la plupart des autres grandes cultures, mais les pesticides utilisés par les producteurs sont très probablement à l'origine de la disparition des abeilles dans de nombreuses régions. C'est le cas chez moi depuis 3 ou 4 ans, depuis que le gaucho a été réautorisé par le gouvernement Raffarin, avant d'être de nouveau (trop tard ?) réinterdit. Et la réduction de la polinisation rend stériles une partie des arbres fruitiers de mon verger.

On ne peut bien sûr pas tout réglementer, mais pourquoi subventionner encore la production de cette calamité qu'est le maïs ? Si sa culture n'est plus rentable, eh bien que les céréaliers fassent autre chose... Ou alors on pourrait - à la limite - subventionner uniquement la culture de variétés de maïs sélectionnées pour la réductionde leurs besoins en eau (on peut tout faire, ou presque, par la selection, sans compter les OGM), en pesticides et en engrais azotés.

Je fais personnellement un gros effort pour la chasse au gaspi. Mais il y a de quoi râler quand on sait que toutes les efforts consentis par 10 000 particuliers pour économiser l'eau peuvent être anéantis par un seul agriculteur qui arrose ses hectares de maïs !

C'est clair, maintenant?

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...