Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Suivi de la secheresse


Recommended Posts

Posted
st yrieix le déjalat (19) 750 m / 1700 mm annuel
il y a une heure, Cotissois 31 a dit :

J'ai trouvé l'événement qui a initié la crise dans les Vosges : la tempête de janvier 2018.

En fait, ce sont des forestiers qui l'ont dit

"https://www.lamontagne.fr/gueret-23000/actualites/pourquoi-les-epiceas-meurent-les-uns-apres-les-autres-en-creuse_13588956/"

 

La sécheresse très forte de la fin d'été a aggravé la chose, mais les rapports scientifiques disent bien que les tempêtes sont les premières causes de maladie chez les sapins.

Slt ,oui et non , je suis forestier . C'est tout ce qui peut affaiblir un arbre , secheresse hivernale, tempete, stress hydrique estival   ,car les scolytes sont presents tout le temps  mais des arbres sains se defendent  naturellement . Les épiceas  sont très fragiles  au moindre stress  et cassant aux tempetes et neiges lourdes. C'est une essence que l'on a planté de 1950 à 1970  en plaine car elle a une croissance rapide  et assez frugale , elle est du plus en plus remplacé par le douglas pour le moment .

Edited by sylver19
  • J'aime 3
  • Merci 2
Link to post
Share on other sites
  • Replies 3.5k
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Bonjour,   Reprenons un peu le cours de ce topic dédié au suivi de la sécheresse, avec un petit point photo réalisé le week-end dernier et cette semaine sur le secteur des Vosges et du piémo

Bonjour,   Voici un état des lieux dans l'est de la Creuse et l'ouest du Puy-de-Dôme, où les vagues de chaleur et de sécheresse se succèdent depuis quatre étés.   Quelques chiffres

Situation désastreuse sur le piémont vosgien côté alsacien, après des semaines sans pluie significative et les fortes chaleurs de ce mois d'août. C'est donc depuis 2015 au moins le 5ème été qui voit l

Posted Images

Posted
Remiremont - Porte des Hautes Vosges (400 m)
il y a 8 minutes, Cotissois 31 a dit :

J'ai trouvé l'événement qui a initié la crise dans les Vosges : la tempête de janvier 2018.

En fait, ce sont des forestiers qui l'ont dit

"https://www.lamontagne.fr/gueret-23000/actualites/pourquoi-les-epiceas-meurent-les-uns-apres-les-autres-en-creuse_13588956/"

 

La sécheresse très forte de la fin d'été a aggravé la chose, mais les rapports scientifiques disent bien que les tempêtes sont les premières causes de maladie chez les sapins.

 

 

Extrait de l'article, faute d'orthographe comprise :

 

"Le spécialiste identifie d'autres facteurs agravant la propagation actuelle. D'ordre ponctuel : il y a les récents coups de vent qui ont endommagé des arbres. Par exemple, depuis que la tempête Eleanor a frappé l'Est de la France, en janvier 2018, l'emblématique massif des Vosges est très durement touché par les scolytes."

 

Mouais, je bosse avec et sous l'ordre d'ingénieurs ONF, et nous n'avons jamais évoqué les coups de vent comme affaiblissant les Épicéas... Je trouve le raccourci un peu rapide, et on n'a pas le détail du "comment".

Comme je suis gentil, je vais expliquer pourquoi ce "spécialiste", dont les propos sont rapportés par un correspondant local qui n'y connait rien, évoque les "tempêtes" comme facteurs d’affaiblissement de l’Épicéa.

 

=> L’Épicéa au naturel :

 

Cela part du principe que dans la plupart des Massifs français (hors Vosges et l'Est du Jura), l’Épicéa est une espèce introduite. Elle est originaire d'Europe de l'Est où elle prospère grâce à des températures froides en Hiver, et des Été chauds mais humides marqués par les orages estivaux. Jusqu'à la seconde guerre mondiale, la limite occidentale de l'aire de distribution naturelle de l'espèce était constituée par le Massif des Vosges (des individus de 200 à 250 ans d'âges étaient connus avant la tornade d'il y a 3 ans au défilé de Straiture), l'Extrême Est du Massif du Jura, et les Alpes Suisses. A l'Ouest de ces secteurs, où ils n'étaient naturellement présents que sur les versants les plus frais.

L'espèce est caractérisée par un système racinaire très superficiel, qui s'étale largement mais ne descend que rarement au dessous d'1.5 à 2 mètres, pour un arbre qui peut atteindre 40 à 50 mètres de hauteur. J'en ai vu de plus de 40 mètres de haut qui avaient 150 ans d'âge dans les Vosges, mais ils ont été coupés à cause du Scolyte qui a frappé il y a 2 ans déjà.

 

=> L'histoire de l’Épicéa en France :

 

L'espèce a été introduite en masse après-guerre lorsqu'il fallait reconstruire et que les besoins en matières premières pour la construction, l'industrie (papier), etc., étaient important et qu'il était éminemment coûteux d'importer des bois venus de l'autre bout du Monde.

L’Épicéa était un arbre idéal à l'époque, car il permettait de produire de beaux fûts en l'espace de 4 ou 5 décennies, lorsqu'un Chêne ou un Hêtre vous en demanderons une douzaine pour un résultat assez similaire. En plus, son bois fibreux est de grande qualité pour les étapes de "trituration" qui permettent la production de pâte à papier (à l'époque très forte demande là aussi).

Ainsi, on s'est mis à planter cette espèce en masse dans les régions montagneuses, parfois jusqu'en plaine dans les régions du Nord-Est. C'était parfait parce que ça cadrait également avec la déprise agricole qui laissait des terrains sans vocation dans pas mal de régions.  Ces plantations se sont faites (et se font) de manière très organisée, en rangs serrés qu'il convient d'éclaircir en moyenne tous les 10 ans pour favoriser la pousse des tiges et la formation de fûts valorisables en industrie... Ça donne des alignements un peu similaires aux plantations de Peupliers en fond de vallée.

Jusque dans les années 70, l'Etat subventionnait même la plantation d’Épicéas tant la demande était forte et le prix des bois intéressant (c'était un bon bas de laine que l'on laissait à ses enfants lorsqu'on leur léguait une parcelle d’Épicéas). Puis est arrivée la tempête de 1999 qui a mis à mal bon nombre de plantations, et a engendré une chute drastique des prix d'achat puisqu'en quelques mois il y a eu l'équivalent de 30 ans de production mis sur le marché. Depuis ce prix n'est jamais remonté, mais les plantations subsistent toujours et leurs propriétaires essaient de retarder au maximum l'exploitation dans l'espoir que les prix remontent (vu les quantités arrivant sur le marché avec les Scolytes, on n'est pas sorti de l'auberge ! 😰 ).

 

=> En quoi les tempêtes pourraient affaiblir les Épicéas ?

 

En tant que tel, un coup de vent n'affaiblit pas un Épicéa. Son point faible vient de son système racinaire très superficiel qui ne lui permet pas toujours de se maintenir et lui vaut de tomber en formant ce que l'on appelle des "galettes" formées par les racines et le sol emporté dans la chute.

Mais dans les plantations, telles qu'elles ont été généralisées un peu partout en France, il arrive souvent lors des gros coup de vent que les arbres en première ligne tombent et entraînent dans leur chute toute une partie de leurs congénères par "effet domino" lorsque le vent s'engouffre dans la parcelle.

Parfois, seule la première ligne tombe ou souffre, et fini par être supprimée. Mais les individus qui étaient jusque là protégés deviennent extrêmement sensibles au moindre coup de vent car ils n'ont pas été habitué à endurer de telles contraintes et leurs racines sont encore plus superficielles que des arbres en situation "naturelle".

 

Photo prise par mes soins, illustrant les dégâts suite au coup de vent de janvier 2018 dans les Vosges :

 

20180124_143641.jpg

 

Pour info, aujourd'hui il n'en reste plus un seul, j'ai tout fait éliminer car ça avait complètement barré la rivière et engendré de gros désordres plus en aval 😇

 

Exemple de "galette" :

 

650-CT-03_chablis-douglas.jpg

 

 

Ainsi, lorsque des plantations sont victimes d'un fort coup de vent, les individus qui ne sont pas exploités rapidement (et vue la valeur résiduelle des bois et le danger que représente l'exploitation ça traîne souvent) deviennent un hébergement pour les fameux Scolytes qui ensuite se propagent dès que les conditions lui deviennent favorables.

C'est d'autant plus sensible dans les secteurs où l’Épicéa n'était pas présent naturellement mais ça l'est un petit peu moins dans les Massifs où l'espèce est présente naturellement.

 

De ce fait, l'évocation des Vosges comme étant caractérisées par une fragilisation induite par le coup de vent de janvier 2018 est un raccourci un peu rapide.

Le facteur essentiel à retenir c'est que :

 

1- L'Épicéa est un arbre issu du climat continental, très sensible à la sécheresse. C'est ce qui limite sa répartition naturelle (les Vosges et le Jura ne sont que des peuplement "relictuels" des climats passés plus frais et humides), (Il n'a rien à faire en Corse, dans les Pyrénées ou dans le Massif Central).

2 - La sensibilité à la sécheresse provient d'un système racinaire très superficiel, et d'une implantation dans des sols drainants (sables, granits, etc)

3 - Les dépérissements aujourd'hui constatés le sont souvent sur des individus issus de peuplement spontanés, sur des versants exposés Ouest ou Sud. Aucun dépérissement n'existe en versant Nord par exemple.

4 - Le Scolyte s'attaque aux peuplements en situation de fragilité (sénescence, affaiblissement, etc.).

 

Voici un lien très intéressant à suivre concernant le recul de l’Épicéa sur le plateau Suisse :

 

https://www.waldwissen.net/technik/inventur/wsl_fichtenrueckgang/index_FR

 

Bonne lecture  ;) 

  • J'aime 3
  • Merci 6
Link to post
Share on other sites
Posted
Marseille (13) (alt : 40m) et Gap (05) (alt : 780m)
Il y a 3 heures, Romain84 a dit :

Y'a du monde aujourd'hui : 67 département concernés.

 

Capture.PNG.f4c24a42c5ba15a0ee9a44269967fbfa.PNG


Et sinon dans le 13 et le 05 tout va bien... 

Pourtant, les débits des cours d'eau du 05 sont anormalement bas et le Lac de Serre-Ponçon n'est même pas plein en plein Été..

Et dans le 13 tout sèche à vitesse grand V.

 

Etrange qu'on ne soit pas en restriction...

  • J'aime 1
Link to post
Share on other sites

Merci pour ces détails. Néanmoins, des documents INRA Nancy ont un avis plus tranché sur le rôle fondamental des tempêtes.

 

Si on résume, pour moi les articles des chercheurs et les bases de données calibrées (ERA-Interim est calibré, ClimatHD est calibré, etc.) auront toujours la priorité.

Edited by Cotissois 31
Link to post
Share on other sites
Posted
st yrieix le déjalat (19) 750 m / 1700 mm annuel
il y a 24 minutes, Iefan a dit :


Et sinon dans le 13 et le 05 tout va bien... 

Pourtant, les débits des cours d'eau du 05 sont anormalement bas et le Lac de Serre-Ponçon n'est même pas plein en plein Été..

Et dans le 13 tout sèche à vitesse grand V.

 

Etrange qu'on ne soit pas en restriction...

Grâce aux canaux venant de la durance😉

  • J'aime 2
Link to post
Share on other sites
Posted
Marseille (13) (alt : 40m) et Gap (05) (alt : 780m)
il y a 5 minutes, sylver19 a dit :

Grâce aux canaux venant de la durance😉

 

Oui visiblement les agriculteurs pompent beaucoup d'eau en aval de Serre-Ponçon ce qui l'empêche d'être plein. 

Merci les canaux de la Durance en effet... On verra où on en est à la fin de l'Été et le niveau du lac... 

  • J'aime 1
Link to post
Share on other sites
Posted
Moncoutié 13kms au nord de Cahors(46)-350m
il y a 50 minutes, Iefan a dit :


Et sinon dans le 13 et le 05 tout va bien... 

 

Qu'il n'y ait pas de jaune dans le 13 c'est bizarre en effet...🤔:D

  • Haha 8
Link to post
Share on other sites
Posted
Pertuis (84) / Rodez (12)

Pour le 13 c'est certainement grâce au canal de Provence car moi aussi je me posais la question mais en y réfléchissant c'est évident que c'est lié a ça. 

Mais un niveau en jaune ne ferait quand même pas de mal parce que c'est pas parce qu'on a de l'eau en abondance qu'il faut la gaspiller, bon après cela dit même avec des restrictions peu nombreux sont les gens a les respecter donc....

  • J'aime 3
Link to post
Share on other sites
Posted
Dannemarie (Sundgau) 304m
il y a une heure, MP13850 a dit :

Pour le 13 c'est certainement grâce au canal de Provence car moi aussi je me posais la question mais en y réfléchissant c'est évident que c'est lié a ça. 

Mais un niveau en jaune ne ferait quand même pas de mal parce que c'est pas parce qu'on a de l'eau en abondance qu'il faut la gaspiller, bon après cela dit même avec des restrictions peu nombreux sont les gens a les respecter donc....

 

Il y a de grandes chances que ce soit cela. Et vu que le lac de Serre Ponçon est à un haut niveau, peu de problèmes d'approvisionnement à prévoir pour le moment.

 

Le débit de la Durance est quant à lui à encéphalogramme plat tellement il est régulé par de multiples barrages

Edited by Martini
Link to post
Share on other sites
Posted
Marseille (13) (alt : 40m) et Gap (05) (alt : 780m)
Il y a 2 heures, Martini a dit :

 

Il y a de grandes chances que ce soit cela. Et vu que le lac de Serre Ponçon est à un haut niveau, peu de problèmes d'approvisionnement à prévoir pour le moment.

 

Le débit de la Durance est quant à lui à encéphalogramme plat tellement il est régulé par de multiples barrages

 

Il est quand même 3m en dessous de sa côte optimal de remplissage... Et en plein Été c'est très rare. D'habitude il est plein.

Par ailleurs, il baisse depuis 3 jours... 

Et à croire qu'on m'a entendu car la préfète des Hautes-Alpes vient de passer le département en Vigilance sécheresse ! Nul doute que le stade d'alerte devrait suivre car les débits en amont de Serre-Ponçon sur la Durance et l'Ubaye baissent à vu d'oeil.

 

Seulement 37m3/s sur la Durance et 6,5m3/s sur l'Ubaye.


Débit de la Durance en amont du lac (Baisse lente mais certaine) : http://www.rdbrmc.com/hydroreel2/station.php?codestation=778 (

Débit de l'Ubaye en amont du lac (Baisse rapide) : https://www.rdbrmc.com/hydroreel2/station.php?codestation=1066

 

Attention car les débits de la Durance en aval du lac sont régulé oui mais ça n'entre pas en compte pour la prise de décision de la sécheresse du coup. Car cela dépend directement des débits en amont.

 

796738680_Capturedcran2019-07-1816_45_57.thumb.png.64a67bddae9ec1d50c3e91c8e84fab75.png

Edited by Iefan
Link to post
Share on other sites
Posted
st yrieix le déjalat (19) 750 m / 1700 mm annuel

es  que le 13 est déja passé en jaune ? meme au plus fort des secheresses, Oliv ?

Link to post
Share on other sites
Posted
Saint-Saturnin-Lès-Avignon, Vaucluse
il y a 2 minutes, sylver19 a dit :

es  que le 13 est déja passé en jaune ? meme au plus fort des secheresses, Oliv ?

 

Il était en crise en 2017.

  • J'aime 2
  • Merci 2
Link to post
Share on other sites
Posted
Saint-Ambroise, Saguenay-Lac-St-Jean, QC, Canada
Il y a 6 heures, Lolox a dit :

L’Épicéa au naturel :

 

Cela part du principe que dans la plupart des Massifs français (hors Vosges et l'Est du Jura), l’Épicéa est une espèce introduite. Elle est originaire d'Europe de l'Est où elle prospère grâce à des températures froides en Hiver, et des Été chauds mais humides marqués par les orages estivaux. Jusqu'à la seconde guerre mondiale, la limite occidentale de l'aire de distribution naturelle de l'espèce était constituée par le Massif des Vosges (des individus de 200 à 250 ans d'âges étaient connus avant la tornade d'il y a 3 ans au défilé de Straiture), l'Extrême Est du Massif du Jura, et les Alpes Suisses. A l'Ouest de ces secteurs, où ils n'étaient naturellement présents que sur les versants les plus frais.

Bonjour Lolox,

 

Je crois que tu exagères assez fortement - je ne sais pour quelle raison - la singularité des conditions climatiques de l'extrême nord-est français que tu sembles vouloir nettement distancier, séparer, différentier du reste du pays, en exagérant également la continentalité du massif des Vosges : j'irai même jusqu'à dire que le climat des hauteurs des Vosges est justement assez nettement plus océanique que continental ! Et je pense que tu te trompes un peu s'agissant des exigences écologiques de cette espèce (l'épicéa).

Voici, pour remettre tout de suite les pendules à l'heure, l'aire de répartition naturelle de Picea abies en Europe : 

 

Résultats de recherche d'images pour « aire de répartition naturelle de picea abies »

 

Il apparaît de façon évidente et indiscutable que l'épicéa est présent naturellement et originellement autant dans l'ouest du Jura que dans l'est de ce massif (donc en Suisse), et autant dans les Alpes et pré-Alpes du Nord françaises que dans les Vosges. 

Après, oui, cette espèce a été introduite dans les Ardennes et dans le Massif central.

Elle n'est pas originaire spécifiquement d'Europe de l'est, mais bien de toutes les zones fraîches de l'Europe continentale non exposée à des vents trop forts et trop présents toute l'année.

 

L'épicéa ne recherche pas forcément des « températures froides en hiver », ni encore moins des « étés chauds mais humides » !

Non, l'épicéa recherche les conditions climatiques correspondant à la zone bioclimatique de la forêt mixte et de la forêt du domaine montagnard et sub-arctique.

C'est à dire qu'il pousse naturellement dans les régions suffisamment pluvieuses et humides, certes, mais également là où il y a moins de 5 mois avec Tm > 10°C. En d'autres termes, il n'aime justement pas les étés chauds, qu'ils soient humides ou pas !

Mais, comme je le disais, une condition climatique supplémentaire est qu'il évite les zones trop fréquemment ventées (donc les zones trop océaniques) : c'est pour cette raison qu'on n'en trouve pas dans le nord-ouest de l'Europe. Ce n'est pas parce que les hivers n'y seraient pas assez froids.

 

 

Il y a 6 heures, Lolox a dit :

3 - Les dépérissements aujourd'hui constatés le sont souvent sur des individus issus de peuplement spontanés, sur des versants exposés Ouest ou Sud. Aucun dépérissement n'existe en versant Nord par exemple.

 

Ce qui est bien normal : il fait évidemment plus frais sur les versants nord, donc le stress hydro-thermique y est plus faible.

Quant aux versants exposés à l'ouest, ce sont ceux qui sont plus facilement exposés aux vents, ce qui rend les arbres plus fragiles...

Edited by dann17
  • J'aime 1
Link to post
Share on other sites
Le 17/07/2019 à 13:20, Lolox a dit :

... Ou en tout cas, la solution n'est pas évidente à percevoir dans l'immédiat. Peut être que l'avenir se portera sur le Chêne Liège si jamais les hivers déclinent en intensité...

 

Le chêne-liège ? Il faut vraiment être très optimiste (ou pessimiste, c'est selon...)  pour envisager une telle essence là-haut, non ?

Avant de penser à un tel extrême, il y a quand même tous les essences "intermédiaires" style chênes caduques, châtaignier, charme etc...

Edited by Boomslang47
  • J'aime 1
  • Haha 1
Link to post
Share on other sites
Posted
st yrieix le déjalat (19) 750 m / 1700 mm annuel
il y a 6 minutes, Boomslang47 a dit :

 

Le chêne-liège ? Il faut vraiment être très optimiste (ou pessimiste, c'est selon...)  pour envisager une telle essence là-haut, non ?

Avant de penser à un tel extrême, il y a quand même tous les essences "intermédiaires" style chênes caduques, châtaignier, charme etc...

Chene pedonculé meurt , le charme sensible à la secheresse,le chataignier meurt 

Edited by sylver19
Link to post
Share on other sites
Posted
Saint-Ambroise, Saguenay-Lac-St-Jean, QC, Canada
il y a 11 minutes, Boomslang47 a dit :

Le chêne-liège ? Il faut vraiment être très optimiste (ou pessimiste, c'est selon...)  pour envisager une telle essence là-haut, non ?

Avant de penser à un tel extrême, il y a quand même tous les essences "intermédiaires" style chênes caduques, châtaignier, charme etc...

D'autant plus que le chêne-liège ne pousse que dans des zones à été long (plus de 5 mois et demi avec Tm > 14°C).

Le climat des Vosges aurait donc sacrément changé, dites-moi !  :D

Link to post
Share on other sites
Posted
Remiremont - Porte des Hautes Vosges (400 m)
il y a une heure, dann17 a dit :

Bonjour Lolox,

 

Je crois que tu exagères assez fortement - je ne sais pour quelle raison - la singularité des conditions climatiques de l'extrême nord-est français que tu sembles vouloir nettement distancier, séparer, différentier du reste du pays, en exagérant également la continentalité du massif des Vosges : j'irai même jusqu'à dire que le climat des hauteurs des Vosges est justement assez nettement plus océanique que continental ! Et je pense que tu te trompes un peu s'agissant des exigences écologiques de cette espèce (l'épicéa).

Voici, pour remettre tout de suite les pendules à l'heure, l'aire de répartition naturelle de Picea abies en Europe : 

 

[... ]

 

Je te rassures Dann17, il n'y a pas de volonté délibérée de vouloir "continentaliser" les Vosges plus que ça xD

De même que je suis allé un peu rapidement en termes de raccourcis concernant les exigences de l'espèce en me limitant aux caractéristiques du climat continental sans pour autant préciser qu'il s'agissait d'une espèce préférentiellement présente en montagne. Désolé, j'avais un temps limité pour rédiger ma réponse et je savais que j'allais me lancer dans une très longue explication. Merci donc pour tes précisions fort utiles pour améliorer la précision de mon intervention qui partait initialement sur le fait que c'étaient les récentes tempêtes qui mettaient le plus à mal les Épicéas des Vosges  ;) 

 

Pour être plus précis, concernant les Vosges, la limite occidentale de présence de "Picea Abies" était constituée par la haute vallée de la Meurthe (secteur du Valtin) et il ne semblait y avoir que très parcimonieusement un peu plus à l'Ouest. J'avais mis la main sur une thèse soutenue à l'Université de Mulhouse qui évoquait cela et retraçait les différentes évolutions du couvert végétal sur la base d'études palynologiques réalisées dans les tourbières du Massif... Je l'avais dévoré :D  

Ainsi, il abondait sur le versant Alsacien, en l’occurrence le versant Est (et le plus continental) du massif, ce qui peut laisser à penser que j'ai tendance à trop "continentaliser" les Vosges. Je savais que l'on en trouvait également sur les versants de quelques vallées de Haute Savoie, mais ta carte m'apprends qu'il semblait également en exister quelques foyer dans les Alpes du Sud o.O

 

il y a 2 minutes, Boomslang47 a dit :

 

Le chêne-liège ? Il faut vraiment être très optimiste (ou pessimiste, c'est selon...)  pour envisager une telle essence là-haut, non ?

 

C'était du second degré tant ça semble improbable ^_^

  • J'aime 2
Link to post
Share on other sites
Posted
Saint-Ambroise, Saguenay-Lac-St-Jean, QC, Canada
il y a 34 minutes, sylver19 a dit :

Chene pedonculé meurt , le charme sensible à la secheresse,le chataignier meurt 

Ah, donc le chêne pédonculé (qu'on peut trouver par exemple vers Porto, au Portugal) ne pourrait plus supporter le climat des Vosges ? donc les Vosges auraient désormais un climat méditerranéen, c'est bien ça ? Idem pour les deux autres essences...

Il faudrait donc y planter des palmiers-dattiers ? ...

Je plaisante, sylver19, je te charrie. ;)

Je sais bien que ce n'était pas ce que tu voulais dire.

 

ps : à noter que le palmier-dattier n'est pas une espèce méditerranéenne... c'est une espèce subtropicale des régions arides.

Edited by dann17
  • J'aime 1
Link to post
Share on other sites
Posted
Massif du Hohneck, 1220m
Il y a 2 heures, sylver19 a dit :

Chene pedonculé meurt , le charme sensible à la secheresse,le chataignier meurt 

 

Je confirme, le châtaigner, surtout les jeunes arbres, ont localement sacrément morflé en 2015 déjà ( photos de début août), puis en  2018 ( collines sous vosgiennes versant alsacien, des sous-bois entiers grillés). Essence sur laquelle il ne faudra plus miser trop longtemps, sauf retour d'une pluviométrie normale.

 

1563479367.jpg

 

1563479435.jpg

 

Inutile de dire que bon nombre de ces arbres ne s'en sont pas remis, tandis que les autres galèrent depuis à s'en remettre, faute de répits suffisants durant les saisons chaudes.

 

Edited by Fil67
  • Surprise 2
Link to post
Share on other sites
Posted
st yrieix le déjalat (19) 750 m / 1700 mm annuel
Il y a 2 heures, dann17 a dit :

Ah, donc le chêne pédonculé (qu'on peut trouver par exemple vers Porto, au Portugal) ne pourrait plus supporter le climat des Vosges ? donc les Vosges auraient désormais un climat méditerranéen, c'est bien ça ? Idem pour les deux autres essences...

Il faudrait donc y planter des palmiers-dattiers ? ...

Je plaisante, sylver19, je te charrie. ;)

Je sais bien que ce n'était pas ce que tu voulais dire.

 

ps : à noter que le palmier-dattier n'est pas une espèce méditerranéenne... c'est une espèce subtropicale des régions arides.

Le chene pédonculé dans le centre de la France dépérit depuis une décennie qui petit à petit remplacé par le chêne sessile ( sylviculture  supprimant les semis de pedonculé  au profit des sessiles)n'ayant des besoins en eau plus modeste que le pédonculé . le hêtre est en danger aussi car il ne supporte pas la sécheresse et les fortes chaleurs .

Link to post
Share on other sites
Citation

Essence sur laquelle il ne faudra plus miser trop longtemps

 

SVP acceptez de lire la réalité : votre région n'a aucun signal de sécheresse de long terme, seulement un incrément de température.

Si les forestiers confirment : la forêt européenne est en croissance, non ?

 

http://www.meteo.fr/meteonet/temps/clim/ClimatHD/ressources/PASSE/FRA/PRECI/PASSE_FRA_PRECI_RR_ANN_IMAGE.png

http://www.meteo.fr/meteonet/temps/clim/ClimatHD/ressources/FUTUR/FRA/PRECI/FUTUR_FRA_PRECI_RR_HIV_HZL85.png

Edited by Cotissois 31
  • J'aime 1
  • Haha 3
Link to post
Share on other sites

Le pin sylvestre ou le chêne vert résistent mieux à la sécheresse que le hêtre ; il en va de même pour le Laurier rose.

 

Pour les ormes, peut-être qu'un temps plus sec les rends moins sujet aux champignons dont ils sont victimes...

 

64 départements en alerte sécheresse.

 

Je suis vers  Sancerre, bien sec mais encore de l'herbe verte dans les sous-bois et heureusement pas de petit arbres en péril. Cependant poussières sur les parking rocailleux (attention aux particules pour la santé...), pas de gadoue là où il devrait y en avoir. Moustiques tout de même observé  pendant que je lisais allongé il y a un instant.

Link to post
Share on other sites
Posted
St Pierre Du Chemin Centre Est 85 en limite 79

Il faut tout de même préciser que cette map ne rend pas compte du fait qu'il existe ou non une sécheresse long terme sur une période par exemple mai/septembre. L'évolution du stress chronique sur le long terme ne peut pas être écarter par l'évolution annuelle.

Edited by sebb
  • J'aime 2
Link to post
Share on other sites
Posted
Remiremont - Porte des Hautes Vosges (400 m)
Il y a 1 heure, Cotissois 31 a dit :

 

SVP acceptez de lire la réalité : votre région n'a aucun signal de sécheresse de long terme, seulement un incrément de température.

Si les forestiers confirment : la forêt européenne est en croissance, non ?

 

http://www.meteo.fr/meteonet/temps/clim/ClimatHD/ressources/PASSE/FRA/PRECI/PASSE_FRA_PRECI_RR_ANN_IMAGE.png

http://www.meteo.fr/meteonet/temps/clim/ClimatHD/ressources/FUTUR/FRA/PRECI/FUTUR_FRA_PRECI_RR_HIV_HZL85.png

 

1er lien :

Nous on te dit que les phénomène de sécheresse en période de vegetation (milieu  du printemps à fin d'automne) est omniprésent depuis 2015, avec des conséquences visibles sur l'environnement,  tu nous sort une carte qui montre l'évolution des cumuls annuels de pluie entre 1959 et 2009... On te parles "observation pluriannuelle" et tu nous répond "climato sur 30 ou 50 ans". Nous ne parlons pas de la même chose.

Perso je ne contredis pas les données chiffrées, tu peux en étaler autant que tu veux, je ne viendrai pas te les contester.

Simplement, moi et quelques autres nous te parlons "d'écologie " au sens scientifique du terme (comme il existe des climatologues, il y a des écologues), nous nous penchons sur l'impact du climat sur "le vivant"... Un truc protéiforme qui réagit différemment à des conditions extérieures similaires, et que l'on n'arrive pas à faire entrer dans des cases ou des tabeaux quand bien même on en multiplie les entrées.

Nous sommes sur un topic de suivi de la sècheresse, à l'interface entre les chiffres des relevés météo et la manière dont nos milieux de vie réagissent, pas dans le topic de  climatologie pure et dure qui suivrait l'évolution du RC en France.

 

2ème lien

Belles couleurs, mais carte sans titre, sans échelle, ce n'est pas très rigoureux et le message ne passe pas.

 

 

Enfin tu évoques une forêt européenne en croissance, mais visiblement tu ne vois pas ce que cela traduit comme évolution socio-économique plutôt que climatique.

Tu maîtrises la climato, mais lorsque l'on part sur la réponse ou l'évolution des milieux aux contraintes climatiques, tu es comme une poule devant un couteau.

 

Si ça te fais plaisir, je reconnais volontiers que d'un point de vue climatologique, les PP annuelles tendent à augmenter y compris sur les Vosges et même l'ensemble du Nord Est. Pour ma ville je peux même te dire que l'on a gagné 15 mm/an en moyenne sur la période 1981/2010 par rapport à la précédente, ce qui équivaut à 1% de pluviométrie en plus en moyenne sur 1 an.

Cependant, ces dernières années la répartition saisonnière masque des disparités qui à force de répétition impactent durement certains pans visibles de notre environnement.

 

On n'en n'est pas encore à parler de désertification du massif des Vosges ou quoi que ce soit. Nous constatons, analysons, discutons et essayons de nous projeter à quelques années plus tard si l'on garde le rythme pris ces 4 ou 5 dernières "belles saisons".

 

Allez, pour la route une musique de circonstance :

 

 

 

;)

 

Edited by Lolox
  • J'aime 5
  • Merci 3
Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...