Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Suivi de la secheresse


Recommended Posts

Posted
Nice-Cimiez, alt 95m
Il y a 8 heures, Toulnono83 a dit :

Non, le papillon "Paysandisa archon" s'attaque sans distinction à  toutes les variétés  de palmiers vulnérables, Phoenix compris. D'ailleurs il est plus virulent et  plus destructeur que le charançon, plus connu en tant que  prédateur par le Grand public. C'est ce que m'expliqua, il y a plusieurs années  déjà, Violette Décugis, pépiniériste à Hyères, d'où  provienne la majorité  des quelques sujets que je possède encore (mes 2 Phoenix et un trachycarpus fortunei  qui avaient atteint une belle forme furent ravagés en ni une ni deux il y a une dizaine d'années) , et l'une des plus grandes spécialistes qui soit en ce domaine . Dans le doute je viens de la recontacter et elle n'a pas varié d'un iota  sur sa position.

 

Merci pour ces précisions.

 

Il me semblait pourtant avoir lu que que le Paysandisa archon s'attaquait plus volontiers au Chamaerops qu'aux autres palmiers (Washingtonia ou Phoenix par exemple). 

 

En revanche, ce qui est certain, c'est que le charançon rouge s'attaque quasi-exclusivement aux Phoenix. Et clairement, le charançon rouge est bien plus destructeur que le paysandisa archon... La preuve en est que sur le littoral PACA, 90% des palmiers morts sur pieds sont des Phoenix... Et la grande majorité d'entre eux ont été décimés par le charançon rouge... 

Link to post
Share on other sites
  • Replies 3.5k
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Bonjour,   Reprenons un peu le cours de ce topic dédié au suivi de la sécheresse, avec un petit point photo réalisé le week-end dernier et cette semaine sur le secteur des Vosges et du piémo

Bonjour,   Voici un état des lieux dans l'est de la Creuse et l'ouest du Puy-de-Dôme, où les vagues de chaleur et de sécheresse se succèdent depuis quatre étés.   Quelques chiffres

Situation désastreuse sur le piémont vosgien côté alsacien, après des semaines sans pluie significative et les fortes chaleurs de ce mois d'août. C'est donc depuis 2015 au moins le 5ème été qui voit l

Posted Images

Posted
Marseille (1er,4ème,12ème)
Il y a 3 heures, MP13850 a dit :

1mm pour 1 jour de pluie ;)
A l’époque c’était 0.1 ce qui n’était pas très logique (surtout dans notre région) où 95% du temps un passage pluvieux apporte + d’1mm. 

 

Oui en effet 1 mm = 1 jour de pluie  la on est d'accord 

Mais une série sèche, s’arrête sans que forcément il y ait de comptabiliser un jour de pluie   . 

Link to post
Share on other sites
Posted
Marseille (10ième arrondissement)

On en reste à 75 jours consécutifs sans pluie à Marseille-Palais Longchamp et à Marignane car ces deux stations ont relevé de la pluie avant 8 heures ce matin. Fin du suspens ! 

Link to post
Share on other sites
Posted
La Tronche (260 m)
Le 25 août 2020 à 21:42, ToNy06 a dit :

On atteint les 100 jours sans précipitations significatives du côté des îles d'Hyères (Levant et Port-Cros) ou vers Cargèse en Corse... 😯

Oui, en même temps, la sécheresse en été dans les zones méditerranéennes, c'est presque normal, non ?

Link to post
Share on other sites
Posted
Marseille (13)
il y a 41 minutes, Yves38 a dit :

Oui, en même temps, la sécheresse en été dans les zones méditerranéennes, c'est presque normal, non ?

 

Les faibles précipitations estivales, oui, c'est normal, mais une absence totale de précipitations, couplée à des températures excédentaires, c'est moins normal, du moins par rapport aux moyennes climatiques du siècle passé, en témoigne le record de jours sans pluie de 1933 battu à Marignane, où le dernier mois déficitaire en températures moyennes est mai 2019, soit 15 mois consécutifs en excédent thermique, série en cours !

 

Par exemple pour Marignane par rapport aux moyennes mensuelles, et malgré les 0.4mm de cette nuit, on en est à -100% de précipitations en juillet (0.0mm), et -99% pour ce  mois d'août (0.4mm) où la moyenne mensuelle est quand même de 31mm.

  • J'aime 7
  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Posted
st yrieix le déjalat (19) 750 m / 1700 mm annuel
il y a 58 minutes, Yves38 a dit :

Oui, en même temps, la sécheresse en été dans les zones méditerranéennes, c'est presque normal, non ?

comme disait le bossu ! dans jean de Florette , mais ou il ne pleut jamais dans le desert de Gobi  peut etre ,mais pas en provence!

Link to post
Share on other sites
Posted
Tour-en-Sologne (41)

Bonjour,

 

Conséquence de la sécheresse, le canal d’Orléans est quasiment à sec.

L’association fédération de pêche du Loiret vient d’effectuer cette semaine un sauvetage d’urgence de tous les poissons dans le canal (carpes, sandres, brochets). Ces poissons ont été remis dans la Loire par la suite.

La conséquence de cette sécheresse sur le canal d’Orléans est la même que pour celui du canal du Berry en 2019 avec de nombreuses fuites à cause de certaines fissures qui se sont créées avec la sécheresse. 

Autre conséquence de la sécheresse, c’est les moissons qui sont mauvaises avec un rendement faible que ce soit en Beauce ou ailleurs.

 

https://centre-valdeloire.chambres-agriculture.fr/chambre-dagriculture-de-loir-et-cher/pages-hors-menu/bilan-des-moissons-2020/

  • J'aime 2
  • Merci 2
Link to post
Share on other sites
Posted
15 km à l'est de Dijon

j'ai posté la carte d'humidité des sols à la demande des chercheurs de champignons après prise en compte des fortes précipitations du week-end

 

la voici

 

Compar_Humidite_Sol_fin_aout2019vs2020.thumb.jpg.b3628d945c26317cd07bdceccec265d1.jpg

 

Précipitations du week-end en Rhône-Alpes.

Cumul_RR48h_28-30aout2020_red.thumb.jpg.e862e4a9e456c258750d03fbddb9d607.jpg

  • J'aime 5
  • Merci 3
Link to post
Share on other sites
Posted
montois (Donnemarie-dontilly) dans l'Est 77, paris 7 parfois
Le 25/08/2020 à 17:47, alsavosges a dit :

Capture.PNG

 

Je me pose toujours une question quand on parle de sécheresse exceptionnelle en Méditerannée en été (J&A). 

 

Car en gros- cf stations du littoral citées- on a 0mm au lieu de 20 à 30 en moyenne sur deux mois (voire moins à Bastia par exemple). Mais ces mêmes 20 à 30 sont je pense très rapidement expédiés en etp le lendemain des pluies, n'en parlons même pas si tram ou mistral...

 

Du coup est-ce vraiment problématique d'avoir certes un déficit de 95%, très impressionnant au premier regard, mais sur des cumuls de toute façon en moyenne très faibles (le pourcentage ne veut du coup rien dire). 

 

Ça change quelque chose pour les écosystèmes ? Le risque d'incendie ? (hors considération du vent et des T). 

 

J'imagine que 60% de déficit pluvio dans les Vosges en été (cad un fort cumul pluvio manquant) est infiniment plus délétère que 95% à Cavalaire sur mer ou porticcio..

 

 

 

 

 

Edited by edd
  • J'aime 4
Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, edd a dit :

Du coup est-ce vraiment problématique d'avoir certes un déficit de 95%, très impressionnant au premier regard, mais sur des cumuls de toute façon en moyenne très faibles (le pourcentage ne veut du coup rien dire). 

 

J'imagine que 60% de déficit pluvio dans les Vosges en été (cad un fort cumul pluvio manquant) est infiniment plus délétère que 95% à Cavalaire sur mer ou porticcio..

 

 

Je suis assez d'accord, pour moi le raisonnement en pourcentage a ses limites car 0% en Provence n'a pas du tout le même poids que 0% dans le nord de la France.

 

Si on compare Marignane et Orly par exemple, les cumuls pluviométriques mensuels se ressemblaient pas mal jusqu'en milieu d'été cette année, et pourtant on était beaucoup plus loin de la normale à Orly.

 

En valeur absolue à gauche, et anomalie normalisée à droite :

 

image.thumb.png.91586eaacc839c8a562515449d439071.pngimage.thumb.png.daa15bb79216aeb32f0ae855a02f3059.png

 

Si on regarde l'ETP, le constat est semblable : ETP plus forte dans l'absolu à Marignane, mais plus loin au dessus de la moyenne à Orly. Du coup, en la retirant des précipitations, le bilan hydrique et forcément plus faible à Marignane, mais plus déficitaire (en écart à la moyenne) à Orly. Bref, sécheresse plus forte dans l'absolu en Provence, mais plus habituelle. C'est bien dans le Nord que la végétation a le plus souffert.

 

image.thumb.png.039a5ebcb55ffc705f028f731e86af85.pngimage.thumb.png.2030cc7a4847d9f1c568a5db4ef01c9c.png

 

 

  • J'aime 6
  • Merci 5
Link to post
Share on other sites
Posted
15 km à l'est de Dijon

Grâce au suivi des cours d'eau par les services de l'état vous pouvez consulter le site de l’observatoire national des étiages
http://onde.eaufrance.fr/acces-aux-donnees/france/2020-08   que vous pouvez consulter

dont j'ai tiré quelques extraits pour la Côte d'Or pour exemple.

Les points de relevés correspondent généralement à des affluents en tête de bassin.
c'est édifiant quant à l'évolution depuis 2012 !

Situation fin août depuis 2012

 

obs_etiage_aout2012-2020_cotedor.jpg

  • J'aime 3
  • Merci 2
Link to post
Share on other sites
Posted
Valence centre (26)

Bonjour,

 

En Vallée du Rhône, la sécheresse est toujours aussi sévère. Depuis le début de l'année, on note les cumuls suivants :

- Tulette (26) : 180,4 mm

- Orange Centre (84) : 184,9 mm

- Bourg-lès-Valence (26) : 196,6 mm

- Tournon-sur-Rhône (07) : 229,4 mm

- Granges-lès-Beaumont (26) : 245,4 mm

- Rochegude (26) : 249,6 mm

- Saint-Paul-Trois-Château (26) : 251 mm

- Orange-Caritat (84) : 251,2 mm

- Thorrenc (07) : 254 mm

 

Est-ce qu'on est certain de la fiabilité des stations de Tulette et d'Orange-Centre ?

 

Pas de pluie à attendre ces 10 prochains jours (pour les stations citées les plus au nord).

 

Bonne journée, 

Edited by gotman42
Link to post
Share on other sites

 

 

 

Sécheresse estivale (juillet/août) la plus sévère depuis 1958 sur le Champagne, l'ouest Lorrain et une partie de la Bourgogne.

 

Déficit du même ordre que pour St-Dizier (-90%)  à Erneville-aux-bois située en Meuse à quelques km à l'est mais 200m + haute :

- 19 mm sur les 2 mois d'été pour une moyenne à 155mm,

- nouveau record battant celui de 1983,

- 3 années successives avec un duo juillet-août remarquablement sec et chaud.

 

image.png.f92dd4959c391a72672196670239b5db.png

 

  • J'aime 2
  • Merci 5
  • Surprise 3
Link to post
Share on other sites
Posted
Paris (Jourdain)

Il y a un an j'écrivais ceci, en partie grâce à des témoignages recueillis sur ce topic (merci à tous). 

Cette année, quelle sera ma complainte ?

complainte.png

  • J'aime 8
  • Haha 1
Link to post
Share on other sites
Posted
montois (Donnemarie-dontilly) dans l'Est 77, paris 7 parfois

Saint-dizier c'est dingue ouais. On est vraiment dans un été de récurrences, avec les zones les plus sèches qui sont de plus en plus sèches et les zones qui s'en sortent qui continuent à s'en sortir. 

Ça signe je pense des synoptiques qui se répètent un peu à l'identique, et le jeu du hasard. 

Et surtout le fait que les dégradations ne sont jamais généralisées. C'est bien ça qui signe nos 2 derniers étés...

Quel est le déficit sur août ? Il doit pas être si énorme à l'échelle nationale ? 

 

 

Link to post
Share on other sites
Posted
Paris (Jourdain)

3ème été de suite avec des jours de pluie plus rares qu'en moyenne à Paris, alors forcément c'est un record sur les 3 derniers étés cumulés. (pas en cumul de RR, mais en cumul de nombre de jours à plus de 1 mm !)

 

Je sais, c'est un marché de niche, qui n'intéresse pas grand monde, les quelques rares jardiniers sur Paris...

 

Il y a une tendance sur plus de 140 ans (-3 jours de pluie par été ... mais c'est sur 140 ans) je sais pas ce que ça vaut. Juste pour illustrer les 3 derniers étés !

 

étéparis.png

Edited by fran39
  • J'aime 1
Link to post
Share on other sites

Un écart-type plus faible qu'au début du siècle dernier et une légère tendance à la baisse, c'est ce que j'observe. Ce n'est pas très surprenant d'ailleurs. Je me demande si c'est aussi le cas pour d'autres stations représentatives.

Edited by A.M.
Link to post
Share on other sites
Posted
Paris (Jourdain)
Il y a 17 heures, edd a dit :

Saint-dizier c'est dingue ouais. On est vraiment dans un été de récurrences, avec les zones les plus sèches qui sont de plus en plus sèches et les zones qui s'en sortent qui continuent à s'en sortir. 

Ça signe je pense des synoptiques qui se répètent un peu à l'identique, et le jeu du hasard. 

Et surtout le fait que les dégradations ne sont jamais généralisées. C'est bien ça qui signe nos 2 derniers étés...

Quel est le déficit sur août ? Il doit pas être si énorme à l'échelle nationale ? 

 

 

à l'échelle nationale, déficit de "seulement" 11% sur août.

 

Après, juillet était tellement sec (le plus sec depuis au moins 1958), que sur le bimestre juillet-août, on est à la deuxième place en national des + secs depuis 1958

 

PS : pour St Dizier, 10 mm en 2 mois d'été, également jamais vu toute période de 60 jours confondues hiver printemps été automne...

  • J'aime 3
Link to post
Share on other sites
Posted
montois (Donnemarie-dontilly) dans l'Est 77, paris 7 parfois
Il y a 8 heures, fran39 a dit :

à l'échelle nationale, déficit de "seulement" 11% sur août.

 

Après, juillet était tellement sec (le plus sec depuis au moins 1958), que sur le bimestre juillet-août, on est à la deuxième place en national des + secs depuis 1958

 

PS : pour St Dizier, 10 mm en 2 mois d'été, également jamais vu toute période de 60 jours confondues hiver printemps été automne...

Merci François! 

La où on voit que ça débloque pas mal c'est d'avoir avec un mois à-10% à l'échelle nationale un déficit de 90% dans un secteur traditionnellement un des plus arrosé de plaine en août (70 à 80mm moyen en haute-Marne).. 

Le cas de l'est de la champagne est certes isolé dans son extrême mais ça fait réfléchir... 

La forêt doit être mise à très rude épreuve. 

 

 

Link to post
Share on other sites
Le 03/09/2020 à 12:38, A.M. a dit :

Un écart-type plus faible qu'au début du siècle dernier et une légère tendance à la baisse, c'est ce que j'observe. Ce n'est pas très surprenant d'ailleurs. Je me demande si c'est aussi le cas pour d'autres stations représentatives.

CQFD, petite nouvelle qui rassure cependant : la courbe ne commence pas à zéro et la baisse est donc en vérité moins importante que l'on peut voir sur le graphe. Mais tout de même on peut s'interroger sur ce changement qui à long terme peut avoir des répercutions importantes. Sur la courbe de François Jobard, on peut s'apercevoir (et comme il le dit) que les deux dernières années sont les plus sèches et que cette année il y a même + de 4 fois - de pluie pour la période juillet et août. En revanche la tendance générale ne montre pas  vraiment de  diminution de précipitations. On voit  deux variations cycliques dont une plus nette vers les années 2000. D'ailleurs après 2000 il y a eu des années consécutives assez pluvieuses et en moyenne plus qu'avant, avant nos toutes dernières années.

On peut donc espérer une anomalie dû probablement au hasard statistique.

 

Sinon j'en connais qui ont mis : olivier, laurier-rose, palmier en IDF ; des essences assez résistantes à la secheresse.

Edited by Nico41
Link to post
Share on other sites
Posted
montois (Donnemarie-dontilly) dans l'Est 77, paris 7 parfois

On continue à défier les statistiques avec une première quinzaine de septembre qui pourrait avoir un record de pluviométrie basse nationale. On ne s'en sort pas. 

  • J'aime 2
Link to post
Share on other sites
Le 05/09/2020 à 17:02, bill07 a dit :

 

Les grands médias nationaux commencent à se saisir du sujet, je pense que nous n'avons pas fini d'en entendre parler tant les dommages s'annoncent immenses. Les forêts du grand est semblent en première ligne, rien de surprenant vue la succession d'été exceptionnellement secs et chauds depuis 2015 sur nos secteurs où les essences d'arbres sont plutôt habitués à des été habituellement bien arrosés.

 

https://www.lefigaro.fr/sciences/apres-un-ete-tres-sec-les-forets-souffrent-20200903

https://www.leparisien.fr/environnement/secheresse-nos-forets-sont-a-l-agonie-03-09-2020-8377575.php

https://www.liberation.fr/depeches/2020/08/20/dans-les-vosges-secheresses-et-autres-calamites-successives-menacent-la-foret_1797584

 

L’interview est  intéressante et rejoint ce que l'on observe climatologique sur Nancy, notamment ce que dit Florence Habets ici :

 

Citation

Ces sécheresses sont-elles plus graves que celles qui ont déjà eu lieu dans le passé ?

Dans le passé, iI y a eu aussi des sécheresses et des déficits en pluie comme ça, récurrents, qui ont déjà affecté notre pays. Dans les années 1940 par exemple, post-guerre, on a eu des sécheresses très importantes. La particularité, c'est que maintenant ça se passe aussi avec des températures beaucoup plus chaudes, une atmosphère plus sèche et parfois plus de vent, et tout ça fait que l'efficacité des pluies pour ressourcer les sols, les nappes, les rivières est moindre et donc on a plus de pertes par évaporation et moins d'eau disponible.

 

C'est à peu près ce qui ressort de l'analyse des données climatologique pour Nancy postées en Avril : Nous vivons actuellement un cycle sec probablement de grande amplitude ayant des similitudes avec les années 20 et 30 mais la différence c'est qu'il fait désormais en moyenne au moins 2° de + en  été.

Le 18/04/2020 à 17:22, thib91 a dit :

 

On est dans une période où la fréquence des séries d'épisodes de + de 20 jours successifs sans précipitations est plus élevée, notamment depuis 2014.

 

Ceci dit difficile d'interpréter cette hausse, on voit que par le passé, il y a eu des périodes où la fréquence de ce type d'épisode était aussi élevée (années 50 et en particulier la fameuse année sèche de 1953). La caractéristique de la période actuelle (depuis 2014) par rapport aux années 1950, est que cela se produit tous les ans avec 1 année sur 2 au moins 3 épisodes de + de 20 jours sans pluie.

 

image.png.623d9ffb2da6b504a3921bf805d5dc62.png

 

 

 

On peut atténuer ce biais en regardant pour la saison chaude élargie (d'avril à octobre) l'évolution des cumuls de précipitations, du nombre de jours avec pluie avec les seuils 1mm, 5mm et 10mm. Cela permet d'avoir un aperçu sur les périodes humides situées "entre" ces épisodes secs.

 

Concernant le cumul total de précipitations

On a un asséchement des étés sur la dernière période trentenaire. Entre 10 et 20mm de moins sur 3 mois, mais on retrouve les cumuls moyen d'avant guerre (1921-1939), le niveau de précipitations de la saison chaude élargie n'a donc rien de très inhabituel dans le sens ou il a déjà été enregistré il y a quasiment un siècle (cycle très long?). 

 

En revanche ces 10 à 20mm de moins se font désormais sous une température moyenne qui a bcp progressé (+2° par rapport à 61-90 et +3° sur la dernière décennie), avec les effets bien visibles par tous sur les milieux.

 

image.thumb.png.2067e8548e30aae6e0ad203c8aba32a0.png

 

Concernant le nombre de jours avec pluie (>1mm/>5mm/>10mm)

 

Pour la fréquence du nombre de jours de pluie(RR>1mm), on perçoit une baisse de la fréquence ces dernières années surtout en fin de printemps et en été mais ce n'est pas significatif (en moyenne quelques jours). On constate là aussi que la période des années 1950 était assez proche de l'actuelle avec des saisons chaudes où la pluie était moins fréquente. Sur une moyenne glissante de 10 ans, 2019 atteint le seuil bas de la décennie 1946-1956 mais tjrs avec 2° de +.

 

image.thumb.png.30682e043f629a656e0c402be356613a.png

 

Pour la fréquence des pluies >5mm, là aussi on retrouve cette tendance à la diminution de la fréquence de ces pluies en fin de printemps et en été mais cela reste assez peu significatif de l'ordre d'une journée en moyenne voir moins. Difficile à interpréter de mon point de vue

 

image.thumb.png.9a34f2b095d3d5fcd4c7faa6ccc7c388.png

 

Idem pour la fréquence des pluies >10mm, je pense que c'est difficilement interprétable.

image.thumb.png.0b2ba2061c28e9751cab10c2e1c5dba2.png

 

 

 

Je continue donc de penser que le facteur déterminant dans le stress hydrique inédit et répété des écosystèmes ces dernières années est lié à la température. Si l'existence d'un cycle sec en saison chaude élargie semble se confirmer (fréquence accrue des périodes significatives sans pluies, diminution de la moyenne et la fréquence des précipitations), il n'est pas inédit au regard de la climatologie. On retrouve ainsi des fréquences proches lors des périodes "sèches" du passée (années 50, années 20/30). En revanche le niveau de température atteint est lui bel et bien inédit, sa superposition à un cycle climatique "sec" engendre ces épisodes récurrents de stress hydrique vraisemblablement inédit pour les milieux naturels.


 

Un dernier mot sur le temps à venir, probablement pas une goutte d'ici mi-septembre sur de nombreux secteurs fortement touchés par le sécheresse, ici le diagramme de St-Dizier épicentre de la sécheresse actuelle (10mm depuis le 1er juillet).

 

image.png.6a4481d7e97c76ab871ae3a9271edba7.png

 

 

Edited by thib91
  • J'aime 6
  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Posted
montois (Donnemarie-dontilly) dans l'Est 77, paris 7 parfois

Pour revenir à Saint dizier, sur la période estivale 15 juin-15 septembre (arrondis assez larges) :

 

63mm en 2018 déficit de 70%

Quasi +3 degrés d'écart à la norme (dont plusieurs canicules et pic à 38) + 30% d'ensoleillement. 

 

56mm en 2019 déficit de 75%

+2 degrés d'écart à la norme (dont plusieurs canicules et pic historique à 41), +30% d'ensoleillement. 

 

32mm en 2020 déficit de 85%

+2,5 degrés d'écart à la norme (dont plusieurs canicules et pic remarquable à 40), +20% d'ensoleillement. 

 

Bref c'est sans appel, la ville vit depuis 3 ans un climat estival digne du Midi. C'est quelque chose d'assez énorme en termes climato j'imagine. 

 

L'ovni 2018 à précédé celui de 2019 et maintenant celui 2020. C'est exactement le même schéma, en gros un copier coller. 2020 fait peut-être même encore plus fort en termes d'etp et de sec. 

 

C'était statistiquement quasiment impossible d'aligner 3 étés comme cela, même en contexte RC, et pourtant on l'a fait. 

 

Alors on se pose évidemment la question d'un forçage global qui aurait définitivement modifié qqc pour notre Europe de l'ouest. 

2021 et 2022 y répondront sans doute, en espérant qu'on casse cette dynamique assez infernale et si bien rodée depuis 3 ans. 

 

Concernant les impacts sur la biodiversité c'est sans doute très important et sous-évalué. 

 

 

 

 

Edited by edd
  • J'aime 8
  • Surprise 1
Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...