Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Wilfried63

Suivi de la secheresse

Recommended Posts

Posted

Location : 60300 Senlis, 61170 Marchemaisons

Je suis malheureusement 100 % d'accord avec toi, c'est bien pour ça que je ne me prive pas de balancer ces textes de loi où tout est beau , prévu mais "y' a pas de sous ma bonne dame pour les appliquer , les caisses sont vides"  ( enfin ça dépend pour qui !)et puis "y'a bien trop de fonctionnaires" comme dirait un élu de ma circonscription !

 

EDIT :Je vous jure!  je ne savais pas que 5mn après mon post il allait passer au journal de France 2 !

  • J'aime 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Location : Massif du Hohneck, 1220m

Nous ne sommes peut-être qu'au tout début des ennuis en matière de sécheresse. Il ne s'agit pas de l'an dernier, de cette année, ou de l'année prochaine. Ni même dans 5 ans. Mais si le changement du climat, tel qu'il se manifeste depuis quelques années maintenant, est simplement un avant-goût de ce qui nous attend par la suite, dans 10/20/30 ans, les mentalités auront bien le temps de changer d'ici là.

Il va falloir acquérir cette "culture" de l'économie de l'eau, que ce soit dans le monde professionnel ou chez les particuliers.

On ne peut raisonnablement pas attendre de plusieurs dizaines de millions de personnes de se comporter du jour au lendemain de manière adéquate et intelligente face à un problème qui jusque là ne les a jamais réellement concernées, en l'absence de toute éducation en tout cas.

Personne n'est à blâmer au jour J, pas même les contrevenants passés et à venir (...et ils doivent être très nombreux en effet..). Il va juste falloir laisser le temps au temps, et inculquer petit à petit cette notion d'économie de l'eau, qui n'a jamais vraiment fait partie de notre quotidien à ce jour.  Mais ça viendra, tôt ou tard.

 

 

Edited by Fil67

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Location : Grenoble
Il y a 7 heures, sebb a dit :

 

Dans le détail c'est le Cher qui pose principalement un sérieux souci dans ce secteur: http://propluvia.developpement-durable.gouv.fr/propluvia/faces/public/carteDep.jsp

 

Pas franchement surprenant, puisque Bourges est dans le top 10 des stations non-méditerranéennes les plus ensoleillées depuis le 1er janvier 2019...

Généralement,  une bonne  insolation va de paire avec de faibles précipitations, au moins en région de plaine (sauf éventuellement en automne si les conditions anticycloniques viennent à se traduire par des grisailles persistantes...)

Edited by Dionysos

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Location : Dontreix - Creuse (23) - altitude : 720 m
Il y a 4 heures, Dionysos a dit :

Pas franchement surprenant, puisque Bourges est dans le top 10 des stations non-méditerranéennes les plus ensoleillées depuis le 1er janvier 2019...

Généralement,  une bonne  insolation va de paire avec de faibles précipitations, au moins en région de plaine (sauf éventuellement en automne si les conditions anticycloniques viennent à se traduire par des grisailles persistantes...)

 

Oui, enfin on peut aussi avoir des mois d'été bien ensoleillés et correctement arrosés si les précipitations tombent majoritairement sous forme d'orage nocturne.

 

Si le Cher pose un sérieux souci, c'est parce-que depuis 2015, la tête de son bassin versant (où je vis) est soumise avec une régularité surprenante à des déficits de précipitations chroniques qui s'étalent plus ou moins de juin à octobre, associés à des vagues de chaleur  intenses et récurrentes (Jt 2015, Fin août début sept 2016, juin 2017, août 2018, juin 2019 etc). Cela entraine logiquement des étiages particulièrement sévères et prolongés.

Jusque là, les séquences extrêmement pluvieuses (et pas moins surprenantes) du premier semestre 2016 et de l'hiver 2017-18 avaient permis de limiter la casse et de relativiser tout ça.

Cette année on est au pied du mur. Le Cher à Auzances est de visu à son niveau de fin août l'année dernière, le déficit en précipitations est proche de 40% depuis un an, et l'on enchaine un énième été chaud et sec.

 

Edited by paparazzi
ajout
  • J'aime 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 3 heures, Fil67 a dit :

Nous ne sommes peut-être qu'au tout début des ennuis en matière de sécheresse.

 

Je ne sais pas ce qui se passe sur la végétation dans les Vosges parce qu'il n'y a aucun signal de manque de pluie récurrent. 

PASSE_LOR_PRECI_RR_ANN_IMAGE_88136001.pn

"En Lorraine, les précipitations annuelles présentent une augmentation des cumuls depuis 1959. Elles sont caractérisées par une grande variabilité d’une année sur l’autre. "

Edited by Cotissois 31
  • J'aime 1
  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Location : Hauts d'Essey / Hauts de Saint-Max / Vieille ville de Nancy

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Aubenas en Ardèche méridionale

en Ardèche, l'arrété préfectoral limitant l'usage de l'eau à été pris le 4 juillet dernier et depuis il n'a pas plu une goutte...

et il y a 3 jours, premier gros incendie de la saison avec 130 hectares de végétation  brulés justement à coté de l'aérodrome où se trouve la station MF d'Aubenas.

pour l'instant on en est à 1 mois tout rond sans précipitations, avec les grosses chaleurs que l'on sait.

les prés sont bien jaunes, la récolte de foin a été minable et certains arbres commencent à souffrir.

le niveau des rivières est celui qu'on a normalement mi-aout, quand c'est une année sèche... 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Perpignan
Il y a 13 heures, Fil67 a dit :

Nous ne sommes peut-être qu'au tout début des ennuis en matière de sécheresse. Il ne s'agit pas de l'an dernier, de cette année, ou de l'année prochaine. Ni même dans 5 ans. Mais si le changement du climat, tel qu'il se manifeste depuis quelques années maintenant, est simplement un avant-goût de ce qui nous attend par la suite, dans 10/20/30 ans, les mentalités auront bien le temps de changer d'ici là.

Il va falloir acquérir cette "culture" de l'économie de l'eau, que ce soit dans le monde professionnel ou chez les particuliers.

On ne peut raisonnablement pas attendre de plusieurs dizaines de millions de personnes de se comporter du jour au lendemain de manière adéquate et intelligente face à un problème qui jusque là ne les a jamais réellement concernées, en l'absence de toute éducation en tout cas.

Personne n'est à blâmer au jour J, pas même les contrevenants passés et à venir (...et ils doivent être très nombreux en effet..). Il va juste falloir laisser le temps au temps, et inculquer petit à petit cette notion d'économie de l'eau, qui n'a jamais vraiment fait partie de notre quotidien à ce jour.  Mais ça viendra, tôt ou tard.

 

 

 

Complètement d'accord. Et je rajouterais plutôt tôt que tard.

Pour aller dans ton sens, et au delà de la diminution des précipitations, il faudra prendre un soin particulier pour conserver et pouvoir exploiter chaque goûte d'eau qui voudra bien tomber du ciel.

Pour illustrer mon propos, dans ma petite commune de 220 âmes à quelques kilomètres à l'ouest de Perpignan, il n'y a plus une goûte d'eau potable dans les nappes. Même un captage à plus de 200m (!!!) de profondeur ne fait que remonter de l'eau chargée de résidus de produits phytosanitaires... L'eau de mon robinet fait 5 km et +150m par rapport au réservoir où elle est stockée...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Marseille (13) (alt : 40m) et Gap (05) (alt : 780m)
Le 12/07/2019 à 10:11, Iefan a dit :

 

 

En effet. 

+2 départements en restriction et + 4 arrêtés au 12 Juillet. Pour un total de 51 départements pour 102 arrêtés.

 

Au 13 Juillet : 55 départements concernés pour 105 arrêtés.

 

À voir dans les prochains jours... 

 

 

16 Juillet  : La situation ne s'améliore pas bien au contraire :

 

61 départements en restriction pour 118 arrêtés.

Avec le retour des fortes chaleurs possiblement caniculaires par le Sud la semaine prochaine ça n'augure rien de bon.

 

360645643_Capturedcran2019-07-1609_36_06.thumb.png.c202334263554c4e2302b5cc5b9cbab7.png

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Grenoble

Oui, la situation commence maintenant à devenir compliquée dans de nombreuses régions.

Après, "le vent peut tourner", on peut très avoir un mois d'août bien arrosé , au moins dans la France non-méditerranéenne (très peu de chances que ça arrive par contre dans la zone de climat méditerranéen...)

Mais en tout cas, effectivement, il va falloir rapidement arrêter de subventionner certaines cultures qui sont une aberration en France (je pense en particulier au maïs)

je pense que c'est d'ailleurs la raison pour laquelle l'Isère est en vigilance orange, bien que l'humidité des sols y soit normale pour la saison. (la culture du maïs est bien répandue dans l'Isère, et il est clair qu'elle va souffrir si les conditions météo actuelles persistent ...)

Les étés chauds, secs et ensoleillés vont devenir la norme (si ce n'est pas déjà le cas...), il va falloir s'y adapter (je ne dis pas que c'est forcément simple mais les agriculteurs n'auront pas le choix...)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Donzère (sud 26) alt. 65m
il y a 52 minutes, boubou07 a dit :

en Ardèche, l'arrété préfectoral limitant l'usage de l'eau à été pris le 4 juillet dernier et depuis il n'a pas plu une goutte...

et il y a 3 jours, premier gros incendie de la saison avec 130 hectares de végétation  brulés justement à coté de l'aérodrome où se trouve la station MF d'Aubenas.

pour l'instant on en est à 1 mois tout rond sans précipitations, avec les grosses chaleurs que l'on sait.

les prés sont bien jaunes, la récolte de foin a été minable et certains arbres commencent à souffrir.

le niveau des rivières est celui qu'on a normalement mi-aout, quand c'est une année sèche... 

 

Oui c'est très sec, la descente de l'Ardèche se fait presque en marchant par endroit...

La végétation commence effectivement à souffrir j'ai dû arroser mes oliviers plantés il y à 2 ans, qui commençaient à flétrir. Les lauriers rose aussi mais ça c'est gourmand en eau. Enfin l'herbe est comme un paillasson depuis déjà 1 mois.

  • J'aime 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Perpignan
il y a 25 minutes, Dionysos a dit :

Mais en tout cas, effectivement, il va falloir rapidement arrêter de subventionner certaines cultures qui sont une aberration en France (je pense en particulier au maïs)

 

Merci!!!!

 

Mais le soucis est que nous ne sommes plus dans une agriculture vivrière et que, même pour les "petites" fermes, ce qui compte est le marché mondial et la PAC. 

  • J'aime 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Je pense que la cause majeure de cette sécheresse vient de l'été chaud de 2018 et du manque de pluie depuis. C'est une cause épisodique.

 

Le signal climatique est d'avoir de plus en plus de pluie au nord du Massif Central, surtout en hiver.

On a pris 1°C de réchauffement estival depuis les années 1970. 

Edited by Cotissois 31

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Soumoulou (64)

Bonjour à tous  :)

Il y a 1 heure, Cotissois 31 a dit :

Je pense que la cause majeure de cette sécheresse vient de l'été chaud de 2018 et du manque de pluie depuis. C'est une cause épisodique.

 

Effectivement depuis l'été 2018, il y a un manque de pluie. Dans le cadre de mon travail, j'effectue la programmation de petite centrale hydroélectrique en rivière au fil de l'eau. Donc rien à voir avec les centrales en montagne, avec leurs réservoirs.Elles sont dépendantes de la pluviométrie.

 Depuis  approximativement le 20 juillet 2018, la ressources en eau est beaucoup plus faible, après une début de saison 2018 plutôt bon,plusieurs installations que je suis, avait battu leurs records de production fin juin 2018.

Par contre cette année c'est pas la même chose, à cette date seulement 1/3 de la production a été effectuer par rapport à l'année dernière à la même date. Actuellement, l'irrigation prélève la majorité de l'eau, mais c'est pas aussi critique que durant l'été 2017 où sur un site ,avec les pompages, le niveau de la rivière avait baissé 30cm en dessous du niveau légal, bien sûr centrale arrêtée ,et ceux malgré la réalimentation de la rivière par une retenue (Réalimentée à environ 2m3/s, il restait 150l/s au niveau de la centrale). Heureusement que ça faisait réserve d'eau dans le canal, les passes et derrière le seuil, sinon les pauvres poissons auraient crevés la bouche ouverte.

 

Niveau contrôle par la police de l'eau (AFB), je peux vous assuré qu'il y en a.Ils font souvent des rapports avec des photos à l'appui, au moins un fois par an, mais ils passent souvent pour des contrôles visuelles du niveau. De toute façon,c'est moi qui programme les régulations et j'attache une grande importance au débit réservé pour la rivière, je dors tranquille 😅 par contre certains irrigants n'ont pas la même vision... 🤐

 

Amicalement Yannick ;)

  • J'aime 5

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Location : Massif du Hohneck, 1220m
Il y a 2 heures, Cotissois 31 a dit :

Je pense que la cause majeure de cette sécheresse vient de l'été chaud de 2018 et du manque de pluie depuis. C'est une cause épisodique.

 

 

 

Euh le manque de pluie, c'est récurrent quasiment à chaque saison depuis 4 ans maintenant dans certaines régions!

J'aurais même tendance à dire qu'on était parfois en 2018 sur de meilleures bases qu'en 2019 ( hiver 2017/2018 et printemps 2018 sans déficits marqués).

Je persiste à penser que soit on est dans un cycle "sec" en ce moment, avec des vraies sécheresses qui s'étalent comme il se doit sur plusieurs années et sur plusieurs régions simultanément, puis retour vers une plus grande régularité des précipitations ensuite, une fois le cycle passé, soit on aborde un tournant climatique majeur, auquel cas on ne raisonnera pas simplement en terme de 5/10 ans, quels que soient les phénomènes météo.

 

 

Ete 2015   / Automne 2015

mrrpe20150608.gif  mrrpe20150911.gif

Hiver 2015/2016   /    printemps 2016

mrrpe20151202.gif  mrrpe20160305.gif

 

Ete 2016    /   automne 2016

 

mrrpe20160608.gif  mrrpe20160911.gif

 

Hiver 2016 /2017     /                printemps 2017

 

mrrpe20171202.gif     mrrpe20170305.gif

 

Ete 2017    /    automne 2017

 

mrrpe20170608.gif     mrrpe20170911.gif

 

Hiver 2017/2018   /    printemps 2018

 

mrrpe20181202.gif     mrrpe20180305.gif

 

Ete 2018    /   automne 2018

 

mrrpe20180608.gif  mrrpe20180911.gif

 

Hiver 2018/2019    /   printemps 2019

 

mrrpe20191202.gif  mrrpe20190305.gif

 

Edited by Fil67
  • J'aime 2
  • Merci 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Location : St Pierre Du Chemin Centre Est 85 en limite 79
Il y a 13 heures, Cotissois 31 a dit :

 

Je ne sais pas ce qui se passe sur la végétation dans les Vosges parce qu'il n'y a aucun signal de manque de pluie récurrent. 

PASSE_LOR_PRECI_RR_ANN_IMAGE_88136001.pn

"En Lorraine, les précipitations annuelles présentent une augmentation des cumuls depuis 1959. Elles sont caractérisées par une grande variabilité d’une année sur l’autre. "

Par contre, le rendu annuel ne rend pas compte de la dispersion, je ne connais pas la nature des sols vosgiens, mais je suppose que la couche de terre y est faible sur les pans de montagne, et que les arbres ont ainsi un besoin de régularité en matière de précipitations

 

Pour le maïs, le problème est plus important qu'il n'y parait, beaucoup de revers de la main, peu de solutions, ici comme ailleurs. 

Sans solutions, on va rester sur de nouvelles autorisations de retenues d'eau./

Edited by sebb

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Location : Massif du Hohneck, 1220m
il y a 18 minutes, sebb a dit :

Par contre, le rendu annuel ne rend pas compte de la dispersion, je ne connais pas la nature des sols vosgiens, mais je suppose que la couche de terre y est faible, et que les arbres ont ainsi un besoin de régularité en matière de précipitations

 

 

 

Je tâche de poster ces prochains jours quelques graphs ou données concernant le secteur de la Schlucht. Il est évident que le souci majeur n'est pas la quantité d'eau qui tombe sur une année ( on est effectivement sur des valeurs similaires au fil des années), mais bien sur leur répartition. Et surtout, n'oublions pas qu'un écosystème, ça ne réagit pas comme un climat: nul besoin d'attendre 30 ans pour avoir suffisamment de recul et pouvoir s'appuyer sur des données fiables. Non, au bout de 3/4 ans de rude mise à l'épreuve, les déséquilibres en milieu naturel s'installent, et une fois installés, difficile parfois de faire marche arrière ensuite ( ça n'a pas de sens d'ailleurs).

De fait, je pense que se pencher sur les 10 dernières années permettra déjà de pouvoir comprendre beaucoup de choses, et de trouver quelques éléments de réponse à certaines questions.

On pourra aussi sans doute se rendre compte que la situation actuelle,  et ses conséquences, semblent tout à fait logique si l'on considères les seules 4/5 dernières années, qui ont été très difficiles.

En préambule en tout cas, il faudra que je revérifie, mais quasiment 4°c de pris sur la moyenne des maximas de juin entre le début des années 1980 et le milieu de années 2010, ici dans les Vosges, à 1200m. 4°c! Dans le même temps, pluviométrie mensuelle de juin en baisse  d'un bon tiers entre le début des 1980 et le début des années 2010.

Bref, un moyen radical d'aborder les saisons chaudes, qui n'a plus rien à voir avec ce qui se faisait il y a 30/40 ans.

 

Et oui sinon, la forêt vosgienne est gourmande en eau, et a le plus souvent été copieusement arrosée dans le passé, sur des sols il est vrai souvent très rocheux ( comme souvent en montagne d'ailleurs). Le manque d'eau des dernières saisons chaudes + l'augmentation implacable des températures, ( et de l'ensoleillement !! Où sont les journées d'été grises où la hêtraie sapinière d'altitude se retrouvait plongée dans un brouillard indispensable à son maintien bien-être ?), font/feront le reste.

Edited by Fil67
  • J'aime 4
  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Dannemarie (Sundgau) 304m
il y a 26 minutes, sebb a dit :

Par contre, le rendu annuel ne rend pas compte de la dispersion, je ne connais pas la nature des sols vosgiens, mais je suppose que la couche de terre y est faible sur les pans de montagne, et que les arbres ont ainsi un besoin de régularité en matière de précipitations

 

Pour le maïs, le problème est plus important qu'il n'y parait, beaucoup de revers de la main, peu de solutions, ici comme ailleurs. 

Sans solutions, on va rester sur de nouvelles autorisations de retenues d'eau./

 

Peut-être plus rapidement que l'on pense.

https://www.rtl.fr/actu/politique/secheresse-pas-de-mesures-ponctuelles-pour-les-agriculteurs-declare-didier-guillaume-7798044322?fbclid=IwAR27mOtV-iBclBBeKSifunKpb3j5ymYlMDQcIQFOnvH6YfMWYFfrdeclJjg

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Citation

Où sont les journées d'été grises



 

Sur le nord de la France, la majorité des étés depuis 2005 est probablement en anomalie de forte nébulosité.

Non seulement il suffit de compter le nombre de dépêches médiatiques d'été pourri mais en plus on a des statistiques d'un pic de flux d'ouest estival autour de 2010. Les étés entre 1980 et 2005 étaient probablement bien ensoleillés à répétition.

 

PS: j'espère que des climatologues prendront mon relais, car il y a vraiment énormément de pédagogie à faire sur la partie climatique, je ne suis même pas climatologue.

Edited by Cotissois 31
  • J'aime 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : 60300 Senlis, 61170 Marchemaisons
Il y a 1 heure, Cotissois 31 a dit :

 

Sur le nord de la France, la majorité des étés depuis 2005 est probablement en anomalie de forte nébulosité.

Non seulement il suffit de compter le nombre de dépêches médiatiques d'été pourri mais en plus on a des statistiques d'un pic de flux d'ouest estival autour de 2010. Les étés entre 1980 et 2005 étaient probablement bien ensoleillés à répétition.

 

PS: j'espère que des climatologues prendront mon relais, car il y a vraiment énormément de pédagogie à faire sur la partie climatique, je ne suis même pas climatologue.

Excuses-moi , mais j'aimerai bien quand même avoir des preuves effectivement de climatologues sur ce que tu avances et suis étonné que tu attaches de l'importance aux dépêches médiatiques d' été pourri qui n'ont pour moi aucune valeur !

Et puis démarrer à partir de 1980 !!!!!! Quand on est assez vieux pour avoir connu les fameux étés 80 81 82 pour parler d'étés bien ensoleillés à répétition, ça surprend quand même !

  • J'aime 3
  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Remiremont - Porte des Hautes Vosges (400 m)
Il y a 3 heures, Yannick64 a dit :

Bonjour à tous  :)

[...]

Niveau contrôle par la police de l'eau (AFB), je peux vous assuré qu'il y en a.Ils font souvent des rapports avec des photos à l'appui, au moins un fois par an, mais ils passent souvent pour des contrôles visuelles du niveau. De toute façon,c'est moi qui programme les régulations et j'attache une grande importance au débit réservé pour la rivière, je dors tranquille 😅 par contre certains irrigants n'ont pas la même vision... 🤐

 

Amicalement Yannick ;)

 

Bonjour Yannick,

 

Il y a les gens de la Police de l'Eau, relevant directement du Préfet du Département, et affectés à la DDT(M) (Direction Départementale des Territoires (et de la Mer)), et les gens de l'AFB (Agence Française pour la Biodiversité) qui relèvent directement du Ministère de l'Environnement.

La DDT s'occupe généralement plus de l'aspect morphologique des cours d'eau (curages impromptus, travaux en lit mineur ne respectant pas la réglementation, pose d'enrochements, remblaiement de zones humides, etc.), tandis que l'AFB s'occupe plutôt de l'aspect "Biologie" du cours d'eau ou de la zone humide (pollutions domestiques, industrielles, ou agricoles ; aménagements des ouvrages ex :vérification de la franchissabilité piscicole et sédimentaire ; mortalité piscicole ; non respect des débits réservés ; surveillance des peuplements piscicoles ; etc.).

Il arrive que sur des missions particulières les services coopèrent pour parvenir à mobiliser suffisamment d'agents mais en général chacun a des missions bien définies, l'AFB faisant plutôt office d'ingénierie en validant l'aspect technique de pas mal de projets tandis que la DDT est plus sur l'aspect réglementaire (respect de la Loi sur l'Eau).

 

Bref, si tu veux que je complète mon dénombrement d'hier, on ajoute aux 4 agents de la DDT, 3 agents de l'AFB pour mon département.

Je sais ben que lorsque l'on travaille auprès des turbiniers, comme avec les agriculteurs, on aurait tendance à penser qu'il y a toujours trop de ces gens pour faire respecter les réglementations en vigueur, mais 7 agents (sans prendre en compte les congés, maladies, etc.) pour couvrir tout un département (qui constitue un "château d'eau pour le Nord-Est du Pays) ce n'est pas bien nombreux lorsque l'on a idée de la quantité de dossiers dont ils ont la charge. Au final, ils n'interviennent, la plupart du temps que sur dénonciation (pêcheurs, promeneurs, élus locaux) pour venir constater les infractions et infliger un "lochon" de temps à autre.

Après, c'est réconfortant de savoir que parmi ceux qui travaillent dans ces domaines, il existe des gens qui voient la rivière comme un milieu naturel avant d'être une plache à billets  ;)

  • J'aime 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Remiremont - Porte des Hautes Vosges (400 m)
Il y a 3 heures, sebb a dit :

Par contre, le rendu annuel ne rend pas compte de la dispersion, je ne connais pas la nature des sols vosgiens, mais je suppose que la couche de terre y est faible sur les pans de montagne, et que les arbres ont ainsi un besoin de régularité en matière de précipitations

 

Pour le maïs, le problème est plus important qu'il n'y parait, beaucoup de revers de la main, peu de solutions, ici comme ailleurs. 

Sans solutions, on va rester sur de nouvelles autorisations de retenues d'eau./

 

C'est signer l'arrêt de mort d'une bonne partie de la richesse biologique des milieux aquatiques de nos climats jadis tempérés.

Échauffement des masses d'eau à l'excès du fait de l'aspect stagnant des retenues d'eau, et il est fort probable qu'en matière de gestion ces réservoirs ne servent aucunement au soutien des débits. Les petits affluents sur lesquels les retenues colinéaires seraient installés, au lieu d'amener parfois un "pipi de chat" aux affluents un peu plus gros qui forment les grandes rivières, n'apporteront plus rien puisque le contenu de la retenue serait entièrement affecté à l'irrigation.

Sans parler de la concentration en polluants phytosanitaires du peu d'eau qui parviendrait à gagner les cours d'eau.

 

On a un Ministre de l'Ecologie aux ordres, il est prêt à faire table rase des grand principes de gestion des espaces naturels (Convention de RAMSAR signée en 1971 pour assurer la protection des zones humides, dont plus de 60% ont disparu en France depuis cette date), plutôt que d'impulser une réflexion autour des difficultés posées par le dérèglement climatique sur l'agriculture en France voire au niveau Européen.

 

Le principe de multiplication des retenues colinéaires est une aberration écologique mais ce n'est pas grave ça permettra de poursuivre la culture du Maïs comme si de rien n'était plutôt que de chercher des cultures plus adaptées comme la betterave fourragère moins gourmande en eau.

Bref, vive les solutions simplistes à des problèmes complexes !

  • J'aime 8
  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : 60300 Senlis, 61170 Marchemaisons
il y a 3 minutes, Lolox a dit :

 

C'est signer l'arrêt de mort d'une bonne partie de la richesse biologique des milieux aquatiques de nos climats jadis tempérés.

Échauffement des masses d'eau à l'excès du fait de l'aspect stagnant des retenues d'eau, et il est fort probable qu'en matière de gestion ces réservoirs ne servent aucunement au soutien des débits. Les petits affluents sur lesquels les retenues colinéaires seraient installés, au lieu d'amener parfois un "pipi de chat" aux affluents un peu plus gros qui forment les grandes rivières, n'apporteront plus rien puisque le contenu de la retenue serait entièrement affecté à l'irrigation.

Sans parler de la concentration en polluants phytosanitaires du peu d'eau qui parviendrait à gagner les cours d'eau.

 

On a un Ministre de l'Ecologie aux ordres, il est prêt à faire table rase des grand principes de gestion des espaces naturels (Convention de RAMSAR signée en 1971 pour assurer la protection des zones humides, dont plus de 60% ont disparu en France depuis cette date), plutôt que d'impulser une réflexion autour des difficultés posées par le dérèglement climatique sur l'agriculture en France voire au niveau Européen.

 

Le principe de multiplication des retenues colinéaires est une aberration écologique mais ce n'est pas grave ça permettra de poursuivre la culture du Maïs comme si de rien n'était plutôt que de chercher des cultures plus adaptées comme la betterave fourragère moins gourmande en eau.

Bref, vive les solutions simplistes à des problèmes complexes !

On avait !!!

Ok je sors :$

  • Haha 9

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bernardt60 :

 

Le réchauffement climatique est une affaire mondiale sérieuse mais il y a des régions plus privilégiées que d'autres.

 

Il n'y a aucun signal dans le passé, le présent ou le futur qui annonce moins de pluie dans le nord de la France.  Tous les signaux actuels sont en fait à plus de pluie (si !)

 

En pays méditerranéen, c'est autre chose.

 

Qu'il y ait des sécheresses saisonnières ou des modèles agricoles incapables de tolérer le moindre déficit de pluie sans devoir irriguer, c'est autre chose.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Lomont sur Crête (25) 550m

C'est évident que le modèle agricole est à revoir. Quand bien même on serait pas en sécheresse, il faut arrêter de gaspiller l'eau à tout va. 

 

Même les mesures prises sont aberrantes, et montrent que personne (ou trop peu) n'ont le bon sens de rigueur : le niveau 1 préconise de ne plus arroser entre 8h et 20h ! Mais ça c'est une évidence, et  ça devrait être permanent ! 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...