serge26

Suivi de l'enneigement sur l'hémisphère nord

Messages recommandés

serge26   

Je propose de créer ce nouveau fil de discussion car on en parle souvent sur certains sujets.

Et apres tout, on suit bien l'englacement au niveau des poles pourquoi pas celui de l'enneigement. Cela peut etre un  marqueur dans le suivi du rechauffement climatique.

D'ailleurs, est ce une surprise ou non, ces dernières années à t° mondiales records,on a constaté une surface d'enneigement excedentaire en automne et avec une date démarrage assez stable.

Donc pour ce premier post, voici un état actuel de l'enneigement. Comme on peut le constater, apres des mois d'automne excedentaire en terme de superficie, on est maintenant revenu à un niveau dans la normes de la derniere décennie

multisensor_4km_nh_snow_extent_by_year_graph.png

  • J'aime 9

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y'a justement Tamino qui a publié un post sur l'évolution de l'enneigement de l'hémisphère nord sur les dernières décennies. J'en partage un morceau, ça permettra de placer le contexte du topic. Ci-dessous dans l'ordre, la tendance pour l'automne, l'hiver, le printemps et l'été (données RUGSL) . 

 

autumn.jpg?w=500&h=332

winter.jpg?w=500&h=332

spring.jpg?w=500&h=332

summer.jpg?w=500&h=332

L'augmentation apparente de la surface de neige en hiver n'est pas statistiquement significative. Pour l'automne c'est quasiment significatif, il y'a donc une forte probabilité pour que la surface enneigée ait augmenté en cette saison. Entre le printemps et l'été, là il n'y a aucun doute et la diminution est marquée. 

 

En gros, une hausse de température en saison estivale stimule la précocité et la rapidité de la fonte puisque les températures passent rapidement au-dessus du 0°C. Une rétroaction positive se met en place en cette saison. En période hivernale par contre, la température reste proche du gel dans de nombreux endroits et la hausse de l'humidité associée tend même à y favoriser les chutes de neiges (se faisant sous forme de neige très humide et/ou abondante mettant ainsi plus de temps à fondre). On note également une forte variabilité d'une année à l'autre suivant l'état de la circulation hémisphérique. 

 

https://tamino.wordpress.com/2017/01/01/tony-hellers-snow-job/

  • J'aime 7

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Qu'en est-il pour la France, l'Europe, qu'elle sont les variations régionales (à l'échelon mondial) accroissement ou décroissance?

Le début de ce fil de discussion me laisse un peu sur ma faim.

Par ailleurs je m'interroge sur la fiabilité des informations,  tout au moins les plus anciennes avant que les satellites entrent en action.

Je me pose aussi des questions sur l'enneigement artificiel, sur la différenciation entre surfaces seulement englacées et celles englacées et enneigées.

Vu de mon étroite fenêtre, il neige moins en France et le réchauffement climatique aidant la surface enneigée ne peut que se réduire à l'instar des surfaces englacées, y compris

en automne et en hiver.

Pour bien comprendre; quelles régions aux climats boréals s'humidifient, quel est l'accroissement des chutes de neige en mètre/an ?

Est ce que les périodes de Niño, Niña sont à l'origine de la forte variabilité annuelle?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 5 minutes, pluviodacqs a dit :

Qu'en est-il pour la France, l'Europe

 

Pour la zone Europe, c'est dans la continuité de la tendance hémisphérique c'est à dire une baisse au printemps mais pas de tendance nette en période hivernale. 

 

Par ailleurs je m'interroge sur la fiabilité des informations,  tout au moins les plus anciennes avant que les satellites entrent en action.

 

Les données présentées ici proviennent toutes de mesures satellites.

 

 

Je me pose aussi des questions sur l'enneigement artificiel, sur la différenciation entre surfaces seulement englacées et celles englacées et enneigées.

 

Le pourcentage d'enneigement artificiel est clairement négligeable par rapport à la surface étudiée, ça représente une quantité infinitésimale. En ce qui concerne les différences entre glace et neige, c'est principalement basé sur la différence de propriétés électromagnétiques sur plusieurs bandes spectrales, que ce soit en terme d'émission ou d'absorption/réflexion ( voir par exemple  http://www.wmo.int/pages/prog/hwrp/chy/chy14/documents/ms/remote_sensing_snow_cover_methods_mapping_snow.pdf ).

 

Vu de mon étroite fenêtre, il neige moins en France et le réchauffement climatique aidant la surface enneigée ne peut que se réduire à l'instar des surfaces englacées, y compris en automne et en hiver.

 

Oui, à terme l'étendue de l'enneigement en automne/hiver va également finir par diminuer. Pour l'instant ce n'est pas encore le cas en moyenne, en raison de la rétroaction transitoire qui a été exposée plus haut.

 

 Est ce que les périodes de Niño, Niña sont à l'origine de la forte variabilité annuelle?

 

Oui, ça joue pour une partie en modifiant la circulation atmosphérique à l'échelle globale.

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
serge26   

En cet fin d'hiver météorologique, l'enneigement hémisphérique est conforme à la normale de cette décennie,

contrairement à l'an dernier ou la surface d'enneigement avait commencé à décliner tres tot.

multisensor_4km_nh_snow_extent_by_year_graph.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
gerardlh   

Si il possible de faire une comparaison avec nos glaciers Européen . Ce n'est pas la quantité de neige hivernale qui influence mais la chaleur de l été .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
th38   
il y a 30 minutes, gerardlh a dit :

Si il possible de faire une comparaison avec nos glaciers Européen . Ce n'est pas la quantité de neige hivernale qui influence mais la chaleur de l été .

Le bilan du glacier, c'est l'accumulation, moins la fonte.

L'accumulation (chute de neige) est donc un facteur essentiel. Elle varie considérablement d'une année sur l'autre, mais sur le long terme, il n'y a pas pour l'instant de signal qui montre une hausse ou une baisse des précipitations.

Par contre, la hausse des températures estivales est conséquente, pour ne pas dire violente.

L'été dans les Alpes, à pris près de 2°C en altitude depuis 40 ans. C'est énorme. Les neiges persistantes qui commençaient à 2900m avant 1980 sont aujourd'hui à 3200m. Et la remontée va se poursuivre avec le RC.

C'est donc bien la température estivale qui fait reculer nos glaciers....

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
gerardlh   
Il y a 3 heures, th38 a dit :

Le bilan du glacier, c'est l'accumulation, moins la fonte.

L'accumulation (chute de neige) est donc un facteur essentiel. Elle varie considérablement d'une année sur l'autre, mais sur le long terme, il n'y a pas pour l'instant de signal qui montre une hausse ou une baisse des précipitations.

Par contre, la hausse des températures estivales est conséquente, pour ne pas dire violente.

L'été dans les Alpes, à pris près de 2°C en altitude depuis 40 ans. C'est énorme. Les neiges persistantes qui commençaient à 2900m avant 1980 sont aujourd'hui à 3200m. Et la remontée va se poursuivre avec le RC.

C'est donc bien la température estivale qui fait reculer nos glaciers....

 

Oui je me suis référé aux livres de Le Roy Ladurie pour écrire ce commentaire . C'est une vrai bible ce gars , ses publications :

Histoire du climat depuis l'an mille volume 1 et 2 .  Histoire humaine et comparée du climat canicule et glaciers  du: 13 è au 18è siècle .

Réchauffement de 1860 à nos jours .abrégé  d histoire du climat du moyen âge à nos jours toujours du même auteur où il y a les dates des vendanges

depuis 1370 . 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 20 heures, th38 a dit :

Le bilan du glacier, c'est l'accumulation, moins la fonte.

L'accumulation (chute de neige) est donc un facteur essentiel. Elle varie considérablement d'une année sur l'autre, mais sur le long terme, il n'y a pas pour l'instant de signal qui montre une hausse ou une baisse des précipitations.

Par contre, la hausse des températures estivales est conséquente, pour ne pas dire violente.

L'été dans les Alpes, à pris près de 2°C en altitude depuis 40 ans. C'est énorme. Les neiges persistantes qui commençaient à 2900m avant 1980 sont aujourd'hui à 3200m. Et la remontée va se poursuivre avec le RC.

C'est donc bien la température estivale qui fait reculer nos glaciers....

 

 

D'ailleurs il n'y a aucune raison que les neiges du Kilimandjaro fondent vue leur altitude et le peu d'influence du RC au niveau de l'équateur en termes de température..

Par contre, le manque de précipitations fait qu'elles disparaissent et ce manque vient bien du RC.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
serge26   

La saison avance et l'enneigement hémisphérique a bien entamé sa réduction.

La valeur actuelle est proche de la moyenne de la dernière decennie mais dans la fourchette basse, néanmoins nettement devant le record de l'an dernier

Cette année, la superficie maximale aura été observé début janvier

multisensor_4km_nh_snow_extent_by_year_graph.png

  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
serge26   

En cette fin du mois de Mars, l'enneigement hémisphérique diminue maintenant rapidement et on se rapproche des valeurs records de l'an dernier.

multisensor_4km_nh_snow_extent_by_year_graph.png

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 31/03/2017 à 19:12, serge26 a dit :

En cette fin du mois de Mars, l'enneigement hémisphérique diminue maintenant rapidement et on se rapproche des valeurs records de l'an dernier.

 

Environ 15 jours plus tard on continue de raser le plancher, à égalité avec 2016 :

 

417377multisensor4kmnhsnowextentbyyeargr

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Enfin un peu de positif (merci Guillaume Séchet :)).

 

Après un hiver 2016 en deçà de la normale, il semblerait que le 2017 soit normal.

 

enneigement_hemisphere_nord_mars_2017_01

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
serge26   

En ce 1er jour de l'automne météorologique, je vous met une petite mise à jour de la courbe d'enneigement.

rien de particulier à signaler pour commencer cette nouvelle saison

 

multisensor_4km_nh_snow_extent_by_year_graph.png

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
FSnow   
il y a 26 minutes, serge26 a dit :

 

 

multisensor_4km_nh_snow_extent_by_year_graph.png

Bonjour Serge,

Pourrais-tu nous dire où tu trouves ce genre de cartes, si possible ? 

 

 

Merci

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
sebb   

Salut,

 

Ici

 

 

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
13008   

Bonjour, comme chaque année à cette même époque, l'enneigement devrait commencer à augmenter rapidement, surtout sur la Russie/Sibérie ou, dès le début de semaine prochaine, l'enneigement va avoir une augmentation fulgurante.

Pour l'instant, nous sommes dans les normes niveau extension de l'enneigement:

 

f7po.png

Enneigement actuel:

 

gfsnh-16-6_ffr7.png

 

Et celui prévu dans 15 jours:

 

gfsnh-16-384_zmx4.png

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.